Navigation – Plan du site
Goethe et la Romania

Humboldt à Paris, lecteur de Goethe

Michel Espagne
p. 195-209

Résumés

Les mois passés à Paris par Wilhelm von Humboldt ne signifient pas seulement un passage de l’anthropologie à la linguistique. Ces mois sont précisément le moment où Humboldt développe sa contribution à l’esthétique classique et écrit son étude sur Hermann et Dorothée, une épopée qui donne lieu en France à un réception rapide. Ce faisant il ne s’adresse pas seulement à Goethe et Schiller mais aussi à Mme de Staël qu’il essaie de gagner à la philosophie idéaliste par le biais d’une théorie esthétique de l’imagination. A la fois Hermann et Dorothée et le texte de Humboldt doivent être aussi considérés sur l’arrière-plan de la question homérique déclenchée notamment par Friedrich August Wolf et Heinrich Voss. La lecture parisienne de Hermann et Dorothée par Humboldt éclaire la genèse non seulement d’un système esthétique mais encore de clivages franco-allemands dans la longue durée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On peut désormais consulter la traduction française de Christophe Losfeld, assortie d’une très uti (...)

1Quand Wilhelm von Humboldt arrive à Paris au cours de l’automne 1797, il vient de préparer l’édition l’Hermann et Dorothée, et l’un de ses premiers travaux va consister à rédiger sur cette œuvre de Goethe, dont il a suivi de près la genèse, une étude de plus de deux cents pages qui constitue l’un des textes fondateurs de l’esthétique classique allemande1. Ce travail représente l’une des toutes premières monographies consacrées à l’étude d’une œuvre littéraire, et à cet égard on pourrait le considérer comme initiateur d’une philologie moderne, lui accorder une place importante dans la tradition des études littéraires en Allemagne, mais il se distingue aussi par plusieurs paradoxes. Un des premiers tient au fait qu’une œuvre fondatrice de l’esthétique allemande ait été écrite à Paris, et que cette localisation ne soit pas anecdotique mais corresponde à un désir clairement exprimé par Humboldt d’explorer la culture allemande à partir d’un horizon français. L’étude de Humboldt porte d’autre part sur une œuvre qui fait des relations conflictuelles entre la France et l’Allemagne durant la période des guerres révolutionnaires, son thème central. L’élucidation des présupposés de la lecture humboldtienne de Goethe ne peut que mettre en lumière une complexe constellation bilatérale.

La recherche des caractères nationaux

2La question du séjour de Wilhelm von Humboldt à Paris est un problème de l’histoire culturelle bilatérale qu’accompagnent toujours de nombreux tabous. En effet le Paris des années 1790 est toujours dominé par la philosophie du langage des Idéologues, fidèles disciples des empiristes du xviie siècle, et s’il faut reconnaître que la théorie de la Bildung leur doit éventuellement des impulsions, sa pureté apparaît menacée. Quelques dates de l’histoire intellectuelle ont particulièrement marqué Humboldt dans la période qui a précédé son séjour. Il y a eu la fameuse traduction d’Homère par Voss et la Louise qui tente d’appliquer le modèle homérique à une poésie contemporaine. En 1795 sont parus les Prolégomènes à Homère de Wolf et la même année l’essai de Schiller De la poésie naïve et sentimentale [Über naive und sentimentale Dichtung]. En 1797 enfin, l’année même de l’installation de Humboldt en France, a été publié Hermann et Dorothée.

  • 2  Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. par Philip Mattson, De Gruyter, Berlin- (...)

3On reconnaît l’état d’esprit de Humboldt durant son séjour à Paris à une lettre qu’il adresse à Wolf le 22 octobre 1798. Wilhelm, qui cherche dans les bibliothèques parisiennes des leçons nouvelles pour la compréhension du texte de Pindare, est sous le coup du départ de son frère Alexandre pour des contrées lointaines à explorer. Il vient de lire la traduction d’Ovide par Voss et se réjouit : « Sous la main du maître allemand, Ovide a acquis une force et une cordialité tout allemande. »2 Puis Humboldt se met à parler de sa relation à la langue allemande en des termes surprenants :

  • 3 Ibid., p. 197.

Vous bienheureux, qui vivez en Allemagne au milieu d’Allemands, vous pouvez à peine éprouver tout ce que donne une langue aussi pleine de noblesse, d’énergie et d’enthousiasme, ce que de telles images sont pour l’esprit, de telles pensées pour l’âme et le coeur3.

4Dans la suite de la lettre, Humboldt associe l’émotion que lui procurent ces sons allemands à son propre éloignement :

  • 4 Ibid., p. 197.

De fait on se fatigue ici beaucoup du manque de force et de cordialité et j’en reste toujours à l’idée que malgré toutes les choses intéressantes qui satisfont ici ma curiosité, la seule jouissance qu’éprouve la meilleure part de moi-même reste une conscience plus nette, exacerbée par le contraste même, de la nature allemande plus complète et vigoureuse4.

  • 5 Ibid., p. 198.

5Ce que Humboldt cherche dans les traductions de textes anciens, c’est le déploiement d’une identité allemande, essentiellement linguistique et mieux perçue depuis l’étranger. Dans la lettre du 22 octobre 1798, ces considérations précèdent immédiatement l’annonce à Wolf de l’essai sur Hermann et Dorothée. Une évidente autosatisfaction perce dans le propos. Humboldt se déclare satisfait non parce qu’il aurait percé à jour un sens profond du texte de Goethe, mais parce qu’il a réussi à établir un système esthétique qui lui soit propre. S’il sollicite l’avis de Wolf, c’est seulement de façon marginale, pour corriger le style et avoir des suggestions sur les moyens d’être plus concis, pour s’excuser aussi de n’avoir pas été assez sévère dans les jugements portés sur la qualité des hexamètres goethéens : « J’aurais peut-être exprimé plus fortement mes reproches concernant les fautes dans la construction des vers si je n’avais craint de décourager Goethe, qui parfois accorde beaucoup de poids à un jugement sans importance, pour ses travaux ultérieurs. »5

  • 6  Voir Jean Quillien, L’anthropologie philosophique de G. de Humboldt, Presses Universitaires de Lil (...)

