Navigation – Plan du site
Paysages traversés

Les paysages de la Riviera et du Pays niçois vus par Ernst Moritz Arndt en 1799

Alain Ruiz
p. 113-125

Résumés

C’est à l’occasion du périple européen d’un an et demi qu’il entreprit en 1798 depuis Greifswald que le futur écrivain nationaliste farouchement hostile à la France napoléonienne Ernst Moritz Arndt, Allemand né en 1769 sujet suédois sur l’île de Rügen en mer Baltique, découvrit les paysages de la Riviera et de la Côte d’Azur qui, de Gênes à Nice, lui apparurent dans l’ensemble comme ce merveilleux jardin des Hespérides dont les Nordiques rêvent depuis toujours. Mais cet intellectuel était fils de paysan, et il gardait trop ce réalisme du regard propre aux gens de la terre pour se noyer, devant la richesse des couleurs et des formes d’un tel tableau de la nature, dans le romantisme d’impressions subjectives enrichies de réminiscences de la mythologie antique et de souvenirs littéraires plus ou moins modernes. Et c’est en fait non dans un flou sentimental à la Rousseau ou à la Laurence Sterne, mais bien sous les formes très précises qui caractérisent les chapitres méthodiquement construits d’un traité de géographie ou les notices d’un dictionnaire encyclopédique, que se présente, en particulier, sa longue évocation, pointilliste à l’extrême, du site de Nice et des différents aspects de l’hinterland qu’en promeneur solitaire, tour à tour peintre, topographe, géologue, naturaliste, agronome et économiste, il explora jusque dans les moindres détails au cours des cinq semaines qu’il passa dans la ville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Reisen durch einen Theil Teutschlands, Italiens und Frankreichs in den Jahren 1798 und 1799, 6 vol (...)

1Le poète et publiciste férocement nationaliste qu’Ernst Moritz Arndt fut à l’époque des guerres antinapoléoniennes de 1813 à 1815 fait trop souvent oublier l’écrivain voyageur très attaché à sa patrie allemande assurément, mais aussi cosmopolite et favorable aux principes de la France révolutionnaire qu’il était encore vers l’âge de trente ans, en 1798, lorsqu’il entreprit le grand périple européen à l’occasion duquel il découvrit entre autres les paysages de la Riviera et du Pays niçois et qu’il a narré dans un fort copieux récit paru en six volumes de 1801 à 18031.

  • 2  Ernst Müsebeck, Ernst Moritz Arndt. Ein Lebensbild, Erstes Buch : Der junge Arndt 1769-1815, Gotha (...)
  • 3  E. M. Arndt, Versuch einer Geschichte der Leibeigenschaft in Pommern und Rügen. Nebst einer Einlei (...)

2Né en 1769 sur l’île de Rügen, la plus grande de la Baltique, qui dépendait alors de la Poméranie suédoise, État du Saint-Empire romain germanique, Arndt avait grandi là sous des brumes et des rigueurs de climat qui ne pouvaient que le prédisposer, comme les Nordiques depuis toujours, à découvrir avec enchantement la douceur ensoleillée des côtes méditerranéennes. A quoi s’ajoute qu’il était le fils d’un serf affranchi devenu le fermier d’un seigneur2. C’est dire qu’ayant eu dans ses jeunes années l’occasion quotidienne d’observer de près, autour de lui, la vie difficile des gens de la terre victimes de l’exploitation féodale, il ne pouvait qu’être particulièrement sensible aux bienfaits apportés par la Révolution de 1789 dans le monde des campagnes touchées par son souffle3. C’est dire également — ce qui est le plus important dans l’optique de la présente étude — qu’il était un rural authentique, c’est-à-dire un homme doté d’un sens très réaliste de la nature et du regard particulier qu’il donne pour relever dans un paysage les aspects autres qu’esthétiques qui risquent toujours d’échapper à l’intellectuel d’origine citadine, qu’il soit poète ou non.

3Au vrai, le paysan nordique qu’Arndt resta foncièrement jusqu’à la fin de sa vie sous l’universitaire qu’il devint, n’eut pas des sites méditerranéens, de Gênes à Nice, la révélation subite que le touriste connaît depuis qu’existent des moyens de transport aérien qui les mettent à deux ou trois heures à peine de l’Europe septentrionale. Il eut, au contraire, tout le temps de se préparer à cette découverte par une approche progressive et un dépaysement grandissant à mesure qu’il descendait vers le Sud.

  • 4  E.M. Arndt, Erinnerungen aus dem äußeren Leben, Rudolstadt, 1953, p. 64 : « Je voulus donc dire ad (...)

4Parti de Greifswald au printemps 1798, poussé par l’impérieux besoin d’évasion qu’avaient fait naître en lui des études de théologie entreprises sans véritable vocation à l’université de cette ville et à Iéna4, Arndt s’achemina par la Thuringe et la Franconie vers Ratisbonne, descendit de là le Danube jusqu’à Vienne d’où il fit un tour de deux semaines en Hongrie jusqu’à Budapest, en repartit pour franchir les Alpes de Styrie et de Carniole en direction de Trieste et Venise, traverser ensuite le Milanais, passer par Bologne et arriver enfin à la mi-octobre à Florence d’où la guerre entre Français et Autrichiens le chassa après lui avoir cependant laissé plusieurs semaines pour visiter les trésors artistiques de la ville et admirer tout à loisir, aux environs, un paysage annonciateur des beautés qu’il allait trouver plus au nord, le long de la Riviera et de la Côte d’Azur.

  • 5  Bruchstücke, p. 1-2.

