Navigation – Plan du site
Goethe et la Romania

Campagne de France en 1792 Parallèle entre Chateaubriand et Goethe

Jacques Le Rider
p. 211-227

Résumés

Goethe avait été entraîné par le duc de Weimar à suivre l’armée du roi de Prusse commandée par le duc de Brunswick. Chateaubriand, lui, suivait l’armée des princes, avec les aristocrates émigrés français. Les Mémoires d’outre-tombe, dans les pages qui retracent cet épisode, et Campagne in Frankreichse recoupent sur plusieurs points importants. Dans les deux textes, la déconfiture des troupes contre-révolutionnaires, la pluie diluvienne qui a transformé en bourbier les chemins et les camps, les épidémies qui affaiblissent les soldats, sont représentées de manière analogue. La réflexion des deux auteurs sur la fin de l’Ancien Régime et sur la Révolution française se révèle convergente. Il est vrai que Chateaubriand n’a pas vécu la bataille de Valmy qui est le sommet du texte, soigneusement composé, de Goethe. Les relations entre l’écriture autobiographique et le récit historique se présentent aussi de manière comparable chez Chateaubriand et Goethe. Ce parallèle complète le tableau des relations entre l’auteur de René et l’auteur de Werther.

Haut de page

Texte intégral

Prologue : René et Werther

1Un poème du jeune Chateaubriand daté d’environ 1784 est un hommage au Werther dont la première publication remonte à 1774. L’apprenti poète de 16 ans écrit dans sa première strophe :

  • 1  Cité d'après Charles Dédeyan, Lorelei ou l'enchanteur enchanté. Chateaubriand chateaubriand et le (...)

« Douce mélancolie, ô secrètes langueurs,
Vous charmez les ennuis de ma vie ignorée.
Que ne suis-je, ô Werther, près des saules en pleurs
Qui pendent tristement sur la cendre adorée. »1

  • 2  Cité in Chateaubriand, Atala. René. Le Dernier Abencérage, éd. Pierre Moreau, Paris, Gallimard, «  (...)
  • 3  Chateaubriand, Défense du Génie du christianisme, in Génie du christianisme, Paris, GF-Flammarion, (...)

2René, publié en 1802 dans le Génie du christianisme, sera le Werther et l’anti- Werther français. Chateaubriand, dans le chapitre « Du vague des passions » du Génie du christianisme introduit René, « un épisode extrait, comme Atala, de nos anciens Natchez »2. Mais pourquoi dans le Génie du christianisme ? Chateaubriand s’en explique dans la Défense du Génie du christianisme : « La nécessité des cloîtres pour certains malheurs de la vie, et ceux-là mêmes qui sont les plus grands, la puissance d’une religion qui peut seule fermer des plaies que tous les baumes de la terre ne sauraient guérir, ne sont-elles pas invinciblement prouvées dans l’histoire de René ? L’auteur y combat en outre le travers particulier des jeunes gens du siècle, le travers qui mène directement au suicide. C’est J.-J. Rousseau qui introduisit le premier parmi nous ces rêveries désastreuses et si coupables. En s’isolant des hommes, en s’abandonnant à ses songes, il fait croire à une foule de jeunes gens qu’il est beau de se jeter ainsi dans le vague de la vie. Le roman de Werther a développé depuis ce germe de poison. »3. Chateaubriand, Défense du Génie du christianisme, in Génie du christianisme, Paris, GF-Flammarion, 1966, vol. 2, p. 269 sq.

  • 4  Yves Chevrel, De Werther à René : ébauche d’un mythe ?, in Dix-huitième siècle européen. En hommag (...)

3Ainsi René aurait été le correctif de Werther ? Chateaubriand croyait-il lui-même à cette déclaration moralisante ? René n’avait-il pas plutôt renforcé l’influence de Werther4 ?

  • 5  Cité in Hippolyte Loiseau, Goethe et la France. Ce qu’il en a connu, pensé et dit, Paris, Neuchâte (...)
  • 6  Conversations de Goethe avec Eckermann, trad. Jean Chuzeville, Paris, Gallimard, 1949, rééd. 1988, (...)
  • 7  Cité par Charles Dédeyan, Lorelei ou l’enchanteur enchanté, op. cit., Appendice IV, « Goethe juge (...)
  • 8  H. Loiseau, op. cit., p. 157

4De son côté, Goethe n’a pris connaissance de Chateaubriand qu’en 1812, en lisant le Génie du christianisme, Atala et René (au même moment, il lit les Mémoires de Saint-Simon et les Lettres de la marquise du Deffand). Sa réaction ne fut guère enthousiaste et il consulte ses connaissances françaises (le baron de Saint-Aignan et le général Sébastiani) pour saisir l’importance de Chateaubriand dans son propre pays. Car « on juge mieux d’œuvres de ce genre, quand on les voit avec les yeux d’hommes éminents de la même nation, que lorsqu’on les mesure d’après sa propre échelle, pour impartial qu’on s’efforce d’être »5. On sait qu’en 1827, Goethe rend son verdict à propos de Chateaubriand dans sa conversation du jeudi soir 4 janvier avec Eckermann : MM. de Lamartine et Delavigne, dit-il, « viennent de Chateaubriand, qui est assurément un rhéteur et un poète de grande envergure. »6. En 1829, Goethe dira encore à David d’Angers, pendant que celui-ci modèle son buste, « que Chateaubriand n’est que le continuateur de Bernardin de Saint-Pierre »7. Déjà, il avait dit à Müller qu’Atala est à côté de Paul et Virginie la seule grande œuvre moderne de la littérature française8.

