Navigation – Plan du site

Heinrich Heine et Annette von Droste-Hülshoff Deux poètes d ‘Allemagne

Bernd Kortländer
Traduction de Florence Baillet
p. 151-165

Résumés

L’article tente un rapprochement entre deux poètes que l’on a peu l’habitude de nommer à la suite l’un de l’autre, Heinrich Heine et Annette von Droste-Hülshoff. Cette comparaison de deux figures majeures de la poésie allemande du Vormärz permet de faire ressortir, à travers leur dissemblance radicale, les spécificités de chacune. Du point de vue de l’œuvre même les différences sautent d’emblée aux yeux. A la musicalité et à l’élégance de Heine s’oppose du côté de Droste une langue qui renonce à l’harmonie au profit de la précision. Alors que Heine attribue à la poésie une place au sein de la société, Droste prône un retrait de la société et une concentration sur la nature. Tous les deux ont le sentiment de vivre dans une époque de transition, mais au pessimisme de Droste correspond chez Heine l’image positive d’une société à venir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les chercheurs qui travaillent sur Droste, après avoir longtemps préféré la date du 10 janvier, se (...)

1Annette von Droste-Hülshoff et Heinrich Heine sont nés la même année : l’une (vraisemblablement) le 12 janvier et (de manière certaine) en 1797, l’autre (vraisemblablement) le 13 décembre et (vraisemblablement) en 17971.

2On trouvera difficilement dans l’histoire de la littérature allemande deux figures qui, au premier comme au second coup d’œil, ont si peu en commun. Leurs vies respectives s’opposent jusque dans les moindres détails ou presque ; pas une seule ligne de l’œuvre de l’un ne semble conciliable avec l’œuvre de l’autre.

3D’un côté, on a une demoiselle catholique, issue de la vieille noblesse, pieuse et souffreteuse. Elle vit retirée du monde, dans la banalité et la solitude de la campagne, n’a jamais fréquenté d’école publique ; peu de partenaires de dialogue, des provinciaux pour la plupart, peu de voyages notables, peu d’enthousiasmes, peu de possibilités de s’enthousiasmer. Son œuvre a rarement été éditée, à peine lue et à peine remarquée par la critique.

4De l’autre côté, un libre-penseur libéral, descendant de la « vieille noblesse juive », pourfendeur des religions, atteint d’une grave maladie, dans laquelle il ne sombre que petit à petit. Il est curieux du monde, vit dans les grandes villes, en dernier lieu à Paris, la capitale du monde civilisé, voyage à travers l’Europe entière ; docteur en droit, familier de nombreuses célébrités de l’époque, il est pris dans un tourbillon de distractions et est à peine en mesure de travailler. C’est un auteur célèbre dans toute l’Europe, l’écrivain allemand le mieux payé, faisant les plus gros tirages, constamment le centre de violentes polémiques de la presse.

  • 2  Droste connaissait évidemment le nom et une partie de l’œuvre de Heine, dont les Nouveaux poèmes é (...)
  • 3  Cela concerne par exemple les différentes études de Wilhelm Gossmann, qui tente de se pencher sur (...)
  • 4  La recherche philologique sur ces deux auteurs est parvenue ces dernières années à des résultats i (...)

5Cette confrontation révèle bien plus que le fossé séparant l’univers des hommes de celui des femmes au xixe siècle. On dirait presque que Droste et Heine ont vécu sur deux planètes ou du moins dans deux Allemagnes distinctes2. Il est donc difficile de parler de ces deux auteurs ensemble et des écueils sont à éviter : une perspective si large que tout devient flou sans distinction possible ou, au contraire, une vue rapprochée au point que les différences ne sont plus perceptibles3. Et pourtant il vaut la peine de comparer ces deux représentants majeurs de la littérature allemande du Vormärz, qui ont marqué, surtout grâce à leur poésie, la littérature de leur temps, entre les bouleversements de 1815 et ceux de 1848, d’une manière qui nous paraît aujourd’hui essentielle. Une telle comparaison, soulignant la diversité présente au sein d’une même époque, permet de faire ressortir l’unicité et l’originalité de l’un sur le fond de ce qui lui est totalement différent, l’autre4.

Le cœur et la vie

6Dans l’histoire de leur vie, Heine et Droste se rencontrent sur un point : l’affection sans bornes qu’ils vouent à leurs familles. La famille de Droste-Hülshoff, des nobles de Westphalie, dont la parenté connaît des ramifications infinies, jouait un rôle identique à celui de la grande famille juive des Heine : elle formait un réseau dense qui vous récupérait en cas de difficultés.

7D’autres détails concordent : la structure interne de ces familles, telle qu’elle est perçue et décrite par les deux auteurs, révèle des ressemblances frappantes. Tous deux ont perdu leurs pères relativement tôt, Droste en 1826, Heine en 1828, et ont livré des portraits littéraires du père, qui le transfigurent rétrospectivement et se montrent étonnamment semblables. Heine écrit dans ses Mémoires que la beauté de son père a quelque chose de féminin :

  • 5  DHA XV, 80 et s. S’il n’y a pas davantage de précisions, la traduction des citations est de F. Bai (...)

Une joie de vivre sans limites, voilà le trait principal du caractère de mon père. Il était un jouisseur invétéré, une humeur gaie, une kermesse perpétuelle dans l’âme (...) C’était vraiment un grand enfant, doté d’une naïveté enfantine, qui pouvait très facilement passer pour de la simplicité auprès de ces virtuoses de la raison mais trahissait parfois, par quelque sentence profonde, une intuition des plus remarquables5.

8Droste s’efforce de camoufler encore plus les portraits de ses parents et les cache dans les emboîtements de récits de son fragment en prose Bei uns zu Lande auf dem Lande [Chez nous à la campagne]. Le propriétaire terrien est décrit comme suit :

  • 6  HKA V, 1, 144-146.

Imaginez un grand homme imposant, dont les mains quasi féminines et la petite taille du pied font un contraste étrange avec les larges épaules et la large poitrine (...) La bouche et le menton d’un enfant, la peau la plus blanche qui soit et qui détonne sur un visage d’homme, des bouclettes enfantines sur la tête (...) J’ai d’abord sous-estimé son intelligence, il a une grande part dans la poésie tranquille de cette contrée, ce qui compense presque le manque de véritable esprit. (...) Par ailleurs, il cultive de nombreux violons d’Ingres, tous d’une originalité enfantine (...)6.