6Le Humboldt qui vient à Paris est un philosophe kantien6 et un philologue qui a déjà compris que sa vocation était moins l’établissement des variantes que l’exploration de la culture antique qui inclut notamment la traduction. A Paris, la pensée de Humboldt connaît un tournant en direction de l’anthropologie comparée et de l’étude systématique du langage comme vecteur d’identité culturelle. On ne peut savoir ce qu’est l’Allemagne qu’en la confrontant à d’autres entités culturelles, et tout particulièrement la France, cette relativisation anthropologique d’un espace national en quête d’identité servant elle-même de paradigme à d’autres formes d’investigations anthropologiques. Un élément d’altérité est la langue, et à cet égard la langue grecque invite déjà à une exploration anthropologique permettant de reconnaître l’identité allemande. La traduction, voire l’adaptation, est l’exercice intellectuel qui permet de transformer l’altérité anthropologique en identité. A cet égard l’essai sur Her-mann et Dorothée participe à cette enquête de type anthropologique sur la germanisation d’Homère. Mais le matériau d’arrivée, la langue allemande et ses hexamètres, acquiert une singularité d’autant plus notable qu’il est perçu depuis un contexte francophone. Si la théorie esthétique que Hum-boldt va construire ne s’épuise pas dans le culte de la langue, cette conviction linguistique est sans doute nécessaire à la représentation idéaliste d’un art apte à poser les essences.

Hermann et Dorothée et la construction d’une esthétique allemande

  • 7  Dans sa lettre à Voss du 6 décembre 1796, Goethe présente Hermann et Dorothée sous l’angle d’une d (...)

7L’épopée moderne Hermann et Dorothée est à la fois un texte ancré dans l’actualité des guerres révolutionnaires franco-allemandes, et le modèle esthétique d’une poésie allemande nouvelle. Aperçue par Hermann dans une colonne de personnes déplacées à la suite des guerres napoléoniennes, Dorothée va devenir l’épouse d’Hermann, malgré les réserves du petit milieu villageois dont l’arrivée d’étrangers menace la quiétude. Il convient pour en comprendre la genèse de se référer au contexte des années 1780 et 1790 et plus particulièrement à l’engouement pour Homère. Une première étape est la traduction en hexamètres par Voss, et simultanément la rédaction d’une Idylle, Louise, en trois parties. La forme définitive paraît en 1795, la même année que les Prolégomènes à Homère de Wolf7, mais repose sur des versions antérieures publiées en 1783 et 1784 dans le Musenalmanach de Voss et dans le Teutscher Merkur de Wieland. Le poème de Voss a une réception différée de dix ans, ce qui explique qu’on le compare rituellement au poème de Goethe en oubliant qu’une quinzaine d’années sépare leurs genèses respectives et que ces quinze années ont été la période révolutionnaire et prérévolutionnaire. La rédaction de la Louise, dont le succès est si considérable en Allemagne qu’on en apprend volontiers des extraits par cœur, correspond à une tentative d’adapter Homère à l’Allemagne des Lumières non seulement sur le plan des rythmes, grâce à un effort de créativité linguistique dont on ne soulignera pas assez l’importance, mais encore sur celui des contenus. La naïve simplicité des héros homériques, leur sens du concret, se retrouvent transposés dans la société du pasteur de Grünau qui boit du café, savoure son rôti et s’adonne à la lecture de la Bible et d’Homère. Le philologue Voss, petit-fils de serfs, premier traducteur de La Marseillaise en 1793, imagine un monde de paix bourgeoise dans lequel il voit une résurgence d’Homère.

8La genèse d’Hermann et Dorothée s’étend de septembre 1796 à juin 1797. Elle est jalonnée par des lectures semi-publiques organisées par Goethe lui-même. Il est intéressant d’observer que Humboldt, qui va prendre ce texte comme point de départ de son esthétique, a participé à la genèse et notamment à la dernière phase, intervenant sur les questions de métrique. Ainsi, en février 1797, Humboldt emprunte à Goethe l’ouvrage de Gottfried Hermann, De metris poetarum graecorum et romanorum, lit tout particulièrement le chapitre sur l’hexamètre et s’en sert pour corriger le texte d’Hermann et Dorothée. C’est aussi Humboldt, qui se chargeant de suivre l’impression, propose des corrections métriques en mai et juin 1797, juste avant son voyage à Paris. Notons par exemple ses observations à partir des vers 128-129 de la quatrième partie :

  • 8  [...] Le jeune homme mûrit,
    Il mûrit mieux en silence que dans le bruit
    de la vie sauvage et déréglé (...)
  • 9  Lettre de Humboldt à Goethe du 6 mai 1797 dans Goethe, Epen. t. 2 : Überlieferung, éd. par Siegfri (...)

[...] Der Jüngling reifet zum Manne ;Besser im stillen reift er zur Tat oft als im Geräusche
Wilden schwankenden Lebens, das manchen Jüngling verderbt hat8.
Faut-il mettre une virgule après Geräusche [bruit] ? Si l’on prend la chose dans une perspective moderne, certainement pas. Mais du point de vue homérique, qui est celui auquel vous écrivez, l’aède fait une pause après Geräusche. Il fait d’abord une remarque générale puis ajoute une précision. Pourtant je pense qu’une virgule est ici un signe trop fort. Dites-moi en deux mots votre avis à ce sujet9.

9Dans les années 1790, Humboldt se consacre à la traduction des poèmes de Pindare, et le philologue Voss comme le traducteur Voss sont des modèles dont il se réclame volontiers dans sa tentative personnelle d’enrichir des rythmes poétiques allemands.

  • 10 Wilhelm von Humboldt, Über Goethes Hermann und Dorothea, in Werke, éd. par Andreas Flitner et Klaus (...)
  • 11 Ibid., p. 310.

10En décrivant les errances de Dorothée dans son groupe de réfugiés chassés sur les routes de Rhénanie et confrontés à la difficulté de trouver leur place dans un nouvel environnement social, Goethe passe du genre de l’idylle à celui de l’épopée. Pour Humboldt l’objet de l’idylle est un état ; l’objet de l’épopée, une action. La première a essentiellement un caractère descriptif ; la seconde, un caractère essentiellement narratif. La passion, la guerre, le désir de connaissance sont étrangers à cette idylle à laquelle Humboldt ne peut qu’assimiler Voss10. L’épopée a au contraire la particularité d’être la forme poétique la plus objective, c’est-à-dire celle qui, à partir d’une réalité éclatée, diverse, chaotique, peut rétablir une forme d’unité11 sensible, et intelligible :

  • 12 Ibid., p. 307.

