Navigation – Plan du site
Aires culturelles et réseaux de la « Mitteleuropa »

De la métropole académique à l'université de province. Note sur la place de Vienne dans le marché international des études supérieures (1880-1938)

Victor Karady
p. 221-242

Résumés

Die Untersuchung verfolgt den Aufstieg und den Verfall der Universität Wien und anderer Wiener Hochschulen, die eine Zeit lang die österreichische Hauptstadt zu einer europäischen akademischen Metropole machten. In den Jahrzehnten vor dem Ersten Weltkrieg stand Wien an zweiter Stelle nach Paris in der Beliebtheit ausländischer Studenten. Als ausländische Studenten werden in diesem Zusammenhang solche aus den nichtösterreichischen Provinzen der Habsburgermonarchie, oder Studenten mit einem fremden Nachnamen, oder solche, die eine nichtdeutsche Muttersprache hatten, definiert. Die Ergebnisse einer empirischen Untersuchung der soziokulturellen Spezifika dreier Fakultäten der Universität Wien 1880 und 1900 (Jura, Medizin und Philosophie) zeigen, wie sich diese Studenten nach regionalen, sozialen, nationalen, Alters- und Abstammungskategorien einteilen, die Wiens Zentralität auf dem internationalen akademischen Markt in den letzten Jahren der Habsburgermonarchie beweisen. Die Rolle der jüdischen Studenten erweist sich in diesem Zusammenhang als besonders bedeutend. Deren schrittweises Verschwinden in der Zwischenkriegszeit als Folge der wachsenden antisemitischen und nazistischen Drucks führte zum unaufhaltsamen Verfall Wiens als Hauptanziehungspunkt für ausländische Studenten in Europa.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur l'ensemble du problème des échanges internationaux d'étudiants et de la constitution historiqu (...)

1On sait que l'Université de Vienne n'a pas eu une fortune historique semblable à celle des grandes universités des capitales européennes. Précédée par l'Université Charles de Prague, elle n'a été ni le plus ancien ni pendant longtemps le plus important des établissements d'enseignement supérieur de langue allemande des territoires qui formeront l'empire des Habsbourg. Son apogée se situe au xixe siècle dans une conjoncture très particulière. C'est au moment où l'on crée (avec l'Entwurf de 1850) la hiérarchie tripartite de l'organisation scolaire (primaire, secondaire de 8 classes avec matura, supérieure) dans tout l'Empire, ce qui contribue à singulariser la fonction des études supérieures en tant qu'instance de formation et de légitimation des élites sociales anciennes (noblesse) et nouvelles (bourgeoisie, classes moyennes professionnelles) et lorsque, en conséquence, se fondent, se modernisent ou se transforment en institutions nationales les universités, académies juridiques ou collèges spécialisés des provinces et des Etats habsbourgeois (surtout dans les décennies précédant la fin du siècle), que l'Université de Vienne accède à un statut somme toute exceptionnel. Elle représente non seulement la plus grosse concentration de populations estudiantines de l'Empire (et une des plus nombreuses du monde), mais encore elle devient, par le niveau ou la qualité reconnus de son offre d'enseignement et d'initiation à la recherche (en médecine, dans les sciences expérimentales et dans certaines disciplines littéraires), une des principales instances de certification intellectuelle en Europe, en tout cas sans égale au Centre et dans l'Est européens. Avec le démembrement de l'Empire qui entraîne, entre autres, la restructuration élargie mais aussi l'autonomisation, la fermeture et l'isolement grandissant des marchés universitaires des Etats successeurs, l'Université de Vienne n'a su que très partiellement conserver son statut du tournant du siècle1.

2Dans cette note on traitera seulement des aspects touchant aux transformations du recrutement national du public universitaire viennois pour esquisser une analyse socio-historique de cette évolution. Pour ce faire on rappellera successivement les faits majeurs du développement quantitatif des populations estudiantines à Vienne comparativement aux établissements comparables dans l'Empire et ailleurs en Europe, la composition évolutive du corps estudiantin viennois selon l'origine régionale, nationale et ethnique, enfin certaines caractéristiques socioculturelles, elles aussi historiquement variables, des publics concernés. Cela autorise une interprétation historiquement circonstanciée de la force d'attraction du centre universitaire viennois et de la propension des diverses fractions des publics scolaires concernés à s'y porter candidat. Le tableau 1 résume les informations quantitatives essentielles relatives à la fréquentation et au recrutement national de l'Université et de l'Ecole polytechnique (future Université technique) de Vienne du xixe siècle jusqu'à l'entre-deux-guerres. On en retiendra quelques données marquant l'évolution des fonctions remplies par les établissements viennois dans le marché local et international des études.

  • 2  Cf. Preussische Statistik, n° 167, p. 29 et ibid., n° 236, p. 40.

3Tout d'abord il faut remarquer le poids considérable des effectifs absolus. Dès les années 1880 Vienne n'est dépassée que par Paris pour ce qui est de la masse des étudiants présents. Berlin s'en approche, mais Londres, Oxbridge et, à plus forte raison, les universités italiennes, suisses, belges, hollandaises, même les plus importantes — faisant partie de réseaux beaucoup plus décentrés — restent loin derrière en nombres, du moins jusqu'aux années de la première guerre mondiale. A titre d'exemple, si Berlin reste pendant toute cette période la plus grande concentration d'étudiants en Allemagne (suivi de Leipzig et de Munich), la capitale du Reich ne réunit qu'une moyenne de 5 473 étudiants dont seulement 675 étrangers et 704 Allemands hors la Prusse en 1899-1900 et 7 641 étudiants dont 1 048 étrangers et 916 Allemands hors la Prusse en 1910-19112, c'est-à-dire environ un cinquième de moins que Vienne poulie total des effectifs et une fraction seulement du nombre des étudiants allogènes ou hors Autriche (comparables aux étudiants allemands de Berlin hors la Prusse). A cette époque Vienne réunit donc la deuxième plus grande concentration d'étudiants en Europe (et sans doute dans le monde) et aussi la deuxième plus importante concentration d'étudiants étrangers. Sur le plan international le poids de l'Université de Vienne et des autres établissements d'enseignement supérieur viennois au rayonnement également très large (dont seules les données relatives à l'Ecole polytechnique sont fournies ici) apparaît donc comme considérable.

  • 3  Cf. Österreichisches Statistisches Handbuch, 1881, p. 46-47.

4Pour ce qui est du marché universitaire intérieur des provinces habsbourgeoises, ce poids dépasse régulièrement le tiers des effectifs afférents dans la partie cisleithanienne de l'Empire. En 1880-1881, par exemple, l'Université de Vienne fixe, avec environ 4 600 étudiants contre moins de la moitié (soit 2 057) à Prague ou seulement un quart (soit 1 066) à Lemberg — les deux universités cisleithaniennes les plus importantes —, plus de 45 % des effectifs du supérieur en Cisleithanie3.

Tableau 1. — Effectifs et origines nationales et culturelles des étudiants inscrits à l'Université et à l'Ecole polytechnique de Vienne de 1880 à 1935 (semestres d'hiver, années choisies)

Tableau 1. — Effectifs et origines nationales et culturelles des étudiants inscrits à l'Université et à l'Ecole polytechnique de Vienne de 1880 à 1935 (semestres d'hiver, années choisies)

(1) Hors les provinces qui formeront la République de l’Autriche après 1918
(2) Hors les deux parties cisleithanienne et transleithanienne (Hongrie) de l’empire des Habsbourg
(3) 1879-1880 pour l’Ecole polytechnique.

Österreichisches Statistisches Handbuch (pour les années d'avant 1918), Statistisches Handbuch der Republik Österreich (pour les années ultérieures), Die k. und k. Technische Universität in Wien, 1815-1915, Wien, 1915 (pour la Polytechnique de 1879-1880).

  • 4  Cf. ibid., 1912, p. 380-381.

