Navigation – Plan du site
Essais de sémantique historique

Les Slaves du Sud et la Mitteleuropa

Zoran Konstantinović
p. 45-60

Résumés

Der Verfasser geht davon aus, daß der Mitteleuropa-Begriff sehr unterschiedlich interpretiert wird und er unterscheidet vor allem fünf solcher Interpretationen : die durch das Buch von Friedrich Naumann bekannte Interpretation ; die im Gegensatz dazu vom Theoretiker der Sozialdemokratie vertretene Vorstellung von den Vereinigten Staaten von Zentraleuropa ; die These von einem katholischen Mitteleuropa ; das Görzer Projekt, das allen ideologischen und politischen Vorstellungen in gleicher Weise das Wort geben möchte, und — als fünfte Interpretation — die Bewegung oppositioneller Schriftsteller (György Konrad, Milan Kundera u.a.) in den Achtziger Jahren. Vor dem Hintergrund dieser fünf Interpretationen wird das Verhältnis der südslawischen Völker und ihrer bedeutenden Vertreter zu Mitteleuropa als einer geistigen Einheit untersucht : Mirosalv Krleža, Milovan Djilas, Danilo Kiš u.a.

Haut de page

Texte intégral

1Il faut mettre le terme « Mitteleuropa » entre guillemets pour qu'il se charge de toutes les connotations qui en font plus qu'un concept purement géographique. Cela vaut aussi quand on parle de l’« Europe centrale » en français ou de la Central Europe en anglais. La précision sémantique est encore plus manifeste dans ces deux langues — et dans toutes les autres — quand on emploie le terme allemand de Mitteleuropa — ou du moins quand on parle, en anglais, de Middle Europe. Mais ces connotations sont très diverses et stratifiées, elles se dirigent simultanément dans les directions les plus différentes. Je voudrais les rassembler ci-dessous en cinq groupes, pour permettre d'en avoir une meilleure idée, et en me situant dans l'optique spécifique des Slaves du Sud.

2L'emblème du premier groupe est un livre auquel son auteur, Friedrich Naumann, a donné un titre lapidaire, Mitteleuropa, et qui a paru à Berlin en 1915. Cet ouvrage se fondait sur la ferme conviction que l'Empire germanique remporterait la victoire et exercerait sans aucun doute, après la guerre, sa prédominance sur un vaste domaine géographique ; celui-ci, dénommé Mitteleuropa, devrait être le quatrième Etat mondial, aux côtés de la Grande-Bretagne, de l'Amérique et de la Russie (p. 167). Cette Mitteleuropa, écrivait-il, « sera allemande en son cœur, utilisera d'elle-même l'allemand comme langue mondiale et langue de communication, mais devra, dès le premier jour, faire preuve d'esprit de conciliation et de souplesse à l'égard des langues voisines concernées, parce que c'est la seule manière d'instaurer la grande harmonie » (p. 8). Parmi ces langues voisines, il cite aussi « le croate au Sud, le tchèque en Bohême, le magyar, le roumain, le polonais au Sud-Est et à l'Est » (p. 60). Mais rassembler tout cela en un « organisme historique et étatique » lui semble être « une tâche de grands façonneurs d'Etats » (p. 61). Il imagine autour de cette grande structure des « Etats-trabans », dont le rapport avec la Mitteleuropa n'est pas encore fixé, mais qui ne pourront se maintenir sous forme de « petits potentats intacts », c'est-à-dire préserver leur souveraineté dans un monde de « grandes souverainetés concentrées, aux dimensions impressionnantes » (p. 166). Naumann développera par la suite des idées plus précises sur ce type d'Etats-trabans dans son texte Was wird aus Polen ? (Que deviendra la Pologne ?, Berlin, 1917) dans lequel la Pologne est présentée comme une zone réduite de l'ancienne partie russe de ce pays.

3Les considérations de Naumann étaient animées par une réflexion économique expansionniste ; des personnalités telles que Max Weber, Robert Bosch, Albert Ballin et Gustav Stolper s'étaient assemblées autour de lui. Le livre atteignit des tirages records et toucha un grand nombre de lecteurs.

4L'issue de la guerre ôta cependant leur actualité à ce genre de projets ; Karl Haushofer, un spécialiste écouté en géopolitique, et son école firent toutefois en sorte qu'ils ne disparaissent pas du débat. Dans un article intitulé « Mitteleuropa und der Anschluss » (« La Mitteleuropa et l'Anschluss », publié dans le recueil Die Anschlussfrage (La question de l'Anschluss, Vienne), son fils Albrecht Haushofer, lui aussi professeur de géographie politique et de géopolitique, formule en ces termes la maxime et le principe fondamental de ses conceptions : « La Mitteleuropa centrale est un concept issu de la volonté politique... C'est aux Allemands qu'il doit d'être ce qu'il est. Sans eux, il n'existerait pas. »

  • 1  Sur l'orientation méthodologique de cette étude, cf. Hanns-Albert Steger, Mitteleuropäische Horizo (...)

5Par la suite, au cours de la seconde guerre mondiale, Albrecht Haushofer a pris ses distances avec Hitler ; sa participation à la conjuration du 20 juillet 1944 lui a valu de mourir dans la prison de Berlin-Moabit. Cet homme qui était aussi poète a laissé, avec ses Moabiter Sonetten (Sonnets de Moabit), un témoignage littéraire important sur la résistance au national-socialisme. Mais ni lui ni sa génération n'ont sans doute jamais abandonné son idée de considérer la Mitteleuropa comme une zone permettant à l'Allemagne de propager sa culture et d'exercer sa prédominance politique. Lors du congrès du PEN-Club international de 1987, à Lugano, les participants à la discussion sur l'Europe centrale ont par exemple entendu avec une certaine surprise les propos des représentants des deux Etats allemands. Car aussi bien Martin Gregor-Dellin que Stephan Hermlin ont présenté comme une évidence l'idée que l'Allemagne était identique à l'Europe centrale, et réciproquement ; les deux hommes ne se distinguaient l'un de l'autre que dans la mesure où Gregor-Dellin partait de l'affirmation qu'une telle Mitteleuropa était actuellement scindée par une frontière sanglante, tandis que Hermlin lui rétorquait que cette frontière n'était pas si sanglante que cela. La recherche actuelle sur l'Europe centrale en Allemagne me paraît elle aussi caractérisée par ce genre d'équations exclusives. Cette recherche est animée avant tout par l'Université de Nuremberg-Erlangen. Elle se fonde sur l'espace historique de l'Empire germanique médiéval, et tente d'y discerner les « perspectives de la Mitteleuropa »1.

