Navigation – Plan du site

Wilhelm Wundt. La « psychologie des peuples » et l’histoire culturelle

Michel Espagne
p. 73-91

Résumés

Nombreux sont les jeunes universitaires français qui contribueront de façon décisive à la fondation des sciences humaines en France au tournant du siècle à être passés par le séminaire de psychologie de Wilhelm Wundt à Leipzig. Ce dernier, venu de la physiologie, nommé professeur de philosophie, développa d’abord la psychologie expérimentale puis s’avisa du fait que la compréhension du psychisme individuel impliquait une complexe exploration du psychisme collectif et de son histoire. A partir de là, la psychologie des peuples devient un mode de fédération des sciences humaines naissantes. Elle donne en outre une impulsion radicale aux méthodes historiques dans la mesure où Karl Lamprecht y puise la légitimation d’une histoire dépassant la dimension politique pour intégrer l’art, le langage ou l’économie. L’histoire culturelle de Lamprecht est un prolongement de la psychologie de Wundt.

Haut de page

Texte intégral

1Le terme de Kulturgeschichte parfois en concurrence avec celui de Kulturwissenschaften sert actuellement à désigner un élargissement général de la germanistique, de la philologie ou de l’histoire littéraire à des données comme l’histoire de l’art ou l’anthropologie. Comme toujours il importe pour cerner le sens du terme d’en faire l’archéologie. Il est employé à la fin du xixe siècle pour indiquer une forme d’histoire qui, dépassant les simples séquences d’événements politiques ou diplomatiques, voire la simple histoire littéraire, envisage désormais les déterminations ethnologiques, l’économie, l’histoire intellectuelle, dans un ensemble global baptisé du nom de culture. Le souci de concrétiser secteur par secteur le projet hégélien, et la perception synthétique de la Renaissance italienne développée par Burckhardt ont été d’importants jalons dans la genèse du concept d’histoire culturelle. La psychologie et plus particulièrement la psychologie expérimentale a joué un rôle singulier dans l’avènement de cette perspective globalisante. Les faits psychiques individuels s’expliquent par des déterminations physiologiques d’un côté mais aussi par une sorte de psychisme collectif dont l’analyse renvoie, de manière parfois organiciste, au corps social global. Aussi paraît-il légitime d’envisager l’histoire culturelle à partir de la carrière intellectuelle d’un des fondateurs de la psychologie expérimentale, à l’Université de Leipzig, Wilhelm Wundt, et ce d’autant plus que c’est dans le milieu très particulier de l’Université de Leipzig à la fin du xixe siècle que s’opère la rencontre de la psychologie et de l’historiographie grâce au travail d’un élève puis collègue de Wilhelm Wundt, Karl Lamprecht. L’avènement de la Kulturgeschichte a certainement favorisé le développement presque concomitant de l’histoire de l’art qui dégage dans les ensembles désignés comme culture des styles qui en définissent l’identité et dont la méthode consiste souvent à mettre en relation les formes esthétiques et les textes littéraires ou les écoles philosophiques ou même l’histoire sociale et politique. La Kulturgeschichte, telle qu’elle se dessine à travers l’évolution de la réflexion sur la psychologie notamment dans les dérives nationalistes qu’elle a connues en Allemagne au xixe siècle, peut apparaître comme une tentative de décrire la genèse et le devenir d’ensembles considérés comme organiques parce que marqués par une même entité linguistique, ethnique, nationale. En fait, elle a aussi été une pensée de la pluralité et de l’interaction entre les aires culturelles ; les enseignants de l’Université de Leipzig dont le rayonnement auprès de l’étranger fut le plus marqué au tournant du xixe et du xxe furent précisément Wundt et Lamprecht. Phénomène né dans un contexte spécifiquement allemand, la Kulturgeschichte peut être abordée à partir de son impact à l’extérieur comme à partir de sa structuration propre.

La découverte de Leipzig et de Wundt par les français

  • 1  Voir M. Espagne, Die Universität Leipzig als deutsch-französische Ausbildungsstätte, in Von der El (...)

2Dans la période qui suit la guerre de 1870, les étudiants français les mieux formés qui jadis allaient compléter leurs études par un séjour à Rome ou à Athènes changent au moins partiellement de destination et se rendent en Allemagne. Ils sont animés par un souci d’espionnage scientifique et cherchent à transplanter dans le cadre d’une Université française découvrant la nécessité de la scientifisation des méthodes observées outre-Rhin. En même temps ils vont en Allemagne comme on va dans un pays ennemi et souhaitent relativiser les succès de l’Université allemande dans ses formes d’organisation1.

3En 1896-1897, les sciences historiques et philologiques ne disposent en France que de 318 enseignants contre 662 en Allemagne. Avec 64 enseignants dans ces disciplines, l’Université de Leipzig, étape presque incontournable dans les périples académiques français en Allemagne, occupe le second rang après Berlin mais l’emporte de beaucoup sur Halle, Munich et Strasbourg. Possédant 12 professeurs en histoire, Leipzig est mieux doté pour l’enseignement universitaire de cette discipline que Paris et même Berlin. La philosophie fait aussi partie des domaines fortement représentés.

4Fondée en 1409 d’une sécession de l’Université de Prague, l’Université de Leipzig a connu une première période de gloire au tout début des Lumières. C’est là que fut fondée la première revue scientifique allemande, les Acta eruditorum et qu’en 1688 Christian Thomasius lança la première revue en langue allemande, les Monatsgespräche. Leibniz y a fait ses études, de même que Christian Wolff, par la suite collaborateur fidèle des Acta eruditorum. Le professeur d’histoire puis de philosophie Johann Friedrich Christ, maître du philologue de Göttingen Christian Gottlob Heyne et d’une certaine manière précurseur de Winckelmann, voyageur à travers l’Angleterre et l’Italie, y développa un enseignement de l’esthétique. Au milieu du siècle, Georg Heinrich Zincke et Christian Gotthelf Gutschmid fondent le caméralisme qui va directement servir à redresser la vie économique et politique de la Saxe après la guerre de Sept ans. L’arabistique allemande se développe dès le xviiie siècle au sein de l’Université, tandis que les Prs Gottsched et Gellert donnent pour la première fois aux lettres allemandes un rayonnement européen. Lors du quatre centième anniversaire de la fondation de l’Université, en 1809, le philologue Christian Daniel Beck a fondé le séminaire de philologie. Le slaviste Leskien, l’orientaliste Fleischer, le sanskritiste Windisch, l’école linguistique des Junggrammatiker (Hermann Osthoff, Karl Brugmann), auprès desquels Ferdinand de Saussure fait ses études, contribuent à établir la réputation d’un centre universitaire qui ne fonde paradoxalement sa première chaire de romanistique, occupée par Adolf Ebert, qu’en 1862.

  • 2  Voir Horst Fuhrmann, Sind eben alles Menschen gewesen. Gelehrtenleben im 19. und 20. Jahrhundert. (...)

