Navigation – Plan du site

Une collaboration scientifique « dans un esprit vraiment œcuménique et international » : Les congrès internationaux d’historiens et le Comité International des Sciences Historiques dans l’Entre-deux-guerres

Agnes Blänsdorf
Traduction de Sandrine Maufroy
p. 209-228

Résumés

Dans l’entre-deux-guerres se tinrent quatre Congrès des sciences historiques (à Bruxelles en 1923, à Oslo en 1928, à Varsovie en 1933 et à Zurich en 1938). Ils prirent leur forme d’organisation définitive en 1926 avec la fondation du Comité International des Sciences Historiques (CISH). Cet article traite principalement des réactions du CISH à l’évolution du contexte politique. Le congrès de 1923 prit encore place dans la situation créée après la Première Guerre mondiale par le boycott des sciences allemandes. Mais dès 1919 s’esquissèrent, de la part des États-Unis, des tentatives pour rapprocher les historiens de l’ensemble des anciens pays belligérants et créer un organisme assurant une coopération permanente et variée. La réintégration de l’Allemagne, à laquelle s’opposa principalement la France, fut décidée en 1925, à une date plus précoce que dans presque toutes les autres disciplines scientifiques. Jusqu’en 1939, le CISH, auquel participèrent, outre les États-Unis, presque tous les pays européens, dont l’URSS, et un nombre croissant d’autres pays, développa un dense réseau de coopération scientifique. Mais après 1925-1926, la situation politique suscita de nouveaux problèmes, qui faillirent plusieurs fois provoquer la dislocation du Comité : tensions entre la France et l’Allemagne après l’ère Briand-Stresemann, antagonismes germano-polonais, puis montée des fascismes en Italie et en Allemagne, dictature stalinienne en URSS. L’organisation se maintint certes jusqu’en 1939, mais ce fut au prix d’une politique d’appeasement ambivalente.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Sandrine Maufroy.

Texte intégral

Les relations scientifiques internationales après la Première Guerre mondiale

  • 1  Stuart Wallace, War and the Image of Germany. British Academics 1914-1918, Edinburgh, John Donald (...)
  • 2  Voir à ce sujet la contribution de Roswitha Reinbothe dans ce volume. Pour les années 1920 et 1930 (...)
  • 3  Gerd Krumeich en collaboration avec Silke Fehlemann (éds.), Versailles – Wirkung – Wahrnehmung, Es (...)

1La poursuite des congrès internationaux d’historiens après la Première Guerre mondiale fut marquée par les séquelles que la Grande Guerre avait laissées dans les relations scientifiques internationales. La première tâche à accomplir fut de surmonter les émotions nationalistes engendrées par la guerre, et en particulier les conséquences de la « guerre des esprits » qu’un grand nombre d’intellectuels et de professeurs renommés avaient menée parallèlement à la guerre armée à partir de l’automne 19141. De nouveaux obstacles apparurent avec la décision des plus grandes institutions scientifiques des pays alliés d’exclure la science allemande de la collaboration internationale pour une durée indéterminée et de créer dans ce but deux organisations internationales, le Conseil International de Recherches pour les sciences (mathématiques, physique, chimie, astronomie, sciences naturelles) et l’Union Académique Internationale (UAI) pour les sciences de l’homme, qui par solidarité avec la Belgique, première victime de l’attaque des armées allemandes, siégeaient toutes deux à Bruxelles2. À ces difficultés vint s’ajouter le profond ressentiment suscité par les traités de paix de Paris3 et sans cesse ravivé par les tensions et les crises politiques des années suivantes.

  • 4  Jürgen Nötzold, « Die deutsch-sowjetischen Wissenschaftsbeziehungen », in : Rudolf Vierhaus, Bernh (...)
  • 5  Brigitte Schroeder-Gudehus, « Wissenschaftsbeziehungen », p. 864-876.
  • 6  Karl Dietrich Erdmann, Die Ökumene der Historiker. Geschichte der Internationalen Historikerkongre (...)

2Les mesures d’exclusion concernaient toutes les nations vaincues, mais elles étaient dirigées avant tout contre les sciences allemandes. Celles-ci réagirent en s’isolant d’elles-mêmes de leurs anciens adversaires occidentaux et en se cherchant de nouveaux alliés. Un point fort important fut, à la suite des accords de Rapallo en 1922, la coopération avec l’Union soviétique, elle aussi isolée sur le plan international, et dont les institutions scientifiques, par solidarité avec l’Allemagne, gardèrent leurs distances vis-à-vis des deux organisations « bruxelloises »4. Au ministère allemand des Affaires étrangères, on s’efforça à partir de 1921 de trouver moyen de surmonter le fossé avec le monde scientifique international. Mais seul un très petit nombre d’individus et d’institutions étaient prêts à chercher par eux-mêmes des contacts, comme le firent par exemple le prix Nobel de chimie Fritz Haber et la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft ou encore le théologien renommé Adolf von Harnack5, l’un des pionniers de la participation allemande aux congrès internationaux d’historiens avant 19146. Malgré les tentatives précoces de médiation effectuées par des scientifiques venant des États-Unis, d’Italie et d’États restés neutres durant la guerre, l’Allemagne resta presque totalement exclue de l’activité scientifique internationale jusqu’en 1925. Après cette date, l’entrée de l’Allemagne dans la Société des Nations et le rapprochement franco-allemand mené par Briand et Stresemann créèrent de meilleures conditions pour une reprise des relations. À la fin des années 1920, la plupart des unions scientifiques disciplinaires s’ouvrirent aux savants allemands. L’UAI et le Conseil International de Recherches se montrèrent aussi de plus en plus prêts à accueillir l’Allemagne. Toutefois, celle-ci n’adhéra à l’UAI qu’en 1935, et elle n’entra pas au Conseil de Recherches avant la Deuxième Guerre mondiale, car au nom de l’honneur national, l’union des Académies allemandes (Kartell der deutschen Akademien) – auquel l’Autriche s’était associée – subordonna son adhésion à des conditions irréalisables et fit ainsi le jeu de ceux qui, en France, cherchaient à retarder autant que possible l’adhésion des Allemands.

La reprise des congrès internationaux d’historiens et la réintégration de la science historique allemande

  • 7  Le Comité International des Sciences Historiques a fait l’objet d’une seule étude d’ensemble détai (...)
  • 8  Ibid., p. 103 ; p. 103-120 sur les négociations de 1918-1923.
  • 9  Elizabeth Donnan, L. F. Stock (éds.), An Historian’s World, Philadelphia, American Philosophical S (...)

3Dans la décennie qui avait précédé la Grande Guerre, l’idée s’était imposée, contre l’avis des sceptiques, d’organiser tous les cinq ans des congrès Internationaux d’historiens dans des pays chaque fois différents7. Il n’existait cependant aucune institution permanente chargée de leur organisation. Celle-ci était dévolue aux pays d’accueil successifs. Certes, on nomma au Congrès de Londres de 1913 un comité international responsable de la préparation du congrès suivant, qui aurait dû se tenir à Saint-Pétersbourg en 1918. Mais à cause de la guerre, il n’entra jamais en action, et après la révolution bolchevique, il ne fut plus jamais question de Saint-Pétersbourg comme lieu de congrès8. C’est un membre de ce comité de préparation, John Franklin Jameson, rédacteur de l’American Historical Review et directeur du bureau pour la recherche historique de la fondation Carnegie, qui prit l’initiative de relancer la collaboration internationale. Tout comme la plupart des historiens américains, Jameson était convaincu que dans cette guerre la bonne cause était du côté des Alliés9. Il commença cependant dès l’été 1917 à réfléchir à la manière de rétablir aussi rapidement que possible la collaboration scientifique entre les pays belligérants et de la renforcer, dans l’intérêt de la science et de l’entente internationale. Jameson conseilla de compléter les congrès internationaux d’historiens par un organisme qui préparerait les congrès et réaliserait des projets internationaux. Il espérait une aide matérielle de la fondation Carnegie. Dans un mémorandum adressé au directeur de cette fondation le 24 mai 1918, il écrivit que c’était un devoir pour les États-Unis de contribuer financièrement et moralement à la reconstruction des sciences européennes et de veiller à ce que la collaboration scientifique internationale soit rapidement réorganisée « dans un esprit réellement œcuménique et international » :

  • 10  Elizabeth Donnan, L. F. Stock, op. cit., p. 223.

Je souhaite vivement voir notre pays prendre conscience et se charger des responsabilités qui résulteront d’un tel état de faits, faire tout ce qu’il pourra pour remédier aux ravages que la guerre aura fait subir aux travaux scientifiques et aux études savantes, apporter véritablement la contribution qui lui incombe, ce qui signifie une contribution beaucoup plus importante que celle qu’il a apportée jusqu’ici, pour préserver et faire progresser la civilisation dans tous les nombreux domaines où la civilisation dépend de travaux de recherche10.

  • 11  Charles H. Firth à Jameson, 15.4.1919, ibid., p. 235, note 720. Sur les opinions exprimées en Angl (...)
  • 12  Académie Royale de Belgique. Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiqu (...)
  • 13  Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, op. cit.(pour le texte de l’appel, voi (...)
  • 14  Henri Pirenne, « Souvenirs de captivité en Allemagne, Mars 1916 – Novembre 1918 », Revue des Deux (...)
  • 15  Bryce Lyon, Henri Pirenne. A Biographical and Intellectual Study, Gand, E. Story-Scientia, 1974, p (...)