5Des douces campagnes toscanes qui entourent la prestigieuse cité des Médicis et qu’il a décrites en détail comme toutes les autres contrées qu’il avait parcourues jusque-là, Arndt se dirigea vers Gênes qui était depuis l’été 1797 la capitale de la République ligurienne protégée de la République française, mais il ne put y rester en raison des progrès de la guerre, et c’est ainsi que le 20 mars 1798, à 22 heures, il quitta cette ville en bateau, bien qu’« (il eût) pu, comme il l’a précisé lui-même, voyager plus vite, plus confortablement et moins cher avec le courrier qui partait le même jour pour Nice »5.

  • 6  Ibid.,p5.
  • 7  Ibid., p. 1-7.
  • 8  Ibid., p. 1.

6En vérité — et toujours au dire d’Arndt — « le voyage en voiture de Gênes à Nice (était) également périlleux et souvent impossible à cause des montagnes et des mauvaises routes »6. Le bateau était en définitive plus sûr, surtout en hiver, et c’est cette considération doublée de la perspective de se trouver en intéressante compagnie qui avait déterminé Arndt à préférer la voie maritime à la voie terrestre. A bord du navire qui battait pavillon français, en effet, se trouvaient, outre des commerçants, des militaires et des femmes d’officiers français, des déserteurs autrichiens et surtout une cinquantaine de bagnards gardés par quinze gendarmes, et c’est chargé de « cette cargaison des plus drôles et des plus mêlées »7 que le bateau appareilla et prit le large par fort bon vent. La nuit était claire et permit aux voyageurs, une fois passé « le fanal de la charmante Sestri », d’observer facilement à l’ouest de Gênes la côte qui, « défilant ensuite, écrit Arndt, se fait peu à peu plus sauvage et ne présente que quelques jolis coins isolés »8.

  • 9  Ibid., p. 7-8.
  • 10  Ibid., p. 10-11.
  • 11  Ibid., p. 9.

7Une violente tempête pendant la première nuit9, puis, parmi les prisonniers avinés, une ébauche de mutinerie rapidement réprimée par leurs gardes10 : tels furent les seuls incidents d’un voyage sinon fort agréable passé à bavarder, à suivre des yeux le rivage au loin comme le cameraman opérant un travelling et à observer aussi pendant des heures de la même manière, mais en plans rapprochés, « les bandes de dauphins qui, très nombreux, passaient en sautant tout près du bateau et sur lesquels on tira, mais sans résultats, des coups de fusil »11.

8Au matin qui suivit la tempête, une brève escale à San Remo permit aux voyageurs de se remettre de leurs émotions. Là, un Nordique ne pouvait que se sentir transporté dans ce « pays où fleurit le citronnier » vers lequel la nostalgie entraîne l’âme aimante de la Mignon goethéenne, et un lettré nourri de la culture des Anciens dans ce merveilleux jardin des dieux grecs où les Hespérides veillaient sur des arbres aux pommes d’or gardés par Ladon, le dragon à cent têtes, qu’Héraklès abattit, accomplissant ainsi le onzième de ses travaux fabuleux. Arndt était les deux à la fois, un Nordique et un tel lettré, mais il était aussi, et avant tout, un fils de la terre spontanément porté à une observation réaliste de la nature et peu enclin à se noyer dans les impressions poétiques et les réminiscences littéraires que son spectacle peut éveiller. Aussi a –t-il donné de ce secteur de la côte ligurienne un tableau où prime une précision extrême des formes et des couleurs et qu’animent, non des Aeglé, Erytheïa, Hespéris et autres nymphes renouvelées du vase peint de l’Athénien Midias, du métope du temple d’Olympie ou du non moins célèbre relief de la Villa Albani à Rome, mais des bonnes paysannes de chair et de sang franchement saisies sur le vif de leurs occupations arboricoles. Voici le tableau qui, dans le rendu du décor comme dans celui de ses figures, n’a également rien de la toile à la Claude Lorrain sur laquelle l’Anglais Turner, contemporain d’Arndt, a représenté Les Dieux de la discorde au jardin des Hespérides, ou de la très académique composition des Gardiennes du jardin des Hespérides peinte plus tard par son compatriote lors Leighton :

  • 12  Ibid., p. 9-10.

C’est presque le plus beau jardin des Hespérides que j’aie vu. En bord de mer, la côte est plate et sablonneuse et, dans ce sable, pousse déjà une multitude de palmiers orientaux pas seulement comme ornement, leurs fruits mûrissent aussi. Et c’est ainsi que, derrière la charmante petite ville, la belle baie s’élève continûment en collines jusqu’aux montagnes grises qui, d’abord, présentent encore des oliviers et des châtaigniers, puis, très loin, leurs cimes enneigées. En bas, ce n’est qu’un jardin des Hespérides plein de fleurs et de parfums, une unique forêt verte d’orangers et de citronniers parmi lesquels beaucoup d’amandiers, de pêchers et de figuiers apparaissent avec des feuillages changeants. Nous nous amusâmes beaucoup dans ces vergers où des femmes et des jeunes filles, sur ou sous les arbres, étaient occupées à la cueillette des fruits, et tandis qu’elles nous faisaient au revoir de la main et nous lançaient encore longtemps des mots d’adieu, nous remontâmes sur le bateau pleins d’allégresse, chacun chargé d’oranges qui, en partie, avaient été offertes pour un mot aimable [...] Ce San Remo est la première place de la République pour les fruits du Midi12.