  • 9  Ibid.

5Dans ses papiers posthumes on trouvera, au milieu de considérations générales sur la littérature française, cette notice sur Chateaubriand : « Talent poétique à tournure oratoire, cherchant passionnément sa matière dans le monde extérieur, se guindant à des sentiments religieux, grande personnalité agissant à la fois sur les yeux et sur le cœur, et présentant les mêmes caractères comme homme politique. »9

  • 10  René Hombourger, Chateaubriand et Goethe, chroniqueurs de la « Campagne de France » (1792), in Rev (...)

6Je reviendrai sur les sentiments, également assez mitigés, de Chateaubriand à propos de Goethe. Mon propos n’est pas de tenter un parallèle général de ces deux auteurs, mais de parler des événements de cette année 1792 qui rapprochèrent le destin de ces deux hommes10. Goethe avait été entraîné par le duc de Weimar à suivre l’armée du roi de Prusse commandée par le duc de Brunswick. Chateaubriand, lui, suivait l’armée des princes, avec les aristocrates émigrés français.

Chateaubriand dans l’armée des princes

  • 11  Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, éd. Jean-Paul Clément, Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, (...)
  • 12  Jean-Paul Clément, Chateaubriand. Biographie morale et intellectuelle, Paris, Flammarion, 1998, p. (...)

7Chateaubriand revient d’Amérique en janvier 1792. Il arrive au Havre, après une arrivée périlleuse dans la tempête : « Je n’éprouvai aucun trouble pendant ce demi-naufrage et ne sentis point de joie d’être sauvé. Mieux vaut déguerpir de la vie quand on est jeune, que d’en être chassé par le temps. Le lendemain, nous entrâmes au Havre. [...] Le 2 de janvier 1792, je foulai de nouveau le sol natal qui devait encore fuir sous mes pas. J’amenais avec moi, non des Esquimaux des régions polaires, mais deux sauvages d’une espèce inconnue : Chactas et Atala. »11 La nouvelle de la fuite du roi et de son arrestation à Varennes, lue dans un journal anglais, l’avait incité à écourter son voyage en Amérique12.

  • 13  Cité dans le catalogue Chateaubriand et la Révolution française. Exposition à la Maison de Chateau (...)

8Cadet de bonne famille aristocratique, mais sans fortune, il se résout à épouser Céleste Buisson de La Vigne en mars 1792. On ne peut pas parler d’un « riche mariage » et Chateaubriand devra s’endetter pour émigrer. Il séjourne à Paris de la mi-mai à la mi-juillet 1792. Le 20 avril 1792, la France a déclaré la guerre à François II, alors roi de Bohême et de Hongrie, empereur trois mois plus tard. Chateaubriand hésite. Faut-il rejoindre l’émigration ? Aristocrate libéral, proche des. positions de La Fayette au début de la Révolution, Chateaubriand peut être défini comme un « monarchien », partisan d’institutions tempérées à l’anglaise. Il n’a aucune sympathie pour les courtisans de l’Ancien Régime (« Incapables et méchants, [...] nains politiques suivis d’une nuée famélique de laquais, de flatteurs, de comédiens et de maîtresses, [...] êtres d’un moment se hâtant de sucer le sang du misérable et s’abîmant bientôt devant une autre génération d’insectes aussi fugitive et dévorante que la première »13, écrit-il en 1797 dans son Essai sur les révolutions), mais il n’en éprouve aucune non plus pour la révolution de Marat, de Danton et de Robespierre.

  • 14  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 547 sq.

9Un entretien avec Malesherbes le décide à émigrer pour rejoindre à Trêves l’armée des princes. « Fidèle à mes instincts, j’étais revenu d’Amérique pour offrir mon épée à Louis XVI, non pour m’associer à des intrigues de parti. [...] Le 19 juin, j’étais allé à la vallée de Montmorency, visiter l’Ermitage de J.-J. Rousseau : non que je me plusse au souvenir de Mme d’Épinay et de cette société factice et dépravée ; mais je voulais dire adieu à la solitude d’un homme antipathique par ses mœurs à mes mœurs, bien que doué d’un talent dont les accents remuaient ma jeunesse. [...] Les Prussiens marchaient en vertu d’une convention des cabinets de Vienne et de Berlin ; déjà une affaire assez chaude eut lieu entre les Français et les Autrichiens, du côté de Mons. Il était plus que temps de prendre une détermination. Mon frère et moi, nous nous procurâmes de faux passeports pour Lille : nous étions deux marchands de vin, gardes nationaux de Paris, dont nous portions l’uniforme, nous proposant de soumissionner les fournisseurs de l’armée. »14

