Navigation – Plan du site

Peut-on parler d’une littérature autrichienne ?

Jacques Le Rider
p. 201-211

Résumés

Depuis son institutionnalisation à l’époque d’August Sauer (1855-1926), la germanistique autrichienne se pose la question d’une identité de la littérature autrichienne au sein de l’ensemble allemand. La question se pose en termes de continuité historique, mais aussi en termes d’espace politique : le territoire de l’Autriche est à géométrie variable depuis l’époque de Marie-Thérèse. Le plus souvent, la présentation de l’histoire de la littérature allemande par les germanistes allemands inclut les auteurs autrichiens au même titre que les auteurs de Suisse germanophone. Du point de vue autrichien, il faudrait parler d’une germanophonie au même sens que celui qu’on donne à la notion de francophonie. On peut en tout cas parler d’un système littéraire autrichien différent du système littéraire allemand. Il reste que le débat sur l’identité de la littérature autrichienne peut avoir des conséquences normatives qui conduisent à surestimer l’importance de certaines petites différences. Certains des meilleurs essais critiques sur la notion de littérature autrichienne sont dus aux germanistes de « Mitteleuropa ». Le problème identitaire a obnubilé la germanistique autrichienne et dans le monde entier les germanistes qui se consacrent à un corpus de littérature dite autrichienne, mais cette problématique a tout de même suscité des débats théoriques originaux et une salubre contestation des grandes simplifications de l’histoire de la littérature proposées par les germanistes allemands.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis son institutionnalisation au cours du dernier siècle de la monarchie habsbourgeoise, c’est-à-dire depuis August Sauer (1855-1926), la germanistique autrichienne se pose la question d’une identité de la littérature autrichienne au sein de l’ensemble allemand. Il faut dire que la question est passablement compliquée et n’a pas, depuis la fin du xixe siècle, connu de réponses entièrement ni définitivement satisfaisantes. La question se pose en termes de continuité historique : est-il raisonnable de faire commencer une littérature autrichienne dès le Moyen Age en parlant par exemple de « Donauländischer Minnesang », en rattachant le Nibelungenlied à un espace danubien préfigurant l’Autriche ? Est-il en somme raisonnable de faire commencer la littérature autrichienne proprement dite avant la naissance géopolitique d’un État habsbourgeois possédant une première forme d’identité nationale autrichienne ? Le problème n’est pas seulement historique, il est aussi spatial. Quel territoire doit-on et peut-on rattacher à la notion de littérature autrichienne ? Faut-il admettre que tout territoire qui fut un jour rattaché à la monarchie habsbourgeoise peut être considéré comme un paysage littéraire autrichien ou faut-il au contraire admettre que les évolutions du xixe siècle ont définitivement détaché certains paysages littéraires d’Europe centrale de toute identification autrichienne ?

  • 1  Österreich-Zeitschrift für Geschichte, éd. par Wilhelm Bauer, Verlag von L. W. Seidel Sohn in Wien (...)

2Pour se rendre compte de la difficulté que présente pour les Autrichiens eux-mêmes la réflexion sur l’identité propre de leur littérature, je prendrai pour exemple le numéro de la revue Österreich-Zeitschrift für Geschichte publiée en 19171. Le ton du numéro est nostalgique, voire pessimiste. Dans son article d’introduction, intitulé « L’Autriche », Wilhelm Bauer avoue qu’il se sent incapable de définir une « nation » autrichienne. Il se résigne à considérer que seul le sentiment d’appartenance que chacun éprouve (ou n’éprouve pas) définit cette nation autrichienne. Il ajoute que la pluralité est inhérente à l’idée de l’Autriche (Völkervielheit, Völkervielerlei).

3L’article suivant, dans ce n° 1 de la revue Österreich, est de l’historien Alfons Dopsch, qui évoque la « Mitteleuropa, un problème de la vieille Autriche (1849-1856) », en se référant à Karl von Bruck et à Lorenz von Stein. Dopsch rappelle que Bruck et Stein préfiguraient une position groß-deutsch à la Friedrich Naumann et aspiraient à surmonter le dualisme austroprussien.

4Après trois articles sur l’histoire de la Hongrie, de la Pologne et de la Slovénie, et une étude de Hans Tietze sur « Le problème de l’histoire de l’art autrichienne », qui soulève la question de savoir si l’on peut parler d’une histoire de l’art « autrichienne », propre à la « Gesamtmonarchie » ou si les histoires de l’art régionales sont les seules valables, le maître de la germanistique autrichienne, August Sauer, évoque « Les missions particulières de la recherche d’histoire littéraire en Autriche ».

