Navigation – Plan du site

La réception de Wilhelm von Humboldt au sein de la Société asiatique (1822-1835) : contextes et enjeux théoriques d’un transfert aux origines de la linguistique française

Sarah Bösch
p. 49-62

Résumés

L’article met l’accent sur l’analyse des conditions biographiques, discursives et institutionnelles qui ont rendu possible l’émergence d’un intérêt pour l’œuvre linguistique de Wilhelm von Humboldt au sein de la Société asiatique entre 1822 et 1835. Outre l’engagement d’intermédiaires culturels comme Alexandre de Humboldt pour la diffusion des textes du linguiste prussien, c’est surtout une profonde convergence thématique et théorique entre le programme de comparaison des langues développé par Humboldt et les projets de recherches de la Société asiatique parisienne dans le domaine linguistique qui est à la base de ce transfert.

Haut de page

Texte intégral

1La réception de l’œuvre linguistique de Wilhelm von Humboldt en France est un chapitre peu connu de l’histoire de la linguistique comme de l’histoire des transferts culturels franco-allemands. Il est frappant que le premier transfert des écrits linguistiques du savant prussien en France ne naît pas d’un intérêt herméneutique pour Humboldt lui-même en tant que représentant intellectuel d’une culture autre ou d’un espace voisin, mais d’une curiosité conjointe de Humboldt et de ses lecteurs français pour un objet tiers : les langues et les cultures des pays asiatiques et orientaux. C’est dans le contexte de ce goût pour l’Orient, partagé par Humboldt et ses lecteurs, que se dégage un intérêt toujours croissant pour les recherches scientifiques du linguiste allemand chez les orientalistes français du XIXe siècle, intérêt qui s’éteindra aussitôt après la mort de Humboldt en 1835.

  • 1 Voir Sarah Bösch et Markus Meßling, “Wege zur Sprache : Wilhelm von Humboldt und Frankreich”, in : (...)

2Les activités de la Société asiatique y jouent un rôle clé, car c’est au sein de cette société savante que commence et se concentre le transfert des écrits linguistiques de Humboldt dans le monde francophone. En effet, les années 20 et 30 du XIXe siècle représentent l’une des deux périodes dans l’histoire de la réception de Humboldt en France où l’œuvre humboldtienne est connue, appréciée et analysée par un cercle relativement élargi de savants français, la seconde période débutant seulement à partir des années 70 du siècle dernier avec les études et traductions de philosophes et linguistes tels que Pierre Caussat, Jean Quillien, Henri Meschonnic, Jean Rousseau ou plus tard Denis Thouard ou Anne-Marie Chabrolle-Cerretini. En dehors de ces chercheurs, la présence continue de certaines parties de l’œuvre de Humboldt en France est due aux travaux de personnes isolées appartenant à différentes disciplines scientifiques (comme par exemple Robert Leroux)1.

3N’évoquant que brièvement les contenus de ce transfert, c’est-à-dire les différents comptes rendus et les critiques littéraires qui ont paru sur les écrits humbold-tiens dans divers journaux parisiens, l’article mettra surtout l’accent sur l’analyse des conditions biographiques, discursives et institutionnelles qui ont rendu possible l’émergence d’un intérêt pour l’œuvre linguistique de Humboldt en France dans le premier tiers du XIXe siècle. Ainsi, il sera d’abord question du rôle des intermédiaires culturels et de leurs réseaux d’échange, pour montrer ensuite qu’il existe une profonde convergence thématique et théorique entre le programme de recherche humboldtien et celui de la Société asiatique parisienne.

De la constitution du réseau et des contenus du transfert

4Le frère de Wilhelm de Humboldt, Alexander, fut la personne qui s’engagea le plus pour la diffusion des travaux de ce dernier auprès des élites intellectuelles françaises ainsi que pour son élection comme « associé correspondant » à la Société asiatique. Après son retour d’Amérique en août 1807, Alexander s’installa à Paris et devint membre du Conseil de la Société dès sa fondation. En cherchant dans sa vaste correspondance, on s’aperçoit tout de suite avec quel zèle il s’engagea à promouvoir les recherches de son frère aîné, même en dehors du cercle restreint des orientalistes. Ainsi on lit par exemple dans une lettre adressée en 1826 à l’historien François Guizot (1787-1874) :

  • 2 Ernest-Théodore Hamy (éd.), Lettres américaines d’Alexandre de Humboldt (1798-1807), Paris, 1905, p (...)

Je profite de cette occasion pour vous offrir au nom de mon frère un mémoire très remarquable sur la métaphysique des Indous. Les traductions poétiques que mon frère a intercalées offrent quelquefois de rares beautés. Comme je m’intéresse beaucoup plus au succès des travaux de mon frère qu’à ceux que je pourrais ambitionner moi-même, je vous serais bien reconnaissant si, sous vos auspices, le Globe [...] voulait bien s’occuper du Bhagavad-Gita 2.

5Ou encore six ans plus tard dans une lettre au sinologue Jean-Pierre Abel-Rémusat, qui était, depuis la démission de Silvestre de Sacy en 1829, le deuxième président de la Société asiatique :

  • 3 Leana Quilici et Renzo Ragghianti (éds.), « Lettres curieuses sur la Renaissance Orientale des frèr (...)

Il existe entre les mains d’un de Vos élèves, Mr. Jacquet [...] une lettre très longue sur l’origine probable des alphabets de l’Asie insulaire qui, je crois, mériteroit bien Votre attention. Je pense que mon frère désireroit la publication de ce fragment très philosophique et ce seroit une faveur que Vous m’accorderiez mon digne ami, si bientôt ce morceau pouvoit paroître dans le Journal asiatique sous le simple titre : Extrait d’une lettre de Mr. Guillaume de Humboldt à Mr. Jacquet sur les alphabets3...

  • 4 Wilhelm von Humboldt, « Notice d’une grammaire Japonaise imprimée à Mexico », in : Supplément à la (...)
  • 5 Antoine Isaac Silvestre de Sacy, [Compte rendu de] : Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner (...)
  • 6 Conrad Malte-Brun, [Compte rendu de] : Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispaniens ve (...)
  • 7 A[driano ?] B[albi ?], [Compte rendu de] : Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispanien (...)
  • 8 Wilhelm von Humboldt, Recherches sur les habitants primitifs de l’Espagne à l’aide de la langue bas (...)
  • 9 Jean-Pierre Abel-Rémusat, [Compte rendu de] : Über das Entstehen der grammatischen Formen und ihren (...)
  • 10 Voir aussi à titre d’exemple Georg Bernhard Depping, [Compte rendu de] : Über vier ägyptische löwen (...)
  • 11 Friedrich Eduard Schulz, [Compte rendu de] : Über die Buchstabenschrift und ihren Zusammenhang mit (...)
  • 12 Voir la lettre d’Alexander à son frère du 13 septembre 1824, publiée dans : Familie von Humboldt (é (...)

