Navigation – Plan du site

Méthodes de l'historiographie culturelle : Karl Lamprecht

Matthias Middell
p. 93-115

Résumés

L’historien de la culture Karl Lamprecht est l’un des historiens allemands les plus connus, et plusieurs travaux lui ont été consacrés au cours des dernières années. Néanmoins on rencontre dans nombre de ces livres et articles l’idée selon laquelle il aurait été très isolé après la querelle des historiens des années 1890, l’idée selon laquelle ses écrits n’auraient guère eu d’impact sur la théorie historiographique. L’article veut montrer que Lamprecht est à bien des égards une figure de transition entre l’historiographie et l’organisation de la recherche au xixe siècle et au xxe. Avec les techniques jadis disponibles il a tenté de décrire le tissu culturel complexe d’une société. Son œuvre est particulièrement intéressante là où il rend ses idées opératoires et ouvre la voie à de nouvelles techniques et sources de l’histoire économique, de l’histoire sociale et de l’histoire des mentalités. Il a cherché des sources qui permettaient de comprendre la manière de penser et de sentir des masses et pouvaient être exploitées scientifiquement (donc de façon sérielle) selon les exigences du positivisme, et il a dépassé l’horizon de l’héritage purement écrit. Il a voulu augmenter la valeur explicative de ses matériaux par des comparaisons diachroniques et synchroniques, ce qui l’a finalement conduit à écrire de l’histoire universelle et culturelle et à institutionnaliser de nouvelle manière la recherche à cette fin.
A partir de ses écrits (et la polémique de nombre de ses collègues) on voit la distance par rapport aux techniques établies de l’historiographie du XIXe, mais aussi tout ce qui dans ses postulats ne s’est pas encore concrétisé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Matthias Middell (éd.), Historikertage im Vergleich, in Comparativ, n° 5/6, Leipzig, 1996.
  • 2  Voir Gerhard Wiemers, Die historische Kommission bei der Sächsichen Akademie der Wissenschaften, K (...)
  • 3  Katharina Middell, Das Institut für Kultur- und Universalgeschichte bei der Universität Leipzig un (...)
  • 4  Roger Chickering, Karl Lamprecht, A German Académie life (1856-1915), Atlantic Highlands, 1993, p. (...)
  • 5  Wolfgang Hardtwig, Alltagsgeschichte heute. Eine kritische Bilanz, in Winfried Schulze (ed.), Sozi (...)

1Karl Lamprecht (1856-1915) a marqué le paysage scientifique allemand entre 1890 et 1910. Ces années-là, l'historiographie fit un nouveau pas vers son institutionnalisation, un débat méthodologique fondamental eut peu dans de nombreux pays et l'on s'inquiéta de la relation entre les nouveaux développements de la science et ceux de la société. On n'associe pas seulement au nom de Lamprecht la professionnalisation de l'histoire régionale de la Rhénanie puis de la Saxe ou l'impulsion importante qu'il donna à des événements comme le « Congrès des historiens », lequel devint effectivement un rendez-vous régulier et un Heu d'échanges pour l'historiographie allemande1, ainsi qu'à la Commission historique de l'Académie des sciences saxonne2. Avec l'Histoire allemande en douze volumes qu'il publia de 1891 à 1909, Lamprecht proposa une œuvre qui devait illustrer ses réflexions méthodologiques sur la nécessité de renouveler la science historique en la concevant comme une histoire culturelle. S'il se heurta à une condamnation vigoureuse de la part de ses collègues, la première puis la seconde édition de ses livres eurent du succès auprès du public et figurèrent bientôt en bonne place dans les rayons de bibliothèque de nombreux représentants de la bourgeoisie cultivée. L'estime dont jouissait Lamprecht à l'étranger, notamment auprès de collègues belges comme Henri Pirenne ou d'historiens comme Gabriel Monod, dépassait de loin la réputation de ses confrères en Allemagne3. Rétrospectivement, Lamprecht apparaît comme « l'historien le plus célèbre et le plus intéressant de l'Allemagne wilhelmienne »4 et marque surtout pour beaucoup une césure dans l'histoire de l'historiographie allemande : « On peut parler à propos du développement de l'historiographie d'un parcours original (Sonderweg) suivi par l'Allemagne, du moins dans les quatre-vingt-dix dernières années. La querelle autour de Lamprecht, entre 1893 et 1906, représente sans aucun doute un tournant décisif : la pratique historiographique et la discussion théorique se démarquèrent alors en Allemagne des évolutions qu'elles connaissaient en Europe de l'Ouest et aux États-Unis. Depuis le début du siècle, les problèmes relevant de l'histoire sociale et de l'histoire des sociétés, de l'histoire des mentalités, de l'anthropologie historique ont été abordés en Allemagne avec un retard considérable si l'on compare avec la recherche historique en France, en Angleterre et aux États-Unis. L'établissement d'une science sociale historique en Allemagne dans les années 60 est à comprendre comme une tentative de « rattraper le retard pris dans la modernisation » de l'histoire. C'est avec le débat sur l'histoire de l'expérience (Erfahrungsgeschichte) — et pas avant -, que ce parcours original toucha à sa fin. »5

  • 6  Karl Lamprecht, Americana. Reiseeindrücke, Betrachtungen, Geschichtliche Gesamtansicht, Freiburg, (...)

2L'Institut d'histoire culturelle et universelle fondé par Lamprecht à l'alma mater de Leipzig passait pour une innovation prometteuse. Le projet d'une fondation König-Friedrich-August, dont il fut l'initiateur, vint s'opposer à la conception de la Société Kaiser-Wilhelm (la future Société Max Planck de la République fédérale), laquelle avait commencé par écarter les lettres et sciences humaines, c'est-à-dire les sciences sans véritables retombées industrielles, et ne misait que sur la recherche extra-universitaire. Lamprecht plaida au contraire pour que des instituts de recherche en sciences humaines situés à l'intérieur de l'Université forment le noyau de la nouvelle fondation. Il considérait que l'adoption de quelques idées fondamentales des Américains, avec lesquelles il avait pu se familiariser entre autres lors de son voyage aux États-Unis en 19046, devait permettre d'empêcher les universités de tomber au niveau d'une institution médiocre, simple courroie de transmission de la culture, ainsi que de maintenir au sein des facultés une recherche innovante, telle qu'elle se développait au tournant du siècle. Entre autres innovations, il envisageait d'aménager des groupes de recherche interdisciplinaires qui se partageraient le travail et se substitueraient à la recherche professorale solitaire, d'équiper convenablement les instituts de laboratoires et de bibliothèques, afin d'assurer un enseignement proche de la recherche ; il voulait aussi améliorer le statut des maîtres de conférence et démocratiser les amphithéâtres des universités.

  • 7  Jürgen Kloosterhuis, « Friedliche Imperialisten ». Deutsche Auslandsvereine und auswärtige Kulturp (...)
  • 8  Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, 1959.
  • 9  Georg von Below, Die neue historische Methode, in Historische Zeitschrift, vol. 81/1898, p. 193-27 (...)

3Les disputes au sujet de l'avenir de l'Université allemande n'étaient pas toutefois la principale préoccupation du « professeur politique » qui fut élu en 1910-1911 recteur de son université (contre la volonté de ses collègues du Séminaire d'histoire !) et s'efforçait sans succès de la transformer en un campus universitaire aux portes de la ville. Son histoire culturelle devait servir de guide à une politique nouvelle, et sa fonction de conseiller du chancelier du Reich Bethmann-Hollweg le confirma pour un temps dans le rôle qu'il s'était lui-même assigné. Pour Lamprecht, l'histoire culturelle avait un sens au sein d'une société où les masses et la question sociale passaient au premier plan, d'une société où la politique ne pouvait plus se réduire à l'action de quelques individus. La politique culturelle extérieure, qui lui tenait tant à cœur lors de ses entretiens avec le chancelier du Reich, devait prendre en compte le fait que les moyens militaires n'auraient plus d'influence sur la future société universelle du xxc siècle7... En s'inspirant du livre de Claude Digeon, lequel vise les années 1870, après la défaite de la France face à l'Allemagne, on pourrait décrire Lamprecht comme un intellectuel qui mit très clairement en évidence la « crise française de la pensée allemande »8. Tout cela lui garantit l'intérêt de ses contemporains. Il ne se réconcilia certes pas avec les adversaires qu'il eut lors de la querelle des méthodes en Allemagne, et l'adversaire le plus virulent du provocateur de Leipzig, Georg von Below, professeur titulaire d'une chaire d'histoire médiévale à Tübingen, s'exprima à ce sujet avec une brutalité inégalée dans leur confrérie : « Même lorsqu'il est pourri, l'arbre ne tombe pas tout seul, il faut avoir recours à la hache. »9 Lamprecht s'imaginait à tort que sa conception s'imposerait bientôt chez les historiens.

  • 10  Rüdiger vom Bruch, Wissenschaftspolitik, Kulturpolitik, Weltpolitik. Hochschule und Forschungsinst (...)

4On ne peut néanmoins parler d'un isolement de Lamprecht parmi les historiens allemands ou même dans l'opinion publique allemande. Ses livres atteignaient des tirages élevés et l'affluence d'étudiants venant de l'Allemagne entière et de l'étranger conférait un attrait particulier à l'Institut d'histoire culturelle et universelle, officiellement fondé en 1909. Ses efforts pour donner un visage au Congrès des historiens et à l'union des instituts de recherche en histoire régionale assurèrent à Lamprecht jusqu'en 1914 une place permanente dans le comité directeur du Congrès des historiens. Le Congrès international des historiens tenu en 1908 à Berlin ainsi que sa participation à l'Exposition universelle de Saint-Louis en 1904 lui offrirent également l'occasion de promouvoir ses propositions novatrices. Lors de la Journée des professeurs d'Université à Dresde en 1911, ses idées sur les instituts de recherche prévalurent10.

  • 11  Max Weber à Willi Helpach, le 5 avril 1905 : « Pourriez-vous vous décider à laisser Lamprecht de c (...)