Quand les liens se défont dans le monde, c’est à nous de les rétablir. Cette idée renferme tout le poème, elle rassemble toutes les impressions éparses qu’il a faites sur nous. Du déclin et de la destruction nous voyons naître une nouvelle vie, du fourvoiement des peuples le bonheur et le progrès moral d’une famille12.

  • 13 Karl Eibl, Anamnesie des « Augenblicks  ». Goethes poetischer Gesellschaftsentwurf in Hermann und D (...)
  • 14 Friedrich Sengle, « Luise  »von Voß und Goethes « Hermann und Dorothea  ». Didak-tisch epische Form (...)
  • 15  Sur l’histoire du texte de Goethe, voir notamment Yahya A. Elsaghe, Untersuchungen zu Hermann und (...)

11La Révolution française, source d’enthousiasme puis de guerres et d’exil pour la famille de Dorothée, ne peut être abordée que par le biais d’une épopée. L’idylle proprement dite, le monde de la Louise, n’est plus qu’une promesse ou un contrepoint. Tout se passe comme si Hermann et Dorothée, en opposant idylle et épopée, reflétait une tension entre l’intériorité bourgeoise allemande dont Voss avait assuré la conquête esthétique et le monde français qui la menace de désintégration. Comme le souligne Humboldt dans sa lettre à Goethe du 28 juin 1797 dans laquelle il lui décrit le travail éditorial de Vieweg sur le texte, l’épopée permet d’aborder l’existence humaine dans sa totalité et ses deux aspects « aspiration à un élargissement » [Streben nach Erweiterung] et « réduction à une humble sphère » [bescheidene Beschränktheit]. Alors que l’idylle reste confinée dans le second de ces aspects, l’épopée garantit une résistance à la désintégration qu’elle décrit13. En même temps l’épopée goethéenne s’inscrit plus radicalement que la Louise de Voss dans un cadre purement germanique : il s’agit d’exalter la capacité de régénération du peuple allemand face à un envahisseur étranger14. Certes le cosmopolitisme de Voss n’est pas exempt de tendances xénophobes : durant sa participation au Göttinger Hain, il a vitupéré l’ennemi français. Mais les derniers vers du poème de Goethe, au demeurant ajoutés après coup15, s’éloignent de la notion d’universalité :

  • 16 Goethe, Werke, éd. par Erich Trunz, Beck, Munich, 1978, t. 2, p. 514.
    Ce n’est pas à l’Allemand de (...)

Nicht dem Deutschen geziemt es, die fürchterliche Bewegung Fortzuleiten und auch zu wanken hierhin und dorthin. « Dies ist unser ! » so laß uns sagen und so es behaupten !Denn es werden noch stets die entschlossenen Völker gepriesen, Die für Gott und Gesetz, für Eltern, Weiber und Kinder Stritten und gegen den Feind zusammenstehend erlagen16.

12Objets de comparaisons latentes ou implicites depuis la recension d’August Wilhelm Schlegel de décembre 1797 jusqu’aux cours sur l’esthétique dans les années 1820, la Louise et Hermann et Dorothée, dont Goethe reconnaissait lui-même la parenté en 1824, expriment un devenir de l’esthétique allemande au contact d’une histoire déclenchée par la France et le passage d’un cosmopolitisme des Lumières à un idéalisme à l’ancrage national plus marqué.

  • 17  Louis Morel, Hermann et Dorothée en France, in Revue littéraire de la France, 13-1905, p. 627-662.

13Poème lié à l’histoire franco-allemande, poème censé contribuer à l’avènement de rythmes spécifiquement allemands, Hermann et Dorothée fut très vite connu en France17. En mars 1798, Goethe pouvait déjà communiquer à Schiller un compte rendu de Jean Gottfried Schweighäuser publié dans le Magasin encyclopédique. L’auteur alsacien, qui traduisait quelques extraits du chant 6 et soulignait déjà la relation avec la Louise de Voss, regrettait l’incapacité des Français à produire pareille épopée. En 1800 Bitaubé publiait à Strasbourg et Paris une première traduction, alors que la première traduction de la Louise parut en 1801. Deux articles publiés dans la Décade philosophique de l’an IX et signés des initiales D. G. (De Gérando) montrent l’intérêt immédiatement porté par le public français à un poème qui peignait le retour à des mœurs simples et patriarcales. Le prétexte à l’article de la Décade est fourni par la parution chez Treuttel et Wurtz de la traduction par Paul-Jérémie Bitaubé, connu par ailleurs pour sa version française d’Homère. Il souligne la dimension proprement allemande du poème de Goethe :

  • 18  Décade philosophique, an ix, t. 1, p. 69-77 et 161-168, ici p. 72. Voir aussi l’article de Ginguen (...)

Hermann et Dorothée fait les délices de l’Allemagne. Un poème, dont le sujet serait tiré d’une petite ville de France et ne ferait que décrire l’existence intérieure d’une de ses familles, ne serait pas lu à Paris. N’approfondissons pas un raisonnement dont le résultat serait peu à l’honneur de notre morale ; mais posons en principe que le genre d’Hermann et Dorothée ne peut devoir son succès qu’aux mœurs de la nation à laquelle on le destine18.

14L’auteur de l’article voit notamment dans Hermann et Dorothée un jugement des Allemands sur la Révolution française et cite longuement les passages du chant 6 où sont décrites les étapes de cette révolution. Le poème de Goethe fait l’objet d’une première thèse universitaire présentée par Jean-Jacques Weiss en 1856. Celui-ci voit en Hermann et Dorothée, baptisé « idylle du genre épique », une sorte d’échelon intermédiaire entre Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre et La Mare au Diable de George Sand. B en retient surtout l’idée d’un poème qui, abandonnant l’emphase spéculative, ramène à l’observation d’une simplicité épique et quasi réaliste :

  • 19  Jean-Jacques Weiss, Essai sur « Hermann et Dorothée  »de Goethe, Paris, A. Durand, 1856, p. 45.

Tout à l’heure Werther et Faust nous paraissaient malheureux et coupables ; mais ni leurs malheurs, ni leurs fautes n’étaient destitués d’un certain air de grandeur. Il semble maintenant que la passion de l’un devienne presque fade, et que le génie de l’autre pâlisse. En face du pasteur, du juge et d’Hermann, Werther et Faust ne sont pas seulement malheureux, ils sont petits19.

  • 20  Dans ce pamphlet germanophobe signé d’un certain P. Albane on voit Hermann, soldat à Paris, adress (...)