4Jameson espérait pouvoir mettre en œuvre son projet rapidement grâce à des réunions préparatoires rassemblant un petit groupe d’historiens et incluant si possible un Autrichien ou un Allemand libéral. Il adressa en 1919 une première série de propositions aux historiens britanniques, et dut alors se rendre à l’évidence qu’une prompte exécution de son projet était impensable. En Angleterre, lui répondit-on, une collaboration avec les Allemands, de quelque nature qu’elle soit, était considérée comme une chose impossible à réaliser dans les vingt années à venir11. Durant les deux années suivantes, Jameson et deux autres collaborateurs de la fondation Carnegie, James T. Shotwell (qui se trouvait alors à Londres) et Waldo G. Leland (qui travaillait à Paris) discutèrent de cette question avec des Anglais, des Français et le Belge Henri Pirenne. Ces négociations aboutirent en mai 1922 à la convocation du Ve Congrès International des Sciences Historiques pour le mois d’avril 1923 à Bruxelles. La présidence en revint à Pirenne, qui était depuis 1919 président de l’UAI et de l’Académie royale de Belgique, dont la Classe des Lettres et des Sciences Morales avait décidé le 3 février 1919 l’exclusion de ses membres allemands et justifié cet acte en déclarant que la « race allemande » avait « prostitué » la science « en se mettant au service du militarisme et d’une autocratie barbare qui avait pour seul but de dominer le monde12 ». Ceci était une allusion à l’« Appel au monde civilisé » du 4 octobre 1914 qui avait été signé par quatre-vingt treize savants allemands, dont un certain nombre, il est vrai, regrettèrent rapidement d’y avoir engagé leur nom. Cet appel, une contribution à la « guerre des esprits » dont les conséquences se ressentirent particulièrement longtemps, avait été rédigé en réponse à des manifestes anti-allemands d’intellectuels anglais et français. Il apportait son soutien plein et entier au « militarisme allemand », déclarait légitime l’entrée des troupes allemandes en Belgique, présentait les actions dirigées contre la population civile belge comme ayant été imposées par la « dure nécessité d’une défense légitime » contre les francs-tireurs et qualifiait la destruction de Louvain de représailles inévitables contre une « population en fureur » par laquelle les troupes allemandes avaient été « perfidement assaillies dans leurs cantonnements »13. Pirenne, l’historien le plus connu de Belgique, incarnait en quelque sorte l’injustice dont son pays avait été victime. Il avait été retenu en captivité en Allemagne de mars 1916 jusqu’à la fin de la guerre pour avoir résisté contre la politique des Allemands en Flandre. Il publia en 1922 des souvenirs amers de cette époque14. La ténacité dont il fit preuve durant la guerre lui valut l’estime de la communauté internationale15.

  • 16  Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Bonn, Kulturabteilung, VI B : Kunst und Wissenschaft, Nr (...)
  • 17  Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Bonn, Kulturabteilung, VI W : Wissenschaft. Institute un (...)
  • 18  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 461-473, tableaux répertoriant le nombre de participants aux co (...)

5Il était donc logique que les historiens des puissances centrales ne soient pas invités au Congrès de Bruxelles. Cette exclusion provoqua cependant en 1922 toute une série de protestations émanant d’un groupe d’historiens reconnus de Grande-Bretagne, d’Italie, de Suisse et des trois pays scandinaves. Concernant les scientifiques scandinaves, les ambassadeurs allemands rapportèrent en 1921 que ceux-ci ne manifestaient guère de sympathie pour l’Allemagne, mais que prévalait cependant la conviction générale qu’il fallait mettre un terme à la guerre dans le domaine scientifique16. Puisque l’Allemagne n’avait pas reçu d’invitation, les universités et académies du Danemark et de Suède n’envoyèrent pas de représentants au Congrès de Bruxelles. Les historiens danois, probablement sous l’influence d’Aage Friis, adoptèrent ainsi une attitude différente de celle qu’avaient prise jusqu’alors leurs collègues d’autres disciplines17. Les Norvégiens décidèrent au contraire d’être présents et de proposer d’accueillir le congrès suivant à Oslo, dans l’intention d’y inviter les historiens de tous les pays, et donc aussi d’Allemagne. L’initiative venait de Halvdan Koht, professeur à l’Université d’Oslo et homme politique social-démocrate, membre du comité consultatif de l’Institut norvégien pour l’attribution du prix Nobel, ministre norvégien des Affaires étrangères à partir de 1935 et l’une des figures centrales du Comité International des Sciences Historiques dans l’Entre-deux-guerres. À la suite de ces protestations, le texte de l’invitation fut modifié peu avant le début du Congrès de Bruxelles : il s’adressait désormais à tous les États membres de la Société des Nations. Etaient concernées, parmi les anciennes puissances centrales, la Hongrie, d’où vinrent trois historiens18, et l’Autriche, qui s’abstint par solidarité avec l’Allemagne. Dans une lettre à Aage Friis du 30 septembre 1922, Pirenne invoqua les arguments suivants pour justifier la décision de ne pas inviter l’Allemagne :

  • 19  Ibid., p. 110, lettre conservée dans les papiers de Friis.

Elle était inévitable pour le bon succès du congrès. Il faut bien songer que celui-ci se tient à Bruxelles […]. Il faut tenir compte aussi qu’un congrès historique n’est pas analogue à un congrès de physique ou de mathématique. Certains sujets auraient pu amener des discussions qu’il aurait été bien difficile sans doute de retenir dans les formes d’un débat strictement scientifique. Espérons que le prochain congrès historique n’aura pas à tenir compte de ces malheureuses conjonctures19.

  • 20  Ibid., p. 120-122 ; Robert Dumoulin, « Henri Pirenne et la naissance des Annales », in : Charles-O (...)
  • 21  Bryce Lyon, Mary Lyon (éds.), The Birth of Annales history : the letters of Lucien Febvre and Marc (...)
  • 22  Halvdan Koht, « Le problème de l’origine de la Renaissance », Revue de synthèse historique 37, 192 (...)
  • 23  Ibid., p. 127 sq., d’après Compte rendu Bruxelles, p. 325 sq. et p. 419 sq.

6Le Congrès de Bruxelles eut lieu trois mois après l’occupation de la Ruhr par les troupes françaises et belges. Il s’ouvrit par un discours impressionnant de Pirenne intitulé « De la méthode comparative en histoire »20, qui comprenait une critique virulente de la pensée nationaliste de l’époque et du « désarroi moral dans les consciences » qui avaient régné durant la guerre. Pour revenir dans le droit chemin, les historiens devaient se libérer des « idoles du sentiment », c’est-à-dire « des préjugés de races, des préjugés politiques, des préjugés nationaux ». Pirenne s’adressait à tous les historiens, sans nommer les Allemands en particulier. Ceci était d’autant plus remarquable que l’historien belge, qui avait entretenu avant 1914 des relations amicales avec un grand nombre d’historiens allemands, avait publié en 1921 et 1923 des considérations très critiques sur la science historique allemande et les avait placées sous la devise « Ce que nous devons désapprendre de l’Allemagne »21. Son discours prononcé au Congrès de Bruxelles prolongeait ces réflexions dans la mesure où il s’associait aux efforts visant à remplacer la méthode positiviste ou historique, attribuée à la science historique allemande, par de nouvelles orientations de type sociologique préconisées surtout en France. À l’instar de Pirenne, Koht présenta un exposé dans lequel il présenta au congrès22, comme un danger tout particulier la notion de race, dont l’usage commençait alors à se répandre et dont la virulence se manifesta au cours du congrès lui-même. Le Baron Lecca, de Roumanie, se prononça en faveur d’une vision raciste de l’histoire qui culminait dans l’affirmation : « La race blonde […] est la vraie race européenne, […] autochtone depuis les temps immémoriaux. » Et Georges Blondel, professeur au Collège de France et bon connaisseur de l’histoire économique et sociale de l’Allemagne, régla son compte à la « race allemande » et à ses dispositions naturelles présumées dangereuses dans un exposé chauvin qui rencontra plus d’un écho favorable lors de la discussion23.

  • 24  Pour plus de détails, voir Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 115-119.
  • 25  Ibid., p. 113, 116 ; Politisches Archiv, Bonn, Wissenschaft, Bd. 2, note sur un entretien avec Hal (...)
  • 26  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 137-142.

7À Bruxelles, la proposition présentée par Koht d’organiser le congrès suivant à Oslo ne suscita pas un nombre suffisant de votes favorables, car elle aurait signifié la fin de l’exclusion de l’Allemagne. L’invitation des historiens polonais n’eut pas plus de succès, car on craignait le refus des Allemands de venir à Varsovie. On en resta donc à un compromis : le lieu du congrès serait choisi par un Comité International des Sciences Historiques à créer avant 1925. Pour la composition de ce comité, on convint finalement, après d’âpres discussions, d’une formule qui laissait ouverte la question de la participation de l’Allemagne : il devrait être « aussi représentatif que possible de tous les pays ». Ce sont surtout les Français qui s’opposèrent à une acceptation plus franche de l’Allemagne. La souplesse de la formulation fut facilitée par le fait que Pirenne et les Anglais ne s’opposèrent pas à l’inclusion de l’Allemagne, mais elle résulta surtout de la ténacité des Américains et de leur argumentation qui liait l’aide financière à l’acceptation de l’Allemagne au même titre que les autres pays24. À la fin du congrès, on désigna un bureau chargé de préparer le futur Comité. Il se réunit en mai 1924 à Bruxelles. Là encore, la grande question fut celle de l’intégration des Allemands. Celle-ci fut de nouveau refusée par le représentant de la France, l’archéologue renommé Théophile Homolle, membre de l’Institut et Président de l’UAI de 1923 à 1925. Les Scandinaves et les Américains menacèrent de se retirer si l’on excluait l’Allemagne. Le personnage central fut Leland, qui avait entre-temps réussi, à Paris, à entrer en relations avec des historiens français favorables à la conciliation et à se mettre en contact avec la Commission Internationale pour la Coopération Intellectuelle de la Société des Nations. C’est à l’instigation de Leland que le spécialiste d’histoire économique Alfons Dopsch, président de la section autrichienne de cette Commission de la Société des Nations, prit part à la réunion de Bruxelles à titre consultatif. Les opinions de Dopsch en faveur de la réunion de l’Autriche avec l’Allemagne lui avaient valu la réputation de « pangermaniste » auprès de Pirenne et des Français. Mais en tant qu’Autrichien, il ne faisait pas l’objet d’un rejet aussi radical que les Allemands. Leland espérait aussi que Dopsch pourrait jouer un rôle de médiateur en direction des Allemands, que lui-même n’avait pas encore contactés. Il obtint également le soutien de l’historien polonais Oskar Halecki, qui, en tant que secrétaire de la Commission Internationale pour la Coopération Intellectuelle de 1922 à 1924, avait développé un réseau d’intellectuels favorables à la conciliation25. Lors de la séance de mai 1924, Leland fut chargé de rédiger un projet de texte pour la création du Comité International, mais aucune décision ne fut prise au sujet des pays à admettre26.