  • 15 Ibid., p. 551 sq.
  • 16 Ibid., p. 554
  • 17 Ibid., p. 556

10De Lille, à travers la ligne de front, se cachant des patrouilles françaises, menacés par une « compagnie de hulans qui se tenait derrière une haie [et qui] fondit sur nous le sabre haut »15, les deux frères Chateaubriand rejoignent Bruxelles par Tournai. Ce « quartier général de la haute émigration », où « les hommes les plus à la mode [...] attendaient dans les plaisirs le moment de la victoire »16 fait sur François-René de Chateaubriand une très fâcheuse impression. Il trouve insupportables le baron de Breteuil et Rivarol. « Cette émigration fate m’était odieuse. [...] Mon frère resta à Bruxelles, auprès du baron de Montboissier dont il devient l’aide de camp ; je partis seul pour Coblentz. »17 Chateaubriand passe par Aix-la-Chapelle, en songeant à Charlemagne, puis par Cologne, où il admire la cathédrale inachevée, il remonte le Rhin jusqu’à Coblentz, mais il doit continuer jusqu’à Trêves, où se trouve à présent l’armée des princes.

  • 18 Ibid., p. 559.

11« Entre Coblentz et Trêves, je tombai dans l’armée prussienne : je filai le long de la colonne, lorsque, arrivé à la hauteur des gardes, je m’aperçus qu’ils marchaient en bataille avec du canon en ligne ; le roi et le duc de Brunswick occupaient le centre du carré, composé des vieux grenadiers de Frédéric. Mon uniforme blanc attira les yeux du roi ; il me fit appeler : le duc de Brunswick et lui mirent le chapeau à la main, et saluèrent l’ancienne armée française dans ma personne. [...] Les officiers et généraux qui environnaient Frédéric-Guillaume firent un mouvement approbatif et le monarque prussien me dit : « Monsieur, on reconnaît toujours les sentiments de la noblesse française ». Il ôta de nouveau son chapeau, resta découvert et arrêté, jusqu’à ce que j’eusse disparu derrière la masse des grenadiers. »18 A Trêves, l’accueil réservé à Chateaubriand, considéré comme un émigré de la dernière heure, est très mitigé, et c’est grâce à son cousin Armand de Chateaubriand qu’il est admis dans une des compagnies bretonnes.

  • 19 Ibid., p. 562.
  • 20 Ibid., p. 563

12« Nous avions des tentes ; du reste, nous manquions de tout. Nos fusils, de manufacture allemande, armes de rebut, d’une pesanteur effrayante, nous cassaient l’épaule, et souvent n’étaient pas en état de tirer. J’ai fait toute la campagne avec un de ces mousquets dont le chien ne s’abattait pas. »19 A Trêves, Chateaubriand visite les ruines romaines. « Je m’asseyais, avec mon fusil, au milieu des ruines ; je tirais de mon havresac le manuscrit de mon voyage en Amérique ; j’en déposais les pages séparées sur l’herbe autour de moi ; je relisais et corrigeais une description de forêt, un passage d’Atala, dans les décombres d’un amphithéâtre romain, me préparant ainsi à conquérir la France. Puis, je serrais mon trésor dont le poids [...] me faisait cracher le sang. J’essayais de fourrer Atala avec mes inutiles cartouches dans ma giberne [...]. La Providence vint à mon secours : une nuit, ayant couché dans un grenier à foin, je ne trouvai plus mes chemises dans mon sac à mon réveil ; on avait laissé les paperasses. Je bénis Dieu : cet accident, en assurant ma gloire, me sauva la vie, car les soixante livres qui gisaient entre mes deux épaules m’auraient rendu poitrinaire. »20

  • 21 Ibid, p. 564
  • 22 Ibid., p. 568.

13Le duc de Brunswick, généralissime de l’armée de la coalition, avait placé l’armée des princes, adjointe à l’armée prussienne, à l’arrière-garde. « L’ordre arriva de marcher sur Thionville. Nous faisions cinq à six lieues par jour. Le temps était affreux ; nous cheminions au milieu de la pluie et de la fange, en chantant : 0 Richard ! ô mon Roi ! ou Pauvre Jacques ! Arrivés à l’endroit du campement, n’ayant ni fourgons, ni vivres, nous allions avec des ânes, qui suivaient la colonne comme une caravane arabe, chercher de quoi manger dans les fermes et les villages. Nous payions très scrupuleusement [...]. Nous plantions au hasard nos tentes, dont nous étions sans cesse obligés de battre la toile afin d’en élargir les fils et d’empêcher l’eau de la traverser. Nous étions dix soldats par tente. »21 Chateaubriand décrit avec lucidité la singulière faiblesse de cette armée des princes, mal équipée, « assemblage confus d’hommes faits, de vieillards, d’enfants descendus de leurs colombiers », faite d’aristocrates frappés dans leur patrimoine et leur famille par les décrets de la Révolution et qui ne recevaient rien des princes pour lesquels ils combattaient. Ces derniers au contraire affichaient un train « versaillais » avec une tranquille insolence : « Auprès de notre camp indigent et obscur, en existait un autre, brillant et riche. A l’état-major, on ne voyait que fourgons remplis de comestibles ; on n’apercevait que cuisiniers, valets, aides de camp. Rien ne représentait mieux la cour et la province. »22

  • 23 Ibid., p. 579.