5L’article d’August Sauer consiste en un éloge de Josef Nadler :

« Pour Nadler, les porteurs de l’évolution littéraire ne sont pas les personnalités individuelles, mais les races et les paysages (Stämme und Landschaften) qui apparaissent les uns à côté des autres ou les uns après les autres, qui se mêlent et se confondent, qui s’influencent et se combattent, qui s’imposent comme dominants et hégémoniques, puis perdent leur importance, jusqu’à ce que finalement, au fil des époques, une réconciliation, un équilibre, une union des contraires s’établissent. L’histoire des idées, des visions du monde, à laquelle actuellement les autres chercheurs accordent le plus d’importance, l’histoire des thèmes et des matières, du style, des formes et des genres, se trouve ainsi, non refoulée, mais étayée et fondée » (p. 63).

  • 2  Nous traduisons par race le mot « Volksstamm » qui, dans d’autres contextes, signifie la nationali (...)

6August Sauer rappelle que, selon Nadler, la « race bavaro-autrichienne » (der bayrisch-österreichische Volksstamm2) a étendu sa présence et son rayonnement jusqu’à l’est de l’Europe, jusqu’au monde slave et hongrois. Le mérite de Nadler a été de mettre en évidence les spécificités de ce paysage bavaro-autrichien : le baroque et le théâtre populaire viennois. Les tâches de la germanistique autrichienne sont désormais l’exploration des provinces autrichiennes, en commençant par l’édition des manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de Vienne, mais aussi dans les bibliothèques et les archives des métropoles provinciales ; et d’autre part une ouverture comparatiste qui s’impose d’autant plus qu’ « en Autriche plus que nulle part ailleurs la littérature allemande rencontre des littératures étrangères »(p. 66). Sur le modèle de l’Institut fur österreichische Geschichtsforschung, August Sauer appelle de ses vœux la création d’un « Reichsinstitut für österreichische Literaturforschung ».

7Dans la suite du numéro, Oswald Redlich annonce le lancement d’une « Neuere österreichische Biographie ». Puis Josef Nadler lui-même prend la plume pour retracer l’émergence, de la fin du xviie au xviiie siècle du « baroque bavarois » qui s’affirme comme « la force de vie dominante dans les arts et la littérature, surtout en musique et au théâtre » (p. 156). L’évolution de la Bavière ancienne est indissociable de celle de la marche danubienne (Altbayern, Donaumark).

8En fin de numéro, on trouve encore une étude intéressante d’Oskar von Halecki, intitulée « Entre mer baltique et mer noire ». Halecki affirme que la frontière qui sépare la Mitteleuropa de l’Osteuropa russe ne correspond pas aux frontières de l’actuelle URSS. Il convient de remonter jusqu’à la Pologne des Jagellons, à l’État unissant Pologne et Lithuanie, pour comprendre, conclut Halecki, que la Mitteleuropa inclut les États baltes.

9On voit bien, dans ce numéro de la revue Österreich que la définition de l’ « austriacité » en littérature hésite entre l’approche « habsbourgeoise » qui consiste à insister sur la pluralité et le comparatisme centre-européen, et l’approche régionale (ou nationale ?) qui cherche à cerner une identité culturelle autrichienne dans les contours de la nouvelle République d’Autriche.

  • 3  L’histoire de ce débat a été analysée par Roger Bauer, Österreichische Literatur oder Literatur au (...)
  • 4  Walter Weiss, Ausblick auf eine Geschichte österreichischer Literatur, in Literaturgeschichte : Ös (...)

10Pour sortir de tous ces problèmes de définition3 et de toutes ces impasses théoriques, je propose de suivre la voie ouverte par les analyses du germaniste salzbourgeois Walter Weiss4. Celui-ci admet avec la grande majorité des historiens qu’il faut attendre le xviie siècle pour que se constitue une identité géopolitique habsbourgeoise. Pendant le même temps émerge un milieu de producteurs et de public pour une littérature habsbourgeoise et peut-être déjà autrichienne. Ce milieu est constitué par l’aristocratie, par l’armée, par l’église, par la fonction publique. A l’époque de Marie-Thérèse et plus encore à l’époque de Joseph II, la monarchie habsbourgoise tend vers la centralisation et vers une organisation plus rationnelle et plus moderne. Le dualisme austro-prussien renforce le sentiment d’une identité autrichienne différente de celle des territoires d’Allemagne du nord et du sud. Mais ce dualisme austro-prussien brouille sérieusement les contours de la carte de la littérature autrichienne puisque la Silésie devient territoire prussien au lendemain de la Guerre de Sept Ans. Pourtant la littérature baroque silésienne était partie intégrante de la littérature habsbourgeoise et, pour ne prendre que cet exemple, les tragédies d’État de Lohenstein sont difficilement compréhensibles sans la référence au Saint Empire romain germanique dirigé par la maison Habsbourg. On le voit dès le début : le problème des territoires est un des plus sérieux que l’on rencontre pour définir dans la profondeur historique la notion de la littérature autrichienne. Ce qui fait problème à propos de la Silésie fait tout autant problème à propos des territoires de la monarchie habsbourgeoise perdus au xixe siècle et au xxe siècle.