6Mais revenons-en à Friedrich Naumann ; la réplique immédiate et cinglante à son livre est venue de Karl Kautsky, l'idéologue de la social-démocratie. Dans la revue Die neue Zeit qu'il dirigeait et qui devait fournir son armement théorique au combat du mouvement social-démocrate, il publia, dans le volume 2 de l'année 1915-1916, un article qui reparut par la suite sous le titre « Die Vereinigten Staaten von Mitteleuropa » (« Les Etats-Unis de la Mitteleuropa »). Cet article est aussi à l'origine d'un deuxième groupe d'interprétations du concept d'Europe centrale. Il cite, pour s'en moquer, des extraits du discours pseudo-poétique du livre de Naumann, dans lequel celui-ci salue ses lecteurs en les qualifiant d'oiseaux migrateurs et les invite à partir, mandoline à la main, dans les Carpathes, à se faire jouer quelque chose par les Tziganes, à se baigner dans le vaste lac Balaton ensoleillé, à visiter Prague et ses curiosités, Cracovie et ses antiquités, Graz, la fière et belle, et d'autres choses encore. Kautsky s'attache surtout à cette invocation : « Monte dans la poésie et la prose, élève-toi vers les hauteurs, ô Mitteleuropa » (Neue Zeit, 424), pour démasquer, avec une logique inflexible, la base de l'édifice intellectuel de Naumann : une volonté d'hégémonie non seulement sur les petits Etats d'Europe du Sud et des Balkans, mais aussi sur la monarchie danubienne dans son ensemble. Utilisant l'arme de la citation, il laisse constamment Naumann proclamer lui-même ses idées. « L'Europe centrale est née des victoires prussiennes », par exemple (p. 57-58), ou encore : « Tant que le soleil brillera au-dessus de nos têtes, nous devrons garder à l'esprit la volonté de prendre notre place dans les rangs des économies mondiales de premier plan » (p. 177-178).

7Dans un mouvement de rejet conscient du concept de Mitteleuropa exposé par Naumann, on introduit, dans le sillage des réflexions de Kautsky, la dénomination Zentraleuropa. C'est aussi ce terme qu'emploie la traduction allemande du livre de Thomas Garrique Masaryk, le fondateur de la République tchécoslovaque, Das neue Europa. Der slavische Standpunkt (La nouvelle Europe. Le point de vue slave, Berlin, 1922, réédité à Osnabruck en 1976). Masaryk y prend position en faveur d'une fédération étatique des Etats démocratiques d'Europe centrale, qui ferait contrepoids au monarchisme et à l'expansionnisme allemands, incarnés dans la « poussée vers l'Est » — même s'il s'agissait plutôt, en fait, d'une « poussée vers le Sud-Est ».

  • 2  Alphonse Losser, Politikwissenschaftliche Anmerkungen eines Franzosen zur aktuellen Mitteleuropa-D (...)

8Les Français aussi parlent de l’« Europe centrale ». Jacques Droz et Joseph Rovan jouent certainement un rôle majeur dans les conceptions qui ont été développées en France sur cet espace. Contrairement à Masarik, qui condamnait la monarchie des Habsbourg, considérée comme « antidémocratique, antinationale, cléricale et jésuite », les deux chercheurs français ne nient nullement les conquêtes positives de la communauté de peuples qui était réunie dans ce royaume sous le sceptre des gouvernants viennois. Leurs sentiments sont, dans une certaine mesure, contradictoires, car si les petits Etats purent obtenir leur indépendance dans cet espace, après la première guerre mondiale, ce fut surtout le fruit de la politique de la France. Mais d'un autre côté, l'écrasement du royaume des Habsbourg constituait une perte, dans la mesure où il avait constitué un contrepoids à l'Allemagne. Après la seconde guerre mondiale, ce rapport s'exprime de manière caractéristique dans la citation suivante : « En Europe, la France se dit favorable à l'intangibilité des frontières d'Etat actuelles et des frontières internes de l'Allemagne. Malgré les relations amicales avec la République fédérale d'Allemagne, les Français ont le sentiment de vivre dans l'ombre d'un géant économique. Dès lors, ils auraient peine à s'enthousiasmer pour l'idée d'une éventuelle réunification de l'Allemagne. Le mot d'un célèbre écrivain, disant vouer un tel amour à l'Allemagne qu'il était heureux d'en avoir plusieurs, exprime l'attitude consciente ou inconsciente de nos concitoyens. »2 Aujourd'hui, une telle éventualité est devenue réalité. Face à l'effondrement de la Yougoslavie et à la tragédie sanglante qui endeuille ce pays, la seule réponse du président Mitterrand a été de dire que la France était forcée d'agir sous la pression de l'Allemagne.

9Une troisième conception de la Mitteleuropa joue aussi un rôle tout à fait essentiel : celle d'une Mitteleuropa catholique des Etats du Danube. Cette conception est manifestement portée par des réflexions sur une restauration de la monarchie des Habsbourg. Elle a été défendue après la première guerre mondiale, dans les conditions économiques difficiles qui régnaient en Autriche après l'effondrement de la Double Monarchie, notamment par Ignaz Seipel, chancelier autrichien et prélat catholique. Le premier motif qui poussait à rétablir l'Etat disparu n'était pas tant et pas seulement le fruit de considérations économiques, mais bien plus l'idée que le nouvel ordre de cet espace géographique avait détruit un ordre divin. Selon lui, dans cet ordre, la population allemande avait été chargée d'une tâche de missionnaire : transmettre la culture aux autres peuples de cet espace. Ignaz Seipel était le maître d'Engelberg Dollfuss, qui transforma l'Autriche en un Etat d'ordres autoritaire. Son successeur, Kurt Schussnigg, a exprimé par la suite cette idée de la mission dans la revue officielle de cette époque, Der Ständestaat. Mais en défendant l'idée d'une mission culturelle allemande assignée à l'Autriche en Europe centrale et dans le Sud-Est, on a justement beaucoup contribué à rendre ce pays incapable de trouver un chemin culturel spécifique pour l'Autriche et de rompre avec les ambitions culturelles hégémoniques de l'Allemagne.