15Professeur au Collège de France, Arthur Chuquet, dans ses Etudes sur la littérature allemande (1900), insiste en conclusion d’une analyse longue et détaillée consacrée à Hermann et Dorothée sur le contexte homérique de l’œuvre : « B assure même qu’il a tenté de renouveler ce qu’avaient fait les Homérides ; le génie d’Homère, disait-il, le décourageait, mais il était relativement aisé de jouer le rôle d’un rhapsode et de produire, sinon l’Odyssée, du moins un fragment de l’Odyssée. D écrivait à Wolf qu’il rêvait depuis longtemps une épopée, mais qu’il était toujours arrêté par la haute idée qu’il avait de l’unité et de l’indivisibilité des poèmes homériques » (p. 284). Complètement oublié au xxe siècle, le poème de Goethe était suffisamment populaire après la guerre de 1870 pour servir de prétexte à une caricature de l’occupation allemande dans la Revue des Deux Mondes de février 187220.

16Hermann et Dorothée, après avoir été l’un des textes allemands particulièrement présents dans les discussions littéraires françaises, entre progressivement dans l’enfer des œuvres irrémédiablement périmées.

17Mais lorsque Humboldt prit la décision d’expliciter sa conception de l’œuvre d’art à partir d’Hermann et Dorothée, il s’appuyait sur un texte dont la réception française était déjà assurée. C’est ce qui ressort d’une lettre à Goethe du 30 mai 1800 dans laquelle il envoie, outre un texte de Mme de Staël, la version française de son travail :

  • 21  Cité par Kurt Müller Vollmer dans Poesie und Einbildungskraft. Zur Dichtungstheorie Wilhelm von Hu (...)

Je joindrai à son livre une dissertation française que j’ai écrite ici pour faire connaître à Mme de Staël et à quelques autres les principales idées de mon livre allemand. Elle est imprimée dans le Magasin de Millin. Ce travail m’a intéressé parce qu’il m’a appris comment il faut louvoyer quand on veut faire voile avec le vent français dans une direction allemande21.

Le système esthétique de Humboldt

  • 22  Wilhelm von Humboldt, Über Goethes « Hermann und Dorothea »..., p. 137.

18Dans l’ouvrage de Humboldt se dessine une théorie esthétique de la littérature, autonomisant son domaine propre par rapport à un savoir philosophique général. Hermann et Dorothée vu de Paris devient le prétexte à la constitution d’un nouveau savoir. Un système de concepts se met en place. Le premier d’entre eux est celui d’imagination – Einbildungskraft [imagination] — qui pour la première fois échappe au soupçon d’illusion pour devenir un critère de vérité. La fonction la plus universelle de l’art consiste en effet à transformer la réalité en image22, à rendre l’imagination productive selon des lois. L’homme qui imagine n’imite pas la réalité mais en reconnaît l’essence et la réincarne dans une image. Ce processus de réduction du réel à l’imaginaire, d’anéantissement de l’objet réel au profit de sa reconstitution mentale, est un acte d’idéalisation.

19Un second concept essentiel est celui de totalité qui dérive immédiatement de l’idéalisation opérée par l’imagination :

  • 23 Ibid., p. 148.

Que le poète nous mette, comme son métier dans son acception la plus élémentaire et la plus simple l’oblige à le faire, en dehors des limites de la réalité et nous nous trouvons immédiatement dans une région où chaque point est au centre du tout, et où ce tout est donc sans limites et infini. La totalité absolue doit être autant le caractère distinctif de tout ce qui est idéal que le contraire est le caractère distinctif de la réalité23.

  • 24 Ibid., p. 159.

20Le troisième concept clef, lié aux deux premiers, est celui d’objectivité. Humboldt prétend qu’aucun concept n’est plus important ni aussi ambigu dans la théorie de l’art24. Car l’objet dans l’art, espace de l’imagination, n’est jamais un véritable objet et il ne peut jamais porter ce nom que par antiphrase. La relation de l’objet d’art à la nature passe par le processus d’idéalisation de l’imagination. En outre, l’art qui produit des objets dans l’imagination doit à la fois créer des formes et un état d’esprit (bildend und stimmend), rapprocher idéellement le sujet de la nature. Selon la place occupée par la référence à l’état d’esprit et à la nature idéalisée dans l’œuvre d’art, la définition de l’objectivité évolue. Hermann und Dorothée correspond à un degré supérieur d’objectivité qui le rapproche de la statuaire antique :

  • 25 Ibid., p. 161.

Nous voyons donc ici un stade supérieur d’objectivité ; nous apercevons les pures formes des objets sensibles ; nous pouvons poser comme un signe caractéristique de ce poème qu’il rappelle davantage les exigences et l’essence de l’art en général et de l’art plastique en particulier que la seule nature particulière de la poésie25.

  • 26 Ibid., p. 339.
  • 27 Ibid., p. 342.

21Au-delà de cette ambition presque spéculative, l’ouvrage de Humboldt, qui oppose une évaluation esthétique du poème de Goethe à une évaluation plus technique et relie les deux aspects par une réflexion sur la notion de genre, tente d’aborder la littérature de façon concrète. La description de l’œuvre passe fréquemment par des comparaisons avec Homère, parfois avec l’Arioste. Le poème de Goethe a toutes les caractéristiques d’une épopée, mais d’une épopée bourgeoise. L’épopée ne doit pas être prioritairement l’expression de la culture (Kultur), toute culture étant « l’œuvre de l’entendement agissant dans sa particularité »26, tendant à opposer le sujet et l’objet. Pour compenser cet effet dissolvant de la simple culture, le poète doit retrouver l’Antiquité. « Il doit donc emprunter sa matière à cette part de la société où la nature originelle l’emporte encore sur la culture, et la rechercher davantage dans la vie civile que dans la vie publique. »27 Incarnations de la petite bourgeoisie Hermann et Dorothée se prêtent particulièrement à la fonction de figures d’une épopée moderne.

  • 28  Kurt Müller-Vollmer, Poesie und Einbildungskraft. Zur Dichtungstheorie Wilhelm von Humboldts, Stut (...)