  • 7  DHA XV, 62 ; 64 et s.

9Ces portraits produisent tout leur effet quand on les confronte avec les figures maternelles, lesquelles dans les deux cas, comme en témoignent des documents et non seulement des sources littéraires, représentent la position dominante, le côté fort, celui de la vie pratique. Les mères des deux auteurs leur ont planifié et organisé leur éducation. Heine déclare dans ses Mémoires : « Elle joua le rôle principal dans mon évolution (...) Sa raison et sa sensibilité étaient la santé même et ce n’est pas d’elle que j’héritais le sens du fantastique et du romantisme. »7 Droste écrit, à propos de la femme du propriétaire terrien de Bei uns zu Lande auf dem Lande :

  • 8  HKA V, 1, 138 et 145.

(...) Cette femme a sans nul doute un niveau intellectuel plus élevé que son mari ; cependant il est rare de voir le cœur à ce point respecté par la raison (...) L’impulsion provient en général de Madame, qui aimerait bien sortir des gens tout ce qu’ils ont en eux – mais le talent vient de (...)8.

  • 9  DHA XV, 62.

10Les deux mères n’ont pas particulièrement encouragé les ambitions littéraires de leurs enfants. La mère de Droste a mis de côté sans faire de commentaire la première partie de l’Année religieuse qui lui était dédiée, et jamais il n’est question de littérature dans les longues et nombreuses lettres de sa fille. La description par Heine des projets professionnels que nourrit sa mère à son sujet culmine avec la phrase sur le métier de poète : « (...) elle avait en effet très peur à l’époque que je veuille devenir poète ; c’était la pire chose, disait-elle, qui puisse m’arriver. »9 Et jusqu’à la fin, la mère de Heine s’intéresse plus aux conditions de vie de son fils dans le lointain Paris qu’à ses livres.

11Heine et Droste ont même choisi des mots semblables pour dépeindre cette constellation familiale, où viennent se fondre d’une façon étrange des faits biographiques et des artifices littéraires : à travers les figures maternelles et paternelles s’opposent deux principes de vie, la raison et le cœur.

  • 10  Ce passage connu de Goethe est tiré des Zahme Xenim : « Vom Vater hab ich die Statur, / Des Lebens (...)

12Heine s’amuse ainsi à calquer sa propre biographie sur le schéma fondamental de l’histoire des idées, l’opposition entre le corps et l’esprit, entre le sensualisme et le spiritualisme, et ne cessera d’y revenir dans son œuvre ; de plus, il peut établir un autre parallèle, reposant sur une contradiction subtile, entre sa propre biographie et celle de Goethe10. Les termes de « raison » et de « cœur » ont, il est vrai, une signification très variable chez lui ; le cœur en particulier représente tantôt, comme chez Droste, la sensibilité poétique tout simplement (« Doucement à travers mon cœur »), tantôt le noyau irrationnel de l’âme allemande : « Des profondeurs du cœur jaillit / La haine allemande ! Qui grossit » (De ce côté et de l’autre côté du Rhin).

13Droste exprime, à travers cette constellation de personnages et la tension entre raison et cœur qui lui est associée, le drame de son existence, la rupture de l’unité entre la vie et l’écriture. Ce n’est pas le père cordial et compréhensif, le prototype dans une certaine mesure d’une approche poétique du monde (selon la signification accordée au cœur dans le poème « Gemüt »), mais la mère raisonnable, forte et admirée, qui marque la vie de Droste, avec toutes les attentes et les souhaits qu’on avait vis-à-vis d’elle et qu’elle avait vis-à-vis d’elle-même. La vie et l’écriture, comme le disait Heine, ne parvenaient pas à s’accorder chez elle. Elle ne put véritablement se décider ni pour l’un ni pour l’autre.

Globalisation et régionalisation

14Si l’on poursuit la comparaison entre la famille de Heine et celle de Droste, on est frappé que subsistent, malgré les ressemblances de structure interne et de fonctionnement, des différences de statut et d’activités provoquées par leurs origines respectives : noblesse terrienne catholique ou noblesse financière juive. D’un côté, on trouve les Heine et van Geldern, pour la plupart des médecins, des banquiers, des commerçants brillants et réputés ; de l’autre, les von Droste-Hühlshoff, von Haxthausen, von Dros-te-Stapel, von Arnswaldt e tutti quanti, qui s’occupaient de l’exploitation et de l’administration de leurs biens ou vivaient de prébendes hérités en qualité de chanoines, de rentiers, etc. Pratiquement aucun n’a embrassé l’une des carrières de la bourgeoisie, à part l’oncle de Droste, professeur à Bonn ou bien son oncle par alliance Werner von Haxthausen, qui trouva une place chez les Prussiens dans l’administration publique. Cette noblesse avait dû céder à la bourgeoisie les rênes de la société. Droste elle-même s’est plainte parfois (et pas seulement pour l’accueil de ses poèmes) du caractère borné et de l’horizon étroit de la noblesse terrienne de Westphalie. C’était un monde très fermé, dont la poétesse faisait partie, était issue et tirait une part essentielle de son identité, un monde qui, après 1815, s’est encore davantage replié sur lui-même et fut en même temps contraint à l’isolement par l’évolution de la société. Heinrich Heine a publiquement tourné en ridicule ce milieu entre autres, en attaquant précisément ce Werner von Haxthausen et son traité, daté de 1833, Sur les fondements de notre Constitution :

  • 11  DHA VIII, 116.

(...) il y a quelques mois, m’a-t-on raconté, un hobereau de Westphalie, un maître-sot, doté je crois du nom de Haxthausen, a publié un essai, dans lequel il invitait le gouvernement royal de Prusse à prendre en considération le parallélisme mis en évidence par la philosophie dans le grand organisme universel et à établir des distinctions plus strictes en politique entre les différents états : en effet, de même qu’on trouve dans la nature quatre éléments : le feu, l’air, l’eau et la terre, il existerait aussi quatre éléments analogues dans la société : la noblesse, le clergé, les bourgeois et les paysans11.

  • 12  DHA XV, 60 et s.