5L'image de l'isolement de Lamprecht a d'autres racines. Lors de la querelle des méthodes au milieu des années 1890, ses adversaires dominaient, s'entendaient plus ou moins entre eux, tandis que les positions de Lamprecht ne recevaient guère de soutien véritable. Le reproche, selon lequel ses travaux ne répondaient pas aux critères scientifiques, puisqu'ils ne permettaient pas une vérification des hypothèses par les faits, se révéla lourd de conséquences au sein de sa confrérie. Tout ceci ne put cependant vraiment nuire au grand prestige dont il jouissait. On trouve une déplaisante condamnation de Lamprecht sous la plume de Max Weber11, alors que le jugement de ce dernier, étant donné l'intérêt, voire le culte voué par la sociologie allemande de l'après-guerre à cette figure fondatrice, prit pour ainsi dire une dimension canonique. En Allemagne, ce verdict rompit des ponts que Lamprecht voulait bâtir en direction de la sociologie pour faire le lien avant la lettre avec une théorie des sciences sociales. Lamprecht ne parvint pas à se lier à la sociologie, laquelle se présentait comme la science la plus moderne au sein des disciplines de sciences humaines et sociales. C'est de là que découle pour une grande part son isolement. Enfin, il déçut ses collègues et amis étrangers lorsqu’en 1914, il ne se distancia ni des objectifs de guerre des Allemands, ni du fait qu'on eut recours aux moyens militaires pour vider la querelle francoallemande. Henri Pirenne, en particulier, s'indigna du comportement des intellectuels allemands, notamment de celui de son ami Karl Lamprecht. La manière dont son successeur à la direction de l'Institut d'histoire culturelle et universelle, Walter Goetz, prit rapidement et nettement ses distances, contribua aussi à renforcer l'impression rétrospective d'isolement. La question du peu d'écho de l'œuvre de Lamprecht tient davantage à sa réception qu'à la situation réelle autour de 1900.

  • 12  C’est ce que résume classiquement Hans-Joseph Steinberg, Karl Lamprecht, dans Hans-Ullrich Wehler (...)
  • 13  A propos du long règne de l’école de Ranke, voir Wolfgang Weber, Priester der Klio. Historisch-soz (...)
  • 14  A propos de Freyer : Elfriede Üner, Soziologie als « geistige Bewegung ». Hans Freyers Systems der (...)
  • 15  Harmut Lehmann / James Van Horn Melton (éd.), Paths of Continuity. Central European Historiography (...)
  • 16  Friedrich Jäger, Modemisierungskrise und historische Sinnbildung. Kulturgeschichte bei Droysen, Bu (...)

6Quand on regarde la manière dont le cas de Karl Lamprecht est abordé dans la littérature historiographique allemande, deux tendances dominent ; d'une part, on refuse nettement d'en débattre davantage puisque Lamprecht est reconnu coupable : il n'aurait pas respecté l'exactitude scientifique et la réserve qui étaient de mise dans l'intérêt de la confrérie12. Il n'était donc pas nécessaire d'assurer sa réception puisque Lamprecht, tout en ayant identifié le véritable adversaire dans son combat contre l'historisme, avait par sa défaite manqué son but, le dépassement de l'école de Ranke. Il fallait attendre le combat héroïque de l'école d'histoire sociale de Bielefeld pour abattre en s'appuyant désormais sur Max Weber — la pieuvre de l'historisme, lequel resta donc dominant jusqu'en 1960 environ13. On peut très bien opposer à une telle reconstruction, qui souligne les discontinuités, un autre modèle et voir dans Lamprecht puis dans son élève Hans Freyer une ligne qui conduit jusqu'à l'histoire sociale de la République fédérale et s'incarne en particulier dans la figure de Helmut Schelsky, élève de Freyer et fondateur de l'université de Bielefeld14. Cette dernière conception met en évidence des continuités longtemps restées tabous dans l'historiographie ouest-allemande15, et l'on comprend mieux alors son attitude de refus à l'égard de Lamprecht. Du reste, on ne rendrait guère justice à la position nuancée (et dans bien des cas ambiguë) de Lamprecht en assimilant celle-ci à l'histoire sociale qui s'est développée en République fédérale à partir des années 60 jusque dans les années 80 et reprenait dans le fond des arguments de l'objectivisme. Friedrich Jäger tente ainsi de résoudre les nouveaux problèmes posés par l'histoire culturelle à l'histoire sociale en se référant uniquement à Jakob Burckhardt et à la sociologie de la religion de Max Weber. Dans sa « quête de classiques » pour une nouvelle histoire culturelle en Allemagne, Lamprecht n'est pas cité une seule fois. On ne peut mieux exprimer l'idée (ou le souhait ?) d'une absence totale d'écho de Lamprecht et de son œuvre16.

  • 17  Le point de départ de ce courant d’interprétation est sans nul doute l’essai de Gerhard Österreich (...)
  • 18  Karl-Heinz Metz, Grundformen historiographischen Denkens : Wissenschaftsgeschichte als Methodologi (...)
  • 19  Luise Schorn-Schutte, Karl Lamprecht. Kulturgeschichtsschreibung zwischen Wissenschaft und Politik (...)

7La seconde ligne d'interprétation se signale d'emblée par une reconstruction plus précise des positions de Lamprecht17 ; celui-ci n'est pas complètement tombé aux oubliettes : après la volumineuse description des fondements théoriques de Lamprecht qu'entreprit Karl-Heinz Metz en le comparant à Ranke et Treitschke18, c'est au tour de la monographie de Luise Schorn-Schutte, publiée en 1984, de devenir la référence classique19.

  • 20  Luise Schorn-Schutte, Territorialgeschichte — Provinzialgeschichte – Landesgeschichte : Ein Beitra (...)
  • 21  On peut lire le refus polémique d’une telle généalogie dans Peter Schöttler, Das « Anna-les-Paradi (...)
  • 22  Wieland Held, Das Seminar für Landesgeschichte und Siedlungskunde an der Universität Leipzig. Der (...)
  • 23  Rudolf Kötzschke, Nationalgeschichte und Landesgeschichte (1924), publié dans P. Fried (éd.), Prob (...)

8Elle critique elle aussi chez Lamprecht une ambivalence théorique inexcusable ~ face au tribunal d'une rationalité issue de l'objectivisme, donc extérieure à son objet — ainsi qu'une négligence empirique ; par ailleurs, l'œuvre de Lamprecht pourrait selon elle apporter, grâce à l'histoire culturelle, un fondement à l'histoire régionale et trouverait là son véritable impact20. Cet argument servit alors à lutter contre la pression de la modernisation, qui menaçait la science historique au début des années 80, au moment où l'histoire des mentalités devint à la mode. L'histoire régionale allemande développée à partir des idées de Lamprecht aurait su tirer parti de la petite taille de son objet pour utiliser dès le début l'appareil conceptuel que d'autres domaines de la science historique étaient à présent obligés d'emprunter aux Français21. Une telle interprétation doit, il est vrai, apporter tout d'abord la preuve qu'il existe une réelle continuité entre Lamprecht et l'histoire régionale telle qu'elle est pratiquée par exemple dans le séminaire d'histoire régionale à Bonn ou à Leipzig22. Des allusions rituelles ne permettent pas de prouver quoi que ce soit, pas plus que l'examen des fondements de l'histoire régionale posés par Rudolf Kötzschke en 192523. On observe au contraire des différences notables entre le point de départ (au moins en partie) constructiviste de Lamprecht et la conception substantialiste des régions chez Kötzschke, fondée sur l'attachement au sol.

9Si l'on tente de faire la distinction entre un premier Lamprecht en Rhénanie, travailleur consciencieux et éditeur zélé de sources, et plus tard un second Lamprecht, philosophe de l'histoire, auquel on ne devrait pas accorder d'importance, on se heurte à des difficultés : il faut renoncer à considérer l'œuvre d'une vie dans son ensemble comme un questionnement continu, il faut également ignorer l'attention portée par Lamprecht au problème épistémologique que soulève le travail de l'historien, afin de ne percevoir que les aspects pragmatiques de son histoire culturelle.

  • 24  Gerald Diesener, Lamprecht weiterdenken, Leipzig, 1993, et Eckart Fuchs / Steffen Sammler (éd.), G (...)
  • 25  Au sujet de cette dernière, on renvoie à Michael Geyer / Matthias Midell, Weltgeschichte vor den H (...)

10Quand on a sous les yeux ces deux lignes d'interprétation, qui déterminent toute la littérature sur Lamprecht en République fédérale jusqu'en 1989, on peut faire une observation qui ne paraîtra plus aussi étonnante qu'elle pourrait l'être au premier abord. Elle concerne la méfiance explicite à l'égard des nouvelles tentatives de revenir à Lamprecht, afin de voir s'il est possible de résoudre aujourd'hui les problèmes contenus dans son œuvre24. Le but de ce retour à Lamprecht n'est pas de le faire partir en campagne contre des présupposés historiographiques actuels, lui qui obtint sa nomination à la chaire de Leipzig il y a tout de même plus de cent ans. Il s'agit plutôt de voir si l'insistance sur sa prétendue absence d'impact n'a pas conduit à négliger des problèmes sur lesquels il serait utile d'attirer de nouveau l'attention aujourd'hui. On pensera en particulier aux problèmes théoriques de l'histoire culturelle, à la tension entre les études comparées et l'étude des transferts culturels ainsi qu'à la possibilité d'asseoir des perspectives d'histoire universelle sur le socle d'une sensibilité relevant de l'histoire de la culture plutôt que d'une macrosociologie objectiviste25.

  • 26  C’est clairement ce qui se passe dans le récent débat sur l’historisme, lorsqu’on ne se contente p (...)
  • 27  Willi Oberkrome, Volksgeschichte : Methodische Innovation und völkische Ideologisierung in der deu (...)
  • 28  Le fait qu’on retrouve des traces de cette diversité dans la bourbe d’une histoire qui, en tant qu (...)

