Navigation – Plan du site
Goethe et la Romania

La traduction des « Souffrances du jeune Werther » en France (1776-1850) Contribution à une histoire des transferts franco-allemands

Christian Helmreich
p. 179-193

Résumés

La présente contribution entend interroger l’indéniable succès éditorial des Souffrances du jeune Werther en France. Entre 1776 et 1850, le roman goethéen ne connut pas moins de dix traductions différentes ; toutes traductions confondues, on recense avant 1850 plus de quarante éditions françaises de Werther. Exemple paradigmatique de cette histoire mouvementée : la traduction de Werther due au socialiste et cofondateur du Globe Pierre Leroux. Réécriture d’une traduction antérieure, ce texte a lui-même souvent été imité, voire tacitement plagié encore au xxe siècle, notamment dans l’une des éditions françaises les plus courantes du texte goethéen (la traduction « de Groethuysen » chez Gallimard). Par ailleurs, il est possible de suivre à l’intérieur même de certaines des traductions françaises les problèmes que Werther posa aux lecteurs français : trop grande simplicité de l’intrigue romanesque, mélange des genres et des styles (à l’intérieur d’un même ouvrage on rencontre des passages sublimes qui conviennent aux genres nobles, mais aussi des descriptions qui semblent renvoyer aux genres bourgeois et à la comédie), questions idéologiques et morales. Ce qui rend la traduction difficile, ce ne sont pas seulement des problèmes techniques ou linguistiques ; il faut également prendre en compte l’ensemble des traditions, des réflexes, des tensions internes au champ littéraire national qui conditionnent l’écriture et la lecture d’un texte étranger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On trouvera à la fin de cet article une bibliographie des éditions françaises de Werther qui parai (...)
  • 2  Pour le cadre général, cf. les excellents travaux de Fernand Baldensperger, Goethe en France. Étud (...)

1Le succès de Werther en France apparaît d’une certaine façon comme un acquis de l’histoire1. Il faut se méfier cependant de cette apparente évidence des faits. Une étude attentive de la trame historique permet de vérifier les questions que posent, en France, la traduction, l’édition et la lecture d’un roman allemand à la fin du xviiie et au début du xixe siècle. Dans les développements qui suivent, nous nous attacherons à examiner les traductions françaises qui se publient du roman goethéen entre 1776 et 1850. Cette étude éclaire un chapitre particulier de la « réception » de Goethe en France2 ; mais, sur un plan plus général, elle permet également de mesurer les différents problèmes soulevés, à cette période de l’histoire littéraire française, par l’importation de textes ou d’idées venus de l’extérieur.

Quelques données. Histoire d’un succès éditorial

  • 3  Cf. dans notre bibliographie 1776 a, 1776 b, 1777.

2Les trois premières traductions françaises de Werther paraissent presque simultanément en 1776 et 17773. Si la première, particulièrement maladroite, anonyme, est due à un aristocrate résidant alors à Weimar, le baron Karl Siegmund de Seckendorf, les deux autres sont rédigées par des figures paradigmatiques de l’histoire interculturelle du xviiie siècle : la seconde, publiée à Maestricht en 1776, est due à Georges Deyverdun, un Suisse francophone employé comme précepteur à la cour de Berlin ; la troisième, qui paraît en 1777 sous le pseudonyme de M. Aubry, est selon toute vraisemblance l’œuvre de Woldemar Friedrich Graf von Schmettau, aristocrate allemand qui réside à Paris dans les années 1770. Par la suite et jusqu’en 1850, paraissent sept autres traductions françaises du roman goethéen. En trois quarts de siècle, nous possédons donc dix traductions différentes des Souffrances du jeune Werther. Chiffre à manier avec certaines précautions : les romans, et notamment les romans étrangers, n’ont pas toujours fait l’objet d’un dépôt à la Bibliothèque royale ou aux institutions qui lui ont succédé. Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’un nombre important de traductions se publie à l’extérieur de la France, loin donc des obligations légales qui s’imposent théoriquement aux éditeurs français. Mais, au-delà de ces problèmes propres à tout recensement bibliographique, une autre question surgit immédiatement lorsqu’on parle des traductions françaises de Werther : avons-nous réellement affaire à dix traductions différentes ?

  • 4  L. C. de Salse, 1800 b, t. I, p. VII.
  • 5  La Bédoyère, 1809, p. 58 (note).
  • 6  Sévelinges, 1825, p. III.
  • 7  La Bédoyère, 1845, p. V.

3Il suffit en effet de pratiquer un peu l’univers de la traduction pour s’apercevoir que toute traduction s’appuie d’une manière ou d’une autre sur l’ensemble des traductions préexistantes. Le traducteur est évidemment un lecteur du texte de départ ; mais il est aussi, et souvent davantage même, un lecteur des traductions qui l’ont précédé. Telle ou telle solution précédemment adoptée par l’un des traducteurs est discutée par les autres en note ou dans les préfaces, les avantages du choix finalement retenu sont soulignés, etc. Très souvent, dans les paratextes dont ils entourent le roman, les traducteurs s’illustrent dans le genre de la polémique érudite : en 1800, de Salse note qu’aucune version française de l’ouvrage allemand n’est satisfaisante : « Les unes, en s’y conformant trop littéralement, ont adopté jusqu’aux inversions du texte ; les autres en ont presque dénaturé le sens. »4 En 1804, La Bédoyère accuse ses prédécesseurs d’avoir conservé en français toutes les « niaiseries » du texte de départ5. En 1825, Sévelinges souligne que la version de La Bédoyère « se réduit à une déplorable mutilation de l’original »6 en 1845, La Bédoyère se plaint de cette « amère censure »7. Inutile d’insister. Le traducteur est presque toujours le dépositaire de la tradition traductive d’un texte.

  • 8  Là aussi, une certaine prudence s’impose : il existe certainement des éditions aujourd’hui introuv (...)
  • 9  Sévelinges, 1804 a, p. XXXV.
  • 10  Sur ce point, cf. Arthur Henkel, Warum habt ihr das gethan. Napoléon über Werther. Brief an einen (...)
  • 11  Stendhal, De l’amour, éd. par Henri Martineau, Paris, Classiques Garnier, 1959, p. 230 s. (chap. L (...)

4Des dix traductions existantes, j’ai pu recenser jusqu’en 1850 42 éditions8. Indéniablement, Werther est en France un véritable succès commercial. Charles-Louis de Sévelinges, l’un des dix traducteurs, souligne clairement ce phénomène lorsqu’il parle de la traduction d’Aubry, évoquée tout à l’heure, la plus répandue des trois premières versions françaises de Werther : « Elle parut en 1777 pour la première fois, et eut un prodigieux débit : plusieurs contrefaçons furent enlevées, depuis, avec la même rapidité. »9 Les années révolutionnaires semblent particulièrement favorables à Werther : on ne note pas moins de dix rééditions des traductions existantes entre 1790 et 1797, dont certaines curiosités bibliophiliques, telle cette édition enrichie de « Gravures avec tablettes économiques, composées d’un Papier nouveau, sur lequel on peut, à l’aide d’un stylet, sans encre et sans crayon, écrire ». L’engouement de Napoléon pour Werther, un roman qu’il semble avoir soumis à une lecture précise10, s’inscrit donc dans ce mouvement général. Dès lors (et avant de devenir plus tard l’auteur de Faust), Goethe est en France l’auteur de Werther. Werther lui-même devient un mythe ou une espèce d’archétype : dans De l’amour, Stendhal oppose l’amour à la Don Juan et l’amour à la Werther11.