  • 27 Ibid., p. 142-154.
  • 28 Historische Zeitschrift 128, 1923, p. 555 sq.
  • 29  Rapport de Hermann Reincke-Bloch au ministère allemand des Affaires étrangères, 6.6.1926, Politisc (...)
  • 30 Ibid., p. 144 sq.

8Le CISH fut finalement constitué les 14 et 15 mai 1926 à Genève en présence de délégués de dix-neuf pays27. Tous les anciens pays belligérants y furent conviés et acceptèrent l’invitation. La réalisation de cet objectif, qui à Paris se heurta jusqu’au dernier moment à des résistances, fut facilitée par le changement de conjoncture politique consécutif à la fin du conflit de la Ruhr, mais elle reposa avant tout sur l’activité infatigable de Leland. À la fin de l’année 1925, il n’était pas encore assuré que les historiens allemands accepteraient de collaborer. Jusqu’alors, ils n’avaient pas encore cherché d’eux-mêmes à entrer en contact avec l’organisation internationale en gestation. Le Congrès de Bruxelles n’avait été commenté dans la Historische Zeitschrift que par une seule notice de Georg von Below qui critiquait l’exclusion des Allemands sans manifester aucune volonté de rapprochement28. Des réserves furent exprimées aussi en 1925, et même après la réunion de Genève, l’un des deux délégués allemands déclara encore que tous les efforts faits en direction de la science allemande avaient « indéniablement » pour but de « l’intégrer dans le cortège des relations culturelles de la France29 ». Toutefois, le point de vue qui finit par prévaloir au sein de l’Historikerverband allemand, ou du moins de son comité directeur, fut celui que le gouvernement allemand approuvait aussi : participer dans l’intérêt de la réconciliation, et principalement de la réconciliation avec la France. La seule condition maintenue par les Allemands sous la pression du Kartell der deutschen Akademien fut que le Comité des historiens reste indépendant de l’UAI30.

  • 31 Ibid., p. 153 : Leland, « Organization of the International Committee of Historical Sciences, Genev (...)
  • 32  Ibid., p. 154-157 ; la citation (p. 157) est tirée de « Denkschrift über den Beitritt der Deutsche (...)

9Ce rapprochement entre les anciens pays ennemis fut considéré par le représentant de la science historique française, Gustave Glotz, comme une preuve de « ce qui est possible, quand des personnes sensées se rencontrent dans l’intention de déterminer leur action par la bienveillance et par la raison plutôt que par les émotions31 ». Pour témoigner de cette volonté de rapprochement, un historien allemand, Karl Brandi, fut nommé au bureau du CISH – en tant que vice-président, à côté de Dopsch – et Göttingen fut choisi comme lieu de la prochaine assemblée générale du CISH en mai 1927. Français et Allemands conçurent la rencontre de Göttingen comme un acte de réconciliation franco-allemande. Même dans le contexte de la politique de Locarno, l’entente des historiens n’avait rien d’évident, comme le montre une discussion qui eut lieu en marge de l’assemblée du CISH à propos de l’adhésion de l’Allemagne à l’UAI. Parmi ceux qui y prirent part, on trouvait en qualité de représentants de leurs Académies respectives, Koht, Leland et l’historien italien Gaetano De Sanctis, qui depuis 1922, s’étaient prononcés à plusieurs reprises en faveur de l’Allemagne au sein de l’UAI, du côté allemand des membres des Académies de Berlin et de Göttingen et Dopsch pour l’Académie de Vienne. Malgré les efforts de Brandi et de Dopsch pour mettre fin à « l’autosatisfaction stérile d’une politique de prestige vide de tout contenu », la plupart des Allemands qui participèrent à cette discussion campèrent sur leurs positions et posèrent des conditions qui bloquèrent pendant des années toute tentative de médiation32.

  • 33  Sur le déroulement du congrès, voir ibid., p. 163-189 ; la citation (p. 188) est tirée d’une lettr (...)

10Lors de l’assemblée fondatrice du CISH, Koht obtint la charge de président et Oslo fut choisi comme ville d’accueil du congrès suivant. Le Congrès d’Oslo se tint en 1928 et réunit pour la première fois tous les pays qui avaient pris part à la Guerre mondiale. Il fut considéré comme l’incarnation de la volonté de contribuer, par l’intérêt commun pour la recherche scientifique et par la disposition à « prendre en considération la vérité telle que les autres la comprennent », à surmonter les fossés politiques et idéologiques33. La réussite du congrès fut en grande partie l’œuvre de Halvdan Koht, qui le décrivit plus tard comme un moment de sa vie particulièrement important :

  • 34 Ibid., p. 165 ; la citation est tirée de Halvdan Koht, The Origins and Beginnings of the Internatio (...)

On peut dire que le Congrès d’Oslo dans son ensemble fut empreint d’une atmosphère générale de bonne volonté, et « l’esprit d’Oslo » devint quasiment le programme du Comité International des historiens. Tout le monde sentait que notre organisation avait désormais une base solide34.

Le Comité International des Sciences Historiques et l’Union soviétique

  • 35  Compte rendu Bruxelles, p. 38.
  • 36  Leland à Shotwell, 2.6.1925, conservée dans les papiers de Leland, citée in : Karl Dietrich Erdman (...)
  • 37  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 144.
  • 38  Ibid., p. 158, rapporté par Brandi le 6.6.1928 (document conservé dans les papiers de Brandi).
  • 39  Koht à Pokrovsky, 21.12.1927, cité d’après les papiers de Pokrovsky in : Lutz-Dieter Behrendt, Die (...)

11La question de l’attitude à tenir envers les sciences historiques pratiquées en Union soviétique ne fut discutée en détail ni durant la phase de préparation du CISH ni lors de l’assemblée fondatrice. Conformément aux usages d’avant-guerre, l’Académie des Sciences de Russie de Saint-Pétersbourg reçut une invitation au Congrès de Bruxelles de 1923. Cette Académie, qui était encore l’un des centres de la science historique « bourgeoise », envoya trois représentants officiels. En outre, trois autres de ses membres participèrent au congrès, et furent répertoriés dans le volume de comptes rendus sous la dénomination « Union des Groupes Académiques Russes à l’étranger » : l’historien du droit Paul Vinogradoff, qui enseignait à Oxford depuis 1902, Michael Rostovtzeff et Peter Struve, qui avaient tous deux émigré après la Révolution d’Octobre35. Paul Vinogradoff fut le seul historien russe à faire partie du bureau élu à la fin du congrès pour préparer le CISH. Il décéda en 1925 ; on ne connaît pas de déclarations de sa part concernant le CISH. Lorsqu’en 1925, on s’occupa d’envoyer des invitations à participer à l’assemblée fondatrice du CISH, c’est la conception de Leland qui prévalut sans discussion : « Nous devons traiter directement avec les “savants” russes se trouvant en Russie et écarter la fiction selon laquelle ils pourraient être représentés par des savants Russes se trouvant hors de Russie36. » L’Académie de Leningrad fut invitée. Elle répondit qu’elle était prête à collaborer, mais qu’elle ne pouvait pas envoyer de représentant à Genève, car la Suisse n’avait pas reconnu l’Union Soviétique37. Parmi les membres du bureau du CISH réunis à l’automne 1926, seul le représentant de la Pologne défendit l’argument que la « véritable Russie scientifique » n’était plus représentée que par les émigrés. Tous les autres furent d’avis « que dans les relations internationales, il n’y a aujourd’hui qu’une Russie, et c’est la Russie soviétique38 ». En octobre 1926 eurent lieu quelques contacts brefs avec deux historiens de Leningrad qui répétèrent leur volonté de collaborer. Puis les relations cessèrent. À la fin de l’année 1927, puis à nouveau le 5 avril 1928, Koht envoya des demandes pressantes de participation au congrès International d’Oslo : c’était selon lui « un besoin et un devoir de parachever la collaboration internationale des historiens en y associant les collègues russes39 ». Toutefois, la présence de délégués de l’Union soviétique resta incertaine jusqu’à l’ouverture du congrès.

  • 40  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 158 sq., 178-182 ; Clara Castelli, « Internazionalismo e Storia (...)
  • 41  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 192.
  • 42 Bulletin of the International Committee of Historical Sciences, vol. 2, no8, p. 331.
  • 43  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 318 ; Agnes Blänsdorf, « Zusammenarbeit zwischen Historikern im (...)