  • 5  Gerald Stourzh, Der Umfang der österreichischen Geschichte, in Probleme der Geschichte Österreichs (...)

11La question qui se pose est — comme le disait dans un article de référence l’historien viennois Gerald Stourzh — la question de « der Umfang der österreichischen Geschichte »5. D’un autre côté, le principe même du mythe habsbourgeois — selon l’expression de Claudio Magris — est de postuler que tous les territoires de la monarchie habsbourgeoise forment une totalité — ein totum, selon l’expression du prince Eugène datée de 1726. Ainsi l’historien de la littérature doit se garder de deux excès : celui qui consiste à annexer à la littérature autrichienne tout ce qui se rattache de près ou de loin à l’histoire de la monarchie habsbourgeoise, mais aussi celui de vouloir détacher de la littérature autrichienne ce qui relève de l’extension naturelle, historique du mythe habsbourgeois. Cette hésitation fondamentale n’est d’ailleurs pas l’apanage des germanistes austriacistes, elle est celle des Autrichiens eux-mêmes dont la prise de conscience nationale est un processus progressif, sujet à bien des crises depuis l’époque de la Révolution française et qu’on ne peut considérer comme définitivement stabilisé que depuis 1945.

12Le débat sur l’identité autrichienne de la littérature de langue allemande d’Autriche est donc un débat aussi complexe et aussi indéfiniment prolongé que le débat sur la notion de « nation autrichienne ». D’un certain point de vue allemand, la question de la spécificité autrichienne en littérature, et plus généralement en histoire culturelle, est traitée de façon généralement désinvolte ou polémique. Désinvolte dans la mesure où le plus souvent la présentation de l’histoire de la littérature allemande par les germanistes allemands inclut sans l’ombre d’une hésitation les auteurs autrichiens au même titre que les auteurs de Suisse germanophone. Aujourd’hui encore, au lendemain de la Foire de Francfort 1995, qui présentait un Salon du Livre autrichien, la polémique va bon train sur la tendance allemande à l’annexion des auteurs et des textes autrichiens. La critique littéraire et l’Université allemande persistent à prendre en compte tout au plus une nuance régionale de la littérature allemande mais non une littérature nationale distincte de la littérature nationale allemande. Approche passablement désinvolte donc mais cette approche avait été carrément polémique à l’époque du nationalisme allemand triomphant.

13C’est ainsi que l’historien allemand Treitschke considérait que l’Autriche c’était « dem Deutschtum entfremdet » depuis la Contre-réforme car l’Autriche avait renoncé à suivre la voie royale de la Réforme protestante et de l’unification nationale allemande. Pour rendre compte de cette spécificité autrichienne définie négativement comme un retard ou une sorte d’aberration d’un destin culturel qui aurait dû être un destin allemand, on avait pris depuis la fin du xixe siècle l’habitude d’utiliser l’étiquette de « baroque » sans que cette notion empruntée à l’histoire de l’art et de la musique ait jamais fait l’objet pour la littérature d’une définition vraiment solide. Surtout lorsque le baroque n’est pas défini comme une époque mais comme la composante fondamentale d’un esprit national — chez Nadler, chez Rommel ou chez Sedlmayer — la notion de baroque se délaie et se révèle — somme toute — bien peu concluante pour qui cherche à définir de manière précise ce qu’il y a d’autrichien dans la littérature allemande d’Autriche. Il faut ajouter que cette étiquette de baroque paraît aujourd’hui archaïque et démodée après la redécouverte de l’Aufklärung autrichienne depuis le xviiie siècle jusqu’à ces résurgences dans la philosophie autrichienne du xxe siècle, Cercle de Vienne, Wittgenstein, etc., mais aussi après la redécouverte de la modernité viennoise du tournant du siècle et de l’entre-deux-guerres qui, elle non plus, ne doit pas grand-chose à une tradition prétendument baroque de la littérature autrichienne.

