Navigation – Plan du site

Hellénisme, philhellénisme et transferts culturels triangulaires : le cas de Charles Benoît Hase

Sandrine Maufroy
p. 109-123

Résumés

Parti de Weimar en 1801 afin de combattre pour la libération de la Grèce, Charles Benoît Hase (1780-1864) s’installa finalement à Paris, où il fit une brillante carrière d’helléniste. Autour de lui se développa un important réseau de relations principalement franco-allemand. Son philhellénisme de jeunesse était lié à son admiration pour la Grèce antique et à ses convictions républicaines. Mais le volet politique de son engagement disparut peu à peu au profit d’un philhellénisme culturel et scientifique. Il s’agissait de contribuer au réveil de la Grèce par la diffusion du savoir et par une régénération de la langue et de la littérature grecques fondée sur l’imitation des Anciens. Par son enseignement du grec moderne à l’École des Langues Orientales, ses travaux scientifiques et ses relations avec Grecs et philhellènes, Hase se trouva au centre de transferts culturels franco-germano-grecs où philhellénisme et études grecques se nourrissaient mutuellement.

Haut de page

Texte intégral

1Si Charles Benoît Hase (1780-1864) fut une figure marquante de la vie littéraire et scientifique de la première moitié du xixe siècle, c’est moins par ses travaux personnels que par le réseau de relations qu’il avait su former autour de lui. Parti de Weimar en 1801 après des études de philologie classique à Iéna, il fit une brillante carrière dans les principales institutions scientifiques et d’enseignement parisiennes. Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1824), conservateur des manuscrits à la Bibliothèque Royale (1832), il correspondit avec les grands noms de la philologie allemande de son époque. Or c’est son philhellénisme et sa connaissance du grec moderne qui furent au point de départ de son destin d’helléniste réputé et de médiateur franco-allemand. En effet, son départ de Weimar fut motivé par sa volonté de combattre pour la libération du Péloponnèse. Et lors de l’insurrection grecque de 1821, Hase était professeur de grec moderne à l’École des Langues Orientales ; il le resta jusqu’à sa mort en 1864. Se pose donc la question de l’évolution de son philhellénisme de jeunesse dans cette période mouvementée.

  • 1 Au Goethe-und-Schiller-Archiv sont conservées les lettres reçues par Hase de 1821 à 1864, ainsi que (...)
  • 2 Pour cette définition, voir Emmanuel Turczynski, « Innovationsimpulse des Philhellenismus für die G (...)

2À partir d’une étude ciblée de la correspondance de Hase, conservée principalement au Goethe-und-Schiller-Archiv de Weimar1, on tentera ici de définir la position de Hase face au philhellénisme, compris dans son sens large d’intérêt pour la régénération de la Grèce2. Il s’agira de savoir si l’activité d’helléniste de Hase se distinguait par sa dimension philhellène et si par ses relations avec philhellènes et Grecs, il joua un rôle actif dans le mouvement en faveur de la renaissance culturelle et politique de la Grèce et dans l’émergence éventuelle d’un philhellénisme non plus national, mais véritablement franco-allemand, voire européen.

Le philhellène. Enthousiasmes de jeunesse

3Si Hase fut un philhellène fervent, c’est bien à l’âge de vingt ans, lorsqu’il décida de faire le voyage de Grèce en passant par Paris afin d’aller combattre pour la libération du Péloponnèse. Hase ne s’est pas prononcé explicitement sur les raisons de son engagement en faveur de l’indépendance politique de la Grèce, mais son philhellénisme semble bien avoir été lié à sa vénération pour la Grèce antique et à son républicanisme.

  • 3 Voir à ce sujet Dimitri Nicolaïdis, D’une Grèce à l’autre. Représentation des Grecs modernes par la (...)

4Les convictions républicaines de Hase s’expriment notamment dans son admiration pour la France révolutionnaire, qui s’était elle-même trouvé des modèles dans l’Antiquité3. Républicanisme et référence à l’Antiquité apparaissent bien dans l’une des conversations que Hase eut, au cours de son voyage, avec le maire de Königsmachern (non loin de Thionville) et sa fille :

  • 4 Karl Benedikt Hase, Briefe von der Wanderung und aus Paris von Carl Benedict Hase, hrsg. O. Heine, (...)

   Je lui demandai, eh bien Madeleine, voulez-vous bien poignarder le consul, s’il voulait se faire roi ? La réponse fut : ah monsieur. s’il avait le dessin [sic] d’anéantir notre république, de tout mon cœur. Je ne pus me retenir - elle était assise à côté de moi - pour cette réponse digne d’une Romaine, de l’embrasser4.

5Quant à l’enthousiasme du jeune Hase pour la Grèce antique, il apparaît clairement dans le récit de sa visite au Louvre, trois jours après son arrivée à Paris :

  • 5 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 51, traduit par nous.

   […] J’étais dans les salles des antiques.
   Ah, comment dois-je exprimer ce qui se passa en moi ; mon cœur se mit à battre, je m’assis en silence près du piédestal de l’Apollon du Belvédère, tout au bout de la galerie, je baissai les yeux et me perdis dans ces délices. L’ensemble fait une impression qui est indescriptible. La hauteur des pièces, les colonnes de porphyre et de verde antico, tout juste arrivées d’Italie, qui séparent les salles, la lumière judicieusement répartie qui descend sur chaque statue comme un nimbe céleste, et ces figures d’un blanc éclatant à l’expression si noble et d’une beauté si charmante – bref, j’étais sur l’Olympe et non à Paris. Lorsqu’après être resté assis les yeux fermés, je les ouvrais brusquement pour les refermer aussitôt, toutes les statues m’apparaissaient en mouvement, l’Apollon au-dessus de moi avançait réellement, Demosthène, à ma droite, écrivait sur son rouleau de parchemin, Laocoon luttait réellement avec les serpents qui s’enroulent autour de lui en traçant mille courbes ; j’étais dans un monde animé. Je sais que ce n’est pas bien de s’illusionner ainsi, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Cette résurrection des dieux était trop belle5. (…)

  • 6 Sur les relations de Hase avec les Grecs Dunkas et Drosos Mansolas, voir Karl Benedikt Hase, op. ci (...)

6L’enthousiasme philhellène du jeune Hase s’inscrivait ainsi dans le contexte d’une double idéalisation, en partie consciente, de deux modèles éloignés dans le temps et dans l’espace. Mais il résulta aussi de ses contacts avec les étudiants grecs de l’Université d’Iéna qui lui apprirent leur langue, et dont l’un d’eux, Drosos Mansolas, s’illustrerait plus tard dans la guerre d’indépendance grecque6.

  • 7 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 54-55.
  • 8 C’est un mamelouk de Napoléon rencontré au Palais Royal qui avait conduit Hase à la Légation de Tur (...)
  • 9 Sur l’aide apportée par Villoison à Hase, voir Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 60 et p. 69. Sur se (...)
  • 10 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 64-65, traduit par nous.

7Une fois à Paris, Hase connut d’abord les difficultés de l’émigré pauvre et inconnu dans la grande ville, et c’est à sa connaissance du grec ancien et moderne qu’il dut d’être introduit dans les milieux cultivés de la capitale. Grâce au grec, et mieux que par son français rudimentaire, il put se faire connaître de l’helléniste Jean-Baptiste Gail et d’Adamantios Korais, qui tentèrent de lui trouver des moyens de vivre7. Mais le grec lui permit surtout de se faire valoir auprès de Panagiotis Codrika, alors interprète de la Légation de Turquie, qui le mit en relation avec Jean-Baptiste Gaspard d’Ansse de Villoison8. Celui-ci lui fut d’une grande aide, puisqu’il l’invita à venir régulièrement s’entretenir en grec moderne avec lui contre rémunération et lui procura des copies de manuscrits à effectuer. Surtout, il l’introduisit dans le cercle de ses connaissances, hommes de lettres et membres de la haute société parisienne, parmi lesquels figuraient le Comte de Choiseul-Gouffier et Claude Fauriel, qui lui fit connaître Madame de Condorcet9. Le grec moderne valut enfin à Hase ses premiers succès dans les salons, et il put ainsi écrire : « Ce qui m’a sauvé, c’est une chose à laquelle je n’avais jamais accordé de valeur particulière, mon grec moderne, et ce fut naturellement tout à fait par hasard10. »

  • 11 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 76-78.
  • 12 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 79, p. 82, p. 86.
  • 13 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 65-66.
  • 14 Sur l’Hôtel Hellénophone, voir Georges Tolias, op. cit., p. 77 et p. 378 sq.

