Navigation – Plan du site
Les enjeux du paysage

L’Élysée d’Alexandre Lenoir : nature, art et histoire

Roland Recht
p. 47-57

Résumés

Le « Jardin Elysée », aménagé à partir de 1799 par Alexandre Lenoir dans le musée des Monuments français, occupe une place bien spécifique par rapport aux salles du musée elles-mêmes. Dans ces salles, le classement des œuvres obéit à un ordre chronologique. Dans le « Jardin Élysée », au contraire, les monuments funéraires des personnages les plus illustres – rois, guerriers, hommes de lettres – dont la France s’honore (Dagobert Ier, Descartes, Molière, Henri IV, Héloïse et Abélard, etc.) sont juxtaposés sans souci de progression historique. C’est que, conformément à la représentation de la vertu propre au xviiie siècle, les grands hommes sont de tous les temps. La végétation crée une sorte de continuum atemporel. L’écart historique entre deux monuments se trouve comme annulé par la présence de la nature. Le cycle saisonnier de la végétation assure en outre à la figure du grand homme une forme sensible de pérennité. L’Elysée remplit dans l’esprit de Lenoir une triple fonction : à la fois musée, jardin et cimetière, il entend susciter chez le promeneur mélancolie et vertu.

Haut de page

Texte intégral

1­

L’homme sensé qui visite ses monuments, élevés à la mémoire des grands hommes et des femmes célèbres, éprouve un sentiment de vénération et de respect ; mais cette sensation devient bien plus vive lorsqu’il entre dans l’Élysée, où il va trouver les restes des grands hommes qu’il a le plus aimés, et des auteurs dont les écrits ont fait sur lui la plus vive impression. Je crois voir leurs ombres, et j’étends involontairement le bras pour les saisir.

  • 1  Erinnerungen aus Paris im Jahre 1804 von August von Kotzebue, Berlin, 1804, p. 202-203, trad, fran (...)

2C’est ainsi qu’August von Kotzebue commente sa visite aux Petits-Augustins, en l’an 1804, visite qu’il recommande chaleureusement à tout voyageur dès son arrivée à Paris1.

  • 2  Sur Lenoir et le musée des Monuments français, voir notamment : Bruno Foucart, La fortune critique (...)

3A partir de 1799, Alexandre Lenoir avait aménagé dans le dépôt formé depuis 1793 par ce couvent du xviie siècle un « jardin Élysée », lieu de mémoire à la gloire des hommes illustres2. Ce lieu, nous le verrons, répond à une singulière conception de l’histoire et des œuvres d’art, qu’il convient de bien distinguer de celle retenue pour les autres sections du musée des Monuments français. Cette distinction ne constitue pas la moindre des originalités du musée : elle est cependant passée presque inaperçue de la plupart des historiens de l’art qui ont entrepris l’étude de cet extraordinaire ensemble.

  • 3  Musée royal des monuments français ; Notice sur l’état actuel de ce musée, consacré à l’histoire d (...)

4La première originalité qu’il importe de rappeler réside dans l’adoption d’un classement chronologique des œuvres : « ... les monuments de ce musée, écrit Lenoir, sont disposés, par ordre chronologique, dans des salles ornées des princes et des personnages célèbres de l’époque à laquelle chacune d’elles est consacrée, et décorée avec l’architecture convenable à chacune des époques. Cette heureuse classification par siècles, de tous les monuments de ce musée, facilite singulière ment les observations de l’artiste, de l’historien ou de l’amateur instruit, et fait de ce musée une véritable histoire monumentale de la monarchie française. » Lenoir évoque ensuite les travaux entrepris depuis la date de la fondation du musée, en 1795, jusqu’au moment où il écrit, en 18143.

  • 4  Ouvr. cité, p. 40.