22Humboldt ne s’est engagé dans l’élaboration d’une théorie de l’œuvre d’art classique à propos d’Hermann et Dorothée qu’après avoir envisagé d’étudier la Louise de Voss. Rédigée de novembre 1797 à février 1798 à Paris, publié chez Vieweg à Braunschweig en 1799, l’œuvre de Humboldt a également donné lieu à une version française abrégée qui paraît dans le Magasin encyclopédique de Millin en 1799. Kurt Müller-Vollmer a consacré au parallélisme entre les deux versions une étude qui met l’accent sur les incitations françaises à rédiger une théorie allemande de l’œuvre classique28. Humboldt a fait la connaissance de Mme de Staël en septembre 1798 et son texte serait destiné à l’initier à un débat sur la poétique. A Paris Humboldt n’a-t-il pas rencontré la veuve de Condorcet, Maine de Biran, la fille de Diderot, Destutt de Tracy, Mercier, David ? La philosophie française se caractériserait pour Humboldt par une incapacité à penser la conscience de soi et la nature productive du sujet. Pour briser ce mur d’incompréhension et acclimater une esthétique idéaliste dans le contexte français, Humboldt procéderait par une réhabilitation de l’imagination. Mme de Staël aurait déjà entamé cette révision en appel et se légitimerait ainsi comme le partenaire privilégié dans un débat sur l’esthétique. L’imagination est le mode d’accès par excellence à un niveau des essences :

  • 29  Ibid., p. 132.

Mais en laissant la nature telle qu’elle est, l’imagination doit la dégager des conditions qui bornent et rétrécissent son existence ; elle doit reculer à la fois toutes les limites qui gênent le libre essor de notre âme, elle doit ôter des objets tout ce qu’il y a d’exclusif et de négatif, pour nous présenter toutes leurs beautés réelles et positives, aussi entières, aussi constantes, aussi étroitement liées qu’il est possible29.

  • 30  Germaine de Staël, De l’Allemagne, t. 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 228.
  • 31  Germaine de Staël, De l’Allemagne, t. 2, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 160.

23Grâce à l’imagination, l’art transforme en image ce qui est réel dans la nature. On ne peut savoir dans quelle mesure Humboldt réussit à persuader Mme de Staël, mais il est certain qu’elle évoque son traité sur Hermann et Dorothée dans le chapitre XII de De l’Allemagne30. Sans doute le modèle de Humboldt était-il présent à l’esprit de Mme de Staël quand elle essaie de définir la critique en Allemagne : « Les Allemands ne considèrent point, ainsi qu’on le fait d’ordinaire, l’imitation de la nature comme le principal objet de l’art ; c’est la beauté idéale qui leur paraît le principe de tous les chefs-d’œuvre, et leur théorie poétique est à cet égard tout à fait d’accord avec leur philosophie. »31 Le traité de Humboldt, notamment pour sa version française, est l’une des tentatives les plus énergiques de remettre en question le sensualisme des Idéologues.

24Le souci de prosélytisme qui anime Humboldt et le conduit à construire son esthétique en se posant contre un modèle français se reconnaît encore dans l’écrit De la scène française actuelle [Über die gegenwärtige französische Bühne], un travail de comparaison entre la scène allemande et la scène française fondé sur l’observation de Talma. Les Français, dont la langue est accentuée de façon plus imprévisible que l’allemand, accordent nécessairement une plus grande importance à la déclamation. De ces différences dérivent des représentations différentes de ce qu’est la nature, mais aussi de ce qu’est l’art, beaucoup plus immédiat et intuitif en Allemagne, alors que le terme de « signe » reste le maître mot de la culture française :

  • 32  Wilhelm von Humboldt, Über die gegenwärtige französische tragische Bühne, Paris im August 1799, in (...)

Voyez comment la métaphysique française, s’il en existe bien une, croit que même les concepts, tout le secret de la philosophie est presque exclusivement pris dans l’influence des signes, et veut tout ramener à une querelle de mots32.

25La négligence allemande en matière de diction entraîne un retard des rythmes poétiques allemands par rapport aux rythmes français à la seule exception géniale de Voss.

26Goethe et Schiller ont lu le manuscrit de Humboldt à la fin du mois de mai 1798. A ce moment, la phase d’élaboration théorique est relayée chez les deux hommes par un souci de retour à la pratique poétique. Schiller parle du traité dans une lettre à Goethe du 18 mai 1798 où il est essentiellement question de l’Achilleis et du fait que Goethe ne peut pas être comparé à Homère mais doit être un contemporain de deux mondes poétiques à la fois. Le texte de Humboldt, écrit-il, « exprimera tout ce qui peut être dégagé ou reconnu sur les genres poétiques par le raisonnement

  • 33 Schillers Werke. Nationalausgabe, éd. par Norbert Oellers et Frijthof Stock, t. 29, Weimar, Hermann (...)
  • 34 Ibid., p. 245.

27 »33. Schiller écrit lui-même à Humboldt le 27 juin 1798 que son travail apportera davantage à la philosophie qu’à l’art et ajoute : « On peut se demander de façon générale si la philosophie de l’art a encore quelque chose à dire à l’artiste. »34 La conjoncture spéculative qui présidait à la rédaction de De la poésie naïve et sentimentale en 1795, texte lui-même inspiré du traité de Karl-Philipp Moritz Sur l’imitation du beau dans les arts plastiques [Über die bildende Nachahmung des Schönen] (1788) est désormais terminée, même si le travail de Humboldt s’inscrit pleinement encore dans le cadre de cette comparaison théorique des Anciens et des Modernes. Les concepts de naïf et sentimental, de réaliste et d’idéaliste qui s’y trouvent développés sont autant d’éléments du cadre intellectuel dans lequel Humboldt va développer sa théorie de l’œuvre classique :

  • 35  F. Schiller, Über naire und sentimentale Dichtung, éd. par Johannes Beer, Stuttgart, Reclam, 1969, (...)

Tant que l’homme est encore pure nature, et non pas évidemment nature brute, il agit comme une unité sensible indivise et comme une totalité harmonieuse [...] Lorsque l’homme a atteint le stade de la culture et que l’art s’est emparé de lui, cette harmonie sensible est abolie en lui, et il ne peut plus s’exprimer que comme unité morale, c’est-à-dire comme aspiration à l’unité35.

28La nécessité de chercher les déterminations théoriques d’une épopée moderne qui dépasse l’opposition s’inscrit en filigrane dans le texte de Schiller. La parution d’Hermann et Dorothée, la relation au modèle esthétique français déclenche le passage de la réflexion de Schiller à la construction esthétique de Humboldt.