8 Dans les premiers temps de sa présence à Paris, Hase était encore habité par le désir de partir pour le Péloponnèse11. Mais sa découverte de Paris et ses discussions avec Villoison et Madame de Condorcet, qui était violemment opposée à ce voyage, le portèrent bientôt à préférer les attraits de la capitale française à une expédition aventureuse et à une mort héroïque. Il pensait aussi pouvoir se rendre utile à Paris, comme Allemand et comme helléniste12. Après avoir fait taire son enthousiasme républicain, notamment en présence de Villoison13, Hase modéra donc son philhellénisme. De ses trois motivations initiales, il semble donc que ses intérêts de philologue et d’helléniste l’aient emporté. Mais Hase n’abandonna pas pour autant l’idée philhellène. Ses papiers renferment en effet deux convocations en grec émanant de la « Société Hellénique de Paris » et datées de début juillet 1810. L’une d’elles annonce une réunion de l’Hellénoglosson Xénodoheion (Hôtel Hellénophone), société secrète fondée par Constantin Nicolopoulos et Grégoire Zalicoglou qui avait officiellement pour but l’étude de la civilisation classique, mais dont l’objectif réel était politique14.

9Hase lui-même cessa d’afficher publiquement des sentiments philhellènes au sens politique du terme. Mais il semble bien que chez lui, étude du grec ancien, du grec moderne et philhellénisme aient été étroitement liés.

L’helléniste

  • 15 Sur Razis et son enseignement à l’École des langues orientales vivantes, voir Georges Tolias, op. c (...)
  • 16 Voir André Mirambel., « Grec vulgaire (1819), puis Grec moderne », in : Cent-cinquantenaire de l’Éc (...)

10Employé à la Bibliothèque Royale depuis 1805, Hase obtint en 1815 la chaire de grec vulgaire à l’École Spéciale des langues orientales vivantes, hébergée depuis sa création dans les locaux de la Bibliothèque. Cette chaire avait été créée pour Villoison et semble être restée vacante depuis la mort de celui-ci en 1805, si l’on excepte l’enseignement de Dimitrios Razis en 181315. C’est avec Hase qu’elle devint régulière (1819), et non plus provisoire16.

  • 17 Charles Benoît Hase, « Sur l’origine de la Langue Grecque vulgaire, et sur les avantages que l’on p (...)
  • 18 Voir Georges Tolias, op. cit., p. 125-155.

11Le discours d’introduction de son cours, publié dans le Magasin encyclopédique17, donne une idée de sa conception de la langue grecque et des fondements théoriques de son enseignement. Qu’il s’agisse de l’« origine » et de la situation « de la langue grecque vulgaire » ou des « avantages que l’on peut retirer de son étude », Hase apparaît tributaire de la représentation de la Grèce moderne et du grec moderne qui dominait sous l’Empire ; sa dette envers Villoison est manifeste18. Sa description de l’évolution de la langue grecque est en effet celle d’une dégradation continuelle, le grec moderne étant une « langue formée par l’altération successive de l’idiome le plus parfait qui jamais ait exprimé la pensée humaine ». Après avoir passé en revue les étapes principales de cette décadence et insisté sur les effets néfastes de la conquête ottomane, Hase loue les efforts des écrivains qui, depuis le xviiie siècle, tentent de « régénérer » et d’« épurer » le grec vulgaire en se fondant autant que possible sur le grec classique, et conclut par l’évocation d’un avenir encore indécis où une telle régénération de la langue grecque est une condition indispensable à la renaissance culturelle de la Grèce. En décrivant l’utilité de l’étude du grec vulgaire, Hase s’adresse principalement aux hellénistes, et surtout à ceux d’entre eux qui s’occupent de paléographie. Contre le monopole des auteurs classiques, il prône l’étude des écrivains byzantins comme sources historiques, tout en restant attaché à une vision hiérarchique des états de la langue grecque. Ceci le conduit à considérer l’étude du grec moderne comme une sorte de science auxiliaire destinée à servir la connaissance, plus noble, des auteurs classiques.

  • 19 La deuxième partie du discours d’introduction de Hase, qui devait être « suivie d’un Prospectus dét (...)

12Les quelques renseignements que nous possédons sur le contenu de son enseignement confirment cette conception19. Wladimir Brunet de Presle, son élève et successeur à l’École des Langues Orientales, déclara ainsi dans le discours d’ouverture de son cours :

  • 20 Wladimir Brunet de Presle, « École des Langues orientales vivantes. Grec moderne. Cours de M. Brune (...)

   On a quelquefois reproché à nos devanciers d’être trop savants. Ce reproche, qui n’a rien de blessant, atteignait surtout M. Hase. Il est certain qu’une personne qui aurait voulu faire un voyage en Grèce et prendre en quelques mois ou même un an une teinture du grec pouvait être désappointée de voir ce professeur consacrer une bonne partie de ses leçons à déchiffrer un papyrus ou à tracer l’histoire des modifications du sens ou de la forme d’un mot en remontant d’un poëte vulgaire jusqu’à Homère, en passant par saint Paul et par Platon. Mais, nous l’avons dit, l’intelligence du grec classique semblait alors la plus subtile application de la connaissance de l’idiome moderne. Ces curieuses investigations des transformations du langage, qu’on ne trouvait pas ailleurs, donnèrent naissance au cours de philologie comparée dont M. Hase fut chargé à la Sorbonne, et qui fut transporté au Collège de France après sa mort, en 186420.

  • 21 Hase intégra officiellement la paléographie grecque dans son cours lorsqu’il devint président de l’ (...)
  • 22 C’est le terme employé par son ancien élève Édouard Grasset dans sa lettre du 24 avril 1838.
  • 23 Sur la notion d’hellénisme, voir Georges Tolias, op. cit., p. 13-22 et p. 40-62.
  • 24 Leonis Diaconi Caloensis Historia scriptoresque alii ad res Byzantinas pertinentes… E Bibliotheca r (...)
  • 25 Joannis Laurentii Lydi de Ostentis quae supersunt, una cum fragmento libri de Mensibus ejusdem Lydi (...)

13Dans son enseignement, Hase attachait au moins autant d’importance à la paléographie21 qu’à la pratique du grec moderne, dont il ne devait offrir qu’une initiation22. Avant d’être philhellène, avant d’être néohelléniste, Hase était un helléniste soucieux d’approcher la langue et la littérature grecques dans leur continuité historique23. Il attachait beaucoup d’importance à la découverte et à l’édition de nouvelles sources littéraires, datant même d’époques jusque-là délaissées, comme en attestent ses éditions de deux auteurs byzantins, Léon Diacre24 et Jean le Lydien25.

  • 26 Sur cette entreprise, voir Pierre Petitmengin, « Deux têtes de pont de la Philologie allemande. Le (...)
  • 27 Sur le philhellénisme de Firmin-Didot, voir Marquis Queux de Saint-Hilaire, « Hellénistes français (...)

14Mais c’est surtout sa participation active à la refonte du Thesaurus Linguae Graecae d’Henri Estienne, entreprise en 1828 par le libraire-éditeur Ambroise Firmin Didot, qui témoigne de son intérêt pour l’histoire de la langue grecque26. Hase se chargea de la direction de l’ouvrage jusqu’en 1831, et après sa reprise en main par les frères Dindorf, il continua à fournir des notes lexicographiques. En assumant le rôle de compilateur et d’intermédiaire entre ses collaborateurs, Hase contribua, certes très indirectement, à l’accomplissement des idéaux philhellènes qui inspiraient toute l’activité éditoriale de Firmin Didot27, et amorça le développement d’un hellénisme franco-allemand, qui serait en partie entravé par le contexte de concurrence et d’hostilité des années suivantes.