15La famille de Heine, à l’inverse, représente plutôt un milieu curieux du monde, ouvert et en pleine ascension. La mère est une adepte de Rousseau et des Lumières, elle lit l’Emile, allaite elle-même ses enfants et obtient que son Harry, chose inhabituelle pour un enfant juif, suive les cours du lycée. C’est là que Heine, comme il le raconte lui-même, reçut « des cours dès ma treizième année sur tous les systèmes des libres-penseurs (...) par un respectable ecclésiastique (...) si bien que j’appris très tôt comment la religion et le doute pouvaient coexister tranquillement et sans hypocrisie »12. Cette ouverture, cette habitude du grand monde (relatives) se manifeste également dans les amitiés et contacts internationaux existant à l’intérieur de la famille, auxquels Heine put toujours avoir recours par la suite.

16Heine et Droste, ou plus exactement leurs familles et leurs milieux, incarnent effectivement deux sociétés allemandes distinctes, deux Allemagnes qui coexistaient dans la première moitié du xixe siècle : l’une figée, marchant à reculons, tournée vers le passé, une Allemagne de la noblesse, mourante ou déjà morte, et l’autre dynamique, allant de l’avant, s’orientant sur l’avenir, une Allemagne de la bourgeoisie, qui faisait pression sur un large front pour accéder au pouvoir dans la société.

  • 13  HKA V, 1, 153.
  • 14  DHA VII, 343.

17Un trait caractéristique permet de distinguer ces deux sociétés : le choix de la campagne ou de la ville. C’est dans les grandes villes que Heine, sa vie durant, s’est senti le mieux ; Droste n’en a jamais vu une seule. La disposition au voyage est un autre indicateur. Pour Droste, c’était plutôt une obligation inévitable et désagréable allant de pair avec la visite de parents. Dans son fragment en prose Joseph, elle écrit, résignée : « (...) Seuls les mourants et les occupants des asiles d’aliénés ont le droit de rester à la maison tandis que la mort et le voyage sont devenus deux passages obligatoires de la vie. »13 Selon Heine, en revanche, ses voyages européens représentaient la seule forme d’existence possible. Seul le voyage lui permettait de supporter l’immobilité paralysante qu’il ressentait en Allemagne après 1825 et qui provenait justement de la domination de cette caste de la noblesse. Le voyage devint pour lui ainsi que pour toute la génération des jeunes écrivains libéraux allemands une expression de la liberté personnelle. La littérature née de tels périples a donc de fortes connotations politiques, et les Tableaux de voyage de Heine, fondateurs du genre, se voulaient un combat contre les étroitesses d’esprit et les préjugés nationaux. Dans un fragment du Voyage de Munich à Gênes, il rêve d’une époque « où les nationalités disparaissent, où il n’existe plus de nations en Europe mais seulement des partis et où cette grande vérité n’a jamais été comprise plus profondément que dans une Allemagne multiple et cosmopolite, dans le pays qui a le premier et le plus profondément ressenti ce qu’était l’humanité »14. De même, dans l’avant-propos au « tableau de voyage en vers » Allemagne. Conte d’hiver, il a une vision, celle d’une humanité commune où viennent se fondre les nations, leurs oppositions et différences, et dans laquelle il lui sera complètement égal d’être allemand, français ou anglais.

  • 15  HKA V, 1, 153.

18Mais là où Heine voit l’accomplissement de tous les espoirs de délivrance terrestre et de toutes les promesses de la philosophie allemande et de la Révolution française, Droste considère qu’on touche à la fin de l’humanité. Avec un certain dédain et comme en écho négatif aux propos de Heine, elle écrit, dans le fragment Joseph : « Il n’y a plus de nations, seulement des cosmopolites. »15 A la différence de Heine, le terme de « nation » se réfère ici, chose caractéristique, à une petite unité, à la Westphalie, dont elle mentionne par ailleurs aussi les « particularités nationales ». Même quand la Droste parle de « patrie », c’est à la région qu’elle pense.

  • 16  HKA V, 1, 125.

Je suis une Westphalienne et une Westphalienne de souche, originaire du pays de Münster ! — Dieu merci, ajoutai-je (...) et ce, bien que depuis près de deux décennies, c’est-à-dire depuis que la vapeur fait de son mieux pour propulser l’enfant du pays au rang de citoyen du monde, il soit quasiment devenu coutume, par peur de paraître borné et rouillé, de dévoiler sans merci les faiblesses de l’Alma mater, qu’on nomme par ailleurs « patrie » et qu’on ne considérera bientôt que comme un lieu de naissance contingent16.

19Ainsi débute le récit général dans lequel s’insèrent les autres récits du fragment Bei uns zu Lande auf dem Lande.

  • 17  HKA v, 1, 48.

20Cette profession de foi sans ambiguïtés en faveur du régionalisme a un caractère programmatique. En écrivant, Droste cherche aussi à témoigner des possibilités humaines et de la valeur de ce choix de la région, d’une portion de monde circonscrite. Il s’agit de la dépeindre, d’en garder une trace avant que l’évolution historique ne l’emporte. Elle veut encore fixer par écrit une nature bientôt disparue et surtout des atmosphères, des sentiments, des attitudes, des points de vue, qui naissent au contact de cette nature menacée de disparition. « (...) Nous devons appréhender une dernière fois la singularité du présent avant que la chape poisseuse qui envahit peu à peu l’Europe n’ait aussi englué ce coin tranquille de la terre », peut-on lire dans les Descriptions de Westphalie17.

  • 18  DHA X, 340
  • 19  DHA X, 336.

21Ce conservatisme de Droste, à la différence de l’attitude ouvertement réactionnaire de sa caste, peut sembler tout à fait compréhensible à un lecteur d’aujourd’hui ; Heine lui-même se montrait indulgent face à une telle attitude, dont il partageait l’élan antibourgeois. Dans une de ses notes, il explique : « (...) là où le poète, autrefois, faisait de l’escalade pour aller écouter les rossignols, il y aura bientôt une route banale, une voie de chemin de fer sur laquelle hennira une chaudière à vapeur tandis qu’une société affairée filera à toute allure. »18 A un autre endroit, il parle de la poésie chassée par la « puanteur de l’éclairage au gaz »19. Cependant et malgré tout le scepticisme du regard qu’il porte sur le présent, Heine pariera toujours dans l’avenir sur une globalisation, laquelle s’effectuerait sous le signe des droits de l’homme proclamés par la Révolution.

22Il est curieux de voir ces deux auteurs défendre précisément deux positions qui nous concernent de si près aujourd’hui, à la fin du millénaire : globalisation contre régionalisation, la perte d’importance des unités nationales au profit d’unités plus grandes ou plus petites, ce sont là les thèmes favoris, ces dernières années, des congrès et articles en tout genre. Le village global est en partie une réalité de longue date sans pourtant, il est vrai, que les grands espoirs que lui associaient Heine n’aient seulement amorcé leur réalisation. Rien n’est venu jusqu’à ce jour démentir le scepticisme de Droste ; étant donné l’état des choses, c’est elle qui dispose pour le moment des meilleures cartes.