6Les principaux moyens de transfert étaient des comptes rendus ou des critiques littéraires de ses discours lus et publiés au sein de l’Académie de Berlin, des annonces de ces mêmes discours académiques ou des textes rédigés en langue française par Humboldt lui-même – notamment sur les langues chinoise, japonaise et sanscrite4 dans les revues savantes Journal asiatique, Journal des savans ou Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie. Ainsi l’ouvrage historico-comparatif de Humboldt sur le basque (Recherches sur les habitants primitifs de l’Espagne à l’aide de la langue basque) fit plusieurs fois l’objet d’un compte rendu, à savoir en 1821 dans le Journal des savans5, en 1823 dans les Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques 6 et encore une fois en 1824 dans le Bulletin des sciences historiques7, avant d’être traduit en 1866 par Augustin Marrast 8. Les linguistes Jean-Pierre Abel-Rémusat, A [driano ?] B [albi ?] et Jean-Baptiste-Modeste Gence consacrèrent en 1824 trois différentes critiques au discours « Sur la naissance des formes grammaticales et leur influence sur le développement des idées »9. De même, l’orientaliste Friedrich Ludwig Schulz rendit compte la même année d’un autre discours académique de Humboldt dans le Journal asiatique : « Sur l’écriture alphabétique et ses rapports avec la structure du langage »10. La publication des deux critiques d’Abel-Rémusat (1824) et de Schulz11 relatives aux deux discours académiques de Humboldt « Über das Entstehen » und « Über die Buchstabenschrift » était également due à l’initiative d’Alexander12.

  • 13 Voir l’édition et l’analyse récentes de cette correspondance : Jean Rousseau et Denis Thouard, Lett (...)
  • 14 Voir Philip Mattson, Verzeichnis des Briefwechsels Wilhelm von Humboldts, 2 vols., Heidelberg, Wilh (...)
  • 15 Voir note 3.

7Un autre médium de transfert, que l’on ne saurait assez estimer, était la correspondance scientifique que Humboldt entretenait avec plusieurs membres de la Société, entre autres avec Jean-Pierre Abel-Rémusat13, Jean-François Champol-lion, Eugène Jacquet, Jean-Louis et Eugène Burnouf et les deux Allemands Friedrich Ludwig Schulz et Julius Heinrich Klaproth qui résidaient à Paris14. La publication des extraits de la correspondance d’Abel-Rémusat par Leana Quilici et Renzo Ragghianti15 montre qu’il y avait dans la première moitié du XIXe siècle tout un réseau de correspondance franco-allemand relatif aux questions linguistiques et relevant du domaine des sciences sinologique et orientale. Non seulement Humboldt adressait des lettres à l’illustre sinologue, mais c’était aussi le cas pour Franz Bopp, Georg Friedrich Creuzer, Alexander von Humboldt, August Wilhelm Schlegel et Christian Friedrich Windischmann.

  • 16 Wilhelm von Humboldt, « Extraits de la lettre à Abel-Rémusat : Sur le génie grammatical de la langu (...)
  • 17 Antoine Isaac Silvestre de Sacy, [Compte rendu de] : Lettre à M. Abel-Rémusat sur la nature des for (...)

8Les savants échangeaient surtout des publications récentes ou différents matériaux linguistiques (textes originaux, extraits de manuscrits, grammaires, exemples linguistiques) accompagnés de questions ou de commentaires. De même, des problèmes techniques concernant des détails d’impression (manque de caractères orientaux) figuraient parmi les sujets de correspondance. Des extraits considérables de la correspondance scientifique de Humboldt, sa longue lettre à Abel-Rémusat sur « le génie de la langue chinoise » (1826) et celle adressée à Eugène Jacquet sur « les alphabets de la Polynésie Asiatique » (1832), furent l’objet de publication et de commentaire dans le Journal asiatique 16 et le Journal des savans 17.

  • 18 Dans le cadre du projet de recherche Wilhelm von Humboldt und Frankreich, financé par la Deutsche F (...)
  • 19 Voir Michel Espagne et Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en Fr (...)

9Et le débat sur les avantages d’une division radicale des mots dans l’édition des anciens textes sanscrits, ouvert par Jean-Louis Burnouf et Humboldt dans leur correspondance entre décembre 1824 et avril 182518, aboutit finalement à la publication d’un Mémoire de Humboldt « sur la séparation des mots dans les textes sanscrits » en 1827 dans le Journal asiatique. Ces exemples montrent une fois de plus l’importance des individus et de leurs réseaux d’échange en tant que « milieux matriciels » au début d’un processus de transfert, une importance mise en relief par Michel Espagne et Michael Werner19.

10En somme, la Société asiatique était à cette époque, avec son secrétaire Abel-Rémusat, un lieu de rencontre privilégié d’érudits français et allemands qui s’intéressaient aux mêmes problèmes linguistiques, tels que les langues des pays asiatiques et orientaux, la relation écriture/structure du langage (graphie/phonie), le déchiffrement d’écritures inconnues comme par exemple les hiéroglyphes. Parmi ces transferts franco-allemands, les travaux de Humboldt occupaient une place non négligeable, et ceci surtout grâce à la réputation dont jouissait son frère cadet à Paris.

  • 20 Lorsque Silvestre de Sacy fut élu président de la Société asiatique, il était déjà un savant célèbr (...)

11En outre, une analyse des activités de la Société asiatique révèle une profonde convergence théorique et méthodologique entre le programme de l’étude comparée des langues élaboré par Humboldt et les objectifs de la Société asiatique tels qu’ils étaient fixés dans les statuts ainsi que formulés par son premier président, l’orientaliste Antoine-Isaac Silvestre de Sacy 20. En effet, Humboldt et Sacy développèrent indépendamment l’un de l’autre vers 1820 la conception d’une autonomie de l’étude des langues ainsi que d’une linguistique anthropologique (synchronique) qui différait considérablement du programme généalogique de la grammaire comparée allemande mise en place par les frères Schlegel, Franz Bopp et Jakob Grimm à la même époque.

Convergences théoriques : Humboldt face à Silvestre de Sacy

  • 21 « La Société est instituée pour encourager l’étude des langues de l’Asie [...] Elle se procure les (...)
  • 22 « Chacun des cahiers du journal Asiatique sera divisé en trois parties : la première contiendra des (...)

12Bien que l’on lise dans le règlement de la Société asiatique que le but principal de celle-ci était « l’étude des langues de l’Asie » 21, les travaux de ses membres n’étaient pas seulement consacrés à des questions purement linguistiques, mais traitaient également de sujets d’ordre philologique, philosophique ou historique, comme l’indique déjà l’intitulé de la revue que publie la Société dès sa fondation : Journal asiatique ou recueil de mémoires, d’extraits et de notices relatifs à l’histoire, à la philosophie, aux sciences, à la littérature et aux langues des peuples orientaux. La description de la structure thématique du Journal dans les statuts confirme cette impression d’une orientation plutôt philologique ou anthropologique que linguistique au sens strict du terme 22.

