Navigation – Plan du site

Les premiers congrès internationaux des études byzantines : entre nationalisme scientifique et construction internationale d’une discipline

Sandrine Maufroy
p. 229-240

Résumés

Créés en 1924, les premiers Congrès d’Études byzantines se tinrent dans des pays qui, riches d’un patrimoine datant de l’époque byzantine, furent aussi parmi les premiers touchés par le nouveau tracé de carte de l’Europe consécutif à la Grande Guerre. Ils se révélèrent comme des lieux d’imbrication particulièrement étroite entre enjeux scientifiques et politiques, nationaux et internationaux. Les actes et les comptes rendus des congrès mettent en lumière l’interdisciplinarité et l’interculturalité propres à cette discipline qui semblait nécessiter une réhabilitation. Trois questions politiques eurent un retentissement particulier : la place de l’Allemagne et des puissances vaincues dans les relations internationales, les conséquences de la Révolution russe et l’affirmation de jeunes pays balkaniques sur la scène internationale. La conscience des relations entre science et politique conduisit à la formation de discours d’instrumentalisation de l’une par l’autre, mais aussi à des réactions de prise de distance par rapport à la conjoncture politique, à l’affirmation de valeurs communes et à la mise en scène d’une communauté scientifique que l’on voulait fraternelle et unie dans un but commun. De l’aveu même des congressistes, l’apport scientifique principal des congrès résidait moins dans leur fonction d’élaboration de la science au présent que dans la possibilité qu’ils donnaient de faire périodiquement l’état des recherches et dans les contacts personnels qui contribuaient à préparer l’avenir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur cette question, voir Brigitte Schroeder-Gudehus, Les scientifiques et la paix. La communauté s (...)
  • 2  C. Marinescu (éd.), Compte-rendu du Premier Congrès International des Etudes byzantines. Bucarest, (...)

1S’il était encore nécessaire de combattre le préjugé qui fait des études byzantines une discipline fermée sur elle-même et les byzantinistes, des savants retranchés dans leur tour d’ivoire à s’occuper de questions de détails, l’histoire des congrès d’études byzantines serait là pour le faire. Bucarest (1924), Belgrade (1927), Athènes (1930), Sofia (1934) : les premiers congrès de cette discipline encore jeune se tinrent dans des pays qui, riches d’un patrimoine datant de la période byzantine, furent aussi parmi les premiers touchés par le tracé de la nouvelle carte de l’Europe consécutif à la Première Guerre mondiale. Ces rencontres eurent lieu à un moment charnière dans l’histoire des relations scientifiques internationales : c’est en 1924 que s’amorça, après des années d’ostracisme de l’Allemagne et des puissances vaincues, une forme d’ouverture vers ces pays1. Les congrès d’études byzantines pourraient donc bien se révéler comme des lieux d’imbrication particulièrement étroite entre enjeux scientifiques, nationaux et internationaux. Les actes et les comptes rendus des quatre premiers congrès internationaux des études byzantines offrent des éléments de réponse à la question de la définition et de la reconnaissance de la discipline, des implications politiques des congrès et de leurs fonctions scientifiques2.

  • 3  Sur l’histoire des études byzantines, on peut consulter Elizabeth Jeffreys, John Haldon, Robin Cor (...)
  • 4  Paul Graindor, « Le premier congrès des Etudes byzantines », Revue belge de philologie et d’histoi (...)

2Lorsqu’en 1924 fut créé le premier congrès international des études byzantines, la connaissance de la civilisation byzantine avait été longtemps considérée comme subordonnée, voire inférieure aux études classiques ; elle avait souffert en particulier de la vision négative de Byzance diffusée par des hommes des Lumières comme Montesquieu, Voltaire ou Gibbon ainsi que de la hiérarchie qui privilégiait les périodes « classiques » de l’histoire grecque et de l’histoire romaine, incitant les philologues à s’y consacrer aux dépens d’autres périodes3. La première revue d’études byzantines, la prestigieuse Byzantinische Zeitschrift, fut créée en 1892 par Karl Krumbacher, qui obtint en 1897 une chaire à l’Université de Munich ; le séminaire qu’il y fonda l’année suivante devint le berceau de nombreux byzantinistes allemands, mais aussi étrangers. Suivirent peu de temps après la création de la première chaire d’études byzantines à la Sorbonne, occupée par Charles Diehl, et la fondation de la revue russe Vizantijskij Vremennik. Considérés comme des dates importantes et fondatrices de la discipline, ces créations reflètent le dynamisme et la visibilité particulière de ce que plusieurs auteurs de comptes rendus des congrès nommaient trois « écoles », allemande, française et russe. Après la Grande Guerre, la persistance d’une image négative de Byzance dans le grand public, l’inachèvement de l’institutionnalisation des études byzantines en Europe et le rôle décisif joué dans le développement de la byzantinologie par deux pays dont l’antagonisme s’était trouvé au cœur du conflit mondial et par un État qui avait subi une révolution l’isolant sur le plan international et subordonnant la science à l’idéologie, constituaient des conditions défavorables. Plusieurs congressistes soulignèrent la situation difficile de leur discipline au sortir de la guerre et glorifièrent le travail accompli depuis, présentant la toute jeune histoire de ces manifestations scientifiques comme celle d’un succès inespéré et méritoire : création controversée d’une section d’études byzantines au congrès international des sciences historiques de 1923 et proposition de l’historien roumain Nicolae Iorga d’organiser un premier congrès d’études byzantines à Bucarest, réussite de cette rencontre et nombre croissant de participants aux congrès successifs4. Deux particularités des études byzantines furent soulignées par les byzantinistes eux-mêmes à la fois comme des difficultés, mais aussi comme de grandes chances : l’interdisciplinarité et l’internationalité.

  • 5  Voir par exemple Paul Graindor, « Le premier congrès », p. 673-674 ; Henri Grégoire, « Un congrès  (...)
  • 6  Paul Graindor, « Le premier congrès », p. 673-674. Henri Grégoire (« Un congrès », p. 3) classe le (...)
  • 7  Philologie byzantine, Histoire byzantine, Histoire de l’Eglise byzantine, Archéologie byzantine, R (...)
  • 8  Louis Bréhier, « Le congrès des études byzantines de Belgrade », Journal des Savants, juin 1927, ( (...)
  • 9  Il comportait une section philologique, une section historique, une section intitulée « Byzance et (...)
  • 10  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress für Byzantinistik in Belgrad 1927 », Byzanti (...)
  • 11  La « réhabilitation » de Byzance et des études byzantines est évoquée par Albert Vogt (« IIIe cong (...)