12La raison de ces atermoiements était la restructuration de la science historique en Union soviétique, qui s’acheva en 1928 avec l’installation à tous les postes clés d’historiens fidèles au régime. C’est l’Académie communiste de Moscou qui joua désormais le rôle déterminant. Son représentant principal était l’historien et vice-commissaire du peuple à l’éducation Mikhail N. Pokrovsky. Sous sa direction, la science historique soviétique se présenta pour la première fois à l’étranger en juillet-août 1928, lors d’une semaine de rencontre germano-soviétique d’historiens à Berlin, puis quatre semaines plus tard au congrès International des sciences historiques d’Oslo40. Dans les deux cas, la délégation soviétique comprit encore des historiens « bourgeois » ; de même, le savant « bourgeois » Sergij F. Ol’denburg, secrétaire de l’Académie de Leningrad, resta jusqu’en 1930 représentant de l’Union Soviétique au CISH au côté de Pokrovsky41. Pour souligner que l’Union soviétique avait une place légitime dans la famille des historiens, Pokrovsky fut associé à la présidence du Congrès d’Oslo. L’éviction des historiens « bourgeois » en Union soviétique ne fut pas évoquée publiquement pendant le congrès. Seul l’historien de l’antiquité émigré Rostovtzeff critiqua dans une interview destinée à la presse les honneurs rendus à Pokrovsky et rappela le rôle que ce dernier avait joué dans l’expulsion des historiens non communistes hors de Russie. Les propos de Rostovtzeff ne rencontrèrent pas d’écho perceptible, mis à part une contre-déclaration de Pokrovsky dans la presse ; mais ils valurent à Rostovtzeff son exclusion formelle de l’Académie de Leningrad. En 1930, le CISH vota une résolution selon laquelle à l’avenir, les historiens émigrés ne pourraient participer aux congrès internationaux et aux activités du CISH que dans le cadre des comités nationaux de leurs pays d’accueils respectifs42. La décision de s’en tenir aux frontières politiques fut confirmée en 1955 lorsque les historiens polonais émigrés, parmi lesquels se trouvait Halecki, souhaitèrent être reconnus comme représentants de la science historique polonaise43.

  • 44  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 179 sq.
  • 45 Ibid., p. 192 sq., d’après :Lutz-Dieter Behrendt, op. cit., p. 3-11 ; p. 352-354 ; Agnes Blänsdorf, (...)

13La plupart des exposés présentés à Oslo par les historiens soviétiques n’étaient guère empreints de l’idéologie communiste, et même lorsqu’elle y joua un rôle – comme dans la contribution de Pokrovsky lui-même – les exigences scientifiques restèrent élevées et le fond des sujets traités suscita des discussions intéressantes44. Mais après le congrès, une autre ligne prévalut en Union soviétique. Sous la direction de Pokrovsky furent établies des directives pour la participation aux congrès internationaux, qui restèrent valables dans les États du bloc de l’Est jusqu’à la fin du régime communiste : les congrès devaient être utilisés pour la confrontation idéologique avec l’Ouest. Il fallait démontrer la supériorité de l’historiographie marxiste-léniniste, démasquer la science historique « bourgeoise » et chercher à s’allier avec les historiens marxistes étrangers. Dans ce but, il était nécessaire de créer « unité et concordance parfaites dans ses propres rangs » et de donner aux délégations une direction ferme et rigoureuse. Dans toutes les sections des congrès, il s’agissait de faire valoir les positions marxistes en intervenant dans les discussions avec des textes préparés d’avance45.

  • 46  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 212-216.
  • 47 Ibid., p. 209, p. 320 sq., p. 329-332 ; Agnes Blänsdorf, op. cit., p. 193 sq.
  • 48  Lutz-Dieter Behrendt, op. cit., p. 219-231.
  • 49  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 226, citation tirée d’une lettre de Deborine (président de l’Ac (...)

14Après 1928, le CISH et l’Union soviétique n’entretinrent plus que des relations sporadiques, du fait des purges dont furent victimes les historiens non communistes ainsi qu’un nombre croissant d’historiens communistes. Parmi eux se trouvèrent Ol’denburg et plusieurs participants au Congrès d’Oslo ; même les œuvres de Pokrovsky furent condamnées après sa mort en 1931. Seuls des stalinistes fidèles aux directives de Pokrovsky prirent part au Congrès de Varsovie de 1933, sans parvenir toutefois à imposer leur domination dans le sens souhaité46. Parmi les orateurs se distingua Anna Pankratowa, qui sortirait indemne de toutes les vagues de purges et représenterait l’Union soviétique au CISH après la Deuxième Guerre mondiale ; en 1956, après le XXe congrès du Parti Communiste, en tant que représentante des sciences historiques soviétiques, elle répondit aux attentes de la direction du Parti en faisant publiquement son autocritique et en rejetant le stalinisme47. À Varsovie, elle présenta le projet d’une histoire des entreprises d’Union soviétique comme un exemple d’une nouvelle forme de recherche historique, à laquelle devraient participer des historiens de métier, des journalistes, des représentants du parti et des syndicats et les travailleurs eux-mêmes48. La rencontre des historiens soviétiques et occidentaux à Varsovie se mua en controverse idéologique, annonçant le défi principal rencontré par l’œcuménisme du Comité international entre 1955 et 1990, qui ne fut toutefois pas ressenti comme tel avant 1939. Car à la suite des purges staliniennes, la participation de l’Union soviétique aux activités du CISH se réduisit après le Congrès de Varsovie à l’envoi de titres pour l’International Bibliography of Historical Sciences éditée par le CISH, non sans susciter d’ailleurs de graves tensions. En effet, les Soviétiques exigèrent l’inclusion dans cette bibliographie d’ouvrages de propagande politique et l’élimination des ouvrages d’auteurs proscrits comme le « fasciste Trotski, qui est devenu méprisable et détestable », et ils menacèrent de mettre fin à leur collaboration s’ils n’obtenaient pas satisfaction. Pour parer à de telles situations, provoquées aussi par les exigences des pays fascistes, on cessa discrètement, avec l’accord du président du CISH, de faire paraître la bibliographie concernant les années postérieures à 191949. Il n’y eut aucun représentant de l’Union soviétique au congrès International de Zurich d’août 1938. Peu de temps après, les contacts cessèrent complètement.

Le CISH, centre de la coopération internationale

  • 50  Pour le texte des statuts et une vue d’ensemble de ses modifications jusqu’en 2004, voir : Karl Di (...)

15À sa fondation, le CISH reçut des statuts qui sont encore valables aujourd’hui – avec un certain nombre d’amendements50. Il s’agit d’une association de Comités nationaux dont chacun a sa propre structure et qui représentent les principales institutions scientifiques spécialisées en histoire de leurs pays respectifs. Le CISH est dirigé par un bureau qui comptait entre neuf et onze membres avant 1945. Une partie d’entre eux et le président sont élus tous les cinq ans. Seule la charge de secrétaire général est permanente. Jusqu’en 1945 elle fut assumée par Michel Lhéritier, polyglotte engagé avec passion dans la promotion de l’entente internationale, membre de l’Institut International de Coopération Intellectuelle de Paris à partir de 1925, professeur dans un lycée et à l’Ecole des Hautes Etudes Sociales, puis professeur à l’Université de Dijon à partir de 1935. Lhéritier dut sa nomination à la confiance que Leland plaçait en lui plus qu’à sa propre position dans le champ des sciences historiques françaises.

  • 51  Mémorandum de l’Executive Council de l’American Historical Association pour la Rockefeller Foundat (...)
  • 52  Brigitte Mazon, Aux origines de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, le rôle du mécénat (...)

16D’après ses statuts, le CISH devait représenter les sciences historiques de tous les pays, assurer la continuité de la coopération internationale « pour travailler au développement des sciences historiques » et organiser les congrès Internationaux. Ses protecteurs et sponsors américains espéraient qu’il contribuerait ainsi à surmonter les conséquences de la guerre dans le domaine intellectuel et qu’il acquerrait la fonction d’institution pilote pour l’ensemble des sciences sociales « actuellement divisées en écoles nationales et incapables de coopérer pour mener à bien l’étude et la discussion de problèmes sociaux, économiques et politiques de portée internationale51 ». Ces considérations valurent au CISH jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, de généreuses aides financières de la part du Carnegie-Endowment et surtout de la fondation Rockefeller, qui s’employa dans les années 1920 à promouvoir de nouvelles orientations dans les sciences sociales en Europe52.

  • 53  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 461-473 (vue d’ensemble sur l’adhésion et la participation des (...)
  • 54  Ibid., p. 221 sq., 253.
  • 55  Pour une vue d’ensemble de l’évolution de la dimension internationale du comité, voir Jürgen Kocka (...)
  • 56  Sur N. Iorga, voir, dans le présent volume, la contribution de G. Hübinger, B. Picht et E. Dabrows (...)

17En ce qui concerne son extension géographique, le CISH répondit pleinement aux attentes. Il comptait vingt-deux États-membres en 1926, quarante-six en 193953. Le CISH comprenait presque tous les États européens, la ville de Danzig et le Vatican compris (soit un total de vingt-huit États), l’Union soviétique, l’Ukraine et la Turquie, les États-Unis et le Canada, ainsi que cinq pays d’Amérique centrale et du Sud, le Japon, la Chine, l’Inde, l’Indochine, l’Algérie, la Tunisie et l’Égypte. C’est surtout Harold W. Temperley (Grande-Bretagne), président du CISH de 1933 à 1938, qui s’efforça d’encourager la participation des pays asiatiques au CISH. Dans ce but, il s’engagea aussi pour que l’organisation prenne mieux en compte que par le passé les besoins et les particularités des pays extra-européens. Leland qui lui succéda à la présidence du CISH en 1938, s’efforça alors de susciter l’intérêt des pays d’Amérique centrale et du sud pour le CISH54. Mais jusque dans les années 1980, le comité ne concerna pratiquement que les historiens d’Europe, de l’Union soviétique et des États-Unis55. De grandes différences persistèrent pourtant jusqu’en 1939 entre les différents pays européens eux-mêmes. Le noyau du comité était formé par les pays qui avaient des institutions scientifiques consacrées à l’histoire bien établies. La Finlande, la Lituanie, l’Estonie, la Lettonie, la Yougoslavie, la Grèce, la Bulgarie, l’Espagne et le Portugal se faisaient à peine remarquer, à l’inverse de la Tchécoslovaquie, de la Hongrie et de la Pologne, qui se distinguaient par leur participation active. Cela vaut aussi pour la Roumanie, mais dans son cas, cette visibilité n’était due, comme avant la Première Guerre mondiale, presque qu’à une seule personne : l’historien renommé et bien introduit dans la communauté scientifique internationale Nicolae Iorga56.