14Le problème fondamental de la définition de la littérature autrichienne tient à la langue. Si l’on se réfère à la définition de Herder et Grimm, selon laquelle « Literatur in deutscher Sprache ist deutsche Literatur » dans la mesure où « deutsche Literatur » est ipso facto « Nationalliteratur », l’Autriche fait partie d’une Sprachnation et d’une Kulturnation germanique pour ne pas dire allemande. Au regard de cette définition en apparence évidente, la notion de littérature autrichienne apparaît comme un mythe identitaire et peut-être même comme une confusion intellectuelle. Pourtant le sentiment de parler une langue différente de celle des Allemands est sans aucun doute la base du sentiment d’identité autrichien. Au sarcasme de Treitschke répondent les moqueries des intellectuels autrichiens depuis le xviiie siècle contre la Hochsprache allemande considérée comme Protestantischer Dialekt (l’expression est de Grimm lui-même). La résistance à la germanisation à l’époque de Marie-Thérèse et de Joseph II était bien entendu surtout le fait des nationalités autres qu’allemande de la monarchie habsbourgeoise mais elle concernait aussi les couches populaires et la petite bourgeoisie germanophone des territoires de la monarchie qui ressentaient désagréablement cette homogénéisation linguistique placée sous le « Diktat de la Hochsprache » allemande.

  • 6  Walter Weiss, Literatur-Sprache, in Sprachkunst, 1994, vol. XXV, n° 1, p. 3-15.

15Du point de vue autrichien, tel qu’il s’affirme depuis l’époque de Grillparzer, il faudrait parler d’une germanophonie au même sens que celui qu’on donne à la notion de francophonie. Sur un socle linguistique commun se seraient développées des variantes nationales et régionales si profondément différentes dans leur phonétique et parfois dans leur vocabulaire et leur syntaxe du français de France que l’idée de la normativité d’une langue nationale aurait perdu son sens. Il vaudrait mieux parler d’un processus de différenciation et d’intégration, selon la formule de Walter Weiss6.

  • 7  Wolfgang Pollack, Was halten die Österreicher von ihrem Deutsch ? Eine sprachpolitische und sozios (...)
  • 8  Cf. Wendelin Schmidt-Dengler, Und es gibt sie noch. Deutsche bzw. « teutonozentrische » Literaturg (...)

16Y a-t-il une langue autrichienne ? Oui, si l’on en croit les plus fins lecteurs de Grillparzer d’Adalbert Stifter ou de Thomas Bernhard. Beaucoup de très fins linguistes, tel Wolfgang Pollack7, croient à la notion d’une langue autrichienne qui ne se limite pas à quelques particularismes réunis dans le célèbre fascicule de Duden Wie sagt man in Österreich ? Ce débat sur la langue autrichienne comme différente de la langue allemande est difficile à trancher mais il a le mérite de mettre en doute certains stéréotypes allemands qui ont acquis depuis la fin du xviiie siècle la force de l’évidence. Ainsi l’idée même de « Deutsche Nationalliteratur » est mise en question par le débat sur la spécificité de la littérature autrichienne. On peut ajouter à ces différenciations le fait que la monarchie habsbourgeoise, bien plus que le Reich allemand, comptait beaucoup de paysages littéraires non allemands que ce soit la littérature tchèque, hongroise, roumaine, slovènes, croates de langue allemande jusqu’à la fin du xviiie siècle ou que ce soit la littérature juive de langue allemande de Kafka et Canetti à Paul Celan. Ainsi la réflexion sur la langue et la littérature autrichienne permet d’affranchir la germanistique de la tyrannie du national8.

17Une approche possible de la définition de l’identité autrichienne au sein de la littérature allemande consiste à parler d’un système littéraire autrichien différent du système littéraire allemand. Le système littéraire autrichien se définit par exemple en termes de périodisation. Certaines grandes séquences de la littérature allemande comme le « Sturm und Drang » ou comme le naturalisme sont largement absentes ou au moins beaucoup moins effacées que dans la littérature allemande canonique.