Langue et nation

29La principale originalité de Hermann et Dorothée dans le contexte d’émergence de l’œuvre ne tient pas tant à son contenu qu’à sa langue. C’est grâce à sa langue et plus précisément à son rythme poétique que Humboldt pense voir émerger une poésie germanique profondément différente des modèles français. Or cette langue allemande originelle est une imitation, plus précisément une transposition du grec homérique, comme si l’originalité se construisait à travers une appropriation des origines. Dès son discours du rectorat à Eutin en 1782, Johann Heinrich Voss avait tracé la voie à une relation à la langue antique telle qu’elle donne une originalité à la culture d’accueil grâce à la traduction :

  • 36 Johann Heinrich Voß, Ausgewählte Werke, éd. par Adrian Hummel, Göttingen, Wallstein Verlag, 1966, p (...)

Les muses, filles du Zeus égyptien et de la déesse de la mémoire, mais élevées aux sources de l’Hélikon, chantaient dans la langue des bergers grecs ; et les bergers et les rois les écoutaient et apprenaient la sagesse. Les filles de Mnémosyne avaient-elles aussi bu dans le Léthé pour qu’aucun pays n’ait trahi leur origine égyptienne ? Ramenées par les Romains en Italie, elles vainquirent le vainqueur grâce au doux pouvoir des sciences. Mais comment ? Elles apprirent la langue des Romains et lui donnèrent forme pour qu’elle devienne digne d’être ce que la grecque était, une interprète de la sagesse36.

  • 37 Bruno Liebrucks, Sprache und Bewußtsein, t. 2, Francfort-sur-le-Main, Akademische Verlags-gesellsch (...)

30La philologie n’est pas une érudition gratuite mais doit transformer la langue allemande en « interprète de la sagesse ». Et cette « sagesse » a elle-même un contenu bien précis. Elle doit aider à former des « professeurs de vie » [Lehrer fürs Leben], à participer à l’« éducation du citoyen » [Erziehung des Bürgers], à former le citoyen d’un pays éclairé mais aussi et surtout un citoyen allemand. Dans les pages qu’il consacre à l’analyse humboldtienne de Hermann et Dorothée, Bruno Liebrucks insiste sur la notion de simplicité de la langue qui acquiert son rayonnement non parce qu’elle ferait écran entre le lecteur et les figures du poème, mais au contraire par une sorte d’évanescence qui met en lumière ce qu’elle éclaire : « Il y a ainsi chez Humboldt un état épique du monde. Nous avons posé par hypothèse un état du monde, où le monde n’apparaîtrait pas avant tout comme pluralité de formes, mais comme langue. »37 La langue allemande pourra dans un renversement éclairer la compréhension de l’Antiquité proprement dite. Il faut dans ce cadre évoquer la lettre écrite par Friedrich August Wolf à Johann Heinrich Voss le 12 octobre 1795. Wolf évoque l’effet produit sur ses étudiants de Halle par la lecture de la Louise de Voss :

  • 38 Siegfried Reiter, Friedrich August Wolf. Ein Leben in Briefen, t. 1, Stuttgart, Metzler, 1935, p. 1 (...)

Depuis [...] votre divine Louise votre nom est évoqué presque chaque jour dans mon cercle domestique et pour un cours que j’ai donné l’été dernier sur le caractère et le ton de l’ancienne poésie grecque j’ai pu véritablement l’utiliser comme un recueil d’exemples. Si vous avez besoin un jour de quelques rhapsodes, dites le moi : je connais des étudiants qui savent l’œuvre par cœur38.

  • 39  Wilhelm von Humboldt, Über Goethes « Hermann und Dorothea »..., p. 350.
  • 40  Wilhelm von Humboldt, Über Goethes « Hermann und Dorothea »..., p. 353.

31Humboldt pense, on l’a vu, que l’hexamètre goethéen est plus convaincant au niveau théorique que dans ses réalisations concrètes. C’est d’une certaine manière contre ses convictions et de façon essentiellement programmatique qu’il insiste dans son traité sur ce qu’il appelle la diction du poème de Goethe, c’est-à-dire la relation entre le rythme et les images, une relation qui permet d’atteindre, selon ses catégories, à une synthèse d’individualité et de vérité. Contrairement à une tradition française de l’effet facile, largement critiquée dans l’essai sur la scène française, la langue d’Hermann et Dorothée se caractérise par sa simplicité. Des passages manquent parfois de cette fluidité que la suppression de telle au telle particule inutile aurait pu apporter39. « Les avantages que lui offrait entre autres l’architecture du vers, il n’a pas su les faire valoir ; il n’a pas même atteint ici la correction indispensable qui résulte d’une sévère observation des règles. »40 Mais Humboldt insiste sur une double manière d’aborder l’œuvre, celle du rhapsode, selon une alternative directement démarquée de la lecture wolfienne d’Homère, et celle du poète, le second partant du tout, de l’ensemble.

Le renversement homérique

32Aussi bien dans l’évaluation esthétique d’Hermann et Dorothée que dans les jugements portés sur son modèle, la Louise de Voss, la référence à Homère est centrale, comme si la résurgence d’une poésie authentiquement germanique dépendait de l’acclimatation de l’hexamètre.

  • 41  Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. par Philip Mattson, Berlin, De Gruyter, (...)

33Toutefois il existe un autre aspect de la référence homérique, celui qui est lié à la publication des Prolégomènes, et la référence à Homère dissimule à ce niveau un profond clivage. Même si Wolf professe son admiration pour la Louise de Voss et si Humboldt considère Wolf comme une sorte de mentor, il n’en reste pas moins que ni Humboldt ni Voss n’ont accepté l’idée d’un éclatement du texte d’Homère. Un témoignage intéressant est à cet égard, outre la lettre de Humboldt du 30 janvier / 2 février 179541 qui réagit immédiatement aux Prolégomènes, celle plus indirecte du 20 septembre 1796 où Humboldt fait à Wolf le récit d’un séjour de quelques jours chez Voss à Eutin :

  • 42 Ibid., p. 162.

Comme vous le savez, il n’est pas d’accord avec vos Prolégomènes. Sur ce point, je vous avoue que je ne le comprends pas bien. Il dit encore qu’Homère pourrait bien avoir écrit et qu’il ne trouve nulle part de suture, qu’il tient pour si difficile le travail de collage des chants, qu’il pense que vous avez simplement rapproché le travail d’Homère, qui serait désormais le rhapsode, de quelques siècles. J’aurais volontiers engagé avec lui une longue discussion sur le sujet. Mais d’une part il est difficile de débattre avec lui car il se tait facilement sans être convaincu, et d’un autre côté je dois dire qu’à mon avis la chose n’est pas encore si claire qu’on puisse la défendre jusqu’au bout – à l’exception du seul point qu’Homère ne peut pas avoir écrit, ce que je considère comme acquis42.