  • 23 Voir Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme : des anthropologues au temps de Bona (...)

13Si l’on fait une analyse rapide des tables des matières du Journal, on retrouve à côté de nombreuses traductions et comptes rendus de récentes publications scientifiques, des articles traitant de questions géographiques (« Observations sur la nouvelle carte de l’Asie publiée en 1822 par M. Arrowsmith »), historiques (« Notice sur l’ancienne histoire de l’Inde et sur les historiens du Kaschmyr en particulier »), linguistiques (« Sur la langue des indigènes de l’île de Formose ») ou anthropologiques (« Sur l’origine du Papier-Monnaie », « De l’éducation chez les Chinois »). À cause de l’introduction de sujets à portée anthropologico-cultu-relle dans ses activités linguistiques, la Société asiatique faisait d’une certaine manière suite à la Société des observateurs de l’homme, association interdisciplinaire de savants qui définit entre 1799 et 1805 un programme de recherche ayant pour but d’établir une science empirique de l’homme23.

14Que la Société asiatique soit issue au moins en partie de cette tradition anthropologique, se manifeste également dans un discours du président Silvestre de Sacy tenu lors de la première séance annuelle en 1823. Sacy avait d’ailleurs été lui aussi membre de la Société des observateurs de l’homme jusqu’à la dissolution de celle-ci en 1805 :

  • 24 Discours et rapports lus dans la séance générale annuelle du 21 avril 1823, sous la présidence de S (...)

On conviendra donc aisément, je l’espère, que l’étude des langues, et tout ce qui peut étendre et faciliter cette étude, est présentement, et sera encore pendant un tems [sic] plus ou moins long, le premier et presque l’unique objet autour duquel doivent se concentrer tous les efforts de la Société ; mais les langues elles-mêmes, pour être étudiées à fond et dans toute leur étendue, réclament un autre secours que celui des grammaires et des dictionnaires [...] ; car il faut l’avouer, on n’apprend guère plus à connaître par les dictionnaires la véritable signification des mots qui se rattachent à tous ces objets, qu’on n’apprend dans son cabinet à bien imiter les sons d’une langue étrangère avec les secours d’une grammaire qui n’a pour moyen d’en communiquer la connaissance, que des assimilations imparfaites, ou des descriptions minutieuses, et pourtant insuffisantes, du jeu des organes et du maniement, s’il m’est permis de parler ainsi, de l’instrument vocal. Comme donc pour bien apprécier les articulations d’une langue étrangère, il faut que l’oreille les ait entendu prononcer plus d’une fois par ceux à qui elles sont comme naturelles, de même aussi, pour connaître la vraie signification de tous les mots qui expriment les objets relatifs aux usages de la vie [...], il faut les avoir sous les yeux, ou du moins en posséder des descriptions et des peintures fidèles [...]. De là il suit qu’un des besoins indispensables de cette Société est un Muséum Asiatique, vaste dépôt d’objets de toute nature, de dessins, de livres originaux, de cartes, de relations de voyages, offert à tous ceux qui se livreront à l’étude de l’Asie 24.

  • 25 « Le projet [...] de réunir peu à peu, dans un Muséum spécial, divers objets relatifs aux travaux d (...)

15Dans cette citation on peut retracer les convergences de même que les divergences entre les deux sociétés savantes. Le projet d’un musée asiatique rappelle celui d’un musée anthropologique telle qu’il avait été esquissé par le secrétaire perpétuel des Observateurs de l’Homme, Louis-François Jauffret, lors d’une séance de cette Société en 180025. On peut supposer que de Sacy en tant que membre ordinaire des Observateurs de l’Homme a été également présent et s’est peut-être inspiré plus tard de ce projet.

  • 26 « Comment se flatter de bien observer un peuple qu’on ne sait pas comprendre et avec lequel on ne p (...)

16Pourtant la divergence essentielle entre les deux sociétés se trouve dans le poids et le rôle qu’elles attribuent au langage dans leurs programmes de recherche. Chez les Observateurs de l’homme, l’objectif principal de l’étude des langues étrangères consiste à entrer en contact et à communiquer avec les peuples sauvages26.

17Pour Silvestre de Sacy par contre, l’étude des langues ne sert plus d’auxiliaire des études anthropologiques ou ethnographiques, mais les objets culturels rassemblés au sein du musée doivent compléter les études linguistiques qui figurent désormais au premier rang des préoccupations des chercheurs (« le premier et presque l’unique objet »).

  • 27 Silvestre de Sacy in : Discours et rapports lus dans la séance générale annuelle du 21 avril 1823, (...)

18Mais, quoique de Sacy postule l’autonomie des études linguistiques, la considération des traditions culturelles et des univers de discours dans lesquels les diverses langues sont employées fait toutefois partie intégrante de sa conception de la linguistique. L’étude des langues étrangères ne doit pas se limiter à la rédaction de grammaires et de dictionnaires, car « après la publication des livres élémentaires des langues de l’Asie, rien n’est plus important que de jeter les premières bases du muséum que je regarde comme le commentaire vivant des dictionnaires, et leur indispensable truchement 27. »

  • 28 En suivant en cela Michel Foucault (Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, (...)

19Comme l’on n’apprend guère la structure phonétique spécifique d’une langue étrangère sans l’avoir entendue prononcée par un locuteur natif, il est également impossible, selon de Sacy, de comprendre la « vraie signification de tous les mots », sans entrer en contact avec les objets auxquels ces mots se réfèrent. De Sacy souligne ici un aspect des pratiques langagières qui occupera moins la grammaire historico-comparative du XIXe siècle : Il s’agit de la sémantique ou plus précisément de la relation sémiotique entre signe linguistique et référent 28.

  • 29 Voir Eugenio Coseriu, “Die gegenwärtige Lage in der Sprachforschung : Einzelsprachliche und Sprachv (...)

20Si l’on suit la tripartition du côté sémantique du langage en « référence » (Bezeichnung), « signification » (Bedeutung) et « sens » (Sinn) telle qu’elle a été élaborée par Eugenio Coseriu29, on peut dire que le projet du musée pour dégager la « véritable signification des mots » se situe au niveau de la référence. Mais de Sacy va encore plus loin. Outre la prise en compte de la fonction référentielle du langage, il se prononce, en bon philologue, en faveur d’une intégration de l’étude des textes littéraires – le niveau du « sens » selon Coseriu – à l’analyse strictement linguistique, afin de saisir l’objet linguistique dans toute sa complexité. Ainsi dans l’article « De l’utilité de l’étude de la poésie arabe » publié dans le Journal asiatique en 1826, il explique :

  • 30 Antoine Isaac Silvestre de Sacy, « De l’utilité de l’étude de la poésie arabe », in : Journal asiat (...)