3L’interdisciplinarité inhérente aux études byzantines était régulièrement mentionnée par les auteurs de comptes rendus, qui remarquaient avec satisfaction que « tous les domaines » de la discipline étaient représentés au congrès dont ils traitaient5. Depuis la fin du xixe siècle, les byzantinistes avaient d’abord été accueillis dans les congrès de disciplines différentes, et ils continuèrent à trouver ponctuellement leur place dans des rencontres d’archéologues, d’historiens et d’orientalistes. Une fois réunis dans des lieux consacrés à leur discipline, ils furent confrontés à des difficultés d’organisation. Les organisateurs du premier congrès avaient opté pour une répartition des interventions en deux grandes sections – histoire d’une part, philologie et archéologie d’autre part – qui réunissaient à elles deux « les domaines les plus variés du byzantinisme, droit, institutions, épigraphie, numismatique, architecture, peinture, sculpture, iconographie6 ». La simplicité d’une répartition bipartite ne correspondait pas à la diversité des sujets abordés, et les organisateurs du deuxième congrès tentèrent de répartir les interventions, beaucoup plus nombreuses, en domaines définis de manière plus précise. Les onze sections de leur projet initial furent réduites à six7, nombre encore trop élevé selon certains, car empêchant « beaucoup de congressistes d’entendre une communication de nature à les intéresser, mais faite à la section voisine tandis que chacun est occupé à sa propre section8 ». La répartition des travaux du congrès faite après-coup par S. Salaville, directeur de l’Institut d’Etudes supérieures de l’Assomption de Kadi-Keuï à Constantinople et des Echos d’Orient, fut appliquée presque à la lettre au troisième congrès, qui comportait les quatre sections suivantes : philologie, histoire, archéologie et histoire de l’art, droit – répartition qui fut maintenue avec une variante au quatrième congrès9. L’organisation des congrès reflète ainsi la mouvance des frontières intradisciplinaires et la faible spécialisation des byzantinistes par rapport aux autres philologues, que A. Heisenberg, successeur de Krumbacher à Munich, interprétait en 1927 comme le symptôme d’un stade moins avancé de développement de la discipline10. L’image des études byzantines qui ressort des actes et des comptes rendus des congrès est celle d’une discipline dont la « réhabilitation » et le développement s’effectuaient dans la tension entre son encyclopédisme interne et son rôle de science auxiliaire pour d’autres disciplines11.

  • 12  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress », p. 224 ; D. Anastasijevi, « Deuxième cong (...)

4Outre l’interdisciplinarité propre aux études byzantines, les congrès mettent en lumière leur caractère international et interculturel. La majorité des exposés présentés au premier congrès traitèrent de la question des relations entre pays et cultures et de celle des « influences » de la civilisation byzantine sur celle de l’« Occident » d’une part et des cultures étrangères sur Byzance d’autre part. Le deuxième et le quatrième congrès comprenaient même des sections entières consacrées aux rapports de l’empire byzantin et de ses voisins. Dans l’esprit des congressistes, l’internationalité jouait un rôle à plusieurs niveaux : de l’interculturalité propre à leur objet d’études découlait la nécessité vitale de la collaboration entre chercheurs de différents pays12, et celle-ci entretenait une relation d’interdépendance avec l’évolution de la politique internationale.

  • 13  Le terme « représentant » est employé par exemple par Charles Diehl (« Impressions de Roumanie », (...)

5Comme dans les autres congrès internationaux, les participants se réunissaient non seulement en qualité de chercheurs individuels, mais de représentants de leur discipline telle qu’elle se pratiquait dans leur pays, et de représentants de leur nation en général13. L’absence ou la présence d’un congressiste, son comportement général, voire ses thèses scientifiques pouvaient être interprétées comme des actes diplomatiques. Durant les premiers congrès d’études byzantines, trois questions politiques attirèrent particulièrement l’attention du fait de leur acuité et de leurs répercussions scientifiques : la place de l’Allemagne et des puissances vaincues dans les relations internationales (et en particulier la question de la réconciliation franco-allemande), les conséquences de la Révolution russe et l’affirmation de jeunes pays balkaniques sur la scène internationale.

  • 14  Charles Diehl, « Impressions de Roumanie », p. 835.
  • 15  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress », p. 224 ; Paul Maas, « 2. Internationaler (...)
  • 16  S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 80 ; Anast. C. Orlandos (éd.), IIIe congrès, p. 51 ; Albert V (...)
  • 17  Henri Grégoire, « Le troisième congrès », p. 515 et p. 516.
  • 18  D. Anastasijevi, « Deuxième congrès », p. 557 : « Avant tout, les byzantinistes du monde entier on (...)
  • 19  Albert Vogt, « IIIe congrès », p. 232 : « Si le congrès d’Athènes fut un congrès scientifique, il (...)

6Conformément aux décisions prises par le Conseil International de Recherches créé en 1918-1919, aucun byzantiniste allemand, autrichien ou hongrois ne fut invité à Bucarest en 1924. Se félicitant de la « réussite admirable » de ce congrès et de « la plus parfaite concorde » qui y avait régné, Charles Diehl, premier titulaire de la chaire d’études byzantines à la Sorbonne, suggéra que l’absence des Allemands était pour quelque chose dans ce succès14. L’exclusion des Allemands et des Autrichiens représentait cependant un paradoxe, puisque l’allemand était utilisé comme langue de travail. Ce principe fut abandonné dès le deuxième congrès, à la suite duquel les byzantinistes allemands (mais aussi des Français) ne manquèrent pas de faire remarquer que cette rencontre constituait « le premier congrès de byzantinistes véritablement universel » – malgré l’absence de savants venus d’URSS15. Les Congrès de Belgrade et d’Athènes donnèrent lieu à des manifestations solennelles de fraternisation entre Français et Allemands16. Selon Henri Grégoire, professeur à l’Université de Bruxelles et rédacteur scientifique de la revue Byzantion, la plus grande réussite du Congrès d’Athènes résidait dans la réconciliation franco-allemande : l’allocution de August Heisenberg avait été digne de l’« Européen » Karl Krumbacher, et l’on avait pu sentir planer « l’ombre de Goethe », dont le second Faust avait scellé l’union de la pensée médiévale et de la beauté grecque17. Les participants et observateurs des congrès postulaient donc un lien entre la collaboration scientifique et la bonne entente politique, mais la nature de ce lien variait d’un discours ou d’un article à l’autre : la coopération scientifique était tantôt considérée comme le résultat et le couronnement symbolique d’une entente plus générale18, tantôt comme un facteur, ou du moins comme l’annonce possible, d’une réconciliation internationale19.