5Les Français qui viennent à Leipzig entre la guerre de 1870 et la guerre de 1914 ne séjournent pas tous très longtemps mais font souvent au terme de leur voyage un récit circonstancié de leurs expériences. Ce récit, souvent publié dans la Revue internationale de l’enseignement constitue un témoignage sur un regard admiratif d’étudiants ou de jeunes enseignants qui vont bientôt contribuer à l’orientation des sciences humaines en France. Il y a d’abord les historiens. Bien avant que Marc Bloch ne fréquente le séminaire de Karl Bücher au tournant du siècle et n’y découvre l’intérêt de l’histoire économique, Charles Seignobos, dès 1878, a suivi les cours des historiens de Leipzig en particulier von Noorden, l’élève de Ranke, et Wilhelm Friedrich Arndt, spécialiste de sciences auxiliaires et coéditeur très actif des Monumenta germaniae historica2. Il avait observé le fonctionnement du séminaire d’histoire et noté sa parenté avec les séminaires de philologie. Dix ans après Seignobos, Abel Lefranc, un des fondateurs des recherches françaises sur la Renaissance, avait suivi les cours de l’historien nationaliste Wilhelm Maurenbrecher dont Lucien Herr, en 1886, dresse une caricature cinglante. Abel Lefranc est vivement frappé par l’historien de l’art Anton Springer, premier titulaire d’une chaire d’histoire de l’art en Allemagne, à qui il prête une connaissance particulièrement approfondie de l’art français. Au cours d’exercices pratiques, le professeur invite ses élèves à commenter et dater des reproductions d’objets d’art. Le sociologue Georges Blondel vient à Leipzig en 1883 et reste impressionné par l’importance de l’enseignement dispensé. Avec quatre-vingt-onze heures de cours et 9 professeurs ordinaires, Leipzig offre un volume d’enseignements supérieur à celui de Paris. Au cours d’un voyage plus tardif, en 1895, Blondel s’intéresse au séminaire de sciences sociales. Emmanuel de Martonne, qui sera l’un des fondateurs de la géographie moderne en France et qui puise son inspiration au séminaire de Ratzel, est particulièrement marqué par le décloisonnement des disciplines qui permet à l’étudiant géographe de s’initier aussi à la philosophie, à l’ethnologie, à l’histoire, à la géologie. Indépendamment des remarques habituelles sur la richesse des fonds de documentation, de Martonne est frappé par les relations directes et relativement informelles qui règnent entre les géographes de Leipzig, une sorte d’éthique de la sociabilité.

  • 3  Voir notamment Werner Thiermann, Zur Geschichte des Leipziger psychologischen Instituts 1875-1945, (...)
  • 4  V. Henri, Les laboratoires de psychologie expérimentale en Allemagne, in Revue philosophique, déce (...)

6Pourtant la personnalité qui de loin attire le plus l’attention des visiteurs français est Wilhelm Wundt. Tous viennent pratiquement lui rendre visite. Ainsi Lucien Herr le rencontre le 15 octobre 1886. Il décrit dans son journal de voyage l’appartement de Wundt, les enfants, la balançoire dans l’entrée, les tas de livres, la tenue légèrement négligée du maître des lieux qui interroge Herr sur son avenir et vante le statut des privatdocents en Allemagne. Lucien Herr parle avec admiration à Wundt de sa logique et risque une plaisanterie : Quand Wundt va-t-il enfin publier une métaphysique ? Mais c’est à peine une plaisanterie, car Herr sent chez Wundt des tendances à la téléologie, il réprouve en particulier la volonté de transposer les règles kantiennes de la causalité au domaine de la vie psychique. La même année 1886 Emile Durkheim passe à Leipzig le semestre d’été. Il tirera de ses expériences leipzigoises la matière de deux articles : « La science positive de la morale en Allemagne » et « La philosophie dans les Universités allemandes ». A l’Institut de philosophie de Leipzig et auprès de Wundt Durkheim a visiblement trouvé matière à légitimer une réorientation de la philosophie. La tendance à spécialiser la connaissance philosophique, tendance qui culmine chez Wundt, séduit tout particulièrement Durkheim. Il est vrai que Wundt, en rompant avec la tradition métaphysique de l’Allemagne, s’est attiré sur place des inimitiés et que l’on connaît parfois mieux son nom à Paris qu’en Allemagne. L’Éthique de Wundt apparaît tout particulièrement à Durkheim comme une invitation à explorer de façon empirique les fonctions morales. A vrai dire la spécialisation, la division du travail, implique déjà un passage de la métaphysique aux sciences sociales. Et l’Institut de psychologie expérimentale de Wundt représente aux yeux de Durkheim un modèle de division du travail : il en rend compte en décrivant des expériences liées à l’étude de la perception sensible. Mieux que Lucien Herr, Durkheim accepte un élargissement de la psychologie expérimentale à la psychologie sociale sans se rendre encore compte pleinement du fait que la psychologie de la nation qu’il préconise n’est rien d’autre qu’une approche ethnologico-sociologique des phénomènes culturels. La science reine de la IIIe République apparaît ainsi dans une singulière proximité par rapport à l’empirisme psychologique des Leipzigois ou plutôt par rapport à l’élargissement social qui s’esquisse chez Wundt de cet empirisme psychologique. Membre de l’école durkheimienne et fondateur du solidarisme, le jeune Célestin Bougie, qui passe à son tour le semestre d’été 1894 à Leipzig, ne prend plus Wundt aussi au sérieux et se moque un peu de la masse des auditrices qui se pressent à ses cours, mais en dépit du ton persifleur lui non plus ne peut ignorer le rayonnement de l’Institut de psychologie. Passant par Leipzig, le philosophe Lachelier rend compte de l’enseignement de Wundt mais insiste aussi sur le rôle de l’élève de Herbart Drobisch dont il décrit l’enseignement pour les années 1878-1880. Gabriel Séailles, philosophe qui publie en 1882 un récit de son voyage à l’Université de Leipzig, approuve le tournant scientifique de la philosophie, incarné par Wundt, le médecin devenu philosophe parlant devant des médecins ou des physiciens. Même si le philosophe Elie Halévy est un peu plus réservé sur l’intérêt de ce tournant scientifique lorsque vingt ans plus tard, au tournant du siècle, il passe par l’Université de Leipzig, il ne manque pas de visiter le laboratoire de psychologie. Ce qui le frappe alors tout particulièrement c’est la présence majoritaire d’étrangers. Il y avait parmi eux des Américains, et le premier assistant de Wundt à Leipzig fut précisément l’Américain James Mackeen Cattell qui occupa par la suite une chaire de psychologie expérimentale à l’Université Columbia3. D’autres venaient de Russie ou des Balkans. Enfin, Élie Halévy remarque la présence du Français Henri qui a livré pour l’année 1893 une description détaillée et fort technique des 11 pièces composant l’Institut et des appareillages qui s’y trouvent rassemblés4. Ces récits étaient d’autant plus susceptibles d’intéresser le lecteur français soucieux d’une refondation des sciences humaines et sociales qu’on pouvait trouver autour de 1900 de nombreuses œuvres de Wundt en traduction. Il y avait les Nouveaux éléments de physiologie humaine (1872), le Traité élémentaire de physique médicale (1884), les Éléments de physiologie psychologique (1886), le traité Hypnotisme et suggestion (1893) et depuis 1894 paraissait L’Année psychologique qui dans son programme se réclamait expressément de Wundt.