Du brio et des gribouillages.

  • 20  Voir Ecce Homo, dans Werke in zwei Bänden, Ivo Frenzel (éd.), Munich, 1967, vol. 2, p. 420.
  • 21  Fontane à Richard Schöne, 30 octobre 1890, dans Modeilfall der Rezeptionsforschung. Droste-Rezepti (...)

23Dès la première lecture, on perçoit le fossé qui sépare les deux auteurs sur le plan de la langue et de la forme : d’un côté, Heine, dont la poésie, mélodique à l’excès, fut mise en musique plus de 10 000 fois, un écrivain à la prose élégante, drôle et spirituelle, dont Nietzsche chanta les louanges, le qualifiant de « premier artiste de la langue allemande », « à cent mille lieues de tout ce que les Allemands ont pu faire d’elle jusqu’à présent »20 ; de l’autre côté, Droste, dont la poésie pesante, incompréhensible, est difficile à dire, encore plus à chanter. Fontane déclarait qu’elle ressemblait à des « portraits qui se mettraient à parler, alors que le peintre y a fait des gribouillages ou les a coloriés comme un enfant »21.

24Les différences dans ce domaine sont si évidentes et les particularités propres à chacun des deux auteurs ont été si souvent décrites que je ne m’y attarderai pas. Il peut être par ailleurs très plaisant et utile de jeter un coup d’œil sur les manuscrits, lieu où la différence entre les deux auteurs devient véritablement palpable.

  • 22  DHA I, 564.
  • 23  DHA I, 259.

25Mais comment apprécier ces différences ? Comment comprendre que l’un, malgré toute sa virtuosité, ne tombe pas dans la plate trivialité et que l’autre, attachée à une forme d’expression qui reflète les particularités de sa région, ne donne pas dans le pur dilettantisme ? Tous deux savaient visiblement qu’on « ment beaucoup trop en faisant de beaux vers »22, comme Heine l’écrit dans son avant-propos à la deuxième édition du Livre des chants, et tous deux évitent le danger, chacun à sa manière. Heine lève le voile sur son talent artistique, l’artificialité de son discours, son caractère construit, en l’incluant pour ainsi dire dans le mouvement du poème : « Ah mon Dieu ! Pour plaisanter / J’ai exprimé mes sentiments / La mort dans l’âme, j’ai joué / Le rôle du guerrier mourant », s’écrie-t-il dans le poème (n° 44) du cycle intitulé Le retour tiré du Livre des chants23.Dans les poèmes ultérieurs, Heine développe et renforce ce principe : il joue avec des pointes enflammées, des mètres grinçants, des rimes exotiques et des rythmes heurtés, donne la preuve de sa virtuosité. Il en est de même, du reste, pour son œuvre en prose, et les Tableaux de voyage, par exemple, interrogent constamment leurs propres principes de construction.

  • 24  Bruna Bianchi, Verhinderte Überschreitung. Phänomenologie der « Grenze » in der Lyrik der Annette (...)

26Quant à Droste, elle n’a pas du tout cherché à dissimuler les « cages métriques », pour reprendre le terme de Bruna Bianchi, dans lesquelles elle contraint plus ou moins violemment ses pensées et dont la grille impose à l’expression lyrique ces espaces vides, ces trous et ruptures, qui donnent une impression d’obscurité et de difficulté. Je cite à nouveau Bianchi : « C’est seulement sous le couvert d’un récit obscur et d’un rythme discordant, sous l’habit protecteur et dissimulateur de ces deux contradictions ouvertes, que la vérité peut apparaître. »24 Dans très peu de cas, par exemple dans le poème Dans l’herbe, Droste a bordé cet habit d’un « ourlet aux irisations colorées » et osé malgré tout quelque chose qui ressemble à un poème musical. Tout bien considéré, la mise en rimes du monde ne coule pas de source pour Droste, elle se heurte à des résistances extrêmes, nécessitant presque parfois la violence.

  • 25  Voir à ce sujet le travail de Paul Peters, Heinrich Heine « Dichkrjude ». Die Geschichte einer Sch (...)
  • 26  Anonyme, Gedichte von Annette Elisabeth von D. H., dans Die Eisenbahn, 25 janvier 1840, p. 13 (cit (...)
  • 27  Wilhelm Hamm, Die deutschen Schriftstellerinnen von 1830-1847, dans Frankfurter Konver-sationsblat (...)
  • 28  Emil Staiger, Annette von Droste-Hulshoff, Horgen-Zurich et Leipzig, 1933 (= Wege zur Dichtung, XI (...)

27On trouve au reste la confirmation de ces thèses dans les jugements négatifs portés, du vivant des deux poètes, par des critiques, lesquels constataient justement les traits caractéristiques décrits ici. La poésie d’amour de Heine, composée avec beaucoup de virtuosité et de brio, fut accusée très tôt par la droite comme par la gauche d’être une poésie du mensonge. Ce reproche persiste jusque chez Karl Kraus et, affaibli, chez Adorno ; il met le doigt sur un point nodal tout à fait essentiel dans la réception de Heine aujourd’hui encore25. Les premiers critiques de Droste lui firent grief de son épopée L’hospice sur le grand Saint-Bernhard, qui ressemblait à un « chemin de rondins cahoteux » tandis que sa prosodie rappelait « l’inventeur du célèbre crochet de Dresde (...) »26. Des critiques mieux disposés constatèrent en résumé que « la langue, le rythme et la rime ne parviennent pas toujours au degré d’achèvement et d’accomplissement qu’exigent l’art et l’artifice de nos jours (...) »27. Dès le début et jusqu’à l’époque des études germaniques, aux analyses d’Emil Staiger et en dernier heu de Clemens Heselhaus, qui est venu le réaffirmer28, Droste s’est vue attribuer l’étiquette de la dilettante géniale, une étiquette derrière laquelle elle put se cacher en toute sécurité jusqu’à aujourd’hui, bien mieux que Heine derrière sa virtuosité.