14Malgré le soutien du corps autrichien de Waldeck, les émigrés peinent devant Thionville. « Le siège continuait, ou plutôt il n’y avait pas de siège, car on n’ouvrait point la tranchée et les troupes manquaient pour investir régulièrement la place. On comptait sur des intelligences, et l’on attendait la nouvelle des succès de l’armée prussienne ou de celle de Clairfayt, avec laquelle se trouvait le corps français du duc de Bourbon. Nos petites ressources s’épuisaient ; Paris semblait s’éloigner. Le mauvais temps ne cessait ; nous étions inondés au milieu de nos travaux, je m’éveillais quelquefois dans un fossé avec de l’eau jusqu’au cou : le lendemain, j’étais perclus. »23 Le 4 septembre 1792, une action commence enfin, et le 6 septembre, la troupe des princes et celle du prince de Waldeck donnent l’assaut sur Thionville. C’est un échec. Pendant les combats, Chateaubriand reçut un éclat d’obus à la cuisse droite et le prince de Waldeck eut un bras emporté.

  • 24 Ibid., p. 585.
  • 25 Ibid., p. 586
  • 26  Ibid., p. 588 sq

15« Nous levâmes le siège de Thionville et nous partîmes pour Verdun, rendu le 2 septembre aux alliés. Longwy, patrie de François de Mercy, était tombé le 23 août. De toutes parts des festons et des couronnes attestaient le passage de Frédéric-Guillaume. »24 Mais l’état de santé de Chateaubriand se dégrade : « La maladie des Prussiens [la dysenterie] se communiqua à notre petite armée ; j’en fus atteint. Notre cavalerie était allée rejoindre Frédéric-Guillaume à Valmy. Nous ignorions ce qui se passait, et nous attendions d’heure en heure l’ordre de nous porter en avant ; nous reçûmes celui de battre en retraite. Extrêmement affaibli, et ma gênante blessure ne permettant de marcher qu’avec douleur, je me traînai comme je pus à la suite de ma compagnie, qui bientôt se débanda. »25 La retraite est accablante. « Les pluies avaient défoncé les chemins ; on rencontrait partout caissons, affûts, canons embourbés, chariots renversés, vivandières avec leurs enfants sur leur dos, soldats expirés ou expirant dans la boue. En traversant une terre labourée, j’y restai enfoncé jusqu’aux genoux. [...] A Arlon, nous aperçûmes sur la grande route une file de chariots attelés : les chevaux, les uns debout, les autres agenouillés, les autres appuyés sur le nez étaient morts, et leurs cadavres se tenaient raidis entre les brancards : on eût dit des ombres d’une bataille bivouaquant au bord du Styx. »26

16A la blessure à la cuisse, à la dysenterie s’ajoute à présent une petite vérole confluente, avec vomissements et éruption de boutons sur le visage et tout le corps. Transporté par une charrette de paysan, sautillant sur sa béquille, se traînant à travers les champs et les bois, trouvé sans connaissance au bord de la route par les conducteurs des fourgons du prince de Ligne qui le transportent jusqu’à Namur, puis jusqu’à Bruxelles, Chateaubriand retrouve son frère qui le fait soigner et lui donne l’argent nécessaire au voyage jusqu’à Ostende et Jersey. C’est pour la dernière fois que les deux frères se seront retrouvés. Rentré à Paris pour défendre sa famille et ses biens, Jean-Baptiste de Chateaubriand sera guillotiné.

De Weimar à Valmy

  • 27  Cf. notice se rapportant à Campagne in Frankreich et Belagerung von Mainz, éd. Klaus-Detlef Millie (...)

17En 1792, Chateaubriand a 24 ans. Il n’a rien publié encore. La même année, Goethe a 43 ans. Il a acquis une célébrité européenne et joue un rôle éminent dans la république des lettres. Le duc de Weimar, Carl August, a voulu que son « ministre de la culture », Goethe, le suive dans la campagne austro-prussienne. Goethe ne peut pas refuser cette invitation pressante, mais il part à regret. Dès le mois de mai 1792, dans une lettre à Voigt, il exprime ses craintes que la déclaration de guerre française et la campagne contre-révolutionnaire ne dégénèrent en véritable conflit armé. En août, il confie à Jacobi qu’il n’éprouve aucun désir de châtier les pécheurs démocratiques, ni les pécheurs aristocratiques27. Il aurait sans aucun doute préféré rester à Weimar pour veiller sur les aménagements en cours de sa maison, sur le théâtre dont il a la direction, et pour ne pas quitter Christiane Vulpius et leur enfant August (alors âgé de trois ans).

  • 28  Thomas P. Saine, Campagne in Frankreich 1792 / Belagerung von Mainz, in Goethe-Handbuch, t. 3, Pro (...)
  • 29  Cf. l’excellente édition de la Campagne de France de Goethe (première partie du texte publié dans (...)