9Prise de vue tout à fait identique, mais cette fois à nouveau en travelling, entre San Remo et Menton : vu de la mer, même étagement du paysage en profondeur, du rivage jusqu’aux lignes lointaines des Préalpes et des Alpes italiennes, même exotisme d’une végétation aux vives couleurs. Seul l’éclairage a changé avec la course du soleil depuis le matin. Vers les six heures du soir, la côte apparut à Arndt depuis le pont du bateau qui filait toujours vers l’ouest, « la plupart du temps » comme « une étroite bande de rivage plat » où l’on voyait « alternativement de riantes oliveraies et des collines couvertes d’orangers et de citronniers parmi lesquels brillaient les fleurs rouges de pêchers et d’abricotiers et les fleurs blanches de pruniers et de cerisiers ». Et, portant le regard au-dessus de ce semis de deux couleurs piquant de petites taches un fond de vert aux nuances changeantes, Arndt de poursuivre : « Plus haut, les montagnes sont dénudées, tristes et couvertes de neige à la cime. » Comme à hauteur de San Remo donc, superposition sous le ciel de deux bandes horizontales nettement tranchées, même contraste naturel entre la zone côtière agréable au regard parce que parée d’une végétation déjà printanière, et un hinterland d’aspect d’autant plus inhospitalier que l’hiver ne l’avait pas encore quitté. Une différence cependant : ici, des traces de présence humaine apparemment plus nombreuses qu’entre Gênes et San Remo, comme autant de touches propres à ramener dans l’histoire et le présent l’imagination tentée de divaguer vers des décors de la mythologie grecque. Arndt écrit :

  • 13  Ibid., p. 11-12.

Des vieilles murailles et des vieilles tours, vestiges des temps depuis longtemps révolus de la chevalerie, vous saluent très souvent du haut des collines et forment contraste, en reflet sombre, avec les habitations de la vallée ou du bord de mer qui offrent une vue bien charmante avec leurs fenêtres et leurs toits de tuiles reluisantes13.

10Cependant, si porté qu’il ait été à un franc réalisme pictural, Arndt n’en était pas moins, comme tous les lettrés de son temps, marqué par une culture trop nourrie de l’étude des humanités pour pouvoir empêcher que surgissent à nouveau dans son esprit, face à ce paysage côtier du Mare nostrum, des souvenirs de sa lecture des Anciens et des images tout à fait semblables à celles qui avaient inspiré quelques années plus tôt à Schiller le célèbre poème Les dieux de la Grèce. Déjà à la vue des plantations d’arbres fruitiers autour de San Remo s’était imposé à lui le tableau rêvé du jardin fabuleux des Hespérides, et voilà que s’y associait maintenant celui de l’Ida, cette montagne voisine de la plaine de Troie, où la croyance grecque plaçait l’enlèvement de Ganymède et le jugement de Paris, le lieu aussi où se célébrait dans l’Antiquité le culte de Cybèle, la déesse de la fécondité. A cet endroit, en effet, Arndt évoque ainsi le panorama que devait parcourir bientôt à mi-hauteur d’est en ouest la Grande Corniche construite par Napoléon Ier sur le tracé même de l’antique Via Aurélia :

  • 14  Ibid., p. 12.

Particulièrement beaux sont le vallon et la baie de Menton qui ont tout ce qui peut rendre charmant et enchanteur pour l’œil et le cœur un printemps chez les Hespérides et sur l’Ida. Ici aussi il y a en abondance ces palmiers que j’admirais près de San Remo et qui apparaissent rarement, ici et là, le long de toute la côte14.

  • 15  Ibid., p. 12-13.

11Environ une lieue avant Menton où commençait la frontière séparant la République ligurienne de la France, les voyageurs seraient volontiers descendus à terre pour se promener dans les plantations de citronniers en bordure de la mer, mais, sur ordre du capitaine, on resta sur le bateau immobilisé au large pour attendre jusqu’après minuit qu’un vent favorable se lève et permette de poursuivre, le long de la côte de Monaco à Ville franche, vers le port de Nice où l’on arriva vers 7 heures du matin. Depuis Gênes, il avait fallu plus de trente-six heures pour une traversée qui se faisait alors souvent en douze ou quinze heures seulement15.

  • 16  Ibid., p. 13-64. — Outre les descriptions de paysages très fournies qui font l’objet de la présent (...)

12En ce 22 mars 1799, une fort mauvaise nouvelle attendait Arndt à la municipalité où le sujet suédois qu’il était apprit que son passeport n’était pas valable, ce qui jusqu’à la régularisation de ce document à Paris, devait le retenir à Nice jusqu’au 3 mai suivant, cinq semaines donc qu’il passa à visiter la ville et surtout à explorer ses environs en étudiant tous les aspects de la vie locale. Et ses observations de promeneur solitaire, Arndt les a fixées dans une cinquantaine de pages formant un ensemble foisonnant de détails aussi variés que précis qui ne se fondent jamais dans un flou sentimental à la Rousseau ou à la Laurence Sterne, mais qui, au contraire, s’ordonnent méthodiquement comme dans les chapitres d’un traité de géographie physique et humaine ou dans les notices d’un dictionnaire encyclopédique16.

  • 17  Bruchstücke, p. 14.

13Dans l’attente du passeport qui devait lui permettre de poursuivre son voyage en France, Arndt loua à Nice « une petite chambre [...] dans une belle maison sur la hauteur située entre la ville et le port, [...] sous le rocher de l’ancienne citadelle et au-dessus de la mer qui grondait juste sous (sa) fenêtre d’où l’on voyait toute la belle baie jusqu’au Var et, loin au nord, les Alpes enneigées de la Provence et de la Savoie »17.

  • 18  Histoire de Nice et du Pays niçois. Sous la direction de Maurice Bordes, Toulouse, 1976, p. 79, 13 (...)
  • 19  Bruchstücke, p. 14.