  • 12  Werther, par Goethe. Traduction nouvelle et notice biographique et littéraire de Louis Enault, Bib (...)

5Certes, pour la première moitié du xixe siècle, il est encore possible de suivre l’évolution de la popularité de Werther en examinant de près le nombre des traductions nouvelles et des rééditions : on pourrait notamment relever un fléchissement dans les années 1805-1825, années où un certain raidissement « classique » semble dominer le champ littéraire français. Mais l’essentiel est acquis. Werther fait partie des livres dont la carrière éditoriale est assurée ; le roman goethéen est présent dans les premières séries de livres à prix modéré, ainsi, dès 1827, dans la « Collection des meilleurs romans français et étrangers » publiée par Dauthereau. Rien n’illustre davantage la propagation du roman goethéen qu’un regard vers la fin de l’époque qui nous intéresse ici. Werther est un livre « canonique », destiné à tous les publics et à toutes les bibliothèques. En 1845 paraît chez Hetzel une belle édition in quarto de la célèbre traduction de Pierre Leroux, avec une préface de Georges Sand, mais surtout avec dix eaux-fortes de Tony Johannot, l’un des illustrateurs les plus prisés de la monarchie de Juillet. Trois ans après la parution de ce Werther de luxe, le roman goethéen fait partie des premiers romans à quatre sous qui paraissent en 1848, dans la collection des Romans illustrés lancée par l’éditeur Georges Havard. Vingt centimes suffisent en effet pour acquérir un Werther imprimé sur quatre colonnes dans la typographie serrée et dans le format large des quotidiens. Malgré les illustrations, d’ailleurs relativement sommaires, le produit nous paraît assez indigeste aujourd’hui ; l’ensemble du texte goethéen (donné sans coupures) tient en 24 pages. Un peu plus tard, en 1855, Werther entre dans la Bibliothèque des Chemins de fer éditée par Hachette12.

Résistances. Werther et la poétique classique

  • 13  On trouvera une formulation paradigmatique de ce stéréotype dans La Journée de l’amour, Paris, 177 (...)

6Le rapide aperçu de la carrière de Werther en France semble donc nous présenter une forme de success story qu’il faudrait à présent interroger plus en détail, afin d’éclairer au contraire les difficultés et les obstacles que le livre n’a pas manqué de rencontrer en France. En 1770, la vision française de la littérature allemande semble avoir été singulièrement orientée par le succès qu’avaient rencontré à Paris les idylles de Gessner. Certes, le nom de Klopstock n’était pas inconnu. Il existait des traductions de certaines pièces de Gellert, de Johann Elias Schlegel, de Lessing, de Wieland ; la poésie allemande était également présente à travers les anthologies constituées en langue française par Michael Huber. Cependant, les Allemands sont considérés avant tout comme des poètes de l’idylle, genre dans lequel ils excellent : ils sont inférieurs, note-t-on, dans tous les autres13. Dans ce contexte, la réception de Werther n’est pas facile. Nous n’avons pas affaire à une idylle. Ce qui, cependant, est plus grave, l’ouvrage goethéen ne présente pas non plus ce que l’on attend, en France, d’un roman. Les critiques littéraires témoignent de cette déception. Dans la Correspondance littéraire, Melchior Grimm résume en mars 1777 l’impression générale :

  • 14  Melchior Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique, éd. par Maurice Toumeux, t. (...)

Il s’en faut bien que ce roman ait eu en France le succès qu’il doit avoir eu en Allemagne. On n’y a trouvé que des événements communs et préparés sans art, des mœurs sauvages, un ton bourgeois, et l’héroïne a paru d’une simplicité grossière, tout à fait provinciale. Ce jugement est peut-être assez ridicule, mais il faut avouer que le fond de l’ouvrage n’est pas d’une invention fort ingénieuse, fort attachante14.

  • 15  Fernand Baldensperger, 1804 (cf. ici, p. 179, n. 2), p. 171 s. et 185 s.

7Aux yeux des critiques parisiens, le roman de Goethe se caractérise d’une certaine façon par son indigence romanesque ; la simplicité linéaire de la trame n’a pas convaincu le public parisien. Cette impression qui joue en défaveur de Werther au moment de sa parution reviendra plus tard avec autant de force pour les autres romans de Goethe : l’échec, au xixe siècle, de Wilhelm Meister et des Affinités électives tient à la minceur du récit proprement dit15. Revenons cependant à Werther : de même que Grimm, La Harpe déplore l’indigence excessive de l’invention (ce que nous appellerions aujourd’hui la trame narrative) :

  • 16  Jean-François de La Harpe, Correspondance littéraire adressée à son A. I. Mgr le Grand Duc, aujour (...)

Nous avons reproché aux Allemands une prolixité de style, une surabondance de détails minutieux qui produit la monotonie et prouve le défaut d’invention. Ces défauts se retrouvent dans le roman de M. Goethe, qu’on nous représente cependant comme le plus grand génie de l’Allemagne après M. Klopstock. Ce roman ne contient que la mort d’un jeune homme fort amoureux d’une femme qui doit épouser un autre homme : elle l’épouse en effet, et le jeune homme se brûle la cervelle. On assure que les faits sont véritables : cela est très-possible ; mais il n’y a là pas de quoi faire un volume16.

  • 17  Sévelinges, Préface du traducteur, 1804 b, p. V. La même réflexion se trouvait déjà à la fin de la (...)

8Il est étonnant de voir que, même après les romans de Richardson, et après la Nouvelle Héloïse, la relative austérité narrative du roman goethéen puisse encore gêner la critique française. Cela dit, il suffira, ultérieurement, de renverser les critères d’évaluation pour obtenir à partir des mêmes constats un éloge de Werther. Ainsi, dans la préface à sa traduction, Charles-Louis de Sévelinges se félicite en 1804 de la diminution du romanesque : « Les cavernes, note-t-il, les voleurs, les ogres, les fantômes ne touchent plus personne ; le diable même a perdu ses charmes. La plus simple anecdote fait aujourd’hui plus d’effet que ces monstrueuses extravagances. »17 Dans cette perspective, la simplicité du roman de Goethe apparaît précisément comme une extraordinaire vertu :

D’où vient donc, encore une fois, que cet écrit si simple, si nu en apparence, se trouve doué d’un attrait, d’un pouvoir que n’a peut-être nul autre ? [...] N’allez donc pas chercher au loin la cause de l’émotion profonde qui vous domine ; elle est dans votre cœur, elle est dans cette admirable simplicité, premier caractère de l’ouvrage (1804 p. x s.).

  • 18  George Sand, Préface, in 1845 a, p. XII.

9L’argument reviendra sous la plume de Georges Sand qui propose en 1845 une véritable critique de la sophistication. A propos de la simplicité de Werther, elle remarque : « Les artistes ne songent pas à étonner : ils semblent l’éviter, au contraire. Il y a en eux un profond dédain pour tous nos puérils artifices. »18

  • 19  La Bédoyère, 1809, p. 58, note.