18L’expédition de Goethe part de Mayence, où il séjourne à partir du 23 août 1792. M. von Stein lui donne un atlas publié à Francfort par Jäger et intitulé, dit Goethe, Théâtre de la guerre (Kriegstheater). Il s’agit du Grand Atlas d’Allemagne en LXXXI feuilles de Johann Wilhelm Abraham Jäger. C’est au dos de ces cartes que Goethe tiendra son journal et ces notes, recopiées dans un carnet à la fin de mai 1793, lui serviront à écrire ses mémoires de la campagne de France28. Durant ces journées à Mayence, Goethe apprend les dernières nouvelles de la campagne : les alliés, écrit-il, viennent d’envahir la France. Longwy se rendra-t-il sans résistance ? Des troupes de l’armée de la Révolution rallieront-elles celles de la coalition pour aller « libérer » Paris, comme l’ont pronostiqué des observateurs trop confiants dans le bon déroulement de la campagne ? Rappelons que c’est le 19 août que l’armée de Brunswick a passé la frontière. Le 23, après un bombardement de quinze heures, elle a obtenu la capitulation de la forteresse de Longwy et le 2 septembre, Verdun lui ouvre ses portes29.

  • 30  Campagne in Frankreich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 555.

19Après deux soirées avec des amis sympathisants républicains, qui évitent de parler politique puisqu’on sait que Goethe est en route pour rejoindre l’armée antirépublicaine, c’est le départ pour le front de France, par la route de Bingen et par Trèves. Entre Mayence et Bingen, l’équipage de Goethe rencontre la voiture lourdement chargée d’une dame émigrée qui se propose de rentrer en France et qui se fait fort de payer sa monnaie de papier : tant sont grandes les illusions que se font les émigrés en ces premiers jours de la campagne ! Cette dame, Goethe et son domestique Paul Gœtze la revoient plus tard : elle n’a pas retrouvé son mari et a dû revenir en Allemagne30. Quittant la ville de Trèves fourmillante de troupes diverses et de voyageurs, Goethe admire, comme Chateaubriand, les ruines romaines, en l’occurrence la colonne d’Igel, un obélisque de grès rouge.

  • 31  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, Mélanges, Paris, Hachette, (...)

20Tout près de là, à Grevenmachern, Goethe observe un corps de l’armée des princes et sa description confirme le témoignage de Chateaubriand. Ces émigrés portent pour la plupart la croix de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis. « Ils n’avaient ni domestiques, ni palefreniers, et ils prenaient soin eux-mêmes de leur personne et de leurs chevaux. J’en ai vu plusieurs les mener à l’abreuvoir et les tenir devant la forge. Mais ce qui faisait le plus singulier contraste avec cet humble début, c’était la grande prairie encombrée de carrosses et de voitures de toutes sortes. Ils étaient entrés en campagne avec leurs femmes et leurs maîtresses, leurs enfants et leurs parents, comme s’ils avaient voulu mettre en évidence la contradiction intérieure de leur état présent. »31 Un maître de poste aux convictions républicaines prédit à l’armée des princes un temps exécrable, des routes difficiles et des camps bien peu hospitaliers ; ce maître de poste dénonce aussi les pillages commis par les soldats prussiens. Finalement, Goethe apprend que Longwy vient de tomber et il se rend directement au camp de Brocourt, où il arrive le 27 août.

  • 32 Ibid., p. 9 sq

21D’emblée, il constate dégâts causés par les intempéries et ses descriptions convergent avec celles de Chateaubriand : « Le sol humide, effondré, arrêtait les chevaux et les voitures. On était d’ailleurs surpris de ne rencontrer ni gardes, ni postes, ni personne qui demandât les passeports et auprès de qui on aurait pu soi-même prendre quelques informations. Nous passâmes à travers un désert de tentes, car chacun s’était blotti sous la toile, pour chercher un misérable abri contre un temps effroyable. Nous eûmes beaucoup de peine à nous faire indiquer la place où nous pourrions trouver le régiment du duc de Weimar. [...] Je dus bientôt voir et me convaincre que la situation du camp était encore plus fâcheuse que le maître de poste ne me l’avait annoncé. Qu’on se représente une plaine au pied d’une colline à pente douce ; un fossé, creusé de temps immémorial, devait détourner l’eau des champs et des prairies ; mais ce fossé fut bientôt le réceptacle de tous les immondices, de tous les débris ; l’écoulement fut arrêté ; de violentes averses rompirent la digue pendant la nuit, et amenèrent sous les tentes les plus affreuses ordures. Les entrailles des bêtes, les ossements, tout ce que les bouchers avaient rejeté, était entraîné dans les lits, d’ailleurs humides et mauvais. »32

  • 33 Ibid., p. 13.

22Visitant Longwy, Goethe constate à quel point la population bourgeoise est divisée, entre royalistes et jacobins. Les royalistes, les émigrés, les Prussiens et les Autrichiens se déclarent convaincus qu’un pays aussi divisé que la France présente ne pourra que se rallier à la hauteur de vue du roi de France et de ses alliés : opinion que Goethe se contente de rapporter, sans se prononcer lui-même. Le 29 août, le camp est levé. Au moment du départ se déroule une scène qui évoque de très près celle (réelle ou imaginaire ?) de la rencontre avec le roi de Prusse et le duc de Brunswick que racontait Chateaubriand. « Il était sévèrement ordonné aux voitures, sans exception, de suivre la colonne ; le chef de régiment était seul autorisé à faire passer une chaise devant sa troupe. Aussi avais-je l’avantage de cheminer pour cette fois à la tête du corps d’armée dans ma légère calèche. Les deux chefs, le roi et le duc de Brunswick, s’étaient postés avec leur escorte à l’endroit où tout devait défiler devant eux. Je les vis de loin, et, quand nous arrivâmes, Sa Majesté s’approcha à cheval de ma calèche et demanda avec sa manière laconique : « A qui est cette voiture ? » Je répondis en élevant la voix : « Au duc de Weimar ! » Et nous passâmes. Peu de gens se sont vu arrêter par un plus noble visiteur. »33