5Sept salles sont alors achevées, mais il fallut encore procéder à « l’ajustement complet des trois cours », divisées par siècles elles aussi. La première sera consacrée au xvie, avec une partie du château d’Anet, la seconde au xve, avec le décor du château de Gaillon, tandis que la troisième sera dévolue aux « débris d’une basilique que Pierre de Montereau avait construite pour Saint Louis ». Lenoir poursuit : « Les cours (...) mènent à un jardin planté d’arbres et d’arbustes et orné de monuments, lesquels seront vus de la rue des Petits-Augustins, lorsque le plan général de M. Lenoir sera exécuté. Il a eu l’art, dans son projet, de ménager des percées agréables qui faciliteront, d’un coup d’œil, la vue de tous les monuments qu’il a réunis. Le jardin, planté avec autant d’art que de goût, peut être considéré comme un Élysée, puisqu’il renferme, non seulement les statues de plusieurs rois et guerriers célèbres, mais encore les cendres des hommes de lettres les plus illustres dont la France s’honore, tels que Molière, Boileau, La Fontaine, Mabillon, Descartes, Montfaucon, Rohault, Héloïse et Abailard (sic). M. Lenoir a honoré leur mémoire par des monuments simples, mais intéressants par la composition et la sévérité du style qu’il a su adapter au genre qui convenait à chacun d’eux. Des fleurs éparses, çà et là, opposées à des cyprès, à des ifs, à des saules pleureurs et à des peupliers, groupent ces monuments funèbres qui provoquent le regret et l’admiration »4.

  • 5  Musée des monuments français ou description historique et chronologique des statues en marbre et e (...)
  • 6 Ibid., V, p. 194.
  • 7 Ibid., I, p. 19.

6Le nom d’Élysée, précise encore Lenoir, est consacré « pour caractériser celui qu’on suppose être le partage des hommes vertueux après qu’ils ont cessé de vivre dans ce monde visible »5. Lenoir relève la « sorte de magie attachée à ce mot »6 et souhaite donner à ce lieu de bonheur la douce mélancolie qui parle à l’âme sensible7.

  • 8 Ibid., V, p. 175.
  • 9 Ibid., V, p. 190.
  • 10  Ibid., V, p. 204.

7Après avoir rappelé que « chaque peuple eut son Elysée et son Tar tare »8, son paradis et son enfer, Lenoir poursuit : « S’il existoit un Élysée qui fût la récompense de la vertu et qui pût remplir l’âme d’une douce ivresse, ce serait, sans doute, la conscience du sage : ce seroit le sentiment du bien qu’il a fait à ses semblables, et le désir du bien qu’il voudrait leur faire encore »9. Enfin, sa suprême récompense « seroit de faire passer dans l’âme de (ses) lecteurs et de ceux qui visiteront cet Élysée, le saint respect dont, en le formant, (il a) été pénétré pour les Lumières, les talens et la vertu »10.

  • 11  Études de la nature, Paris, 1848 (lre éd., 1784), p. 502.

8L’idée d’un Élysée est répandue dans la pensée du xviiie siècle finissant. Elle se rencontre chez Fénelon déjà, qu’admire Lenoir, mais aussi chez Bernardin de Saint-Pierre, selon lequel il serait l’occasion d’entretenir et de susciter auprès des hommes le culte des plus grands : « Quand on n’élève rait chaque année, dans cet Élysée, écrit Bernardin de Saint-Pierre, qu’un socle de marbre de Bretagne ou de granit d’Auvergne, il y aurait de quoi tenir toujours le peuple en haleine par le spectacle de la nouveauté ».11

  • 12  Ibid., p. 487.

9Les monuments aux grands hommes seraient « distribués suivant les différents mérites », « dispersés avec goût » ; les inscriptions devront être réduites à la simplicité la plus grande, afin d’instruire le public le plus large et d’attirer de nombreux étrangers : « ... les vertus des petits s’appuient sur celles des grands hommes, comme ces plantes faibles qui, pour n’être pas foulées aux pieds, s’accrochent aux troncs des chênes »12.

  • 13  Ibid., p. 416 : « C’est donc par cet instinct intellectuel pour la vertu que les tombeaux des gran (...)

10Bernardin de Saint-Pierre imagine la commémoration des grands hommes comme étant nécessairement associée à la nature, seule à même de produire un nécessaire sentiment de mélancolie : « C’est là que la douleur prend de la sublimité ; elle s’élève avec les vieux ifs des cimetières ; elle s’étend avec les plaines et les collines d’alentour... »13

  • 14  Voir Jean Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, « Bi (...)
  • 15  Mona Ozouf, Le Panthéon, dans Les lieux de mémoire, sous la dir. de Pierre Nora, « Biblio thèque d (...)
  • 16  Ibid., p. 142.
  • 17  Ibid., p. 143.