10Qu’elle soit valorisée ou au contraire décriée, la simplicité n’est jamais un simple critère esthétique. Elle sert également, on le voit, de discriminant « idéologique ». Revenons au texte de la Correspondance littéraire cité tout à l’heure : « On n’y a trouvé que des événements communs et préparés sans art, des mœurs sauvages, un ton bourgeois, et l’héroïne a paru d’une simplicité grossière, tout à fait provinciale. » Commun, bourgeois, simplicité, grossier, provincial : l’ensemble de ces qualificatifs allient une dépréciation sociale au jugement de valeur esthétique. Par bien des côtés, le roman du jeune Goethe est bourgeois en effet : parmi les personnages principaux de l’intrigue, ni marquise, ni duchesse, ni vicomte. Le monde décrit dans les lettres de Werther n’est pas celui de l’aristocratie parisienne, si familière aux lecteurs français du xviiie siècle. Dans Werther, un personnage « commun » devient le porteur de grandes passions et de sentiments nobles, l’écriture sublime habituellement réservée aux grands de ce monde se saisit de la carrière d’un protagoniste qui, dans l’échelle sociale, n’occupe guère qu’une place moyenne. Le bourgeois, qui était encore un personnage de comédie un siècle auparavant, sous le règne de Louis XIV, revendique dans Werther une existence et une écriture tragiques. En ce sens, pour une oreille classique, le roman goethéen mélange deux genres, deux ordres, deux niveaux de style ; ce qui choque, c’est la coexistence de ce que la rhétorique appelle le genus mediocre et le genus grave. Lorsque La Harpe parle de la surabondance de détails qui nuit au roman, il pense certainement à l’ensemble des notations bourgeoises qui rompent avec la thématique et avec le style soutenu. Dans le même esprit, un homme de lettres remarque que Werther est « un mélange bizarre et monstrueux de passion, de ridicule, d’éloquence, et de mauvais goût »19.

  • 20  « L’exactitude servile est la pire des infidélités. [...] Dans les occurrences assez rares où la d (...)

11On sera peut-être étonné d’apprendre que cette remarque critique figure en note de bas de page d’une des traductions du roman de Goethe. Il s’agit de celle, publiée en 1804 par Henri de La Bédoyère (1782-1861). Reprise chez Didot en 1809, avec trois belles gravures de Moreau le jeune, elle connaît une troisième édition fortement remaniée en 1845. Traduction particulièrement précieuse pour nous ; les réticences du traducteur soulignent tous les points qui font problème. Issu d’une vieille famille bretonne, La Bédoyère, royaliste sur le plan politique et grand défenseur du classicisme sur le plan esthétique, avait présenté au début du siècle une version quelque peu expurgée du roman goethéen : dans la première partie, certaines allusions au suicide sont censurées, les attaques contre l’aristocratie atténuées, et la phrase finale du roman ( « Kein Geistlicher hat ihn begleitet ») est supprimée. En 1804, on lit chez La Bédoyère : « Des ouvriers portoient le corps : le vieillard et les enfans formoient le cortège. Albert n’eut pas la force de s’y joindre : on craignoit pour les jours de Charlotte. » Charlotte, l’épouse vertueuse, devient la véritable héroïne du livre. L’édition de 1845 de la version de La Bédoyère est particulièrement instructive dans la perspective qui nous intéresse. Le texte présente par moments un aspect saisissant : certains passages sont typographiquement dédoublés. En haut de la page, le texte « officiel », pour ainsi dire, conforme au goût français ; en bas, en note et imprimée en petits caractères, une version littérale des passages modifiés ou supprimés20. Quel est cependant le principe qui a présidé aux interventions du traducteur ? Sa censure opère moins sur les passages idéologiquement exposés (la question du suicide, la critique de l’aristocratie, les allusions à la sexualité), que sur tout un ensemble de détails sans doute jugés superflus, et qui rompent la fluidité du style sublime. Exemple paradigmatique : dans la lettre du 16 juin 1771, Werther écrit à Wilhelm :

Ich hab’s nicht überwinden können, ich mußte zu ihr hinaus. Da bin ich wieder, Wilhelm, will mein Butterbrot zu Nacht essen und dir schreiben.

12« Je t’écris à mon retour de chez elle », propose le texte officiel de La Bédoyère. Quant à la tartine beurrée, véritable faute de goût, elle est reléguée en bas de page. Au début de la lettre passionnée qui va relater la première rencontre de Werther et de Charlotte, l’évocation triviale de la tartine provoque une rupture de ton, une enfreinte à ce qu’il faut bien appeler la bienséance stylistique. Même procédé dans la lettre que Werther envoie à Charlotte, le 20 janvier 1772. En haut de la page, le traducteur donne : « Les objets ne font que paraître et disparaître à mes yeux, et je me demande souvent si mon existence elle-même n’est pas un vain prestige. » Inutile de chercher cette phrase dans l’original allemand. Il s’agit en effet d’une transcription en style soutenu de ce que le lecteur trouve en bas de la page, où La Bédoyère donne une version plus littérale du texte de Goethe : « Il me semble que j’assiste à un spectacle de marionnettes. Je vois passer et repasser devant moi de petits bonshommes, de petits chevaux, et je me demande souvent si tout cela n’est pas une illusion d’optique. Je joue avec ces marionnettes, ou plutôt je ne suis moi-même qu’une marionnette. Quelquefois je prends mon voisin par la main, je sens qu’elle est de bois, et je recule en frissonnant. » Et le traducteur d’expliquer :

  • 21  La Bédoyère, 1845 b, p. 152 (note ; c’est nous qui soulignons, C. H.).

Ces images que certains lecteurs trouveront peut-être fortes et neuves, m’ont paru forcées et bizarres : c’est pourquoi je les ai rejetées en note. J’aurais cru gâter l’effet de cette lettre touchante par le mélange de pareilles peintures21.

  • 22  « Je m’étois permis de supprimer de loin en loin des déclamations, des descriptions oiseuses, des (...)

13Afin d’éviter ce mélange impur que lui présente le texte allemand, le traducteur dispose de deux moyens : soit il supprime simplement le passage incriminé (c’est la solution adoptée par La Bédoyère en 1804)22, soit il fait lui-même le tri, et sépare le grain de l’ivraie : le grain se trouve en haut de la page, l’ivraie est rejetée en note. La traduction du comte de La Bédoyère représente cependant un objet limite parmi toutes les versions françaises de Werther. En 1845, même le plus infidèle des traducteurs de Goethe est obligé de satisfaire superficiellement à un certain devoir de fidélité : s’il retranche des parties du texte allemand, au moins doit-il les donner en note de bas de page.