  • 57  La liste de ces commissions est donnée par Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 458 sq.
  • 58  Des rapports sur l’activité des commissions jusqu’en 1938 se trouvent répartis dans les différents (...)
  • 59  Cet aspect est souligné par Ingrid Voß, « Deutsche und französische Geschichtswissenschaft in den (...)
  • 60  Peter Schöttler, « Désapprendre de l’Allemagne : les Annales et l’histoire allemande pendant l’Ent (...)

18Outre les comités nationaux, il existait (et il existe toujours) des groupes de travail thématiques affiliés au CISH en qualité de « commissions intérieures » et « extérieures ». Les deux premières d’entre elles virent le jour en 1926 ; elles étaient vingt-huit en 193857. Ces commissions avaient toutes une composition internationale ; comme le bureau et le CISH, elles se réunissaient aussi en-dehors des congrès, et elles organisaient leurs propres colloques. On s’attacha aussi à promouvoir les petits pays qui avaient peine à prendre part au discours international, ne serait-ce que pour des raisons linguistiques. L’histoire interne des commissions et leur apport scientifique durant les quelques années qui précédèrent la Deuxième Guerre mondiale sont mal connus58. Ce qui est à souligner toutefois, c’est que le CISH développa un réseau dense, d’une grande extension géographique et thématique, au sein duquel les relations furent plus continues que dans d’autres projets de coopération internationale entre historiens59. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure les activités du CISH purent réellement contribuer à réduire les inimitiés et les divisions à une époque qui vit se succéder presque sans transition les difficultés engendrées par la Grande Guerre et les problèmes provoqués par la montée du fascisme et du national-socialisme. Les études qui ont été consacrées aux relations entre historiens français et allemands dans l’Entre-deux-guerres parviennent à la conclusion que le chauvinisme, les préjugés nationaux et la méfiance mutuelle persistèrent largement60. Les tentatives du CISH pour promouvoir le rapprochement et la compréhension n’en furent que plus méritoires. De nombreux exemples montrent combien d’efforts, de circonspection et de diplomatie furent nécessaires : élections au bureau du CISH, question de l’usage des langues nationales, désaccords au sujet de l’inclusion de tel ou tel titre dans l’International Bibliography, choix des lieux des congrès ou des réunions du CISH, exclusion du thème sensible de la Guerre mondiale de l’ordre du jour des congrès, déroulement des discussions concernant des sujets brûlants comme par exemple la notion de nation et l’Europe de l’Est dans les congrès de 1928 et de 1933. Dans tous ces cas, la grande majorité des historiens impliqués, soit comme membres du CISH et de ses divers organismes, soit comme délégués de leurs Comités nationaux, étaient prêts à consentir aux compromis exigés pour maintenir la collaboration internationale.

Les défis politiques de la dernière décennie précédant la Deuxième Guerre mondiale

  • 61  Le paragraphe suivant s’appuie sur : Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 191-198 ; Ingrid Voß, « Ge (...)

19Les succès des années 1926-1928 furent rapidement suivis d’une période difficile pour la collaboration au sein du CISH. Les difficultés concernèrent d’abord les relations franco-allemandes et germano-polonaises61. En Allemagne, mais aussi en France, un climat de méfiance et de ressentiment recommença à se développer après 1929, dans le contexte de la montée des droites nationales en Allemagne et des tensions diplomatiques succédant à l’ère Briand-Stresemann ; puis en 1931, quand le projet d’union douanière entre l’Allemagne et l’Autriche échoua à cause de l’opposition de la France. Après le retrait plus rapide que prévu des troupes françaises de la rive gauche du Rhin, les historiens allemands décidèrent d’organiser un Historikertag à Bonn et Coblence en octobre 1931 sous la forme d’une grande manifestation nationale. Lhéritier exprima son désir d’y participer pour témoigner de la volonté française de réconciliation, mais il reçut le conseil pressant de ne pas se montrer, car on pouvait prévoir un climat général d’hostilité marquée à la France. Peu de temps après, Brandi écrivit à Leland qu’il était douteux que l’Allemagne puisse continuer à collaborer au CISH :

  • 62  Brandi à Leland, 16.7.1931, conservée dans les papiers de Brandi, citée in : Karl Dietrich Erdmann (...)

Toutes les dispositions conciliantes des Allemands et tout notre sens des relations scientifiques et de la communauté internationale semblent n’avoir aucun effet sur la politique et l’opinion publique françaises. Nous avons fait notre travail de notre mieux, et je serais si heureux si nous pouvions le poursuivre. Mais je pense que tous les historiens allemands ressentent la même amertume et la même déception62.

  • 63  Sur la participation polonaise à l’organisation internationale des historiens, voir Stefan Guth, « (...)
  • 64  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 204-217.

20Cette amertume résultait aussi du fait que la grande majorité des historiens allemands avaient refusé de se rendre à Varsovie, où le septième congrès International des sciences historiques devait se tenir en août 1933. La Pologne avait présenté son invitation dès 192363. Lorsqu’en 1926 le CISH avait pris sa décision, les deux délégués allemands s’étaient abstenus, mais en 1928, sous l’empire de « l’esprit d’Oslo », ils s’étaient ralliés à l’acceptation unanime de la proposition polonaise au CISH. Ce n’est cependant qu’à grand-peine que des historiens favorables à la conciliation comme Brandi obtinrent l’accord de leurs collègues allemands. La décision de participer au Congrès de Varsovie ne fut prise qu’en août 1932 lors de l’Historikertag de Göttingen. Un argument décisif fut que l’intérêt national recommandait de ne pas laisser le champ libre aux Français et aux Polonais, surtout dans les débats concernant la frontière germano-polonaise. Grâce aux dispositions conciliantes des Polonais envers les Allemands et en dépit des craintes qui avaient précédé le congrès – ou précisément parce que ces craintes avaient incité tous les participants à la plus grande prudence –, cette rencontre se déroula dans un climat qui fut loué unanimement comme encore plus amical, encore plus prometteur que la rencontre d’Oslo. Prélude au rapprochement germano-polonais entamé par Hitler, on commença même à préparer une collaboration germano-polonaise sur la question controversée des relations entre les deux pays64.

  • 65  Rainer Bendick, « Irrwege und Wege aus der Feindschaft. Deutsch-französische Schulbuchgespräche im (...)
  • 66  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 183-186, citation p. 185 sq. ; Eugenio di Rienzo, La storia e l (...)
  • 67  Volpe au président de la Chambre des Députés, Antonio Casertano, 1.9.1928 (extraits cités dans : E (...)

21Outre les problèmes causés par les tensions entre États, d’autres difficultés furent provoquées par l’avènement du fascisme en Italie, puis en Allemagne. Elles commencèrent à apparaître au Congrès d’Oslo de 1928, dans les contributions polémiques de certains participants italiens, parmi lesquels l’un des historiens italiens les plus renommés, Gioacchino Volpe, chaud partisan de Mussolini et adepte d’une politique offensive de l’Italie en Méditerranée et en Afrique. Volpe s’opposa de manière provocatrice à la proposition présentée par Lhéritier de faire participer le CISH aux projets, nombreux à l’époque, de révision des livres de classe, dans le but de promouvoir la paix dans le monde65. Volpe s’associa aux réserves déjà formulées par d’autres historiens qui refusaient d’assigner à l’histoire un but politique, fût-il aussi noble que la paix, mais il n’en resta pas là. Son réquisitoire culmina dans l’affirmation : « Les éducateurs enseignent la paix, mais il est absolument hors de doute qu’ils enseignent aussi, lorsque c’est nécessaire, la guerre […] ; l’éducation s’efforce […] de former des hommes riches de toutes les aptitudes à faire le bien, prêts à la paix et à la guerre, forts dans la vie et, si nécessaire, forts dans la mort66. » Pour Volpe, la proposition de Lhéritier était une preuve de la tendance qu’il voyait en général à l’œuvre à l’arrière-plan du CISH : utiliser le mot d’ordre du pacifisme pour prendre les historiens du monde entier au piège de la Société des Nations, qui selon lui n’était rien d’autre qu’un « cartel » franco-anglo-américain créé pour dominer l’Europe et le monde. Pour prévenir ce danger et faire valoir les intérêts de l’Italie, il recommandait au gouvernement italien de donner à l’avenir à ses délégations une direction ferme et rigoureuse67.

  • 68  Gaetano de Sanctis, Ricordi della mia vita. A cura di Silvio Accame, Firenze, Le Monnier, 1970, p. (...)
  • 69  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 191-195, citations p. 191, 195.

22C’est au début de l’année 1932 que le CISH se vit pour la première fois confronté inéluctablement à la question de l’attitude à prendre face aux régimes totalitaires. En 1931, les professeurs d’université italiens furent obligés de prêter le serment « d’éduquer des citoyens fidèlement dévoués au régime fasciste ». Douze professeurs refusèrent de prêter serment, dont De Sanctis, depuis 1926 représentant de l’Italie au CISH, qu’il avait contribué à mettre sur pied, et membre du bureau. Il renonça à sa chaire de Rome et à toutes ses autres charges, y compris au sein du CISH. Il expliqua ainsi sa décision à Friis : « Toute science est autonome. L’historien qui subordonne son œuvre de savant et de maître aux intérêts contingents d’un parti ou d’un régime est indigne du nom de savant68. » Au sein du bureau du CISH, Koht, qui en était alors le président, fut le seul à soutenir qu’il fallait protester contre de telles atteintes à la liberté de recherche et d’enseignement, y compris s’agissant de la persécution des historiens en URSS : « sinon on en porterait en partie la responsabilité ». À cette opinion s’opposait celle de Lhéritier et de Leland, selon qui il s’agissait là d’événements politiques qui, en tant que tels, ne concernaient pas le CISH. Le résultat final de ces discussions fut une résolution adoptée à l’unanimité par l’assemblée générale du CISH le 6 juillet 1932. Elle comprenait un appel invitant les gouvernements « de tous les pays civilisés » à garantir la liberté de la recherche et des chercheurs, « avec l’idée que la vérité qui est le but idéal de tous les travaux scientifiques, ne pourra résulter que des efforts et des études diverses d’hommes différents ». Mais en même temps se révéla l’impuissance ou la faiblesse du comité et de son bureau : au lieu de nommer par leur nom les événements dont il était question ou d’exiger le respect de la liberté de la recherche comme condition à l’adhésion au CISH, on en resta à une déclaration d’intentions et on accepta comme nouveau représentant de l’Italie le président fasciste du comité national italien, qui – tout comme le délégué de l’Union soviétique – vota aussi l’appel. Le comité national italien conserva même le siège que De Sanctis avait occupé au bureau69.