18En revanche, certaines périodes telles que la période Biedermeier ou la modernité du tournant du siècle autour de 1900 ont en Autriche une forte régionalité qui rend ces périodes beaucoup plus originales et reconnaissables que leur équivalent du côté allemand. Le Biedermeier, en effet, est étouffé en Allemagne par la fin de la « Goethe-Zeit » tandis que la période 1900 apparaît en Allemagne comme plus dispersée et moins dense que le « Gesamtkunstwerk » de la modernité viennoise. Il n’y a pas que les différences de périodisation qui permettent de distinguer une histoire de la littérature autrichienne au sein de la littérature allemande au sens large. On peut par exemple déceler des genres spécifiquement autrichiens comme le Volkstheater dont l’importance du côté autrichien est sans équivalent du côté allemand et dont l’interaction avec le Nationaltheater, avec le Hoftheater, le Burgtheater du xviie au xxe siècle est une dimension particulièrement centrale de l’histoire du théâtre viennois et autrichien de Grillparzer à Thomas Bernhard. Un autre genre porté à sa perfection dans la littérature autrichienne est celui de l’essai qui trouve sans doute ses racines dans la culture du feuilleton des gazettes et journaux quotidiens viennois du xixe siècle et de l’époque 1900. Cet art de la forme courte, à la fois méditative, humoriste par sa polémique, atteint à sa quintessence et à sa perfection chez Karl Kraus, chez Robert Musil ou chez Henmann Broch.

19La grande spécificité du système littéraire autrichien est, bien entendu, liée à certaines thématiques. La thèse de Roger Bauer montrait comment, dans le théâtre populaire et dans le théâtre de cour, l’ordre de Dieu est le modèle auquel devrait se conformer l’ordre de la Société humaine. Il est habituel de présenter ce thème de l’ordre, de l’ordo divin, comme un thème récurrent de la littérature autrichienne. C’est au fond ce thème qui est au centre de la thèse de Claudio Magris Le mythe habsbourgeois et on la retrouve jusqu’à nos jours par exemple chez Robert Menasse dans le pamphlet intitulé Die sozialpartnerschaftliche Ästhetik de 1991 qui suggère que la littérature politiquement correcte des Autrichiens des années Kreisky et suivantes consiste à exalter l’aplanissement des contradictions, l’harmonie des contraires. Chez Magris comme un peu plus tard chez Menasse l’ordo divin dont parlait Roger Bauer se trouve ramener à des dimensions humaines, trop humaines puisqu’il s’agit surtout de l’ordre régi par la bureaucratie et par l’économie sociale de marché. Il est vrai que beaucoup d’écrivains autrichiens et de critiques s’insurgent contre l’idée de mythe habsbourgeois comme constante et comme caractéristique de la littérature autrichienne car le mythe habsbourgeois, lorsqu’il signifie une continuité nostalgique peut apparaître comme une faiblesse plus que comme une qualité de la littérature autrichienne.

  • 9  Tintenfisch 16, Berlin, Verlag Klaus Wagenbach, 1979.

20Contre ces visions, plusieurs tentatives ont été faites de parler d’une autre Autriche révoltée, critique, anarchiste, individualiste comme par exemple dans l’anthologie de Gustav Ernst et Klaus Wagenbach publiée en 1979 et intitulée : Literatur in Österreich, rot ich weiß rot9. Le danger auquel sont sensibles les écrivains eux-mêmes consiste dans la construction d’un canon littéraire autrichien qui sélectionne certains auteurs en fonction de certains préjugés. On l’a bien vu en cet automne 1995 lorsqu’il a fallu composer le « Schwerpunkt Osterreich » de la Foire du Livre de Francfort-sur-le-Main : seuls étaient invités les auteurs autrichiens répondant à certains critères de l’austriacité en littérature. Inversement, le fait d’être Autrichien en dehors de circonstances favorables comme ce Salon du Livre autrichien de Francfort peut être le prétexte à une exclusion du champ littéraire allemand au sens large.

  • 10  Petra Nachbaur et Sigurd Paul Scheichl, Literatur uber Literatur. Eine österreichische Anthologie, (...)

21L’anthologie Literatur über Literatur10éditée à l’occasion du « Millénaire de l’Autriche » rassemble une série de réflexions très diverses et très contradictoires sur l’ « austriacité » littéraire. Ces écrivains contemporains autrichiens, dans leur majorité, détestent l’estampille « littérature autrichienne » qui semble contester leur appartenance à la (grande) littérature allemande. Mais ils détestent également que l’on oublie leur spécificité autrichienne. On est même frappé par le retour d’un « patriotisme littéraire autrichien » depuis les années 1970.

  • 11  Joseph P. Strelka, Zwischen Wirklichkeit und Traum, Das Wesen des Österreichischen in der Literatu (...)