5Pareille disproportion subsiste, bien que nettement amoindrie, en 1912-1913, avec quelque 9 900 étudiants à Vienne, ce qui correspond à 33,4 % de l'ensemble en Cisleithanie, contre déjà 6 500 à Prague et 5 567 à Lemberg, voire même 1 129 à Czernovitz, la plus petite université de l'Empire (et le plus « oriental » des établissements universitaires de langue allemande)4. Vienne garde donc une position dominante dans le marché universitaire de l'Empire tout au long de la période d'avant-guerre, mais les disparités internes de ce marché tendent à s'atténuer avec le temps.

6De ces données agrégées on peut d'ores et déjà tirer quelques conclusions de nature à qualifier le centre académique viennois dans le champ universitaire international de l'époque.

  • 5  Cf. ibid., 1881 et 1912, loc. cit. Si l'on prend en compte les deux Polytechniques praguoises (l'u (...)

7Certes, par sa taille, l'Université de Vienne a dû jouer un rôle majeur dans la formation des élites en Europe centrale et ailleurs. Toutefois, Vienne n'est que primus inter pares parmi les universités de l'Empire. Elle préside à un réseau dont la périphérie croît nettement plus rapidement que le centre. Alors que les effectifs ont doublé à Vienne entre 1880 et 1912 (et un peu plus que doublé dans les deux autres universités autrichiennes à Graz et à Innsbruck), ils ont quintuplé à Lemberg, quadruplé à Czernovitz et triplé à Cracovie et surtout à Prague qui, avec ses deux universités complètes, l'une allemande et l'autre tchèque, assorties de deux écoles polytechniques (les effectifs de ces dernières dépassant déjà ceux de la Polytechnique viennoise bien avant la Grande Guerre), parvient à rivaliser avec Vienne, au moins sur le plan quantitatif5. Les enseignements de ce tableau se confirment si l'on prend en compte les deux universités classiques de langue hongroise (Budapest et Kolozsvàr-Klausenburg-Cluj), dont la croissance s'avère elle aussi très dynamique, ou l'Université nationale croate récemment fondée à Zagreb. Vienne se situe donc au tournant du siècle au centre d'un marché universitaire en pleine expansion et de plus en plus équilibré quant à l'offre régionale d'études.

  • 6  Données des Annuaires statistiques de la France.
  • 7  Pour une analyse plus nuancée de la réussite ou de l'échec partiels des réformateurs républicains (...)

8Faut-il remarquer que, en ce sens, la position de Vienne ne ressemble donc nullement à celle de Paris dans le marché français où la Sorbonne et les grandes écoles nationales, concentrées toutes dans la capitale, s'attachent à cette époque encore près de la moitié des effectifs universitaires du pays, soit, pour les seuls étudiants des facultés, 41 % en 1895 et 38 % en 19146. On sait que face à la prépondérance parisienne aucun contrepoids institutionnel n'existe en province. Les petites facultés dispersées et intellectuellement toujours marginales figurent toujours des îlots du désert français sur le plan universitaire, en dépit même de la réussite relative des grandes réformes introduites par les législateurs de la IIIe République depuis 1877 et qui avaient justement pour but de procurer un public stable aux facultés de province7.

9Pourtant il y a plus d'un aspect commun entre Paris et Vienne quant à leur position dans leurs champs de recrutement respectifs, à commencer par le fait que ce champ est la France entière pour Paris, de même que l'Empire entier pour Vienne. Ceci ressort clairement des chiffres du tableau 1 relatifs aux proportions des non-Autrichiens (au sens strict, ressortissants des provinces de la future république). Pour l'Université classique près de la moitié des étudiants proviennent des parties non autrichiennes (Cisleithanie pour l'essentiel — Bohème, Moravie, Galicie, Bukovine et Dalmatie —, mais aussi de Transleithanie — Hongrie). Les proportions sont moindres et en plus fort déclin pour la Polytechnique, où, toutefois, plus d'un quart encore des effectifs est issu à la veille de la première guerre des provinces non autrichiennes

  • 8  Pour tous ces indices et plus généralement pour les détails de la répartition des étudiants étrang (...)
  • 9  Cf. Österreichisches Statistisches Handbuch, 1913, p. 380.

10La singularité de Vienne — comme de Paris — réside justement dans le fait que ces deux plus grands centres universitaires européens recrutent très largement à l'extérieur de leurs circonscriptions résidentielles urbaines, mais assez peu à l'extérieur des limites des Etats. Ceci vaut, il est vrai, beaucoup plus pour Vienne que pour Paris. Les établissements universitaires de la capitale française seront envahis, surtout après 1905, par une masse d'étudiants originaires avant tout de Russie, qui feront doubler (en la portant de 10 % environ à plus d'un cinquième du total) la proportion d'étrangers dans le corps estudiantin. Entre 1910 et 1914 la moitié des étrangers inscrits dans les universités françaises sont des Russes, alors que ce trop-plein de la sur-scolarisation de certaines fractions ethniquement ou politiquement marginalisées ou rejetées des élites de l'empire des Tsars (juifs, intellectuels révolutionnaires), qui sont très visibles vers 1910 parmi les étudiants étrangers dans tous les grands pays d'accueil en Europe, en particulier en Allemagne (49 %), en Belgique (37 %) ou en Suisse (51 %)8, ne fait qu'une apparition modeste à Vienne : ici en 1912 les Russophones sont subsumés dans la catégorie des « divers », soit moins de 6 % des effectifs et même les Carpatho-Ukrainiens (Ruthènes) ne pèsent que 1,2% dans la masse des étudiants9. Vienne recrute donc encore plus décisivement sinon exclusivement dans l'Empire que Paris dans l'Hexagone.

  • 10  Cf. Relations interuniversitaires..., op. cit., tableau 50 tiré des Annuaires statistiques de la F (...)
  • 11  Cf. Relations interuniversitaires..., op. cit., tableaux 3 ter (pour Londres et les universités br (...)

11Autre fait rapprochant les situations prévalant à Vienne et à Paris, les deux capitales réunissent préférentiellement les étrangers venus faire leurs études dans les deux Etats aux dépens des établissements provinciaux. On a vu que Paris rassemble, au tournant du siècle, deux-cinquièmes de tous les étudiants français, mais près de deux tiers des étudiants étrangers faisant leurs études en France, soit 62 % en 1895 ou 55 % en 191410. Il en est semblablement pour Vienne aussi où séjournent en règle environ la moitié de tous les étudiants provenant de l'extérieur de l'Empire, surtout les étudiants issus des pays occidentaux ou autres. De fait, certaines universités cisleithaniennes — Cracovie pour des Polonais, Lemberg pour des Ukrainiens, Czernowitz pour des Roumains — tendent à servir de refuge ou de lieu de ralliement à des groupes d'étudiants apparentés provenant d'au-delà des frontières orientales de l'Empire. Cette sur-représentation relative des étrangers dans les capitales métropolitaines — on en trouve la trace aux universités de Berlin ou de Londres aussi, celles-ci ayant toujours accueilli beaucoup plus d'étudiants étrangers que n'importe quels autres établissements universitaires dans ces pays11 —, elle doit sans doute beaucoup à la supériorité souvent reconnue à l'enseignement et aux conditions de l'initiation à la recherche prévalant dans les universités des métropoles, autant qu'à la qualité de vie attribuée aux grandes cités, mais encore aux chances qu'elles offrent aux étudiants étrangers, ne fût-ce que par leur concentration même, de pouvoir reconstituer des milieux de vie propres — selon leurs apparentements ethniques ou nationaux ou par affinités idéologiques —, ou, au contraire et en même temps, de tirer profit de la mixité culturelle capable d'atténuer, elle aussi, l'aliénation qu'entraîne l'émigration même temporaire pendant les études.

12Sous tous ces rapports, l'Université de Vienne de l'époque de l'Empire bicéphale ne présente guère de singularité. On peut pourtant identifier une caractéristique très particulière dans la division — à parts à peine inégales — des étudiants non autrichiens à Vienne entre germanophones et autres allogènes, avec toutefois une majorité de non allemands entre eux.