L’art et la nature

  • 29  DHA XV, 13.
  • 30  DHA XV, 121.
  • 31  Voir à ce sujet en particulier Gerhard Höhn, Heinrich Heine. Un intellectuel moderne, Paris, 1994.
  • 32  Heinrich Heine, Säkularausgabe, Weimar/Paris, 1970 et s. (citée HSA volume, page ; ici HSA, XXI, 2 (...)
  • 33  DHA XII, 25.
  • 34  DHA XIV, 48.
  • 35  DHA XIII, 297.

28Heinrich Heine fut, toute sa vie, ce dont il fait le constat rétrospectif dans ses Aveux d’un poète, un adversaire du romantisme (dans le sens de l’« école romantique ») et un romantique (quand le romantisme est synonyme d’un art poétique, fantastique, mais avant tout fibre et autonome) : « Malgré mes campagnes exterminatrices contre le romantisme, je suis moi-même toujours resté un romantique, et je l’étais encore plus que je ne le soupçonnais moi-même. »29 Ce rôle de destructeur et en même temps de conservateur et de rénovateur de la tradition, désigné dans le texte français par la formule « double mission de destructeur initiateur »30, est au centre des conceptions esthétiques de Heine tout comme de sa pratique poétique31. Il n’a cessé de se placer, par ses propos théoriques, dans la tradition des romantiques : « L’art a pour fin l’art de même que l’amour a pour fin l’amour, la vie a pour fin la vie », écrit-il le 23 août 1838 sur un ton sentencieux à son collègue Karl Gutzkow32, qui croyait devoir lui donner des conseils au sujet de ses poèmes érotiques ; et il affirme en 1843, dans le chapitre III d’Atta Troll : « Sans but est mon chant. Oui, sans but / Comme le sont l’amour, la vie, / Le créateur et son œuvre ! » A un autre endroit, il explique, en allant de nouveau complètement dans le sens d’une esthétique du génie, que le véritable poète possède de manière innée les idées et les lois d’après lesquelles il bâtit son univers artistique autonome. « En art, je suis un supernaturaliste »33, déclare-t-il, et il dira aussi : « Quelle est la chose suprême en art ? (...) la liberté de l’esprit consciente d’elle-même. »34 La nature offre tout au plus le matériau mais ne peut entrer en concurrence avec l’art. Le daguerréotype en apporte la preuve, d’après Heine. Il serait « un témoignage contre l’opinion erronée selon laquelle l’art est une imitation de la nature – la nature a elle-même prouvé qu’elle ne comprenait quasiment rien à l’art et que cela donnait un résultat pitoyable quand elle se commettait avec lui »35.

29De temps en temps seulement, par exemple dans le Voyage dans le Harz, Dieu reçoit l’éloge du critique Heine pour « l’œuvre d’art de la Création » : le paysage a l’air d’avoir été composé d’après un tableau ou même une description d’Heinrich Heine.

  • 36  DHA VIII, 45.
  • 37  DHA VIII, 218.

30L’insistance sur l’autonomie de l’univers artistique, la relation d’immédiateté entre cet univers et le créateur-poète peuvent irriter de la part d’un auteur qui s’est efforcé en même temps d’insérer la littérature dans le contexte général du rapport entre l’art et la vie (bourgeoise). Cette question du rapport entre l’art et la vie dans une société postrévolutionnaire avec une bourgeoisie en plein essor était en effet le grand thème de la jeune génération dont Heine fut proclamé le héros, et ce non seulement par les autorités répressives. La jeune génération avait dit adieu aux espoirs sociaux placés dans la poésie par la précédente : « (...) on exprime ce que l’époque ressent, pense, ce dont elle a besoin, ce qu’elle veut, telle est la matière de la littérature moderne », écrit Heine dans son Histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne36. Dans l’École romantique, il fait l’éloge des membres de la jeune génération d’écrivains allemands, et indirectement son propre éloge, parce qu’ils « refusent de faire la distinction entre la vie et l’écriture » et « ne sépareront jamais plus la science, l’art et la religion mais seront à la fois des artistes, des tribuns et des apôtres »37.

  • 38  DHA XII, 98.
  • 39  DHA XIV/1, 48.

31Avec le devoir de pratique, le concept de littérature prend une nouvelle dimension, ce qui n’entraîne, du moins selon Heine, ni la perte de son indépendance, ni par conséquent celle de ses racines romantiques. Le poète entra sur ce point en total désaccord avec la fraction républicaine autour de Ludwig Börne, qui exigeait un engagement partisan de la part de la littérature. Pour Heine, seul un art véritablement libre pouvait être aussi une expression de la liberté. « Il manque au discours sur la liberté la liberté du discours », plaisante –t-il dans De la France38. « Les véritables poètes ont toujours appréhendé les grands intérêts de leur temps autrement que dans des articles de journaux rimes » et se sont défendus quand on leur reprochait de « jouer les aristocrates »39. « La liberté et l’égalité du style », la démocratie en littérature, c’était aussi la fin de celle-ci. Heine tenait au contraire à une forme d’immédiateté de son écriture, ce qui voulait dire, selon la nouvelle définition de la littérature, qu’il ne manquerait pas d’imbriquer étroitement la littérature et la vie. La modernité que nous percevons à juste titre dans les « chants empoisonnés » de Heine tout comme dans le style de sa prose, ses ruptures, sa lucidité, ses moments de distance, est le résultat de cette forme d’immédiateté bien comprise.

  • 40  HSA XX, 250.
  • 41  Voir à ce sujet Bernd Kordànder, Poésie und Luge. Zur Liebeslyrik des « Buch der Lie-der », dans G (...)
  • 42  Caput XXVII, vers 41 et s.
  • 43  A Campe, 17 avril 1844, HSA XXII, 100.
  • 44  A Campe, 20 février 1844, HSA XXII, 96.