  • 70  Gerhard Ritter, Politische Eindrücke vom VII. Internationalen Historikerkongreß in Warschau-Krakau (...)
  • 71  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 200-201, citation p. 200 (extrait d’une note de Friis concernan (...)

23Les problèmes qui avaient commencé à se poser avec l’Italie s’accrurent avec l’arrivée au pouvoir du parti national-socialiste en Allemagne. Au Congrès de Varsovie d’août 1933, tout se passa encore officiellement comme si le régime national-socialiste n’avait pas existé. Gerhard Ritter y vit la preuve que la « communauté de l’esprit européen » rendait possible un dialogue ouvert et amical s’élevant au-dessus des antagonismes politiques70. C’est cependant une autre impression qui ressort des discussions privées, dans le cadre desquels les historiens allemands, par conviction ou par sentiment de devoir patriotique, embellirent la situation en Allemagne et parlèrent d’une « révolution » nationale qui, en dépit de certains faits regrettables, donnait de bonnes raisons d’espérer un renouveau de l’Allemagne. Aage Friis s’indigna de leur complaisance et de leur faiblesse. Ses allusions aux atteintes portées contre les « notions primitives du droit humain » et à la « haine raciale aussi stupide que criminelle » n’avaient suscité que des réponses évasives : « Lorsque je caractérisais fondamentalement le nationalisme allemand comme une abjecte régression culturelle qui se produisait dans les faits et comme un danger manifeste pour l’avenir de l’Europe, ils m’opposaient des espoirs, des postulats, etc. » Un seul d’entre eux, le démocrate raisonnable Brandenburg, se serait montré déprimé et plein d’amertume71.

  • 72 Ibid., p. 201 ; Cornelia Wegeler, « Das Institut für Altertumskunde der Universität Göttingen 1921- (...)
  • 73  Wolfgang Petke, « Karl Brandi und die Geschichtswissenschaft », in : Hartmut Boockmann, Hermann We (...)
  • 74  Steffen Kaudelka, op. cit., p. 449 (note 126), 459.
  • 75  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 222 ; Stefan Guth, op. cit., p. 154.
  • 76  Archives du CISH, citées in : Ingrid Voß, « Comité International », p. 170 ; sur les événements év (...)

24Brandi et les Allemands qui avaient participé au Congrès de Varsovie furent attaqués violemment en janvier 1934 par l’historien de l’Antiquité Kahrstedt, qui enseignait à Göttingen. Dans un discours prononcé à l’Université, il qualifia le voyage en Pologne de trahison nationale et conclut par le mot d’ordre suivant : « Nous renonçons à la science internationale, nous renonçons à la république internationale des savants, nous renonçons à la recherche pour la recherche72. » Ces paroles étaient conformes aux idées nationales-socialistes dominantes ; toutefois, le régime nazi ne s’opposa pas à la collaboration allemande au CISH. Le conciliateur Brandi, de tendance nationale-patriotique, mais non nationale-socialiste, resta jusqu’en 1938 représentant de l’Allemagne au bureau du CISH73 ; son successeur fut Robert Holtzmann, que le régime nazi n’estima pas assez fiable et qui fut contraint de prendre sa retraite en 193974, mais qui put malgré tout conserver son siège au CISH. Mais ce n’était là qu’un aspect de la situation : plusieurs historiens allemands durent cesser de participer aux Commissions Internationales du CISH pour des raisons racistes ou politiques. Au début de l’année 1937, deux historiens nazis, Walter Platzhoff et l’ambitieux sans scrupules Walter Frank, obtinrent les postes décisifs pour la collaboration allemande au CISH et au huitième congrès international des sciences historiques qui se tint à Zurich en 1938. Après l’annexion de l’Autriche, le comité national autrichien fut intégré au comité allemand et les historiens autrichiens qui étaient juifs ou politiquement indésirables furent destitués de leurs fonctions. De tels problèmes, qui pesèrent considérablement sur le CISH et son bureau, ne vinrent pas exclusivement d’Allemagne. En 1935, le président du comité national italien exigea impérativement le remplacement de certains membres des Commissions Internationales par d’autres politiquement fiables. En 1936, Volpe, chef de file des historiens fascistes, fut inscrit comme représentant de l’Italie au bureau du CISH. Il a été fait allusion aux exigences de l’Union soviétique. En Pologne aussi, des historiens furent victimes de mesures antisémites75. Le bureau du CISH fut le lieu de déclarations indignées et de tentatives pour aider de nombreux historiens juifs à commencer une nouvelle carrière à l’étranger. Mais on accepta en même temps les événements sans protester publiquement, avec un sentiment d’impuissance et d’incapacité à obtenir quoi que ce soit de concret, et parce qu’on ne voulait pas prendre le risque que ces questions conduisent à la dislocation du CISH. Dans une lettre à Leland du 23 octobre 1938, Lhéritier formula la maxime à laquelle Leland lui-même adhérait : « Quels que soient les événements de politique extérieure ou intérieure, notre Comité doit continuer de s’y montrer absolument étranger76. »

  • 77  Sur le déroulement de ce congrès, voir Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 231-245 ; Peter Stadler, (...)
  • 78  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 244 sq., extrait d’une note de Friis conservée dans ses papiers
  • 79  Ibid., p. 245.

25Le Congrès de Zurich, qui se tint du 28 août au 3 septembre 1938 et fut assombri par la crise des Sudètes, réunit un nombre important de spécialistes reconnus, y compris allemands et italiens77. Sur le plan officiel, la forme objective du discours scientifique fut préservée même dans les discussions entre les historiens allemands et leurs collègues émigrés, qui avaient désormais leur place dans les délégations de leurs pays d’accueil respectifs, ainsi que dans une autre controverse entre Allemands, au cours de laquelle Gerhard Ritter eut le courage de contredire une vision hitlérienne de Luther. Mais l’entrée en scène des historiens fascistes et nazis – avec le salut hitlérien et fasciste – eut aussi des accents provocateurs, bien qu’ils aient été en nombre relativement restreint et que leurs exposés généralement médiocres aient été peu remarqués. Dans les relations personnelles, il se manifesta un rejet ostentatoire de tous les Allemands, et l’ambiance du congrès fut décrite comme formellement courtoise, mais froide. Comme à Varsovie, Friis s’indigna du silence de ses collègues allemands sur la tournure « que la culture allemande, que nous estimions tant, a prise aujourd’hui avec cette manière barbare, contraire à toutes les valeurs de la culture et de la morale, de traiter les Juifs78 ». L’intensité avec laquelle la menace des dictatures totalitaires fut ressentie lors du congrès s’exprima dans les applaudissements véhéments qui suivirent le discours de clôture prononcé par Leland, alors nouveau président du CISH. Il appela les historiens à s’engager en faveur de la liberté de la science et à repousser toutes les tentatives de mettre l’histoire au service d’intérêts politiques ou idéologiques79.

  • 80  Annalisa Capistro, L’espulsione degli ebrei dalle accademie italiane. Turin, Zamorani, 2002.
  • 81  Di Rienzo, op. cit., p. 513-520.
  • 82  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 248-252 ; Ingrid Voß, « Comité International », p. 170 sq.

26Le caractère problématique de cet appel pour le CISH lui-même apparut lorsque fut soumise au vote, à la fin du congrès, la proposition de Volpe d’organiser le congrès international suivant à Rome. On venait alors d’apprendre que des lois antisémites avaient été promulguées en Italie, qui concernaient aussi les historiens juifs80. À Zurich, néanmoins, les délégués des comités nationaux ne purent pas se résoudre à refuser nettement l’invitation de se réunir à Rome, car cela aurait signifié le départ de l’Italie et la dislocation du CISH. Mais cette invitation n’attira pas non plus sur elle suffisamment de votes favorables et la décision fut ajournée. Volpe, qui rejetait personnellement – mais non publiquement – l’antisémitisme comme une forme de barbarie collatérale au national-socialisme81, envoya une déclaration additionnelle qui contenait en des termes vagues la promesse qu’il n’y aurait aucune discrimination pour les congressistes étrangers à Rome. L’invitation, avec ce complément, fut distribuée aux comités nationaux pour qu’ils la soumettent à un vote écrit. Cette procédure donna lieu à d’âpres controverses, mais finalement, en mars 1939 – dans le contexte de l’entrée des troupes allemandes en Tchécoslovaquie – une majorité favorable à l’acceptation se dégagea, avec peine et en partie sous conditions. Malgré de graves réserves, Koht se prononça aussi pour un « oui » sous condition. Friis démissionna du CISH, tandis que son comité national vota pour Rome. Dans une déclaration adressée à Leland en tant que président du bureau, il écrivit que la persécution de collègues pour des raisons racistes ou politiques imposait aux historiens le devoir moral de ne pas se rendre à Rome, à Berlin ou à Moscou82.

  • 83  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 255-259.
  • 84  Leland à Buck, 3.3.1939, archives du CISH, cité in : ibid., p. 250.