Pour bien connaître une langue, lorsqu’on ne se propose pas pour unique but, dans cette étude, de la faire servir aux besoins ordinaires de la vie, il faut l’embrasser dans toute son étendue ; ce qui [...] signifie qu’il ne faut pas être étranger à aucune des formes du discours, à aucune des expressions employées par les bons écrivains, prosateurs ou poètes, qui composent la littérature de cette langue. Oserait-on en effet se flatter de bien posséder la langue grecque, si on n’avait lu ni Homère, ni Sophocle, ni Eschyle, ni Pindare ?30

21La revendication d’une autonomie des études linguistiques qui, quant à elles, ne se limitent pas aux descriptions grammaticales et lexicales des langues, mais traitent également des différents niveaux d’usage textuel d’une langue, rapproche le programme de recherche de Sacy (1822/1826) de l’étude comparée des langues de Wilhelm von Humboldt telle qu’il l’a décrite dans son premier discours académique en 1820 :

  • 31 Wilhelm von Humboldt, Sur l’étude comparée des langues dans son rapport aux différentes époques du (...)

L’étude comparée des langues ne peut mener à des avancées sûres et importantes sur le langage, le développement des peuples et la culture de l’homme que si l’on en fait une étude autonome, ayant en elle-même son utilité et sa fin31.

  • 32 Jürgen Trabant, Traditionen Humboldts, Francfort/Main, 1990, p. 72-75.
  • 33 Gottfried Wilhelm Leibniz (1710), Brevis designatio meditationum de originibus gentium, ductis poti (...)
  • 34 Wilhelm von Humboldt, Sur l’étude comparée des langues (tr. Denis Thouard), op. cit., p. 75.
  • 35 Jürgen Trabant, Humboldt ou le sens du langage (tr. François Mortier/Jean-Luc Evard), Liège, 1992, (...)
  • 36 Wilhelm von Humboldt, Sur l’étude comparée des langues (tr. Denis Thouard), op. cit. p. 79.

22Comme de Sacy, Humboldt affirme d’emblée l’autonomie de l’étude des langues, tandis que l’intérêt anthropologique et historique vient en second. Il se distancie ainsi, comme l’a remarqué Jürgen Trabant32, de Leibniz et son Bref essai sur les origines des peuples déduites principalement des indications fournies par les langues (1710) 33, où les connaissances linguistiques sont principalement invoquées pour éclaircir l’origine et la parenté des peuples. Dans son discours, Humboldt divise son programme d’étude linguistique en deux différentes parties : « l’enquête concernant l’organisme des langues »34 et l’enquête concernant les langues « dans la période d’élaboration ultérieure » 35. En ce qui concerne l’enquête sur l’organisme, il la subdivise de nouveau, d’un côté en descriptions synchroniques des langues individuelles, qu’il nomme « monographies des langues », et de l’autre en études qui passent en revue « dans toutes les langues d’autres parties singulières de leur structure, par exemple le verbe »36. Après avoir effectué dans un premier temps ce travail fondamental de descriptions structurales et d’études onomasiologiques comparées, le linguiste humboldtien peut dans un deuxième temps traiter également de la classification et de la généalogie des langues.

23Mais ce qui est significatif pour notre propre propos, c’est surtout la deuxième partie du programme élaboré par Humboldt, à savoir l’analyse des langues « dans la période d’élaboration ultérieure », ce qu’il appelle aussi dans d’autres textes une recherche sur le « caractère des langues » :

  • 37 Ibid., p. 81.

Mais si précis et complet que soit l’examen de l’organisme des langues, ce qui est décisif est ce qu’on fait d’elles au moyen de cet organisme, à commencer par leur usage. Car ce que l’usage bien adapté à sa fin emprunte au domaine des concepts agit en retour sur eux en les enrichissant et en leur donnant forme. C’est pourquoi seules de telles enquêtes qui ne peuvent être effectuées à fond que sur des langues cultivées, sont en mesure d’atteindre les fins de l’humanité. Là est donc la clé de voûte de la linguistique, le point où elle s’unit à la science et à l’art 37.

  • 38 « (...) nous rencontrons le grec, dès sa première apparition, dans un degré de perfection inconnu a (...)
  • 39 Ibid., p. 209.

24Comme exemple concret d’une telle étude « caractérologique », Humboldt prend l’histoire de l’usage et de l’élaboration continue de la langue grecque d’Homère aux Alexandrins, c’est-à-dire l’histoire de l’usage et de l’épanouissement d’une langue dans des textes littéraires 38. Dans le fragment « Sur le caractère national des langues », qui date selon l’éditeur Albert Leitzmann de 1822, Humboldt précise qu’il entend par « l’examen des monuments écrits des langues cultivées » 39, nécessaire pour cerner le caractère individuel d’une langue, l’examen des textes poétiques, mais également des textes ou discours philosophiques et historiographiques :

  • 40 Ibid., p. 163.

De tout ce qui vient d’être dit, il ressort clairement que l’on perçoit d’abord la diversité de caractère des langues à l’état de l’esprit, au mode de la pensée et de la sensibilité. Leur influence sur la subjectivité est indéniable. Aussi est-ce pour cela que l’originalité de chaque langue transparaît le mieux dans ses œuvres de fiction, là où la nature d’une matière donnée embarrasse peu ou pas l’esprit. Elle s’exprime de façon plus naturelle encore dans la vie si pleine de vitalité du peuple, et dans les genres littéraires qui en sont influencés. Mais c’est dans le dialogue philosophique que l’individualité de la langue apparaît avec le plus de beauté [...] 40.

  • 41 Voir à ce propos l’article de Jürgen Trabant sur l’édition en cours des manuscrits linguistiques de (...)

25Pour Humboldt comme pour de Sacy, les littératures témoignent, dans chaque langue, des usages individuels déposés dans des traditions ou des textes, de sorte qu’une étude linguistique qui se veut intégrale doit en tenir compte. Remarquons que Humboldt accorda, à côté de ses descriptions structurales de plusieurs langues amérindiennes et malayo-polynésiennes 41, une attention croissante à l’étude de la langue dans un corpus littéraire, comme l’attestent ses études de l’épopée indienne Bhagavad-Gita (1825), ou son intérêt pour les récits cosmo-goniques des îles Tonga dans son travail sur le kavi. Cette proximité entre étude philologique et observation grammaticale se trouve également chez les membres de la Société asiatique. Outre sa Grammaire arabe (1810), Silvestre de Sacy composa plusieurs ouvrages traitant de la littérature et de l’histoire des pays arabes, par exemple Sur l’histoire des Arabes avant Mahomet et Sur leur littérature (1785) et l’Exposé de la religion des Druses (1838). De même, Abel-Rémusat publia, à côté de ses Recherches sur les langues Tartares (1820) et ses Elémens de la grammaire chinoise (1822), de nombreux articles concernant des questions historiques, géographiques ou anthropologiques relatives aux pays asiatiques. Déjà le titre d’un recueil réunissant la plus grande partie de ses écrits publiés dans le Journal des savans et le Journal asiatique indique la portée de ses préoccupations scientifiques : Mélanges asiatiques : choix de morceaux critiques et de mémoires relatifs aux religions, aux sciences, aux costumes, à l’histoire et à la géographie des nations orientales (1825). Comme dernier exemple on pourrait citer les travaux de l’indianiste Eugène Burnouf (1801-1852) qui est l’auteur entre autres d’un Essai sur le pâli (1826) (avec Christian Lassen) et d’une Introduction à l’histoire du Bouddhisme indien (1835).