L’étranger dans la langue : problèmes techniques et problèmes culturels de la traduction

14Si je me suis arrêté un peu longuement sur la traduction du comte de La Bédoyère, c’est qu’elle illustre de façon symptomatique les problèmes que posait Werther à un lecteur français. Mais, à sa façon, elle témoigne aussi du statut complexe de la traduction, et de la diversité des questions qui se posent au traducteur. La traduction présente des problèmes techniques, certes ; dans le même temps, elle fait intervenir des considérations esthétiques ; elle reflète enfin une certaine philosophie du langage. Problèmes techniques : en effet, contrairement à ce que pourrait faire croire le nombre important de Werthers français, la traduction de cet ouvrage n’est pas particulièrement aisée. Souvent, les traducteurs se sentent obligés d’atténuer les audaces stylistiques, les anacoluthes et le phrasé irrégulier du jeune Goethe. Observons Werther devant le vallon de Wahlheim inondé, vers la fin du roman. Il contemple les effets dévastateurs de la rivière en crue, puis :

[...] da überfiel mich ein Schauer, und wieder ein Sehnen ! Ach, mit offenen Armen stand ich gegen den Abgrund und atmete hinab ! hinab ! und verlor mich in der Wonne, meine Qualen, meine Leiden da hinabzustürmen !

15Ich atmete hinab. Expression qui laisse les traducteurs perplexes. Pour Deyverdun : « Je me baissai en souriant. » Aubry donne : « Je respirois en regardant en bas ! en bas » ; de Salse : « Je respirois la mort » ; Sévelinges : « Courbé vers l’abîme, je soupirais, je brûlais de m’y élancer. » Tous sont obligés d’expliciter la pensée de Goethe, et souvent d’en atténuer la violence. A l’inverse, les traducteurs cherchent souvent à segmenter les phrases amples de Werther. Prenons la célèbre description paysagère contenue dans la lettre du 10 mai :

Wenn das liebe Tal um mich dampft, und die hohe Sonne an der Oberfläche der undurchdringlichen Finsternis meines Waldes ruht, und nur einzelne Strahlen sich in das innere Heiligtum stehlen, ich dann im hohen Grase am fallenden Bach liege, und näher an der Erde tausend mannigfaltige Gräschen mir merkwürdig werden ;wenn ich das Wimmeln, etc.

16Rares sont, parmi nos traducteurs, ceux qui conservent le mouvement de cette phrase. Georges Deyverdun, le premier traducteur francophone, n’hésite pas à couper cette période. Il écrit donc :

Des vapeurs légères couvrent cette plaine riante. Le soleil, au milieu de sa course, se repose sur le sommet des arbres touffus, qui me couvrent d’une ombre impénétrable. Quelques rayons s’échappent, & parviennent jusqu’à mon sanctuaire. Couché sur une herbe épaisse, etc.

  • 23  Charles Batteux, Lettres sur la phrase française comparée avec la phrase latine, à M. l’abbé d’Oli (...)

17Certes, les longues périodes goethéennes ne sont pas complètement inconnues des Français. Les discours latins ont depuis longtemps accoutumé les traducteurs français aux difficultés de ces phrases qui avancent par accumulation et par rebonds successifs. En 1748, l’abbé Batteux avait déjà souligné qu’il fallait conserver les périodes latines. Si on coupe les phrases, on aura les pensées ; mais l’âme et la vie qui les animent disparaîtront23. Apparemment, les traducteurs semblent cependant ne pas appliquer à des ouvrages d’imagination écrits en langue vernaculaire les préceptes qui ont été édictés pour les historiens et les orateurs latins.

  • 24  La Bédoyère, 1845, p. VII (à propos de la première édition de sa traduction).

18On le voit : à côté de problèmes techniques, le traducteur rencontre aussi des questions qui touchent à sa conception du langage. C’est l’idée qu’il se fait de la langue française qui détermine en particulier sa plus ou moins grande fidélité au texte de départ. Un homme qui, comme La Bédoyère, précise qu’il a tenté « de donner au Werther allemand une physionomie moins étrangère, en un mot de le rapprocher du goût françois »24, adopte à bien des égards une posture théorique dépassée au début du xixe siècle. Pour la traduction de textes latins, Ferri de Saint-Constant peut donner en 1811 des préceptes très fermes :

  • 25  Ferri de Saint-Constant, op. cit., 1811, t. 2, p. 204 et 208.

Il faut faire dire à un auteur tout ce qu’il dit, autrement ce n’est point le traduire, c’est l’abréger et le tronquer. [...] Il ne faut pas faire dire à un auteur ce qu’il ne dit point ; c’est le défigurer que d’ajouter ; ce n’est plus traduire, c’est commenter. Toute paraphrase est vicieuse25.

  • 26  Cf. Lieven d’Hulst, Cent ans de théorie française de la traduction. De Batteux à Littré (1748-1847 (...)
  • 27  Un aperçu toujours intéressant sur la question se trouve chez Fernand Baldensperger, Comment le xv (...)
  • 28  Ci-dessus, n. 1, p. 185. Sur ces problèmes, cf. plus particulièrement Ulrich Ricken, Grammaire et (...)
  • 29  Cf. de façon paradigmatique l’article « Langues » que Voltaire insère en 1771 dans ses Questions s (...)
  • 30  Cf. L’esprit de l’abbé Des Fontaines, ou Réflexions sur différens genres de science et de littérat (...)

19Apparemment, la traduction-adaptation de textes modernes est moins sévèrement punie. Tout se passe comme si les traducteurs de textes littéraires modernes devaient rattraper à la fin du xviiie siècle l’avance théorique prise dans le domaine de la littérature ancienne26. En effet, à partir de 1740, les travaux sur la littérature ancienne font peser sur les vertus de la langue française une véritable suspicion27. Il est devenu difficile de proclamer tout simplement la supériorité de la langue française. Certes, Rivarol rédige en 1783 son Discours de l’universalité de la langue française. Mais, trente-cinq ans plus tôt, au cours de la célèbre querelle de l’inversion, l’abbé Batteux avait sévèrement entamé la théorie de l’« ordre naturel » du français28. L’ordre suivi par le français n’est pas plus naturel que l’ordre diamétralement opposé de la langue latine. Condillac, de son côté, avait souligné les avantages de la flexibilité dans la construction grammaticale. De façon caractéristique, c’est la réflexion sur la traduction des auteurs anciens qui a conduit à une certaine relativisation des qualités de la langue française. L’argument de la clarté de la langue française est en effet réversible : cette clarté qui constitue une vertu éclatante aux yeux des uns peut aussi être interprétée comme un défaut. Parler, comme font la plupart des auteurs des Lumières, du génie de la langue française29, c’est accepter en retour qu’il puisse y avoir un génie de la langue latine, de la langue grecque, ultérieurement un génie de la langue anglaise ou encore de l’allemande. Dans le même esprit, les préfaces des traducteurs soulignent la « timidité » de la langue française. C’est le mot que l’on rencontre dans la préface de la célèbre traduction de Virgile que l’abbé Desfontaines donne en 174330. C’est le mot de Mme Dacier, à propos de sa traduction d’Homère :

  • 31  Cité dans Georges Mounin, Les belles infidèles (1955), Presses Universitaires de Lille, 1994, p. 2 (...)

Que doit-on attendre d’une traduction en une langue comme la nôtre, toujours sage, ou plutôt toujours timide, et dans laquelle il n’y a presque pas d’heureuse hardiesse, parce que toujours prisonnière dans ses usages, elle n’a pas la moindre liberté31 ?