  • 28 Sur l’expédition scientifique de Morée, voir notamment Abel Blouet et alii, Expédition scientifique (...)
  • 29 Voir les lettres d’August Boeckh du 24 janvier 1830, de Léon-Jean-Joseph Dubois du 17 juillet 1830 (...)

15Une entreprise plus directement liée au philhellénisme fut l’Expédition française de Morée (1829-1831)28. Organisée sur le modèle de l’expédition d’Égypte, elle avait pour but d’associer à l’intervention militaire française en faveur des Grecs une exploration scientifique pluridisciplinaire du Péloponnèse. Elle fut placée sous la tutelle de l’État et dirigée par une commission interacadémique qui était présidée par Cuvier et dont Hase et Raoul-Rochette étaient les secrétaires. Dès sa conception, l’expédition scientifique de Morée fut caractérisée par sa dimension franco-allemande. Edgar Quinet, l’un des initiateurs principaux de l’entreprise, se plaça sous le double patronage de Victor Cousin et de Friedrich Creuzer, qui fut invité à formuler douze questions géographiques et archéologiques à l’intention des voyageurs. L’Allemagne savante suivit les travaux de l’Expédition avec attention, et Hase proposa probablement à August Boeckh d’en publier la partie épigraphique dans son Corpus Inscriptionum Graecarum, ce qui suscita l’inquiétude des Français29. Quoi qu’il en soit, le zèle de Hase comme médiateur franco-allemand et promoteur des études grecques marqua cette entreprise où philhellénisme, archéologie et études grecques se nourrissaient l’un l’autre, en partie sur la base d’une mise en commun de conceptions françaises et allemandes.

  • 30 Lettre d’Alexandre Rizo Rhangabé à Hase, datée d’Athènes, 29 juin-5 juillet 1837 (GSA).
  • 31 Lettre de Theodor Kind du 21 octobre 1840. Peter Oluf Brönsted lui avait déjà posé la question dans (...)
  • 32 Hase partit de Paris le 4 juin (note de sa bonne), il arriva à Marseille le 10 juin, et fut reçu pa (...)
  • 33 Lettre de C.B. Hase à Emmanuel Miller, 28 juillet 1837 (BNF, NAF 22860, f.42).
  • 34 Lettre de C.B. Hase à Emmanuel Miller, 11 octobre 1839 (BNF, NAF 22860, f.43).

16Hase ne pouvait pas se contenter de recueillir les informations d’autrui sur la Grèce. Il lui fallait la visiter lui-même, et c’est ce qu’il fit durant l’été 1837. C’est là qu’il rencontra l’archéologue et écrivain Alexandre Rizo Rhangabé, qui lui adressa un appel de la toute nouvelle Société Archéologique d’Athènes, dont il était le secrétaire, afin que l’influence de Hase lui attire « l’intérêt des philhellènes et des amis de la science30 ». Dans sa lettre, Rizo Rhangabé fait des études archéologiques un acte de patriotisme des Grecs, pénétrés de reconnaissance envers ces ancêtres glorieux qui les ont guidés dans leur lutte et leur ont valu la sympathie des Européens ; il associe étroitement « l’intérêt des philhellènes » et celui des « amis de la science », auxquels il prie Hase de recommander la société archéologique. Ainsi trace-t-il implicitement le portrait idéal de son interlocuteur, philhellène par intérêt scientifique pour la Grèce ancienne, et ami de la science par philhellénisme. Si ce portrait semble bien s’accorder avec ce que nous savons de Hase, ce dernier n’a laissé que peu de traces de ses impressions de Grèce. Deux ans après son retour, Theodor Kind pouvait encore lui demander s’il n’avait pas l’intention de publier quelque chose sur son voyage en Grèce31, et il ne semble pas que Hase l’ait fait – du moins ne publia-t-il ni ouvrage sur ce sujet ni article dans le Journal des Savants. Dans une de ses lettres à Emmanuel Miller datée de Marseille, Hase relate brièvement son voyage32 : parti de Marseille, il visita les Cyclades, vit Athènes, « ville de contrastes » plus semblable à un gros village qu’à une capitale, qu’il considéra avec une certaine ironie, énumérant au passage les dix-neuf journaux qu’il avait pu voir33, puis se rendit à Eleusis, Mégare et Corinthe, pour revenir enfin dans l’Archipel et repartir de Syra à Marseille. Mais ce rapport concis ne laisse aucune place à un quelconque enthousiasme d’helléniste ou à des sentiments philhellènes. Et peut-être la remarque qu’il fit en 1839 à propos de son voyage en Algérie vaut-elle en partie pour celui de Grèce : ce « voyage archéologique », déclara-t-il, « sera probablement le dernier : car moi-même je commence à trouver assez étrange, à part moi, cette curiosité qui à mon âge me pousse quelquefois là où il y a de vraies fatigues à essuyer. La terre des palmiers, des orangers, des ophtalmies et des fièvres cérébrales ne vaut pas nos salles des Manuscrits, surtout quand on est assez heureux d’y avoir trouvé des amis34. »

17Hase fait donc preuve d’une certaine discrétion quant à sa vision de la Grèce moderne. Dans son enseignement comme dans ses publications, il apparaît avant tout comme un helléniste adoptant une vision globale et historique de la Grèce et souhaitant promouvoir l’étude des époques les plus délaissées de son histoire. Philhellène par admiration pour la Grèce antique, il semble avoir abandonné dès 1815 le volet politique de son engagement. Mais ses activités scientifiques lui donnèrent l’occasion de contribuer indirectement à un philhellénisme culturel. Ses relations avec les philhellènes et avec les Grecs lui permirent d’agir de manière plus directe.

L’ami des philhellènes

  • 35 Voir Marquis Queux de Saint Hilaire, Notice sur M. Brunet de Presle. Extrait de l’Annuaire de l’ass (...)
  • 36 Lettre de Brunet de Presle à Hase, 9 janvier 1854.

18Le cours de Hase à l’École des Langues orientales fut le lieu de formation d’un certain nombre d’hellénistes et néohellénistes philhellènes. Au premier rang de ceux-ci figure Wladimir Brunet de Presle (1809-1875), futur successeur de Hase à l’École des Langues orientales35. Son père, diplomate et homme de lettres, avait fait de sa maison parisienne le rendez-vous des Grecs réfugiés en France. Wladimir Brunet de Presle prit très tôt des cours de grec moderne avec Georges Théocharopoulos, puis suivit les cours de Hase à l’École des Langues orientales. Son philhellénisme consistait surtout dans sa volonté de contribuer à l’éducation et à la civilisation de la Grèce. Dès l’âge de 19 ans, en 1829, il rédigea et publia chez Firmin Didot une traduction des Maximes de La Rochefoucauld en grec moderne. Puis avec Félix Désiré Dehèque, un autre élève de Hase, il publia une traduction en grec moderne du Livre des devoirs de Silvio Pellico, « voulant ainsi contribuer à l’éducation du nouvel État grec, par l’exemple des principes de vertu qu’une âme d’élite avait su conserver au milieu des malheurs de l’oppression étrangère », comme l’écrit le Marquis Queux de Saint-Hilaire. Mais Brunet de Presle et Dehèque s’efforcèrent aussi de faire connaître aux Français la littérature grecque moderne, et publièrent ensemble une traduction des poésies lyriques d’Athanasios Christopoulos. Plus tard, Brunet de Presle exposa à Hase son projet de refonte du Lexicon mediae et infimae graecitatis, à faire paraître chez Firmin Didot après l’achèvement du Thesaurus Linguae Graecae36.