26La comparaison des discours programmatiques de de Sacy et de Humboldt a révélé que les deux savants plaident en faveur d’une linguistique qui se distingue nettement du but et de la méthode du paradigme historico-comparatif développé à la même époque par d’autres linguistes de nationalité allemande tels Franz Bopp, Friedrich Diez ou Jacob Grimm. Selon de Sacy et Humboldt, l’étude comparative des structures immanentes ne suffit pas pour se faire une vision complète des langues étudiées. Après avoir terminé ce travail de base, le linguiste est appelé à tenir compte des traditions culturelles et littéraires imprégnées dans les langues et leurs usages. La description synchronique des structures grammaticales n’est, suivant une expression radicale de Humboldt, que le « squelette mort » d’une langue qui a besoin d’un « commentaire vivant » pour devenir corps vivant, comme l’exprime de Sacy. C’est pourquoi, selon ces deux savants, la linguistique ne peut pas se priver de connaissances philologiques ou anthropologiques, si elle veut rendre justice à la complexité de son objet de recherche.

La rupture : De la dissolution du réseau et des transformations conjoncturelles

27Outre l’engagement d’Alexandre de Humboldt pour la diffusion des textes de son frère auprès du milieu scientifique parisien et l’intérêt conjoint de Humboldt et des orientalistes français de l’époque pour les mêmes objets et les mêmes questions linguistiques, cette convergence théorique entre Humboldt et le programme scientifique de la Société asiatique, et tout particulièrement de son président Silvestre de Sacy, au niveau du discours linguistique peut être considérée comme l’une des raisons expliquant que l’œuvre humboldtienne ait pu susciter un tel retentissement à cet endroit et à cette époque-là.

  • 42 Cette opposition de deux paradigmes inconciliables se trouve par exemple chez le linguiste Antoine (...)
  • 43 Voir Sarah Bösch, Ursprünge einer historisch-anthropologischen Sprachreflexion : Wilhelm von Humbol (...)

28À première vue, les analogies relevées entre les conceptions linguistiques de Humboldt et de Silvestre de Sacy pourraient frapper un lecteur habitué à classer d’un côté Silvestre de Sacy parmi les représentants de la Grammaire Générale de tradition française, et de l’autre, Humboldt parmi les fondateurs allemands de la nouvelle linguistique historico-comparative42. Mais la lecture des textes datant de l’époque de la fondation de la Société asiatique révèle un Silvestre de Sacy qui ne ressemble plus tellement à l’auteur des Principes de grammaire générale [...] de 1799 ou de 1803. On est tenté de supposer que son horizon théorique et méthodique a évolué pendant les vingt premières années du XIXe siècle. Dans le cadre de cet article, il n’est plus possible de retracer en détail les différentes étapes de cette évolution, mais le contact de de Sacy avec les projets anthropologiques des Observateurs de l’homme est certainement ici d’une importance décisive. Dans l’article qu’il rédigea pour le Moniteur sur l’ouverture des cours de sanscrit et de chinois au Collège de France en 1815, on retrouve certaines réflexions concernant la fonction des études linguistiques en anthropologie qui ressemblent beaucoup aux projets développés par Degérando (1799/1994) et Jauffret (1800/1994) au sein de la Société des observateurs de l’homme43.

29L’intérêt constant pour les recherches linguistiques de Humboldt au sein de la Société asiatique s’arrêta brusquement après sa mort en 1835. Ses travaux ne furent alors presque plus discutés ou traduits par les linguistes français. Seul son ouvrage historico-comparatif, fondé sur l’étymologie basque des toponymes ibères livrés par l’Antiquité classique, la Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispaniens vermittelst der vaskischen Sprache (1821), traduit en français par Augustin Marrast en 1866, joua un certain rôle dans les recherches sur l’origine et la répartition du peuple et de la langue basques autour de la Revue de linguistique et de philologie comparée vers la fin du XIXe siècle, chez des linguistes comme Julien Vinson, Willem J. Van Eys, Achille Luchaire ou des anthropologues comme Paul Broca. Le Humboldt linguiste et philosophe du langage n’entrera vraiment en scène que dans la deuxième moitié du XXe siècle. Quelles sont les raisons de cette rupture de plus d’un siècle ?

  • 44 Autour de l’année de la mort de Humboldt moururent Schulz (1829), Abel-Rémusat (1832), Klaproth (18 (...)

30Tout d’abord, la mort de Humboldt et celle d’une grande partie de ses correspondants mena inévitablement à la dissolution de leur réseau44. De plus, Alexandre quitta définitivement la capitale française au début des années 1830, de sorte qu’il ne pouvait plus assumer la fonction d’intermédiaire culturel et de promoteur pour la diffusion des travaux de son frère aîné. Enfin, le médium de transfert dominant du processus de réception avait été le compte rendu, la critique littéraire ou l’annonce. Ce sont des genres textuels qui traitent avant tout de publications récentes ou de travaux de recherches en cours. Il va de soi qu’après 1835 Humboldt ne pouvait plus fournir de nouveaux résultats aux débats linguistiques de l’époque.

  • 45 Sylvain Auroux, Claude Désirat et Tristan Hordé, « La question de l’histoire des langues et du comp (...)

31Outre ces changements de courte durée, on peut constater tout un ensemble de transformations conjoncturelles qui favorisèrent dans la longue durée la réception productive de linguistes allemands autres que Humboldt. Tandis que la commission du Prix Volney avait mis au concours en 1825 et en 1829 deux sujets proches des préoccupations linguistiques de Humboldt (influence de différents systèmes d’écriture sur la formation du langage ; analyse du système grammatical de la langue basque), la formulation de 1836 annonce déjà la transformation du Prix Volney, créé par testament du Comte de Volney (1820) pour couronner les meilleures transcriptions des langues orientales, en un « prix de philologie comparée »45 :

  • 46 Cité d’après Joan Leopold (éd.), Prix Volney Essay Series, vol. I a, Dordrecht, 1999, p. 75.

Il faudra que les travaux dont il s’agit aient été entrepris à peu près dans les mêmes vues que ceux dont les langues romane et germanique ont été l’objet depuis quelques années. L’analyse comparée entre deux idiomes, et celle d’une famille entière de langues, seront également admises au concours. Mais la commission ne peut trop recommander aux concurrents d’envisager sous le point de vue comparatif et historique les idiomes qu’ils auront choisis, et de ne pas se borner à l’analyse logique, ou à ce qu’on appelle la Grammaire générale46.