11On a le sentiment que les idées de l’auteur de Paul et Virginie ont pu inspirer Lenoir, même si elles divergent sur la forme à donner à ces monuments et, davantage encore, sur le contenu de cet Elysée. Les grands hommes élus par le second forment assurément une assemblée plus convenue que celle, combien généreusement ouverte, de Bernardin de Saint-Pierre. Mais l’exaltation de l’idée de vertu est au centre des deux conceptions, cette vertu qui, si elle caractérise naturellement le grand homme, a cependant connu un interminable cortège d’épreuves que le xviiie siècle s’est plu à évoquer avec complaisance14. La grandeur de l’idée de vertu s’est forgée au contact de ces épreuves infinies : c’est une des grandes affirmations des Lumières. Dans la mesure où Lenoir est pénétré de cette conviction, il appartient encore, dans son dessein, à ce siècle-là. La vertu, mais la vertu privée, fait le grand homme. Ce grand homme qui est l’objet d’une attention passionnée durant toute la seconde moitié du xviiie siècle15. L’éloge du grand homme est inscrit au pro gramme de l’Académie française en 1758, rappelle Mona Ozouf16. En 1777, D’Angiviller propose d’utiliser le Salon pour faire connaître les « images des Français célèbres »17.

  • 18  Description historique et chronologique des Monumens de sculpture réunis au Musée impérial des Mon (...)
  • 19  Ibid., p. 219.
  • 20  Courajod, ouvr. cité, p. 46, n. 2.

12Au milieu du jardin Élysée des Petits-Augustins, on voyait « une espèce de colonne triomphale (qui) contient dans son soubassement les quatre bas-reliefs de bronze qui ornoit le piédestal de la statue de la place des Victoires », qui a été renversée en 179218. Sur la colonne était dressée une « statue en bronze » représentant « l’Abondance que procure la Paix »19. La statue provenant de Saint-Germain devait être remplacée par une Renommée, du château de Richelieu20. Les bustes d’artistes célèbres en France « garniront les 19 niches qui ornent la cour ».

  • 21  Description historique..., ouvr. cité, p. 241, 246.

13Les urnes sépulcrales renfermant les restes des grands hommes sont disposées avec soin aux pieds d’une végétation bien définie : « Des peupliers, dont la cime monte jusqu’aux nues, des ifs et des fleurs ombra gent ce monument érigé au père de la philosophie, à celui qui le premier nous apprit à penser », précise Lenoir à propos du sarcophage de Descartes. Celui de Molière est « entouré de myrtes, de roses et de cyprès ». Avec celui de La Fontaine, ils « sont placés dans notre Élysée, sur le bord des allées, à la manière antique ; une pelouse verte, en forme de colline, parsemée de myrtes, de pensées et de violettes les accompagnent. Le cyprès, auprès de ces fleurs délicieuses, perd sa teinte lugubre et paroit s’éclaircir ». Et Lenoir de conclure : « Nous pensons que ces monumens, placés dans le bois sacré du Musée des monumens français, attireront les regards du philosophe, et élèveront l’âme du poète et du peintre. »21

  • 22  Courajod, ouvr. cité, p. XIX.

14Mais la réunion des restes de ces glorieuses figures ne se fit pas sans entraîner des abus de toutes sortes. En témoigne le récit laissé par le baron de Guilhermy : « Un soldat de Valmy s’était, dit-on, fait un talisman guerrier de la moustache de Henri IV ; des athées et des philosophes, peut-être même des abatteurs de têtes, se distribuèrent, comme sauvegarde de leurs amours, quelques dents restées à une des mâchoires de la pauvre Héloïse. On assure qu’une dent d’Héloïse valait alors un millier de francs. Abélard, moins estimé, ne paraît pas avoir été coté. N’oublions pas de dire qu’à cette même époque, des chimistes parvinrent à tirer une certaine quantité de matière vitreuse des os de Molière et de La Fontaine soumis à de honteuses manipulations, et qu’ils réussirent à faire des bagues dont le prix n’était pas mince. »22

  • 23  Ibid., p. XIX-XX.