32On ressent déjà l’effet de cette nouvelle conception de la littérature dans les poèmes du Livre des chants. Le 7 juin 1826, Heine écrivait à Wilhelm Müller : « Dans mes poèmes (...), seule la forme a quelque chose de populaire, le contenu relève de la société conventionnelle. »40 Karl Immermann a souligné dans l’une de ses premières critiques qu’il fallait voir une métaphore politique dans les constantes variations sur la peine d’amour qu’offrent ces poèmes. Dans La Lorelei, le naufrage du batelier contre les écueils de la réalité est une allusion claire au caractère illusoire de cette scène dont l’artificialité est soigneusement mise en évidence. On peut être en particulier impressionné par le jeu maintes fois observé dans les premiers poèmes, entre pose et sentiment vrai, être et paraître, qui aboutit à ce que la possibilité d’une parole immédiate devienne elle-même l’enjeu du poème41. La nouvelle conception de la littérature, qui relie la tradition romantique à l’époque moderne, n’est véritablement perceptible qu’à partir des textes des années quarante et cinquante, par exemple dans les deux épopées en vers : Heine qualifie l’Atta Troll de « dernier / Chant libre du romantisme »42, celui-ci étant, il est vrai, parcouru de trilles modernes, et il attribue au Conte d’hiver un « romantisme politique », un caractère populaire et « la valeur constante d’une poésie classique »43, capable de porter le coup de grâce à une littérature partisane, ampoulée et prosaïque, donc précisément dénuée de romantisme, comme par exemple les « rimes politiques querelleuses »44 d’un Hoffmann von Fallersleben.

  • 45  A Christoph B. Schluter, 13 décembre 1838, HKA VIII, 332 et s.
  • 46  Voir à ce propos le travail de Ronald Schneider, Realismus und Restauration. Untersuchungen zur Po (...)
  • 47  DHA XII, 25.
  • 48  Friedrich Sengle, Annette von Droste-Hülshoff, dans Biedermeierzeit, vol. I, Stuttgart, 1971, p. 3 (...)
  • 49  Modellfall der Rezeptionsforschung, vol. 1, p. 62.
  • 50  A Elise Rudiger, 2 avril 1846, HKA X, 363.
  • 51  A Elise Rudiger, 24 juillet 1843, HKA X, 89.

33La position de Droste est complètement différente de celle de Heine, à commencer par son rapport au romantisme. Elle s’est certes livrée à une réflexion critique sur la tradition romantique, emploie le terme dans un sens semblable à celui de Heine : il est synonyme de « fantastique, nostalgique, rêveur et sentimental, pittoresque, bizarre ». Mais jamais elle ne s’est imaginée reprendre le flambeau de la littérature romantique. Au contraire, elle déclare dans une lettre à Schlüter, à propos de son amie Male Hassenpflug, adepte de l’« École romantique » qui tente de l’enthousiasmer pour ce type d’écriture : « (...) elle ne parviendra jamais à me faire écrire dans sa manière, que je n’apprécie guère. De plus, je n’ai absolument aucun talent en ce domaine, ce dont, dans son entêtement, elle ne veut pas se rendre compte. — Vous savez vous-même, cher ami, que je ne peux produire quelque chose qu’en étant fidèle à la nature, ennoblie par la poésie. »45 On a là le concept central de l’esthétique de Droste : la nature. Dès qu’elle parle d’art ou de sa propre écriture, ce qui n’arrive pas souvent, elle emploie ce terme46, par exemple dans le poème Aux femmes écrivains d’Allemagne et de France : « La nature s’approche de vous, de son pas innocent » et plus loin, elle poursuit : « Éveillez le luth le plus secret de la nature / Agenouillez-vous devant l’offrande miséricordieuse du sang » puis : « Vous les entendez, les plaintes étouffées / De la nature sacrée, devenue servante. » Les qualificatifs attribués ici à la nature – sacrée, secrète, innocente – éveillent tout de suite l’attention : il s’agit visiblement d’une instance qui échappe à la critique et au changement historique, du noyau auquel la religion apporte sa légitimation, la structure du monde. Dévoiler les secrets de la nature, déchiffrer ses règles et ses lois pour les rendre accessibles aux hommes, telle est la tâche de l’art selon Droste. C’est donc le contraire d’un univers artistique autonome, né de la force créatrice du poète, qui n’a rien d’un « supernaturalisme »47 souverain mais relève d’un « naturalisme chrétien »48, selon la juste formulation de Friedrich Sengle. Dans sa Caractéristique de l’année 1847, Levin Schücking a fait à ce sujet une remarque tout à fait convaincante et intéressante. Il écrit que Droste manque d’« idéalité » et devait pour cette raison nécessairement préférer un daguerréotype à un tableau de Raphaël49. C’est une jolie manière de mettre en évidence la différence avec la position de Heine, lequel donne explicitement la préférence au tableau. Dans la lutte de Droste pour une expression reflétant les particularismes régionaux, pour la plus grande exactitude possible de ses images, on reconnaît la tentative de livrer par les signes du langage la nature des choses et de l’homme : l’observation dans les moindres détails, hyperprécise, de la nature physique (natura naturata) devait en même temps permettre de dégager et contempler la structure de la création (natura naturans). On peut voir à quel point Droste se place au-delà de l’Histoire et même au-delà de l’histoire de la littérature lorsqu’elle estime que « le seul naturel (...) ne peut être ni une école ni une manière »50. Dans le poème Les Écoles, elle décline cette pensée sur tous les tons : face aux écoles historicistes et modernistes, le poète se réfugie dans l’ironie. On peut penser aussi au célèbre précepte de Droste, « de ne jamais travailler pour l’effet, de ne pas avoir de manière favorite, de ne jamais suivre d’autre guide à travers les méandres du cœur humain que la nature éternellement vraie et de regarder notre époque blasée et l’état des choses en leur tournant le dos »51.

  • 52  Voir le poème An die Schriftstellerinnen in Deutschland und Frankreich (Aux femmes écrivains d’All (...)
  • 53  Voir le poème Vor vierzig Jahren (Il y a quarante ans) ; au bout du compte, Droste a pu s’inspirer (...)

34Au lieu de se tourner vers son temps et de renouveler ainsi la poésie romantique, Droste se détourne avec mépris et détermination d’une époque où règne un seul Dieu, « le Dieu que l’on a dans son propre cerveau »52, où des jeunes gens vieux en leur for intérieur (« blasés ») donnent le ton et mettent en pièce tout sentiment « sous le fouet de leurs sarcasmes » pour finalement jouer « les rois mendiants » « dans le royaume des steppes »53. Elle refuse la modernité et, de même qu’elle a dû se replier sur sa région natale dans le choix de sa thématique, on peut dire que Droste parvient à des déclarations d’autant plus valables qu’elle met de détermination à se détourner effectivement de son époque « blasée » et fait référence avec ses textes à un point au-delà de l’Histoire. Pour avoir une idée de ce que cela donne quand elle aborde directement des questions d’actualité, on peut renvoyer à la rhétorique conservatrice des tableaux qu’elle fait de son temps ; pour savoir ce que cela aurait donné si elle s’en était tenue au programme de ses poèmes sur la poésie, il suffit de jeter un œil aux tentatives poétiques des dames de son entourage.