  • 47 Voir Michael Werner, « À propos des voyages de philologues français en Allemagne avant 1870 : Le ca (...)

32Il ne faut pas chercher très loin pour trouver le modèle de cette nouvelle revendication : il s’agit de la Deutsche Grammatik de Jakob Grimm, de la Grammaire comparée des langues de l’Europe latine [...] de François Raynouard ou de la Grammatik der romanischen Sprachen de Friedrich Diez. Avec les traductions françaises de la Vergleichende Grammatik des Sanskrit [...] de Franz Bopp par Michel Bréal entre 1866 et 1874 et de la Grammatik der romanischen Sprachen de Friedrich Diez par Gaston Paris, Auguste Brachet et Alfred Morel-Fatio entre 1874-1876, l’importation du modèle allemand de la linguistique historico-compa-rative et son implantation dans les institutions universitaires en France s’accéléra encore47. Et comment se référait-on à la linguistique humboldtienne dans cette nouvelle conjoncture linguistique de la deuxième moitié du XIXe siècle ?

33Citons pour conclure à titre d’exemple l’opinion d’Alfred Maury dans un article sur Silvestre de Sacy où il postule – contrairement à notre propre argumentation – que l’œuvre de celui-ci n’a rien à voir avec la linguistique d’un Humboldt :

  • 48 Alfred Maury, « Erudits modernes : Silvestre de Sacy », in : Le moniteur universel, 1853, 1er semes (...)

Sacy est un des plus grands noms de la philologie orientale. Il représente ces études d’autrefois qui se concentraient avec force et sagacité sur une grammaire, sur une langue, en saisissaient le génie et en interprétaient les monuments. Il ne s’était point élevé à cette étude comparée des langues, qui éclaire les unes par les autres, et, par le rapprochement des grammaires, assigne au langage ses lois, ou, décomposant les mots, remontant à leur origine et suivant leurs destinées à travers les temps et les lieux, découvre ainsi la date et la parenté des idiomes. La philologie comparée est une science toute moderne. Sacy, je le répète, est le représentant le plus glorieux de la vieille école. Ce n’était pas d’ailleurs dans l’étude des langues sémitiques qu’on pouvait être conduit à la découverte de la philologie comparée. Le sanscrit seul [...] pouvait éclairer cette page inconnue dans l’histoire de l’esprit humain. Mais si Silvestre de Sacy n’a point connu ce qui a fait la gloire d’un Guillaume de Humboldt, d’un Eugène Burnouf, il n’était pas, comme beaucoup de savants, hostile à ce qu’il ignorait48.

34L’auteur chante ici les louanges d’une nouvelle science qui ne se penche plus, comme la « vieille école » incarnée par de Sacy, sur une seule langue afin d’en saisir les particularités structurales, discursives et littéraires, mais qui procède essentiellement par comparaison diachronique. Curieusement, Maury mentionne comme représentants typiques de cette « science toute moderne » les travaux de Guillaume de Humboldt. Il ignore ainsi d’un côté la spécificité de la linguistique humboldtienne, certes comparative, mais plutôt dans une perspective synchronique et typologique que généalogique, et de l’autre côté les convergences qui existent manifestement entre les réflexions méthodologiques de de Sacy et de Humboldt sur l’étude des langues.

  • 49 Voir Jürgen Trabant, Apeliotes oder Der Sinn der Sprache. Wilhelm von Humboldts SprachBild, München (...)

35En fait, le jugement de Maury est tout à fait significatif pour la façon dont on se réfère habituellement à Humboldt dans les sciences du langage en Allemagne ainsi qu’en France après sa mort49. Tout au long du XIXe siècle, on ne cesse de citer Humboldt comme l’un des fondateurs de la grammaire comparée parmi d’autres sans s’occuper en détail de l’ensemble et de la spécificité de son programme de recherche qui a été pourtant vivement discuté aux origines (anthropologiques et philologiques) de la linguistique française.

Haut de page

Notes

1 Voir Sarah Bösch et Markus Meßling, “Wege zur Sprache : Wilhelm von Humboldt und Frankreich”, in : Sarah Bösch et Markus Meßling (éds.), Sprachdenken zwischen Berlin und Paris : Wilhelm von Humboldt/La pensée linguistique entre Berlin et Paris : Wilhelm von Humboldt, Tübingen, 2004, p. 5-28 ; ainsi que Sarah Bösch, Wilhelm von Humboldt in Frankreich. Studien zur Rezeption (1797-2005), Paderborn et al., 2006.

2 Ernest-Théodore Hamy (éd.), Lettres américaines d’Alexandre de Humboldt (1798-1807), Paris, 1905, p. 302-303.

3 Leana Quilici et Renzo Ragghianti (éds.), « Lettres curieuses sur la Renaissance Orientale des frères Humboldt, d’August Schlegel et d’autres, avec en appendice quelques lettres de Constant, Renan, Thierry et Tocqueville », in : Cromohs 6 / 2001, Lettres no. 6 et 7. [URL : http://www.eliohs.unifi.it/testi/800/quilraggh/index.html]

4 Wilhelm von Humboldt, « Notice d’une grammaire Japonaise imprimée à Mexico », in : Supplément à la Grammaire Japonaise [...], Paris, 1826, p. 1-12 ; « Extraits de la lettre à Abel-Rémusat : Sur le génie grammatical de la langue chinoise, comparé à celui des autres langues », in : Journal asiatique 9 / 1826, p. 115-123 ; « Mémoire sur la séparation des mots dans les textes sanscrits », in : Journal asiatique 11 / 1827, p. 163-172 ; Lettre à M. Abel-Rémusat sur la nature des formes grammaticales en général et sur le génie de la langue chinoise en particulier, Paris, 1827 ; « Lettre à Monsieur Jacquet sur les alphabets de la Polynésie Asiatique », Nouveau journal asiatique 9 / 1832, p. 481-511.

5 Antoine Isaac Silvestre de Sacy, [Compte rendu de] : Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispaniens vermittelst der vaskischen Sprache, in : Journal des savans (2e série) 6 / 1821, p. 587-593 et 643-650.

6 Conrad Malte-Brun, [Compte rendu de] : Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispaniens vermittelst der vaskischen Sprache, in : Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire 19 / 1823, p. 109-115.

7 A[driano ?] B[albi ?], [Compte rendu de] : Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispaniens vermittelst der vaskischen Sprache, in : Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie 1 / 1824, p. 201-204.

8 Wilhelm von Humboldt, Recherches sur les habitants primitifs de l’Espagne à l’aide de la langue basque (tr. Augustin Marrast), Paris, 1866.