  • 20  « “Byzantion” et les savants russes », Byzantion 1, 1924, (p. 717-727), p. 717.
  • 21  Sur l’histoire des études byzantines en URSS, voir Sergey A. Ivanov, « Byzance rouge : la byzantin (...)
  • 22  Paul Graindor, Henri Grégoire, « Avant-propos », Byzantion 1, 1924, p. V-VIII ; C. Marinescu (éd.) (...)
  • 23  « “Byzantion” et les savants russes », Byzantion 1, 1924, p. 717-727.
  • 24  F. Uspenskij, « Note sur l’histoire des Etudes byzantines en Russie », Byzantion 2, 1925, p. 1-54.
  • 25  S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 81.

7Si l’évolution des relations diplomatiques entre la France et l’Allemagne avaient des conséquences directes sur les études byzantines, la question de la place de l’URSS sur la scène internationale revêtait elle aussi une acuité particulière. La guerre et l’arrivée au pouvoir des bolcheviques avaient eu des répercussions dramatiques pour les études byzantines. La rupture des relations diplomatiques avec la Turquie en 1914 avait entraîné la fermeture de l’Institut de Constantinople, et l’isolement diplomatique de l’URSS consécutif à la révolution de 1917 avait eu pour conséquence la rupture des « relations entre byzantinistes occidentaux et russes20 ». La byzantinologie survécut difficilement durant les années 1920 et fut pratiquement abolie en 192821. Une fonction indirecte des congrès fut l’essai d’une reprise de contact avec les byzantinistes de l’Union Soviétique et la recherche d’informations sur leurs travaux. La revue Byzantion, fondée en 1924 à la suite du congrès international des sciences historiques de 1923 et du premier congrès des études byzantines22, envoya l’écrivain Léon Kochnitzky en « mission auprès des byzantinistes russes » pour leur demander des résumés de leur travaux et autant que possible, la transmission d’articles et de livres23 ; dans le numéro de 1925, F. Uspenskij publia un article sur les études byzantines en Russie jusqu’en 191424. L’absence de relations diplomatiques entre l’URSS et le royaume des Serbes, Croates et Slovènes ayant empêché les organisateurs du deuxième congrès d’envoyer des invitations aux institutions soviétiques officielles, les byzantinistes Uspenskij, Alpatov et Brounov furent conviés individuellement, mais il ne purent obtenir de visas ; l’allocution de T. Taranowski, qui, devenu professeur à Belgrade après avoir dû abandonner sa chaire à Pétrograd, déclara qu’une « catastrophe inouïe » avait « disjoint le corps scientifique russe : au delà et en deçà de la frontière », et qui salua au nom des Russes émigrés ses collègues restés en URSS, provoqua selon un observateur « les applaudissements frénétiques de la foule25 ».

  • 26  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3.
  • 27  Paul Graindor, Henri Grégoire, « Avant-propos », p. VIII.
  • 28  Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia », Byzantion 10, 1935, (p. 259-281), p. 259.
  • 29  Durant les excursions, le père S. Salaville célébra une messe matinale le dimanche 17 avril dans u (...)
  • 30  Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », p. 464 ; voir aussi J. Z (...)
  • 31  Fr. Dvorník, « Le troisième congrès international des études byzantines (Athènes, 12-18 octobre 19 (...)

8La « proscription »26 des études byzantines en URSS donnait un poids accru aux pays balkaniques, et en particulier aux « États successeurs de Byzance » nommés par Paul Graindor et Henri Grégoire dans l’« Avant-propos » du premier numéro de Byzantion27 : « Grande Roumanie », Grèce, Royaume des Serbes, Slovènes et Croates, Bulgarie. Comme le remarqua Henri Grégoire dans son compte rendu du Congrès de Sofia de 1934, les études byzantines représentaient dans ces pays un enjeu politique beaucoup plus crucial qu’en Europe de l’Ouest et « la plupart des problèmes byzantins subsist [aient] sous forme de controverses religieuses ou nationales28 ». L’importance de la dimension religieuse représentait une particularité des études byzantines par rapport à d’autres disciplines scientifiques. Si le Congrès de Belgrade fut l’occasion de difficultés dues au choix des dates de sa tenue, que les organisateurs avaient involontairement fait coïncider avec la Semaine sainte catholique29, la présence d’un représentant du Pape et les honneurs qui lui furent rendus témoignèrent selon Guillaume de Jerphanion, lui-même membre de l’Institut pontifical d’Etudes orientales à Rome, du « progrès des esprits » dans un pays où quelques années auparavant, le culte catholique était proscrit30. Tout comme l’internationalité des congrès, la présence de représentants des Eglises orthodoxes et catholique pouvait contribuer à l’avancement de la science : comme l’écrivit Fr. Dvorník, professeur à l’Institut Slave de Prague, « les recherches des spécialistes, dans le domaine des études byzantines », ne pourraient « atteindre complètement leur but que par la collaboration étroite des représentants de l’Eglise orthodoxe » ; elles auraient bénéficié de la réalisation d’une idée qui était « dans l’air », l’organisation d’une « réunion privée d’ecclésiastiques catholiques et orthodoxes qui s’occupent d’histoire de l’Eglise byzantine31 ».