10La question prit une singulière importance après la seconde guerre mondiale, quand il fallut rendre à l'Autriche ressuscitée sa pleine légitimité, y compris culturelle, et se référer à une identité autrichienne spécifique. Non seulement les écrivains revenus de l'émigration, mais aussi ceux qui avaient jusqu'alors mené une ardente activité nationale-socialiste cherchèrent alors à cette fin un refuge protecteur et réconfortant, et l'on assista à une sorte de « Renaissance austriaque », comme on nomma souvent, non sans ironie, cette première décennie d'efforts pour trouver sa propre identité après la seconde guerre mondiale. En tête de ce mouvement avançait une littérature qui, depuis la fin de l'Autriche-Hongrie, avait sombré dans les sentiments nostalgiques et que l'on commençait à qualifier d' « utopie régressive », en se référant au sociologue Max Weber.

11Ceux qui animaient le mouvement assimilaient la Mitteleuropa à l'Autriche et au « mythe des Habsbourg ». Un livre a beaucoup contribué à une telle identification, notamment après la parution de sa traduction allemande, en 1966 : il s'agit du livre du germaniste italien Claudio Magris, encore tout jeune à l'époque : Il mito absburgico nella letteratura austriaca moderna (Le mythe des Habsbourg dans la littérature autrichienne moderne, Turin, 1963). Jeune scientifique progressiste, il avait en fait évoqué dans son livre, avec une certaine ironie, l'esprit conservateur de la création littéraire autrichienne qui, de son point de vue, résistait opiniâtrement à toute transformation. Son livre — et, avec lui, le mythe dont il était question — fut cependant accueilli avec un tel enthousiasme que Claudio Magris lui-même succomba à la fascination qu'il exerçait. Il serait cependant difficile de parler aussi, à propos des autres littératures de cet espace, d'une « utopie régressive » et d'une auto-identification avec la Mitteleuropa, mis à part certains auteurs au nord de l'Italie et à Trieste. Quels qu'aient été les louanges attribuées à Claudio Magris, on vit aussi se développer en Autriche, à propos de la Mitteleuropa, un débat où la Realpolitik jouait un plus grand rôle. Renouant avec cette réinterprétation qui faisait de la monarchie des Habsbourg une communauté de peuples pacifique, on considérait à présent que la mission de l'Autriche était de tisser des relations au-delà de la frontière idéologique qui scindait cet espace depuis la seconde guerre mondiale. L'instigateur et la force motrice de ces efforts, Erhard Busek, résuma ses réflexions dans un livre volumineux, Projekt Mitteleuropa (Projet Mitteleuropa, Vienne, 1986). Il y évoque une réanimation de la Mitteleuropa, qui ne devrait plus être un concept exclusivement politique, mais aussi et surtout un principe de réflexion et d'action. Stimulé par une communication intense entre les habitants de cet espace, avec un carrefour naturel à Vienne, ce principe pourrait aussi être un principe d'espérance.

12Quand on évoque de telles conceptions, à travers lesquelles l'Autriche tentait d'exprimer sa fonction au sein de la Mitteleuropa, et qui étaient également dirigées contre le nationalisme allemand et les idées de Naumann, on se rappelle malgré soi les plans conçus par Churchill à ce propos pendant la seconde guerre mondiale. Les historiens autrichiens ont classé en quatre groupes ces projets que Churchill avait soit développés lors de conversations de table, soit fait rédiger sous forme de projets concrets. L'un de ces quatre groupes de plans envisageait une confédération d'Etats centre-européens, conçue comme un contrepoids à l'Allemagne, mais aussi comme un cordon sanitaire, une protection contre l'Union soviétique — dans un cas comme dans l'autre, Vienne devait en être le centre.

13Nous en arrivons à la quatrième des conceptions de la Mitteleuropa que nous souhaitions aborder dans cet exposé. Il s'agit de l'activité développée depuis les années 60 par l’« Istituto per gli incontri culturali mitteleuropei » à Görz. La frontière entre l'Italie et la Yougoslavie (aujourd'hui Slovénie) traverse cette ville ; elle a été l'enjeu de combats acharnés au cours de la première guerre mondiale — ce qui lui donne sa valeur symbolique. Les organisateurs des rencontres de Görz considèrent comme leur mission principale de rassembler les représentants de cet espace dans lequel on doit tenir compte des prestations intellectuelles et culturelles des Italiens et des Slovènes, des Autrichiens, Croates, Serbes, Slovaques et Tchèques, et avec eux, toujours, des Juifs. On insiste ici sur l'esprit cosmopolite et la supranationalité. Dès lors, le concept de Mitteleuropa a souvent été associé à des termes comme « juif », « slave », « internationaliste » ou « socialiste » qui supprimaient aussi les frontières entre l'Europe centrale et l'Europe, si bien que l'on en revenait volontiers au mythe pour préserver malgré tout l'idée de l'Europe centrale.

14Les rencontres de Görz se distinguent par le fait que toutes les conceptions idéologiques et politiques s'y expriment. Mais on ne peut, rétrospectivement, masquer le fait que les conceptions italiennes récemment concrétisées dans la Pentagonale y ont aussi joué un rôle. Cette « Pentagonale » est une union informelle qui servait de cadre à la coopération entre l'Italie, l'Autriche, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, jusqu'à la décomposition de ce pays. Il s'agissait d'encourager les relations de bon voisinage, en tenant compte de la fonction d'intermédiaire exercée par les minorités nationales. Dans la déclaration commune, on justifiait cette coopération par la conscience d'avoir un héritage culturel et historique commun.

  • 3  Milan Kundera, Un Occident kidnappé, publié d'abord en langue anglaise sous le titre The Tragedy o (...)

15Il nous reste la cinquième conception de la Mitteleuropa, qui a joué un très grand rôle dans le passé le plus récent. Les intellectuels d'opposition, les dissidents, les critiques du régime et ceux qui combattaient pour la liberté en Tchécoslovaquie, en Hongrie, en Yougoslavie et en Pologne, mais aussi en Roumanie, commencèrent alors à se proclamer « citoyens de la Mitteleuropa ». Ce sont surtout Milan Kundera, avec son essai « Un Occident kidnappé », et György Konrad avec un texte intitulé « Der Traum von Mitteleuropa » (« Le rêve de la Mitteleuropa »)3 qui ont fourni les textes-programmes de ce courant, sans pour autant que ces personnalités se soient regroupées de manière formelle. En l'espèce, la Mitteleuropa n'avait rien à voir avec une monarchie des Habsbourg : on employait ce terme pour affirmer l'indépendance intellectuelle de cet espace, aussi bien face à l'Est dogmatique qu'aux excroissances de la société de consommation à l'Ouest. Ce n'était pas non plus une option concrète, mais uniquement une vague vision définie avant tout de manière négative : contre les frontières de bloc existantes et la situation de l'époque, l'hégémonie de deux grandes puissances qui ne rivalisaient pas par les valeurs intellectuelles, mais avant tout par le nombre de leurs têtes nucléaires. Mais dans cette discussion la Mitteleuropa symbolisait aussi la protestation contre les conceptions nationalistes obtuses, le souhait d'une orientation européenne qui libérerait l'Europe de son statut de projet et la concevrait comme un sujet de son propre destin.