7Comprendre l’importance de Wundt, c’est en même temps comprendre l’importance des sciences humaines et sociales ou philologiques et historiques à Leipzig à la fin du xixe siècle. Dans une Université dont le programme scientifique implicite se concentre sur les relations entre sciences expérimentales et philosophie, la psychologie va assurer une fonction de transition, puis, à mesure que la dimension expérimentale cède du terrain sans jamais disparaître, va devenir un lien entre les diverses sciences historiques. La présence de très nombreux étrangers comme le développement à Leipzig du comparatisme linguistique vont favoriser la dimension universaliste de la Völkerpsychologie.

L’autobiographie intellectuelle de Wundt5

  • 5  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, Stuttgart, Alfred Kröner Verlag, Stuttgart, 1920. Parmi les ouvr (...)
  • 6  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 191.
  • 7  W. Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahmehmung, Leipzig und Heidelberg Wintersche Verlagsbuch (...)
  • 8  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 201.

8Né en 1832 dans une famille de pasteurs près de Mannheim, Wilhelm Wundt a fait des études de médecine à Heidelberg. La forte impression provoquée chez lui par les cours de Bunsen le convainc de la nécessité de procéder lui-même à des expériences. Signalons un séjour à Berlin dans les années 1850 pour poursuivre des études de physiologie sous la direction, en particulier, d’Emile Du Bois-Reymond. Sa première publication date de 1858 et est consacrée aux mouvements musculaires. C’est aussi cette année-là que Wilhelm Wundt devient, à l’Institut de physiologie de Heildelberg, l’assistant d’Hermann Helmholtz. Cette relation montre bien les racines physiologiques de la réflexion de Wundt. Toutefois, alors qu’Helmholtz, passé à l’Université de Berlin, va déplacer son centre d’intérêt vers la physique, Wundt, dès son séjour à Heidelberg, apparaît soucieux de compléter sa formation philosophique, considérant que la perception ne peut s’expliquer exclusivement par des considérations physiologiques. « Depuis que j’ai reconnu que dans le domaine de la genèse du champ visuel la physiologie s’était égarée, je suis préoccupé par la question de savoir dans quelle mesure pour passer des sensations et des perceptions simples aux manifestations plus complexes de la vie psychique on doit chercher le secours des philosophes. »6 Au cours de ses investigations, Wundt rencontre tout particulièrement l’œuvre de Herbart, en particulier son ouvrage sur La psychologie comme science. Il ne tarde pas toutefois à lui reprocher d’enfermer la psychologie dans un mécanisme logique, de se désintéresser des relations entre ce mécanisme logique et les réalités de la vie psychique. Dès 1862, le passage de Wundt à la psychologie était définitivement consommé, et il publiait un écrit programmatique de la psychologie expérimentale, Contributions à la théorie de la perception sensible. Son objectif est moins de comprendre comment sont influencés les processus de conscience que d’en percevoir la causalité propre dont il estime, marqué par un certain spinozisme, qu’elle est parallèle à la causalité des phénomènes naturels sans qu’on puisse envisager une causalité commune. « De fait aucune science naturelle ne se limite aux objets de ses observations sensibles immédiates, mais la science essaie plutôt à partir d’eux de s’élever vers ce qui est situé derrière les phénomènes et peut être considéré comme leur arrière-plan commun ; une fois atteinte la nécessaire unité on pourra examiner aussi ce qui est inaccessible à l’observation proprement dite ou n’est accessible que de façon très fragmentaire. »7 Dans un contexte intellectuel très marqué par le néo-kantisme ambiant, le psychologue Wundt ne remet pas en cause l’existence des choses en soi, mais insiste sur l’autonomie et le caractère premier des phénomènes psychiques qu’il cherchera à transposer à d’autres domaines de la vie sociale. En 1874, Wundt, jusque-là Privat-docent, obtenait une chaire à l’Université de Zurich. Il y prononça un cours de logique et, pour la première fois, un cours de « psychologie des peuples ». Depuis le début des années 1860, tout en poursuivant ses travaux de psychologie expérimentale, il était en fait pénétré par la nécessité de compléter les recherches sur la vie psychique singulière par des études consacrées aux manifestations de la vie psychique collective : « Cette tâche m’apparut bientôt comme la plus éminente et en vérité comme la tâche ultime de la psychologie. »8 Mais pour l’heure il continua à se consacrer à la psychologie expérimentale.

  • 9  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 296.

9Wundt fut appelé comme professeur ordinaire à l’Université de Leipzig en 1875. Heinrich Ahrens, disciple de Krause passé à la philosophie du droit, Heinrich Ahrens qui, dans les années 1830, avait contribué par ses conférences à répandre la philosophie allemande dans la France de la monarchie de Juillet, venait de mourir en 1874. Moritz Wilhelm Drobisch, successeur de Wilhelm Traugott Krug et vieux disciple de Herbart, atteignait le terme de sa carrière et Leipzig, la seconde Université d’Allemagne après Berlin, devait renouveler l’enseignement de la philosophie. Après avoir songé à faire appel à Kuno Fischer de Heidelberg, l’Université opta pour diviser la chaire en deux postes de moindre envergure destinés à des professeurs moins renommés. L’un d’entre eux fut précisément Wilhelm Wundt. Sa biographie intellectuelle le prédestinait tout particulièrement à enseigner dans le cadre d’une Université qui, d’une part, mettait l’accent sur les relations entre sciences expérimentales et philosophie et, d’autre part, subissait l’impact de Herbart qui avait pour longtemps orienté la philosophie à Leipzig. « Aussi limitée qu’ait été mon attirance pour la philosophie de Herbart, aussi réservés qu’aient été ses représentants à me considérer comme l’un des leurs, je ne peux éviter de reconnaître avec gratitude que cette philosophie, par la position indépendante qu’elle occupa durant bien des années à Leipzig en maintenant la tradition d’une relation amicale de la philosophie et des sciences positives, me facilita l’entrée dans la carrière d’enseignant de la philosophie puis un rayonnement ultérieur dans cette carrière. »9

  • 10  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 304.

10De son propre aveu, Wilhelm Wundt a été marqué lors de son installation à Leipzig par deux collègues. Theodor Fechner, personnalité complexe de physicien en proie à des délires spiritualistes, avait en 1860 publié des Éléments de psychophysique et s’était consacré à la recherche des relations entre des stimulations quantifiables et les contenus de conscience. Il était en outre traducteur d’ouvrages français de physique. Wundt, se référant notamment à son ouvrage sur le Zend-Avesta, voit néanmoins aussi en lui une sorte de mystique moderne tentant de transposer les lois de la psychophysique à la métaphysique et n’ouvrant des champs nouveaux à la psychologie qu’au passage et pour ainsi dire par hasard : « On comprend par là que le fondateur de la psychophysique, donnant à celle-ci un contenu tout différent de celui qu’il avait en vue, est devenu dans les faits le fondateur d’une méthode exacte d’exploration des phénomènes psychiques — une contradiction apparente, à mettre en relation avec le fait étrange que personnellement il n’avait que peu d’intérêt pour la psychologie. »10

  • 11  Sur la naissance, autour de Wundt, de la psychologie comme nouvelle discipline, voir Joseph ben-Da (...)
  • 12  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 327.