11Quand les spécialistes de l'historiographie allemande se querellent à propos de l'impact que n'aurait pas eu Lamprecht, on assiste en premier lieu à un débat sur leur propre identité. Le nom de Lamprecht n'est qu'un de ces signaux qui se multiplient ces derniers temps pour souligner la nécessité de se détacher de l'idée d'une historiographie au développement unilinéaire, des Lumières à l'histoire sociale en passant par l'historisme. Les relations entre les diverses positions étaient et sont plus variées, il n'y a pas de claire séparation entre le Bien et le Mal, ni pour ce qui est des innovations méthodologiques26, ni pour ce qui concerne le degré de résistance face à aux instrumentalisations politiques27. L'insistance sur l'absence d'écho de l'œuvre de Lamprecht est un élément du refoulement plus général de la diversité qui a aussi caractérisé la science historique allemande — à côté du règne souvent invoqué d'une historiographie conservatrice, consacrant le primat de l'histoire politique. Ce refoulement fait d'abord surgir l'image d'une domination incontestée de l'histoire prussienne à tel point qu'il fallut utiliser toute la rhétorique de 1968 concernant la rupture avec la tradition et la condamnation du passé pour la surmonter28. On néglige alors de prendre en considération la riche diversité, qui dominait le paysage historiographique autour de 1900, avec Berlin d'un côté et de l'autre, Leipzig, Vienne, Munich et les universités du sud-ouest de l'Allemagne.

  • 29  Karl-Heinz Metz, Rezension zu Gerald Diesner (éd.), Karl Lamprecht weiterdenken, in Archiv für Kul (...)

12Il nous faut maintenant aborder un autre aspect de la question. Dès la querelle des méthodes, Lamprecht se retrouva pris entre les prétentions des héritiers de Ranke et la critique émise par Franz Mehring au nom de la jeune histoire marxiste. Un siècle plus tard — Lamprecht naturellement n'en saura plus rien —, on est en mesure de lever le soupçon d'une parenté avec le marxisme, reproche dangereux en 1895. Karl-Heinz Metz, qui a consacré il y a une douzaine d'années un travail d'histoire des idées et des méthodes à Lamprecht, observe avec méfiance le regain d'intérêt en faveur de son ancien héros en Allemagne de l'Est. A propos d'un recueil intitulé Penser Lamprecht aujourd'hui, contenant la publication d'une conférence à Leipzig en 1991, il fait la remarque suivante : ce livre serait « la tentative d'abandonner une vision du monde, qui est morte depuis longtemps sur le plan spirituel mais vient juste de s'effondrer sur le plan institutionnel, pour passer, presque en chute libre, à une nouvelle forme de pensée, laquelle présente au moins de façon très générale des points de comparaison avec la précédente... L'œuvre de Lamprecht, qu'on avait plutôt refoulée sur son champ d'action de jadis, à Leipzig, puis complètement oubliée, s'est alors imposée, avec sa référence à la comparaison historique, son intérêt pour l'histoire universelle, son inclination pour une périodisation et une typologie strictes, son étude originale des forces agissant dans l'inconscient ou le collectif, de leur dimension matérielle ou de la psychologie sociale... »29.

13Nous retiendrons de cette suspicion générale les quatre points suivants :

1 / Aujourd'hui comme hier, Lamprecht est un sujet de controverses au point qu'il suscite immédiatement, sur le terrain particulièrement miné de la récente lutte pour l'hégémonie d'interprétation de la science historique, un sursaut d'inquiétude.

2 / Cette querelle est déjà une tradition : on se demande à qui appartient Lamprecht, qui peut légitimement se réclamer de lui et jusqu'à quel point la science historique allemande tolère la diversité quand elle se souvient de sa propre histoire.

3 / Différentes lectures des passages les plus intéressants des idées de Lamprecht sont possibles en historiographie si bien qu'il en résulte des interprétations apparemment contradictoires de son œuvre.

4 / Cette relecture, qui ne fait sens que si l'on s'efforce sur un long terme d'actualiser les données des problèmes posés par Lamprecht, a un sens dans la mesure où ce dernier a soulevé des questions d'histoire culturelle jamais résolues jusqu'à ce jour.

  • 30  Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Académic Life (1856-1915), New Jersey, Atlantic Highlan (...)

14Étant donné la situation qu'on vient de dépeindre en Allemagne, on ne sera pas vraiment surpris d'apprendre qu'une biographie réussie de l'historien de Leipzig vienne de l'étranger : le livre de Roger Chickering paru en 1993 s'attache à décrire le contexte historique et met l'accent sur la personne de Lamprecht. Sa thèse au sujet de l'héritage de Lamprecht est la suivante : les impulsions contradictoires n'ont pas tant été marginalisées après la fin de la querelle des méthodes et après sa mort que reprises sous leurs divers aspects en des endroits différents et par des personnes différentes. L'attitude de violent refus à l'égard de Lamprecht a caché ce phénomène30.

15Mais Chickering n'échappe non plus à la tentation de présenter un Lamprecht plus univoque qu'il ne l'est. Cette tentation prend sa source dans l'attitude de Lamprecht, lequel a tendance à souligner constamment le caractère novateur et achevé de son œuvre. En effet, on pourrait voir aussi et avant tout dans Lamprecht une figure de transition entre, d'un côté, les débats du xixe siècle sur l'histoire culturelle, l'adaptation des institutions, le fondement historiographique des nouveaux problèmes méthodologiques et, de l'autre, la discussion des années 20, plus élaborée puisqu'elle s'appuie désormais sur le développement des sciences sociales et culturelles.

  • 31  Une reconstruction détaillée de ce milieu fait toujours défaut. On trouve des indications sur le c (...)

16Lamprecht alimentait son large éventail de propositions avant tout grâce à ses contacts avec des représentants d'autres disciplines scientifiques. Le « cercle positiviste » de Leipzig, dans lequel l'interdisciplinarité reposait avant tout sur des analogies entre les sciences naturelles d'inspiration philosophique, la psychologie et les lettres, joua sur ce point un rôle important31.

  • 32  Peter Griss, Das Gedankenbild Karl Lamprechts : Historisches Verhalten im Modernisierungsprozeß de (...)
  • 33  Une grande partie de ses documents privés se trouve dans la bibliothèque de l’université de Bonn. (...)
  • 34  Voir à ce sujet Roger Chickering, Ein schwieriges Heldenleben, Bekenntnisse eines Biographen, in D (...)

17Peter Griss avait déjà essayé avant Roger Chickering d'expliquer l'itinéraire de Lamprecht à partir de constellations familiales et professionnelles32. Lamprecht se prête tout à fait à une telle interprétation car les sources le concernant se signalent par deux particularités. Nous disposons de beaucoup de documents sur ses contacts, Lamprecht étant visiblement un homme pénétré de la conscience de sa propre importance et mu vis-à-vis de sa propre biographie par le zèle de collectionneur qu'on rencontre chez l'historien professionnel33. Chickering a utilisé ce fait de la manière la plus conséquente en mettant en scène la biographie de Lamprecht comme le drame d'un comportement psychologique singulier. On peut en situer le point de départ dans sa relation à la maison familiale : la mort précoce d'un frère aîné, dont son père fit le deuil, éveilla l'ambition du jeune garçon, qui voulut faire ses preuves face à son père34. Les démêlés avec Carl von Noorden, enseignant à l'université de Leipzig, suscitèrent une autre sorte de conflit père-fils. Nous rencontrons sur ce point, au sein d'une constellation individuelle, les bouleversements d'une plus grande ampleur qui affectèrent les universités allemandes des années 1870 aux années 1880.

  • 35  Voir à ce propos et pour la suite : Herbert Schönebaum, Carl von Noorden und Wilhelm Maurenbrecher (...)

18Lors de la mise en place du Séminaire d'histoire de Leipzig, il fut engagé par son professeur, ce qui permet de conclure à une certaine préférence ou confiance à son égard, pour prendre en notes le cours magistral d'un enseignant plus jeune, Woldemar Wencks, sur lequel Noorden devait faire un rapport. Néanmoins, ce dernier refusa d'être le premier rapporteur de la thèse de Lamprecht si bien que celui-ci dut se tourner vers Wilhelm Roscher, spécialiste d'économie politique. En sa qualité de second rapporteur, von Noorden s'attacha surtout à vérifier les sources et indications bibliographiques au nombre de deux mille et plus et tira finalement la conclusion qu'il fallait « faire un éloge sans réserves de ce travail, autant du point de vue de l'historien que de celui de la méthode de travail et de son importance scientifique »35. Il n'accepta pas cependant d'être son examinateur pour son oral de doctorat et le renvoya au Pr Georg Voigt, qui n'était pas titulaire d'une chaire. Il s'opposa vivement à l'essai intitulé A propos de l'individualité et de sa conception au Moyen Age, que Lamprecht avait écrit en 1878 afin de préciser ses idées sur le rapport entre la science historique et l'histoire de l'art. S'il le recommanda à Sybel en vue d'une carrière d'archiviste, c'est avec l'intention manifeste de l'évincer du circuit universitaire, le mettant au service de l'État dans de poussiéreuses salles d'archives.

  • 36  Cité dans Schönemann, op. cit., p. 382.

19Von Noorden écrivit enfin en 1879 une lettre de recommandation envisageant la poursuite d'une carrière universitaire pour Lamprecht. Le professeur de Leipzig soulignait : « Il est très doué et possède en accord avec ses talents des connaissances larges et approfondies, un zèle infatigable et une grande faculté de pénétration... C'est un jeune historien dans le meilleur sens du terme, aux centres d'intérêt variés, à l'esprit vif, qui a fait ses études et passé ses examens en économie politique et en sciences politiques ; il est d'une moralité sévère, tout à fait le Prussien protestant, et entretient comme toute notre travailleuse jeunesse universitaire d'aujourd'hui de bonnes convictions monarchistes. »36

  • 37  Schönemann, op. cit., p. 383.

20Pour le doctorat de son élève, von Noorden chercha aussi à obtenir le soutien du moderniste Wilhelm Maurenbrecher à Bonn, à qui il déclarait le 10 janvier 1880 dans une lettre : « J'ai rencontré chez Lamprecht une force exceptionnelle, même si elle est encore bouillonnante. <...>. Dans quelle mesure il est possible qu'il poursuive sa carrière à l'université de Bonn, ce n'est pas ton affaire. On obtient le titre de docteur pour l'ensemble des universités allemandes et non pour une seule université. Lamprecht, une fois le pied à l'étrier, saura trouver sa voie. »37

21Ce chemin bien dessiné n'était cependant pas la seule voie qui s'ouvrait à Lamprecht : il trouva en la personne de l'industriel de Cologne Gustav Mevissen un mécène qui lui fit découvrir et étudier un nouveau territoire, l'histoire régionale rhénane3. Ce domaine, qui n'avait pas encore été aspiré par le tourbillon de la professionnalisation, devint ainsi le terrain d'essais d'un jeune historien qui considérait déjà l'évolution des universités d'un œil extrêmement critique et souhaitait donner une nouvelle orientation à la science historique alors qu'elle commençait juste de s'institutionnaliser.