  • 12  Il n'existe que pour certaines années de l'entre-deux-guerres des données précises sur la proporti (...)

13Toutes les universités des pays germaniques — cela vaut pour l'Allemagne autant que pour l'Autriche ou la Suisse — ont rempli une certaine fonction dans la formation des élites issues de la diaspora allemande, qu'il s'agisse de l'émigration d'outre-mer du xixe siècle dont les fils se retrouvaient encore souvent sur les bancs de certaines universités du Reich (à Heidelberg notamment) ou des colonies germaniques de Russie, de Hongrie, de Pologne ou de Roumanie qui disposaient parfois (comme en Roumanie ou en Hongrie) d'un réseau propre de lycées dont les bacheliers cherchaient préférentiellement leur formation supérieure dans un établissement universitaire enseignant dans la langue de leurs ancêtres12. Quant à l'Université de Vienne, elle attirait surtout un public de langue allemande autochtone dans l'Empire, appartenant aux provinces autrichiennes mais aussi aux peuplements germaniques de Hongrie, de Bohème, de Silésie autrichienne, de Galicie ou de Bukovine qui, soit par un souci de surqualification, soit pour des raisons d'affirmation identitaire — éviter la formation dans une langue provinciale (tchèque, polonaise ou hongroise) — optaient pour une université allemande de l'Empire, en particulier pour Vienne, la plus prestigieuse d'entre elles. Mais Vienne attirait en même temps des mêmes provinces les fils des élites socioculturelles allogènes aussi, d'où la proportion toujours élevée des étudiants non germanophones — qu'ils fussent de langue polonaise, hongroise, croate, yiddish ou tchèque — et d'autres, venant d'une zone résidentielle proche de la capitale, ou simplement les candidats aux études intellectuellement les plus exigeants ou ambitieux. C'est pour toutes ces raisons que le recrutement universitaire viennois restait très diversifié jusqu'à la Grande Guerre comme nous le montre le tableau 1.

14Dans quelques cas on peut saisir plus directement à partir des chiffres disponibles dans les statistiques universitaires ou parmi les données d'enquête les conditions de la sur-représentation absolue ou relative à Vienne de certaines catégories d'étudiants de l'Empire bicéphale.

  • 13  Pour toutes ces informations, cf. Österreichisches statistisches Handbuch, 1913, p. 380-381.

15La proximité et l'affinité linguistique ont dû concurremment jouer dans la présence à Vienne de près de la moitié des étudiants moraves en 1912-1913 (soit 1 119 sur 2 277 ou 49 %) dont la majorité devait être de langue allemande puisque le total des locuteurs tchèques à l'Université de Vienne, provenant de Bohème et de Moravie, n'était que de 312 à la même époque. La proximité relative, le souci de qualité des études et une stratégie d'évitement des universités allogènes compétitives (hongroises ou italiennes) ont dû peser sur la présence assez massive d'étudiants de langue slovène et serbo-croate qui se partageaient au même moment dans une proportion de 2 à 1 environ entre les universités de Vienne et de Graz : si cette dernière était beaucoup plus proche de leurs lieux de résidence les plus probables, elle était aussi de réputation nettement moindre. Le cas de la Silésie est encore plus spécifique. Plus proche de Prague que de Vienne, les étudiants silésiens, presque exclusivement germanophones, choisissent pourtant la capitale impériale à concurrence de trois quarts d'entre eux. Pour les étudiants de la Galicie le partage des choix devait suivre assez strictement l'apparentement socioculturel des étudiants de cette province. Il y a en effet 1 142 étudiants galiciens à Vienne en 1912-1913, alors que les universités de Lemberg et de Cracovie en totalisent 7 645, soit la grosse majorité (89 %) de leurs effectifs (8 572). On peut supposer que surtout les étudiants polonais, mais peut-être également les Ukrainiens, appartenant aux principaux groupes nationaux de cette province, préféraient à la fréquentation de ces deux dernières universités de langue polonaise. De fait les polonophones et les Ruthènes (Karpatho-Ukrainiens) forment pas moins de 92 % du corps d'étudiants des universités galiciennes. Même si ces derniers ne proviennent pas exclusivement de Galicie (les transfuges polonais des territoires sous domination russe étant particulièrement nombreux à Cracovie — quelque 20 % des effectifs —, cette université étant considérée à cette époque encore comme le véritable foyer de la culture nationale polonaise), on est en droit de supposer que les étudiants viennois de Galicie étaient majoritairement de langue allemande dont l'option pour Vienne — qu'ils fussent des Allemands ou des Juifs — s'explique essentiellement par le prestige du centre viennois et par leur orientation intellectuelle germanophile face à l'attraction bien plus faible (pourtant réelle, notamment pour certaines fractions des élites juives) de l'assimilation culturelle polonaise. Une fois ce choix fait, le souci de la qualité devait jouer un plus grand rôle dans la préférence donnée à Vienne aux dépens des universités allemandes moins prestigieuses de l'Empire. Cela devait être le cas de bien des étudiants originaires de la Bukovine dont près d'un quart (23% en 1912-1913) poursuivaient leurs études dans la capitale impériale, alors que la province était dotée d'une université allemande à Czernowiz13.

  • 14  Il s'agit des données pour l'Université de Vienne. Cf. ibid., loc. cit. Pour l'Ecole polytechnique (...)
  • 15  Pour les résultats détaillés de ces enquêtes voir mes articles suivants : Funktionswandel der Öste (...)

16Pour ce qui est des étudiants venant à Vienne du royaume de Hongrie (soit 998 en 1880-1881 et 559 en 1912-1913), il est clair que leur option repose sur un concours de circonstances et de conditions parmi lesquelles il faut faire une part aux affinités autant linguistiques que culturelles, voire proprement politiques, sans qu'on puisse négliger l'effet d'autres facteurs plus contingentes, telle la proximité géographique. On sait en effet d'après les statistiques suscitées que seule une fraction en constante diminution d'entre eux (40 % en 1880 et seulement 26 % en 1912) était de langue maternelle magyare14 et des enquêtes plus approfondies montrent qu'ils se recrutaient dans des milieux très spécifiques du public universitaire du pays15. Pour commencer avec les caractéristiques essentielles, force est de constater que la moitié environ de ce public était d'origine juive et qu'un cinquième du total appartenait aux classes sociales possédantes (bourgeoisie d'affaires, propriétaires terriens, etc.). En médecine, la représentation des juifs hongrois (46-47 % en 1910) était du même ordre à Vienne que dans les facultés en Hongrie, mais en droit (60 % à Vienne contre 23 % en Hongrie) et en sciences et lettres (44 % à Vienne contre 14 en Hongrie), leur sur-représentation dans la capitale impériale apparaît comme encore plus flagrante que dans les établissements hongrois. Il en va de même des fils de hautes classes dont la représentation dans les facultés viennoises est le double environ en médecine et en droit, comparativement avec les universités hongroises, encore que cette sur-représentation relative est moins significative (10 % contre 8 %) en lettres et en sciences. Sachant que — qu'il s'agisse des juifs ou des classes possédantes — ce sont des milieux sociaux qui se distinguent entre autres par leur propension au surinvestissement scolaire, tout porte à penser que c'est une partie de ce surcroît d'effort de scolarisation qui s'est en quelque sorte débordée ou reportée sur l'université centrale de l'Empire, que ce fût par la recherche d'études qualitativement supérieures à ce qu'offraient les universités nationales ou par une tactique de distinction sociale, voire de stratégie de carrière : les études à Vienne permettaient aux membres de ces milieux plus ou moins privilégiés et souvent pourvus d'alliés, de parents ou de relations dans la capitale impériale de nouer ou de consolider des contacts avec des fractions bien placées de l'élite de l'Empire.

  • 16  Les données servant de base de calcul à ces indices ont été élaborées dans mes travaux suivants : (...)