11Ernst Heinrich Weber de son côté s’était attaché à mesurer les grandeurs psychiques et avait édicté une loi selon laquelle les sensations ne peuvent être éprouvées, ni à plus forte raison quantifiées, dans l’absolu, mais seulement dans leurs relations entre elles, dans le cadre d’une série. Tous deux incarnaient la contiguïté spécifique de la philosophie et des recherches en sciences naturelles à l’Université de Leipzig, peu à peu perçue comme un peu de résistance contre l’idéalisme berlinois. Wundt, quant à lui, se situera aussi du point de vue du rapprochement de la philosophie et des sciences de la nature, de l’intégration des secondes dans la première, dans la postérité de Schelling. Au demeurant, les étudiants leipzigois qui suivent avec le plus d’assiduité les cours de Wundt n’étaient pas des philosophes professionnels mais des étudiants en mathématiques et sciences de la nature auxquels venaient s’adjoindre de nombreux pédagogues. Installé primitivement dans une pièce où l’administration de l’Université avait autorisé Wundt à conserver ses instruments d’expérimentation, l’Institut de psychologie a pu occuper de nouveaux locaux à la suite de la création d’un Institut de médecine. Dans l’histoire de l’Université de Leipzig, chaque phase de croissance de la psychologie est ainsi liée à l’extension du domaine des sciences et plus particulièrement de la médecine : l’Institut finira par occuper quatre salles de cours et une dizaine de pièces11. En 1913, à l’initiative de Karl Lamprecht, il bénéficia de la création d’une fondation qui, à la manière de la Fondation « Kaiser-Wilhelm » de Berlin Dahlem, recueillait les financements privés et publics. Wundt espérait pouvoir scinder son institut en deux parties dont l’une aurait été réservée à la psychologie expérimentale tandis que l’autre aurait pu être consacrée à la psychologie des peuples. La guerre de 1914 empêcha la réalisation de ce projet. Il faut observer à ce propos que Wundt, malgré son parti pris d’expérimentation, malgré une curiosité pour les cultures étrangères qui se reconnaît clairement à ses écrits sur la psychologie des peuples, prend à l’époque de la Première Guerre mondiale des positions très nationalistes. Non seulement il développe une théorie du coup de poignard dans le dos pour expliquer la défaite allemande, mais il défend l’idée d’une spécificité intellectuelle des Germains : « Ce trait fondamental de l’esprit germanique tient au fait que dans la conscience des Allemands, l’individu se sent membre d’une communauté du peuple, à laquelle il subordonne ses aspirations et sa vie même. De la sorte le monde divin est pour lui une unité du monde suprasensible se manifestant sous des formes diverses de même que la communauté morale et ethnique est une unité du monde sensible. »12

Qu’est-ce que la psychologie des peuples ?

  • 13  Sur la genèse du concept de Völkerpsychologie voir notamment Wilhelm Wundt, Probleme der Völkerpsy (...)
  • 14  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 213.
  • 15  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 215.

13Lorsqu’il publie en 1863 ses Cours sur l’âme humaine et animale, Wilhelm Wundt qui, dans un premier tome, s’est attaché à décrire le développement de la vie psychique depuis les sensations et les perceptions les plus simples aborde pour la première fois dans un second volume l’idée d’une psychologie comparée des races et des peuples. La dichotomie individualisme/collectivisme qui lui sert à organiser ses réflexions et sans doute son enseignement sur l’histoire de la philosophie trouve ici un avatar intéressant. Certes Wundt reniera plus tard ce second tome, mais il sert de jalon à l’histoire de la Völkerpsychologie. L’idée de faire de ce terme une discipline scientifique avait déjà été retenue par Lazarus et Steinthal13 qui dans le premier volume de la Revue de psychologie des peuples et de linguistique [Zweitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft] (1859) ont consacré une introduction théorique à l’idée de psychologie des peuples. Sans doute l’appartenance partielle de Wundt à cette filiation ethno-philologique se reconnaît-elle à l’importance qu’il accorde au langage. Mais Wundt reproche à Steinthal, comme d’ailleurs au linguiste Hermann Paul, de s’être trop inféodés au modèle de Herbart lorsqu’ils se sont risqués à passer du terrain de la linguistique à celui de la psychologie. A bien des égards la psychologie des peuples apparaît comme un point de convergence de la psychophysiologie et de la philologie. Si Wundt fait un premier cours sur ce thème à Zurich dès 1875, il faudra attendre 1900 pour que paraisse le premier livre d’une série de six (la langue, l’art, le mythe, la religion, la société, le droit et la culture), l’ensemble représentant dix épais volumes dont le dernier paraît en 1920. Face à cet ensemble immense, Wundt a éprouvé dès 1912 le besoin de publier une sorte de résumé de son entreprise en 500 pages sans notes ni références. A l’origine, il avait songé donner à son ouvrage le sous-titre Examen des lois de développement de la langue, du mythe et des mœurs [Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte], définissant par là une thématique et une structure fondamentale. La langue en est le point de départ : Wundt a été manifestement impressionné par la description empirique des langues exotiques faite, dans l’esprit de la colonisation, par des savants allemands comme J. Spieth sur les Ewe du Togo ou G. Strehlow sur l’Australie ou Boethlinck sur les langues Yakoutes. La capacité à s’assimiler les langues primitives serait au demeurant selon lui une qualité éminente et exclusive des ethnologues allemands. Mais il est aussi héritier de la linguistique comparée, dont il regrette seulement qu’elle se soit plus particulièrement concentrée sur les langues indo-européennes, les langues littéraires, en négligeant les espaces culturellement plus lointains : « Ce qui d’un point de vue psychologique augmente la valeur d’idiomes qui nous sont totalement étrangers, ce sont aussi bien les divergences que les convergences de leur structure par rapport aux formes linguistiques qui nous sont familières et que de ce fait nous considérons souvent à tort comme logiquement nécessaires. »14 La psychologie du langage vient se substituer à l’idée d’une logique du langage qui pour Wundt a le grave défaut de réduire la pluralité : « On peut dire que chaque langue représente une forme de pensée humaine qui lui est exclusivement propre. Nulle part ne se manifeste plus clairement qu’ici la perversion qui consiste à établir une relation interne immuable entre grammaire et logique. Il serait aussi faux de dire que toute langue possède sa propre logique. La structure de la pensée humaine qu’elle permet de reconnaître est de nature purement psychologique. »15 Si la psychologie, et notamment la psychologie des peuples, ne peut pas être abordée en termes de logique contrairement aux tendances post idéalistes de Herbart, en revanche, elles sont abordables en termes historiques ou du moins génétiques. Le contenu du domaine psychique n’est pas constitué d’objets stables mais correspond à des processus en perpétuelle transformation. Étudier les processus psychiques, c’est esquisser une théorie de l’évolution.