  • 38  Herbert Schönebaum, Gustav Mevissen und Karl Lamprecht : Zur rheinischen Kulturpolitik von 1880-18 (...)
  • 39  Herbert Schönebaum, « Carl von Noorden und Wilhelm Maurerbrecher... », p. 384.

22Il semble avoir causé de la sorte de grands soucis au Séminaire d'histoire de Bonn, car Maurenbrecher se plaint amèrement à von Noorden au sujet du nouvel arrivant, le qualifiant d'« écervelé » sur « des chemins tortueux ». Von Noorden attribuera le mauvais chemin pris par son élève aux « nouveautés de sa vie à Cologne, lesquelles sont en contradiction avec l'existence menée ici auparavant, modeste sous tous rapports, où il ne se montrait indiscipliné et tumultueux que pour des questions scientifiques »38 ; mais von Noorden plaçait de grands espoirs dans la force disciplinante de Maurenbrecher, dans sa manière « très saine et ouverte »39.

  • 40  Schönebaum, op. cit., p. 385
  • 41  Lamprecht an Bernheim am 10.7.1881, cité dans, Luise Schorn-Schütte, Karl Lamprecht, Kulturgeschic (...)

23Von Noorden en venait même à supposer une influence négative de la part du recteur de l'école de Schulpforta, entre temps parti à la retraite, qui avait été l'enseignant de Lamprecht dans ce lycée d'élite et avait précédé ce dernier au poste de précepteur dans la maison de Deichmann à Cologne. Nous voyons bien sur ce point la méfiance ressentie à l'égard d'une activité semi-professionnelle, qui pouvait échapper au contrôle exercé par l'historiographie universitaire parce qu'elle était en relation avec des profanes s’intéressant à l'histoire et disposant de l'argent nécessaire pour soutenir des conceptions historiographiques indépendantes. Dans ce débat, Lamprecht apprit sans doute à réfléchir sur le rapport qu'entretenaient, d'un côté, la légitimation d'identités (nationales ou régionales) par le biais de l'histoire et, de l'autre, la production professionnelle de représentations historiques. A propos de la « Société d'histoire rhénane », von Noorden déclarait à son collègue de Bonn Maurenbrecher : « Tu me semblés trop bien pour une telle entreprise. Des forces de second et troisième rang peuvent aussi y prétendre... Il vaut mieux que l'association soit mal dirigée et par conséquent qu'elle produise moins plutôt que tu n'y gaspilles ta force de création. »40 On voit nettement ici la stratégie des enseignants, qui visaient la professionnalisation et s'opposaient à l'ouverture de la science historique à l'étude des phénomènes de culture collective. En juin 1881, Lamprecht décrit dans une lettre à Ernst Bernheim la tension qui se dessine lorsqu'il présente à ses collègues de Bonn ses projets de publications ultérieures : « En outre, je mettrai sur le tapis un de mes projets favoris depuis longtemps : l'édition de miniatures touchant à l'histoire de la culture et de l'art rhénans au Moyen Age. Il y aura sans doute un rude combat ; car nos spécialistes en histoire politique ignorent, raillent et tout au plus discutent le droit de cité de tels travaux que tout philologue, s'il connaît les représentations sur les vases grecs, admettra. »41

  • 42  Voir par exemple le refus auquel se heurta sa demande de nomination au poste de professeur en mai (...)
  • 43  « Lamprecht an Schmoller » (non daté), cité dans : Schorn-Schütte, p. 47.
  • 44  On peut sans doute expliquer la permanence de cette confrontation par le fait que les adversaires (...)

24Face à cette situation, Lamprecht développa une stratégie lui permettant de contourner sa mise à l'écart par les professeurs de l'ancienne génération42 grâce à des projets pour lesquels il utilisait de nouvelles sources et de nouvelles techniques d'étude. On peut citer notamment la publication des sentences des juges rhénans au Moyen Age et des cadastres, grâce à laquelle il voulait impulser l’« étude de la culture rhénane réelle dans les domaines économique et juridique », comme il l'écrivit à Gustav Schmoller. Il essayait d'ailleurs de convaincre ce dernier de collaborer à la Westdeutsche Zeitschrift, organe possible d'une nouvelle histoire provinciale43. Mais cela le conduisit rapidement à un problème de ressources : les sources qu'il proposait aussi bien en histoire de l'art qu'en histoire juridique et économique étaient des sources sérielles, pour l'analyse desquelles ses collègues voulaient mettre en œuvre la même minutie que pour l'étude critique des anciennes pièces d'archives. Son échec semblait ainsi programmé (c'est sur ce point que portent aussi les critiques de Georg von Below, qui s'attachait à suivre les publications de Lamprecht avec une insistance sarcastique)44. L’« issue » trouvée par Lamprecht consistait à investir toute sa force de travail et tout son talent d'organisateur, ce qui lui attira de nouveaux ennemis.

25Le choix d'une telle issue n'entraînait pas seulement une rupture interne avec les enseignants et collègues, lesquels l'avaient en partie encouragé mais n'avaient pas compris ou avaient entravé ses nouvelles recherches. Il supposait aussi qu'il tire parti de cet isolement en le mettant en scène comme un signe de sa volonté de renouveau. Aussi était-il logique que Lamprecht refuse d'abriter dans le nouveau bâtiment de l'Institut d'histoire culturelle et universelle le buste de son professeur Carl von Noorden. Noorden n'aurait certainement pas approuvé les nouvelles conceptions de Lamprecht ni la fondation de son propre institut.

  • 45  Karl-Heinz Metz, op. cit., p. 464.

26Sur la toile de fond des conflits qu'il vivait dans le cadre de sa socialisation universitaire, on comprend mieux que Lamprecht ressente rapidement le besoin de formuler dans un ouvrage d'ensemble son programme. L'essai daté de 1878 sur L'individualité et sa conception au Moyen Age en Allemagne, fruit de son séjour à Munich, contenait déjà le noyau de sa conception de l'histoire culturelle. Celle-ci devait offrir une « représentation du « devenir de la vie et de l'action nationales », qui intégrerait les divers aspects de celles-ci et ne ferait intervenir qu'en second heu les événements politiques »45. De manière pragmatique, Lamprecht jugeait nécessaire de tester tout d'abord ce programme gigantesque en effectuant un nombre relativement élevé d'études particulières. La mise en place de l'histoire régionale rhénane lui fournit une première occasion.

27Cependant, sous la pression conjuguée qu'exerçaient l'université de Bonn pour l'obtention d'un poste de professeur et un financement privé limité dans le temps, Lamprecht dut restreindre ses réflexions concernant l'histoire économique de la Rhénanie, c'est-à-dire d'un terroir traditionnellement très divers, à une région et un thème précis : la Moselle et la vie économique au Moyen Age, afin de pouvoir fonder ses idées sur des données empiriques reconnues par la communauté des historiens. L'utilisation de méthodes historico-statistiques issues de l'économie politique, qu'il préconisa en histoire économique, et le recours à la toponymie pour l'histoire des comportements culturels introduisent ou du moins annoncent la sérialisation des sources. Pour conférer à ses énoncés leur représentativité et par là leur validité, l'histoire classique employait un artifice méthodologique qui paraissait inadmissible à Lamprecht : elle mettait en place sans l'expliciter une hiérarchie des acteurs, attribuant à certains un rôle de premier plan, si bien que le récit de leurs actions fournissait la seule version valable de l'histoire. Lamprecht voulait dépasser la conception historiste selon laquelle chaque processus est unique et ne peut se reproduire. Dans cette perspective, l'histoire régionale de la Rhénanie n'était qu'une étape préparatoire. L'histoire régionale faisait partie pour lui de l'histoire générale.

  • 46  Karl Lamprecht, Deutsches Wirtschaftsleben im Mittelalter (Schluß), in Du même auteur, Ausgewählte (...)

28Mais il n'était pas question pour lui de se limiter à un petit espace. Au contraire, « le travail artistique de l'historiographe », à la différence du simple chercheur en histoire, devait consister « à éveiller à la vie par le biais de l'empathie les organismes historiques <et non seulement leurs parties — M. M.> pour qu'ils participent constamment au présent », c'est ce qu'il écrivait dans le chapitre final de son travail sur la « Vie économique allemande au Moyen Age »46. Selon Lamprecht, il fallait que la synthèse historique et la recherche en histoire marchent main dans la main pour lier « la vie et la science » et permettre ainsi une « vision véritablement historique ». A ce moment de transition entre le travail universitaire qu'il a rédigé pour obtenir son poste de professeur et la définition de ses tâches de futur chercheur, Lamprecht se pencha sur les deux problèmes de fond de son époque :

  • 47  Otto Gerhard Oexle (éd.), Memoria als Kultur, Göttingen, 1995.

— Il se préoccupa tout d'abord de la réduction que subissait la réalité observée uniquement du point de vue scientifique, réduction dont Nietzsche s'était abondamment moqué. Nietzsche (et de même Lamprecht lorsqu'il faisait de la recherche historique la cible de ses sarcasmes) partait de la vision d'une science, victime d'une spécialisation croissante des différentes disciplines, de modèles explicatifs dépendants de leurs domaines respectifs et coupés de la réalité, et d'une conception de la vérité résultant d'illusions scientistes, c'est-à-dire objectivistes47.

— Son deuxième centre d'intérêt touchait à un problème théorique, celui du rapport entre vision du monde et méthode scientifique, entre le général et le particulier, entre la réalité historique, la science historique et le tableau historique.

  • 48  Max Lenz, Die Stellung der historischen Wissenschaften in der Gegenwart, in Kleine historische Sch (...)
  • 49  Karl Lamprecht, Zur universalgeschichdichen Methodenbildung, in Hans Schleier (éd.), Karl Lamprech (...)