  • 34  Ibid., p. 14 sq

23Chemin faisant, la colonne prussienne entend la canonnade de Thionville. C’est là que se trouve Chateaubriand. Goethe fait ici cette remarque critique : « Les Prussiens, les Autrichiens et une partie de la France venaient donc porter la guerre sur le territoire français. En vertu de quel pouvoir le faisaient-ils ? Ils pouvaient le faire en leur propre nom : la guerre avait été déclarée à une partie d’entre eux ; leur alliance n’était pas un secret. Mais on avait trouvé encore un prétexte. Ils intervenaient au nom de Louis XVI. Ils ne faisaient pas de réquisitions, mais des emprunts forcés. On avait fait imprimer que le commandant signait, mais que le porteur remplissait à son gré. Louis XVI paierait le tout. Après le manifeste, cette façon d’agir est peut-être ce qui a le plus exaspéré le peuple contre la royauté. »34

  • 35  Arthur Chuquet note à ce propos : « Les souvenirs du poète s’effaçaient déjà. Il racontait en 1793 (...)
  • 36  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 19.

24La colonne arrête un franc-tireur, un paysan caché dans une vigne, qui tire sur les Prussiens35. Puis le camp est établi en deçà de Verdun. Suivent quelques jours de repos avant le début du siège et du bombardement de Verdun. Pendant ses loisirs de soldat, Chateaubriand relisait et corrigeait le manuscrit du Voyage en Amérique et d’Atala. Goethe, pour sa part, reprend le fil de ses recherches scientifiques interrompues par le départ pour la campagne de France. Observant des soldats qui pêchent dans une mare d’eau de source qui s’est formée au fond d’un éboulis en forme d’entonnoir, il aperçoit, « tombé dans l’entonnoir un débris de poterie, qui [lui] présenta du fond les plus belles couleurs prismatiques. Plus claires que le fond, rayonnant vers mon œil, se montraient au bord opposé à moi les couleurs bleue et violette, et, sur le bord placé de mon côté, le rouge et le jaune »36.

  • 37  Karl Richter, Das « Regellose » und das « Gesetz ». Die Auseinandersetzung des Natur-wissenschafde (...)
  • 38  Cf. Wilhelm Mommsen, « Goethe und die franzôsische Revolution », in Goethe et l’esprit fiançais, A (...)
  • 39  Cf. Jean Lacoste, Goethe. Science et philosophie, Paris, PUF, coll. « Perspectives germaniques », (...)

25Un lien subtil s’établit entre les conceptions scientifiques de Goethe et ses conceptions politiques37. D’un côté les lois de la nature sont invoquées comme un modèle pour la culture : les plantes changent par métamorphose graduelle et non par rupture, ni par solution de continuité. Une révolution apparaît, par analogie avec la nature, comme une catastrophe, analogue à un tremblement de terre38. La théorie des couleurs serait-elle sa prise de la Bastille newtonienne ? A la veille du siège de Verdun, Goethe fait avancer sa propre « guerre » anti-newtonienne, dont il parle Un an plus tard dans une lettre à Jacobi, écrite le 24 juillet 1793 sous le coup du siège de Mayence : il pointe, dit-il, ses « batteries les unes après les autres contre la vieille forteresse newtonienne »39. Sans doute faut-il prendre la comparaison au pied de la lettre : Goethe est bien le contre-révolutionnaire qui s’emploie à rectifier la pernicieuse révolution newtonienne. Ce n’est donc pas une prise de la Bastille dont il s’agit ici, mais bien d’un siège et d’une canonnade, comme à Verdun, comme à Mayence, contre les idées « révolutionnaires » et fausses de Newton...

  • 40  Zwischenrede, in Campagne in Frankreich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit (...)
  • 41 Ibid., p. 386. Cf. Klaus-Detlef Müller, Goethes « Campagne in Frankreich ». Innenansicht eines Krie (...)

26Dans les « Propos intermédiaires »40 qui ponctuent le texte de Campagne de France, Goethe s’expliquera sur cette attitude consistant à se dérober — en apparence — aux événements et aux passions qui se donnent libre cours autour de lui. Depuis le voyage en Italie, dit-il, il s’est tourné vers la nature et vers l’art, ce qui l’a « détourné du monde ». Ainsi le texte de la Campagne de France est paradoxalement un « antivoyage en Italie », une expédition qui aurait voulu le ramener dans le monde dont il était parvenu à se détourner, l’arracher à sa nouvelle sagesse pour le replonger dans la folie des affrontements politiques. Voilà comment on peut comprendre le sous-titre « Auch.ich in der Champagne »41, qui évoque par antiphrase le

27« Et in Arcadia ego » qui sert d’épigraphe au célèbre tableau de Poussin, Les Bergers d’Arcadie, un rêve classique de beauté, de sérénité et de retour à la nature. Car la campagne champenoise n’a vraiment rien de commun avec la campagne romaine, ni avec l’idylle des bergers d’Arcadie.