  • 32  D’Alembert, Observations sur l’art de traduire en général, et sur cet essai de traduction en parti (...)
  • 33  « Ceux qui traduisent en François les Auteurs latins, connoissent, par expérience, les avantages d (...)
  • 34  Ibid., p. 19. Il faut bien se garder toutefois de faire de D’Alembert un apôtre de la fidélité à l (...)

20Notre langue, écrit d’Alembert en 1759, « est la plus sévère de toutes dans ses Lois, la plus uniforme dans sa construction, la plus gênée dans sa marche »32. Par rapport au français, les langues anciennes ont d’indéniables avantages33. A partir de ce constat, il est possible de tirer deux conséquences. La première des deux consiste à refuser tout simplement de faire entrer l’étranger dans la langue française. Lorsqu’on traduit, on s’efforce donc de gommer les aspérités, on cherche à ne pas violenter cette langue un peu délicate (ou timide) qu’est le français. A partir de la seconde moitié du xviiie siècle, une seconde solution semble progressivement gagner du terrain, du moins dans le champ théorique. Il s’agit de capter une partie de l’énergie du texte traduit, de faire entrer dans la langue française, autant que possible, une parcelle du génie de la langue étrangère. C’est là notamment l’argumentaire de D’Alembert. La timidité n’est plus dans la langue française, elle se trouve chez les traducteurs. Dans la traduction, explique-t-il, « l’original doit [...] parler notre Langue, non avec cette timidité superstitieuse qu’on a pour sa Langue naturelle, mais avec cette noble liberté, qui fait emprunter quelques traits d’une Langue pour en embellir légèrement une autre »34.

  • 35  Pour la traduction de Shakespeare, cf. par exemple J. Baretti, Discours sur Shakespeare et sur M. (...)
  • 36  Aubry, 1777, p. viiie s.
  • 37  Sévelinges cite notamment les efforts du vieux Klopstock pour prouver la proximité de l’allemand e (...)

21Dans cette perspective, la traduction apparaît comme un travail de décentrement à l’intérieur même du champ littéraire national. Les traducteurs de Werther peuvent s’appuyer sur cette réflexion théorique à l’origine menée à propos des langues anciennes. La certitude de la prééminence du français par rapport au latin vacille. Les traducteurs de textes modernes s’engouffrent avec un peu de retard dans la brèche ainsi ouverte pour expliquer, dans des termes souvent voisins, les difficultés qu’il y a à traduire des textes italiens, anglais ou allemands35. En 1777, nous lisons, dans la préface de la traduction proposée par Aubry : « Je me persuade de jour en jour davantage qu’il y a dans chaque langue des beautés originales, des expressions particulieres, des tournures d’un simple ou d’une force inexprimable, qui font le charme du lecteur, & l’écueil de celui qui traduit. »36En 1804, Sévelinges présente à son tour la différence entre la langue allemande et la langue française. Mais, à présent, le traducteur fait l’éloge de la langue allemande. Il peut appuyer son discours sur l’ensemble des textes théoriques allemands destinés à souligner les mérites de la langue nationale37. Son raisonnement fait simultanément écho aux débats français sur les vertus comparées de la langue nationale et du latin, et plus particulièrement aux discussions à propos des inversions et de la traductibilité des Anciens dans la langue française :

  • 38  Sévelinges, 1804 a, p. XXII s. (nous soulignons, C. H.).

Il est incontestable, note Sévelinges, que les Allemands « semblent particulièrement appelés à la haute poésie par le génie même de leur idiôme, de cet idiôme ami des inversions et des métaphores les plus hardies, souple autant que riche sous la plume du poète qui a toujours le droit de le contraindre, ou de lui fournir des expressions nouvelles ; de cet idiôme unique dans la formation de ses épithètes composées ; le seul enfin chez les peuples modernes dans lequel il soit possible de traduire fidèlement les langues anciennes, et spécialement le grec, dont il serait le digne émule, si à la force et à l’abondance il réunissait au même degré la douceur et l’harmonie »38.

22La faiblesse de la langue, française par rapport aux langues anciennes est un argument largement développé en France. En montrant la proximité de l’allemand et des langues anciennes, le traducteur cherche d’emblée à rehausser la place de l’idiome d’outre-Rhin dans la hiérarchie des langues. Plus fondamentalement, le discours de Sévelinges constitue, dès avant le livre de Mme de Staël, un vibrant plaidoyer pour ce qu’on appelle maintenant les transferts culturels – ce que la langue du xviiie siècle nomme le « commerce littéraire » :

  • 39  Ibid., p. xv s.

Les Allemands ont fait les premiers pas pour se rapprocher de nous ; il y aurait de l’injustice à persister envers eux dans notre éloignement ; il y aurait même de l’obstination puérile à continuer de fermer les yeux sur le mérite de leurs productions actuelles. On se rappelle aujourd’hui avec reconnaissance les longs efforts que fit Voltaire, pour donner à ses contemporains un aperçu de la littérature anglaise. Que de beautés n’eussions-nous point perdues, si un ridicule orgueil ou de vains préjugés nous avaient plus long-tems interdit d’arrêter nos regards sur les richesses de nos voisins ! Pourquoi refuser désormais de lier avec l’Allemagne ce commerce littéraire39 ?

  • 40  Ibid., p. XXII.

23Sévelinges ne présente pas Werther comme un texte isolé. De façon remarquable, il cherche à situer le roman de Goethe dans une véritable histoire de la littérature allemande depuis 1770, dont il brosse un tableau plutôt flatteur, assorti de quelques réserves sur la production dramatique : « Notre curiosité doit [...] se porter avidement sur une foule d’écrits qui attestent les rapides progrès, et même les grands succès des Allemands dans toutes les autres branches de la littérature. »40

La traduction « de Pierre Leroux »

  • 41  Au moment du lancement de ce journal si important pour l’histoire culturelle des années 1820, Paul (...)

24La Révolution française semble avoir accéléré l’ouverture française sur les cultures étrangères. Werther, nous l’avons noté, a connu un nombre de rééditions importantes pendant cette période agitée. Il faut aussi souligner l’importance considérable que joue au même moment la dispersion géographique d’une partie de l’élite française : l’émigration des aristocrates. Le traducteur que nous venons d’évoquer, Charles-Louis de Sévelinges, a passé en Allemagne (et notamment à Hambourg) une partie de ses années d’exil. C’est également l’exil qui a produit, d’une certaine façon, le De l’Allemagne de Mme de Staël. A l’inverse, c’est la sévère clôture politique et littéraire du début de la Restauration qui explique l’importance, dans les années 1820, du paradigme étranger : d’une certaine façon, les références étrangères jouent un rôle polémique dans la constellation politique et littéraire de l’époque. Il suffit, pour s’en convaincre, de feuilleter les numéros du Globe qui paraît à partir de septembre 1824. A ses débuts notamment, tenu à ne pas aborder de sujets politiques, ce journal se caractérise par la place eminente qu’il réserve aux événements culturels étrangers41. Les rubriques étrangères (Angleterre, Allemagne, Russie, Italie, Grèce, etc.) tiennent presque autant de place que les rubriques France ou Paris. Dans la déclaration d’intention qui ouvre le premier numéro du Globe, le mercredi 15 septembre 1824, ce parti pris avait été soigneusement mis en évidence :

C’est donc une grande utilité que de propager dans un pays la connaissance de tous les autres ; et cette connaissance ne saurait mieux s’établir que par celle des diverses littératures : car la littérature des nations, c’est leur vie.