17Mais on trouve aussi parmi les étudiants hongrois de Vienne une surreprésentation manifeste de gens au nom germanique (de 58 % à 85 % selon les facultés à Vienne contre un pourcentage variant de 26 à 39 % en Hongrie) ou de langue maternelle allemande (de 50 % à 75 % à Vienne contre 4-6 % seulement en Hongrie), ce qui renvoie — ici comme pour les étudiants de Galicie — à la présence de forts contingents de Juifs germanisés, de Saxons, de Suabes ou d'autres Germanophones établis en Transleithanie. Pour ceux-ci le choix de Vienne est autant positif que négatif au sens où il vise concomitamment l'accès à une scolarité plus prestigieuse et le contournement des facultés nationales de langue hongroise qui les auraient engagés dans la voie d'une assimilation culturelle indésirable. On remarque encore parmi les Hongrois de l'Université de Vienne la proportion élevée d'étudiants de naissance proprement viennoise (de 19 % à 33 % selon les facultés) ou originaires du sud de la Transylvanie — pays d'établissement des Saxons — (10 % en droit, 21 % en lettres et sciences), ou provenant des parties occidentales du pays limitrophes de l'Autriche (de 15 % à 19 %). Pour les Transylvaniens, il faut mettre ce choix préférentiel au compte des affinités culturelles et des choix négatifs évoqués plus haut. Pour les autres, l'effet de proximité semble ici indéniable, puisque bien des départements de la Transdanubie ou de la Haute-Hongrie de cette époque (Slovaquie occidentale) étaient plus proches de Vienne que de Budapest16.

18Ces données confirment que le choix préférentiel de Vienne, pour différentes fractions des publics régionaux disposant d'établissements universitaires propres, obéit à la logique d'intérêts ou de contraintes très spécifiques. On peut en retrouver d'autres éléments en examinant les caractéristiques socio-culturelles de l'ensemble de la clientèle universitaire viennoise selon les quatre facultés ou orientation d'études dont l'attraction différentielle peut être objectivée dans les chances ou propensions d'accès très variables qu'on observe soit directement, en opposant les profils de sélection des facultés les uns aux autres, soit indirectement, en rapportant — au moins par la pensée — les propriétés collectives des groupes d'étudiants identifiés à Vienne à celles de leurs populations parentes ou d'origine.

19Il convient de relever tout d'abord les disparités considérables qui marquent les facultés selon leur recrutement régional. Alors que les études juridiques, scientifiques et littéraires tirent leurs publics essentiellement — à concurrence de près de trois quarts (soit 72 % pour les premières, 70 % pour les secondes et 60 % pour les troisièmes) — des principales provinces cisleithaniennes (Autriche, pays tchèques et Galicie), les bancs de la faculté de médecine sont remplis d'étudiants aux origines beaucoup plus dispersées, puisque seule une minorité (soit 46 %) provient des principales provinces cisleithaniennes.

Tableau 2. —Caractéristiques socioculturelles des étudiants de l'Université de Vienne selon la discipline étudiée en 1880 et 1900

Tableau 2. —Caractéristiques socioculturelles des étudiants de l'Université de Vienne selon la discipline étudiée en 1880 et 1900

Relations interuniversitaires..., op. cit., tableaux 58, 59, 60 et 61.

20Parmi ces derniers on note la présence d'un fort contingent venant de Transleithanie, dépassant (avec 26 % du total) la proportion des Autrichiens au sens strict, et l'importance relative (comparativement avec leurs proportions dans d'autres facultés) de groupes d'étrangers tels des Roumains ou des Russes. Pareille dispersion spécifique des appartenances nationales (ou du moins territoriales) d'origine renvoie avant tout aux formes variables de rentabilité locale des différents diplômes ou compétences certifiées. Le droit est un savoir lié au système juridique en place. On comprend qu'il n'attire que le public cisleithanien préposé à entrer au barreau, dans la magistrature ou dans la fonction administrative locale, à l'exclusion d'autres nationaux. Le même principe aurait moins de poids dans les lettres ou dans les sciences si les principaux diplômes littéraires ou scientifiques n'étaient pas en fait d'ordre pédagogique (diplôme d'Etat du professorat) que l'on ne pouvait faire valoir que dans les systèmes scolaires nationaux, d'où l'attraction moindre que ces disciplines exerçaient sur les candidats aux études hors la Cisleithanie, en particulier hors les territoires au peuplement germanique (l'Autriche, la Bohême, la Silésie) possédant un réseau d'écoles allemandes. C'est dans cette logique en effet qu'il est possible d'interpréter la fréquence plus grande qu'ailleurs d'étudiants de Transylvanie (Saxons) ou de Silésie parmi les étudiants en lettres et en sciences. Pour ce qui est du caractère dispersé du recrutement de la faculté médicale, il faut se souvenir que la médecine n'est pas seulement une compétence d'application universelle dont la demande ne cessait d'excéder l'offre pendant toute la période de la modernisation des sociétés d'Europe centrale, mais aussi une connaissance au marché encore ouvert. Le prestige de la Faculté de Vienne aidant, les docteurs viennois pouvaient exercer sans encombre dans n'importe quelle région de l'Empire voire

Tableau 3. — Diverses caractéristiques socioculturelles des étudiants juifs et non juifs inscrits dans les facultés de l'Université de Vienne en 1880 et 1900

Tableau 3. — Diverses caractéristiques socioculturelles des étudiants juifs et non juifs inscrits dans les facultés de l'Université de Vienne en 1880 et 1900

(1) Selon la résidence à la naissance au moment de l’inscription
(2) Chiffres arrondis en raison de la faiblesse des effectifs absolus sur lesquels les pourcentages ont été calculés.

Relations interuniversitaires..., op. cit., tableaux 63, 64, 65, 66 et 67.

21profiter de la valeur reconnue de leur diplôme dans des pays d'émigration à l'ouest ou outre-mer. Or c'est probablement en médecine que la valeur différentielle des titres universitaires viennois et du patrimoine intellectuel investi qu'ils représentaient a joué le plus pleinement, en comparaison avec les autres facultés parfois récemment créées ou modernisées des provinces ou de Transleithanie. Lorsqu'elle n'était pas le lieu de l'instruction de base, la Faculté de médecine de Vienne a servi au moins de lieu de formation complémentaire ou de perfectionnement à de larges fractions du corps médical de tout l'Empire, voire de toute l'Europe de l'Est, jusqu'à l'époque — tardive — où les facultés nationales ont progressivement et concuremment réussi à assumer ces fonctions.

  • 17  Voir à ce sujet mes articles suivants : Ethnicité, scolarisation et assimilation chez les juifs et (...)