15Un « employé de bureau de la guerre » écrit à Lenoir pour lui demander de figurer sur le procès-verbal qui sera fait lors du dépôt des cendres d’Abélard et d’Héloïse et de se voir confier quelques portions (de leurs) restes (...) pour les déposer dans le monument qu’il a chez lui : « Je vous le demande, ajoute l’employé, pour récompense des services que j’ai rendu (sic) au musée... »23

  • 24  Voir en part. « Élysée-Solennité des tombeaux », Eau-forte de C. Monnet et Dupréel, Paris, Musée C (...)

16Lors de l’acquisition des cendres d’un homme illustre, Lenoir se faisait l’ordonnateur d’étranges cérémonies lors desquelles un cortège les accompagnait dans les cénotaphes au milieu du « jardin Élysée »24. Parmi ces tombeaux se trouvaient celui de Dagobert, en provenance de l’abbaye de Saint-Denis, et celui d’Anne de Montmorency, auxquels il fit ajouter ceux de Descartes, Molière, La Fontaine, Turenne, Boileau, Mabillon et Montfaucon. La Diane chasseresse provenant du château d’Anet y trouva également place.

17Mais le monument qui connut la gloire la plus universelle était une extraordinaire fiction médiévale : celle formée par la « chapelle sépulcrale d’Héloïse et d’Abélard » dont les restes avaient été transférés d’abord du Paraclet à Nogent-sur-Seine, puis aux Petits-Augustins grâce à une autorisation de Lucien Bonaparte, en mars 1800.

Musée des monuments français.
« Tombeau du roi Dagobert Ier tel qu’on le voyait dans le Musée des monuments français où il avait été placé et restauré dans le jardin Élysée » par Vauzelle

Musée des monuments français.« Tombeau du roi Dagobert Ier tel qu’on le voyait dans le Musée des monuments français où il avait été placé et restauré dans le jardin Élysée » par Vauzelle

Gravure, Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN

  • 25  N 515, p. 86 sq. de La Description..., ouvr. cité.

18Des fragments du tombeau.de Louis de France et de Philippe Dagobert y seront remontés à côté d’autres, prélevés sur le Paraclet lui-même. Le sculpteur Louis-Pierre Deseine réalisa les bustes des deux amants qui obtinrent un succès senti mental considérable25.

  • 26  Dans Mémoires de la Société royale des antiquaires de France, 1842, cité par D. Poulot, art. cité.

19Lorsque M. Allou évoque les titres de gloire d’Alexandre Lenoir, il voit en lui tout à la fois « un simple artiste », un homme de science et un « habile enchanteur » qui avait su ajouter aux merveilles de son « dépôt », « le charme d’une promenade attrayante » dans un « joli jardin »26. L’Élysée offre en effet un cadre naturel aux œuvres d’art et suscite « le regret et l’admiration ». Il remplit par conséquent la fonction des autres salles du musée, tout en y ajoutant une dimension naturelle qui permet de renforcer l’effet produit par les œuvres. En réalité, c’est à une conception singulière du temps et de l’histoire qu’il est consacré.

  • 27  Voir en part. É. Pommier, ouvr. cité, p. 371 sq.
  • 28  Description..., ouvr. cité, n° 401, p. 237.

20On a rappelé opportunément que Lenoir s’était inspiré de Winckelmann afin d’ordonner l’art du Moyen Age selon un développement chronologique27 et non par écoles. Ce principe de classement s’est imposé d’au tant plus fortement que les localisations et les attributions y posent des problèmes considérables. « Winckelmann, écrit Lenoir, a principalement développé, dans son Histoire de l’art chez les Anciens, les paysages chronologiques des arts, avec cette finesse qui caractérise la plus grande érudition et la connoissance la plus approfondie dans la pratique. »28

  • 29  Voir en part. Willibald Sauerländer, Die Geographie der Stile, dans Probleme und Methode der Klass (...)

21Ce mode de classement s’impose aisément pour des périodes de l’histoire dont les témoignages conservés sont avant tout monumentaux — architecture, sculpture ornementale ou figurée — et rarement associés à des noms d’artistes. Mais il convient de rappeler que le classement par « écoles régionales », autrement dit, la géographie des styles, dominera l’historiographie de l’art à partir de la fin des années 1820, notamment avec Arcisse de Caumont et Jules Quicherat29 lorsqu’ils étudieront l’art roman. Dans un sens, Alexandre Lenoir a anticipé sur une vision muséologique moderne qui supposait une connaissance approfondie du corpus que son temps ne maîtrisait évidemment pas. C’est pourquoi, avec leurs monuments remontés et assemblés, les salles du musée des Petits-Augustins développent d’extravagants anachronismes.