9 Jean-Pierre Abel-Rémusat, [Compte rendu de] : Über das Entstehen der grammatischen Formen und ihren Einfluss auf die Ideenentwicklung, in : Journal asiatique 5 / 1824, p. 51-61 ; A[driano ?] B[albi ?], [Compte rendu de] : Über das Entstehen der grammatischen Formen und ihren Einfluss auf die Ideenentwicklung, Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie 2 / 1824, p. 1-2 ; Jean-Baptiste-Modeste Gence, [Compte rendu de] : Über das Entstehen der grammatischen Formen und ihren Einfluss auf die Ideenentwicklung, in : Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie 2 / 1824, p. 146-147.

10 Voir aussi à titre d’exemple Georg Bernhard Depping, [Compte rendu de] : Über vier ägyptische löwenköpfige Bildsäulen in den hiesigen königlichen Antikensammlungen, in : Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie 9 / 1828, p. 32-34 ; et Friedrich Eduard Schulz, [Notice de] : Über die unter dem Namen Bhagavad-Gita bekannte Episode des Mahabharata, in : Journal asiatique 7 / 1825, p. 192.

11 Friedrich Eduard Schulz, [Compte rendu de] : Über die Buchstabenschrift und ihren Zusammenhang mit dem Sprachbau, in : Journal asiatique 5 / 1824, p. 369-376.

12 Voir la lettre d’Alexander à son frère du 13 septembre 1824, publiée dans : Familie von Humboldt (éd.), Briefe Alexander von Humboldts an seinen Bruder Wilhelm, Berlin, Gesellschaft deutscher Literaturfreunde, 1923, p. 151.

13 Voir l’édition et l’analyse récentes de cette correspondance : Jean Rousseau et Denis Thouard, Lettres édifiantes et curieuses sur la langue chinoise. Humboldt/Abel-Rémusat (1821-1831), Villeneuve-d’Ascq, 1999.

14 Voir Philip Mattson, Verzeichnis des Briefwechsels Wilhelm von Humboldts, 2 vols., Heidelberg, Wilhelm-von-Humboldt-Briefarchiv, 1980 ; et Kurt Mueller-Vollmer, Wilhelm von Humboldt Sprachwissenschaft. Ein kommentiertes Verzeichnis des sprachwissenschaftlichen Nachlasses, Paderborn, 1993.

15 Voir note 3.

16 Wilhelm von Humboldt, « Extraits de la lettre à Abel-Rémusat : Sur le génie grammatical de la langue chinoise, comparé à celui des autres langues », in : Journal asiatique 9 / 1826, p. 115-123 ; « Lettre à Monsieur Jacquet sur les alphabets de la Polynésie Asiatique », in : Nouveau journal asiatique 9 / 1932, p. 481-511.

17 Antoine Isaac Silvestre de Sacy, [Compte rendu de] : Lettre à M. Abel-Rémusat sur la nature des formes grammaticales en général et sur le génie de la langue chinoise en particulier, in : Journal des savans 13 / 1828, p. 68-80 et 141-151.

18 Dans le cadre du projet de recherche Wilhelm von Humboldt und Frankreich, financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft et situé à la Freie Universität Berlin, une édition de la correspondance de Humboldt avec les frères Burnouf ainsi qu’avec Jean-François Champollion est en cours de préparation. Pour en savoir plus, consultez le site du projet : URL : http://userpage.fu-berlin.de/~trabant/dfg.welcome.html.

19 Voir Michel Espagne et Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France. Genèse et histoire (1750-1914) », in : Annales Economies – Sociétés – Civilisations 42 / 1987, p. 969-992.

20 Lorsque Silvestre de Sacy fut élu président de la Société asiatique, il était déjà un savant célèbre dans la communauté scientifique française. Voir les articles de Michel Espagne et de Sabine Mangold dans le présent volume.

21 « La Société est instituée pour encourager l’étude des langues de l’Asie [...] Elle se procure les manuscrits asiatiques ; elles les répand par la voie de l’impression ; elle en fait faire des extraits ou des traductions. Elle encourage en outre la publication des grammaires, des dictionnaires et autres ouvrages utiles à la connaissance de ces diverses langues », Discours d’ouverture prononcé à la première séance générale, le 1er avril 1822, par M. le baron de Sacy ; précédé du Prospectus de la Société, et suivi du Règlement qu’elle a adopté, et de la Liste des Membres qui la composent. Publié par la Société, pour servir d’introduction ou de programme au Journal asiatique, Paris, s.d., p. 31.

22 « Chacun des cahiers du journal Asiatique sera divisé en trois parties : la première contiendra des mémoires, traductions, pièces originales, extraits de manuscrits, notices historiques, géographiques, morceaux de littérature et de poésie, etc. C’est dans cette partie que seront insérés les morceaux fournis par les savans français et étrangers ; la seconde sera consacrée à la critique littéraire : on y rendra compte de tous les ouvrages qui par leur étendue ou leur importance mériteront de fixer l’attention des personnes instruites ; dans la troisième on trouvera toutes les nouvelles, soit politiques, soit littéraires, relatives à l’Asie, les annonces de découvertes ou d’observations intéressantes ; on s’attachera aussi à faire connaître le titre de tous les ouvrages qui se publient dans toutes les parties du monde sur les langues ou les peuples de l’Orient », Discours d’ouverture prononcé à la première séance générale, le 1er avril 1822, par M. le baron de Sacy ; précédé du Prospectus de la Société, et suivi du Règlement qu’elle a adopté, et de la Liste des Membres qui la composent. Publié par la Société, pour servir d’introduction ou de programme au Journal asiatique, Paris, s.d., p. 46.

23 Voir Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme : des anthropologues au temps de Bonaparte (1799-1804), Paris, 2002 ; et Jürgen Trabant, « Les langues des peuples sauvages dans quelques projets anthropologiques autour de 1800 », in : Revue germanique internationale 21 / 2004, p. 11-26.

24 Discours et rapports lus dans la séance générale annuelle du 21 avril 1823, sous la présidence de S.A.S. Mgr. le Duc d’Orléans ; suivis de la Liste des Membres Souscripteurs, de celle des Associés Étrangers, et du Règlement de la Société, Paris, 1823, p. 17-18.

25 « Le projet [...] de réunir peu à peu, dans un Muséum spécial, divers objets relatifs aux travaux dont elle s’occupe, et notamment tous les produits de l’industrie des sauvages, tous les objets de comparaison qui peuvent servir à faire connaître les variétés de l’espèce humaine, ainsi que les mœurs et usages des peuples anciens et modernes » (Louis-François Jauffret, « Introduction aux mémoires de la Société des observateurs de l’homme » (1800), in : Jean Copans et Jean Jamin (éds.), Aux origines de l’anthropologie française. Les mémoires de la société des observateurs de l’homme, Paris, 1994, p. 53-65, ici p. 59.) Les projets de Jauffret et Sacy ne se réalisèrent pas. Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro ne fut fondé qu’en 1878. Rattaché en 1928 au Musée National d’Histoire Naturelle, il prit le nom de Musée de l’Homme en 1937.