29Au tournant des années 1880-1890, il pensait manifestement résoudre ces problèmes de manière pragmatique et il voulut utiliser la chaire de professeur qu'il avait obtenue en 1891 à Leipzig, après un bref intermède à Marburg, pour présenter une Histoire allemande exemplaire, qui illustrerait ses idées. Lamprecht prenait pour point de départ, comme s'il s'agissait d'une évidence, la supposition selon laquelle la nation était le cadre de références de ce contexte culturel dont il avait eu au début plutôt un sentiment confus qu'une représentation nette : une sorte de nation culturelle, unie par la langue et un réservoir de symboles communs, qui serait sans cesse soumise au changement mais constituerait cependant le fondement des faits culturels (c'est-à-dire artistiques, sociaux, économiques et finalement aussi politiques). La réponse de Max Lenz en 1897, lequel défendait la définition précédente d'un ciment social constitué par une dynastie et un Etat48, montre bien l'ampleur de cette innovation, quoique celle-ci, deux décennies plus tard, ne fût aux yeux de son instigateur qu'une préhistoire de ses propres idées puisqu'il commençait désormais à réfléchir au-delà de l'idée de nation dans le cadre d'une histoire universelle49.

  • 50  Cité d’après Theodor Schieder, Deutsche Geschichtswissenschaft im Spiegel der Historischen Zeitsch (...)
  • 51  Voir la reconstruction de la critique collective dans Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German A (...)
  • 52  Max Lenz, Kritik von Lamprechts Deutscher Geschichte, vol. 5, in HZ, vol. 77, 1896, p. 446. La nua (...)

30Lamprecht fut lui-même surpris par le double retentissement de son œuvre : un succès auprès du grand public et un rejet manifeste des historiens ; après trois volumes de cette grande entreprise, il lui fallut préciser ses positions théoriques. D écrivit plus tard à Meinecke qu'il faisait pour la première fois de sa vie des études de philosophie50. Les attaques des critiques avaient mis en cause sa rigueur scientifique en relevant dans le détail de nombreuses erreurs51. A la suite de cette attaque frontale, Lamprecht chercha à ouvrir un débat de fond et à remettre en question le concept même de science qui avait été utilisé. Lenz a souligné le déplacement de la discussion : « Nous le voyons ces derniers temps saisir joyeusement les béquilles de la théorie après que les appuis des faits se sont effondrés. »52 Il s'agissait à présent de confronter de manière explicite ces perspectives fondamentalement différentes, que l'argument d'autorité fourni par une connaissance plus précise des faits ne devait plus suffire à départager.

  • 53  Dietrich Schäfer, Geschichte und Kulturgeschichte. Eine Erwiderung, Jena, 1891, p. 60, de même que (...)

31Avec sa critique de la tradition, l'histoire culturelle de Lamprecht réalisait déjà une ouverture importante : elle qualifiait de mystique la croyance de Ranke selon laquelle il était possible de percevoir le sens et l'unité de l'histoire dans le singulier (un singulier significatif), et lui déniait tout caractère scientifique. De la même façon, l'histoire culturelle plus ancienne d'un Dietrich Schäfer, qui opposait le « fait du singulier » et 1’« uniformité de la masse », devenait obsolète53.

32Lamprecht se révéla cependant être un enfant de l'historisme : on devait étudier les faits au lieu des idées spéculatives. Il retourna contre Ranke le reproche adressé par l'historisme à Hegel. L'histoire devait être expliquée de manière immanente, les idées jouaient aussi un rôle : elles étaient à la fois le reflet et le moteur des événements effectifs.

33Lamprecht cherchait à clarifier son propos en faisant la différence entre vision du monde et méthode, qui se trouvaient dans le même rapport que la foi et le savoir. La vision du monde mettait selon lui l'accent sur des valeurs particulières tandis que la méthode représentait la base théorique de l'histoire.

  • 54  Karl Lamprecht, Alte und neue Richtungen in der Geschichtswissenschaft, in Id., Ausgewählte Schrif (...)
  • 55  Karl Lamprecht, op. cit., p. 190.
  • 56  Felix Rachfahl, Über die « Theorie einer kollektivistischen » Geschichtswissenschaft, in Jahrbüche (...)
  • 57  Karl Lamprecht, Alte und neue Richtungen in der Geschichtswissenschaft, in Id., Ausgewählte Schrif (...)
  • 58  Karl Lamprecht, op. cit., p. 191.

34Il refusait de déduire la « méthode scientifique » d'une vision du monde qui serait « juste » (parce que fondée sur l'économie : Marx) tout autant que de se résigner comme les héritiers de Ranke face au caractère particulier du processus historique, lequel échapperait de fait à toute tentative d'explication. Pour lui, une science historique était indissociablement liée à des préjugés. Il démasqua ainsi l'histoire politique telle qu'elle était pratiquée jusque-là en montrant combien ses structures de pensée, par leur référence a priori à certaines valeurs, ressemblaient à celles des légendes54. « La méthode est au fond la même : ici <dans la recherche historique> comme là <lors de la formation des légendes>, l'imagination travaille à restituer la totalité de ce qui s'est passé. Seul l'emploi de moyens plus raffinés permet de distinguer aujourd'hui de jadis. »55 Felix Rachfahl, le seul à considérer ce point vraiment sérieusement lors de la querelle des méthodes, prit le parti opposé et affirma que la maîtrise de l'imagination dans la science historique s'effectuait grâce à l'examen des faits ainsi qu'à l'examen opéré à partir d'un système de règles et de principes, ce qui permettait justement à la science historique d'être en mesure de fournir des « connaissances sûres ». C'était précisément par le biais de ces « moyens raffinés », soit de la « méthode historique », dont Lamprecht concédait l'existence, que l'on pouvait marquer la différence avec les légendes, lesquelles se contentaient de jaillir de l'imagination56. Lamprecht rétorqua que les légendes n'étaient pas des inventions arbitraires mais la « meilleure transmission possible de l'histoire véritable étant donné la vie spirituelle de l'époque : leur contenu est un précipité de l'histoire des temps jadis »57. Les historiens ne sont par conséquent rien d'autre que des producteurs modernes de représentations historiques (et l'outillage scientifique dont ils se parent pour l'exégèse des sources ne les différencie guère de leurs prédécesseurs). La culture historique est une construction ou une somme de constructions, mais elle n'est pas arbitraire ; cette construction suit des règles afin de garantir que la culture historique de chaque époque puisse se présenter comme « la meilleure transmission possible de l'histoire véritable ». « Il n'y a jamais eu de tradition historique qui n'ait voulu rapporter toute la vérité, c'est-à-dire la vérité qui, en dépit des circonstances de sa naissance, se libère du jeu de l'imagination. »58 Lamprecht se savait sur ce point en accord avec Simmel et il renvoie d'ailleurs à une œuvre de ce dernier, les Problèmes de la philosophie de l'histoire.

  • 59  Karl Lamprecht, op. cit., p. 193.

35S'il n'existe pas de différence fondamentale quant à la prétention à la vérité que peuvent avoir des producteurs de représentations historiques aussi divers que la science historique moderne et les conteurs de légendes du Moyen Age, si la nouvelle méthode elle aussi « repose sur des présupposés théoriques fort simples, connus depuis toujours »59, on observera tout de même un affinement au cours de siècles, dû à « l'intensité accrue de nos recherches ».

36La professionnalisation de l'histoire scientifique ne constituait pas pour Lamprecht, à la différence de ses adversaires, une rupture qualitative mais seulement une concentration quantitative de l'expérience historique, qui résultait du nombre croissant d'études scientifiques. Si la méthode ne permet pas de mettre en évidence aucune exclusivité de la vérité scientifique, il s'ensuit en bonne logique que la concentration des connaissances historiques doit nécessairement concerner tous les domaines de la société : au bout du compte, la prétention à une histoire totale est un moyen de sortir de la crise épistémologique qu'avaient entraînée les certitudes scientistes. Cette totalité ne peut toutefois se présenter comme une accumulation de matériaux dénuée de sens. Elle nécessite au contraire une pensée directrice pour ordonner les études des divers domaines selon un ordre hiérarchique.

37Lamprecht en déduisait que la tâche de l'historien avait essentiellement deux aspects : il fallait élaborer des synthèses qui devaient avoir pour fil directeur l'influence de la mentalité dominante d'une époque sur toutes les activités. Et il fallait également mettre en évidence la participation des historiens à cette mentalité au lieu de cacher leur rôle de « conteurs de légendes » derrière une « méthode historique » prétendument objective.

38Lors d'une querelle fondamentale entre les objectivistes et les relativistes, Lamprecht, qu'autant d'années séparaient de Kant que des postmodernes actuels, prit parti pour les relativistes. Mais en sa qualité d'historien, il ne pouvait s'arrêter là, ce qui d'ailleurs le rend peut-être plus intéressant que bien d'autres auteurs de son époque, qui ont aussi affronté ces problèmes fondamentaux de la connaissance historique.

39Pour Lamprecht — et sous la pression de son entourage, qui ne goûtait guère une victoire théorique et lui préférait les preuves empiriques -, il était nécessaire de trouver des issues pour sortir du dilemme que posait une connaissance historique dépendante de la perspective choisie, avec un historien à la fois sujet et objet. Lamprecht en voyait deux :

1 / Si l'on se concentrait sur les phénomènes collectifs, les mentalités considérées comme la caractéristique déterminante des agissements sociaux, sur les réservoirs collectifs de symboles présents dans l'esthétique générale de chaque époque, bref, sur les manifestations de mémoire collective, on pouvait atténuer les difficultés soulevées par une science historique dont la dépendance à l'égard de jugements de valeur était inévitable.

2 / En utilisant la comparaison comme opération de base de la « méthode historique » au sens où l'entendait Lamprecht, on parvenait à augmenter le nombre de jugements de valeur intervenant dans « la vision historique » au point de réduire la dépendance à l'égard de l'arbitraire d'une interprétation individuelle.

  • 60  Karl Lamprecht, op. cit., p. 194.

40En passant de l'histoire politique à l'histoire culturelle, Lamprecht s'efforçait de quitter le domaine du fait unique. Ce n'était pas simplement un changement d'objet : il y associait l'hypothèse selon laquelle seule l'histoire culturelle était susceptible de synthèse. Le « diapason de l'âme », c'est-à-dire la mentalité qui déterminait une société, était selon lui un élément essentiel si l'on voulait comprendre l'histoire. La psychologie devenait ainsi la science fondamentale des historiens, « tout comme la mécanique pour les sciences de la nature ». L'association pluridisciplinaire que représentait le « cercle positiviste » de Leipzig, dans lequel le psychologue des peuples Wilhelm Wundt, tenait la place la plus importante, joua un rôle indéniable. Le « type des processus psychologiques » ne pouvait être construit selon Lamprecht qu'à partir d'« une majorité de cas incontestables » — l'histoire politique, du fait de l'unicité des intentions et des actions, ne se prêtait pas à l'analyse de sa « mécanique fondamentale », ni à la comparaison : « On peut en revanche imaginer, pour le domaine de l'histoire culturelle, un avenir qui conduise à des vérités scientifiques plus achevées grâce au travail effectué sur des données sérielles et de même nature, ce qui ouvrirait une nouvelle ère de la science historique. »60

  • 61  Karl Lamprecht, op. cit., p. 195.