14C’est dans le résumé de la Völkerpsychologie que la volonté de Wundt d’établir une histoire universelle du psychisme apparaît la plus évidente. Quatre phases rythment l’histoire universelle envisagée du point de vue de la psychologie : celle de l’homme primitif, celle du totémisme, celle des héros et des dieux, enfin celle de l’humanité. Dès l’introduction, Wundt rappelle au demeurant que la psychologie des peuples est une psychologie du développement et une psychogenèse. Contrairement aux tentatives d’un Herbart, la psychogenèse ne peut s’opérer sur la base d’une étude du développement de l’enfant, il faut étudier les peuples comme représentants d’autant d’étapes d’un développement. Wundt note à ce propos l’extension ethnologique prise par une science très représentée à l’Université de Leipzig, la géographie. Ratzel, l’un des pères fondateurs de cette discipline récente, aurait en particulier montré de façon convaincante que l’ethnologie n’informe pas seulement sur la localisation et le mode de vie des peuples, mais aussi sur la manière dont les peuples se sont développés et ont atteint leur configuration actuelle. Ratzel a, au demeurant, suscité aussi un grand intérêt de la part d’un fondateur de l’ethnologie scientifique comme Franz Boas.

  • 16  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie. Grundlinien einer psychologischen Entwicklungsgeschichte (...)

15Le peuple primitif que Wundt identifie à certaines tribus des Philippines, de Ceylan ou de Malacca ne se définit pas en termes de races ou de caractéristiques biologiques, mais strictement en termes de psychologie. Wundt croit à l’existence de cette mentalité ou âme primitive, chère à Lucien Lévy-Bruhl : « La forme parfaite d’articulation des concepts, la forme aperceptive, qui insère l’idée dans un ensemble, n’est encore présente que de façon épisodique dans la relation des souvenirs isolés. »16 Les traces du langage primitif se sont perdues à mesure que des peuples à la structuration linguistique plus forte seraient venus et par exemple les pygmées n’ont pas de langue spécifique, mais Wundt voit dans l’expression par gestes, dans l’expression à travers des mimiques les traces d’une langue primitive.

  • 17  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 118.
  • 18  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 130.

16Le totémisme, qui selon Wundt se développe sous trois formes, une australienne, une mélanésienne, une forme africaine et américaine, correspond à un mode d’organisation de la parenté et du mariage, regroupements constitués autour de l’animal sacré : « L’exogamie, étroitement liée à l’organisation totémiste de l’ethnie, tient au fait que les mariages ne sont possibles qu’entre les membres de différents sous-clans. »17 Le totémisme pur n’existe pas, et Wundt repère des formes mixtes. En Australie, où les formes de parenté se ramènent à des schémas très élaborés, la culture dans son ensemble correspond plutôt au modèle des sociétés primitives. En Polynésie, au contraire, le niveau de la culture serait plus élevé mais l’organisation familiale laisserait déjà percevoir un mode différent d’organisation sociale avec en particulier des ordres [Stände]. En Polynésie précisément, le déplacement des populations les aurait conduites à s’orienter sur les étoiles et à développer une mythologie céleste. Mais cette religion ouranienne, signe d’une étape plus avancée du développement culturel, a eu pour conséquence une dispersion des tribus, une désagrégation du modèle totémique des relations familiales. L’Afrique non plus n’est pas un modèle pur, comme on le reconnaît aux formes d’élevage : « Pour le lait, les bovins sont encore l’animal le plus largement répandu en Afrique centrale. En tant que tels ils sont une source de nourriture très prisée mais ne sont pas utilisés pour le travail des champs. Ils occupent ainsi une place intermédiaire entre l’animal totémique originel et l’animal utile. »18

  • 19  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 284.
  • 20  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 422.

17Le passage de l’animal sacré à l’animal utile et consommable représente en effet la limite entre le modèle du Totem et celui de l’ère suivante, l’ère des Dieux et des héros. Il apparaît clairement que la psychogenèse ethnologique de Wundt n’est pas une pure et simple histoire, car les étapes qu’il distingue n’existent jamais à l’état pur mais représentent une tentative d’expliquer la constitution du psychisme à partir d’un système général des cultures, de leurs transitions, de leur développement. Pour définir l’époque héroïque, Wundt se réfère à Carlyle qui fait commencer l’âge héroïque avec Odin et le fait terminer avec Shakespeare et Goethe. Sans vouloir lui donner une telle extension, Wundt propose d’intégrer à l’époque héroïque la fondation des villes, des États et des religions : « Le héros et le Dieu ne peuvent être pensés sans l’État, dont la fondation signale l’entrée dans cette période historique ; les mœurs et le droit ne sont pas moins des productions de la nouvelle société politique qu’ils n’ont pour une part essentielle assuré sa genèse. »19 Si Wundt note que l’âge héroïque est un âge de répartition des fonctions sociales, il insiste surtout sur la naissance des Dieux, qui à partir de formes naturelles deviennent de plus en plus anthropomorphes. Wundt se sert du nom des dieux et de leurs attributs pour expliquer leur genèse, même s’il récuse explicitement les théories du philologue Hermann Usener sur la genèse des Dieux. Remarquons à ce propos la place occupée par la philologie dans l’horizon intellectuel de Wundt. En dépit de ses réfutations, Usener est à l’horizon de sa pensée sur le divin. Un de ses collègues parmi les professeurs de Leipzig est le maître de Nietzsche, le philologue Ritschl. Écoutant Ritschl à Leipzig, Nietzsche ira également écouter Wundt. L’organisation de la cité, cet État embryonnaire, modifie à travers la médiation de cultes spécifiques les attributions des Dieux singuliers. Wundt procède à une véritable analyse sociologique des formes religieuses, distinguant notamment la prière, le sacrifice et l’attribution du sacré. Dans le domaine de la genèse des formes religieuses apparaît aussi une forme spécifique d’inter culturalité. Les Dieux perdent leur signification première et en regagnent une nouvelle en fonction de leur itinéraire : « C’est ainsi que sur le sol grec Dionysos est un dieu immigré. Mais plus tard, grâce à sa relation avec le culte des mystères, il l’emporte sur tous les autres dieux. »20 A lire la nature des réflexions de Wundt sur la genèse des religions et leur relation avec la vie sociale des peuples, on observe, d’une part, le syncrétisme auquel il s’est livré, mais on se représente, d’autre part, la fascination que son discours a pu exercer sur les élèves étrangers, parmi lesquels les fondateurs d’une sociologie française.

  • 21  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 515.