27Dans les débats concernant le Congrès de Rome, les arguments invoqués allèrent du refus fondé sur des raisons morales, comme chez Friis, à la politique ambivalente d’appeasement de Lhéritier, qui dans sa correspondance avec l’Allemagne et avec Rome, formula même le souhait d’un rapprochement politique entre la France, l’Allemagne et l’Italie, accomplissant ainsi un premier pas vers la collaboration à laquelle il fut prêt à participer sous l’Occupation allemande83. Le plus souvent, l’acceptation de se rendre à Rome et de coopérer avec des historiens venant de régimes totalitaires fut fondée sur l’idée qu’il devait être possible de séparer la science et la politique et qu’il fallait tout faire pour maintenir l’organisation internationale des historiens. C’est l’argument qu’avança Leland pour convaincre l’American Historical Association de voter pour Rome. Il invoqua aussi une autre raison : « donner une aide morale aux savants qui vivent dans des États totalitaires et désapprouvent (même s’ils craignent de l’exprimer) les excès de leurs gouvernements respectifs84 ».

Haut de page

Notes

1  Stuart Wallace, War and the Image of Germany. British Academics 1914-1918, Edinburgh, John Donald Publishers, 1988 ; Wolfgang J. Mommsen (éd.), Kultur und Krieg. Die Rolle der Intellektuellen, Künstler und Schriftsteller im Ersten Weltkrieg, München, Oldenbourg, 1996 ; John Horne, Alan Kramer, German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven/New York, Yale University Press, 2001, p. 277-290.

2  Voir à ce sujet la contribution de Roswitha Reinbothe dans ce volume. Pour les années 1920 et 1930, on peut se reporter à Brigitte Schroeder-Gudehus, Deutsche Wissenschaft und Internationale Zusammenarbeit 1914-1928, Genève, Carouge, 1966 ; Brigitte Schroeder-Gudehus, Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique au cours des années vingt, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1978 ; Brigitte Schroeder-Gudehus, « Internationale Wissenschaftsbeziehungen und auswärtige Kulturpolitik 1919-1933. Vom Boykott zum Gegen-Boykott zu ihrer Wiederaufnahme », in : Rudolf Vierhaus, Bernhard vom Brocke (éd.), Forschung im Spannungsfeld von Politik und Gesellschaft. Geschichte und Struktur der Kaiser-Wilhelm/Max-Planck-Gesellschaft. Aus Anlaß ihres 75jährigen Bestehens, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1990, p. 858-885 ; Brigitte Schroeder-Gudehus, « La science ignore-t-elle vraiment la politique ? Les relations franco-allemandes dans le domaine des sciences », in : Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (éd.), Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, Paris, CNRS Editions, 1993, vol. 1, p. 393-404.

3  Gerd Krumeich en collaboration avec Silke Fehlemann (éds.), Versailles – Wirkung – Wahrnehmung, Essen, Klartext, 2001. Ce volume comprend plusieurs articles sur les réactions des historiens français et allemands.

4  Jürgen Nötzold, « Die deutsch-sowjetischen Wissenschaftsbeziehungen », in : Rudolf Vierhaus, Bernhard vom Brocke, op. cit., p. 778-800.

5  Brigitte Schroeder-Gudehus, « Wissenschaftsbeziehungen », p. 864-876.

6  Karl Dietrich Erdmann, Die Ökumene der Historiker. Geschichte der Internationalen Historikerkongresse und des Comité International des Sciences Historiques, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1987, p. 64-69.

7  Le Comité International des Sciences Historiques a fait l’objet d’une seule étude d’ensemble détaillée sur laquelle nous nous appuyons : Karl Dietrich Erdmann, op. cit. ; édition anglaise abrégée et révisée, augmentée d’une contribution de Wolfgang J. Mommsen sur la période 1985-2000 : Karl Dietrich Erdmann, Toward a Global Community of Historians. The International Historical Congresses and the International Committee of Historical Sciences, 1898-2000, Jürgen Kocka, Wolfgang J. Mommsen (éds.) en collaboration avec Agnes Blänsdorf, New York/Oxford, Berghahn Books, 2005.

8  Ibid., p. 103 ; p. 103-120 sur les négociations de 1918-1923.

9  Elizabeth Donnan, L. F. Stock (éds.), An Historian’s World, Philadelphia, American Philosophical Society, 1956 (choix de lettres tirées de la correspondance de Jameson). Pour une vue d’ensemble des prises de position des scientifiques américains sur la guerre, voir : Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, Der Aufruf « An die Kulturwelt ! ». Das Manifest der 93 und die Anfänge der Kriegspropaganda im Ersten Weltkrieg, Stuttgart, Franz Steiner, 1996, p. 86-95.

10  Elizabeth Donnan, L. F. Stock, op. cit., p. 223.

11  Charles H. Firth à Jameson, 15.4.1919, ibid., p. 235, note 720. Sur les opinions exprimées en Angleterre, voir Stuart Wallace, op. cit., p. 193-198 ; Peter Alter, « Bewunderung und Ablehnung. Deutsch-britische Wissenschaftsbeziehungen von Liebig bis Rutherford », in : Lothar Jordan, Bernd Kortländer (éd.), Nationale Grenzen und internationaler Austausch. Studien zum Kultur- und Wissenschaftstransfer in Europa. Tübingen, Niemeyer, 1995, (p. 296-311), p. 309 sq.

12  Académie Royale de Belgique. Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques 1919, Bruxelles, 1919, p. 89, cité in : Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 98.

13  Jürgen von Ungern-Sternberg, Wolfgang von Ungern-Sternberg, op. cit.(pour le texte de l’appel, voir p. 156-160, et sur les réactions à l’étranger p. 81-104).

14  Henri Pirenne, « Souvenirs de captivité en Allemagne, Mars 1916 – Novembre 1918 », Revue des Deux Mondes 90, 1920, p. 539-560, 829-858 ; voir aussi Bryce Lyon, Mary Lyon (éd.) : The « Journal de guerre » de Henri Pirenne, Amsterdam/New York/Oxford, North Holland Publishing Company, 1996.

15  Bryce Lyon, Henri Pirenne. A Biographical and Intellectual Study, Gand, E. Story-Scientia, 1974, p. 277- 307.

16  Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Bonn, Kulturabteilung, VI B : Kunst und Wissenschaft, Nr. 583, adh. 1, Bd. 1, l’Ambassadeur allemand à Christiania au Ministère des Affaires Étrangères, 9.7.1921 ; l’Ambassadeur allemand à Copenhague au Ministère des Affaires Étrangères, 9.9.1921.

17  Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Bonn, Kulturabteilung, VI W : Wissenschaft. Institute und Vereinigungen. Die Internationale Historische Kommission, Bd. 2, l’Ambassade allemande à Copenhague au Ministère des Affaires Étrangères, 17.11.1922.

18  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 461-473, tableaux répertoriant le nombre de participants aux congrès successifs par pays.

19  Ibid., p. 110, lettre conservée dans les papiers de Friis.

20  Ibid., p. 120-122 ; Robert Dumoulin, « Henri Pirenne et la naissance des Annales », in : Charles-Olivier Carbonnel, Georges Livet (éds.), Au berceau des Annales. Le milieu strasbourgeois. L’histoire en France au début du xxe siècle. Actes du colloque de Strasbourg (11-13 octobre 1979), Presses de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, Toulouse, 1983, (p. 271-277), p. 274-277. Le texte du discours de Pirenne se trouve dans : Guillaume Des Marez, François-Louis Ganshof (éd.), Compte rendu du Ve Congrès International des Sciences Historiques. Bruxelles 1923, Bruxelles, 1923, Nendeln/Liechtenstein, Kraus Reprint, 1972, p. 19-32.

21  Bryce Lyon, Mary Lyon (éds.), The Birth of Annales history : the letters of Lucien Febvre and Marc Bloch to Henri Pirenne (1921-1935), Bruxelles, Palais des Académies, 1991, p. XVIII, note 31.

22  Halvdan Koht, « Le problème de l’origine de la Renaissance », Revue de synthèse historique 37, 1924, p. 109 ; Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 128.

23  Ibid., p. 127 sq., d’après Compte rendu Bruxelles, p. 325 sq. et p. 419 sq.

24  Pour plus de détails, voir Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 115-119.

25  Ibid., p. 113, 116 ; Politisches Archiv, Bonn, Wissenschaft, Bd. 2, note sur un entretien avec Halecki, 26.5.1923 ; Małgorzata Morawiec, « Oskar Halecki (1891-1973) », in : Heinz Duchhardt, Małgorzata Morawiec, Wolfgang Schmale, Winfried Schulze (éds.), Europa-Historiker. Ein biographisches Handbuch, vol. 1, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, (p. 215-239), p. 218.

26  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 137-142.

27 Ibid., p. 142-154.

28 Historische Zeitschrift 128, 1923, p. 555 sq.

29  Rapport de Hermann Reincke-Bloch au ministère allemand des Affaires étrangères, 6.6.1926, Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Bonn, cité in : Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 152 sq.

30 Ibid., p. 144 sq.

31 Ibid., p. 153 : Leland, « Organization of the International Committee of Historical Sciences, Geneva, Mai 14-15, 1926 », Rockefeller Archive Center.

32  Ibid., p. 154-157 ; la citation (p. 157) est tirée de « Denkschrift über den Beitritt der Deutschen Akademien zu Union und Conseil », mémoire conservé dans les papiers de Brandi.

33  Sur le déroulement du congrès, voir ibid., p. 163-189 ; la citation (p. 188) est tirée d’une lettre de Aage Friis à Koht, 1.9.1928, conservée dans les papiers de Koht.

34 Ibid., p. 165 ; la citation est tirée de Halvdan Koht, The Origins and Beginnings of the International Committee of Historical Sciences, Lausanne, 1962, p. 18.