  • 32  La place des Roumains dans l’histoire universelle est le titre d’un ouvrage de Nicolae Iorga (Buca (...)
  • 33  Louis Bréhier (« Le congrès des études byzantines de Belgrade », p. 273) parle dès 1927 d’une « tr (...)

9L’espoir d’une amélioration des relations entre les Eglises était indissociable d’une volonté de mise en valeur d’une communauté confessionnelle particulière. De manière analogue, les discours sur la réconciliation et la coopération internationales comme conséquence de la collaboration scientifique représentaient une forme d’instrumentalisation de la science à des fins non seulement internationales, mais nationales. Non seulement le nombre, le comportement et les discours des congressistes, représentants de leurs nations respectives, avaient une portée politique, mais chaque congrès, pris dans sa globalité, revêtait en lui-même une fonction de représentation et d’illustration nationales pour le pays qui l’organisait. C’est à l’instigation de Nicolae Iorga, historien patriote dont une grande partie des travaux visait à éclairer « la place des Roumains dans l’histoire universelle », que fut organisé à Bucarest le premier congrès international des études byzantines32. Le comité organisateur, s’inspirant des congrès internationaux d’autres disciplines, établit un programme qui devint un modèle pour les congrès suivants33. Patronné par le gouvernement et ouvert par le prince Carol de Roumanie, il dura deux semaines, la première étant consacrée aux séances des sections, mais aussi à des réceptions officielles, à des visites de monuments et à des spectacles, tandis que la deuxième semaine fut entièrement occupée par des excursions dans plusieurs régions de Roumanie. Ce schéma général fut repris avec quelques variantes pour les congrès suivants.

  • 34  Sur les éléments fondamentaux des discours nationaux, voir Anne-Marie Thiesse, La création des ide (...)
  • 35  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 ; N. Vuli, « IIe congrès », p. 536 ; Louis Bréhier, « Le cong (...)
  • 36  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3.
  • 37  Sur la dimension idéologique de l’anthropologie du folklore en Grèce, on peut lire Geneviève Zoïa, (...)
  • 38  Voir Charles Diehl, « Impressions de Roumanie », p. 833 ; N. Vuli, « IIe congrès », p. 536 ; Henri (...)

10La lecture des comptes rendus permet de préciser la fonction nationale des congrès pour les pays organisateurs successifs et d’observer la manière dont les lieux communs du discours national, définis de manière internationale, y furent développés34. Les réceptions, spectacles et excursions représentaient des occasions privilégiées de mise en scène nationale. Les excursions dans la ville du congrès et dans le reste du pays avaient explicitement pour but de « montrer » les « divers aspects » des territoires et les paysages « pittoresques » d’un pays uni ; dans le cas de la Roumanie, elles justifiaient les nouvelles frontières de ce pays récemment agrandi35. Elles permettaient aussi de transmettre l’image apaisée d’un peuple uni dans sa diversité et riche d’une histoire commune et d’un art ancré dans la culture populaire. Ainsi, pour Henri Grégoire, « ceux d’entre nous qui, dès le premier soir [du Congrès de Bucarest], ont pu assister, au Théâtre populaire, à une chatoyante fête du costume national, resteront toujours sous le charme du premier contact avec une société raffinée qui garde le sens de ses origines et qui marque, par le culte de ses traditions, sa solidarité avec une masse paysanne fruste, mais saine, espoir et force de la Roumanie unifiée36… ». Au Congrès d’Athènes, une « procession » similaire de « jeunes filles en costumes antiques, byzantins et paysans des xviiie et xixe siècles de toutes les provinces de la Grèce » représenta l’unité du peuple grec dans sa diversité et la continuité d’une histoire ; l’hétérogénéité des catégories « antiques », « byzantins » et « paysans » porte la marque d’une idéologie qui voyait dans le « peuple » comme catégorie sociale l’héritier privilégié de traditions censées s’être perpétuées depuis l’Antiquité, en particulier dans les coutumes, superstitions et chants « populaires »37. Byzance jouait un rôle particulier dans l’histoire de la Grèce, celui de lien assurant la transmission d’une continuité historique et la conciliation de l’héritage antique et de la religion orthodoxe. Mais elle représentait aussi un enjeu national pour les autres nations. Pour les pays organisateurs, les exposés et les excursions contribuaient à démontrer « la continuité de la tradition byzantine », l’« influence de l’art byzantin » ou encore le rôle culturel de l’idée impériale byzantine38. Pour les autres, l’épanouissement des études byzantines à une période donnée de leur histoire constituait un titre de gloire, et le fait de le rappeler, une marque de reconnaissance et de bonne entente internationale.

  • 39  J. Zeiller, « Le IIe congrès », p. 3.
  • 40  Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », p. 471 ; voir aussi S. S (...)
  • 41  Fr. Dvorník, « Le troisième congrès », p. 257 ; voir aussi Guillaume de Jerphanion, « Sous le ciel (...)
  • 42  Les termes « révéler », « révélation », « révélateur » reviennent sous la plume de plusieurs congr (...)
  • 43  Henri Grégoire parle ainsi de « la grande Roumanie, qui commence à prendre sur le terrain scientif (...)

11Démonstration de l’unité et de la continuité historique de la nation organisatrice, les congrès permettaient de transmettre aux participants une image positive du peuple qui les avait accueillis. L’excursion en Yougoslavie fut aussi une occasion de nier les intentions bellicistes de cet État et de dresser le portrait collectif d’un peuple pacifique et travailleur39. La manière dont se déroulaient les excursions, et le congrès en général, apparaissait comme un indice de la modernité du pays, conçue sur le modèle de l’Europe occidentale, et non sans préjugés culturels : si dans leur relation du Congrès de Belgrade, S. Salaville et Guillaume de Jerphanion évoquèrent les difficultés d’organisation de l’excursion « en un pays où les voies ferrées sont encore peu nombreuses, les routes mauvaises et les automobiles, sauf dans les grands centres, assez rares40 », au contraire, selon Fr. Dvorník, le troisième congrès permit aux congressistes « qui ne se rendaient à Athènes qu’avec méfiance, mettant en doute l’exactitude et la promptitude des “balkaniques” » de « constater que les Grecs se sont tout à fait “occidentalisés” : tout a fonctionné à merveille41 ». Si les excursions jouaient un rôle dans la diffusion d’une image positive de la nation organisatrice et dans son affirmation sur le plan international, elles avaient aussi une fonction scientifique, celle de « révéler » aux congressistes des monuments à étudier et de soulever de nouvelles questions42. Le grand nombre d’exposés présentés par des byzantinistes du pays organisateur et les sujets traités servaient aussi l’affirmation de la nation sur le plan scientifique43.