  • 37 Il lui envoya 21 lettres de 1822 à 1855 (et Brunet de Presle, 7 lettres de 1825 à 1854).
  • 38 Voir les lettres de Dehèque à Hase du 16 septembre 1824, du 31 janvier 1825, du 4 mai 1825 et du 16 (...)

19Félix Désiré Dehèque (1794-1855) entretint avec Hase une correspondance plus dense que son ami Brunet de Presle37 ; contrairement à celui-ci, il lui demanda souvent conseils et éclaircissements, et multiplia les marques d’allégeance. Ancien élève de l’École normale supérieure (1813), il se spécialisa dans l’étude du grec moderne. Outre ses traductions effectuées en collaboration avec Brunet de Presle, il publia notamment un Dictionnaire grec moderne-latin (1825), qu’il dédia à Hase ; celui-ci en avait suivi la progression et y avait contribué par ses remarques et ses explications38.

  • 39 Marquis Queux de Saint Hilaire, ibid., p. 12. Hase fut aussi le professeur d’Edouard Grasset, qui v (...)
  • 40 Voir les lettres de Munier à Hase (16 avril 1822, 19 février 1836 et 25 avril 1836) et Natalie Klei (...)

20Parmi les autres élèves et anciens élèves philhellènes de Hase se distinguent aussi Stanislas Julien, futur sinisant, qui traduisit l’hymne de Solomos à la liberté39, et David Munier, qui suivit les cours de Hase en 1820, puis, pasteur et membre de l’Académie de Genève, fut membre du comité philhellène de Genève40.

  • 41 Hase reçut quatre lettres d’Iken, du 21 mai 1834 au 12 septembre 1835. Dans sa lettre du 24 juin 18 (...)

21Hase contribua ainsi par son enseignement à aviver la flamme philhellène de certains de ses élèves, dont il soutint les projets en faveur de la Grèce moderne. Mais c’est aussi par sa correspondance avec des philologues et néohellénistes allemands qu’il favorisa l’épanouissement d’un philhellénisme dédié à l’éducation de la Grèce et à la diffusion de la littérature grecque en Europe. Le plus célèbre de ses correspondants allemands philhellènes est sans doute Friedrich Thiersch (1784-1860), mais si celui-ci évoque son voyage en Grèce dans ses lettres de 1832, il ne s’adresse pas à Hase comme à un partenaire dans le philhellénisme. De même, Karl Iken (1789-1841), philhellène actif et auteur d’ouvrages sur la Grèce de son époque, écrivit à Hase seulement à l’occasion de son séjour à Paris en 1834-1835, et sur des questions de bibliographie et d’histoire de l’art41.

  • 42 Voir notamment sa Kurze praktische Anweisung zur Erlernung der neugriechischen Sprache (1832) et so (...)
  • 43 Parmi ses pensionnaires éventuels, il ne nomme certes pas que les Grecs, mais parle de « Grecs, Val (...)

22Plus intéressante est la correspondance du philologue Johannes Franz (1804-1851), auteur de poèmes philhellènes en grec, d’une grammaire grecque ancienne rédigée en grec moderne et d’ouvrages d’apprentissage du grec moderne42. Il fut interprète du Roi Othon, mais dut quitter la Grèce en 1833 pour avoir participé à un complot dirigé contre la majorité gouvernementale. Sa correspondance avec Hase témoigne à la fois de son républicanisme et de sa bienveillance envers les Grecs. Sa lettre du 28 juillet 1848, où s’expriment ses vœux en faveur de la nouvelle République Française, fut ainsi remise à Hase par un certain Grallis Angelopoulos ; et le 11 décembre 1850, Johannes Franz déclarait avoir accueilli un pensionnaire grec chez lui et priait Hase de lui adresser les étrangers de sa connaissance souhaitant aller à Berlin43.

  • 44 Il écrivit ainsi les ouvrages suivants : Beiträge zur besseren Kenntnis des neuen Griechenlands in (...)
  • 45 Lettre de Theodor Kind à Hase, 19 novembre 1834, extrait traduit par nous.
  • 46 Lettres du 19 novembre 1834 et du 10 février 1835.
  • 47 Lettre du 21 octobre 1840.
  • 48 Voir les lettres de Kind des 19 novembre 1834, 22 janvier 1835, 9 avril 1850.
  • 49 Voir les lettres de Kind du 22 janvier 1835 et du 21 avril 1835.
  • 50 Voir les lettres de Kind des 19 novembre 1834 et 10 février 1835.
  • 51 Voir ses lettres du 22 janvier 1835, du 9 avril 1850 et du 11 février 1857, cette dernière accompag (...)

23Mais ce sont surtout les lettres de Theodor Kind (1799-1868) qui attestent un début de collaboration de Hase aux travaux d’un néohelléniste mû par des sentiments philhellènes. Juriste de formation, avocat à Leipzig (1824), puis membre de la Faculté de droit de cette ville (1835-1856), Theodor Kind constitue une sorte d’exception, puisque son engagement en faveur des Grecs révoltés le conduisit à se consacrer exclusivement à la Grèce moderne, sans faire le détour par la Grèce classique44. Avec sa première lettre à Hase (10 juillet 1833), Kind lui envoya son recueil de poésies grecques modernes. Hase ayant jugé favorablement ses « efforts pour faire la lumière sur le grec moderne et éveiller l’intérêt de nos hellénistes45 » et ayant évoqué des documents lui arrivant de Grèce, Kind le pria à deux reprises de lui faire parvenir des œuvres en grec moderne, et surtout des chants populaires à intégrer au recueil qu’il souhaitait publier en supplément à celui de Fauriel46. Il lui demanda aussi des renseignements sur les chants populaires grecs conservés dans les papiers de Villoison à la Bibliothèque Royale47, et s’adressa à lui pour tenter d’inciter Didot à publier un recueil de chants populaires grecs originaux, éventuellement sous la direction de Hase, ainsi qu’un dictionnaire grec moderne-allemand à établir d’après le dictionnaire de Dehèque. Si Hase accueillit favorablement les ouvrages de Kind48, il semble cependant qu’il n’ait pas fait preuve d’un grand zèle pour répondre aux attentes de ce dernier : en effet, il fit plusieurs fois tarder sa réponse49, ses éventuelles démarches auprès de Didot n’eurent aucun succès, et Kind dut le prier plusieurs fois de lui donner son avis sur la question de la continuité entre grec ancien et grec moderne50. Mais Kind n’en continua pas moins à s’adresser à lui comme à un intermédiaire fiable, en particulier pour diffuser ses ouvrages51.

  • 52 Parmi les correspondants de Hase, Friedrich Kortüm fit partie du Baselischer Hilfsverein für die Gr (...)

24On le voit, la correspondance de Hase avec les hellénistes et néohellénistes philhellènes fut exclusivement consacrée à des problèmes pratiques et à des questions scientifiques et littéraires. Il en va de même des relations de Hase avec des éditeurs philhellènes comme les Didot, Treuttel et Würtz ou Cotta, et de ses rapports, ponctuels ou réguliers, avec les membres de comités philhellènes qu’il connaissait52. Il est donc impossible de parler d’un réseau philhellène dont Hase aurait été le pivot, d’autant plus que celui-ci ne s’appliqua pas assidûment à mettre ses connaissances en relation les unes avec les autres. Le philhellénisme politique ne trouve aucune place dans sa correspondance, mais l’ensemble des lettres témoigne de la présence, chez Hase et chez ses correspondants, d’un philhellénisme scientifique et littéraire consacré d’une part à l’éducation de la Grèce par la diffusion des œuvres phares de la civilisation européenne, et d’autre part à la diffusion en Europe de connaissances sur la Grèce moderne et sa littérature. Hase se montra en outre philhellène au quotidien dans ses relations avec les Grecs de sa connaissance.