14De la fière citadelle édifiée par les ducs de Savoie sur la colline où les Grecs avaient fondé Nikaïa, il ne restait alors pratiquement plus rien du fait que ses fortifications avaient été rasées en 1706 sur ordre de Louis XIV vainqueur du duc Victor-Amédée II18 : que « les ruines de vieux murs et de vieilles portes » gardées par « quelques canons avec vingt hommes », comme le constata Arndt qui a laissé de cette colline — la « colline du Château », ainsi qu’on l’appelle aujourd’hui —, la minutieuse description que voici19 :

  • 20  Cf. infra, n. 5, p. 120 et 2, p. 121.

Au nord-est, elle est assez inclinée au-dessus de la ville, mais, au sud-est, ses flancs sont abrupts, déchiquetés et défendus encore par quelques bastions. A sa base, les aspérités du terrain sont encore entourées d’arbres et de petits jardins potagers partout plantés là où la pierre le permettait. Au nord, il y a aussi, dominant la ville à mi-pente, le cimetière où les citadins doivent monter leurs morts à la sueur de leur front. J’habite juste sous son extrémité sud-est, la plus escarpée, qui me semble toujours près de me faire dégringoler avec ma maison dans la mer, dont vingt pas me séparent cependant. Cette montagne avec les ruines du château forme, à vrai dire, une avancée assez gênante entre la ville et le port jusqu’auquel celle-ci se serait sans doute étendue et ne se serrerait pas, comme c’est le cas, avec ses étroites ruelles, si ladite montagne n’était pas là. Deux chemins en font le tour pour conduire au port, le premier par le cours ou l’esplanade en bordure de mer, l’autre, plus droit et plus court, depuis la place de la République [l’actuelle place Garibaldi], en formant une seconde belle allée de mûriers. Mais ce dernier chemin n’est pas aussi animé que l’autre qui vient davantage du centre de la ville et qui, dès qu’on est parvenu au bout de l’esplanade, se fait escarpé et étroit pour contourner la montagne en surplomb. Ce chemin est entièrement artificiel. De gros cintres de bois et des terrassements maçonnés le protègent de la mer où d’énormes blocs de rochers ronds, en pyramides et creusés par l’érosion s’avancent en guise de parapets. Même par les temps les plus calmes, l’assaut des vagues parvient à mon oreille dans un mugissement ossianesque20. Quelques maisons encore se blottissent contre la montagne à pic qui s’avance ensuite tant au-dessus de la mer qu’il ne reste plus de passage que pour les petites voitures. Cependant on s’affaire à présent, à coups de pioche et d’explosif, à élargir ce chemin qui, du port jusqu’au centre de la ville, se laisse néanmoins parcourir aussi en un quart d’heure.

15Abstraction faite de la référence — pour le moins inattendue dans un contexte méditerranéen — aux flots tempétueux qui grondent dans les chants du barde écossais inventé par Macpherson, on peut dire qu’un ingénieur-topographe doublé d’un photographe n’aurait pu faire un relevé en noir et blanc plus exact du site de Nice, dont Arndt, ailleurs, a précisé ainsi la curieuse géométrie :

  • 21  Bruchstücke, p. 22-23.

Étendue en longueur d’est en ouest, la ville a un torrent au nord et, au sud, une montagne avec la citadelle. Coincée dans l’entre-deux, elle s’allonge et s’élargit vers la côte à l’ouest en prenant la forme d’une poche semblable à celle d’un filet de pêche à la traîne. Même ainsi, sa longueur n’est pas considérable et se laisse aisément parcourir en dix minutes de la place de la République à son extrémité ouest21.

  • 22  Ibid., p. 28.
  • 23  Ibid., p. 26.

16Et encadrant ce plan géométral, une carte géographique sommaire, mais très parlante de la « large baie » des Anges inscrite, comme Arndt le précise, « entre l’embouchure du Var, l’ancienne frontière de la France, et la pointe de terre portant le phare de Ville franche »22 : à l’est, la montagne du Château orientée selon l’axe nord-sud et, à l’ouest, coudé vers le nord-est, un torrent, le Paillon, qui « coule habituellement en un petit filet d’eau, mais qui, par fortes pluies, a passablement de débit » et qui, ajoute Arndt, « coupe au nord la ville de la campagne avec laquelle elle est reliée par un pont »23.

  • 24  Ne peut trouver place dans le cadre limité de la présente étude la description détaillée et fort p (...)
  • 25  Bruchstücke, p. 15-16.

17Cette campagne, Arndt était allé la reconnaître dès le jour de son arrivée à Nice et, ne manquant pas une occasion de s’évader de cette petite cité encore médiévale, très insalubre et qu’il trouvait d’une « laideur indescriptible »24 ; il devait, par la suite, la parcourir encore souvent, jamais en poète rêveur, mais en véritable naturaliste toujours attentif à tous les détails du paysage printanier qui s’offrait à lui en une étonnante symphonie de couleurs, de bruits et d’odeurs et dont il a fait, à la manière très pointilliste qui était la sienne, le tableau que voici25 :

  • 26  Cf. note suivante et infra, n. 3, p. 124.
  • 27  Cf. note précédente et infra, n. 3, p. 124.