35On ne peut cependant dénier sur un point une certaine ressemblance structurelle entre Heine et Droste : tandis que le premier refuse tout engagement partisan au nom d’une liberté, qui, loin d’être une affirmation rhétorique, est anticipée dans chacun de ses textes, Droste, elle, refuse l’esprit du temps au nom d’un ordre nommé « nature », qu’elle ne se contente pas non plus de conjurer mais dont elle cherche à fixer les traces et les restes, l’écho, dans la rencontre avec le chaos de la nature, avec les multiples facettes du cœur humain et enfin, mais non en dernier lieu, dans la rencontre avec elle-même. Heine, au grand dam de bien de ses amis de gauche, ne veut pas se changer en héraut de la cause politique du jour mais tient à l’autonomie de l’art : il écrit des textes ouverts, leur implante de multiples signaux de rupture, des possibilités de distanciation, leur conférant de la sorte leur mobilité, leur légèreté, leur multitude de facettes et leur secret, ce qui leur permet dans une certaine mesure de figurer d’emblée leur message. De la même manière, Droste ne se livre pas dans ses textes réussis à une propagande cléricale et conservatrice parce qu’elle écrit, grâce à la précision impitoyable de sa langue au plus près possible de ses objets, pour ainsi dire sans filtre.

Le soleil et la lune

  • 54  DHA X, 327.

36Dans une note au sujet des poèmes de Ferdinand Freiligrath, Heine écrit : « L’essence de la nouvelle poésie – sa dimension de parabole – pressentiment et souvenir. »54

37Rapporté à l’Histoire, cela signifie pour lui : pressentiment du Nouveau, souvenir de l’Ancien. La fêlure du monde invoquée par Heine traverse justement le cœur du poète, et son écriture tourne autour de la suture entre ce qui n’est plus et ce qui n’est pas encore, tire de là sa force. Droste a décrit la nouvelle poésie à l’aide de catégories semblables, mais sans référence à l’Histoire :

  • 55  A Elise Rüdiger, 5 septembre 1843, HKA X, 98.

L’Allemand en revanche (du moins la jeune génération) prend d’habitude pour base quelque chose dont il ne doute qu’à moitié – quelque chose qui lui a donné le frisson lors de son récit, et c’est ce frisson, cette hésitation entre – une influence spirituelle ? – une forme de nature inexpliquée ? – un leurre involontaire ? – qu’il voudrait aussi donner à ses lecteurs55.

38C’est le point de départ type de l’écriture de Droste : cette zone crépusculaire entre le rêve et la veille, la mort et la vie, le temps et l’éternité, l’ordre et le chaos.

  • 56  DHA XV, 13.
  • 57  Voir les Aveux d’un poète, DHA XV, 55.

39Les deux auteurs sont très profondément marqués par la conscience qu’ils ont de vivre dans un royaume de transition. « Autour de mon berceau jouaient les derniers rayons de lune du xviiie et la première lueur de l’aurore du xixe siècle », écrit Heine dans ses Aveux d’un poète, et il poursuit : « L’ancienne école lyrique des Allemands a fermé ses portes avec moi, la nouvelle école, la poésie allemande moderne a été ouverte par moi. »56 Il se considérait comme une figure historique intermédiaire entre la tradition et la modernité, qui s’efforçait de sauvegarder au sein de la modernité les meilleurs morceaux de la tradition allemande, la philosophie et le Lied57.

40Droste elle aussi se voyait sur un seuil, entre les époques : elle y était assise mais tournait le dos à Heine. Dans le poème, Le Banc, il est dit à ce sujet : « Je reste assise des heures, comme envoûtée / Partagée entre Hier et Aujourd’hui (...). » Elle avait pris sa décision et, pleine de dédain, fait ses adieux à l’« époque blasée » de la modernité pour entreprendre un voyage dans le passé, dont elle espérait qu’il pourrait rejoindre son temps cent ans plus tard.

41L’antimodernisme de Droste, qui est en même temps radicalement antibourgeois, sa retraite hors du monde, menée jusqu’au bout et sur tous les plans, ses tableaux de la nature au moment de sa disparition ont beaucoup d’attraits pour un contemporain du monde postmoderne. De même, Heine ne propose pas un optimisme sans faille, il est – surtout à la fin – un utopiste pessimiste. Et lui aussi se veut un poète antibourgeois. Mais, contrairement à Droste, il conserve jusqu’au bout, malgré toutes les déceptions subies, notamment à la suite de la Révolution bourgeoise de 1848, une perspective historique, l’image positive d’une société à venir.

42Au risque de tomber dans le trivial, je voudrais en conclusion appliquer à ces deux auteurs la comparaison que fait Droste à la fin de son poème Lever de lune. Elle écrit : « Tu n’es pas un soleil, qui charme, éblouit / Vit dans des flots de feu, dans le sang finit, – / Tu es, tels, pour le chanteur malade, les vers, / Une étrange mais si douce lumière. » La lumière de la lune, douce et étrange, serait à l’image de l’écriture de Droste ; celle du soleil, éblouissante et exaltante, à l’image de l’écriture de Heine. En dépit de tous les abîmes métaphoriques, voilà qui me semble un résumé relativement juste.

Haut de page

Notes

1  Les chercheurs qui travaillent sur Droste, après avoir longtemps préféré la date du 10 janvier, semblent s’être désormais mis d’accord sur le 12 sans à vrai dire présenter d’arguments nouveaux. Voir à ce sujet le bilan dressé par Walter Gödden, Annette von Droste-Hülshoff. Leben und Werk. Eine Dichterchronik, Berne, 1994, p. 23. A propos de l’incertitude qui règne autour de la date de naissance de Heine, voir la dernière contribution de Jan-Christoph Hauschild lors du Congrès sur Heine tenu à Düsseldorf en 1997 (les Actes de ce Congrès sont sous presse).

2  Droste connaissait évidemment le nom et une partie de l’œuvre de Heine, dont les Nouveaux poèmes étaient parus en 1844 en même temps que ses Poèmes. Elle avait reçu en cadeau pour sa collection d’autographes un extrait manuscrit très admiré d’« Atta Troll ». Heine a délibérément évité de prendre Droste en considération.

3  Cela concerne par exemple les différentes études de Wilhelm Gossmann, qui tente de se pencher sur ces deux auteurs à la fois. La dernière en date est le volume : Heine und die Droste. Eine literarische Zeitgenossenschaft, Düsseldorf, 1996.