  • 44  August Heisenberg, « Die Byzantinistik nach dem Weltkrieg, ihre Entwicklung und ihre Ziele », in : (...)
  • 45  Louis Bréhier, « Le premier congrès international des Etudes Byzantines à Bucarest », Byzantion 1 (...)
  • 46  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongreß », p. 224. Voir aussi Henri Grégoire, « Un co (...)

12La conscience des relations entre science et politique ne conduisit pas seulement à la formation de discours d’instrumentalisation de l’une par l’autre, mais aussi à des réactions de prise de distance des scientifiques par rapport à la conjoncture politique. Lors du Congrès d’Athènes, August Heisenberg prit acte du changement survenu depuis la guerre et de la place prise par les questions nationales dans l’orientation des recherches ; tout en se défendant de vouloir porter un jugement sur cette évolution, il tint cependant à mettre ses collègues en garde contre une dérive nationaliste où les études byzantines risquaient de se dissoudre et de se perdre, car le concept de nation n’était pas adéquat pour l’étude de leur objet qui requérait essentiellement l’interdisciplinarité et la mise en relations d’aires culturelles différentes44. L’expérience des conséquences dramatiques de la guerre et la volonté d’éviter désormais, autant que possible, des répercussions néfastes de la conjoncture politique dans l’activité scientifique conduisit à la formation d’un discours sur la « fraternité scientifique »45 d’une communauté de plus en plus unie, consciente « d’être au service d’une tâche sérieuse et importante » et désireuse d’y collaborer46.

  • 47  Voir par exemple August Heisenberg, « Die Organisation der Arbeiten zur Herausgabe des Corpus der (...)
  • 48  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress », p. 230.

13Les congrès d’études byzantines furent donc un lieu d’affirmation de valeurs communes, de déclarations de bonnes intentions, de définition et de mise en scène d’une communauté scientifique fraternelle. Mais leur fonction déclarée devait aussi résider dans la mise en pratique concrète des projets de collaboration et des entreprises communes qui étaient proclamées de manière récurrente comme indispensables à l’avancement de la discipline. Se pose donc la question de l’apport scientifique réel de ces rencontres, qui fut évoquée explicitement dès le deuxième congrès. Les actes des congrès successifs permettent de distinguer trois grands types d’exposés, qui correspondent à des fonctions scientifiques essentielles de ces manifestations : études monographiques, comptes rendus sur l’état des études byzantines en général ou dans un pays donné, exposés et discussions à caractère programmatique. Les études de cas et de problèmes particuliers permettaient à des spécialistes de faire progresser leurs recherches en les soumettant à la discussion, mais là ne résidait pas l’apport le plus original des congrès. La création de Byzantion et la mission envoyée en Russie par cette revue tendent à prouver que l’une des fonctions essentielles de ces congrès résidait dans la possibilité offerte aux byzantinistes d’une nation donnée, et en particulier de la nation organisatrice, de faire le point sur les recherches effectuées dans leur pays et de les porter à la connaissance de la communauté internationale. Contribuant à éviter les entreprises parallèles ou concurrentes et à coordonner les efforts, ces sortes d’états des lieux trouvaient leur prolongement dans le troisième type de contributions, l’exposition de projets de recherches et d’entreprises scientifiques internationales. Les séances des sections étaient l’occasion de formuler des vœux, officiellement prononcés et soumis au vote lors de la séance de clôture, pour la réalisation d’entreprises scientifiques nécessitant des moyens financiers importants et requérant la collaboration de spécialistes de domaines et de nationalités différentes. La présentation de grands projets d’éditions de sources permit aux byzantinistes rassemblés de discuter de la répartition du travail entre les différents groupes nationaux et d’éviter la mise en œuvre de projets concurrents47. Une fonction importante des congrès fut ainsi de poser et de résoudre des questions de « technique de travail et d’organisation générale de notre byzantinistique dans son ensemble », selon la formule d’August Heisenberg48. Dix ans après le premier congrès, l’enthousiasme des débuts avait toutefois fait place chez certains à une scepticisme modéré : tout en rendant justice aux travaux réalisés pour répondre aux souhaits formulés dans les différents congrès, Henri Grégoire remarqua après le Congrès de Sofia (1934) que « les principales lacunes du byzantinisme » demeuraient et conclut de l’expérience des congrès et des projets lancés à leur occasion :

  • 49  Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia »,p. 269.

En cette matière, nous avons appris à nous méfier des tâches collectives. L’initiative nationale, engageant le prestige d’un État, vaut mieux qu’une répartition internationale de la tâche scientifique, pour des raisons psychologiques évidentes. Mieux vaut encore, et pour les mêmes raisons éternelles, l’initiative individuelle. L’histoire de la prosopographie byzantine, si elle se termine comme nous l’espérons, sera à cet égard une grande leçon49.

  • 50  Ibid.
  • 51  Bogdan D. Filov (éd.), Actes, t. 1, p. 38-47 ;Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia », p. 281 ; A. (...)

14L’expérience des « vœux plus ou moins ambitieux, plus ou moins platoniques »50 prononcés lors des congrès conduisait donc à un constat mitigé et à une forme de désillusion. Le danger encouru de ne pas tenir les promesses faites lors des congrès provoqua une réponse institutionnelle : au Congrès de Sofia (1934) fut créé dans le principe un « Comité permanent » chargé d’organiser les congrès et de suivre les travaux élaborés sous son égide51, et dans lequel on peut voir l’ancêtre de l’Association internationale des études byzantines fondée en 1948.

  • 52  Certains « esprits chagrins » qualifièrent le Congrès d’Athènes de « vaine parlotte » (Albert Vogt (...)
  • 53  J. Zeiller, « Le IIe congrès », p. 3 ; Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines (...)