  • 4  Erhard Busek estime à ce propos : « Chacun des concepts est porteur de sa propre signification his (...)
  • 5  Ma contribution à la discussion sur la Mitteleuropa à Paris était aussi consacrée à la présentatio (...)
  • 6 Eric J. Hobsbawn, Mitteleuropa, Politik und Kultur. Heimweh nach Kakanien und die vergangene Gegenw (...)

16Au total, le concept d'Europe centrale rassemble donc sous des formes multiples les éléments les plus divers d'un humus culturel aux implications politiques bien déterminées. L'auteur de cet article a toujours été et demeure prioritairement intéressé par les relations et les points communs littéraires dans les littératures des peuples de cet espace, un domaine de travail qui a été jalonné pour la première fois en 1931, lors du congrès des comparatistes à Budapest. A l'époque, on avait utilisé pour le désigner le terme français d'« Europe centrale », et celui-ci m'a paru pendant assez longtemps plus pertinent4. Dans ce sens, j'ai aussi tenté de donner à mes études un caractère systématique. Plus tard, j'ai été disposé à approuver le terme de Mitteleuropa5, tout en soulignant la nécessité de détacher ce secteur de recherche du champ de tension des forces politiques. Mais entre-temps, travailler sur la Mitteleuropa est sans doute plus devenu une sorte de hobby. Car ce que le sociologue anglais Eric J. Hobsbawn avait prédit est arrivé : « Si l'on offrait aux Hongrois et aux Tchèques la possibilité de choisir entre un bloc centre-européen et le rattachement à la CEE, ils choisiraient Bruxelles sans la moindre hésitation. Les appels à la renaissance de la Mitteleuropa qui nous parviennent de l'Est depuis ces dernières années doivent être considérés comme négatifs, et non comme positifs. Ils ne signifient pas : « Nous regrettons nos frères de Sankt Pölten ou de Görz », mais : « Ne pouvons-nous pas appartenir à autre chose qu'à la partie soviétique de l'Europe ? » »6

17Si nous voulons à présent tenter d'expliquer plus précisément le rapport des peuples slaves du Sud avec les concepts de Mitteleuropa que nous avons mentionnés, il faut avant toute chose indiquer que les Slaves du Sud, dans leur zone de répartition, depuis le lac de Wörther, en Carinthie, jusqu'aux rivages de la mer Noire, sont sans doute de proches parents, mais séparés par une diversité culturelle considérable. Ainsi, les Slovènes et une partie des Croates sont intégrés à la zone culturelle de l'Europe centrale, tandis que l'autre partie des Croates subit l'influence de l'espace méditerranéen. Après la chute de leur royaume médiéval, les Serbes ont été nombreux à se diriger vers le nord, fuyant les Turcs et cherchant protection dans le domaine des Habsbourg. C'est là aussi que s'est accompli leur passage culturel entre la tradition slave et byzantine et le mode de vie de l'Europe centrale — tandis que les Monténégrins, les Macédoniens et les Bulgares demeuraient dans la sphère culturelle slavo-byzantine. En Bosnie, en revanche, une partie considérable de la population s'était convertie à la confession musulmane, et s'intégra très vite et complètement à l'Islam.

18Les différences dans l'évolution historique sont elles aussi très nettes. Les Slovènes ont été intégrés au royaume franc et sont ensuite demeurés pendant un millénaire sous la domination des Allemands. Au xiie siècle, les Croates avaient fusionné avec les Hongrois, mais ceux-ci les avaient cantonnés dans une position subalterne. Les Serbes vécurent pendant quatre siècle sous la domination des Turcs, jusqu'à ce qu'ils puissent se libérer, au début du xixe siècle. Les Bulgares durent attendre le dernier tiers du siècle dernier pour devenir indépendants des Turcs, tandis que les Macédoniens demeurèrent sujets turcs jusqu'aux guerres balkaniques de 1912. Seuls les Monténégrins purent se vanter d'avoir, au fil de tous ces siècles, possédé une principauté libre dans leur montagne, tandis qu'aux pieds de ces massifs, la ville de Dubrovnik peut se targuer d'avoir mené une existence indépendante de ville-république jusqu'à sa conquête par Napoléon.

  • 7  Cité d'après Ernst Joseph Görlich, Die mitteleuropäische Idee in Österreich 1849-1859, Österreichi (...)

19Dans la problématique de la Mitteleuropa, et notamment dans la conception allemande, celle de Naumann, il semblait que les Slovènes, les Croates et les Serbes vivant sous la domination des Habsbourg auraient dû être totalement intégrés dans une telle Mitteleuropa allemande. La Bulgarie, en revanche, était pour Naumann l'exemple d'un possible « Etat-traban », d'une « certaine quantité de matériau de nationalités inorganisé », pour reprendre son expression ; et quand il réfléchit au destin de la Pologne, il songe, malgré lui, « souvent à la Bulgarie » (Was wird aus Polen, p. 30). Mais il faut souligner une fois de plus que Naumann, pour l'essentiel, n'avait à l'esprit que des objectifs économiques, et non pas une germanisation immédiate. Il était ainsi considérablement en deçà des exigences de Friedrich List, le fondateur de l'économie nationale qui, à la veille de la création de la Confédération du nord de l'Allemagne, quand le pouvoir économique de la bourgeoisie négociante commença à s'étendre dans les divers Etats allemands et à franchir leur frontière, estimait que les Allemands ne devaient pas émigrer aussi nombreux vers l'Amérique, mais coloniser les secteurs qui s'étendaient jusqu'à l'Adriatique, ainsi que les rives du Danube jusqu'à la mer Noire. Ils devaient y « garantir leur part » et de là, comme en rebondissant sur un tremplin, se diriger vers l'Asie mineure jusqu'en Inde orientale, en passant par Suez et l'Egypte : « Debout, partons tels de nouveaux Argonautes quérir la Toison d'Or ! »7

  • 8  Le « parti libéral », membre depuis des décennies des différentes coalitions gouvernementales. (N. (...)
  • 9  Horst Grabert, Jugoslawin : Der grosse Umweg, in Blätter für deutsche und internationale Politik, (...)