4  La recherche philologique sur ces deux auteurs est parvenue ces dernières années à des résultats importants et réjouissants. L’édition historique et critique de Heine est maintenant achevée, celle de Droste le sera bientôt aussi. On citera ces deux éditions en employant les abréviations suivantes : Heinrich Heine. Historisch-kritische Gesamtausgabe der Werke, Manfred Windfuhr (éd.), vol. 1-16, Hambourg, 1973-1997 est citée DHA volume, page ; Armette von Droste-Hiilshoff. Historisch-kritische Ausgabe. Werke. Briefwechsel, Winfried Woesler (éd.), vol. 1 et s., Tübingen, 1978 et s., citée HKA volume, page.

5  DHA XV, 80 et s. S’il n’y a pas davantage de précisions, la traduction des citations est de F. Baillet.

6  HKA V, 1, 144-146.

7  DHA XV, 62 ; 64 et s.

8  HKA V, 1, 138 et 145.

9  DHA XV, 62.

10  Ce passage connu de Goethe est tiré des Zahme Xenim : « Vom Vater hab ich die Statur, / Des Lebens ernstes Führen, / Vom Mütterchen die Frohnatur / Und Lust zu fabulieren. »

11  DHA VIII, 116.

12  DHA XV, 60 et s.

13  HKA V, 1, 153.

14  DHA VII, 343.

15  HKA V, 1, 153.

16  HKA V, 1, 125.

17  HKA v, 1, 48.

18  DHA X, 340

19  DHA X, 336.

20  Voir Ecce Homo, dans Werke in zwei Bänden, Ivo Frenzel (éd.), Munich, 1967, vol. 2, p. 420.

21  Fontane à Richard Schöne, 30 octobre 1890, dans Modeilfall der Rezeptionsforschung. Droste-Rezeption im 19. Jahrhundert. Winfried Woesler et al. (éd.), Francfort-sur-le-Main, 1980, vol. 1, p. 987.

22  DHA I, 564.

23  DHA I, 259.

24  Bruna Bianchi, Verhinderte Überschreitung. Phänomenologie der « Grenze » in der Lyrik der Annette von Droste-Hûlsboff, dans Ein Gitter aus Musik und Sprache. Feministische Analysen zu Annette von Droste-Hilshoff, Ortrun Niethammer et Claudia Belemann (éd.), Padeborn, 1993, p. 26.

25  Voir à ce sujet le travail de Paul Peters, Heinrich Heine « Dichkrjude ». Die Geschichte einer Schmähung, Francfort-sur-le-Main, 1990.

26  Anonyme, Gedichte von Annette Elisabeth von D. H., dans Die Eisenbahn, 25 janvier 1840, p. 13 (cité d’après Modellfall der Rezeptionsforschung, vol. II, p. 1669).

27  Wilhelm Hamm, Die deutschen Schriftstellerinnen von 1830-1847, dans Frankfurter Konver-sationsblatt, 15 juin 1847, p. 651 (cité d’après Modellfall der Rezeptionsforschung, vol. I, p. 101).

28  Emil Staiger, Annette von Droste-Hulshoff, Horgen-Zurich et Leipzig, 1933 (= Wege zur Dichtung, XIV) ; Clemens Heselhaus, Annette von Droste-Hulshoff. Werk und Leben, Dùsseldorf, 1971.

29  DHA XV, 13.

30  DHA XV, 121.

31  Voir à ce sujet en particulier Gerhard Höhn, Heinrich Heine. Un intellectuel moderne, Paris, 1994.

32  Heinrich Heine, Säkularausgabe, Weimar/Paris, 1970 et s. (citée HSA volume, page ; ici HSA, XXI, 292.

33  DHA XII, 25.

34  DHA XIV, 48.

35  DHA XIII, 297.

36  DHA VIII, 45.

37  DHA VIII, 218.

38  DHA XII, 98.

39  DHA XIV/1, 48.

40  HSA XX, 250.

41  Voir à ce sujet Bernd Kordànder, Poésie und Luge. Zur Liebeslyrik des « Buch der Lie-der », dans Gerhard Höhn (éd.), Heinrich Heine. Ästhetisch-politische Profile, Francfort-sur-le-Main, 2e éd., 1997, p. 195-213.

42  Caput XXVII, vers 41 et s.

43  A Campe, 17 avril 1844, HSA XXII, 100.

44  A Campe, 20 février 1844, HSA XXII, 96.

45  A Christoph B. Schluter, 13 décembre 1838, HKA VIII, 332 et s.

46  Voir à ce propos le travail de Ronald Schneider, Realismus und Restauration. Untersuchungen zur Poetik und epischem Werk der Annette von Droste-Hukhojf, Kronberg, 1976, ainsi que mon étude : Annette von Droste-Hülshqff und die deutsche Literatur. Kenntnis-Beurteilung-Beenflussung, Munster, 1979, en particulier le chapitre, p. 275 et s.

47  DHA XII, 25.

48  Friedrich Sengle, Annette von Droste-Hülshoff, dans Biedermeierzeit, vol. I, Stuttgart, 1971, p. 35 ; 261.

49  Modellfall der Rezeptionsforschung, vol. 1, p. 62.

50  A Elise Rudiger, 2 avril 1846, HKA X, 363.

51  A Elise Rudiger, 24 juillet 1843, HKA X, 89.

52  Voir le poème An die Schriftstellerinnen in Deutschland und Frankreich (Aux femmes écrivains d’Allemagne et de France).

53  Voir le poème Vor vierzig Jahren (Il y a quarante ans) ; au bout du compte, Droste a pu s’inspirer d’un auteur comme Heine pour ce portrait.

54  DHA X, 327.

55  A Elise Rüdiger, 5 septembre 1843, HKA X, 98.

56  DHA XV, 13.

57  Voir les Aveux d’un poète, DHA XV, 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernd Kortländer, « Heinrich Heine et Annette von Droste-Hülshoff Deux poètes d ‘Allemagne », Revue germanique internationale, 9 | 1998, 151-165.

Référence électronique

Bernd Kortländer, « Heinrich Heine et Annette von Droste-Hülshoff Deux poètes d ‘Allemagne », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/676 ; DOI : 10.4000/rgi.676

Haut de page

Auteur

Bernd Kortländer

Directeur adjoint du Heinrich-Heine Institut

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org