  • 42  Fernand Baldensperger montre de façon saisissante la surprise qu’éprouvent les Français, vers 1820 (...)
  • 43  Articles du 29 avril et du 20 mai 1826. Cf. les traductions que Goethe dans : Johann Wolfgang Goet (...)

25Le Globe s’intéressait vivement à l’œuvre de Goethe ; c’est par l’intermédiaire de ce journal que les Français ont commencé à prendre conscience de l’importance de la production littéraire du Goethe postwerthérien42. Goethe lui-même, on le sait, est un lecteur assidu du journal français, et notamment des articles que le jeune Jean-Jacques Ampère lui consacre43.

  • 44  « La traduction de M. Pierre Leroux n’est pas seulement admirable de style, elle est d’une exactit (...)
  • 45  Goethe, Les passions du jeune Werther, présentation, traduction et notes de Philippe Forget, Paris (...)
  • 46  David Owen Evans, Une supercherie littéraire : Le Werther français de Pierre Leroux, in Revue de l (...)
  • 47  J-J. Weiss, Le théâtre et les mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1889, p. 279.

26Le bref rappel de ce moment particulier de l’histoire française n’est pas inutile dans notre perspective : Pierre Leroux, cofondateur du Globe et principal instigateur de l’ouverture sur les pays étrangers qui caractérisait le journal, est également l’auteur de la plus célèbre des traductions françaises de Werther. Cette traduction fut publiée sans nom en 1829. Une seconde édition, signée cette fois-ci, parut en 1839 chez Charpentier. Exemplaire aux dires de George Sand44, la traduction de Pierre Leroux connut des rééditions constantes tout au long du xixe siècle ; la plupart des autres traductions du xixe et du début du xxe siècle s’en inspirent largement. Philippe Forget l’a récemment signalé : l’une des traductions les plus répandues actuellement (notamment dans l’édition des Romans de Goethe de la « Bibliothèque de la Pléiade »), signée par Bernard Groethuysen, n’est guère qu’une reprise, presque dépourvue de retouches, du texte de Leroux – un plagiat dont les lecteurs, d’ailleurs, ne sont pas avertis45. En fait, il faut dire que Leroux lui-même n’avait pas fait œuvre originale. Très intéressé par les cultures étrangères, Leroux n’en savait pas l’allemand pour autant. Il s’était donc contenté de corriger et d’améliorer stylistiquement l’une des premières traductions françaises de Werther dans la version de 1787, la traduction de Charles-Louis de Sévelinges. Pierre Leroux n’a jamais signalé cet emprunt, et personne, apparemment, ne s’est avisé de ce plagiat avant la parution, en 1938, d’un bref article consacré à cette affaire46. On le voit : dans le domaine de la traduction, la délimitation de la propriété intellectuelle est particulièrement malaisée. Ce n’est pas là cependant le point essentiel. La « collaboration » par bien des côtés indirecte du royaliste Sévelinges et du socialiste Leroux a produit un texte « classique » — si l’on peut dire – de la littérature française ( « un livre qui est l’un des chefs-d’œuvre de la prose française au xixe siècle, un modèle achevé dans le genre si difficile et si ingrat de la traduction », d’après un contemporain de Leroux47) : un texte qui, outre son indéniable élégance, possède un certain poids historique et constitue à tous points de vue un témoignage précieux de ce que sont, en France, Les souffrances du jeune Werther.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie des éditions françaises de Werther, 1776-1850

La liste qui suit présente l’ensemble des éditions répertoriées du roman goethéen (Bibliographies de F. Baldensperger, de J. W. Appell, ouvrages présents à la Bibliothèque nationale). Il est difficile, en ces matières, de prétendre à l’exhaustivité ; des rééditions, des contrefaçons ont pu passer inaperçues. Nous avons indiqué en caractères gras les éditions qui proposent une traduction nouvelle ; les autres éditions reprennent l’un des textes déjà existants.

1776 a Les souffrances du jeune Werther, traduit de l’original allemand par le BSdS [Karl Siegmund Freiherr von Seckendorf], Erlangen, Wolfgang Walther.

1776 b Werther, traduit de l’allemand [par Georges Deyverdun], à Maestricht, chez Jean-Edme Dufour & Philippe Roux.

1777 Les Passums du jeune Werther, ouvrage traduit de l’allemand de M. Goethe. Par M. Aubry [= Woldemar Friedrich Graf von Schmettau ?], à Manheim, et se trouve à Paris chez Pissot, rue de Hurepois.

1784 a Werther, traduit de l’allemand, à Maestricht, chez J. E. Dufour & P. Roux [texte de 1776 b].

1784 b Passions du jeune Werther, à Reims, chez Cazin, libraire [texte de 1777].

178648 Passions du jeune Werther, à Paris, chez Cazin, rue des Maçons, n° 31 [texte de 1777].

Vers 1790 (s.d.) Passions du jeune Werther, enrichies de Gravures avec tablettes économiques, composées d’un Papier nouveau, sur lequel on peut, à l’aide d’un stylet, sans encre et sans crayon, écrire, Paris, Denos [texte de 1777 ?].

1791 Werther, traduit de l’allemand, à Maestricht, chez J.-P. Roux & Cie [texte de 1776 b]

1792 a Les Malheurs du jeune Werther, traduit de l’allemand, à Paris, chez les Libraires associés [texte de 1776 6].

1792 b Werther, traduit de l’allemand, avec figures, à Maestricht, J.-P. Roux & Cie, Imprimeurs-libraires associés, à Grenoble, J. L. A. Giroud, Imprimeur-libraire, Place aux Herbes, 1792, petit in-16°, VI-236 p. [texte de 1776 b].

1792 c Passions du jeune Werther, Londre [sic], 287 p. [texte de 1777].

1793 a Werther, traduit de l’allemand, à Lille, chez C.F.J. Lehoucq [texte de 1776 b].

1793 b Passions du jeune Werther, à Paris, chez Leprieur, Libraire, rue de Savoie, n° 12 [texte de 1777].

1794 Werther, traduction de l’allemand, Paris, chez Louis [texte de 1777 ?].

1797 a Werther, traduit de l’allemand de Goete par Aubry, Paris, Imprimerie de Didot jeune [texte de 1777].

1797 b Werther, traduction de l’allemand, Paris, Dussart [texte de 1777]. 1800 a Passions du jeune Werther, Paris, Pigoreau, an VIII [texte de 1777].

1800 b Werther, traduit de l’allemand par L. C. de Salse, à Basle, De l’imprimerie de J. Decker, se trouve à Paris, chez Ch. Pougens, quai Voltaire, n° 10 et chez Maradan, rue du cimetière Saint André des arts, n° 9, à Strasbourg, chez Levrault, à Lyon, chez Bruyset aîné & Cie, 1800, 2 vol., XIV-187 et 212 p.

1801 Werther, traduit de l’allemand sur la nouvelle édition, à Basle, De l’Imprimerie de J. Decker (Paris, chez Ch. Pougens) [texte de 1800 b].

1801 b Werther, traduit de l’allemand, Strasbourg, Levrault, 1801 [texte de 1800 b ?].