L’ami des Grecs

  • 53 Voir Anne Tabaki, « Les intellectuels grecs à Paris (fin du xviiie-début du xixe siècle) », in : La (...)
  • 54 Voir l’imprimé de 1833 conservé dans les papiers de Hase et émanant de la « Société Eclectique du P (...)
  • 55 Il enseigna et habita notamment à l’Institut de Villodon situé 42 rue Chantereine, à Paris (lettre (...)
  • 56 Lettre du 13 août 1820.
  • 57 Lettre datée de l’Hospice de la Charité, 5 décembre 1839.
  • 58 Lettre du 14 juillet 1841.

25Si les papiers de Hase ne gardent que peu de traces de ses premières relations grecques (Dunkas et Drosos Mansolas à Iéna, Adamantios Korais et Panagiotis Codrika à Paris), ils témoignent en revanche de ses rapports fréquents avec nombre de Grecs séjournant à Paris. Plusieurs d’entre eux tentaient de vivre de leur enseignement et de la publication d’ouvrages pédagogiques, comme Georges Théocharopoulos, E. Marcella ou Panagiotis Joannidis (de Smyrne)53. Éditeur des revues Athéna (février-mars 1819), To Mouseion (juillet 1819) et du Polyglotte54, Joanidis donna des cours de mathématiques et de grec55. En lançant une souscription pour son « Cours analytique des Mathématiques appliquées aux sciences et aux Arts en 5 vol. », Joannidis expliquait son entreprise par ses « sentiments de patriotisme et de philanthropie » et s’adressait à la France, dont « la sollicitude (…) pour l’ancienne patrie de Pythagore » l’avait « guidé dans son entreprise ». L’impression de l’ouvrage en français devait servir à sa publication en grec56. Le 29 septembre 1826, Joannidis, pauvre et malade, avait « trouvé refuge dans un hôpital » et demandait à Hase sa médiation afin d’obtenir de l’Institut de France une salle pour ouvrir un cours de grec. Il essaya de rassembler les moyens de partir à Athènes « pour être utile à son pays »57, mais dut manifestement continuer de vivre, pauvre et malade, à Paris58.

  • 59 Hase fut sollicité pour diverses raisons par Nicolaidis Lebadieus, Georges Alexandre Rhallis, Jean (...)
  • 60 Lettres de Sypsomos à Hase des 29 octobre 1818, 7 mai 1831, 20 février 1832, 6 octobre 1835, 23 aoû (...)
  • 61 Lettre de Sypsomos à Hase du 6 janvier 1847.
  • 62 Lettre d’August Boeckh à Hase de 1823, sans date précise. Si Boeckh sut rester mesuré dans son juge (...)
  • 63 Lettres de Sypsomos à Hase des 31 mars 1830 et 2 mars 1833.
  • 64 Facture de Hase du 24 décembre 1848.

26Plusieurs des correspondants grecs de Hase eurent une vie aussi difficile59 ; le meilleur exemple en est un certain Théodore Sypsomos. De 1818 à 1848, Hase lui fournit de nombreuses copies et collations de manuscrits à faire pour des philologues allemands60 et lui adressa un élève de l’École française d’Athènes désireux de se mettre au courant de la prononciation grecque moderne et d’apprendre les rudiments de cette langue61. Sypsomos ne brilla pas toujours par son honnêteté, et s’adonna à une sorte de chantage à l’égard d’August Boeckh, qui fut tenté de prendre tous les Grecs pour des menteurs éhontés62. Hase n’en continua pas moins à recourir à Sypsomos et à lui prêter de l’argent, entre autres pour récupérer ses vêtements au Mont-de-piété63 ; il lui offrit même une paire de souliers64.

  • 65 Sur Michel Schinas, voir Aggeliki Panayotopoulou-Gavatha, « Ena hypomnima tou M. Schina gia tin kat (...)
  • 66 Sur Nicolopoulos, voir Anna Tabaki, op. cit., p. 50 ; Georges Tolias, op. cit., passim ; Jean Dimak (...)
  • 67 Voir aussi la lettre du 15 février 1833, où il demande à Hase un exemplaire de son édition de Léon (...)
  • 68 Lettre de Constantin Nicolopoulos à Hase du 24 mars 1809.
  • 69 Lettres du 4 novembre 1816 (il s’agit d’un médecin nommé Serapheim) et du 19 février 1818 (il s’agi (...)
  • 70 Lettres du 13 juin 1834 (invocation aux Muses, aux Grâces et à Apollon), du 20 juin 1834 (« Athènes (...)
  • 71 Lettre du 19 octobre 1838.

27Les correspondants grecs de Hase étaient presque tous hommes de lettres, philologues ou archéologues. Parmi eux se trouvent Michel Schinas, membre de l’Expédition française de Morée, le philologue Minoïde Mynas et le philosophe Nicolas Piccolos65. Mais des connaissances grecques de Hase, c’est peut-être Constantin Nicolopoulos (1794-1841) qui fut son ami le plus ancien et le plus assidu66. Né à Smyrne, il fut l’élève de Lambros Photiadis à Bucarest et arriva à Paris en 1806. Il donna des cours particuliers de langue et de littérature grecques et enseigna à l’Athenaeum en 1810 ; à partir de 1813, il travailla à l’Institut de France, où il devint sous-bibliothécaire en 1833. Helléniste estimé, il dépensait tout son argent pour collectionner des livres qu’il destinait à la commune d’Andritsaina (Péloponnèse), d’où son père était originaire67. Il collabora à plusieurs journaux et périodiques français, dont la Revue encyclopédique, le Magasin encyclopédique et le Mercure étranger et créa lui-même l’éphémère Abeille (Melissa). Avec Constantin Zalicoglou, il fonda la société secrète « Hellénoglosson Xénodoheion » en 1809, et c’est précisément de cette année-là que date sa première lettre conservée à Hase, une demande pressante de rendez-vous dont il n’indique pas l’objet68. Plusieurs de ses lettres sont consacrées à la recommandation de certains de ses amis grecs à Hase69 et à des questions liées à son activité à l’Institut de France. Elles sont écrites en français, parfois dans un allemand approximatif, et une fois en latin. Mais il cultivait surtout un grec archaïsant très proche du grec ancien, et c’est dans cette langue qu’il rédigea les poèmes en l’honneur d’Athènes et d’Othon offerts à Hase70, ainsi qu’une sorte de fable intitulée « Le paysan et le rossignol, ou De la liberté »71.

  • 72 Le 3 janvier 1829, le Conseil d’Administration s’occupa par exemple d’une proposition de traduction (...)

28Nicolopoulos concevait ses activités littéraires comme une contribution à la renaissance culturelle et politique de sa patrie ; il s’efforçait de créer une langue proche du grec ancien et souhaitait que ses ouvrages soient utiles à la jeunesse grecque. Nous le retrouvons secrétaire d’une Société Hellénique dont Hase reçut plusieurs convocations, de 1828 à 1830 et à laquelle il cotisa encore en 1848. Cette société avait pour objet le développement de la création et des études littéraires grecques, ainsi que la publication d’ouvrages pratiques utiles à la population grecque72. Son but était « l’affranchissement » de la Grèce, comme il ressort d’un imprimé du 13 février 1830 posant la question de la continuation des travaux de la société. Cette société comptait aussi en son sein des personnalités comme Dégérando, Dugas Montbel, Brondstedt, de Stackelberg, Jeanne Wyttenbach, ou le Comte Anatole de Montesquiou. C’est ainsi que le 2 janvier 1829, Nicolopoulos fut chargé d’annoncer à Hase que la Société Hellénique l’avait « nommé à l’unanimité l’un de ses membres », ayant « cru rendre ainsi hommage au profond savoir d’un des premiers Hellénistes de l’Europe, et aux rares vertus d’un grand ami de la nouvelle Grèce » ; le 6 mars 1829, Hase était élu membre du Conseil d’Administration. Ainsi reconnu comme philhellène par les membres de cette société, Hase fut ainsi impliqué directement et en quelque sorte officiellement dans des activités consacrées à la libération de la Grèce, dans le domaine culturel, mais aussi, de façon moins explicite, sur le plan politique.