20Hitler a tenté de mettre en œuvre une combinaison des réflexions de Friedrich List et de celles de Friedrich Naumann. Une partie des Slovènes devait être germanisée brutalement ; l'autre partie serait déportée. Leurs zones d'origines devaient servir de « porte cochère » au Reich millénaire. La Croatie, en revanche, est devenue un Etat-satellite, tout à fait dans l'esprit de Naumann. Il est intéressant de noter que Hans Dietrich Genscher appartient au parti qui se réclame de Naumann, et que le siège de ce mouvement, le Freie Deutsche Partei8, à Bonn, porte lui aussi le nom de Friedrich Naumann. L'action menée par H. D. Genscher au cours de la crise yougoslave est clairement marqué par les idées de Friedrich Naumann. Car on vient de créer deux Etats-satellites sous domination allemande : la Slovénie et la Croatie. Celui qui fut pendant de longues années ambassadeur à Belgrade, Horst Grabert, a dit à ce propos : « Le traité de Maastricht est signé le 10 décembre 1991 par les chefs de gouvernement de la CEE ; six jours plus tard, les partenaires de la CEE sont sommés par l'Allemagne d'accepter la reconnaissance de la Slovénie et de la Croatie. On informe le Conseil que l'Allemagne, pour sa part, les reconnaîtra le 18 décembre. Si la politique étrangère commune dont on vient de convenir à Maastricht ne doit pas être enterrée au bout de six jours d'existence, les autres Etats de la CEE doivent se rallier à la proclamation allemande. Pour souligner la position dominante allemande, l'Allemagne n'attend même pas le délai dont on est convenu avec la Communauté — le 15 janvier —, mais reconnaît ces deux Etats « avant même Noël », comme l'avait annoncé le chancelier fédéral H. Kohl au Bundestag allemand dès la mi-décembre. »9

21Les autres conséquences de cette conception allemande de la Mitteleuropa pour les Slaves du Sud ne sont pas prévisibles aujourd'hui.

22Revenons à la deuxième conception, l'idée d'une communauté formelle d'Etats démocratiques libres, telle qu'elle a été esquissée par Karl Kautsky et défendue par Thomas Garrique Masaryk. Masaryk a très fortement intégré les Slaves du Sud dans sa conception. Mais dans toute la période qui a séparé les deux guerres mondiales cet espace n'a été qu'un champ de tension entre des forces puissantes qui, pour défendre leurs intérêts, ont joué sans le moindre scrupule avec le destin de ces peuples. Dans ce contexte, on peut simplement rappeler les tentatives menées de l'intérieur, notamment dans la période qui a immédiatement précédé la seconde guerre mondiale, pour établir un équilibre dans cet espace. La Yougoslavie et la Hongrie ont ainsi trouvé la voie menant à un pacte d'amitié, rompu par la suite par une Hongrie attirée par l'Allemagne et ses tentations. Cela semble être une amère leçon de l'histoire : une aussi belle idée que celle des Etats-Unis d'Europe centrale ne peut être qu'un vœu pieux.

  • 10  Miroslav Krleža, Crno-zute iluzije (Illusions en noir et jaune), Eseji 5, Sarajevo, 1979, p. 159 ; (...)

23On a en revanche manifestement surestimé l'effet que l'idée d'une Mitteleuropa catholique a eu sur les Slaves du Sud au cours de la période précédant les deux guerres mondiales. Tout comme ils refusaient une Mitteleuropa allemande telle que l'a imaginée Naumann, ils ne pouvaient qu'observer avec scepticisme toutes les tentatives de restauration d'obédience autrichienne. Leurs expériences historiques en la matière étaient trop malheureuses. Les Slovènes avaient végété en peuple de domestiques, dans l'ancienne Monarchie ; les Croates et les Serbes avaient à deux reprises sauvé les Habsbourg (au cours du soulèvement de Rakoczi, au xviiie siècle, et pendant la Révolution de 1848-1849, dans les deux cas en s'opposant aux Hongrois). Mais — comme l'affirmait un trait d'esprit amer — les Slovènes obtinrent en récompense ce qui devait être une punition pour les Hongrois : ils furent réintégrés à la Hongrie, alors que celle-ci, après la compensation de 1867, partageait désormais l'Etat avec Vienne. Le plus grand écrivain croate, Miroslav Krleža, estimait à ce propos que « le renard des Habsbourg était le même que le renard pan-germanique », et il s'opposait à la phraséologie d'une « mission culturelle autrichienne le long du Danube », d'une mission culturelle de l'« Ostmark », aux tentatives de rétablir « entre le Danube, les Alpes et les Carpathes, en guise de base économico-géographique, une communauté aux fondements agraires et féodaux, dirigée depuis Vienne » — une thèse « que tous les idéologues de la Mitteleuropa ont trop rebattue, depuis le baron Chlumetzky jusqu'à Hermann Bahr et de Friedjung à Renner et Naumann ». Mais il reconnaît que le mouvement révolutionnaire dans cet espace a un caractère uniforme, « le torrent des masses, né des tourbillons de la guerre, qui constituait un processus sauvage, inorganisé, porté par l'enthousiasme inspiré par la situation objective le long du Danube et dans les pays d'Europe centrale au cours des années 1918 et 1921 »10.

  • 11  Taras Kermauner, Ein katholisches Mitteleuropa, Politicum, 1991, n° 50, p. 44-47.

24La dernière phrase recoupe la perspective ouverte par les conceptions d'une Zentraleuropa. Elle est à coup sûr écrite sous l'influence des événements de l'époque. L'essor économique de l'Autriche après la seconde guerre mondiale et le niveau de vie élevé ont certainement eu un effet, eux aussi, notamment dans les zones septentrionales d'une société retardée dans son développement par les expériences d'autogestion et qui rêvait de consommation — notamment en Slovénie. Il faut ainsi mentionner également les réflexions du journaliste slovène Taras Kermanauer — « Ein katholisches Mitteleuropa ? » (« Une Mitteleuropa catholique ? »)11. « Ce pour quoi je m'engage, écrit Kermauner, est plus et se situe plus profondément : un acte de foi commune qui apparaît dans mille lieux différents en Autriche, en Italie, en Croatie et en Hongrie ; il s'appuie sur des croyants et une croyance qui, propagée depuis là-bas dans les centres culturels et politiques, produit un nouveau modèle de coexistence en Mitteleuropa. En acceptant toutes les souverainetés — politiques et autres — des Etats nationaux émancipés de cet espace, en tenant compte des différences qui existent dans cet univers, différences indispensables à l'affirmation de soi des sujets individuels et sociaux qui en font partie » (p. 47).