C’est ici maintenant comme à la Saint-Jean chez nous. Les prairies sont couvertes d’herbe et de trèfle de haute taille, enveloppées de bourdonnements d’abeilles, mais hélas peu remplies de chants d’alouettes26. Grenouilles et rainettes, en revanche, font entendre leur musique, orge et froment sont hauts d’une aune, haricots et pois embaument dans les champs et les jardins. Ils sont de la taille d’un homme et en pleine floraison. Les oliviers ont encore toute leur fraîcheur, oranges et citrons font ployer leurs arbres verts sous le poids de leur or. Les figuiers bourgeonnent. On voit partout, dans les jardins et en pleine campagne, les pêchers et les abricotiers fleuris de rouge et les pruniers et poiriers aux fleurs blanches. Les amandiers portent encore les leurs en bourgeons et forment les plus belles allées qui soient le long des ruisseaux et des sentiers en laissant pendre leur chevelure verte comme les saules de Babylone. Les ormes et les mûriers, qui bordent les cours et les plus grandes voies de la ville, font déjà de l’ombre sous leurs branches. Choux et artichauts, oignons et salades resplendissent de tout leur éclat, tous les jardins sont pleins de joie, tous les champs et tous les sentiers pleins de gens joyeux qui vont chantant. C’est ainsi qu’on savoure ici le printemps auquel rien ne manque, si ce n’est le chant des oiseaux27. Car au loin on aperçoit aussi les montagnes de la Provence et l’imagination s’envole sans peine vers l’Avignon de Pétrarque.

  • 28  Cf. supra, n. 1, p. 119 et infra, n. 2, p. 121.
  • 29  Bruchstücke, p. 32.

18Ouvrant dans la profondeur indécise du tableau une vision fugitive liée à des souvenirs de lecture, la vague image des monts de Provence devinés au loin et la remarque qui l’accompagne sont de la même nature que les allusions à Ossian qu’Arndt a glissées de façon plus incongrue dans son évocation des paysages niçois28. Elles ne peuvent, aussi, qu’être rapprochées de la touche finale, non littéraire celle-là, qu’il a apportée à son tableau des Préalpes de Grasse, ces « collines plus basses » courant parallèlement à la côte au nord-ouest de Nice et dominées à l’arrière-plan par « de hautes montagnes se dressant, pelées et incultes, pareilles à un désert au-dessus du paradis, et dont les crêtes plus lointaines, avec leurs plis enneigés et éclairés par le soleil couchant, me donn(aient), écrit Arndt, une petite idée et une grande nostalgie des glaciers helvétiques »29.

19Qu’il s’agisse des panoramas grandioses qu’offrent les cimes du massif alpin ou des lieux du Comtat Venaissin que hante le souvenir des amours de Laure et de Pétrarque, le vague de ces visions rêvées n’a, dans l’un et l’autre cas, d’autre effet que de faire ressortir par contraste avec une netteté saisissante les premiers plans des paysages du Pays niçois appréhendés par Arndt en touches toujours extrêmement précises formant des ensembles toujours très construits.

  • 30  Ibid., p. 40. — Cf. supra, n. 1, p. 119 et 5, p. 120.

20Voici un autre tableau de la même facture : celui de la rade de Ville-franche vue du sommet du mont Boron, au sud-est de Nice. En face, la presqu’île du cap Ferrat avec son « phare imposant » dressé au-dessus de « rochers noirs à pic et de grottes dans lesquelles les vagues font entendre un grondement effrayant ». « Cette langue de terre entre deux mers est d’une indicible beauté et éveilla en moi une nostalgie très ossianesque des montagnes et des collines de l’Ecosse », écrit Arndt30, à nouveau emporté par un envol fort inattendu de son imagination vers des lointains, dont le flou n’a ici d’égal que la précision quasi photographique du paysage observé de près lors de ses ascensions sur le mont Boron par des sentiers dangereusement escarpés :

  • 31  Ibid., p. 38-39.

Au sud de la ville [de Nice], derrière le port, s’élève aussitôt une haute montagne qui s’avance vers l’est et où passe, au plus profond de la vallée, le torrent que j’ai déjà signalé. A sa base, elle mesure, là où elle est le plus large, tout au plus de 600 à 700 pas, mais, en bien des endroits, 50 à 100 seulement. Au milieu, elle est couverte d’oliviers, de figuiers et de quelques noyers et sorbiers. Au sommet, elle est raboteuse et dénudée [...] En haut, il y a plusieurs bastions avec des canons et des petits postes de garde qui couvrent la côte. Entre les rochers poussent en abondance la myrte, le thym, le romarin, le réséda et d’autres herbes ou arbustes sauvages odoriférants [...] Sur la pointe la plus haute se trouvent des vieilles murailles en ruine et, en face à l’est, juste au-dessus de Ville franche, un autre vieux castel est conservé encore avec des murs d’enceinte plantés de canons [...] En haut, sous les rochers et leurs buissons et arbrisseaux, on voit quelques pâtres solitaires grimper avec leurs moutons et leurs chèvres et quelques pauvres citadins et campagnards couper broussailles et menues branches dont ils font des fagots31.

21Aux pages dans lesquelles il a ainsi fixé les grandes lignes des paysages observés autour de Nice en y accrochant ponctuellement certains éléments naturels ou humains caractéristiques, s’ajoutent, dans les notes d’Arndt, celles où, se faisant botaniste et agronome, il a décrit avec une minutie extrême la végétation du pays et signalé les produits que le labeur des hommes tirait de sa terre. Car la nature représentée par Arndt est une nature dans laquelle son regard est toujours porté à repérer toute trace de la présence de l’homme et de ses activités.

  • 32  Ibid., p. 33-34.