  • 73 Voir les lettres d’August Boeckh à Hase du 29 novembre 1822 et de 1823 (sur Asopios qui se rend à P (...)
  • 74 Voir les lettres de Théodore Sypsomos du 28 octobre 1818, du 2 mars 1833, du 13 mars 1833, où sont (...)
  • 75 Note d’un élève de Hase à l’École des Langues Orientales (22 mai 1857) conservée au Goethe-und-Schi (...)
  • 76 Lettres du 15/27 avril 1846 et du 20 juillet 1850.

29Hase fut ainsi en relation avec de nombreux Grecs de Paris, auquel il accorda son aide et son soutien de diverses manières. Ses amis allemands lui donnaient aussi des nouvelles de Grecs étudiant ou habitant avec eux, et lui recommandaient ceux qui se rendaient à Paris73. Hase se montra ainsi philhellène au sens premier du mot, ami des Grecs au quotidien. Ceux-ci le reconnaissaient de fait comme un « philhellène », et n’hésitaient pas à employer ce terme dans les lettres qu’ils lui adressaient, soit pour le solliciter, soit pour le louer et le remercier74. Hase était surtout en relation avec un milieu d’hommes de lettres décidés à servir leur patrie et à lutter pour son émancipation par la diffusion des lumières et par la culture de la langue et de la littérature grecques. C’étaient surtout des érudits représentants d’une tendance archaïsante : Constantin Nicolopoulos en est le meilleur exemple, mais on peut citer aussi Minoïde Mynas qui, selon un élève de Hase, prétendait que le grec ancien et le grec moderne ne présentaient que très peu de différences75, ou encore Alexandre Rizo Rhangabé, qui offrit à Hase une comédie où il avait fait « usage des vers réguliers des anciens » et cherché à donner « en même temps que le rythme, la forme des comédies d’Aristophane »76. L’idée de régénérer la langue grecque moderne par l’imitation des Anciens et de promouvoir la renaissance de la Grèce par l’éducation et la diffusion des connaissances, partagées par Hase, lui valurent d’intégrer la Société Hellénique dont Constantin Nicolopoulos était secrétaire, et de donner ainsi une portée plus large à son philhellénisme.

30Le parcours personnel de Hase le conduisit ainsi d’un philhellénisme républicain engagé à un philhellénisme beaucoup plus apolitique, dont le programme était de contribuer au réveil de la Grèce par le développement de la culture et des connaissances ainsi que par la régénération et l’épuration de la langue grecque. Ami des Grecs et philanthrope au quotidien, Hase fut avant tout un helléniste soucieux d’étudier la langue et la civilisation grecques dans leur ensemble et dans la continuité de leur évolution historique, tout en préservant la hiérarchie qui plaçait la Grèce d’Homère et de Périclès au sommet de la civilisation. Par ses activités scientifiques et littéraires comme dans sa vie sociale, il sut mettre les études grecques au service du philhellénisme et le philhellénisme au service des études grecques.

31Hase ne se trouva pas au centre d’un réseau philhellène développé volontairement et consacré à l’aide humanitaire et au soutien politique des Grecs révoltés ; il ne fut membre d’aucun des comités philhellènes nés pendant l’insurrection. Mais il entretint une correspondance assez nombreuse avec des Grecs et des philhellènes, dont il soutint les projets et qu’il mit ponctuellement en relation les uns avec les autres. Par ses travaux scientifiques, comme la refonte du Thesaurus Linguae Graecae et l’Expédition de Morée, il encouragea le développement d’une collaboration entre hellénistes français et allemands étroitement liée à des objectifs philhellènes. Et par sa correspondance, Hase se trouva au centre de transferts culturels triangulaires franco-germano-grecs ; il contribua ainsi à l’épanouissement d’un philhellénisme essentiellement marqué par la circulation de personnes, de documents et d’idées à un niveau européen.

Haut de page

Notes

1 Au Goethe-und-Schiller-Archiv sont conservées les lettres reçues par Hase de 1821 à 1864, ainsi que quelques lettres antérieures. Sauf indication contraire, les lettres citées ici proviennent de ce fonds.

2 Pour cette définition, voir Emmanuel Turczynski, « Innovationsimpulse des Philhellenismus für die Geschichtswissenschaft in Deutschland und Griechenland », in : Der Philhellenismus und die Modernisierung in Griechenland und Deutschland. Erstes Symposion. Organisiert in Thessaloniki und Volos (am 7.-10. März 1985) vom Institut für Balkan-Studies und der Südosteuropa-Gesellschaft München, Thessalonique, 1986 [Institute for Balkan Studies 207], p. 13.

3 Voir à ce sujet Dimitri Nicolaïdis, D’une Grèce à l’autre. Représentation des Grecs modernes par la France révolutionnaire, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

4 Karl Benedikt Hase, Briefe von der Wanderung und aus Paris von Carl Benedict Hase, hrsg. O. Heine, Leipzig, Breitkopf und Härtel, 1894, p. 31, traduit par nous (les passages en français dans le texte sont cités en italiques).

5 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 51, traduit par nous.

6 Sur les relations de Hase avec les Grecs Dunkas et Drosos Mansolas, voir Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 68, p. 75 et p. 78 ; Alexander von Hase, « Weimar. Paris. St. Petersburg. Karl-Benedikt Hase (1780-1864) und sein europäisches Umfeld », Beiträge zur Hase’schen Familiengeschichte, Bd. 1, Mainz, v. Hase und Koehler Verlag, 1994, p. 55-56.

7 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 54-55.

8 C’est un mamelouk de Napoléon rencontré au Palais Royal qui avait conduit Hase à la Légation de Turquie (Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 59-60). Sur Villoison, voir Charles Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France pendant le dernier tiers du xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 1910 ; Georges Tolias, La Médaille et la Rouille. L’image de la Grèce moderne dans la presse littéraire parisienne (1794-1815), Paris-Athènes, Hatier-Kauffmann, 1997, p. 125-155 ; Georges Tolias, « Grécophile et mishellène : Jean-Baptiste Gaspard d’Ansse de Villoison (1750-1805), le premier néohelléniste », in : Les mishellénismes. Actes du séminaire organisé à l’École française d’Athènes (16-18 mars 1998), Athènes, École Française d’Athènes, 2001, p. 57-67.

9 Sur l’aide apportée par Villoison à Hase, voir Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 60 et p. 69. Sur ses relations avec Fauriel et Madame de Condorcet, voir Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 81.

10 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 64-65, traduit par nous.

11 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 76-78.

12 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 79, p. 82, p. 86.

13 Karl Benedikt Hase, op. cit., p. 65-66.

14 Sur l’Hôtel Hellénophone, voir Georges Tolias, op. cit., p. 77 et p. 378 sq.

15 Sur Razis et son enseignement à l’École des langues orientales vivantes, voir Georges Tolias, op. cit., p. 384-386.

16 Voir André Mirambel., « Grec vulgaire (1819), puis Grec moderne », in : Cent-cinquantenaire de l’École des langues orientales, Paris, 1948, p. 76-78.

17 Charles Benoît Hase, « Sur l’origine de la Langue Grecque vulgaire, et sur les avantages que l’on peut retirer de son étude. Discours prononcé le 15 Janvier 1816, à l’ouverture d’un Cours de Grec moderne, à l’École royale et spéciale des Langues orientales vivantes près la Bibliothèque du Roi », in : Magasin Encyclopédique ou Journal des Sciences, des Lettres et des Arts, 1816, t. 1 (janvier 1816), p. 81-95. Ce discours est analysé par Georges Tolias, op. cit., p. 487-494

18 Voir Georges Tolias, op. cit., p. 125-155.

19 La deuxième partie du discours d’introduction de Hase, qui devait être « suivie d’un Prospectus détaillé du Cours lui-même, et d’une Notice raisonnée sur les meilleurs ouvrages composés en grec moderne, que M. Hase se propose d’y expliquer » (Magasin encyclopédique, 1816, t. 1, janvier 1816, p. 95), n’a jamais paru. Mais Hase avait prévu de « donner quelques règles pour faciliter la lecture des manuscrits grecs des derniers siècles » et d’expliquer « l’Histoire de la Moldavie, composée par Myron, et traduite en grec moderne par Alexandre Amira ». Son cours devait avoir lieu « les lundis, mercredis et vendredis, à deux heures et demie de l’après-midi » (Magasin encyclopédique de 1815 cité par Georges Tolias, p. 487).