  • 12  Fils du dernier empereur d'Autriche, Otto von Habsburg est depuis 1973 président d'un mouvement d' (...)

25La perspective adoptée permet sans doute d'expliquer un tel point de vue. Mais elle ne répond pas à toutes les questions. Elle n'explique pas, notamment, que la reconnaissance ainsi proclamée « de toutes les souverainetés — politiques et autres » ne signifiait pas encore dans la réalité, loin s'en fallait, le maintien de ces souverainetés. Un petit peuple comme les Slovènes ne pourra sans doute guère espérer préserver son autonomie économique et son identité nationale dans les conditions actuelles du nouvel ordre européen. Ce problème se pose également pour les Croates (quoique dans une mesure un peu moins importante, essentiellement parce que leur pays est plus grand et qu'ils sont aussi plus nombreux). En outre, ils ont conservé, même à l'époque de la crise yougoslave, une grande retenue face aux menées visant à une restauration. Dans les journaux qui n'étaient pas encore mis au pas, Otto von Habsburg12, lors de sa visite hâtive à Zagreb, a été salué par des titres comme « Une Autriche-Hongrie ressuscitée ? Non, merci ! »

26En l'occurrence, le projet dirigé par Erhard Busek a joué le rôle d'un cheval de Troie, même si des intellectuels serbes — c'est-à-dire orthodoxes — y ont collaboré. Un article de Milovan Djilas intitulé « Für ein Mitteleuropa ohne Dogma, ohne Gewalt » (« Pour une Mitteleuropa sans dogme et sans violence »), publié dans le Wiener Journal (juin 1988, p. 11-12), proche de Busek, en est sans doute un exemple caractéristique. Une fois de plus, Djilas s'est laissé grossièrement abuser. A l'heure actuelle, la Mitteleuropa semble plonger dans un enfer de violence.

27Des Slaves du Sud ont aussi participé au projet de Görz. Les rencontres étaient informelles, les exposés l'étaient tout autant. On devra certainement réfléchir, désormais, à l'avenir de cette manifestation. On n'entend pratiquement plus parler non plus de la Pentagonale, qui est d'ailleurs devenue ensuite la Sexagonale, puis, pour un bref laps de temps, la Septuagonale. Il est tout à fait évident que la refonte de cet espace est inspirée par d'autres conceptions que celle-ci.

  • 13  Ilma Rakusa, Pannonische Inventuren, Bogen, 1987, n° 22, p. 1.
  • 14  Vesna Roganivic dans son entretien avec Danilo Kiš, in Borba, 1erjanvier 1988, p. 13. Une année pl (...)

28La dernière tâche qui nous reste est donc de réfléchir au rapport entre les Slaves du Sud et la conception de la Mitteleuropa qu'ont les intellectuels de cet espace géographique. Nous avons indiqué que Milan Kundera et György Konrad étaient à l'origine de cette conception. La slaviste suisse Ilma Rakusa parle d'un « trio mitteleuropéen des trois « K » : Kundera, Konrad et Kiš », et qualifie notamment le Yougoslave et Serbe Danilo Kiš de « numéro 1 » de ce trio13. Kiš lui-même s'exprime ainsi à propos de la Mitteleuropa : « Ce que l'on a décrit comme le cercle culturel d'Europe centrale englobe aussi l'ensemble de l'espace littéraire yougoslave. Nos trois grands hommes littéraires — Andrič Krleža, Crnjanski — appartenaient précisément à cet espace, par les liens culturels qu'ils avaient établis. Je m'autorise aussi à me placer dans la catégorie des écrivains de la Mitteleuropa aux côtés de ces trois-là. »14

  • 15  Aleksandar Jerkov, Novela od tudjina (La nouvelle d'un étranger), Knjizevne novine, 1987, n° 24, p (...)

29D'autres écrivains et intellectuels serbes se confrontent cependant aussi avec la Mitteleuropa. La critique a salué en ces termes le livre Pisma iz tudjine (Lettres de l'étranger), de Borislav Pekič, paru en 1987 à Zagreb : « C'est un thème de la Mitteleuropa que l'on aborde ici : on évoque un écrivain en exil, et il est aussi mitteleuropéen dans la mesure où cet exil n'a pas des motifs exclusivement politiques. Là non plus, cependant, l'Europe centrale n'est pas ressentie comme un conglomérat d'Etats qui furent jadis unis sous la domination de Vienne, mais comme un rapport déterminé entre la société et la créativité, entre l'individualité artistique et une pensée authentique et humaniste qui échappe à toute contrainte. C'est la seule manière dont nous puissions expliquer que nous percevions une telle nostalgie de la Mitteleuropa, et non de la Méditerranée, avec laquelle nous sommes tout autant en contact. Et s'il est vrai que l'on ne devient pas citoyen de la Mitteleuropa du seul fait que l'on est né dans cet espace, mais parce qu'on efforce d'atteindre un espace intellectuel déterminé, Borislav Pekić est tout aussi mitteleuropéen que Danilo Kiš15.

  • 16  Slobodan Selenić, Slovenija i Srednja Evropa (La Slovénie et la Mitteleuropa), in Književne novine (...)
  • 17  Zoran Djindjić, Hrabrost drzača svece, Srednja Evropa medju nama (Le courage du chancelier. La Mit (...)

30Slobodan Selenic16, qui critique vivement le système dominant dans ses romans et dans ses drames, met en garde contre la tentation de considérer la Mitteleuropa comme l'espace intellectuel de la culture austro-hongroise. Il manque à une telle Mitteleuropa l'expérience classique immédiate de la Grèce, le populisme antiféodal des officiers de Crom-well et surtout l'esprit de la Révolution française. Selon lui, nous devrions donc nous efforcer de considérer l'Europe centrale comme une sorte de transition vers l'Europe et de continuer à mener un travail intellectuel dans cette direction. Zoran Djindjić, l'un des dirigeants actuels de l'un des principaux partis d'opposition en Serbie, considère lui aussi la Mitteleuropa comme une transition. « En examinant l'ensemble de la situation, je crois pouvoir dire que le chemin menant de l'Europe de l'Est à l'Europe de l'Ouest passe inéluctablement par la Mitteleuropa. La Mitteleuropa paraît être pour l'instant une sorte de purgatoire. Il faut le traverser pour se débarrasser de tous les décombres de l'Est qui pèsent sur nos épaules, avant de pouvoir nous plonger dans les délices de l'Ouest. Car, en l'état actuel des choses, il semble que toutes les ambitions convergent pour donner à l'Europe en général la forme d'une Europe de l'Ouest. La Mitteleuropa n'est donc qu'une métaphore pour le seul transit vers l'Europe de l'Ouest. Mais que se passera-t-il si les trains s'arrêtent de rouler, si nous sommes forcés de rester dans cette gare ? Nous nous assoirons alors sur nos bagages et nous nous demanderons : et maintenant ? Dans cette gare, il est possible que la culture ait la primauté sur la politique, mais les nationalités s'affrontent dans la salle d'attente. Notre devoir serait de trouver aussi rapidement que possible un train qui assure la correspondance et nous fasse sortir de cette gare. »17