1802 Werther, par J. W. Goethe, traduit de l’Allemand sur la nouvelle édition. — Werther, von J. W. Göthe. Neueste Ausgabe, à Paris, de l’imprimerie de L. G. Huguin, rue du Foin n° 31 [édition bilingue, texte français repris de 1800 b].

1803 a Werther, traduit de l’allemand de Goethe, en français et en espagnol, à Paris, chez F. Louis, rue de Savoie, n° 12, 1803 [texte de 1777 ?].

1803 b Werther, traduit en français et en italien, Paris, Louis [texte de 1777 ?].

1804 a Werther, traduit de l’allemand sur une nouvelle édition, augmentée, par l’auteur, de douze lettres, et d’une Partie historique entièrement neuve. Par C. L. Sevelinges, à Paris, chez Demonville, Imprimeur-libraire, rue Christine, n° 12, an XII – 1804, XXVI-290 p.

1804 b Werther, traduction nouvelle [par Henri de La Bédoyère], à Paris, chez Colnet, an XII.

1809 Les Souffrances du jeune Werther, par Goethe, traduction nouvelle, ornée de trois gravures en taille-douce, à Paris, de l’Imprimerie de P. Didot l’aîné, 1809, VI-234 p. [texte de 1804 b].

1822 Passions du jeune Werther, par Goethe, Paris, chez Lebègue [texte de 1777].

1825 Werther, traduit de l’allemand par M. L. de Sévelinges, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis. Nouvelle édition, ornée de gravures, Paris, Imprimerie de J. G. Dentu, Rue du Colombier n° 21, 1825, VIII-309 p. [texte de 1804].

1827 Werther, Paris, chez Dauthereau, Palais-Royal, grande cour. [Traducteur inconnu.]

1829 Werther, traduction nouvelle, Paris, au Bureau de la Bibliothèque choisie, rue du Coq Saint-Honoré, n° 13 (1829), 214 p. [Traducteur : P. Leroux ; cf. 1839].

1833 Werther, de Goethe, Paris, Ledentu, 1833, 2 vol. in-32 [texte de 1827].

1839 Werther, par Goethe. Traduction nouvelle. Précédée de considérations sur la poésie de notre époque, par M. P. Leroux suivi de Hermann et Dorothée, traduction nouvelle... par M. Xavier Marmier, Paris, Charpentier [texte de 1829].

1841 [Réimpression de l’édition de 1839]

1842 [Réimpression de l’édition de 1839.]

1843 [Réimpression de l’édition de 1839]

1845 a Werther, par Goethe. Traduction nouvelle. Précédée de considérations sur la poésie de notre époque et en général sur la poésie de notre époque, par Pierre Leroux, accompagnée d’une préface par George Sand.

Dix eaux-fortes par Tony Johannot, Paris, publié par J. Hetzel, rue Richelieu, 76 ; rue Ménars, 10, 1845 [reprise de 1829]. 1845 b Les souffrances du jeune Werther, par Goethe, traduites par le comte Henri de La B..., seconde édition, à Paris, de l’Imprimerie de Chapelet, 1845, XII-304 p. [texte de 1804 A, avec d’importantes modifications].

1848 a Romans illustrés. Werther, par J. W. Goethe. Paris, G.. Havard [24 p. in-4°]. 1848 b Les veillées littéraires illustrés. Werther, par Goethe, Paris, Bry aîné [24 p. in-4°]. 1850 [Réimpression de l’édition de 1839.]

Haut de page

Notes

1  On trouvera à la fin de cet article une bibliographie des éditions françaises de Werther qui paraissent entre 1776 et 1850. La citation abrégée de l’une ou l’autre de ces traductions renvoie à cette liste.

2  Pour le cadre général, cf. les excellents travaux de Fernand Baldensperger, Goethe en France. Étude de littérature comparée, Paris, Hachette, 1904 ; Bibliographie critique de Goethe en France, Paris, Hachette, 1907. Dans l’ouvrage de 1904, Baldensperger consacre des pages éclairantes à Werther, mais n’examine pas en détail les diverses traductions. Cf. aussi Johann Wilhelm Appell, Werther und seine Zeit. Zur Goethe-Litteratur. Vierte, verbesserte und vermehrte Ausgabe, Oldenburg, Schulzesche Hof-Buchhandlung und Hof-Buchdruckerei, 1896.

3  Cf. dans notre bibliographie 1776 a, 1776 b, 1777.

4  L. C. de Salse, 1800 b, t. I, p. VII.

5  La Bédoyère, 1809, p. 58 (note).

6  Sévelinges, 1825, p. III.

7  La Bédoyère, 1845, p. V.

8  Là aussi, une certaine prudence s’impose : il existe certainement des éditions aujourd’hui introuvables, jamais inscrites dans les catalogues. Les nombreuses contrefaçons, notamment, sont difficiles à répertorier.

9  Sévelinges, 1804 a, p. XXXV.

10  Sur ce point, cf. Arthur Henkel, Warum habt ihr das gethan. Napoléon über Werther. Brief an einen Freund, in A. H., Goethe-Erfahrungen. Studien und Vorträge, Stuttgart, Metzler, 1982, p. 181-189.

11  Stendhal, De l’amour, éd. par Henri Martineau, Paris, Classiques Garnier, 1959, p. 230 s. (chap. LIX).

12  Werther, par Goethe. Traduction nouvelle et notice biographique et littéraire de Louis Enault, Bibliothèque des Chemins de fer, 4e série, Paris, Hachette & Cie, 1855, XXXII-194 p.

13  On trouvera une formulation paradigmatique de ce stéréotype dans La Journée de l’amour, Paris, 1774, p. 35.

14  Melchior Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique, éd. par Maurice Toumeux, t. 12, Paris, Garnier Frères, 1880, p. 74.

15  Fernand Baldensperger, 1804 (cf. ici, p. 179, n. 2), p. 171 s. et 185 s.

16  Jean-François de La Harpe, Correspondance littéraire adressée à son A. I. Mgr le Grand Duc, aujourd’hui Empereur de Russie, et à M. le Comte André Schowalow, chambellan de l’impératrice Catherine II, depuis 1774 jusqu’à 1789 (1801), Paris, 1820, p. 514, lettre 79 (c’est nous qui soulignons, C. H.).

17  Sévelinges, Préface du traducteur, 1804 b, p. V. La même réflexion se trouvait déjà à la fin de la traduction donnée par Georges Deyverdun : « Pour surprendre l’imagination, pour captiver l’intérêt, [Goethe] n’a point eu recours à des personnages imposants, à des événements extraordinaires & inattendus. Sa marche est simple & belle ; c’est la marche de la nature » (1776 A, ii, p. 204).

18  George Sand, Préface, in 1845 a, p. XII.

19  La Bédoyère, 1809, p. 58, note.

20  « L’exactitude servile est la pire des infidélités. [...] Dans les occurrences assez rares où la différence essentielle d’idiome et de goût m’a forcé de m’écarter du texte, j’en ai rejeté en note la traduction littérale. J’ai observé la même méthode pour le très-petit nombre de passages que j’ai cru devoir supprimer en entier » (1845 b, p. VIII s.).