28Le siège et le bombardement de Verdun, dans la description qu’en donne Goethe, se révèle plus rapide et moins meurtrier que le siège de Thionville raconté par Chateaubriand. Deux actes de courage et de sacrifice patriotique impressionnent Goethe : le suicide du commandant Beaurepaire, au moment de la reddition de Verdun, puis le suicide du jeune grenadier français, qui se jette dans la Meuse en sautant d’un pont de Verdun plutôt que d’attendre son exécution par les Prussiens vainqueurs. Goethe voit dans ces actes héroïques la marque de la force de conviction qui anime beaucoup de républicains et la manifestation d’un patriotisme exalté qui. ne laisse guère espérer ces ralliements en masse qu’escomptaient les émigrés.

  • 42  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 585.
  • 43  Ibid

29Peu de temps après Goethe, Chateaubriand, lui aussi, entrait à Verdun. « Nous levâmes le siège de Thionville et nous partîmes pour Verdun, rendu le 2 septembre aux alliés. [...] De toutes parts des festons et des couronnes attestaient le passage de Frédéric-Guillaume. »42 La scène des jeunes filles de Verdun offrant des fleurs et des fruits (en fait il s’agissait de fleurs et de dragées) au roi de Prusse, que Goethe décrit comme un touchant tableau, Chateaubriand l’évoque sous un jour beaucoup plus sombre : « Quant aux fleurs, elles allaient bientôt voir se faner comme elles les innocentes créatures qui les avaient cueillies. Un des meurtres les plus atroces de la Terreur, fut celui des jeunes filles de Verdun. »43 Pour punir le « crime des vierges de Verdun », la Convention les condamnera à la guillotine.

  • 44  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 29.

30Mais les moments heureux du camp avant Verdun et de l’entrée à Verdun touchent à leur fin. De mauvaises nouvelles parviennent de Paris. Le roi de France a été mis en prison, au mépris du manifeste du duc de Brunswick, La Fayette a dû fuir et rallier le camp adverse, son successeur, Dumouriez, veut opposer de nouvelles Thermopyles aux armées autrichiennes, prussiennes et à l’armée des princes. Le 6 septembre, Goethe et l’armée prussienne lèvent le camp et arrivent aux lieux portant les noms évocateurs de Glorieux et de Regrets. Ils subissent à nouveau l’épreuve de la boue et des intempéries : « Je trouvai nos tentes dressées, mais dans l’état le plus affreux ; on se voyait plongé dans une boue sans fond ; les attaches pourries des tentes se rompaient l’une après l’autre, et la toile battait la tête et les épaules de ceux qui voulaient y chercher un asile. »44 Dans un premier temps, Dumouriez ne parvient qu’à retarder l’avance des troupes de la coalition. Celles-ci décident de marcher sur Reims et de s’emparer de Châlons.

  • 45  Campagne in Franbeich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 436.
  • 46  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 46.

31La canonnade Valmy, le 20 septembre 1792, met fin à la progression des troupes de la coalition. Elle marque un sommet du récit de Goethe. Tout le monde connaît la fameuse formule : « Diesmal sagte ich : von hier und heute geht eine neue Epoche der Weltgeschichte aus, und ihr kônnt sagen, ihr seid dabei gewesen45. Cette fois je dis : de ce lieu et de ce jour date une nouvelle époque de l’histoire du monde, et vous pourrez dire que vous y étiez. »46 La description de la bataille de Valmy constitue sans aucun doute le morceau de bravoure de la première partie de la Campagne de France. Le texte n’est certainement pas une source pour l’historien, car Goethe n’apporte pas d’information inédite, mais il marque, dans l’histoire littéraire aussi, un tournant : c’est la dernière fois sans doute qu’une bataille sera décrite du point de vue d’un narrateur « omniscient », participant à l’événement, mais aussi le comprenant, l’expliquant, l’interprétant. Un peu plus tard, ce sera Fabrice Del Dongo à la bataille de Waterloo : le héros de Stendhal vivra cet autre « tournant » de l’histoire sans rien y comprendre, sans même avoir conscience de l’importance du moment.

  • 47  Jürgen Voss, Goethe, Cotta et le tournant de Valmy, in Saisons d’Alsace, été 1989 ( « 1789. Nouvea (...)
  • 48  Roger Dufraisse, Valmy. Zwischen Legende und Geschichte, in Goethe in Trier und Luxem-burg. 200 Ja (...)

32A l’époque où Goethe écrit la Campagne de France, avec près de trente ans de recul, l’importance décisive de cet échec de la coalition contre-révolutionnaire est devenue un topos47. Sur le moment, il n’avait certainement pas pu percevoir aussi clairement l’importance de l’événement48. Parlant de Dumouriez en train de disposer des « Thermopyles » pour arrêter l’envahisseur, Goethe contribue à faire de Valmy un lieu de mémoire européen. Pour la France républicaine, c’est la première victoire de la Révolution. Pour l’Ancien Régime, c’est le début de la fin irréversible.

  • 49  Arthur Chuquet, Guerres de la Révolution. L’invasion, Valmy, Paris, Plon, 1934, p. 258.