22On voit donc que le débat sur l’identité de la littérature autrichienne peut avoir des conséquences normatives qui conduisent à surestimer l’importance de certaines petites différences11 tout en faisant oublier les différences les plus profondes, celles qui font que des auteurs qui n’ont pas grand-chose de commun se retrouvent réunis à plusieurs décennies de distance, roman, poésie et théâtre confondus, dans quelques grandes rubriques de l’austriacité littéraire. C’est un véritable paradoxe : tantôt on attend d’un auteur autrichien une parfaite austriacité, tantôt on la lui reproche comme un provincialisme qui le couperait du marché de l’édition, des médias et du public des librairies. Voilà pourquoi depuis les origines de ce débat de germanistes, l’écrivain autrichien s’est régulièrement révolté contre l’impératif d’écrire more austriaco tout en réclamant de l’Etat autrichien une reconnaissance spécifique. C’était déjà le cas de Grillparzer et c’est aujourd’hui le cas de ce cercle impressionnant d’écrivains et de littérateurs qui bénéficient d’un système de subventions et de bourses exceptionnellement développé dans la République d’Autriche.

  • 12  Cf. Gabriele Holzer, Verfreundete Nachbarn. Österreich-Deutschland. Ein Verhältnis, Vienne, Verlag (...)
  • 13  Comme le fait Karl-Markus Gauss, dans l’essai Ritter, Tod und Teufel, présenté au Salon autrichien (...)

23Un autre risque de la discussion sur l’identité autrichienne en littérature lorsqu’elle se concentre sur la différence entre l’Autriche et le monde allemand12 est de sous-estimer l’intérêt et l’importance d’autres phénomènes de transferts culturels. A trop exagérer l’importance de la tension germano-autrichienne13, on oublie que l’identité autrichienne est aussi une construction française, une construction italienne, suivant les contextes. On pourrait retracer — dans ces deux cas en particulier — mais aussi dans d’autres aires culturelles, la Russie, la République tchèque, etc., des traditions de discours sur la littérature autrichienne qui s’inscrivent dans une approche différenciée du monde allemand. Il faut voir aussi que cet intérêt pour la définition de l’identité autrichienne en littérature fait écho à un programme idéologique, à une véritable politique culturelle autrichienne qui commence à l’époque où les Habsbourg s’efforcent de consolider leur monarchie en inventant un sentiment d’appartenance supranationale, qui se poursuit à l’époque de la Ire République qui eut tant de mal à s’affirmer contre son puissant voisin allemand, et qui s’épanouit enfin sous la IIe République dont on peut dire qu’elle s’entend pour l’essentiel comme un Kulturstaat, comme un État-nation qui veut être jugé en particulier sur la qualité de sa politique culturelle. Ainsi le germaniste qui réfléchit à l’identité autrichienne en littérature doit prendre conscience de toutes les interférences politiques, idéologiques, historiques et de toutes les formes d’interculturalité qui rendent la discussion extrêmement complexe.

  • 14  Zoran Konstantinovié, Figuration mitteleuropäischer Geistigkeit. Versuch einer literarhistorischen (...)

24Une autre approche de l’identité autrichienne en littérature consiste à s’interroger sur la place de ce système littéraire autrichien dans le grand ensemble centre-européen depuis que se sont formées des littératures nationales en langues tchèque, hongroise, polonaise, etc. Cette approche de la littérature autrichienne dans le contexte d’un comparatisme centre-européen fait apparaître des régularités (périodes, thématiques, etc.) qui rattachent la littérature autrichienne à un ensemble centre-européen tout aussi étroitement sinon plus qu’à un ensemble allemand. Pour cerner cette appartenance de la littérature autrichienne à un ensemble centre-européen, on peut se reporter aux grands ouvrages encyclopédiques publiés ou commencés à l’époque de la monarchie habsbourgeoise. Ainsi la monumentale « deutsch-österreichische Literaturgeschichte » de Nagl-Zeitler-Kastle qui présente la littérature autrichienne des territoires actuels de la République d’Autriche dans le contexte d’une vertigineuse variété de paysages littéraires de langue allemande au centre de l’Europe. On peut dire que l’idée nadlérienne d’un régionalisme des paysages littéraires autrichien sera le prolongement de cette approche de la « Deutsch-Österreichische Literaturgeschichte ». Plus récemment, quelques travaux particulièrement remarquables de comparatistes tels que Zoran Konstantinowitsch ou de Gyorgy Vajda14 auront mis en lumière les possibilités d’une approche situant la littérature autrichienne dans le contexte de la Mitteleuropa. De même, l’historien Moritz Csáky, lorsqu’il parle de la pluralité comme de trait le plus spécifique de l’identité historique de la monarchie habsbourgeoise, ouvre des pistes extrêmement utiles. Il reste qu’il n’est pas interdit de poser la question quelque peu malicieuse de savoir si ces théories de la pluralité centre-européenne comme marque de reconnaissance de l’identité autrichienne en littérature n’est pas tout simplement l’habillage scientifique du mythe habsbourgeois dont parlait Claudio Magris. Une autre façon de formuler le programme qui n’était peut-être qu’un rêve du prince Eugène : faire de la marquetterie des peuples et des langues une totalité, ein totum cohérent.