21  La Bédoyère, 1845 b, p. 152 (note ; c’est nous qui soulignons, C. H.).

22  « Je m’étois permis de supprimer de loin en loin des déclamations, des descriptions oiseuses, des moralités dont les Allemands sont en général trop prodigues dans les ouvrages d’imagination, de modifier certaines images, certaines comparaisons manquant de justesse, ou dépourvues de grâce, d’élaguer enfin quelques détails qui, jetés à froid au milieu de scènes passionnées, en ralentissent le mouvement et l’effet », écrit La Bédoyère en 1845 à propos de la première édition de sa traduction (p. VI s.).

23  Charles Batteux, Lettres sur la phrase française comparée avec la phrase latine, à M. l’abbé d’Olivet, de l’Académie Françoise, in Cours de Belles Lettres distribué par exercices. A Paris, chez Desaint & Saillant, 1748, t. 2, ici p. 72 s. (texte reproduit ultérieurement dans les Principes de la littérature, 5e éd., Paris, 1774, t. 5, p. 270 s.). Cette pensée sera reprise avec vigueur dans les manuels de traduction scolaire du début du xixe siècle (cf. par ex. J. L. Ferri de Saint-Constant, Rudimens de la traduction, ou l’Art de bien traduire le latin en français, seconde édition, revue, corrigée et augmentée, 2 vol., Paris, chez Auguste Delalain et Lallemant, et à Angers, chez Fourier Mame, 1811, t. 2, p. 227).

24  La Bédoyère, 1845, p. VII (à propos de la première édition de sa traduction).

25  Ferri de Saint-Constant, op. cit., 1811, t. 2, p. 204 et 208.

26  Cf. Lieven d’Hulst, Cent ans de théorie française de la traduction. De Batteux à Littré (1748-1847), Presses Universitaires de Lille, 1990.

27  Un aperçu toujours intéressant sur la question se trouve chez Fernand Baldensperger, Comment le xviiie siècle expliquait l’universalité de la langue française, in F. Baldensperger, Etudes d’histoire littéraire, t. 1, Paris, 1907, p. 1-54.

28  Ci-dessus, n. 1, p. 185. Sur ces problèmes, cf. plus particulièrement Ulrich Ricken, Grammaire et philosophie au siècle des Lumières. Controverses sur l’ordre naturel et la clarté du français, Publications de l’Université de Lille III, Villeneuve d’Ascq, 1978, notamment p. 111 s. et 131 s.

29  Cf. de façon paradigmatique l’article « Langues » que Voltaire insère en 1771 dans ses Questions sur l’Encyclopédie.

30  Cf. L’esprit de l’abbé Des Fontaines, ou Réflexions sur différens genres de science et de littérature, t. 1, Londres, et se trouve à Paris, chez Duchesne, Libraire, 1757, p. 338.

31  Cité dans Georges Mounin, Les belles infidèles (1955), Presses Universitaires de Lille, 1994, p. 21 (c’est nous qui soulignons, C. H.).

32  D’Alembert, Observations sur l’art de traduire en général, et sur cet essai de traduction en particulier [texte placé en tête de l’Essai de traduction de quelques morceaux de Tacite], in Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, 5 vol. A Amsterdam, chez Zacharie Chatelain & fils, Imprimeurs-libraires, t. 1, p. 3-32, ici p. 9.

33  « Ceux qui traduisent en François les Auteurs latins, connoissent, par expérience, les avantages de la Langue des Romains sur la nôtre. Quelqu’effort qu’ils fassent, ils ne peuvent presque jamais donner à leurs traductions la précision & l’énergie des Originaux » (L’esprit de l’abbé Des Fontaines, op. cit., p. 276).

34  Ibid., p. 19. Il faut bien se garder toutefois de faire de D’Alembert un apôtre de la fidélité à l’original, puisqu’il préconise au contraire l’édition de morceaux choisis il s’agit en quelque sorte de protéger l’auteur contre ses propres faiblesses (soulignons la permanence, dans ce cadre-là, de la notion d’autorité).

35  Pour la traduction de Shakespeare, cf. par exemple J. Baretti, Discours sur Shakespeare et sur M. de Voltaire, Londres et Paris, 1777. Rivarol lui-même donne pour la traduction de la Comédie divine des arguments assez proches de ceux avancés par d’Alembert (cf. G. Mounin, op. cit., p. 23).

36  Aubry, 1777, p. viiie s.

37  Sévelinges cite notamment les efforts du vieux Klopstock pour prouver la proximité de l’allemand et du grec.

38  Sévelinges, 1804 a, p. XXII s. (nous soulignons, C. H.).

39  Ibid., p. xv s.

40  Ibid., p. XXII.

41  Au moment du lancement de ce journal si important pour l’histoire culturelle des années 1820, Paul-François Dubois, cofondateur du Globe avec Pierre Leroux, le définit avant tout comme « un recueil extrait de tous les journaux étrangers » (lettre de Dubois au philosophe Théodore Jouffroy, 4 août 1824, citée dans Jean-Jacques Goblot, La jeune France libérale. Le Globe et son groupe littéraire, 1824-1830, Paris, Plon, 1995, p. 37).

42  Fernand Baldensperger montre de façon saisissante la surprise qu’éprouvent les Français, vers 1820, à trouver vivant un auteur dont ils ne connaissaient guère, jusque-là, qu’un roman écrit près de cinquante ans plus tôt, Werther (F. Baldensperger, op. cit., 1904, p. 69 s.).

43  Articles du 29 avril et du 20 mai 1826. Cf. les traductions que Goethe dans : Johann Wolfgang Goethe, Sämtliche Werke nach Epochen seines Schaffens. Münchner Ausgabe, Munich, Hanser, vol. 13/1, 1992, p. 539 s.

44  « La traduction de M. Pierre Leroux n’est pas seulement admirable de style, elle est d’une exactitude parfaite, d’un mot à mot scrupuleux. On ne conçoit pas qu’en traduisant un style admirable on ait pu jusqu’ici en faire un style monstrueux. C’est pourtant ce qui était arrivé, et il est assez prouvé, d’ailleurs, que pour ne pas gâter le beau en y touchant, il faut la main d’un homme supérieur » (George Sand, Préface, in 1845 a, p. XIII).

45  Goethe, Les passions du jeune Werther, présentation, traduction et notes de Philippe Forget, Paris, Imprimerie nationale, 1994, p. 31.

46  David Owen Evans, Une supercherie littéraire : Le Werther français de Pierre Leroux, in Revue de littérature comparée 18, 1938, p. 312-325.

47  J-J. Weiss, Le théâtre et les mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1889, p. 279.

48  Baldensperger signale en outre pour 1786 une réédition du texte 1776 A, sans donner d’autres précisions bibliographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Helmreich, « La traduction des « Souffrances du jeune Werther » en France (1776-1850) Contribution à une histoire des transferts franco-allemands », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 179-193.

Référence électronique

Christian Helmreich, « La traduction des « Souffrances du jeune Werther » en France (1776-1850) Contribution à une histoire des transferts franco-allemands », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/753 ; DOI : 10.4000/rgi.753

Haut de page

Auteur

Christian Helmreich

Maître de conférences à l’Université de Paris VIII, Département d’études germaniques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org