22Plus ou moins indépendamment même de son rayonnement régional, l'Université de Vienne a attiré avant tout un public germanophone et d'ascendance germanique, si l'on en prend pour indice la langue maternelle ou l'aspect ethnique du nom. Il s'agit en réalité d'un ensemble disparate de catégories dotées à des titres très divers de références culturelles ou nationales germaniques telles que les membres des colonies allemandes à proprement parler de l'Est européen (Saxons de Transylvanie, Silésiens, Allemands des villes de Galicie et des pays tchèques, Zipsers de Haute Hongrie, Souabes du Banat et de la Transdanubie hongroise, etc.), des juifs germanisés originaires surtout de Bohême, de Moravie et de Hongrie occidentale, des juifs de l'Est dont l'ascension sociale et/ou la mobilité géographique comportait un certain niveau de germanisation culturelle, d'autres groupes culturellement germanisés comme une fraction de l'aristocratie ou la bourgeoisie hongroises, tchèques ou croates, etc. On comprend que ces affinités linguistiques ont joué un plus grand rôle en droit, en lettres et en sciences, c'est-à-dire dans les disciplines pour lesquelles, comme on l'a vu, la rentabilisation professionnelle des diplômes viennois se faisait surtout dans les marchés professionnels germaniques de l'Empire. De fait plus de deux tiers de la clientèle de ces facultés étaient germanophones contre, ici encore, un pourcentage nettement moindre des étudiants en médecine. C'est parmi ces derniers qu'on trouve en particulier une participation un peu notable de hungarophones, ce qui démontre que pour une partie des candidats aux études médicales de souche ou de culture hongroise l'Université de Vienne a encore conservé dans les décennies de la fin du siècle tout son pouvoir d'attraction. Ce fait est d'autant plus intéressant que — au témoignage du tableau 3 — la majorité (soit 61 %) de ces derniers furent des juifs magyarisés. On s'étonnera moins de cette forte présence des juifs de Hongrie à la Faculté de médecine de Vienne, étant donné que, au même moment, leurs proportions n'étaient nullement inférieures dans les facultés de médecine hongroises, que du fait qu'ils s'y déclarent comme magyarophones. On sait en effet par ailleurs que la magyarisation linguistique des juifs de Hongrie a conduit, au moins dans cette première phase historique, à la généralisation d'une culture bilingue17, si bien que les étudiants concernés auraient pu, pour la plupart, se prévaloir à Vienne — et en tirer peut-être quelque avantage non seulement symbolique — de leur appartenance à la communauté germanophone aussi. Le fait qu'il n'en ait rien été porte témoignage de la prégnance en leur sein de l'identification magyare, suite à la pleine réussite du processus d'assimilation nationale en Transleithanie.

  • 18  Sur quelques parallélismes des stratégies scolaires des juifs et des luthériens en Autriche et en (...)

23La répartition confessionnelle des étudiants viennois mérite un regard attentif. La dichotomie entre Faculté de médecine et les autres facultés apparaît ici encore nettement. Si on retrouve une majorité qualifiée mais non écrasante (autour des trois cinquièmes) de catholiques partout à l'exception des études médicales, c'est sans doute parce que les compétences menant essentiellement à des fonctions publiques (sauf le barreau pour le droit) intéressent avant tout les membres de la confession dominante en Cisleithanie. Les protestants sont restés tout à fait marginaux dans ces terres habsbourgeoises depuis le succès de la Contre-Réforme, contrairement à l'évolution en Hongrie, pays presque entièrement acquis à la Réformation au xvie siècle (à l'exception de diverses minorités slaves attachées à l'orthodoxie grecque) où un important contingent de protestants (un quart de la population avec une majorité calviniste de souche ethnique presque exclusivement magyare) a su résisté à la poussée catholique. A cela s'ajoutent les juifs, anciennement établis, nombreux, dans les territoires orientaux de Cisleithanie (Galicie, Bukovine, Bohême) ou émigrés pour la plupart de ces mêmes provinces en Hongrie (depuis le xviiie siècle) et à Vienne (depuis 1848). De cette diversité confessionnelle le recrutement de l'Université de Vienne porte la trace passablement déformée sous la forme principalement de la sur-représentation manifeste des juifs mais aussi, à un degré moindre, des protestants. Les membres des confessions minoritaires (juifs, protestants, orthodoxes) fournissent en effet la majorité du public en médecine et près de deux cinquièmes des clientèles des études juridiques. Si en lettres et en sciences la présence des juifs est moins spectaculaire, on peut y relever la présence du contingent, relativement le plus gros, des luthériens, témoignage sans doute de la force de l'autoreproduction du professorat occupant les chaires du réseau des lycées luthériens de langue allemande chez les Saxons de Transylvanie et ailleurs. La présence juive, remarquable en médecine, mais aussi en droit, s'interprète aisément par l'importance accordée par cette première génération des juifs émancipés (l'égalité juridique n'étant accordée aux Israélites dans tout l'Empire qu'en 1867) aux professions libérales dans leur stratégie de mobilité sociale qui, pour la première fois, autorisait la conversion d'éventuels acquis économiques en placements sur des marchés des compétences intellectuelles certifiées. Le surcroît significatif de la représentation des juifs mais aussi des luthériens à l'Université de Vienne peut être considéré en fin de compte, entre autres, comme l'expression de la participation plus précoce et plus intensive de ces groupes aux processus d'embourgeoisement et de modernisation assortie d'une recherche de capitaux culturels et d'investissements intellectuels, au titre avant tout d'une stratégie de compensation de désavantages sociaux collectivement subis en raison d'un statut religieux minoritaire dans une formation sociale où le catholicisme continue à jouir de certains privilèges réservés à la religion d'Etat18.

24A ce propos on remarquera également l'inégale répartition des étudiants parmi les facultés selon les titres de noblesse. La fréquence de ceux-ci est de loin la plus élevée en droit dépassant par trois fois la proportion de la gentry à la faculté de médecine et deux fois et demie dans la Faculté philosophique. Cette information, portant sur des groupes numériquement marginaux, renferme un important enseignement sur l'orientation que donnent à l'époque de la modernisation historique à leur mobilité socioprofessionnelle les différentes fractions des classes cultivées (les « classes moyennes contemporaines ») en formation. Si les membres de la gentry privilégient les études juridiques aux dépens de toutes les autres, c'est que celles-ci leur assurent le maximum de chances pour se reproduire en tant que classe sociale hégémonique sur le plan politique ou pour se convertir en bureaucratie gestionnaire des affaires publiques ou encore, alternativement ou concurremment, pour entrer au barreau, une des professions libérales les plus lucratives, les moins « manuelles » et les moins exposées aux risques de déchéance sociale. Pour la gentry en effet, la médecine, le professorat voire la prêtrise ont pour trait négatif commun d'être des « professions de service » qui imposent — quel qu'en fût par ailleurs le prestige public — des pratiques considérées comme peu compatibles (nicht standesgemäss) avec la dignité nobiliaire. Cela vaut évidemment le plus pour la médecine dont l'exercice implique un rapport au corps, à la maladie et à la souffrance qui ne laisse aucune place à l'habitus nobiliaire traditionnel, d'où la proportion entre toutes infime de noms titrés parmi les étudiants de cette discipline, ceci étant concomitant avec la présence la plus fréquente des juifs, ces nouveaux venus dans les classes cultivées, chez qui, justement, l'effort d'adaptation, de mobilité socioculturelle, d'assimilation linguistique et de modernisation mentale a éliminé toute inhibition traditionnelle devant le traitement des corps et des services corporels. Dans ce contexte il est intéressant d'observer dans le tableau 3 — et ce fait n'a pas seulement une valeur anecdotique, bien que les effectifs concernés soient très faibles — que dans la faculté juridique de Vienne même les étudiants juifs magyarisés (portant un nom hongrois) ou occidentaux (portant un nom italien ou français) sont titrés à concurrence de deux cinquièmes pour les uns, d'un tiers pour les autres

25— soit autant ou davantage que leurs camarades non juifs —, alors que la proportion des juifs anoblis s'avère minime ailleurs. C'est une preuve que le modèle gentroïde de carrière bâti sur les études de droit a influencé de façon non négligeable les fractions les plus assimilées des milieux juifs

  • 19  Il y avait plus de trois cents familles juives anoblies par les derniers Habsbourg rien qu'en Hong (...)

26— dont certains membres appartenaient, on le sait, aux nouvelles « noblesses d'empire », qu'elles fussent créées par les Habsbourg ou par les deux Napoléons en France19.

27Si dans le tableau 3 nous avons systématiquement distingué entre les caractéristiques du public juif et non juif de l'Université de Vienne, c'est qu'on trouve là, indépendamment des indices de la sur-scolarisation supérieure des juifs qui s'en dégagent, les principales oppositions qui traversent les milieux estudiantins en question. Des commentaires de ce tableau ayant été d'ores et déjà ébauchés plus haut, contentons-nous ici d'examiner quelques-unes des disparités relevant des deux sous-groupes concernés et jusqu'ici laissés en l'ombre, tels que les rapports d'âge et d'ancienneté dans les études, la proportion des boursiers et des exemptés des frais universitaires, la mobilité géographique parcourue par les familles ou encore, facteur essentiel, la sélection socioprofessionnelle des deux milieux.