31Une attitude entièrement nouvelle envers la Mitteleuropa s'est exprimée chez les Croates depuis Krleža. Dans les conversations que Predrag Matvejević a eues avec lui — Razgovori s Krlezom (Conversations avec Krleža, Zagreb, 1969) —, il défendait toujours les idées que nous avons présentées dans nos considérations sur le concept de Zentraleuropa : « A mes yeux, d'un point de vue esthétique, la Mitteleuropa n'existe pas en tant qu'univers autonome, de la manière dont peuvent exister l'Amérique centrale ou l'Asie centrale. C'est un terme qui correspondait aussi bien à Naumann qu'à l'Autriche, un terme qui leur permettait d'exprimer leur impérialisme pangermaniste ou autrichien, mais enjolivé, dans le cas de l'Autriche, par une once de nostalgie » — à quoi il ajoute cependant : « Il est tout de même resté l'œuvre de Kafka, de Rilke et de Musil » (p. 52). C'était aussi la formule avec laquelle on abordait aussi en Croatie le problème d'une littérature de la Mitteleuropa. Ainsi, plusieurs spécialistes de la littérature ont pris directement position sur ce problème dans la revue Danas (Aujourd'hui, n° 267, 1987, p. 33-36), sous le titre « Utjeha za malene. Nova srednjoevropska ideja želi ponovo uspostaviti zajedničku i specifičnu kulturu » (« Une consolation pour les petits. La nouvelle idée de la Mitteleuropa vise de nouveau à créer un climat culturel commun et spécifique »). « Où se trouve la Mitteleuropa ? » demande Viktor Žmegac, et il formule cette réponse paradoxale : rétrospectivement, ce sont ceux qui ont exprimé les pensées critiques et renversantes dans l'art et dans la philosophie qui sont considérés comme les véritables représentants d'une telle Mitteleuropa, et non les tenants des sentiments nostalgiques. Pour Aleksander Flaker, la Mitteleuropa se situe à l'est de la ligne « Danzig-Trieste », tandis que Predrag Matvejević estime que le terme de Mitteleuropa désigne encore plus ce qu'a été et ce qu'aurait pu être la culture de la Mitteleuropa, et bien moins une véritable rénovation de la culture centre-européenne. Vanja Maktović, lui, se voit confronté à ce dilemme : à qui s'identifier quand on mentionne l'Europe centrale : à Auschwitz ou à un peuple qui a ostensiblement élu Kurt Waldheim à sa présidence ?

  • 18  Ivan Simonović et Josip Kregar, Kroatien und Mitteleuropa, Politicum, 1991, n° 50, p. 33.

32A l'heure de la crise yougoslave, on croit cependant pouvoir utiliser la Mitteleuropa comme un moyen de séparer la Croatie de la fédération d'Etats yougoslave et l'on considère que « pour chacun de ces Etats... l'accès facilité et naturel à la mer »18 constitue une contrepartie. A Vienne, des hommes politiques et des diplomates de haut niveau, mais aussi des représentants de l'industrie ont fondé un club de la Mitteleuropa, qui intervient directement dans la campagne électorale en Yougoslavie et soutient financièrement les partis pour les amener à un « dénominateur commun ».

33Il a fallu attendre la phase de la crise yougoslave pour que la problématique de la Mitteleuropa prenne une telle importance. Mais les Slovènes, eux, se sentent toujours écartelés entre leur tradition centre-européenne et leur appartenance à la structure étatique yougoslave. C'est pour cette raison que les écrivains Slovènes se consacrent eux aussi d'une manière particulièrement intensive à la Mitteleuropa. La rencontre annuelle de Vilenica, une grotte à stalactites située dans le Carst, est devenue une institution, tout comme le prix décerné à cette occasion. Drago Jancar est considéré comme l'idéologue de l'idée slovène de Mitteleuropa — il a formulé, de manière programmatique, ses points de vue sur la question dans l'article « Terra incognita » (dont la traduction en allemand a été publiée dans le Wiener Journal, juillet-août 1986, p. 15-18). Il rejoint Milan Kundera, pour qui la culture et la création intellectuelle constituent la condition sine qua non de l'existence d'un petit peuple, et considère que cette nécessité vaut singulièrement pour les Slovènes. Mais ces réflexions sont aussi une occasion de se confronter, en tant qu'intellectuel, avec le système en place en Yougoslavie.

34Chacune des cinq conceptions de la Mitteleuropa a ainsi touché sous une forme spécifique les Slaves du Sud — avant tout les Slovènes, mais aussi les Croates et les Serbes. L'édition de l'œuvre complète de Kundera par un éditeur de Sarajevo a elle aussi permis l'étude de cette question à partir de la tradition bosniaque. Pour nous résumer, nous pourrions sans doute dire que le concept de Mitteleuropa, dans la mesure où il masquait des menées expansionnistes, s'est heurté chez les Slaves du Sud à une réaction de rejet compréhensible ; mais lorsqu'il leur offrait la possibilité de prendre eux aussi leur place dans une communauté intellectuelle centre-européenne, il a été accueilli d'une manière extrêmement positive.

  • 19  Djerdj Konrad, Voleti prolaznike sa suprotne strane ulice (Il s'agit d'aimer aussi les passants su (...)