15Le déroulement concret des congrès, et en particulier les défaillances dans l’organisation de celui de Belgrade et la déception ressentie par certains en écoutant les communications du Congrès d’Athènes52, amenèrent plusieurs participants à poser de manière très franche la question de l’utilité réelle de ces rencontres, pour conclure que l’apport principal des congrès scientifiques résidait dans les contacts personnels pris ou renouvelés par les spécialistes d’une même discipline durant les discussions et surtout en marge des séances, mettant ainsi en lumière l’importance des excursions, y compris sur le plan scientifique53.

  • 54  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3.

16Pour résumer les enjeux principaux des congrès internationaux d’études byzantines, on peut se référer au compte rendu du Congrès de Bucarest publié par Henri Grégoire dans le Journal des Débats du 6 juillet 1924 : le premier congrès international des études byzantines aurait été « un triomphe personnel » pour les instigateurs et organisateurs du congrès Nicolae Iorga et son collaborateur C. Marinescu ainsi qu’un « grand succès » pour « les savants roumains », « pour la Roumanie tout entière » et « pour le byzantinisme […] auquel a été donné l’organe international qui lui faisait défaut : Byzantion »54. De manière générale, les congrès d’études byzantines contribuèrent à l’affermissement d’une communauté scientifique et à la consécration officielle des protagonistes de la discipline ; ils soutinrent l’affirmation des pays organisateurs sur le plan international, enjeu particulièrement crucial pour des États balkaniques dont les frontières avaient été récemment créées ou redéfinies à la suite de conflits internationaux ; ils favorisèrent la réhabilitation, la mise en valeur et le développement d’une discipline relativement jeune, mise à mal par la guerre et les bouleversements politiques et souffrant d’un manque de reconnaissance dans le champ scientifique ; ils facilitèrent l’information des acteurs de la discipline sur leurs recherches et leurs projets respectifs et la coordination des efforts destinés à satisfaire les desiderata de la byzantinistique, notamment grâce à la création de la revue internationale en langue française Byzantion.

  • 55  Pour des listes de grands noms de la discipline, voir Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 ; N. Vu (...)

17Créés dans une période marquée par le souvenir des traumatismes de la Grande Guerre, mais aussi par un timide début de réintégration des puissances vaincues dans la communauté internationale, les premiers congrès d’études byzantines portèrent la marque des évolutions politiques et diplomatiques de l’Entre-deux guerres. Ils furent le lieu de développement d’un discours de réhabilitation et de célébration des études byzantines, définies comme reposant essentiellement sur l’interdisciplinarité, l’interculturalité et la collaboration internationale. Cette image de la discipline s’accordait avec un discours de fraternité et de collaboration d’une communauté scientifique que l’on souhaitait indépendante de la conjoncture politique et des tensions entre nations, sans cesser toutefois de la comprendre comme un agrégat d’« écoles » largement définies par leurs appartenances nationales respectives. Les congrès contribuèrent à présenter périodiquement l’état de la recherche dans chacun des pays représentés et à définir une géographie et une hiérarchie de la discipline : la hiérarchie entre les différents groupes nationaux se manifestait par le nombre de leurs représentants respectifs, les fonctions de ces derniers lors des différentes séances et les marques de déférences manifestées par leurs collègues. Les congrès favorisèrent aussi la reconnaissance internationale des nations organisatrices. Lieu d’auto-représentation de la communauté des byzantinistes, ils contribuèrent à l’affirmation de personnalités dominantes : au sommet du panthéon de la discipline fut célébré Karl Krumbacher comme fondateur et héros tutélaire d’une communauté fraternelle ; les dédicaces des Actes des congrès et des numéros successifs de la revue Byzantion contribuaient à célébrer les grands hommes de la byzantinologie, et la présence remarquée de certains membres se prolongea dans les listes de noms récurrents, incluses dans les comptes rendus55. De l’aveu même des congressistes, l’apport scientifique principal des congrès résidait non dans leur fonction d’élaboration de la science au présent, mais dans la possibilité qu’ils donnaient d’obtenir une vue d’ensemble des recherches effectuées par les différentes nations représentées, et surtout dans les contacts personnels auxquels ils donnaient l’occasion en marge des séances. De ce point de vue, le nombre d’heures relativement élevé réservé aux excursions, qui pourrait surprendre à première vue, s’avérait pleinement justifié. Les congrès internationaux d’études byzantines apparaissent donc certes comme des lieux de travail scientifique, mais surtout comme des occasions de revenir périodiquement sur le travail effectué et, par la formulation de vœux, la présentation de projets et les discussions individuelles, de préparer l’avenir.

Haut de page

Notes

1  Sur cette question, voir Brigitte Schroeder-Gudehus, Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale au cours des années 20, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1978.

2  C. Marinescu (éd.), Compte-rendu du Premier Congrès International des Etudes byzantines. Bucarest, 1924, Bucarest, 1925 [ = Kraus Reprint, Nendeln / Liechtenstein, 1978] ; D. Anastasijevi, Ph. Grani (éds.), Deuxième Congrès International des Etudes byzantines. Belgrade, 1927. Sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi des Serbes, Croates et Slovènes. Compte-rendu, Imprimerie de l’État, Belgrade, 1929 [ = Kraus Reprint, Nendeln / Liechtenstein, 1978] ; Anast. C. Orlandos (éd.), IIIe Congrès international des Etudes byzantines. Athènes 1930. Compte rendu, Athènes, 1932 [ = Kraus Reprint, Nendeln / Liechtenstein, 1978] ; Bogdan D. Filov (éd.), Actes du congrès international des études byzantines, Sofia, septembre 1934, 2 vol. , Imprimerie de la Cour, Sofia, 1935 [ = Bulletin de l’Institut Archéologique Bulgare 9-10, 1935-1936].

3  Sur l’histoire des études byzantines, on peut consulter Elizabeth Jeffreys, John Haldon, Robin Cormack, The Oxford handbook of Byzantine studies, Oxford University Press, Oxford, 2008,p. 3-20 ; Gyula Moravcsik, Einführung in die Byzantinologie, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1976 ; Georgije Ostrogorski, Histoire de l’État byzantin, Payot, Paris, 1983, p. 25-47.