28Prenons dans l'ordre les différentes variables dont l'effet aurait pu être utilement examiné pour les grands groupes nationaux si une enquête avait porté sur plusieurs années et, par conséquent, sur des populations estudiantines beaucoup plus larges. Tels quels, nos indices reposent sur des échantillons de taille limitée si bien qu'il serait mal venu et statistiquement improductif de les éclater davantage. Le propre d'une partie au moins du public universitaire viennois est d'ailleurs non l'enracinement régional voire l'enracinement ethnique, mais l'état transitoire de groupes mobiles, que ce soit sur le plan linguistique ou culturel auquel bien des références ont été d'ores et déjà tentées plus haut (germanisation, magyarisation, bilinguisme actif des assimilés nationaux), ou sur le plan de l'assimilation et l'intégration sociale des marginaux dans le cadre de la sécularisation des sociétés globales, ainsi que de la démocratisation et de la modernisation des relations entre les élites anciennes et nouvelles (juives par excellence), ou encore, plus banalement mais non moins significativement et non sans liens avec les précédents aspects, sur le plan résidentiel. Si la modernisation en général s'accompagne partout d'intenses mouvements d'urbanisation, la mobilité géographique vers les villes et les centres de scolarisation peut être régulièrement identifiée comme un facteur de sur-scolarisation relative des groupes les plus mobiles. Il en est ainsi à Vienne aussi. Certes, la majorité des familles concernées (de 60 % à 70 % selon les facultés et les sous-groupes) n'a pas changé sa résidence depuis la naissance des futurs étudiants viennois. De ceux-ci on sait toutefois qu'une fraction non négligeable fut de tout temps établie à Vienne ou dans les régions limitrophes de la Haute Autriche, de la Moravie ou de la Hongrie occidentale. L'absence de mobilité s'explique donc pour partie par la proximité géographique. Parmi les mobiles on relève pourtant une proportion significative (de l'ordre d'un dixième du total) qui a fait mouvement vers Vienne, avec une sur-représentation nette des familles juives (dépassant le double des proportions des autres). Une enquête plus approfondie (appuyée sur des biographies plus complètes par exemple) pourrait à coup sûr appréhender dans ce mouvement des efforts proprement stratégiques d'ascension sociale, notamment des efforts de maximisation des investissements scolaires, bien des familles venant délibérément s'installer dans la capitale de l'Empire pour garantir l'éducation la meilleure à leurs enfants. Cela fait, certains d'entre les descendants se sont engagés dans des études — notamment littéraires — qui n'auraient, en l'absence de l'offre locale d'études de ce genre, nullement correspondu au premier choix de leur famille ou à leurs propensions professionnelles les plus probables. C'est peut-être la raison pour laquelle la proportion des familles mobiles vers Vienne (près d'un sixième) est la plus élevée de toutes parmi les étudiants juifs de la Faculté philosophique de Vienne.

29Les différences sont également marquantes entre étudiants juifs et non juifs quant à l'accès aux bourses ou à l'exemption des frais d'études, toujours plus rares chez les juifs. Au lieu d'y chercher l'expression flagrante de l'antisémitisme officiel — une explication qui peut certes se justifier dans quelques cas —, on peut regarder ces disparités systématiques comme le reflet des atouts ou capitaux collectifs que les divers groupes de candidats ont su investir dans leur engagement universitaire. Parmi ces derniers, les non-juifs ont plus souvent bénéficié du capital des relations propre aux agents des collectivités locales (comtés, municipalités) ou de l'Etat ou aux membres des collectivités particularistes (congrégations religieuses, fondations privées, corporations d'étudiants ou d'anciens étudiants, etc.) souvent pourvoyeurs de facilités offertes aux étudiants (bourse, cantines, dortoirs, etc.). Sans pouvoir entrer dans des détails, il faut se rappeler que bien des bourses publiques et un contingent d'exemptions des frais ont été réservés aux fonctionnaires ou aux employés (même subalternes) de l'Etat, d'où, par exemple, les chances relativement élevées des fils d'appariteurs, d'ouvriers de la fonction publique, etc., de faire des études. Dans ce contexte on notera que la proportion des boursiers et d'exemptés des frais est de loin la plus élevée (soit un quart du total) chez les étudiants non juifs de la Faculté philosophique qui tirent profit des efforts parfois conjugués que consentent l'Etat, les autorités régionales ou ecclésiastiques, etc., pour assurer la reproduction du corps professoral de l'enseignement secondaire à partir des éléments les plus brillants sortis des lycées qui, faute de facilités, ne pourraient pas poursuivre leurs études ou se laisseraient détourner vers d'autres horizons intellectuels.

30Les rapports d'âge — avec les étudiants juifs toujours plus jeunes en moyenne que les non juifs — peuvet s'interpréter dans la logique des désavantages sociaux et du degré de professionnalisme propres aux différents milieux. En droit, la prolongation des études au-delà de vingt-trois ans ne se justifie guère par des raisons intellectuelles : elles sont considérées comme les moins exigeantes sur le plan de l'apprentissage et il n'y a pas ou peu d'exercices universitaires postgraduels. La prolongation est typique des sous-groupes souvent recrutés dans la gentry (en déclin économique et en mal de reconversion sociale) dotés d'une certaine autonomie financière et d'un « éthos de nonchalance » autorisant la poursuite de la vie estudiantine « pour elle-même », au-delà ou indépendamment de ses finalités professionnelles. En médecine, les études sont organisées dans un cycle plus long que les autres et présentent des difficultés intrinsèques telles qu'une partie importante des étudiants (un quart environ du total) doit rester dans la faculté au-delà de vingt-trois ans. C'est pourtant le cas de presque de moitié moins d'étudiants juifs comparés aux non juifs, alors que les premiers paraissent être beaucoup plus jeunes au commencement des études. On peut supposer que le public juif suit un cursus studiorum beaucoup plus strict que ses partenaires chrétiens. Si les différences sont moindres en lettres et en sciences, c'est que ces études mobilisent des clientèles vraisemblablement beaucoup plus disparates pour ce qui est de leurs motivations et de leur avenir professionnel, en particulier des étudiants juifs reconvertis d'autres filières universitaires, au titre de second choix plus personnel et opéré parfois contre l'avis de la famille d'origine, d'où l'âge moyen des étudiants juifs de la Faculté philosophique plus élevé qu'ailleurs.

31En dépit de ces écarts significatifs entre la situation scolaire des juifs et des non-juifs, la différence décisive réside dans le recrutement social des deux sous-publics de l'Université de Vienne. Ceux-ci sont en réalité inscrits, à l'origine, dans des univers socioculturels essentiellement autres, ce qui définit à la fois des probabilités objectives fort variables de parvenir à des études supérieures, et des probabilités conditionnelles, elles aussi très différentes, d'opter pour telles ou telles branches d'études, ces options étant liées à des espérances et trajectoires professionnelles éloignées, en moyenne, les unes des autres. Les constatations majeures peuvent à cet égard se résumer comme suit. Dans toutes les facultés les fils des classes possédantes et de la bourgeoisie d'affaires sont majoritaires parmi les étudiants juifs (propriétaires fonciers, commerçants, rentiers et entrepreneurs n'en totalisant pas moins de 61 % en droit, 65 % en médecine et 64 % en lettres et en sciences) alors que les professions intellectuelles et libérales ne sont présentes qu'assez faiblement (soit 19 % des étudiants juifs en droit, 21,5 % en médecine et 24 % en lettres et sciences). Chez les chrétiens en revanche les plus gros contingents (à concurrence de 51 % en droit, de 47 % en médecine et de 44 % en lettres et sciences) sont fournis par des fonctionnaires et les professions libérales et intellectuelles, tandis que les classes privilégiées ou possédantes (au sens comme plus haut) ne sont représentées parmi eux somme toute que médiocrement (26% en droit, 34% en médecine et 31 % en lettres et en sciences). La fonction sociale essentielle de l'Université de Vienne fut donc, pour les juifs, la reconversion de la bourgeoisie en classe moyenne cultivée et en professions intellectuelles tandis que, pour les publics chrétiens, elle consiste surtout, soit en l'autoreproduction des classes cultivées et en la formation de professions intellectuelles à partir des groupes en voie de mobilité scolaire, soit en la poursuite de la mobilité scolaire déjà entamée. La grosse majorité des étudiants juifs proviennent en effet de milieux non scolarisés ou dont le statut professionnel ne dépend pas de compétences ou d'un niveau de scolarisation certifiés, tandis que, à l'inverse, la plupart des étudiants chrétiens (surtout lorsqu'on y compte les fils de cadres et d'employés du privé, toujours relativement plus nombreux chez les chrétiens que chez les juifs) sont issus de parents dont la position professionnelle tient à un certain degré de scolarisation. L'impact différent de l'effet de reproduction s'observe d'ailleurs concrètement, si l'on en prend pour témoin la représentation des catégories socioprofessionnelles elles-mêmes issues des facultés concernées où les étudiants juifs figurent toujours beaucoup plus rarement que leurs camarades chrétiens : ainsi en droit et en médecine il y a près de moitié moins de juifs, en proportion, appartenant respectivement aux milieux de juristes ou de médecins.