34Si le modèle de l’épopée homérique peut servir à la construction d’une esthétique allemande moderne dont la concrétisation serait Hermann et

  • 43  Sur la relation Goethe-Wolf, voir notamment Elke Dreisbach, Goethes « Achilleis  », Heidelberg, Un (...)

35Dorothée, d’une esthétique classique pouvant restaurer l’unité dans une réalité éclatée, la remise en cause du modèle homérique pose virtuellement un problème. On le reconnaît au fait que, si Homère est régulièrement invoqué dans le texte de Humboldt sur Hermann et Dorothée, la question de l’auteur de l’Iliade et de l’Odyssée, expression d’une unité qui doit être préservée à tout prix, n’est jamais explicitement problématisée. Cette attitude est assez remarquable deux ans après la parution de Prolégomènes dont Humboldt fut l’un des premiers lecteurs. Le refus de l’image wolfienne d’Homère de la part de Goethe peut également s’expliquer par la même perplexité devant la désappropriation d’un modèle épique dont l’unité inspirait au premier chef l’auteur de Hermann et Dorothée. Voss, Humboldt, Schiller et Goethe développent conjointement, en théorie ou dans la pratique poétique, une image antiwolfienne d’Homère. Avec des nuances toutefois, car dans l’élégie programmatique Hermann et Dorothée, Goethe se déclare encourager par l’idée qu’Homère n’ait pas été l’unique auteur de ses poèmes43.

Laß im Becher nicht fehlen den Wein [...]

  • 44  Goethe, Werke, éd. par Erich Trunz, Beck, Munich 1996, t. 1, p. 198 :
    « Que le vin ne manque pas d (...)

Erst die Gesundheit des Mannes, der, endlich vom Namen Homeros Kühn uns befreiend, uns auch ruft in die vollere Bahn Denn wer wagte mit Göttern den Kampf ? und wer mit dem Einen ?Doch Homeride zu sein, auch nur als letzter, ist schön44.

36Toutefois, même chez Wolf perdure l’idée d’une unité qui n’est plus l’unité imposée par l’auteur Homère à son œuvre mais l’unité de la culture grecque et de la culture réceptrice qui par la notion de Bildung, par l’exploration et la transmission philologique, conquiert elle aussi une forme d’identité. Le passage de l’unité de l’œuvre à l’unité de la culture, de l’unité du modèle de l’esthétique allemande à l’unité des méthodes d’investigation et de transmission d’un savoir est l’un des enjeux de l’imitation d’Homère dans Hermann et Dorothée. Une césure se dessine entre le modèle épique et la remise en cause de ce modèle remplacé par la culture, par l’idée de Bildung. Ce n’est pas un hasard si le véritable rapprochement de Wolf et de Goethe se situe non pas à l’époque des Prolégomènes, mais beaucoup plus tard, au moment ou Wolf, au début du xixe siècle, développe son idée unificatrice des sciences de l’Antiquité et affirme l’originalité d’un modèle culturel grec par rapport à celui des autres peuples antiques.

37Le traité de Humboldt sur Hermann et Dorothée, très déconcertant par son abstraction théorique, sa longueur et une certaine obscurité, donne un instantané du débat de 1798 sur la construction d’une esthétique allemande et révèle nombre d’ingrédients de cette construction. Le contexte français, incarné par Mme de Staël et l’Idéologie, a la fonction d’un véritable révélateur. La langue, enrichie grâce à Voss de la traduction des mètres homériques qui lui donnent un caractère originel et révèlent en même temps sa spécificité, est un élément essentiel de la construction. Légitimant la recherche d’une épopée moderne qui reflète les crises de l’histoire allemande et se confondrait avec l’histoire d’Hermann et de Dorothée, la référence homérique est compliquée par la problématique wolfienne de la pluralité des auteurs de l’Iliade et l’Odyssée, un éclatement de la figure d’Homère qui invite à une opposition structurelle entre l’idéal esthétique et l’histoire de la culture. Mais la perception ou plutôt la construction des différences et d’une spécificité allemande s’inscrit dans le cadre d’une anthropologie comparée et d’une étude extensive des relations entre langue et nation à laquelle Humboldt va se consacrer à partir de 1797, à partir de son voyage à Paris. La lecture parisienne de Hermann et Dorothée par Humboldt révèle la genèse non seulement d’un système esthétique mais encore de clivages franco-allemands dans la longue durée.

Haut de page

Notes

1  On peut désormais consulter la traduction française de Christophe Losfeld, assortie d’une très utile introduction et bibliographie : Wilhelm von Humboldt, Essais esthétiques sur Hermann et Dorothée de Goethe, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq, 1999. L’interprétation de Losfeld met davantage l’accent sur l’héritage kantien de Humboldt que sur sa participation aux débats autour d’Homère et de l’épopée, débats qui l’entraînent vers la question de la langue.

2  Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. par Philip Mattson, De Gruyter, Berlin-New York, 1990, p. 197.

3 Ibid., p. 197.

4 Ibid., p. 197.

5 Ibid., p. 198.

6  Voir Jean Quillien, L’anthropologie philosophique de G. de Humboldt, Presses Universitaires de Lille, Lille, 1991.

7  Dans sa lettre à Voss du 6 décembre 1796, Goethe présente Hermann et Dorothée sous l’angle d’une dette vis-à-vis de Voss et de Wolf.

8  [...] Le jeune homme mûrit,
Il mûrit mieux en silence que dans le bruit
de la vie sauvage et déréglée qui a perverti plus d’un jeune homme.

9  Lettre de Humboldt à Goethe du 6 mai 1797 dans Goethe, Epen. t. 2 : Überlieferung, éd. par Siegfried Scheibe, Berlin, Akademie-Verlag, 1963, p. 187.

10 Wilhelm von Humboldt, Über Goethes Hermann und Dorothea, in Werke, éd. par Andreas Flitner et Klaus Giel, t. 2, Darmstadt, WBG, 1986, p. 280-282.