18La notion d’humanité désigne pour Wundt un espace global créé par l’ensemble des membres d’un genre humain auxquels ont été reconnus des droits et des devoirs spécifiques. Certes à l’époque des dieux et des héros, des empires universels ou visant à l’universalité ont déjà vu le jour, mais ils ne constituent pas une réalisation de l’idée d’humanité. Cela tient notamment à la question du langage. Les empires dits universels ont tenté ou tentent par nature d’imposer une langue mondiale. Mais la culture mondiale, telle que la conçoit Wundt, repose sur la reconnaissance des singularités nationales. En effet, seule la reconnaissance des singularités dans la culture universelle permet de concevoir cette dernière comme un processus ininterrompu, comme une psychogenèse. Un modèle de culture universelle lui est par exemple fourni par la Renaissance qui, tout en répondant à des aspirations de la personne, ne remet pas en cause la pluralité des aspirations nationales. Après la culture universelle, la religion universelle est l’une des caractéristiques de l’ère de l’humanité. La religion du salut qui accompagne l’hellénisme, se poursuit dans l’Empire romain, est de façon assez classique la base religieuse d’un passage entre culture nationale et culture humaine. En conclusion, Wundt réfléchit à la notion d’histoire universelle, ce qui lui permet de rejoindre, au terme de son parcours, l’orbite plus étroite de la psychologie : « Mais comme l’histoire au sens propre du terme est une histoire de l’esprit, que les moments physiques en elle n’ont un sens que comme substrat nécessaire, le premier pas en direction d’une philosophie de l’histoire qui ne conçoive pas la réalité à partir de l’idée mais l’idée à partir de la réalité est donné par une histoire du développement psychologique de l’humanité. »21 Les chercheurs qui avaient accordé toute leur confiance et leur admiration à la psychologie expérimentale ont parfois considéré avec beaucoup de scepticisme son extension indéfinie à une sorte d’organicisme historique. Pourtant, plutôt que de taxer Wundt d’idéalisme radical, il faut observer que sa recherche d’une psychogenèse le conduit à intégrer dans le cadre de la recherche historique des objets qui en étaient exclus ou n’y entraient qu’épisodiquement et sans effet de cohérence par le biais de la philologie.

  • 22  W. Wundt, Völkerpsychologie, zehnter Band Kultur und Geschichte, Leipzig, Alfred Kröner, 1920, p.  (...)
  • 23  W. Wundt, Völkerpsychologie, zehnter Band, Kultur und Geschichte, Leipzig, Alfred Kröner, 1920, p. (...)

19A partir de 1875, tous les semestres d’hiver Wundt consacrait un cours de deux heures hebdomadaires à la Völkerpsychologie. A mesure qu’il avançait dans son enquête le domaine de la psychologie historique lui apparaissait de plus en plus immense, abordait les champs de savoir les plus divers. Tout se passe notamment comme si les diverses disciplines de sciences humaines et sociales enseignées à l’Université de Leipzig trouvaient peu à peu leur place dans le vaste projet de Wundt. Du coup, se fait sentir un besoin de contrôler les tendances centrifuges du propos. Indépendamment du résumé publié en 1912, Wundt présente aussi le dixième et dernier volume de la série qui porte le titre spécifique de Culture et histoire [Kultur und Geschichte] comme une tentative de mettre en évidence le fil directeur de son travail. C’est là qu’il s’attache à présenter sa définition du concept de culture. Il part du double sens du terme de cultus qui désigne à la fois la culture des champs et le culte des dieux, la culture matérielle et la culture spirituelle. L’histoire du concept de culture commence par une distinction entre les deux dimensions, quand le culte religieux devient une affaire privée et que la culture du sol est abandonnée aux esclaves. C’est sous l’influence des peuples germaniques que le terme de culture se serait de nouveau appliqué aux mœurs, à la vie culturelle et non plus aux activités matérielles. Alors que le concept de culture conserve une dimension religieuse ou du moins spirituelle, celui de civilisation se situe d’emblée sur un terrain sécularisé et désigne le niveau atteint par les mœurs et les lois. La civilisation est une sécularisation de la culture dans un balancement entre individualisme et collectivisme. Or religion, philosophie et art relèvent davantage du domaine collectif de la culture, dans lequel débouche à nouveau la civilisation. Cette division assez stéréotypée n’empêche pas Wundt de reconnaître les inextricables mélanges dont sont issus les peuples latins et germaniques. La différence que Wundt croit structurante tient à l’incidence de langues différentes sur la psychogenèse : « Les latins et les peuples formés dans l’esprit roman ne parlent au fond qu’une seule langue. Les mots qui portent l’idée reposent sur les mêmes fondements. »22 Les phonèmes et la souplesse de la syntaxe donnent à la langue scientifique allemande une qualité particulière. « Un inévitable corollaire est le fait que les latins ont beaucoup plus de difficultés à assimiler la langue allemande que les Germains une langue latine. »23 Langues de la sociologie, les langues romanes ont pour idéal une culture internationale que la philosophie allemande ne peut accepter que comme une forme d’extériorité de la culture, un point de contact entre les cultures nationales. La Völkerpsychologie, partie de données scientifiques empiriques, s’approche parfois d’à priori nationaux.

De Wundt a Lamprecht

  • 24  Voir tout particulièrement Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Academic Life (1856-1921), N (...)

20La pensée de Wundt est peut-être moins intéressante maintenant comme système cohérent que comme lieu de rencontre de préoccupations multiples, comme point de convergence de la vie intellectuelle d’une époque. L’importance de Wundt tient, dans le même ordre d’idée, aux réactions que son œuvre a suscitées chez ses auditeurs allemands ou étrangers. Un exemple particulièrement important est celui de Karl Lamprecht24. A la différence de bien des étudiants étrangers de Wundt qui se sont d’abord intéressés au maître de la psychologie expérimentale, Karl Lamprecht, lui, a fait d’emblée porter son attention sur l’historien de la culture et l’auteur de la Völkerpsychologie. Quand le jeune Lamprecht arrive à Leipzig comme étudiant en 1877, l’économie, représentée par Wilhelm Roscher, et la psychologie, représentée depuis deux ans par Wundt, relayant Theodor Fechner, sont parmi les points forts de la faculté. Dans la double référence à l’économie et à la psychologie des peuples s’annonce déjà la spécificité du tournant historiographique de Lamprecht. Lamprecht suit des cours de philosophie auprès de Wundt. Il est en relation avec le premier titulaire d’une chaire d’histoire de l’art, l’hégélien Anton Springer. Mais surtout il fait une thèse sous la direction de Roscher sur l’économie agraire du nord-est de la France au xie siècle. Karl Lamprecht va retourner à Leipzig, cette fois comme professeur, en 1891. A cette époque, l’Université jouit de la renommée du géographe Friedrich Ratzel, l’inventeur d’un concept, celui d’espace vital [Lebensraum], promis à une longue histoire. Ratzel n’était venu que tard à la géographie universitaire. Il avait commencé par des études de zoologie dans les années 1860 alors que le darwinisme était en Allemagne l’objet d’un intérêt passionné. Puis il avait mené une carrière de journaliste et voyagé longtemps à travers l’Europe et l’Amérique, s’intéressant chaque fois à l’environnement physique des mouvements de population. Il avait été recruté par Roscher et confortait une tradition leipzigoise d’empirisme scientifique et de convergence des sciences humaines et naturelles contre des enseignants berlinois qui tendaient plutôt à souligner la césure. Mais le véritable héros de l’Université de Leipzig était Wilhelm Wundt, l’aîné de Lamprecht d’un quart de siècle.