Tombeau d’Héloïse et d’Abailard tel qu’on le voit aujourd’hui au Père Lachaise

Tombeau d’Héloïse et d’Abailard tel qu’on le voit aujourd’hui au Père Lachaise

Dessin, Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN

  • 30  Sur le jardin paysager éclectique, voir Wolfgang Schepers, Zu den Anfängen des Stilpluralismus im (...)

22Dans l’Élysée, ce classement chronologique n’a plus cours. Lenoir y emploie un subterfuge capable de maquiller le dispositif non chronologique puisque les grands hommes sont de tous les temps, les vertus de toutes les nations et de toutes les sociétés. Ce subterfuge, c’est la végétation qui crée une sorte de continuum dont la temporalité propre est étrangère à l’idée d’un temps historique ou d’une évolution linéaire. Les vertus des hommes illustres se touchent et rivalisent entre elles par-delà les siècles. Tout comme dans les jardins historicistes ou éclectiques du début du xixe siècle, l’écart historique entre deux fabriques ou deux urnes funéraires se trouve comme annulé par la présence de la nature30. C’est à elle, en fin de compte, que nous consacrons toute notre attention puisque son cycle saisonnier assure à la figure du grand homme une forme sensible de pérennité. Grâce à la végétation, les styles de monuments les plus divers peuvent être juxtaposés sans choquer pour autant. Elle permet mieux qu’une salle de musée la méditation à partir des exemples vertueux qu’impose la présence de leurs cénotaphes et des inscriptions qui les accompagnent. A cette méditation est attaché un caractère mélancolique que fait naître la nature environnante.

  • 31  Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, 1977, p. 468 sq.
  • 32  Ibid., p. 495-496.

23Au thème de la mélancolie, il faut encore rattacher le dernier aspect qui rend l’Élysée des Petits-Augustins si intéressant pour l’histoire de la sensibilité moderne : celui des cimetières et du changement de leur conception au tournant des xviiie et xixe siècles. Dans les années 1770-1780 ont été soumis au procureur général de Paris des mémoires contenant différentes propositions d’aménagements de nouveaux cimetières en remplacement de ceux qui avaient été fermés pour des raisons d’insalubrité31. L’un de ces mémoires envisage l’installation d’un immense cimetière dans la plaine d’Aubervilliers : la famille royale y aurait sa place ainsi que la noblesse et « les grands Hommes de la nation qui auraient mérité cette glorieuse distinction, ainsi que cela se pratique en Angleterre dans l’église Westminster. Des statues orneront leurs tombeaux ». L’une des enceintes de ce cimetière est prévue avec des tombes isolées dans la nature : « Cette vaste enceinte (en forme de Champs-Élysées est-il précisé) serait entourée de peupliers, de cyprès, d’arbres verts de toute espèce, de manière à dérober la vue du monument, ce qui formerait un des plus singuliers tableaux que l’imagination puisse y créer ; tableau d’autant plus riche que tous les tombeaux jusqu’ici connus peuvent y être rassemblés. Il présenterait à la fois la réunion des Grands Hommes et les chefs-d’œuvre des artistes célèbres qui ont existé : monuments qui, maintenant épars en divers endroits et connus de peu de monde par la difficulté de les voir, le deviendront de tout l’univers. »32

Vue du jardin du Musée des monuments français par Alexandre Lenoir

Vue du jardin du Musée des monuments français par Alexandre Lenoir

Lavis d’encre de Chine Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN

24L’idée de Lenoir est bien de son temps. Dans son esprit, ce mémoire anticipe sur la conception qu’il aura de son propre Elysée. Le cimetière est destiné à devenir un lieu de la topographie mémoriale visité, le but d’une promenade familiale. L’Élysée des Petits-Augustins est tout à la fois un musée, un cimetière et un jardin. Il possède une fonction civique et morale : lieu de recueillement, il doit contribuer à souder la communauté humaine par l’exemple des grands modèles vertueux et à instruire tous ceux qui s’y rendent. Jardin des morts illustres, il incite à la rêverie mélancolique par la présence des arbres qui, tels les cyprès et les ifs, sont naturellement associés aux idées funèbres. L’Élysée mêle les cénotaphes spécialement créés pour les grands hommes à des restes monumentaux d’œuvres contemporaines : la nécropole se trouve ainsi mêlée au musée au nom de la finalité morale que Lenoir lui assigne. Le musée, comme le temple, est un lieu d’édification. En d’autres termes, les œuvres ne doivent pas leur présence en ce lieu à leur valeur d’exposition mais avant tout à leur valeur d’usage.