20 Wladimir Brunet de Presle, « École des Langues orientales vivantes. Grec moderne. Cours de M. Brunet de Presles [sic], de l’Institut. L’École des langues orientales. La chaire de grec moderne », Revue politique et littéraire 3e année, 2e série, n° 34 (21 février 1874), p. 799-802.

21 Hase intégra officiellement la paléographie grecque dans son cours lorsqu’il devint président de l’École spéciale des langues orientales vivantes (voir l’affiche des cours de l’année 1847-1848). Mais il l’enseignait déjà, comme le montrent la lettre de David Munier du 29 février 1836 et celle de Félix Désiré Dehèque du11 janvier1837.

22 C’est le terme employé par son ancien élève Édouard Grasset dans sa lettre du 24 avril 1838.

23 Sur la notion d’hellénisme, voir Georges Tolias, op. cit., p. 13-22 et p. 40-62.

24 Leonis Diaconi Caloensis Historia scriptoresque alii ad res Byzantinas pertinentes… E Bibliotheca regia nunc primum in lucem edidit, versione latina et notis illustravit C-B. Hase… Parisiis, e Typographia regia M. DCCC. XIX. C’est cette édition, dont de nombreux exemplaires furent perdus en mer, que Niebuhr réimprima, avec des notes supplémentaires de Hase : Corpus historiae Byzantinae, pars XI, Leo Diaconus, Varii libelli qui Nicephori Phocae et Jo. Tzimiscis historiam illustrant.

25 Joannis Laurentii Lydi de Ostentis quae supersunt, una cum fragmento libri de Mensibus ejusdem Lydi, fragmentoque Manl. Boëthii de diis et praesensionibus, ex codd. regiis edidit, graecaque supplevit et latine vertit C.B. Hase… Parisiis, e typographia regia, M. DCCC. XXIII.

26 Sur cette entreprise, voir Pierre Petitmengin, « Deux têtes de pont de la Philologie allemande. Le Thesaurus Graecus et la Bibliothèque des auteurs grecs (1830-1867) », in : Mayotte Bollack, Heinz Wismann (éd.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert II, Göttingen, Vandenhoek et Ruprecht, Göttingen, 1983, p. 76-98. La correspondance de Hase offre de nombreux renseignements sur la progression de l’entreprise. Voir à ce sujet Sandrine Maufroy, Un médiateur culturel sous la Monarchie de Juillet : Karl Benedikt Hase (1780-1864), mémoire de DEA de l’Université de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, 2003, p. 117-126.

27 Sur le philhellénisme de Firmin-Didot, voir Marquis Queux de Saint-Hilaire, « Hellénistes français et contemporains. III. François Ambroise Firmin-Didot », in : Revue politique et littéraire, 1876, 6e année, 2e série, n° 3 (15 juillet 1876), p. 49-55.

28 Sur l’expédition scientifique de Morée, voir notamment Abel Blouet et alii, Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838 ; Eugène Lovinesco, Les Voyageurs français en Grèce au xixe siècle, Paris, 1909, p. 82 sq. ; Edgar Quinet, La Grèce moderne et ses rapports avec l’Antiquité suivie du Journal de Voyage (inédit), éd. par Willy Aeschimann et Jean Tocoo-Chala, Paris, Les Belles Lettres, 1984 ; Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinarellis (dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée, Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998 ; Franck-Laurent Lucarelli, « Une archéologie philhellène : les relevés architecturaux de l’expédition scientifique de Morée (1829-1838) », in : La Grèce en révolte. Delacroix et les peintres français 1815-1848, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1996, p. 75-81 ; Sandrine Maufroy, Un médiateur culturel sous la Monarchie de Juillet : Karl Benedikt Hase (1780-1864), mémoire de DEA de l’Université de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, 2003, p. 106-111.

29 Voir les lettres d’August Boeckh du 24 janvier 1830, de Léon-Jean-Joseph Dubois du 17 juillet 1830 et de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent du 13 avril 1830.

30 Lettre d’Alexandre Rizo Rhangabé à Hase, datée d’Athènes, 29 juin-5 juillet 1837 (GSA).

31 Lettre de Theodor Kind du 21 octobre 1840. Peter Oluf Brönsted lui avait déjà posé la question dans sa lettre du 12 septembre 1838.

32 Hase partit de Paris le 4 juin (note de sa bonne), il arriva à Marseille le 10 juin, et fut reçu par le roi Othon le 23 juin/5 juillet. Reparti fin juillet, il arriva à Marseille le 27 juillet. Il dut rester en quarantaine et n’arriva à Paris que fin août (voir les lettres de Hase du 31 mai au 27 août 1837, Goethe-und-Schiller-Archiv, ancienne cote : 108/15, n° 165 à 250).

33 Lettre de C.B. Hase à Emmanuel Miller, 28 juillet 1837 (BNF, NAF 22860, f.42).

34 Lettre de C.B. Hase à Emmanuel Miller, 11 octobre 1839 (BNF, NAF 22860, f.43).

35 Voir Marquis Queux de Saint Hilaire, Notice sur M. Brunet de Presle. Extrait de l’Annuaire de l’association pour l’encouragement des études grecques en France. Année 1875, Paris, Georges Chamerot, 1875.

36 Lettre de Brunet de Presle à Hase, 9 janvier 1854.

37 Il lui envoya 21 lettres de 1822 à 1855 (et Brunet de Presle, 7 lettres de 1825 à 1854).

38 Voir les lettres de Dehèque à Hase du 16 septembre 1824, du 31 janvier 1825, du 4 mai 1825 et du 16 mai 1825.

39 Marquis Queux de Saint Hilaire, ibid., p. 12. Hase fut aussi le professeur d’Edouard Grasset, qui voyagea en Grèce, publia ses Souvenirs de Grèce en 1838 et fut consul à Janina (voir Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce moderne devant l’opinion française depuis la création de l’École d’Athènes jusqu’à la guerre civile grecque (1846-1946), Paris-Athènes, Hatier-Kauffmann (coll. « Confluences »), 1995, p. 20), et de Jules Blancard, secrétaire-interprète de l’École française d’Athènes sur sa recommandation (voir Sophie Basch, op. cit., p. 50 ; Georges Radet, L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, Albert Fontemoing, 1901, p. 42-44 et les lettres de Jules Blancard à Hase).

40 Voir les lettres de Munier à Hase (16 avril 1822, 19 février 1836 et 25 avril 1836) et Natalie Klein, « L’humanisme, le christianisme et la liberté ». Die internationale philhellenische Vereinsbewegung der 1820er Jahre, Mainz, Philipp von Zabern, 2000 [Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte Mainz. Abteilung für Universalgeschichte, 178], passim.

41 Hase reçut quatre lettres d’Iken, du 21 mai 1834 au 12 septembre 1835. Dans sa lettre du 24 juin 1835, Iken pose la question de l’origine anglaise ou grecque du « style néo-gothique ».

42 Voir notamment sa Kurze praktische Anweisung zur Erlernung der neugriechischen Sprache (1832) et son Hellenismos (grammaire grecque ancienne en grec moderne, 1835).

43 Parmi ses pensionnaires éventuels, il ne nomme certes pas que les Grecs, mais parle de « Grecs, Valaques, Turcs ou Anglais ».