35  Compte rendu Bruxelles, p. 38.

36  Leland à Shotwell, 2.6.1925, conservée dans les papiers de Leland, citée in : Karl Dietrich Erdmann, Global Community, p. 105.

37  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 144.

38  Ibid., p. 158, rapporté par Brandi le 6.6.1928 (document conservé dans les papiers de Brandi).

39  Koht à Pokrovsky, 21.12.1927, cité d’après les papiers de Pokrovsky in : Lutz-Dieter Behrendt, Die internationalen Beziehungen der sowjetischen Historiker (1917 bis Mitte der dreißiger Jahre). Zur internationalen Wirksamkeit der sowjetischen Geschichtswissenschaft in ihrer ersten Entwicklungsphase, thèse de doctorat, Leipzig, 1977, p. 196.

40  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 158 sq., 178-182 ; Clara Castelli, « Internazionalismo e Storia. Gli Storici Sovietici ai Congressi Internazionali di Scienze Storici 1928-1936 », Storia Contemporanea 12, 1981, p. 908-926 ; Gerd Voigt, Otto Hoetzsch, 1876-1946. Wissenschaft und Politik im Leben eines deutschen Historikers, Berlin-Ost, Akademie-Verlag, 1978, p. 210-219, ici p. 161-243 (notamment sur la collaboration entre historiens allemands et soviétiques de 1923 à 1943). Sur l’évolution en Union Soviétique, voir Konstatin F. Shteppa, Russian Historians and the Soviet State, New Brunswick N.J., Rutgers University Press, 1962 ; Loren R. Graham, The Soviet Academy of Science and the Communist Party, 1921-1932, Princeton, Princeton University Press, 1967, p. 155-209.

41  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 192.

42 Bulletin of the International Committee of Historical Sciences, vol. 2, no8, p. 331.

43  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 318 ; Agnes Blänsdorf, « Zusammenarbeit zwischen Historikern im geteilten Europa : Das Comité international des sciences historiques und die internationalen Historikerkongresse », in : Antoine Fleury, Lubor Jílek (éds.), Une Europe malgré tout. Contacts et réseaux culturels, intellectuels et scientifiques entre Européens dans la guerre froide, Bruxelles etc., Peter Lang, 2009, (p. 183-204), p. 190.

44  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 179 sq.

45 Ibid., p. 192 sq., d’après :Lutz-Dieter Behrendt, op. cit., p. 3-11 ; p. 352-354 ; Agnes Blänsdorf, « Zusammenarbeit », p. 186 sq.

46  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 212-216.

47 Ibid., p. 209, p. 320 sq., p. 329-332 ; Agnes Blänsdorf, op. cit., p. 193 sq.

48  Lutz-Dieter Behrendt, op. cit., p. 219-231.

49  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 226, citation tirée d’une lettre de Deborine (président de l’Académie de Moscou) à Lhéritier, 27.9.1938, conservée dans les archives du CISH.

50  Pour le texte des statuts et une vue d’ensemble de ses modifications jusqu’en 2004, voir : Karl Dietrich Erdmann, Global Community, p. 390-400.

51  Mémorandum de l’Executive Council de l’American Historical Association pour la Rockefeller Foundation, 26.3.1925, Rockefeller Archive Center, North Tarrytown, N.Y., LSRM, Series III, Sub. 6.

52  Brigitte Mazon, Aux origines de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, le rôle du mécénat américain (1920-1960), Paris, Editions du Cerf, 1988, p. 33-39, 40-68 ; pour une vue d’ensemble des réalisations du CISH, voir Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 145 sq., 222 sq. ; Ingrid Voß, « Le Comité International des Sciences Historiques face aux défis politiques des années trente », Bulletin d’information (éd. par François Bédarida, Secrétaire Général du CISH) 19, 1993, (p. 159-173), p. 172 sq.

53  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 461-473 (vue d’ensemble sur l’adhésion et la participation des différents pays).

54  Ibid., p. 221 sq., 253.

55  Pour une vue d’ensemble de l’évolution de la dimension internationale du comité, voir Jürgen Kocka, « Transnationale Ansätze in der Geschichtswissenschaft des 20. Jahrhunderts. Internationale Historikerkongresse und -organisationen », in : Ingo Kolboom, Andreas Ruppert (éd.), Zeit-Geschichten aus Deutschland, Frankreich, Europa und der Welt. Lothar Albertin zu Ehren, Lage, Jacobs, 2008, p. 177-187.

56  Sur N. Iorga, voir, dans le présent volume, la contribution de G. Hübinger, B. Picht et E. Dabrowska ainsi que celle de S. Maufroy.

57  La liste de ces commissions est donnée par Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 458 sq.

58  Des rapports sur l’activité des commissions jusqu’en 1938 se trouvent répartis dans les différents numéros du Bulletin du Comité International des Sciences Historiques ; des documents inédits sont conservés dans les archives du CISH, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne, IS 4728.

59  Cet aspect est souligné par Ingrid Voß, « Deutsche und französische Geschichtswissenschaft in den dreißiger Jahren », in : Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch, op. cit., p. 417-438.

60  Peter Schöttler, « Désapprendre de l’Allemagne : les Annales et l’histoire allemande pendant l’Entre-deux-guerres », in : Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch, op. cit., p. 439-463 ; Steffen Kaudelka, Rezeption im Zeitalter der Konfrontation. Französische Geschichtswissenschaft und Geschichte in Deutschland 1920-1940, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003.

61  Le paragraphe suivant s’appuie sur : Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 191-198 ; Ingrid Voß, « Geschichtswissenschaft », p. 420-431 ; Ingrid Voß, « Comité International », p. 164 sq.

62  Brandi à Leland, 16.7.1931, conservée dans les papiers de Brandi, citée in : Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 196 sq.

63  Sur la participation polonaise à l’organisation internationale des historiens, voir Stefan Guth, « Between confrontation and conciliation. German-Polish historiographical relations and the International Congresses of Historians in the 1930s », Storia della storiografia 47, 2005, p. 113-160 (cet auteur exploite les archives polonaises).

64  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 204-217.

65  Rainer Bendick, « Irrwege und Wege aus der Feindschaft. Deutsch-französische Schulbuchgespräche im 20. Jahrhundert », in : Kurt Hochstuhl (éd.), Deutsche und Franzosen im zusammenwachsenden Europa 1945-2000, Stuttgart, Kohlhammer, 2003, (p. 73-104), p. 74-91.

66  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 183-186, citation p. 185 sq. ; Eugenio di Rienzo, La storia e l’azione. Vita politica di Gioacchino Volpe, Florence, Le Lettere, 2008.

67  Volpe au président de la Chambre des Députés, Antonio Casertano, 1.9.1928 (extraits cités dans : Eugenio di Rienzo, op. cit., p. 415 sq.).

68  Gaetano de Sanctis, Ricordi della mia vita. A cura di Silvio Accame, Firenze, Le Monnier, 1970, p. 254 sq. ; p. 236-255 pour sa correspondance avec Koht, Lhéritier et d’autres personnes au sujet de son refus de prêter serment.

69  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 191-195, citations p. 191, 195.

70  Gerhard Ritter, Politische Eindrücke vom VII. Internationalen Historikerkongreß in Warschau-Krakau, 21.-29. August 1933, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek, Göttingen, fonds Brandi, no 51, fol. 47.

71  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 200-201, citation p. 200 (extrait d’une note de Friis concernant ces discussions et conservée dans ses papiers).

72 Ibid., p. 201 ; Cornelia Wegeler, « Das Institut für Altertumskunde der Universität Göttingen 1921-1962 », in : Heinrich Becker, Hans-Joachim Dahms, Cornelia Wegeler, Die Universität Göttingen unter dem Nationalsozialismus. Das verdrängte Kapitel ihrer 250jährigen Geschichte, Munich, K. G. Saur, 1987, (p. 246-271), p. 256 sq.

73  Wolfgang Petke, « Karl Brandi und die Geschichtswissenschaft », in : Hartmut Boockmann, Hermann Wellenreuther (éd.), Geschichtswissenschaft in Göttingen. Eine Vorlesungsreihe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1987, (p. 287-320), p. 301-315.

74  Steffen Kaudelka, op. cit., p. 449 (note 126), 459.

75  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 222 ; Stefan Guth, op. cit., p. 154.

76  Archives du CISH, citées in : Ingrid Voß, « Comité International », p. 170 ; sur les événements évoqués plus haut, voir ibid., p. 167-169 ; Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 225-229.

77  Sur le déroulement de ce congrès, voir Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 231-245 ; Peter Stadler, « Im Schatten der Kriegsgefahr. Der Internationale Historikerkongreß in Zürich 1938 », Schweizer Monatshefte 6, 1990, p. 484-495.

78  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 244 sq., extrait d’une note de Friis conservée dans ses papiers.

79  Ibid., p. 245.

80  Annalisa Capistro, L’espulsione degli ebrei dalle accademie italiane. Turin, Zamorani, 2002.

81  Di Rienzo, op. cit., p. 513-520.

82  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 248-252 ; Ingrid Voß, « Comité International », p. 170 sq.

83  Karl Dietrich Erdmann, Ökumene, p. 255-259.

84  Leland à Buck, 3.3.1939, archives du CISH, cité in : ibid., p. 250.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnes Blänsdorf, « Une collaboration scientifique « dans un esprit vraiment œcuménique et international » : Les congrès internationaux d’historiens et le Comité International des Sciences Historiques dans l’Entre-deux-guerres », Revue germanique internationale, 12 | 2010, 209-228.

Référence électronique

Agnes Blänsdorf, « Une collaboration scientifique « dans un esprit vraiment œcuménique et international » : Les congrès internationaux d’historiens et le Comité International des Sciences Historiques dans l’Entre-deux-guerres », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/413 ; DOI : 10.4000/rgi.413

Haut de page

Auteur

Agnes Blänsdorf

Chercheur en histoire, Kiel.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org