41La querelle entre Rachfahl et Lamprecht résultait de leurs références fondamentalement différentes à la psychologie compréhensive de Dilthey d'une part et à la psychologie comparative des peuples de Wundt de l'autre. Les deux protagonistes étaient cependant d'accord sur le fait que la science historique nécessitait des ressources philosophiques externes pour conserver sa position, à la tête des autres disciplines interprétant la réalité sociale. Derrière cette mobilisation des différents courants de la psychologie, il y avait aussi la question de savoir si la science historique devait faire partie des études littéraires ou des sciences de la culture, suivant qu'elle se concentrait sur le singulier ou le collectif61.

  • 62  Karl Lamprecht, Was ist Kulturgeschichte ? Beiträge zu einer empirischen Historik, in Id., Ausgewä (...)
  • 63  Wilhelm Wundt, Grundriß der Psychologie, Leipzig, 1896.

42La psychologie constituait selon Lamprecht le fondement de toute science, car « les sciences ne peuvent avoir pour contenu que l'expérience immédiate issue des interactions entre des sujets connaissants et agissants »62. Or la science des formes générales de l'expérience et de ses lois était la psychologie63.

43La querelle de méthodes, qui se déploya entre 1893 et 1896, est en règle générale dépeinte comme marquant l'anéantissement de Lamprecht et l'arrêt des débats théoriques au sein de la science historique allemande. Il en résulta à mon avis plutôt une clarification des positions fondamentales. On avait mis en évidence l'éventail des possibilités, sur lesquelles on pouvait désormais bâtir. On n'assista à un arrêt des débats théoriques qu'à partir du moment où les historiens qui suivirent voulurent prendre le parti des vainqueurs d'hier au lieu de saisir les virtualités d'une telle controverse.

44Le plaidoyer de Lamprecht en faveur d'une histoire culturelle se nourrissait de la conviction selon laquelle l'historien est une partie de l'appareil qui produit les mentalités, les phénomènes d'identification, l'esprit d'une époque, l’« opinion publique... <laquelle représente> l'atmosphère sociale de cercles formés par la majorité des gens ». C'est donc seulement en appliquant à lui-même les procédés de l'histoire culturelle que l'historien pourrait « avoir un aperçu plus complet du mécanisme social ». Pendant longtemps, l'historiographie sociale du xxe siècle (y compris l'historiographie marxiste) n'a pas suivi Lamprecht dans son opposition à la sociologisation de l'histoire. La voie choisie par l'historien de Leipzig, qui évite l'opposition entre l'historisme et un déterminisme économico-social, est toujours d'actualité. Et ses propositions pour garantir le caractère scientifique de la psychologie sociale en mettant l'accent sur la sérialisation des sources et sur la comparaison d'états distincts de l'opinion publique (qu'il appelle des époques culturelles) n'apparaissent plus aujourd'hui, après un siècle d'affinement méthodologique, comme de purs jeux de l'esprit.

  • 64  Karl-Heinz Metz, op. cit., p. 470.
  • 65  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 265.

45A son époque et vu les ressources limitées dont il disposait, il ne lui restait plus qu'à utiliser de son mieux sa position à Leipzig. Dans une optique d'organisation des sciences — et dans la mesure où il n'y avait plus au centre de la recherche une « philosophie de l'histoire spéculative et se référant à des valeurs particulières » -, Lamprecht chercha à mettre en place « une association de chercheurs des différentes sciences »64 pour résoudre ensemble des problèmes rencontrés ; selon lui en effet, la pluridisciplinarité reposait sur le fait que « toutes les sciences n'en étaient au fond qu'une seule... », « le travail scientifique consistant à décomposer les complexe résultant de la perception sensorielle pour les recomposer dans un ordre nouveau »65.

  • 66  Rede Karl Lamprechts, gehalten am 7. Oktober 1912 auf der Tagung des Verbandes für internationale (...)
  • 67  Gerald Diesener / Matthias Middell, Zwischen Universitätsautonomie und Wissenschaftsstandort : Lei (...)
  • 68  H. Haas, König Friedrich-August-Stiftung für wissenschaftliche Forschung zu Leipzig. Sächsische St (...)
  • 69  On peut lire des contributions au sujet de l’Institut et les impressions des étudiants, dans Geral (...)

46Il songeait (en s'inspirant sans nul doute du taylorisme) à un groupe de chercheurs qui travailleraient sur le même thème : « ... pour faire avec succès des recherches en histoire universelle, on aurait besoin d'un groupe de travail composé de divers chercheurs de différents pays, qui, selon un plan précis et sous la direction d'un ou plusieurs chercheurs déjà expérimentés en matière d'histoire universelle, se chargeraient de certaines tâches au cours du travail. »66 Il essaya d'aligner sur ce modèle le Séminaire d'histoire de Leipzig, son Institut d'histoire culturelle et universelle puis finalement les instituts de recherche de « L'Université au vert »67 et de la Fondation König-Friedrich-August68. Ce programme eut beaucoup de succès auprès des étudiants mais peu de retentissement chez ses collègues69.

  • 70  Karl Lamprecht, Anleitung zum Sammeln von Kinderzeichnungen, Leipzig, 1913.

47Le groupe de travail devait principalement chercher à élaborer un modèle. Rien qu'aux difficultés éprouvées pour trouver un appareil conceptuel approprié, on peut avoir une idée de la complexité qu'exigeait l'analyse de 1’« habitus mental collectif », notion jugée essentielle, à partir des instruments méthodologiques disponibles : au début, ce furent les métaphores des différents âges de la vie, empruntées à la psychologie de l'individu, qui dominèrent. Il s'y superposa ensuite une terminologie issue de l'archéologie, qui nous est encore familière aujourd'hui. Mais pour l'heure, la fouille systématique de toutes les strates tournait à l'échec parce que les compétences adéquates faisaient défaut ; Lamprecht désigna donc arbitrairement les arts plastiques comme « strate principale », dans laquelle l'imaginaire d'une époque trouvait sa manifestation la plus pure. Il était parfaitement conscient qu'il s'agissait là d'un simple échafaudage. Néanmoins, il était possible de travailler avec un tel présupposé tant que l'étude des autres sources sérielles de la pratique culturelle et les talents nécessaires se faisaient attendre. Lamprecht réunit finalement ses deux réservoirs de métaphores de la psychologie individuelle et de l'archéologie dans l'idée qu'une étude comparée de dessins d'enfants de différentes cultures pourrait donner des indications sur la manière dont elles se positionnaient les unes par rapport aux autres70.

48A partir du fil conducteur que constituaient les réservoirs de symboles traditionnels des sociétés, il reconstruisit les « états psychiques » des différents stades de culture et affirma que la relation qu'ils entretenaient entre eux était partout la même. Les diverses tentatives qu'il fit pour conférer un caractère scientifique à ses hypothèses théoriques nous semblent aujourd'hui quelque peu naïves et elles ne peuvent plus jouer le rôle de modèles. Mais elles ont ouvert une voie dans la direction que prend à présent l'histoire culturelle, et se sont heurtées à des difficultés qui ne sont toujours pas résolues à notre époque.

  • 71  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 281.
  • 72  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 282.
  • 73  A propos des défauts de toute comparaison typologique : Michel Espagne, Sur les limites du compara (...)
  • 74  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 283.

49Lamprecht pensait que les problèmes posés par l'histoire universelle pouvaient être résolus si l'on partait de la psychologie des peuples plutôt que de l'individu, « en choisissant pour vecteurs le collectif de la nation plutôt que l'état individuel »71. Se posait alors la question de la comparaison entre les cultures, pour laquelle il trouva des modèles dans la conception romantique de l'histoire de Herder et la découverte des stades de développement économique chez List et Hildebrand. L'idée de variations possibles de développement selon les nations devait conduire Lamprecht au problème de l'existence simultanée de stades de développement différents72. Cependant, on ne peut pas en rester à une comparaison qui crée d'abord les entités à comparer afin de dresser par la suite la liste de leurs ressemblances et différences73. Il faut aussi prendre en considération les influences que les nations exercent les unes sur les autres, que ce soit de manière diachronique avec les processus de réception ou de façon synchronique, « afin de clarifier les relations au sein de l'histoire universelle »74. Tout en cherchant à établir une typologie des nations culturelles, Lamprecht met entre parenthèses, à des fins méthodologiques, l'étude des transferts culturels. Il se croyait en mesure de prouver que ces transferts apparaissaient en nombre de plus en plus important mais qu'ils n'altéraient en rien le développement de la nation, parce qu’« un peuple fort et sain ne se met à assimiler les influences de l'histoire universelle qu'à partir du moment où son propre développement atteint un degré de maturité correspondant au niveau de culture des influences qu'il subit ». Dans ces circonstances, les influences étrangères ne détruisaient pas les particularités d'un système culturel mais enrichissaient et accéléraient le développement national. A l'inverse de théories ultérieures sur la différence de niveau culturel (celles de Theodor Frings et de Rudolf Kötzschke par exemple), Lamprecht partait de l'hypothèse selon laquelle les nations les plus récentes héritaient du meilleur des plus anciennes, ce qui serait une expression du progrès.

  • 75  L’État n’est pour Lamprecht qu’une fonction de la nation, le cas idéal correspondant à une coïncid (...)

50Vu son parcours intellectuel, Lamprecht devait évidemment finir par écrire une histoire culturelle et universelle. Il ne s'agissait pas seulement d'une histoire totale au sens de l'histoire la plus globale possible d'une société mais d'une histoire comparée des stades de développement culturel de différentes sociétés ainsi que de leurs influences mutuelles. Cette ambivalence quant à ses objectifs contribue aussi à la singularité de sa position, au carrefour entre une époque, où l'historien avait eu pour référence l'Etat national75, et l'ère suivante, où la société de masse et la globalité naissante soulevaient des questions complètement nouvelles.