Vue du jardin du Musée des monuments français par Vauzelle

Vue du jardin du Musée des monuments français par Vauzelle

Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN

  • 33  Les remarques qui précèdent ne font que prolonger une réflexion sur la naissance des musées et la (...)

25Si la muséographie des salles des Petits-Augustins, dont on sait l’impact qu’elle exerça sur un Augustin Thierry ou sur un Jules Michelet, fondée sur le classement chronologique, jette les bases d’une histoire de l’art que pratiquera tout le xixe siècle et une bonne partie du xxe, la scénographie du jardin paysager formé par l’Élysée, relève d’une conception de l’histoire plus proche de celle de Plutarque. La première forme la trame d’une histoire de l’art finie, si l’on peut dire, tandis que la seconde offre une séquence entièrement ouverte, susceptible à chaque instant de se trou ver redéfinie, replacée dans une perspective nouvelle selon que tel grand homme s’y trouve ajouté plutôt que tel autre33.

Haut de page

Notes

1  Erinnerungen aus Paris im Jahre 1804 von August von Kotzebue, Berlin, 1804, p. 202-203, trad, franc, dans August Kotzebue, Souvenirs de Paris en 1804, traduit de l’allemand [par René-Charles Guilbert de Pixérécourt], sur la 2e édition ; avec des notes, 2 vol. , Paris, Chez Barba, an XIII (1805), t. 1, p. 197-198.

2  Sur Lenoir et le musée des Monuments français, voir notamment : Bruno Foucart, La fortune critique d’Alexandre Lenoir et du premier musée des monuments français, dans L’information d’histoire de l’art, 14, 1969, p. 223-232 ; Alain Erlande-Brandeburg dans Le « gothique » retrouvé avant Viollet-le-Duc, exposition de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites, Hôtel de Sully, Paris, 1979-1980, p. 75-84 ; Christopher M. Green, Alexandre Lenoir and the musée des monuments français during the French Revolution, dans French Historical Studies, XII, 2, 1981, p. 203-222 ; Dominique Poulot, Alexandre Lenoir et les musées des monuments français, dans Lieux de mémoire, sous la dir. de Pierre Nora, II, La Nation, 2, Paris, 1986, p. 497-531 ; Edouard Pommier, L’art de la liberté. Doctrines et débats de la Révolution française, Paris, « Bibliothèque des histoires », 1991, p. 371 sq. ; Francis Haskell, L’historien et les images, Paris, « Bibliothèque des histoires », 1995, trad, de A. Tachert et L. Evrard, p. 320-340.

3  Musée royal des monuments français ; Notice sur l’état actuel de ce musée, consacré à l’histoire de la monarchie française, ainsi qu’à celle de l’art en France, Paris, 1814, cité dans Louis Courajod, Alexandre Lenoir. Son journal et le Musée des monuments français, t. II, Paris, 1886, p. 34 sq.

4  Ouvr. cité, p. 40.

5  Musée des monuments français ou description historique et chronologique des statues en marbre et en bronze, bas-reliefs et tombeaux des hommes et femmes célèbres, pour servir à l’histoire de France, Paris, 1800-1806, V, p. 194.

6 Ibid., V, p. 194.

7 Ibid., I, p. 19.

8 Ibid., V, p. 175.

9 Ibid., V, p. 190.

10  Ibid., V, p. 204.

11  Études de la nature, Paris, 1848 (lre éd., 1784), p. 502.