21Entre Wundt, Lamprecht, Ratzel auxquels on pourrait joindre Karl Bücher, le maître de Marc Bloch, s’était développée l’idée que leurs disciplines fragmentaires devaient aller vers un discours commun applicable à tous les champs de connaissance. La psychologie dans la large acception que lui donnait Wundt remplissait fort bien cette fonction. Au demeurant, la dernière décennie du xixe siècle connaît en Allemagne un débat sur les fondements psychologiques des comportements économiques. Lamprecht s’intéresse à ces théories de Weber, Gustav Schmoller, Werner Sombart, Theodor Lipps ou, pour la France, Gabriel Tarde. La psychologie sociale de Wundt n’est en fait qu’un confluent particulièrement visible de ces débats. Convaincu que le psychisme structurait la réalité, Wundt arrivait nécessairement à la conception d’une réalité idéale. Toutes les dimensions de l’existence, même si elles donnent Heu à des études ethnologiques, aboutissent finalement à un ordre téléologique facile à déceler dans la Völkerpsychologie. C’est la dimension spinoziste ou leibnizienne de Wundt, auteurs que Lamprecht lui-même et durant la période des contacts les plus féconds avec Wundt. Mais de la psychologie expérimentale Wundt a conservé un intérêt primordial pour les processus. La psychogenèse est une pensée historique. Le psychisme collectif doit être étudié dans sa processualité comme le psychisme individuel, c’est-à-dire de façon empirique et ce « comme » explique l’intérêt de la Völkerpsychologie pour un historien. Dépassant la psychologie expérimentale dans un sens ethnologique, la psychologie des peuples met au jour des mécanismes latents de volonté collective. Les détracteurs de Wundt ont décelé dans ce dépassement des aspects mystiques et dans le refus des déterminismes psychophysiques, dans l’invocation de l’instance culturelle une forme de mysticisme. Sans nier ces dérives on ne peut perdre de vue la fécondité particulière de la démarche de Wundt pour un élargissement du champ de l’histoire. La seule mise en place d’un cadre théorique qui permette de traiter comme un tout la culture intellectuelle et la culture matérielle résolvait un problème de fond de l’historiographie.

22Toujours est-il qu’une influence de Wundt sur Lamprecht commence à se manifester en 1894 lorsque l’historien en est à la publication du quatrième volume de son histoire allemande (chapitre sur les sagas) et qu’elle se confirme dans les années qui suivent. Lamprecht utilise le terme de psychologie dans sa double acception wundtienne d’expérimentation sur le psychisme individuel et le psychisme social. Ce dernier, soumis à une causalité que l’historien se doit de mettre en évidence, joue le rôle d’infrastructure. L’arrière-plan psychologique, au sens de la Völkerpsychologie, est resté une des constantes de la conception de l’histoire de Lamprecht, faisant de lui, selon la perception dominante de son œuvre, le représentant précoce d’une histoire des mentalités et d’une histoire économique ou un héritier attardé de l’idéalisme philosophique. Un Franz Mehring avait été plutôt sensible à l’aspect novateur de Lamprecht dont la rupture avec la plupart de ses collègues historiens allemands est au cœur de ce que l’on a appelé le Methodenstreit [querelle méthodologique]. Même l’histoire de l’art, refondée par Warburg et ses élèves, a profité de cet élargissement du champ de l’histoire. Aby Warburg ne s’était-il pas intéressé aux travaux de Lamprecht dès son séjour à l’Université de Bonn, avant la période leipzigoise ? Alors que Lamprecht était largement dénigré pour ses dérives économistes et psychologisantes, Wundt fait partie du petit cercle d’universitaires, en particulier leipzigois, qui ont pris fait et cause pour sa méthode historique. Wundt se reconnaissait pleinement en Lamprecht que l’on pourrait dans une large mesure considérer comme un praticien de la Völkerpsychologie.

  • 25  Katharina Midell, Das Institut für Kultur- und Universalgeschichte bei der Universität Leipzig und (...)
  • 26  L’un d’entre eux fut Gaston Monod qui prononce des cours sur les grands historiens français des xv (...)

23Dans le contexte général de l’Allemagne wilhelminienne, un aspect de Lamprecht n’a pu que séduire Wundt : le souci de comprendre le développement des cultures européennes dans leurs imbrications réciproques. Lamprecht a entretenu des relations d’amitiés avec divers historiens européens comme le Belge Pirenne, le Hollandais Blok, les Français Henri Berr, Georges Blondel ou Gabriel Monod ou encore l’Américain William E. Dodd qui avait soutenu une thèse à Leipzig en 1898. De son côté, Lamprecht voyage beaucoup, parcourt l’Europe de la France à la Scandinavie, de la Grèce à l’Europe centrale et considère la perception directe des villes et des paysages comme une condition du métier d’historien. En 1904, il participe à un Congrès international sur l’Unité des connaissances à Saint-Louis dans le Missouri, un congrès organisé par Hugo Münsterberg de Harvard qui avait été étudiant de Wundt à Leipzig dans les années 1880. Au même titre que celui de Wundt, le séminaire de Lamprecht à Leipzig était devenu un heu de ralliement d’étudiants étrangers (notamment des Norvégiens, Polonais ou Finlandais pour lesquels l’accent mis sur les spécificités ou les interactions culturelles rendait la recherche historique plus accessible que les orientations purement politiques). L’Institut d’histoire universelle fondé en 1909 apparaît comme un écho de l’Institut de psychologie expérimentale. Lamprecht souhaitait que l’histoire culturelle des divers pays d’Europe ou du monde puisse être enseignée dans son Institut avec la collaboration de jeunes chercheurs appartenant à l’espace culturel qui était spécialement traité25. C’est ainsi qu’entre 1909 et 1914 plusieurs lecteurs francophones recrutés en général sur les conseils de Lavisse travaillèrent à l’Institut26. Les autres aires culturelles étaient également représentées par d’autres lecteurs. Car les Français régulièrement inscrits à Leipzig n’étaient pas les plus nombreux : au semestre d’été 1908, on compte, pour 6 Français et 8 Alsaciens-Lorrains, 26 Américains, 20 Anglais et 218 Russes. Mais il est vrai que bien des Français sont venus à Leipzig écouter des cours sans prendre d’inscription régulière, notamment parmi les jeunes enseignants. Membre fondateur en 1912 d’une Association pour la compréhension entre les nations [Verband für internationale Verständigung], Lamprecht voyait dans son approche de l’histoire culturelle à la fois une possibilité d’améliorer la politique culturelle de l’Allemagne à l’extérieur et de développer un esprit cosmopolite en Allemagne même.

  • 27  DZf. G. N.F, 1, 1896-1897, p. 75-150.
  • 28  Karl Lamprecht, Deutsche Geschichte, 12 Bde + 3 Ergänzungsbände, 1. Band, 2. Auflage, Berlin, Gaer (...)