32La validité de ce résultat, essentiel, ne se limite sans doute pas à l'Université de Vienne au tournant du siècle. Il se retrouve très probablement — avec sans doute des variantes locales — dans toutes les universités de l'Empire investies, comme Vienne, par les nouveaux publics centre-européens de l'enseignement supérieur à l'issue de la première phase de modernisation de ce dispositif, c'est-à-dire au moment historique où les universités ont commencé à devenir les principales agences modernes de mobilité vers les élites en même temps que des agences de formation et de légitimation de toutes les classes dominantes. Dans cette conjoncture de convergence et de réorientation des investissements éducatifs vers les universités classiques une compétition se fait jour entre les différentes fractions en concurrence virtuelle pour des positions d'élite pour assurer aux générations montantes la certification universitaire maximale. C'est cet effort éducatif compétitif qui a rempli très vite les nouvelles universités créées ou modernisées à partir des années 1870 et qui a porté l'Université de Vienne à son apogée grâce au renouvellement de sa fonction comme meilleure instance éducative de l'Empire tant pour la formation de base que pour la recherche postgraduelle. La croissance quantitative plus rapide des universités provinciales et transleithaniennes n'a fait que renforcer le rôle qualitatif et le prestige de Vienne, puisqu'une partie de son public y est parvenue au travers d'une double sélection — passant d'un établissement provincial à l'université centrale de l'Empire, ce qui correspondait pour beaucoup à la recherche d'une qualification supérieure en fonction de ses ambitions ou de son excellence. Or cette phase historique est marquée par l'arrivée sur le marché de la qualification scolaire des élites des premières vagues des juifs émancipés qui recourent aux titres scolaires aux fins multiples d'assimilation linguistique et culturelle, d'installation dans les professions intellectuelles neuves, d'intégration sociale au sein des élites traditionnelles (noblesse, patriciat — dont ils partagent désormais l'éducation classique) ou de légitimation du statut hégémonique pour la bourgeoisie possédante (les titres universitaires servant de lettres de recommandation sinon d'anoblissement) dans le champ social des élites. Cette même période connaît également le déclin économique de la gentry et sa conversion en bureaucratie politicienne et administrative dont la condition de possibilité repose désormais formellement sur la certification universitaire. Ce sont les mouvements sociaux profonds dont le recrutement de l'Université de Vienne porte l'empreinte à la fois par la masse de la demande d'études à laquelle elle fut affrontée à son apogée avant la Grande Guerre et par la qualité sociale et scolaire de son public.

  • 20  Sur quelques caractéristiques socioculturelles des clientèles des établissements d'enseignement su (...)

33Cette situation change de tout en tout après l'effondrement de l'Empire. On en trouve le reflet en revenant au tableau 1. Certes les effectifs restent supérieurs aux nombres d'étudiants d'avant guerre, du moins dans les années 20, grâce surtout à la tendance locale à la sur-scolarisation conjoncturelle qu'on observe dans tous les Etats successeurs sous l'effet conjugué du reflux des tranchées de plusieurs promotions potentielles d'étudiants, du chômage (qui a diminué les chances objectives de s'engager sur des trajectoires alternatives par rapport aux carrières des diplômés), et aussi de la recherche compensatoire des titres universitaires après les frustrations subies sur le front, sans parler de l'apparition en force d'une nouvelle clientèle féminine dans les facultés. La grande nouveauté tendancielle du recrutement viennois se trouve pourtant ailleurs : dans la diminution rapide de la présence des allogènes et des étrangers dont la part se réduit à la portion congrue (un dixième ou moins) dans les années 30. Les universités viennoises, pleinement cosmopolites par leur recrutement avant la guerre, comme on l'a vu, sont devenues des établissements provinciaux au recrutement presque entièrement local. Malgré les apparences — maintien de ses infrastructures et son personnel ainsi que des effectifs importants —, Vienne ne détiendra donc plus un statut hégémonique dans le marché universitaire international. Son public originaire d'au-delà des frontières20 est puisé désormais dans des milieux hétéroclites de réfugiés divers repliés sur la petite république, de juifs hongrois, roumains, polonais et autres victimes de l'antisémitisme universitaire dans leur pays (dont le numerus clausus en vigueur en Hongrie dès 1920), de quelques boursiers ressortissant des Etats successeurs fidèles à la tradition de leurs pères et surtout des Allemands du Reich attirés d'abord, dans les années 20, par les coûts relativement bas des études puis, après l'avènement du nazisme, portés à chercher refuge dans une des rares universités allemandes à la fois réputée et plus ou moins protégée (jusqu'à l'Anschluss) de la peste brune.

Haut de page

Notes

1  Sur l'ensemble du problème des échanges internationaux d'étudiants et de la constitution historique d'un marché universitaire international en Europe dans le demi-siècle avant la deuxième guerre mondiale voir mon rapport d'enquête : Relations inter-universitaires et rapports culturels en Europe (1871-1945), Paris, Centre de sociologie de l'éducation et de la culture, 1992.

2  Cf. Preussische Statistik, n° 167, p. 29 et ibid., n° 236, p. 40.

3  Cf. Österreichisches Statistisches Handbuch, 1881, p. 46-47.

4  Cf. ibid., 1912, p. 380-381.

5  Cf. ibid., 1881 et 1912, loc. cit. Si l'on prend en compte les deux Polytechniques praguoises (l'une de langue tchèque, l'autre allemande, séparées depuis 1883), leurs effectifs d'ensemble (soit 2 862 ; dépassent dès 1904-1905 ceux de la Polytechnique viennoise (soit 2 650). Lorsqu'on totalise pour la même année les effectifs des deux Polytechniques autrichiennes (de Vienne et de Graz, 3 187) et des quatre institutions parentes en Bohême-Moravie (Prague et Brünn, les deux dédoublées selon la langue d'enseignement tchèque ou allemande, soit au total 3 852), il est clair que le poids principal de la formation d'ingénieurs s'est déplacé déjà à cette époque du centre de l'Empire vers les pays tchèques. Cf. Österreichisches Statistisches Handbuch, 1905, p. 66-67. La mesure de cette décentralisation progressive de l'enseignement supérieur technique s'accentue si l'on intègre dans le tableau les polytechniques polonaise à Lemberg et hongroise de Budapest, toutes les deux en expansion beaucoup plus rapide que celle de Vienne.

6  Données des Annuaires statistiques de la France.

7  Pour une analyse plus nuancée de la réussite ou de l'échec partiels des réformateurs républicains pour réanimer les facultés de province moribondes au xixe siècle, voir George Weiss, The Emergence of Modem Universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton University Press, 1983, et mon étude Les universités de la IIIe République, p. 323-362 dans Histoire des universités françaises, sous la direction de Jacques Verger, Toulouse, Privat, 1984, surtout p. 331-334.