35Ces réflexions sont couchées sur le papier en mars 1993, à un moment où le conflit tragique en Yougoslavie suit sans que rien ne s'y oppose son cours déchaîné vers un malheur encore plus grand. C'est aussi le moment où l'on peut dire, rétrospectivement, que la réflexion des intellectuels de ces pays sur la Mitteleuropa a agi comme un ferment, et a été l'une des causes principales des bouleversements violents. Il faut aussi se demander dans quelle mesure un véritable esprit mitteleuropéen pourrait aider à dénouer cette tragédie des Slaves du Sud et ouvrir une perspective salutaire. Certes, une utopie est devenue réalité et a apporté la liberté. Mais elle a aussi ouvert la boîte de Pandore et fait un terrible cadeau à cette région : un nationalisme démentiel. Une voix avisée, comme celle de Peter Handke quand il s'est adressé aux Slovènes, a fait réfléchir beaucoup de gens ; et le courage avec lequel György Konrad19 s'est prononcé contre les jugements unilatéraux sur les événements constitue pour beaucoup une véritable consolation. C'est nous, les intellectuels d'Europe centrale, explique Konrad, qui avons activé dans notre combat contre le système totalitaire l'arme mortelle du nationalisme, celle qu'on utilise aujourd'hui aux fins les plus diverses. « Ne pensez pas seulement que vous êtes des membres de votre peuple », dit György Konrad en conclusion de cette adresse aux intellectuels serbes, « mais aussi que pour trouver le chemin de l'Europe il nous faut devenir des citoyens de la Mitteleuropa ».

Haut de page

Notes

1  Sur l'orientation méthodologique de cette étude, cf. Hanns-Albert Steger, Mitteleuropäische Horizonte. Neue Aspekte der Geschichtsschreibung, Pannonia, 1987, n° 2, p. 18-23.

2  Alphonse Losser, Politikwissenschaftliche Anmerkungen eines Franzosen zur aktuellen Mitteleuropa-Diskussion, in Mitteleuropa. Compte rendu de la réunion des 16 au 18 juin 1981 à l'Académie évangélique de Hofgeismar, p. 93-113.

3  Milan Kundera, Un Occident kidnappé, publié d'abord en langue anglaise sous le titre The Tragedy of Middle Europe, in The New York Review of Books, avril 1984 ; traduction allemande : Die Tragödie Mitteleuropa, in Erhard Busek et Gerhard Wilflinger, Aufbruch nach Mitteleuropa. Rekonstuktion eines versunkenen Kontinents, Vienne, Herold, 1986, p. 133-144 ; György Konrad, Der Traum von Mitteleuropa, in Wiener Journal, 1984, n° 45, réimpression in Aufbruch nach Mitteleuropa, op. cit., p. 87-98.

4  Erhard Busek estime à ce propos : « Chacun des concepts est porteur de sa propre signification historique, géographique ou politique. Il inspire des associations, inclut ou exclut, il est sympathique ou agressif. Zoran Konstantinović, Serbe, professeur de littérature à Innsbruck, emploie pour ses recherches de littérature comparée l'expression de Zentraleuropa pour éviter toute confusion avec le concept « allemand » de Mitteleuropa formulé par Friedrich Naymann » (Projekt Mitteleuropa, p. 19).

5  Ma contribution à la discussion sur la Mitteleuropa à Paris était aussi consacrée à la présentation d'une nécessité de ce type. Elle portait le titre « Tenir la Mitteleuropa à l'écart des combinaisons politiques... » ; on peut la lire dans le recueil publié par Gilbert Krebs, de l'Université de la Sorbonne, à Paris, sous le titre Mitteleuropa — pour ou contre l'Europe ?, p. 65-66.

6 Eric J. Hobsbawn, Mitteleuropa, Politik und Kultur. Heimweh nach Kakanien und die vergangene Gegenwart, Wiener Tagebuch, 1989, n° 11, p. 17.

7  Cité d'après Ernst Joseph Görlich, Die mitteleuropäische Idee in Österreich 1849-1859, Österreichische Osthefte, 1969, n° 1, p. 14-15.

8  Le « parti libéral », membre depuis des décennies des différentes coalitions gouvernementales. (N.d.T.)

9  Horst Grabert, Jugoslawin : Der grosse Umweg, in Blätter für deutsche und internationale Politik, 1993, n° 2, p. 156.

10  Miroslav Krleža, Crno-zute iluzije (Illusions en noir et jaune), Eseji 5, Sarajevo, 1979, p. 159 ; Bečke varijacije (Variations viennoises), in Europa Danas (Europe aujourd'hui), Zagreb, 1935, p. 74, et Deset kravih godina i drugi eseji (Dix années sanglantes et autres essais), Zagreb, 1954, p. 91.

11  Taras Kermauner, Ein katholisches Mitteleuropa, Politicum, 1991, n° 50, p. 44-47.

12  Fils du dernier empereur d'Autriche, Otto von Habsburg est depuis 1973 président d'un mouvement d'extrême-droite, la « Pan-Europa Union ». (N.d.T.)

13  Ilma Rakusa, Pannonische Inventuren, Bogen, 1987, n° 22, p. 1.

14  Vesna Roganivic dans son entretien avec Danilo Kiš, in Borba, 1erjanvier 1988, p. 13. Une année plus tôt, Danilo Kiš publiait un recueil de notes sous le titre Variations sur les thèmes d'Europe centrale, in Le Messager européen, 1987, n° 1. Des extraits en ont été publiés dans La Nouvelle Alternative, 1987, n° 8, p. 23-24 (« Thèmes d'Europe centrale »).

15  Aleksandar Jerkov, Novela od tudjina (La nouvelle d'un étranger), Knjizevne novine, 1987, n° 24, p. 16.

16  Slobodan Selenić, Slovenija i Srednja Evropa (La Slovénie et la Mitteleuropa), in Književne novine, 1988, n° 12, p. 17.

17  Zoran Djindjić, Hrabrost drzača svece, Srednja Evropa medju nama (Le courage du chancelier. La Mitteleuropa entre nous), Borba, 18-19 août 1990, p. 2.

18  Ivan Simonović et Josip Kregar, Kroatien und Mitteleuropa, Politicum, 1991, n° 50, p. 33.

19  Djerdj Konrad, Voleti prolaznike sa suprotne strane ulice (Il s'agit d'aimer aussi les passants sur le trottoir d'en face), in Borba, 4 janvier 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoran Konstantinović, « Les Slaves du Sud et la Mitteleuropa », Revue germanique internationale, 1 | 1994, 45-60.

Référence électronique

Zoran Konstantinović, « Les Slaves du Sud et la Mitteleuropa », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/424 ; DOI : 10.4000/rgi.424

Haut de page

Auteur

Zoran Konstantinović

Professeur émérite de littérature comparée à l'Université d'Innsbruck, spécialiste de l'approche comparatiste régionale : littérature danubienne, Sud-Est européen, histoire de la littérature de l'espace habsbourgeois.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org