22Ainsi, évoquant encore les premières hauteurs des Préalpes de Grasse « gracieusement tordues et entaillées de vallons qui se diversifient eux-mêmes en une multitude de plis et de gorges », Arndt énumère tous les types d’arbres qui s’étagent sur leurs versants. Et d’abord l’olivier, « leur arbre principal », plus bas, les figuiers, pêchers, abricotiers, pruniers, amandiers et cerisiers qui, précise-t-il, « poussent fréquemment aussi dans les creux et les replis du relief », puis les mûriers qui, « à vrai dire, semblent n’appartenir, eux, qu’aux parties basses — prairies et vallons —, mais qu’on voit aussi partout le long des routes, des fossés et des ruisseaux », et enfin, « enfants des vallons et des jardins, les plus beaux arbres de ce paysage charmant, les orangers et les citronniers »32.

23Et dans le cadre de ce tableau général qui a l’allure d’un schéma d’ouvrage didactique, c’est aux études de détail d’un peintre qu’accompagneraient des notices de dictionnaire encyclopédique que font penser les lignes dans lesquelles Arndt, reprenant méthodiquement une à une chacune des espèces d’arbre, dit de l’olivier par exemple :

  • 33  Ibid.

Pratiquée jusqu’aux sommets des monts, sa culture est la même qu’en Toscane et en Ligurie pour autant qu’il se trouve un peu de terre pour ses racines que l’on garantit par des murets contre les eaux de ruissellement. Cet arbre se trouve aussi au fond des vallons où il pousse avec plus d’exubérance et de vigueur, mais donne, comme on sait, des fruits moins bons que sur les hauteurs escarpées et brûlées par le soleil. A flanc de montagne, on creuse souvent en amont de l’arbre des fossés destinés à recueillir l’eau de pluie bienfaisante pour ses racines33.

  • 34  Ibid., p. 34.
  • 35  Ibid., p. 34-35.

24Même type de présentation pour les mûriers à propos desquels Arndt note qu’« on les écim(ait) souvent, comme (il) l’a(vait) vu faire aussi dans la marche de Brandebourg et dans la région de Magdebourg parce que les jeunes branches donnent alors des feuilles plus abondantes et plus tendres »34. Tout à fait du même style, encore, ces observations sur l’élevage des agrumes qu’il avait déjà étudié en Italie. Arndt d’expliquer35 :

  • 36  Allusion au dragon Ladon, gardien du jardin des Hespérides, selon la mythologie grecque.

Ces arbres exigent absolument une terre basse et humide, mais chaude. Sur les collines et les flancs des montagnes, ils ne deviennent que de petits arbustes et donnent là des petits fruits de mauvaise qualité. Certains poussent librement en petits groupes verdoyants autour des maisons, mais la plupart sont enclos de murs, moins pour les protéger du vent et de l’âpreté de l’air que des sauts audacieux des maraudeurs. Car ils ont ici encore besoin des vieux dragons pour les garder : cela se voit sur les murs, dont la crête est souvent hérissée de tessons et de débris de verres et de bouteilles36. La plus belle période pour ces arbres est en mars et elle s’achève en avril bien que l’on voit encore maintenant, dans les derniers jours de ce mois, beaucoup de jardins briller de leur or. C’est un merveilleux spectacle de voir ainsi dans tout l’éclat de leurs beaux fruits au début mars où tous les autres arbres ou plantes commencent à peine à bourgeonner, à verdir et à fleurir. Ils sont maintenant en fleur pour la récolte d’automne qui n’est jamais aussi abondante que celle du printemps. Eux aussi ont souffert ici de l’hiver et leurs fruits sont plus chers que d’habitude.

  • 37  Arthur Young, Voyages en France 1787-1788-1789. Trad., introd. et notes de Henri Sée, 3 vol. , Par (...)
  • 38  Cf. supra, n. 2, p. 122.
  • 39  Cf. supra, n. 4, p. 122.
  • 40  Bruchstücke, p. 35-36.
  • 41  Ibid., p. 36.

25De telles observations rappellent celles qui entaillent de bout en bout les notes de voyage du célèbre agronome et économiste anglais Arthur Young venu étudier les provinces de France aux approches de la Révolution de 1789 et qui visita lui aussi Nice et sa région37. Même attention aux productions naturelles du pays et même souci de s’instruire des détails techniques de leur exploitation. Sous le règne de Louis XV, les physiocrates avaient mis à l’ordre du jour les enquêtes portant sur ces questions. Leur esprit se retrouve chez Arndt sous une forme qui, loin de toute propension à la théorie, trahit toujours l’expérience concrète qu’il avait acquise dans ses jeunes années du travail de la terre et les préoccupations du paysan qui, à l’époque, n’était jamais sûr de pouvoir s’en nourrir chaque jour. Le montrent ici ses remarques sur l’élevage de l’olivier38, des agrumes39 et des autres arbres fruitiers du Pays niçois405 ; le montrent encore celles qu’il a également consacrées à la culture de la vigne41 ainsi que celles des céréales et des plantes potagères, la principale richesse de la région à côté des fruits comestibles.

26La liste qu’Arndt dresse de ces produits de la terre niçoise a une prétention à l’exhaustivité qui caractérise une étude de botaniste :

  • 42  Ibid.

On voit ici, à nouveau cultivées à la manière toscane, des céréales de toutes sortes — froment, seigle, orge, blé dur, avoine et chanvre fraîchement semé —, mais encore, et plus qu’en Toscane, ce qu’on appelle les plantes potagères en longues rangées et plates-bandes : haricots, petits pois, choux, salades, oignons, ail, poireaux, artichauts, raves, épinards, asperges et Dieu sait comment s’appellent encore toutes les herbes destinées au gosier des hommes42.

  • 43  Ibid.
  • 44  Ibid., p. 36-37.