  • 15  Stefan H. Kaszynski, Identität, Mythisierung, Poetik. Beiträge zur österreichischen Literatur im 2 (...)

25Certains des meilleurs essais critiques sur la notion de « littérature autrichienne » sont dus aux germanistes de « Mitteleuropa ». On peut citer par exemple Stefan H. Kaszynski, directeur de l’Institut d’études germaniques de l’Université de Poznan, dont la contribution à une définition de l’austriacité en littérature est essentielle. Kaszynski analyse des formes (le fragment, l’aphorisme) ou des thèmes (le château) que la « littérature autrichienne » a développés plus qu’aucune autre15.

  • 16  Die einen raus — die anderen rein. Kamon und Literatur : Vorüberlegungen zu einer Literaturgeschic (...)
  • 17  Wendelin Schmidt-Dengler, Bruchlinien. Vorlesungen zur österreichischen Literatur 1945 bis 1990. S (...)

26Le problème identitaire a sans aucun doute obnubilé la germanistique autrichienne et dans le monde entier les germanistes qui se consacrent à un corpus de littérature dite autrichienne, mais ce problème identitaire a paradoxalement suscité des débats théoriques originaux et inédits. En particulier cette réflexion aboutit nolens volens à une contestation permanente des grandes simplifications de l’histoire de la littérature proposées par les germanistes allemands. La réflexion sur l’austriacité en littérature amène à soumettre au doute méthodique le socle idéologique de la Germanistik et de la Nationalliteratur érigé en dogme depuis la fin du xviiie siècle. Mais dès que la notion de littérature autrichienne se transforme en canon16, en convention, en fausse évidence, elle devient stérile et superflue. C’est ce qui explique qu’un des meilleurs spécialistes de la question, Wendelin Schmidt-Dengler, en parle toujours avec une sorte de mauvaise humeur17. Face à ceux qui négligent la spécificité autrichienne, le germaniste autrichien a tôt fait de récapituler quelques vérités premières. Face à ceux qui ressassent l’identité autrichienne jusqu’à la réduire à un stéréotype invérifiable, le même germaniste oppose le doute méthodique.

27Je terminerai sur deux remarques : l’une consisterait à mettre en parallèle le cas de l’Autriche et celui de la Suisse, car la Suisse de langue allemande a, elle aussi, produit une littérature habitée par un très fort sentiment de sa différence voire de son appartenance à un ensemble national helvétique. Mais en Suisse, les germanistes ou du moins les plus grands entre eux, n’ont pas prioritairement étudié la littérature suisse. Que l’on songe à Steiger, à Pestalozzi, à Peter Szondi : s’intéressaient-ils à la littérature suisse ou à la grande littérature européenne tout court ? Au contraire, en Autriche, les germanistes, et même les plus excellents d’entre eux, sont poussés à se consacrer à la littérature autrichienne et à se concentrer sur sa défense et son illustration.

28Ma dernière remarque consistera à suggérer que l’on s’affranchisse de la tyrannie du mot « identité ». Ce mot est peut-être en lui-même un piège s’il implique des notions de permanence et des notions de solidité à travers les siècles et les États. Ce n’est certainement pas en ce sens que l’on peut parler d’une identité littéraire autrichienne. Mais l’on peut sans aucun doute parler d’une spécificité d’un système littéraire propre à l’Autriche.

Haut de page

Notes

1  Österreich-Zeitschrift für Geschichte, éd. par Wilhelm Bauer, Verlag von L. W. Seidel Sohn in Wien, première année, 1917, n° 1, portant sur la couverture la date 1918-1919.