4  Paul Graindor, « Le premier congrès des Etudes byzantines », Revue belge de philologie et d’histoire 3, 1924, (p. 673-675), p. 673 ; Henri Grégoire, « Un congrès d’études byzantines à Bucarest (fin avr. 1924) », Journal des débats 187, 6 juillet 1924, p. 3 [ = Echos d’Orient 137, janvier-mars 1925, (p. 56-59), p. 56-57] ; Albert Vogt, « IIIe congrès International des Etudes byzantines. Athènes 12-18 octobre 1930 », Revue des questions historiques 51, 1931, (p. 231-237), p. 231-232 ; Henri Grégoire, « Le troisième congrès des études byzantines à Athènes (Du 12 au 18 octobre 1930) », Byzantion 6, 1931, (p. 509-516), p. 509.

5  Voir par exemple Paul Graindor, « Le premier congrès », p. 673-674 ; Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 ; D. Anastasijevi, « Deuxième congrès International des Byzantinistes », Byzantion 3, 1926, (p. 547 -558), p. 557.

6  Paul Graindor, « Le premier congrès », p. 673-674. Henri Grégoire (« Un congrès », p. 3) classe les thèmes traités un peu différemment : « histoire politique, histoire du droit, histoire sociale, histoire religieuse, archéologie, philologie, patristique ».

7  Philologie byzantine, Histoire byzantine, Histoire de l’Eglise byzantine, Archéologie byzantine, Rapports et influences de Byzance et de ses voisins du nord : a) domaine archéologique, b) domaine philologicohistorique, Byzance et l’Occident.

8  Louis Bréhier, « Le congrès des études byzantines de Belgrade », Journal des Savants, juin 1927, (p. 272-273), p. 272 ;S. Salaville, « Le IIe congrès international d’études byzantines à Belgrade (11-16 avril 1927) », Échos d’Orient 149, janvier-mars 1928, (p. 78-110), p. 78-79.

9  Il comportait une section philologique, une section historique, une section intitulée « Byzance et le monde slave » et une section archéologique (faute d’un nombre suffisant de communications, la section prévue de « jurisprudence et médecine byzantines ; musique, ethnographie et folklore » fut supprimée).

10  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress für Byzantinistik in Belgrad 1927 », Byzantinische Zeitschrift 27, 1927, (p. 224-231), p. 229.

11  La « réhabilitation » de Byzance et des études byzantines est évoquée par Albert Vogt (« IIIe congrès », p. 232) et Henri Grégoire (« Le troisième congrès », p. 514). Sur la mise en valeur des études byzantines comme science nécessaire à la compréhension de l’histoire européenne, voir par exemple Georges Smets, « Le deuxième congrès international des Etudes byzantines », Revue belge de philologie et d’histoire 6, 1927, (p. 927-928), p. 927.

12  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress », p. 224 ; D. Anastasijevi, « Deuxième congrès », p. 557.

13  Le terme « représentant » est employé par exemple par Charles Diehl (« Impressions de Roumanie », Revue des Deux Mondes, 15 juin 1924, (p. 832-846), p. 832) et par Georges Smets (« Le deuxième congrès », p. 928).

14  Charles Diehl, « Impressions de Roumanie », p. 835.

15  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress », p. 224 ; Paul Maas, « 2. Internationaler Byzantinisten-Kongress », Gnomon 3, 1927, (p. 381-382), p. 381. Voir aussi Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », Etudes. Revue catholique d’intérêt général, t. 191, no12, 5 avril-20 juin 1927, (p. 462-472), p. 462-463 ; S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 79-80.

16  S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 80 ; Anast. C. Orlandos (éd.), IIIe congrès, p. 51 ; Albert Vogt, « IIIe congrès », p. 232.

17  Henri Grégoire, « Le troisième congrès », p. 515 et p. 516.

18  D. Anastasijevi, « Deuxième congrès », p. 557 : « Avant tout, les byzantinistes du monde entier ont apporté leur offrande sur l’autel de la paix restaurée ».

19  Albert Vogt, « IIIe congrès », p. 232 : « Si le congrès d’Athènes fut un congrès scientifique, il fut autre chose aussi. Ce fut un congrès de la paix, un grand acte officiel de bonne volonté réciproque, et, pourquoi ne pas ajouter, un premier espoir d’union paneuropéenne ? [...] On eut, à certains moments, comme la sensation que Byzance revivait et attirait de nouveau dans son rayonnement, d’abord les peuples du Sud-Est européen qui se réclament d’elle comme de leur mère commune, mais ensuite aussi les descendants de ceux qui, en 1204 prirent Constantinople et détruisirent l’Empire “gardé de Dieu” ».

20  « “Byzantion” et les savants russes », Byzantion 1, 1924, (p. 717-727), p. 717.

21  Sur l’histoire des études byzantines en URSS, voir Sergey A. Ivanov, « Byzance rouge : la byzantinologie et les communistes (1928-1948) », in : Marie-France Auzépy (éd.), Byzance en Europe, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 2003, p. 55-60.

22  Paul Graindor, Henri Grégoire, « Avant-propos », Byzantion 1, 1924, p. V-VIII ; C. Marinescu (éd.), Compte-rendu du Premier congrès, p. 78-79.

23  « “Byzantion” et les savants russes », Byzantion 1, 1924, p. 717-727.

24  F. Uspenskij, « Note sur l’histoire des Etudes byzantines en Russie », Byzantion 2, 1925, p. 1-54.

25  S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 81.

26  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3.

27  Paul Graindor, Henri Grégoire, « Avant-propos », p. VIII.

28  Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia », Byzantion 10, 1935, (p. 259-281), p. 259.

29  Durant les excursions, le père S. Salaville célébra une messe matinale le dimanche 17 avril dans une salle d’attente de la gare de Belgrade, et « Mgr d’Herbigny [...] célébra lui-même le Saint Sacrifice chaque matin dans une des gares où le train stoppait. » (S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 106). Voir aussi Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », p. 471, qui présente une vision plus critique du déroulement du congrès.

30  Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », p. 464 ; voir aussi J. Zeiller, « Le IIe congrès international d’études byzantines à Belgrade », Journal des Débats 127, 8 mai 1927, p. 3.