24Dans son article « Qu’est-ce que l’histoire culturelle ? », qui paraît dans la Revue allemande d’histoire [Deutsche Zeitschrift für Geschichtswissenschaft] en 189627, Karl Lamprecht associe toute forme d’histoire à la psychologie, à la psychologie individuelle quand il s’agit d’histoire politique, à la psychologie sociale quand il s’agit d’histoire culturelle. Les facteurs fondamentaux de la psychologie sociale sont la linguistique et l’économie. Mais Lamprecht ajoute, en examinant rétrospectivement sa propre évolution, l’influence déterminante de Burckhardt, c’est-à-dire de l’esthétique, et considère que des parties entières de l’Histoire de la Renaissance en Italie anticipent sur sa perception de l’histoire allemande. Dans la préface à la seconde édition de l’Histoire allemande de 1894, on observe en outre un renvoi appuyé aux sciences de la nature : « L’anatomie et la physiologie se sont mises en place pour élucider et décrypter la vie et l’organisme de ce qui est d’abord simple ; une science naturelle génétique s’est développée dont les questions ne portent pas sur la nature des choses mais sur leur devenir. »28 On reconnaît ici le souci de comprendre la genèse des phénomènes psychiques qui caractérisait Wundt, le médecin devenu philosophe, lors de son arrivée à Leipzig, et de la fondation de l’Institut de psychologie expérimentale. Aussi suspect que puisse apparaître aujourd’hui le terme de psychologie des peuples, il repose sur un souci de rapprocher les sciences humaines et les sciences exactes et de décloisonner les espaces nationaux ou plutôt de comprendre leurs interactions qui s’est particulièrement affirmé dans le milieu très spécifique de l’Université de Leipzig après 1870. Pour plusieurs décennies, les psychologues, historiens, linguistes et économistes ont conçu leurs démarches comme solidaires, et surtout leur objet, les cultures au pluriel, comme un objet unique. Sans minimiser les dérives nationalistes, particulièrement sensibles autour de la guerre de 1914, dans lesquelles ont pu déboucher les pistes initiées par Wilhelm Wundt, leur indéniable fécondité au moment de leur émergence se reconnaît à la fois dans la pluralité des disciplines concernées et dans la fascination exercée sur de jeunes chercheurs étrangers qu’on ne saurait suspecter de faiblesse pour un organicisme ethnocentrique. La dimension interculturelle de la Kulturgeschichte ne peut être perçue qu’après l’avoir débarrassée des strates d’idéologie guerrière qui dissimulent ses fondements.

Haut de page

Notes

1  Voir M. Espagne, Die Universität Leipzig als deutsch-französische Ausbildungsstätte, in Von der Elbe bis an die Seine. Französisch-sächsischer Kulturtransfer im XVIII. und XIX. Jahrhundert, éd. par M. Espagne et M. Middell, Universitäts-Verlag Leipzig, 1993, p. 330-353. Sur l’histoire générale de l’Université de Leipzig, voir notamment Lothar Rathmann, Alma mater Lipsiensis. Geschichte der K. M. Universität Leipzig, Leipzig, Édition Leipzig, 1984. Voir aussi Karl-Marx-Universität Leipzig 1409-1959, Beiträge zur Universitätsgeschichte, Leipzig, Verlag Enzyklopädie, 1959, 2 Bände. Karl Czok (Hrsg.), Wissenschafts-und Universitätsgeschichte in Sachsen im 18. und 19. Jahrhundert. Nationale und internationale Wechselwirkung und Ausstrahlung, Abhandlungen der sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig. Philologisch-historische Klasse bd. 71 Heft 3, Berlin, Akademie-Verlag, 1987.

2  Voir Horst Fuhrmann, Sind eben alles Menschen gewesen. Gelehrtenleben im 19. und 20. Jahrhundert. Dargestellt am Beispiel der Monumenta Germaniae Historica und ihrer Mitarbeiter, München, Beck, 1996.

3  Voir notamment Werner Thiermann, Zur Geschichte des Leipziger psychologischen Instituts 1875-1945, Promotion A, Leipzig, 1981.

4  V. Henri, Les laboratoires de psychologie expérimentale en Allemagne, in Revue philosophique, décembre 1893, p. 608-622.

5  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, Stuttgart, Alfred Kröner Verlag, Stuttgart, 1920. Parmi les ouvrages généraux à consulter sur Wundt, il faut noter Alfred Arnold, Wilhelm Wundt. Sein philosophisches System, Berlin, Akademie Verlag, 1980. Pour des aspects plus techniques, on consultera Renate Topel, Die allgemeine Psychologie Wilhelm Wundts. Wundt und Helmholtz. Zwei Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung, Dissertation B, Leipzig, 1982.

6  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 191.

7  W. Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahmehmung, Leipzig und Heidelberg Wintersche Verlagsbuchhandlung, 1862, p. 423.

8  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 201.

9  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 296.

10  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 304.

11  Sur la naissance, autour de Wundt, de la psychologie comme nouvelle discipline, voir Joseph ben-David, Les facteurs sociaux dans la genèse d’une nouvelle science. Le cas de la psychologie, in Id., Éléments d’une sociologie historique des sciences, Paris, PUF, 1997, p. 65-92.

12  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 327.

13  Sur la genèse du concept de Völkerpsychologie voir notamment Wilhelm Wundt, Probleme der Völkerpsychologie, Leipzig, Ernst Wiegandt, 1911.

14  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 213.

15  W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 215.

16  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie. Grundlinien einer psychologischen Entwicklungsgeschichte der Menschheit, Leipzig, 1912, p. 73.

17  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 118.

18  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 130.

19  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 284.

20  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 422.

21  W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie, p. 515.

22  W. Wundt, Völkerpsychologie, zehnter Band Kultur und Geschichte, Leipzig, Alfred Kröner, 1920, p. 178.

23  W. Wundt, Völkerpsychologie, zehnter Band, Kultur und Geschichte, Leipzig, Alfred Kröner, 1920, p. 178.

24  Voir tout particulièrement Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Academic Life (1856-1921), New Jersey, Humanity Press, 1993.

25  Katharina Midell, Das Institut für Kultur- und Universalgeschichte bei der Universität Leipzig und seine Beziehungen zu Frankreich bis zum Ausbruch des Ersten Weltkrieges, in Michel Espagne, Matthias Middell, Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993, p. 354-379.

26  L’un d’entre eux fut Gaston Monod qui prononce des cours sur les grands historiens français des xviie, xviiie et xixe siècles ou sur la vie sociale à la cour de Louis XIV. L’un de ses successeurs en 1911-1912 fut le normalien historien Jeanmaire.

27  DZf. G. N.F, 1, 1896-1897, p. 75-150.

28  Karl Lamprecht, Deutsche Geschichte, 12 Bde + 3 Ergänzungsbände, 1. Band, 2. Auflage, Berlin, Gaertner, 1894, p. VI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Espagne, « Wilhelm Wundt. La « psychologie des peuples » et l’histoire culturelle », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 1998, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/688

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au GNRS (URA 1999 Transferts)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page