51Quand des historiens réclament un changement de paradigme, comme ce fut le cas récemment pour le passage de l'histoire sociale à l'histoire culturelle, cela ne veut pas dire nécessairement qu'ils abordent à l'avenir un terrain complètement nouveau et jusque-là délaissé par l'histoire. Ce qui paraît être un changement d'objet ou de méthode est en réalité motivé par un sentiment éprouvé par les historiens, à savoir que le monde contemporain a évolué et qu'il leur faut par conséquent réagir à ces évolutions en organisant différemment le discours historique, puisque c'est là le langage dont ils disposent pour exprimer leur malaise ou leur nouvel accord avec le monde qui les entoure.

52La discussion à propos de l'histoire culturelle, qui se déroula en plusieurs étapes des années 1860 à la Première Guerre mondiale (nous laissons de côté la poursuite de ce débat dans les années 20) alors que celle-ci prétendait prendre la place de la vieille histoire politique, montre que les positions de Lamprecht dans leur temps n'ont pas perdu tout intérêt. Il réclama d'une manière particulièrement insistante cette nouvelle organisation du discours historique. Il suscita même une querelle des méthodes parce qu'il tenait obstinément à mettre au centre des débats les questions à la fois épistémologiques et organisationnelles qui étaient à la base d'un changement du discours. Son talent de polémiste et son habitus de rénovateur de la science historique ainsi que les réactions grossières de ses adversaires en firent un des plus célèbres protagonistes de la deuxième vague du débat sur l'histoire culturelle qu'avaient engagé Schäfer et Gothein en Allemagne. Lamprecht a eu le mérite de traduire dans le discours historiographique la nouvelle situation d'une discipline, qui risquait de perdre ses liens avec la bourgeoisie cultivée. Il a su traduire la peur face à une société de masse hantée par la question sociale et l'idée qu'on avait besoin de nouvelles forces sociales assurant le ciment de la société, pour remplacer le patriotisme unificateur de 1871. Arrivé à ce stade, on peut commencer à rechercher les techniques qui conviendraient à une histoire culturelle (de l'analyse des discours à la sérialisation des sources en passant par l'étude des représentations) et que la science historique du xxe siècle a empruntées aux sciences voisines dans une « stratégie de captation ». Or Lamprecht a toujours soutenu que les techniques dont on se servait pour aborder les différents problèmes devaient évoluer en même temps que ceux-ci. En ce sens, le reproche adressé par Meinecke, von Below et Lenz n'est pas justifié, ni l'idée, constamment répétée par la suite, selon laquelle Lamprecht aurait ignoré des problèmes nouveaux en ne se contentant pas d'un travail artisanal. Son attitude expérimentale à l'égard des techniques de recherche historique est là pour nous rappeler que la science historique ne dispose pas d'un canon achevé de méthodes possibles mais que sa vigueur dépend précisément de sa capacité à s'approprier constamment de nouvelles méthodes adéquates à l'objet et au problème posé.

Haut de page

Notes

1  Matthias Middell (éd.), Historikertage im Vergleich, in Comparativ, n° 5/6, Leipzig, 1996.

2  Voir Gerhard Wiemers, Die historische Kommission bei der Sächsichen Akademie der Wissenschaften, Köln, Weimar, Wien, 1996.

3  Katharina Middell, Das Institut für Kultur- und Universalgeschichte bei der Universität Leipzig und seine Beziehungen zu Frankreich bis zum Ausbruch des Ersten Weltkrieges, in Michel Espagne / Matthias Middell (éd.), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, 1993, p. 354-379.

4  Roger Chickering, Karl Lamprecht, A German Académie life (1856-1915), Atlantic Highlands, 1993, p. XII.

5  Wolfgang Hardtwig, Alltagsgeschichte heute. Eine kritische Bilanz, in Winfried Schulze (ed.), Sozialgeschichte, Alltagsgeschichte, Mikrohistorie, Göttingen, 1994, p. 19.

6  Karl Lamprecht, Americana. Reiseeindrücke, Betrachtungen, Geschichtliche Gesamtansicht, Freiburg, 1906.

7  Jürgen Kloosterhuis, « Friedliche Imperialisten ». Deutsche Auslandsvereine und auswärtige Kulturpolitik 1906-1918, Frankfurt am Main, 1994 (2 vol. ).

8  Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, 1959.

9  Georg von Below, Die neue historische Methode, in Historische Zeitschrift, vol. 81/1898, p. 193-273.

10  Rüdiger vom Bruch, Wissenschaftspolitik, Kulturpolitik, Weltpolitik. Hochschule und Forschungsinstitute auf dem Deutschen Hochschullehrertag in Dresden 1911, in Horst Walter Blanke (éd.), Transformationen des Historismus. Wissenschaftsorganisationen und Bildungsorganisation vor dem Ersten Weltkrieg. Interpretationen und Dokumente, Waltrop, 1994, p. 32-63.

11  Max Weber à Willi Helpach, le 5 avril 1905 : « Pourriez-vous vous décider à laisser Lamprecht de côté... Il ne me semble pas vraiment possible de publier un essai scientifique qui le prenne au sérieux car il serait alors nécessaire d’expliquer aussi – et ce serait probablement moi qui jouerais le bourreau – que nous le tenons pour un imposteur et un charlatan de la pire engeance dès qu’il prétend être un critique et un historien de la culture » (cité dans Schorn-Schütte, voir ci-dessus, p. 93).

12  C’est ce que résume classiquement Hans-Joseph Steinberg, Karl Lamprecht, dans Hans-Ullrich Wehler (éd.), Deutsche Historiker, Göttingen, 1972, vol. 1, p. 58-68.

13  A propos du long règne de l’école de Ranke, voir Wolfgang Weber, Priester der Klio. Historisch-sozialwissenschaftliche Studien zur Herkunft und Karriere deutscher Historiker und zur Geschichte der Geschichtswissenschaft 1800-1970, Frankfurt am Main, 1987 : on notera d’ailleurs que tout en lui reprochant de présenter des données isolées et inexactes, la critique a cependant repris dans son intégralité le jugement porté par Max Weber. Au sujet du remplacement de l’historisme par la sociologie historique, on peut se reporter au tryptique classique de l’historiographie, composé des Lumières, de l’historisme et de la sociologie historique chez Horst Walter Blanke, Historiographiegeschichte als Historik, Stuttgart/Bad Cannstatt, 1991.

14  A propos de Freyer : Elfriede Üner, Soziologie als « geistige Bewegung ». Hans Freyers Systems der Soziologie und die « Leipziger Schule », Weinheim, 1992 ; Jeffrey Z. Müller, The Other God That Failed. Hans Freyer and the Deradicalization of German Conservatism, Princeton, 1987.

15  Harmut Lehmann / James Van Horn Melton (éd.), Paths of Continuity. Central European Historiography from the 1930s to the 1950s, Cambridge, 1994.

16  Friedrich Jäger, Modemisierungskrise und historische Sinnbildung. Kulturgeschichte bei Droysen, Burckhardt und Max Weber, Göttingen, 1995.

17  Le point de départ de ce courant d’interprétation est sans nul doute l’essai de Gerhard Österreich, Die Fachhistorie und die Anfange der sozialgeschichtlichen Forschung in Deutschland, in Historische Zeitschrift, vol. 208/1968.

18  Karl-Heinz Metz, Grundformen historiographischen Denkens : Wissenschaftsgeschichte als Methodologie. Dargestellt an Ranke, Treitschke und Lamprecht, München, 1979.

19  Luise Schorn-Schutte, Karl Lamprecht. Kulturgeschichtsschreibung zwischen Wissenschaft und Politik, Göttingen, 1984. Consulter aussi du même auteur : Karl Lamprecht und die internationale Geschichtsschreibung, in Archiv für Kulturgeschichte, vol. 67/1985, p. 417-464, et Karl Lamprecht : Wegbereiter einer historischen Sozialwissenschaft ?, in Notker Hammerstein (éd.), Deutsche Geschichtswissenschaft um 1900, Stuttgart, 1988, p. 153-191.

20  Luise Schorn-Schutte, Territorialgeschichte — Provinzialgeschichte – Landesgeschichte : Ein Beitrag zur Wissenschaftsgeschichte der Landesgeschichtsschreibung, in Helmut Jäger (éd.), Civitatum communitas : Studien zum europäischen Städtewesen, Köln/Wien, 1984, p. 390-416.

21  On peut lire le refus polémique d’une telle généalogie dans Peter Schöttler, Das « Anna-les-Paradigma » und die deutsche Historiographie (1929-1939). Ein deutsch-französischer Wissenschaftstransfer, in Lothar Jordan / Bernd Kordänder (éd.), Nationale Grenzen und internationaler Austausch. Studien zum Kultur- und Wissenschaftstransfer in Europa, Tübingen, 995, p. 200-220.

22  Wieland Held, Das Seminar für Landesgeschichte und Siedlungskunde an der Universität Leipzig. Der Weg dieser wissenschaftlichen Einrichtung seit der Gründung vor neunzig Jahren, in Neues Archiv für sächsiche Geschichte, vol. 67/1996, p. 201-234.

23  Rudolf Kötzschke, Nationalgeschichte und Landesgeschichte (1924), publié dans P. Fried (éd.), Probleme und Methoden der Landesgeschichte, Darmstadt, 1978, p. 13-37.

24  Gerald Diesener, Lamprecht weiterdenken, Leipzig, 1993, et Eckart Fuchs / Steffen Sammler (éd.), Geschichtswissenschaft neben dem Historismus, Leipzig, 1995.

25  Au sujet de cette dernière, on renvoie à Michael Geyer / Matthias Midell, Weltgeschichte vor den Herausforderungen der Globalisierung, in Beiträge zur historischen Sozialkunde, Wien, Sonderband, 1998.

26  C’est clairement ce qui se passe dans le récent débat sur l’historisme, lorsqu’on ne se contente plus de l’historisme des héritiers de Ranke et d’une période précise du développement de l’historiographie allemande, afin de se joindre au débat avant tout nord-américain. On trouve une vue d’ensemble de la situation dans Günther Scholtz (éd.), Historismus am Ende des 20. Jahrhunderts, Berlin, 1997. On peut également se reporter à l’analyse de concepts plus anciens par Otto Gerhard Oexle / Jörn Rüsen (éd.), Historismus in den Kulturwissenschaften. Geschichtskonzepte, historische Einschätzungen, Grundlagenprobleme, Köln/Weimar/Wien, 1996.