27Par ailleurs, rien n’échappe à sa minutieuse enquête, ni le calendrier des récoltes — « dès mars, remarque-t-il, on peut manger des petits pois et des haricots nouveaux »43 —, ni les raisons expliquant l’abondance à première vue surprenante de cette production maraîchère — « la plupart des gens d’ici, note-t-il, sont des mangeurs de légumes, ce qui, avec le vin, le pain et les bons fruits, leur permet de bien vivre, car la viande est ici une denrée rare et fort chère »44 —, ni les procédés de culture. C’est aux commentaires explicatifs des planches gravées illustrant dans l’Encyclopédie de Diderot les notices sur les métiers manuels que font penser les lignes d’Arndt à ce sujet :

  • 45  Ibid., p. 37.

Le travail se fait le plus souvent au râteau et à la bêche, instrument inverse de celui utilisé en Ligurie et qui est une demi-houe, c’est-à-dire qu’il s’agit tout à fait d’un travail de jardinage. Chaque pied de terre doit produire ici deux ou trois fois par an, en haut comme en bas. Chaque herbe, chaque feuille, chaque crotte dans la rue est recueillie dans des corbeilles et des hottes et conservées comme une précieuse marchandise45.

28Si, dans ce genre de travaux, les gens du Pays niçois ne faisaient que suivre des habitudes ancestrales, la Révolution leur avait, par contre, ouvert une activité que l’Ancien Régime leur avait interdite pendant de longs siècles : la chasse. Ce droit naguère réservé au seigneur était une des grandes conquêtes de la nuit du 4 août 1789 et son exercice abusif avait fait des ravages dans l’ex-comté de Nice où les privilèges féodaux avaient été abolis le 22 octobre 1792. Le gros gibier, déjà peu abondant dans cette région dépourvue de grandes forêts, avait disparu. La viande étant par ailleurs rare en l’absence d’un gros élevage, tous les volatiles étaient devenus bons à abattre. D’où le silence insolite qui frappa tant Arndt dans la campagne niçoise, dont il écrit :

  • 46  Ibid.

Dans les vallons, on voit encore les prairies les plus riches et les plus fleuries, entrecoupées partout de ruisseaux et d’eaux courantes, qui ont, dès le mois de mars, leurs nuées de papillons, mais hélas pas de chants d’oiseaux, car, chaque jour, plus de chasseurs qu’il y a ici d’animaux à plumes battent la campagne avec des chiens et il n’est pas d’oiseau chanteur, si petit soit –il, qui ne servirait, en cas de besoin, à un estomac affamé. Oui, on ne peut ici en voir de toutes les espèces, du roitelet au coq de bruyère, qui ne soient apportés au marché pour y être vendus46.

29Comme on voit, Arndt ne s’est pas borné à décrire les seules formes et couleurs des paysages qu’il observa. Tout à la fois peintre ou dessinateur, topographe, géographe, géologue, naturaliste, agronome et économiste, il a fixé les aspects les plus divers des paysages liguriens et niçois dans quantité de tableaux très réalistes où n’affleurent que rarement des impressions subjectives ou réminiscences littéraires, et où l’homme est constamment présent au sein de la nature. Au total, un riche album d’images assorti des observations les plus variées, mais toujours très précises sur des lieux qui l’enchantèrent, mais pour lesquels il n’aurait en rien donné sa patrie. Est-ce trop dire que perçait déjà en lui l’Allemand nationaliste farouchement antiwelsche de 1813 quand, résumant ses sentiments sur la Riviera et la Côte d’Azur, il faisait l’aveu suivant :

  • 47  Ibid., p. 37-38.

Si charmant, si édénique que soit ce jardin des Hespérides quand on se trouve dans certaines dispositions d’esprit, l’homme du Nord y ressent quand même ordinairement toute la distance qui le sépare des bois et des arbres sublimes qui sont les siens. On ne peut faire ici aucune comparaison. A certaines époques, j’aimerais bien avoir de tels jardins, mais je louerai à jamais les parcs, les jardins et les champs de l’Allemagne avant tous ceux de l’Italie47.

Haut de page

Notes

1  Reisen durch einen Theil Teutschlands, Italiens und Frankreichs in den Jahren 1798 und 1799, 6 vol. , Leipzig, 1801-1803 (2e éd. revue et augmentée : Reisen durch einen Theil Teutschlands, Ungarns, Italiens und Frankreichs in den Jahren 1798 uni 1799, 4 vol. , Leipzign 1804). Une édition partielle contenant uniquement le récit du voyage en France parut aussi à Leipzig en 1802-1803 sous le titre Bruchstücke einer Reise durch Frankreich im Frühling und Sommer 1799. Elle comprend trois volumes, dont le premier contient les notes d’Arndt sur la Riviera et le Pays niçois (cité : Bruchstücke). Voir Thea Mausbach, Das Frankreichbild Ernst Moritz Arndts nach seiner Reisedarstellung 1798-1799, Phil. Diss. (dactylographiée), Hambourg, 1943 ; Hans-Georg Werner, Ernst Moritz Arndts Reisen durch einen Theil Teutschlands, Ungams, Italiens und Frankreichs in den Jahren 1798 und 1799, in Reiseliteratur im Umfeld der Französischen Revolution, hrsg. von Thomas Höhle, Martin Luther-Universität Halle-Wittenberg, Wissenschaftliche Beiträge, 1987-1988 (F 70), Halle (Saale), 1987, p. 78-90 ; Johannes Weber, Aus der Jugendreise eines Franzosen-fressers. Ernst Moritz Arndt in Paris (1799), in Reisen im 18. Jahrhundert. Neue Untersuchungen, hrsg. von Wolfgang Griep und Hans-Wolf Jäger, Heidelberg, 1986, p. 241-270.