8  Pour tous ces indices et plus généralement pour les détails de la répartition des étudiants étrangers par nationalités, voir les données chiffrées accompagnant mon rapport Relations interuniversitaires..., op. cit., en particulier les tableaux 1 et 2 (pour la Belgique), 33 (pour la Suisse), 42 (pour l'Allemagne), 44 et 51 (pour la France).

9  Cf. Österreichisches Statistisches Handbuch, 1913, p. 380.

10  Cf. Relations interuniversitaires..., op. cit., tableau 50 tiré des Annuaires statistiques de la France.

11  Cf. Relations interuniversitaires..., op. cit., tableaux 3 ter (pour Londres et les universités britanniques) et 41 (pour Berlin et les universités du Reich). Pour la situation — un peu différente — prévalant dans le champ universitaire en Italie voir le tableau 53, ibid.

12  Il n'existe que pour certaines années de l'entre-deux-guerres des données précises sur la proportion des Germanophones parmi les ressortissants étrangers fréquentant les universités allemandes. En 1928 par exemple 50 % du public étranger des universités classiques et 47 % de celui des autres établissements d'enseignement supérieur du Reich furent dans cette catégorie. La part des Germanophones fut par exemple majoritaire dans les universités allemandes parmi les étudiants de Lettonie (78 %), de Lituanie (64 %), de Pologne (74 %), de Roumanie (74 %), de Tchécoslovaquie (83 %) ou de Hollande et de Luxembourg (60 %), sans parler des pays germanophones proprement dits. Cf. Relations interuniversitaires..., op. cit., tableau 39.

13  Pour toutes ces informations, cf. Österreichisches statistisches Handbuch, 1913, p. 380-381.

14  Il s'agit des données pour l'Université de Vienne. Cf. ibid., loc. cit. Pour l'Ecole polytechnique viennoise la part de hungarophones a beaucoup plus dramatiquement décliné parmi les étudiants d'origine hongroise de quelque 58 % en 1879-1880 (soit de 152 sur 261) à pas plus de 6 % en 1912-1913 (soit de 8 sur 134) parallèlement avec la réduction radicale des effectifs provenant de pays de la couronne hongroise. Cf. Die K.u.K. Technische Universität in Wien, 1815-1915, Wien, 1915, p. 645-646.

15  Pour les résultats détaillés de ces enquêtes voir mes articles suivants : Funktionswandel der Österreichischen Hochschulen in der Ausbildung der ungarischen Fachintelligenz vor und nach dem ersten Weltkrieg, in Victor Karady et Wolfgang Mitter, Bildungswesen und Sozialstruktur in Mitteleuropa im 19. und 20. Jahrhundert, Köln, Wien, Böhlau, 1990, p. 177-207 ; Egyetemi antiszemitizmus és érvényesülési kényszerpàlyàk. Magyar-zsido diàksàg a nyugat-europai föisko-làkon a numerus clausus alatt / Antisémitisme universitaire et carrières contraintes. Etudiants juifs hongrois dans l'enseignement supérieur ouest-européen sous le numerus clausus, in Levéltàri szemle, 1992, 3, p. 21-40 ; A l'ombre du numerus clausus. La restructuration du système universitaire hongrois dans l'entre-deux-guerres, A la recherche de l'espace universitaire européen, sous la direction de Christophe Charle, Edwin Keiner, Jürgen Schriewer, Frankfurt, Peter Lang, 1993, p. 345-372.

16  Les données servant de base de calcul à ces indices ont été élaborées dans mes travaux suivants : Funktionswandel der österreichischen Hochschulen..., op. cit., p. 188, tableau 3, et Relations interuniversitaires..., op. cit., tableaux 58, 59, 60.

17  Voir à ce sujet mes articles suivants : Ethnicité, scolarisation et assimilation chez les juifs et les luthériens en Hongrie pendant la monarchie bicéphale (étude sociologique), Hungarian Studies, 1988, 4/1, p. 23-41, et Egyenlötlen elmagyarosodàs avagy hogyan vàlt Magyarorszàg magyar nyelvü orszàggà / La magyarisation inégale ou comment la Hongrie est devenue magyarophone, in Szàzadvég, 1990, 2, p. 5-36.

18  Sur quelques parallélismes des stratégies scolaires des juifs et des luthériens en Autriche et en Hongrie en tant que conduites compensatoires, cf. Gary B. Cohen, Education, Social Mobility and the Austrian Jews, in V. Karady, W. Mitter, Bildungswesen und Sozialstruktur in Mitteleuropa, op. cit., p. 141-161, surtout p. 153, ainsi que mes propres travaux : Jewish overschooling in Hungary, its sociological dimensions, ibid., p. 209-246, Juifs et luthériens dans le système scolaire hongrois, Actes de la Recherche en sciences sociales, 69, septembre 1987, p. 67-85 et (avec Stéphane Vari) Facteurs culturels de la réussite au baccalauréat en Hongrie, ibid., 70, novembre 1987, p. 79-82.

19  Il y avait plus de trois cents familles juives anoblies par les derniers Habsbourg rien qu'en Hongrie. A ce sujet voir le livre pionnier du regretté William McCagg, Jewish Nobles and Geniuses in Modem Hungary, Boulder, 1972.

20  Sur quelques caractéristiques socioculturelles des clientèles des établissements d'enseignement supérieur de Vienne en 1928 voir Relations interuniversitaires et rapports culturels..., op. cit., tableaux 17, 20, 21, 23, 26, 27, 71, 72, 73, 74 et 75.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. — Effectifs et origines nationales et culturelles des étudiants inscrits à l'Université et à l'Ecole polytechnique de Vienne de 1880 à 1935 (semestres d'hiver, années choisies)
Légende (1) Hors les provinces qui formeront la République de l’Autriche après 1918(2) Hors les deux parties cisleithanienne et transleithanienne (Hongrie) de l’empire des Habsbourg(3) 1879-1880 pour l’Ecole polytechnique.
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/445/img-1.png
Fichier image/png, 253k
Titre Tableau 2. —Caractéristiques socioculturelles des étudiants de l'Université de Vienne selon la discipline étudiée en 1880 et 1900
Crédits Relations interuniversitaires..., op. cit., tableaux 58, 59, 60 et 61.
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/445/img-2.png
Fichier image/png, 485k
Titre Tableau 3. — Diverses caractéristiques socioculturelles des étudiants juifs et non juifs inscrits dans les facultés de l'Université de Vienne en 1880 et 1900
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/445/img-3.png
Fichier image/png, 174k
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/445/img-4.png
Fichier image/png, 575k
Légende (1) Selon la résidence à la naissance au moment de l’inscription(2) Chiffres arrondis en raison de la faiblesse des effectifs absolus sur lesquels les pourcentages ont été calculés.
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/445/img-5.png
Fichier image/png, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Karady, « De la métropole académique à l'université de province. Note sur la place de Vienne dans le marché international des études supérieures (1880-1938) », Revue germanique internationale, 1 | 1994, 221-242.

Référence électronique

Victor Karady, « De la métropole académique à l'université de province. Note sur la place de Vienne dans le marché international des études supérieures (1880-1938) », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/445 ; DOI : 10.4000/rgi.445

Haut de page

Auteur

Victor Karady

Directeur de recherche au CNRS, sociologue et spécialiste d'histoire sociale, chercheur au Centre de sociologie de l'éducation et de la culture (EHESS). Membre externe de l'Académie des sciences de Hongrie. Après des travaux consacrés à l'histoire de la sociologie et des sciences sociales en France, il consacre l'essentiel de ses recherches aux processus de modernisation en Europe centrale, aux systèmes universitaires et scolaires, à l'assimilation juive, aux transformations du marché matrimonial, à la mobilité professionnelle en Hongrie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org