31  Fr. Dvorník, « Le troisième congrès international des études byzantines (Athènes, 12-18 octobre 1930), Byzantinoslavica 3, 1931, (p. 256-264), p. 256.

32  La place des Roumains dans l’histoire universelle est le titre d’un ouvrage de Nicolae Iorga (Bucarest, 3 vol. , 1935-1936).Sur Nicolae Iorga, on peut consulter Nicholas M. Nagy-Talavera, Nicolae Iorga. A Biography, The Center for Romanian Studies, Iai, Oxford, Portland, 21998.

33  Louis Bréhier (« Le congrès des études byzantines de Belgrade », p. 273) parle dès 1927 d’une « tradition inaugurée à Bucarest en 1923 ».

34  Sur les éléments fondamentaux des discours nationaux, voir Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècle,Editions du Seuil, Paris, 1999, 22001.

35  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 ; N. Vuli, « IIe congrès », p. 536 ; Louis Bréhier, « Le congrès des Etudes byzantines de Belgrade », p. 272-273.

36  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3.

37  Sur la dimension idéologique de l’anthropologie du folklore en Grèce, on peut lire Geneviève Zoïa, « L’anthropologie en Grèce », Terrain,14 mars 1990 [L’incroyable et ses preuves] : http://terrain.revues.org/document3641.html (mis en ligne le 7 octobre 2005).

38  Voir Charles Diehl, « Impressions de Roumanie », p. 833 ; N. Vuli, « IIe congrès », p. 536 ; Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia », p. 279.

39  J. Zeiller, « Le IIe congrès », p. 3.

40  Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », p. 471 ; voir aussi S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 106.

41  Fr. Dvorník, « Le troisième congrès », p. 257 ; voir aussi Guillaume de Jerphanion, « Sous le ciel de Grèce », Études. Revue catholique d’intérêt général, 68e année, t. 206, 5 janvier-20 mars 1931, (p. 320-337), p. 327.

42  Les termes « révéler », « révélation », « révélateur » reviennent sous la plume de plusieurs congressistes pour qualifier les découvertes que leur ont permises les excursions (Louis Bréhier, « Chronique. Orient byzantin », Revue historique, juin 1924, (p. 321-322), p. 322 ; id., « Le Premier congrès », p. 275 ; id., « Le premier congrès des Etudes byzantines à Bucarest », La Revue de l’Art XLVI.257, juillet-août 1924, (p. 63-66), p. 66 ; Charles Diehl, « Impressions de Roumanie », p. 845 ; voir aussi Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 et id., « Le Congrès de Sofia », p. 274-275).

43  Henri Grégoire parle ainsi de « la grande Roumanie, qui commence à prendre sur le terrain scientifique, comme sur tous les autres, la place à laquelle elle a droit – une place de premier rang » (« Un congrès », p. 3).

44  August Heisenberg, « Die Byzantinistik nach dem Weltkrieg, ihre Entwicklung und ihre Ziele », in : Anast. C. Orlandos (éd.), IIIecongrès, p. 66-76.

45  Louis Bréhier, « Le premier congrès international des Etudes Byzantines à Bucarest », Byzantion 1 (1924), p. 735-744, ici p. 744.

46  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongreß », p. 224. Voir aussi Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 ; Louis Bréhier, « Le congrès des Etudes byzantines de Belgrade », p. 272 ; Paul Maas, « 2. Internationaler Byzantinisten-Kongress », p. 381 ; Guillaume de Jerphanion, « Sous le ciel de Grèce », p. 327.

47  Voir par exemple August Heisenberg, « Die Organisation der Arbeiten zur Herausgabe des Corpus der griechischen Urkunden des Mittelalters und der neueren Zeit », in : D. Anastasijevi, Ph. Grani (éds.), Deuxième congrès International des Etudes byzantines, p. 17-19 ; « Ein Wörterbuch der Byzantinischen Gräzität », ibid., p. 22 ; Ph. Koukoulès, « Collaboration Internationale pour l’avancement des recherches sur le Folklore byzantin », ibid., p. 33-34 ; L. Cantarelli, « Proposta di un Corpus Inscriptionum Byzantinarum », ibid., p. 173-174. Une partie des propositions suscita le scepticisme de certains et laissa percer à la fois la nécessité et la difficulté d’une entente internationale (voir en particulier Fr. Dvorník, « Le troisième congrès », p. 263).

48  A[ugust] H[eisenberg], « II. Internationaler Kongress », p. 230.

49  Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia »,p. 269.

50  Ibid.

51  Bogdan D. Filov (éd.), Actes, t. 1, p. 38-47 ;Henri Grégoire, « Le Congrès de Sofia », p. 281 ; A. Leman, « Le IVe congrès International des Etudes Byzantines à Sofia. 9 au 16 octobre 1934 », Bulletin of the International Committee of Historical Sciences VI.3, 1934, (p. 351-352), p. 352. L’idée d’un comité permanent fut lancée à l’occasion du Congrès d’Athènes par Albert Vogt (« IIIe congrès », p. 234).

52  Certains « esprits chagrins » qualifièrent le Congrès d’Athènes de « vaine parlotte » (Albert Vogt, « IIIe congrès » p. 236).

53  J. Zeiller, « Le IIe congrès », p. 3 ; Guillaume de Jerphanion, « Le congrès des études byzantines à Belgrade », p. 468 ; August Heisenberg, « II. Internationaler Kongreß », p. 230 ; Guillaume de Jerphanion, « Sous le ciel de Grèce », p. 326-327.

54  Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3.

55  Pour des listes de grands noms de la discipline, voir Henri Grégoire, « Un congrès », p. 3 ; N. Vuli, « IIe congrès », p. 535 ; S. Salaville, « Le IIe congrès », p. 107-108 ; Fr. Dvorník, « Le troisième congrès », p. 263 ; D. N. Anastasijevi, « Deuxième congrès », p. 551-552.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Maufroy, « Les premiers congrès internationaux des études byzantines : entre nationalisme scientifique et construction internationale d’une discipline », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/414

Haut de page

Auteur

Sandrine Maufroy

Chercheur post-doctorante en études germaniques, CNRS, Université d’Amsterdam.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page