12  Ibid., p. 487.

13  Ibid., p. 416 : « C’est donc par cet instinct intellectuel pour la vertu que les tombeaux des grands hommes nous inspirent une vénération si touchante (...) Plus (ces monuments) sont simples, plus ils donnent d’énergie au sentiment de la mélancolie. Ils font plus d’effet pauvres que riches, antiques que modernes, avec des détails d’infortune qu’avec des titres d’honneur, avec les attributs de la vertu qu’avec ceux de la puissance. C’est surtout à la campagne que leur impression se fait vivement sentir (...) C’est là que la douleur prend de la sublimité ; elle s’élève avec les vieux ifs des cimetières ; elle s’étend avec les plaines et les collines d’alentour... »

14  Voir Jean Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1994 (1re éd. 1963), p. 627 sq.

15  Mona Ozouf, Le Panthéon, dans Les lieux de mémoire, sous la dir. de Pierre Nora, « Biblio thèque des histoires », I : La République, Paris, 1984, p. 143 sq. en particulier.

16  Ibid., p. 142.

17  Ibid., p. 143.

18  Description historique et chronologique des Monumens de sculpture réunis au Musée impérial des Monumens français par Alexandre Lenoir, Paris, 1810 (9e éd.), p. 218, n° 208.

19  Ibid., p. 219.

20  Courajod, ouvr. cité, p. 46, n. 2.

21  Description historique..., ouvr. cité, p. 241, 246.

22  Courajod, ouvr. cité, p. XIX.

23  Ibid., p. XIX-XX.

24  Voir en part. « Élysée-Solennité des tombeaux », Eau-forte de C. Monnet et Dupréel, Paris, Musée Carnavalet, cabinet des estampes, PC 114, voir Le « gothique » retrouvé, ouvr. cité, n° 188 ; Bernardin de Saint-Pierre évoque également des cérémonies de dépose des cendres (ouvr. cité).

25  N 515, p. 86 sq. de La Description..., ouvr. cité.

26  Dans Mémoires de la Société royale des antiquaires de France, 1842, cité par D. Poulot, art. cité.

27  Voir en part. É. Pommier, ouvr. cité, p. 371 sq.

28  Description..., ouvr. cité, n° 401, p. 237.

29  Voir en part. Willibald Sauerländer, Die Geographie der Stile, dans Probleme und Methode der Klassifizierung, sous la dir. de J. White, Akten des XXV. Internationalen Kongress für Kunst geschichte, Vienne, 4-10 septembre 1983, Vienne-Cologne-Graz, 1985, p. 27 sq.

30  Sur le jardin paysager éclectique, voir Wolfgang Schepers, Zu den Anfängen des Stilpluralismus im Landschaftsgarten und dessen theoretischer Begründung in Deutschland, dans Geschichte allein ist zeitgemäss. Historismus in Deutschland, éd. par M. Brix et M. Steinhauser, Lahn-Giessen, 1978, p. 73-92.

31  Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, 1977, p. 468 sq.

32  Ibid., p. 495-496.

33  Les remarques qui précèdent ne font que prolonger une réflexion sur la naissance des musées et la conception du temps historique telle que nous l’avons amorcée dans La lettre de Hum-boldt. Du jardin paysager au daguerréotype, Paris, 1989.
Je tiens à remercier Françoise Viatte pour son aide : elle a grandement facilité mon travail au département des arts graphiques du Louvre, dont elle assure la direction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Musée des monuments français.« Tombeau du roi Dagobert Ier tel qu’on le voyait dans le Musée des monuments français où il avait été placé et restauré dans le jardin Élysée » par Vauzelle
Crédits Gravure, Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/605/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Tombeau d’Héloïse et d’Abailard tel qu’on le voit aujourd’hui au Père Lachaise
Crédits Dessin, Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/605/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Vue du jardin du Musée des monuments français par Alexandre Lenoir
Crédits Lavis d’encre de Chine Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/605/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Vue du jardin du Musée des monuments français par Vauzelle
Crédits Musée du Louvre, département des arts graphiques. © Photo RMN
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/605/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Recht, « L’Élysée d’Alexandre Lenoir : nature, art et histoire », Revue germanique internationale, 7 | 1997, 47-57.

Référence électronique

Roland Recht, « L’Élysée d’Alexandre Lenoir : nature, art et histoire », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/605 ; DOI : 10.4000/rgi.605

Haut de page

Auteur

Roland Recht

Professeur à l’Université de Strasbourg II, département d’histoire de l’art

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org