27  Willi Oberkrome, Volksgeschichte : Methodische Innovation und völkische Ideologisierung in der deutschen Geschichtswissenschaft 1918-1945, Göttingen, 1983 ; du même auteur (éd.), Regionale Historiographie im Spannungsfeld von Politik und Wissenschaft, in Westfàlische Forschungen, vol. 46, Münster, 1996 ; Peter Schöttler (éd.), Geschichtswissenschaft als Legitimationswissenschaft, Frankfurt am Main, 1998.

28  Le fait qu’on retrouve des traces de cette diversité dans la bourbe d’une histoire qui, en tant qu’histoire völkisch fortement teintée de biologisme est devenue directement un instrument politique, explique peut-être la présence de tabous. Il serait toutefois regrettable que le débat au sujet de l’implication d’historiens importants de l’après-guerre dans le national-socialisme se solde de nouveau par une attitude de fermeture face à la multiplicité des positions possibles à l’intérieur du champ historiographique.

29  Karl-Heinz Metz, Rezension zu Gerald Diesner (éd.), Karl Lamprecht weiterdenken, in Archiv für Kulturgeschichte, 1997, p. 299.

30  Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Académic Life (1856-1915), New Jersey, Atlantic Highlands, 1993, p. XII et s.

31  Une reconstruction détaillée de ce milieu fait toujours défaut. On trouve des indications sur le contexte dans Roger Chickering, Der « Leipziger Positivismus », in Comparativ, 3/1995, p. 20-31.

32  Peter Griss, Das Gedankenbild Karl Lamprechts : Historisches Verhalten im Modernisierungsprozeß der « Belle Époque », Bern, 1987.

33  Une grande partie de ses documents privés se trouve dans la bibliothèque de l’université de Bonn. Herbert Schönebaum, le dernier élève de Lamprecht, s’est donné la peine d’ordonner les manuscrits et d’éditer les textes importants. Selon les renseignements fournis par l’historien de Cologne Georg Mölich, on peut avoir accès à une autre partie de l’œuvre posthume aux archives de Geldern.

34  Voir à ce sujet Roger Chickering, Ein schwieriges Heldenleben, Bekenntnisse eines Biographen, in Diesener (éd.), Lamprecht weiterdenken, Leipzig, 1993, p. 207-224.

35  Voir à ce propos et pour la suite : Herbert Schönebaum, Carl von Noorden und Wilhelm Maurenbrecher im Austausch über die geistige Entwicklung des jungen Karl Lamprecht, in Archiv fur Kulturgeschichte 44,1962, p. 379-387, citation p. 308 et s.

36  Cité dans Schönemann, op. cit., p. 382.

37  Schönemann, op. cit., p. 383.

38  Herbert Schönebaum, Gustav Mevissen und Karl Lamprecht : Zur rheinischen Kulturpolitik von 1880-1890, in Rheinische Vierteljahresblatter 17, 1952, p. 180-196 ; Roger Chickering, Karl Lamprecht (1856-1915) und die methodische Grundlegung der Landesgeschichte im Rheinland, in Geschichte, Politik und ihre Didaktik, Padeborn, Sonderheft 8, 1992, p. 16-23.

39  Herbert Schönebaum, « Carl von Noorden und Wilhelm Maurerbrecher... », p. 384.

40  Schönebaum, op. cit., p. 385

41  Lamprecht an Bernheim am 10.7.1881, cité dans, Luise Schorn-Schütte, Karl Lamprecht, Kulturgeschichtsschreibung zwiscken Wissenschaft und Politik, Göttingen, 1984, p. 44 et s.

42  Voir par exemple le refus auquel se heurta sa demande de nomination au poste de professeur en mai 1884.

43  « Lamprecht an Schmoller » (non daté), cité dans : Schorn-Schütte, p. 47.

44  On peut sans doute expliquer la permanence de cette confrontation par le fait que les adversaires de Lamprecht au moins considèrent les discussions à propos du rôle des formes d’organisation corporatives du Moyen Age comme un débat, simplement codé dans le langage des historiens, sur les projets de constitution libéraux ou conservateurs. Lamprecht avait souvent mis l’accent sur une recherche dénuée de jugements de valeurs mais cela ne lui fut pas d’un grand secours. Voir Ernst-Wolfgang Böckenförde, Die deutsche verfassungsgeschichtliche Forschung im 19. Jahrhundert, Berlin, 1961, p. 205 et s.

45  Karl-Heinz Metz, op. cit., p. 464.

46  Karl Lamprecht, Deutsches Wirtschaftsleben im Mittelalter (Schluß), in Du même auteur, Ausgewählte Schriften zur Wirtschafts- und Kulturgeschichte und zur Theorie der Geschkhtsswissenschaft, préfacé et commenté par Herbert Schönebaum, Aalen, 1974, p. 67.

47  Otto Gerhard Oexle (éd.), Memoria als Kultur, Göttingen, 1995.

48  Max Lenz, Die Stellung der historischen Wissenschaften in der Gegenwart, in Kleine historische Schriften, vol. 1, München/Berlin, 1922, p. 605. Au sujet du contexte général, voir Eike Mid-dell, Literatur zweier Kaiserreiche, Berlin, 1993, p. 81.

49  Karl Lamprecht, Zur universalgeschichdichen Methodenbildung, in Hans Schleier (éd.), Karl Lamprecht. Alternative zu Ranke. Schriften zur Geschichtséeorte, Leipzig, 1988, p. 374-404.

50  Cité d’après Theodor Schieder, Deutsche Geschichtswissenschaft im Spiegel der Historischen Zeitschrift, in HZ vol. 189, 1959, p. 101.

51  Voir la reconstruction de la critique collective dans Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Académie Life..., p. 212-253.

52  Max Lenz, Kritik von Lamprechts Deutscher Geschichte, vol. 5, in HZ, vol. 77, 1896, p. 446. La nuance entre « béquilles » et « appuis » signale d’emblée la différence d’appréciation pour ce qui est des questions méthodologiques.

53  Dietrich Schäfer, Geschichte und Kulturgeschichte. Eine Erwiderung, Jena, 1891, p. 60, de même que Gustav Droyen, Historik, Rekonstruktion der ersten vollständigen Fassung der Vorlesungen (1857). Grundriß der Historik in der ersten handschriftlichen (1857/1858) und in der letzten gedruckten Fassung (1882), éd. par Peter Leyh, Stuttgart/Bad Cannstatt, 1977, p. 72, 76.

54  Karl Lamprecht, Alte und neue Richtungen in der Geschichtswissenschaft, in Id., Ausgewählte Schriften, p. 190.

55  Karl Lamprecht, op. cit., p. 190.

56  Felix Rachfahl, Über die « Theorie einer kollektivistischen » Geschichtswissenschaft, in Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, vol. 68, 1897, p. 659-689.

57  Karl Lamprecht, Alte und neue Richtungen in der Geschichtswissenschaft, in Id., Ausgewählte Schriften, p. 190.

58  Karl Lamprecht, op. cit., p. 191.

59  Karl Lamprecht, op. cit., p. 193.

60  Karl Lamprecht, op. cit., p. 194.

61  Karl Lamprecht, op. cit., p. 195.

62  Karl Lamprecht, Was ist Kulturgeschichte ? Beiträge zu einer empirischen Historik, in Id., Ausgewählte Schriften, p. 259

63  Wilhelm Wundt, Grundriß der Psychologie, Leipzig, 1896.

64  Karl-Heinz Metz, op. cit., p. 470.

65  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 265.

66  Rede Karl Lamprechts, gehalten am 7. Oktober 1912 auf der Tagung des Verbandes für internationale Verständigung zu Heidelberg, in Kurt Düwell, Deutschlands auswärtige Kulturpolitik 1918-1932. Grundlinien und Dokumente, Hamburg, 1976, p. 255-267

67  Gerald Diesener / Matthias Middell, Zwischen Universitätsautonomie und Wissenschaftsstandort : Leipzig 1880-1914, in Comparatif, 1997, n° 3, p. 45-74.

68  H. Haas, König Friedrich-August-Stiftung für wissenschaftliche Forschung zu Leipzig. Sächsische Staatliche Forschungsinstitute, in Rudolph Bauer et al. (éd.), Forschungsinstitute. Ihre Geschichte, Organisationen und Ziele, vol. 1, Hamburg, 1930, p. 374-386.

69  On peut lire des contributions au sujet de l’Institut et les impressions des étudiants, dans Gerald Diesener (éd.), Karl Lamprecht weierdenken...

70  Karl Lamprecht, Anleitung zum Sammeln von Kinderzeichnungen, Leipzig, 1913.

71  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 281.

72  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 282.

73  A propos des défauts de toute comparaison typologique : Michel Espagne, Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle, in Genèse, vol. 17, 1994, p. 112-121.

74  Karl Lamprecht, « Was ist Kulturgeschichte ?... », p. 283.

75  L’État n’est pour Lamprecht qu’une fonction de la nation, le cas idéal correspondant à une coïncidence des deux phénomènes dans le cadre de l’État-nation. Sur ce point, il se distingue de manière frappante de la plupart de ses collègues. Lamprecht disposait avec l’idée de nation d’une catégorie générale, qui suscitait l’intérêt des pays en lutte pour leur indépendance nationale. Il dépassa cependant cette catégorie en passant à des considérations d’histoire universelle et décrivit – ou esquissa – des possibilités de prolonger le paradigme national en un paradigme d’histoire universelle grâce aux interdépendances culturelles entre les nations. Cette idée resta pour l’essentiel à l’état de simple programme. Néanmoins, on peut faire un parallèle avec son projet de politique extérieure culturelle montrant bien qu’il y a eu effectivement rupture avec les conceptions antérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthias Middell, « Méthodes de l'historiographie culturelle : Karl Lamprecht », Revue germanique internationale, 10 | 1998, 93-115.

Référence électronique

Matthias Middell, « Méthodes de l'historiographie culturelle : Karl Lamprecht », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 1998, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/689 ; DOI : 10.4000/rgi.689

Haut de page

Auteur

Matthias Middell

Responsable du Zentrum für höhere Studien (Leipzig)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org