2  Nous traduisons par race le mot « Volksstamm » qui, dans d’autres contextes, signifie la nationalité.

3  L’histoire de ce débat a été analysée par Roger Bauer, Österreichische Literatur oder Literatur aus Österreich ?, in Deutschland und Österreich. Ein bilaterales Geschichtsbuch, éd. par Robert A. Kann et Friedrich Prinz, Vienne, Jugend & Volk, 1980, p. 264-287.

4  Walter Weiss, Ausblick auf eine Geschichte österreichischer Literatur, in Literaturgeschichte : Österreich, Prolegomena und Fallstudien, éd. par W. Schmidt-Dengler, J. Sonnleitner, K. Zeyringer, Berlin, Erich Schmidt Verlag, 1995

5  Gerald Stourzh, Der Umfang der österreichischen Geschichte, in Probleme der Geschichte Österreichs und ihrer Darstellung, éd. par Herwig Wolfram et Walter Pohl, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1991, S. 3-27.

6  Walter Weiss, Literatur-Sprache, in Sprachkunst, 1994, vol. XXV, n° 1, p. 3-15.

7  Wolfgang Pollack, Was halten die Österreicher von ihrem Deutsch ? Eine sprachpolitische und soziosemitische Analyse der sprachlichen Identität der Österreicher, Vienne, Institut fur Sozio-Semiotische Studien, 1992.

8  Cf. Wendelin Schmidt-Dengler, Und es gibt sie noch. Deutsche bzw. « teutonozentrische » Literaturgeschichten lassen den Eindruck entstehen, als ob die österreichische Literatur ein Fall für die Devianzforschung sei, in Falter, Vienne, Nr. 41, Beilage, S. 20

9  Tintenfisch 16, Berlin, Verlag Klaus Wagenbach, 1979.

10  Petra Nachbaur et Sigurd Paul Scheichl, Literatur uber Literatur. Eine österreichische Anthologie, Graz, Styria, 1995. Déjà le recueil Fur und wider eine österreichische Literatur, éd. par Kurt Bartsch, Dietmar Goltschnigg, Gerhard Melzer, Königstein, Athenäum, 1982, montrait que l’ « austriacité » fonctionne comme une exclusion autant que comme distinction.

11  Joseph P. Strelka, Zwischen Wirklichkeit und Traum, Das Wesen des Österreichischen in der Literatur, Tübingen-Bâle, Francke Verlag, 1994, va jusqu’à parler de « l’essence » autrichienne. Pour ne pas dire « l’âme » autrichienne...

12  Cf. Gabriele Holzer, Verfreundete Nachbarn. Österreich-Deutschland. Ein Verhältnis, Vienne, Verlag Kremayr & Scheriau, 1995. Gabriele Holzer cite comme exemple de l’annexionnisme allemand une anthologie de 1991 intitulée Deutschland erzählt : Von Rilke bis Handke.

13  Comme le fait Karl-Markus Gauss, dans l’essai Ritter, Tod und Teufel, présenté au Salon autrichien de la Foire du Livre de Francfort de 1995.

14  Zoran Konstantinovié, Figuration mitteleuropäischer Geistigkeit. Versuch einer literarhistorischen Periodisierung, in Deutsche Literatur Ostmittel- und Südosteuropas, éd. par Anton Schwöb, Munich, Südostdeutsches Kulturwerk, 1992 ; György M. Vajda, Wien und die Literaturen in der Donaumonarchie. Zur Kulturgeschichte Mitteleuropas 1740-1918, Bohlau, 1994.

15  Stefan H. Kaszynski, Identität, Mythisierung, Poetik. Beiträge zur österreichischen Literatur im 20. Jahrhundert, Poznan, Presses de l’Université Adam Mickiewicz, 1991.

16  Die einen raus — die anderen rein. Kamon und Literatur : Vorüberlegungen zu einer Literaturgeschichte Österreichs, éd. par W. Schmidt-Dengler, J. Sonnleitner, K. Zeyringer, Berlin, Erich Schmidt, 1994.

17  Wendelin Schmidt-Dengler, Bruchlinien. Vorlesungen zur österreichischen Literatur 1945 bis 1990. Salzbourg-Vienne, Residenz, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Rider, « Peut-on parler d’une littérature autrichienne ? », Revue germanique internationale, 8 | 1997, 201-211.

Référence électronique

Jacques Le Rider, « Peut-on parler d’une littérature autrichienne ? », Revue germanique internationale [En ligne], 8 | 1997, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/654 ; DOI : 10.4000/rgi.654

Haut de page

Auteur

Jacques Le Rider

Professeur de littérature allemande à l’Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org