44 Il écrivit ainsi les ouvrages suivants : Beiträge zur besseren Kenntnis des neuen Griechenlands in historischer, geographischer und litterarischer Beziehung (1831) ; Neugriechische Poesieen, gedruckte und ungedruckte, mit Einleitung und sowohl Sachals Worterklärungen (1833) ; Geschichte der griechischen Revolution (1833) ; Neugriechische Chrestomathie mit grammatischen Erklärungen und einem Wörterbuche (1835) ; Panorama tis Hellados i syllogi poikilôn poiimatôn hypo tou Alexandrou Soutsou. Mit grammatischen Erklärungen und einem Wörterbuche herausgegeben (1835); Handwörterbuch der neugriechischen und deutschen Sprache (1841).

45 Lettre de Theodor Kind à Hase, 19 novembre 1834, extrait traduit par nous.

46 Lettres du 19 novembre 1834 et du 10 février 1835.

47 Lettre du 21 octobre 1840.

48 Voir les lettres de Kind des 19 novembre 1834, 22 janvier 1835, 9 avril 1850.

49 Voir les lettres de Kind du 22 janvier 1835 et du 21 avril 1835.

50 Voir les lettres de Kind des 19 novembre 1834 et 10 février 1835.

51 Voir ses lettres du 22 janvier 1835, du 9 avril 1850 et du 11 février 1857, cette dernière accompagnant une brochure de Tertzetis destinée aux néohellénistes et une liste d’ouvrages en grec moderne à proposer à la Bibliothèque Royale pour qu’elle les achète.

52 Parmi les correspondants de Hase, Friedrich Kortüm fit partie du Baselischer Hilfsverein für die Griechen, David Munier du Comité de Genève en faveur des Grecs ; Nicolas Louis Marie Artaud, le Baron de Barante, Benjamin Delessert, le Comte de Lasteyrie, le Général Comte de Sébastiani, François Guizot, le Comte Alexandre de Laborde, Ambroise Firmin-Didot et Abel Villemain adhérèrent chacun à au moins un des deux comités parisiens, et Gustav Schwab appartenait au Griechischer Verein in Stuttgart. Mais plusieurs d’entre eux n’écrivirent à Hase que plusieurs années après l’insurrection grecque. Pour la liste des membres de comités philhellènes, voir Natalie Klein, op. cit., p. 351-358.

53 Voir Anne Tabaki, « Les intellectuels grecs à Paris (fin du xviiie-début du xixe siècle) », in : La diaspora hellénique en France. Actes du séminaire organisé à l’École française d’Athènes (18 octobre-1er novembre 1995), Athènes, École Française d’Athènes, 2000, p. 52.

54 Voir l’imprimé de 1833 conservé dans les papiers de Hase et émanant de la « Société Eclectique du Polyglotte, Journal des méthodes d’enseignement des arts et des sciences, Écrit en langue grecque ancienne et moderne, latin, français, italien et anglais » et signée par « le fondateur du Polyglotte, Joannidis ».

55 Il enseigna et habita notamment à l’Institut de Villodon situé 42 rue Chantereine, à Paris (lettre à Hase du 13 août 1820).

56 Lettre du 13 août 1820.

57 Lettre datée de l’Hospice de la Charité, 5 décembre 1839.

58 Lettre du 14 juillet 1841.

59 Hase fut sollicité pour diverses raisons par Nicolaidis Lebadieus, Georges Alexandre Rhallis, Jean Nicolo Milonas, Demetrios Panagiotis Platelès, J. Pantasidès, Nicolaidis, Géorgiadès. Avec un certain Lidorikis, la situation est en quelque sorte inversée, puisque c’est Hase qui lui demanda des renseignements sur Prosalenti, « secrétaire de l’Académie Ionienne »(6 juillet 1845).

60 Lettres de Sypsomos à Hase des 29 octobre 1818, 7 mai 1831, 20 février 1832, 6 octobre 1835, 23 août 1844.

61 Lettre de Sypsomos à Hase du 6 janvier 1847.

62 Lettre d’August Boeckh à Hase de 1823, sans date précise. Si Boeckh sut rester mesuré dans son jugement sur les Grecs, un autre correspondant de Hase, Léon de Joannis, commandant du navire Le Tancrède sur lequel Hase avait voyagé, était beaucoup plus violent dans sa critique. Voir sa lettre du 11 janvier 1838.

63 Lettres de Sypsomos à Hase des 31 mars 1830 et 2 mars 1833.

64 Facture de Hase du 24 décembre 1848.

65 Sur Michel Schinas, voir Aggeliki Panayotopoulou-Gavatha, « Ena hypomnima tou M. Schina gia tin katastasi tis Peloponnisou sta 1830 », in : Ho Eranistis, 1974, 11, p. 358 sq. Sur Nicolas Piccolos, voir Anna Tabaki, op. cit. « Les intellectuels grecs à Paris (fin du xviiie-début du xixe siècle) », in : La diaspora hellénique en France. Actes du séminaire organisé à l’École française d’Athènes (18 octobre-1er novembre 1995), Athènes, École Française d’Athènes, 2000, p. 51-52 et la note bibliographique 54.

66 Sur Nicolopoulos, voir Anna Tabaki, op. cit., p. 50 ; Georges Tolias, op. cit., passim ; Jean Dimakis, « Hi synergia tou Konst. Nikolopoulou sto galliko typo apo to 1821 ôs to 1824 », in: Ho Eranistis, 1964, vol II, fasc. 11, p. 193-206.

67 Voir aussi la lettre du 15 février 1833, où il demande à Hase un exemplaire de son édition de Léon Diacre, à intégrer à la « Bibliothèque <qu’il> destine à la Grèce renaissante. »

68 Lettre de Constantin Nicolopoulos à Hase du 24 mars 1809.

69 Lettres du 4 novembre 1816 (il s’agit d’un médecin nommé Serapheim) et du 19 février 1818 (il s’agit d’un érudit du nom de Philètas).

70 Lettres du 13 juin 1834 (invocation aux Muses, aux Grâces et à Apollon), du 20 juin 1834 (« Athènes. Chœur des Muses »), du 24 juin 1834 (« Apollon aux Muses »). Dans sa lettre du 5 décembre 1834 accompagnant l’envoi de son ouvrage Zeus Panhellenios destiné à la jeunesse grecque, il exprime encore les espoirs qu’il met dans Othon.

71 Lettre du 19 octobre 1838.

72 Le 3 janvier 1829, le Conseil d’Administration s’occupa par exemple d’une proposition de traduction de « trois ouvrages de la plus haute importance : L’art de faire le pain, l’art de faire le vin, l’art de faire l’huile » (convocation du29 décembre1828).

73 Voir les lettres d’August Boeckh à Hase du 29 novembre 1822 et de 1823 (sur Asopios qui se rend à Paris), celle de Friedrich Creuzer du 3 janvier 1829 (sur des Grecs de Chios étudiant à Heidelberg),

74 Voir les lettres de Théodore Sypsomos du 28 octobre 1818, du 2 mars 1833, du 13 mars 1833, où sont associés philhellénisme, philanthropie et « kalokagathia » ; celles de Constantin Nicolopoulos du 19 février 1818, du 21 février 1829, du 6 mars 1829, du 16 novembre 1832 et du 17 octobre 1834, où Hase est qualifié d’« ami des Grecs », d’« ami de la Grèce », de « philologue le plus grec et le plus critique » et de « philanthrope » ; les lettres de Joannidis de Smyrne du 13 août 1820 et du 14 juillet 1841 ou le philhellénisme est associé, dans un cas à la philosophie, et dans l’autre, à la philanthropie ; celles de Nicolas Piccolos du 14 novembre 1822, de Nicolaïdis Lebadieus du 20 mars 1830 et d’Alexandre Rizo Rhangabé du 29 juin/5juillet 1837.

75 Note d’un élève de Hase à l’École des Langues Orientales (22 mai 1857) conservée au Goethe-und-Schiller-Archiv parmi les lettres de Minoïde Mynas.

76 Lettres du 15/27 avril 1846 et du 20 juillet 1850.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Maufroy, « Hellénisme, philhellénisme et transferts culturels triangulaires : le cas de Charles Benoît Hase », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/75

Haut de page

Auteur

Sandrine Maufroy

Allocataire de recherche à l’Université de Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page