26 « Comment se flatter de bien observer un peuple qu’on ne sait pas comprendre et avec lequel on ne peut s’entretenir ? Le premier moyen pour bien connaître les sauvages est de devenir en quelque sorte comme l’un d’entre eux ; et c’est en apprenant leur langue qu’on deviendra leur concitoyen » (Joseph-Marie Degérando, « Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages » 1799, in : Jean Copans et Jean Jamin (éds.), Aux origines de l’anthropologie française, op. cit., p. 73-109, ici p. 82.)

27 Silvestre de Sacy in : Discours et rapports lus dans la séance générale annuelle du 21 avril 1823, op. cit., Paris, 1823, p. 18-19.

28 En suivant en cela Michel Foucault (Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, 1966, p. 298), plusieurs historiens de la linguistique ont mis en relief que la grammaire historico-comparative se penchait souvent surtout sur le côté phonétique du signe linguistique. Voir Brigitte Schlieben-Lange, “Vom Vergessen in der Sprachwissenschaftsgeschichte. Zu den Ideologen und ihrer Rezeption im 19. Jahrhundert”, in : Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 14 / 1984, p. 18-36, ici p. 34 ; Gabriel Bergounioux, Aux origines de la linguistique française, Paris, 1994, p. 8 ; Jürgen Trabant, Mithridates im Paradies. Kleine Geschichte des Sprachdenkens, München, 2003, p. 245-252.

29 Voir Eugenio Coseriu, “Die gegenwärtige Lage in der Sprachforschung : Einzelsprachliche und Sprachverwendungsforschung”, in : Eugenio Coseriu et al. (éds.), Sprachwissenschaftsgeschichte und Sprachforschung. Ost-West-Kolloquium Berlin 1995. Sprachform und Sprachformen : Humboldt, Gabelentz, Sekiguchi, Tübingen, p. 3- 34, ici p. 3.

30 Antoine Isaac Silvestre de Sacy, « De l’utilité de l’étude de la poésie arabe », in : Journal asiatique 8 / 1826, p. 321-339, ici p. 325.

31 Wilhelm von Humboldt, Sur l’étude comparée des langues dans son rapport aux différentes époques du développement du langage (1820), in : Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage (tr. Denis Thouard), Paris, 2000, p. 65-111, ici p. 65.

32 Jürgen Trabant, Traditionen Humboldts, Francfort/Main, 1990, p. 72-75.

33 Gottfried Wilhelm Leibniz (1710), Brevis designatio meditationum de originibus gentium, ductis potissimum ex indicio linguarum, in : Miscellanea Berolinensia, Berlin, p. 1-16.

34 Wilhelm von Humboldt, Sur l’étude comparée des langues (tr. Denis Thouard), op. cit., p. 75.

35 Jürgen Trabant, Humboldt ou le sens du langage (tr. François Mortier/Jean-Luc Evard), Liège, 1992, p. 151.

36 Wilhelm von Humboldt, Sur l’étude comparée des langues (tr. Denis Thouard), op. cit. p. 79.

37 Ibid., p. 81.

38 « (...) nous rencontrons le grec, dès sa première apparition, dans un degré de perfection inconnu ailleurs, mais il poursuit dès lors, depuis Homère jusqu’aux Alexandrins, le chemin d’un perfectionnement continu de sa culture », ibid., p. 73.

39 Ibid., p. 209.

40 Ibid., p. 163.

41 Voir à ce propos l’article de Jürgen Trabant sur l’édition en cours des manuscrits linguistiques de Humboldt inédits jusqu’à nos jours : L’édition des œuvres linguistiques de Humboldt. Le sort d’un legs intempestif, in : Anne-Marie Chabrolle-Cerretini (éd.), Wilhelm von Humboldt. Éditer et lire Humboldt. Les dossiers de Histoire-Epistémologie-Langage, Paris, 2002, SHESL, no. 1 [URL : http://htl.linguist.jussieu.fr/num1/trabant.htm]. En ce qui concerne l’état actuel de ce projet, consultez son nouveau site : URL : http://www.bbaw.de/forschung/wvhumboldt/index.html.

42 Cette opposition de deux paradigmes inconciliables se trouve par exemple chez le linguiste Antoine Meillet : « Mais il n’y avait pas en France de mouvemement d’idées pareil à celui que Herder avait lancé en Allemagne, et il n’y avait pas eu le pendant de ce qui s’est fait en Allemagne pour une interprétation neuve du passé avec les Schlegel, avec les Grimm et avec les G. de Humboldt [...] La théorie des langues a continué d’être représentée par la grammaire générale ; elle n’a pas pris le caractère d’une discipline historique. La célèbre grammaire arabe de S. de Sacy a été faite pour illustrer la grammaire générale, et non pour servir à l’histoire des langues. ». Voir Antoine Meillet, « Michel Bréal et la grammaire comparée au Collège de France » (1930), in : Linguistique historique et linguistique générale, vol. 2, Paris, 1951, p. 212-227, ici p. 214.

43 Voir Sarah Bösch, Ursprünge einer historisch-anthropologischen Sprachreflexion : Wilhelm von Humboldt, Silvestre de Sacy und die Société asiatique, in : Brigitte Jostes et Jürgen Trabant (éds.), Historische Anthropologie der Sprache ( = Paragrana. Zeitschrift für Historische Anthropologie 14, 1), 2005, p. 47-61.

44 Autour de l’année de la mort de Humboldt moururent Schulz (1829), Abel-Rémusat (1832), Klaproth (1835) et Silvestre de Sacy (1838).

45 Sylvain Auroux, Claude Désirat et Tristan Hordé, « La question de l’histoire des langues et du comparatisme », in : Histoire-Epistémologie-Langage 4 / 1982, p. 73-81, ici p. 78.

46 Cité d’après Joan Leopold (éd.), Prix Volney Essay Series, vol. I a, Dordrecht, 1999, p. 75.

47 Voir Michael Werner, « À propos des voyages de philologues français en Allemagne avant 1870 : Le cas de Gaston Paris et de Michel Bréal », in : Michel Parisse (éd.), Les échanges universitaires franco-allemands du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, 1991, p. 139-155 ; Gabriel Bergounioux, Aux origines de la linguistique française, Paris, 1994 ; Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, 1999.

48 Alfred Maury, « Erudits modernes : Silvestre de Sacy », in : Le moniteur universel, 1853, 1er semestre, p. 637-638 et 641-642, ici p. 642.

49 Voir Jürgen Trabant, Apeliotes oder Der Sinn der Sprache. Wilhelm von Humboldts SprachBild, München, 1986, p. 160-169 ; et Kurt Mueller-Vollmer, Wilhelm von Humboldt Sprachwissenschaft, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Bösch, « La réception de Wilhelm von Humboldt au sein de la Société asiatique (1822-1835) : contextes et enjeux théoriques d’un transfert aux origines de la linguistique française », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/394

Haut de page

Auteur

Sarah Bösch

Enseignante à la Paul-Natorp-Oberschule de Berlin.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page