2  Ernst Müsebeck, Ernst Moritz Arndt. Ein Lebensbild, Erstes Buch : Der junge Arndt 1769-1815, Gotha, 1914. — Cf. Gerhard Loh, Arndt-Bibliographie. Verzeichnis der Schriften von und über Ernst Moritz Arnd, Greifswald, 1969 ; Karl-Heinz Schäfer/Josef Schawe, Ernst Moritz Arndt. Ein bibliographisches Handbuch 1769-1969, Bonn, 1971.

3  E. M. Arndt, Versuch einer Geschichte der Leibeigenschaft in Pommern und Rügen. Nebst einer Einleitung in die alte teutsche Leibeigenschaft, Berlin, 1803. — Historique et politique à la fois, ce premier écrit de combat d’Arndt est un vigoureux plaidoyer inspiré des idées de 1789 en faveur de la classe la plus déshéritée de la paysannerie dans l’Allemagne de l’Ancien Régime.

4  E.M. Arndt, Erinnerungen aus dem äußeren Leben, Rudolstadt, 1953, p. 64 : « Je voulus donc dire adieu au spirituel et me plonger en plein dans le temporel [...] Un grand désir de voir le monde me tirait [...] Et c’est ainsi que je me suis livré un an et demi, au milieu de toutes sortes d’aventures, à des pérégrinations à pied, en voiture et en bateau [...] Sans direction ni but précis, sans préparatifs ni étude préalable des routes que j’allais parcourir [...], j’ai fait ce voyage presque comme frère Sans-Souci. »

5  Bruchstücke, p. 1-2.

6  Ibid.,p5.

7  Ibid., p. 1-7.

8  Ibid., p. 1.

9  Ibid., p. 7-8.

10  Ibid., p. 10-11.

11  Ibid., p. 9.

12  Ibid., p. 9-10.

13  Ibid., p. 11-12.

14  Ibid., p. 12.

15  Ibid., p. 12-13.

16  Ibid., p. 13-64. — Outre les descriptions de paysages très fournies qui font l’objet de la présente étude, l’ensemble des observations qu’Arndt a intitulé « Nice. La ville et ses environs, avec quelques notes fortuites et appendices », apporte un témoignage précieux sur la situation politique et économique de l’ex-comté des ducs de Savoie à la fin de l’époque directoriale, sur le caractère de ses habitants, leurs coutumes traditionnelles et leurs activités du moment. Ce témoignage n’a encore jamais été exploité par les historiens de Nice. Quant aux biographes d’Arndt et aux auteurs d’études particulières sur son voyage en France, ils ne s’y sont généralement guère attardés ou l’ont ignoré. Ainsi Mausbach, Werner, Weber et Müsebeck, p. 54-58. De même, Paul Meinhold, Arndt, Berlin, 1910, p. 25-27 ; Rudolf Thiele, Ernst Moritz Arndt. Sein Leben und Arbeiten für Deutschlands Freiheit, Ehre, Einheit und Größe, Gütersloh, 1894, p. 15-16.

17  Bruchstücke, p. 14.

18  Histoire de Nice et du Pays niçois. Sous la direction de Maurice Bordes, Toulouse, 1976, p. 79, 136-138, 144-147, 179.

19  Bruchstücke, p. 14.

20  Cf. infra, n. 5, p. 120 et 2, p. 121.

21  Bruchstücke, p. 22-23.

22  Ibid., p. 28.

23  Ibid., p. 26.

24  Ne peut trouver place dans le cadre limité de la présente étude la description détaillée et fort pittoresque qu’Arndt a faite de la vieille ville à laquelle les travaux d’urbanisme réalisés sous les règnes des ducs de Savoie Charles-Emmanuel III (1730-1773) et Victor-Amédée III (1773-1792) et la construction à la périphérie de belles villas très prisées des Anglais déjà nombreux à apprécier les charmes de la Côte d’Azur avaient commencé à donner un cadre moderne. — Cf. Histoire de Nice [...], p. 186-187, 208-209 ; Daniel Feliciangeli, Le développement de Nice au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. Les Anglais à Nice, in Aspects de Nice du xviiie au xxe siècle, Annales de la Faculté des lettres et sciences humaines de Nice, n° 19, 1973, p. 45-68.

25  Bruchstücke, p. 15-16.

26  Cf. note suivante et infra, n. 3, p. 124.

27  Cf. note précédente et infra, n. 3, p. 124.

28  Cf. supra, n. 1, p. 119 et infra, n. 2, p. 121.

29  Bruchstücke, p. 32.

30  Ibid., p. 40. — Cf. supra, n. 1, p. 119 et 5, p. 120.

31  Ibid., p. 38-39.

32  Ibid., p. 33-34.

33  Ibid.

34  Ibid., p. 34.

35  Ibid., p. 34-35.

36  Allusion au dragon Ladon, gardien du jardin des Hespérides, selon la mythologie grecque.

37  Arthur Young, Voyages en France 1787-1788-1789. Trad., introd. et notes de Henri Sée, 3 vol. , Paris, 1976, t. I, p. 435-442.

38  Cf. supra, n. 2, p. 122.

39  Cf. supra, n. 4, p. 122.

40  Bruchstücke, p. 35-36.

41  Ibid., p. 36.

42  Ibid.

43  Ibid.

44  Ibid., p. 36-37.

45  Ibid., p. 37.

46  Ibid.

47  Ibid., p. 37-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ruiz, « Les paysages de la Riviera et du Pays niçois vus par Ernst Moritz Arndt en 1799 », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/615

Haut de page

Auteur

Alain Ruiz

Professeur à l’Université de Bordeaux III, département d’études germaniques

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page