11 Ibid., p. 310.

12 Ibid., p. 307.

13 Karl Eibl, Anamnesie des « Augenblicks  ». Goethes poetischer Gesellschaftsentwurf in Hermann und Dorothea, in DVjS, 58-1984, p. 111-138.

14 Friedrich Sengle, « Luise  »von Voß und Goethes « Hermann und Dorothea  ». Didak-tisch epische Form und Funktion des Homerisierens, in Hans-Gerd Rötzer und Herbert Walz (éd.), Europäische Lehrdichtung, Festschrift für Walter Naumann zum 70, Geburtstag, Darmstadt, WBG, 1981, p. 209-223.

15  Sur l’histoire du texte de Goethe, voir notamment Yahya A. Elsaghe, Untersuchungen zu Hermann und Dorothea, Bern, Peter Lang, 1990.

16 Goethe, Werke, éd. par Erich Trunz, Beck, Munich, 1978, t. 2, p. 514.
Ce n’est pas à l’Allemand de poursuivre cet élan
Terrible et d’errer çà et là incertain
« Ceci nous appartient !  »Disons-le hautement
Car toujours sont loués les peuples décidés
Qui pour Dieu et la loi, leurs femmes et leurs enfants
Combattant l’ennemi, unis, ont succombé.

17  Louis Morel, Hermann et Dorothée en France, in Revue littéraire de la France, 13-1905, p. 627-662.

18  Décade philosophique, an ix, t. 1, p. 69-77 et 161-168, ici p. 72. Voir aussi l’article de Ginguené du 10 fructidor de l’an xii où sont recensées les œuvres complètes de P. J. Bitaubé : « Cet ouvrage réunit deux sortes de mérite qui semblent s’exclure, l’originalité et une imitation visible. L’auteur, nourri de la lecture d’Homère, l’imite, non dans tel ou tel trait, dans une action, dans un épisode, mais dans sa manière générale de peindre et de raconter. Ce sont ses discours vrais et naïfs, ses caractères fidèlement tracés, ses comparaisons fréquentes, ses descriptions si ressemblantes que l’on croit voir ce qu’on ne fait que lire, et si détaillées qu’elles font en quelque sorte tourner autour de l’objet ; c’est en un mot la manière d’Homère appliquée aux scènes les plus communes de la vie domestique. C’est une poésie toute morale, et la morale toujours en action  »(p. 406).

19  Jean-Jacques Weiss, Essai sur « Hermann et Dorothée  »de Goethe, Paris, A. Durand, 1856, p. 45.

20  Dans ce pamphlet germanophobe signé d’un certain P. Albane on voit Hermann, soldat à Paris, adresser à Dorothée les œuvres de Lamartine, ajoutant : « J’ai marqué plusieurs passages que tu liras en pensant que ton ami les a mouillés de ses larmes. La reliure de ce livre est splen-dide ; ces Français déploient en toutes choses un luxe insensé qui montre à quel point l’idée morale s’est affaiblie chez eux »(Revue des Deux Mondes, février 1872, p. 721-774, ici p. 723). Dorothée met de son côté Hermann en garde contre les Parsiennes et ajoute : « Je joins à cette lettre un vêtement de flanelle que j’ai cousu de mes propres mains et quelques cigares que t’envoie l’oncle Gaspard  »(ibid., p. 740).

21  Cité par Kurt Müller Vollmer dans Poesie und Einbildungskraft. Zur Dichtungstheorie Wilhelm von Humboldts, Stuttgart, Metzler, 1967, p. 214.

22  Wilhelm von Humboldt, Über Goethes « Hermann und Dorothea »..., p. 137.

23 Ibid., p. 148.

24 Ibid., p. 159.

25 Ibid., p. 161.

26 Ibid., p. 339.

27 Ibid., p. 342.

28  Kurt Müller-Vollmer, Poesie und Einbildungskraft. Zur Dichtungstheorie Wilhelm von Humboldts, Stuttgart, Metzler, 1967.

29  Ibid., p. 132.

30  Germaine de Staël, De l’Allemagne, t. 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 228.

31  Germaine de Staël, De l’Allemagne, t. 2, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 160.

32  Wilhelm von Humboldt, Über die gegenwärtige französische tragische Bühne, Paris im August 1799, in W. von Humboldts Gesammelte Schriften, éd. par Albert Leitzmann, t. 2, Berlin, Behrs Verlag, 1904, p. 392.

33 Schillers Werke. Nationalausgabe, éd. par Norbert Oellers et Frijthof Stock, t. 29, Weimar, Hermann Böhlau, 1977, p. 237.

34 Ibid., p. 245.

35  F. Schiller, Über naire und sentimentale Dichtung, éd. par Johannes Beer, Stuttgart, Reclam, 1969, p. 35.

36 Johann Heinrich Voß, Ausgewählte Werke, éd. par Adrian Hummel, Göttingen, Wallstein Verlag, 1966, p. 261.

37 Bruno Liebrucks, Sprache und Bewußtsein, t. 2, Francfort-sur-le-Main, Akademische Verlags-gesellschaft, 1965, p. 489.

38 Siegfried Reiter, Friedrich August Wolf. Ein Leben in Briefen, t. 1, Stuttgart, Metzler, 1935, p. 178.

39  Wilhelm von Humboldt, Über Goethes « Hermann und Dorothea »..., p. 350.

40  Wilhelm von Humboldt, Über Goethes « Hermann und Dorothea »..., p. 353.

41  Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. par Philip Mattson, Berlin, De Gruyter, 1990, p. 110-113.

42 Ibid., p. 162.

43  Sur la relation Goethe-Wolf, voir notamment Elke Dreisbach, Goethes « Achilleis  », Heidelberg, Universitätsverlag C. Winter, 1994.

44  Goethe, Werke, éd. par Erich Trunz, Beck, Munich 1996, t. 1, p. 198 :
« Que le vin ne manque pas dans la coupe [...]
Buvons d’abord à la santé de l’homme qui nous libérant enfin
Par son audace du nom d’Homère, nous appelle à une plus riche carrière
Car qui engagerait un combat contre les Dieux ? et qui l’engagerait contre l’unique ?
Mais il est beau d’être un Homéride, fût-ce même le dernier.  »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « Humboldt à Paris, lecteur de Goethe », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 195-209.

Référence électronique

Michel Espagne, « Humboldt à Paris, lecteur de Goethe », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/754 ; DOI : 10.4000/rgi.754

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS, UMR 8547 Pays germaniques : histoire, culture, philosophie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org