33Résumant ce morceau d’anthologie, Arthur Chuquet écrivait : « Goethe assistait pour la première fois à une bataille. Désireux de tout connaître, même la fièvre du canon, il quitta les rangs du régiment de Weimar qui n’était nullement exposé, poussa jusqu’à la maison de la Lune où des projectiles français venaient tomber parfois sur les débris de la toiture, puis, tournant à gauche, courut témérairement sur le front de la première ligne au milieu des boulets. »49 Je ne chercherai pas à faire la part de la poésie et de la vérité dans le tableau de bataille de Goethe. Mais on peut souligner que la nécessité narrative obligeait Goethe à faire parcourir au je autobiographique tous les points stratégiques de la bataille, pour affirmer son rôle de spectateur participant, à la fois impliqué et capable de percevoir la logique de l’événement.

  • 50  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 586.
  • 51  Arthur Chuquet, Guerres de la Révolution, op. cit., p. 310 sq.

34Dans les Mémoires d’outre-tombe, il est en revanche à peine question de Valmy. « La maladie des Prussiens se communiqua à notre petite armée ; j’en fus atteint. Notre cavalerie était allée rejoindre Frédéric-Guillaume à Valmy. Nous ignorions ce qui se passait, et nous attendions d’heure en heure l’ordre de nous porter en avant ; nous reçûmes celui de battre en retraite. »50 Chateaubriand, au lendemain de la canonnade du 20 septembre à Valmy, ne savait pas ce qui s’était passé. Et pour cause. « La petite armée des émigrés avait d’abord investi Thionville. Il fut décidé que l’infanterie, sous le commandement du maréchal de Broglie, demeurerait devant la place. La cavalerie, dirigée par le maréchal de Castries et les princes, obéirait aux ordres de Brunswick et irait prendre part aux opérations des alliés. Le mardi 20 septembre, ils marchèrent sur La Croix-en-Champagne et laissèrent à leur gauche les colonnes de Clerfayt. Ils entendaient le bruit du canon. Mais on était trop loin de Valmy. [...] Ce fut presque toujours, durant les guerres de la Révolution, le sort des émigrés, tenus sur les arrières des alliés et à distance respectueuse de l’adversaire, formant une réserve inutile et arrivant trop tard. »51

  • 52  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 47 sq.

35Pour Chateaubriand, l’heure d’une retraite solitaire et misérable a sonné. Plus mort que vif, accablé par un état physique désastreux (blessure à la cuisse, dysenterie, petite vérole confluente...) il se traîne et se fait porter vers la Belgique. Pour la troupe des Prussiens, une retraite particulièrement pénible va commencer : humiliée et démoralisée, atteinte par l’épidémie de dysenterie que Chateaubriand appelait « maladie prussienne », elle doit faire route dans des conditions calamiteuses. « Le 21 septembre, [...] on se sentait dans une situation humiliante et désespérée. [...] L’épidémie qui nous avait envahis rendait plus triste et plus terrible notre situation incommode, pénible, misérable. [...] Nous avions les tentes, les voitures, les chevaux, mais pas la moindre nourriture. Au milieu de la pluie, on manquait d’eau ; quelques étangs étaient déjà corrompus par les cadavres des chevaux. »52

  • 53 Ibid., p. 57

36Pendant ce temps, le territoire allemand est menacé par l’avancée des troupes commandées par Custine, et l’on craint que Dumouriez ne songe à harceler les colonnes battant en retraite. Le 29 septembre, « tout s’ébranla, mais tristement et lentement. Avec la meilleure volonté, on glissait sur cette terre détrempée et l’on tombait tout à coup »53.

De l’histoire à l’autobiographie

37Un autre point commun des textes de Goethe et de Chateaubriand sur la campagne de France de 1792 est l’écart chronologique entre l’événement et le moment de l’écriture. Chateaubriand ayant coutume de dater les chapitres de ses mémoires, il est facile de constater qu’il écrit à Londres, d’avril à septembre 1822, les pages consacrées à son émigration et à son expédition dans les rangs de l’armée des princes (liv. IX, chap. 5 à 16), c’est-à-dire exactement trente ans après. Chateaubriand a 54 ans. Il a été nommé ambassadeur à Londres le 9 janvier 1822 et il y séjourne du 2 avril au 8 septembre 1822. L’épilogue de sa campagne de France, c’est-à-dire la retraite vers la Belgique (liv. X, chap. 1) porte la mention « revu en 1845 ».

  • 54 Campagne in Frankreich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 908 (notice)

38C’est en janvier 1820 que Goethe, qui a 71 ans le 28 août 1820, entame la rédaction de Campagne in Frankreich. Il écrit dans les Annales : « Quelques manuscrits et travaux préparatoires m’ont occupé au plus haut point. J’ai repris le second séjour à Rome, pour ajouter au voyage en Italie la suite qui s’imposait ; mais aussitôt après, je me suis senti prêt à traiter de la campagne de France et du siège de Mayence. J’ai fait pour cela des extraits de mes journaux, j’ai lu plusieurs ouvrages relatifs à ces époques et j’ai rassemblé bien des souvenirs. »54 De décembre 1821 à janvier 1822, Goethe relit le manuscrit de Campagne de France. La dernière tranche du manuscrit est envoyée à l’imprimeur en avril 1822 et le livre paraît en mai, avec le Siège de Mayence, chez Cotta, avec le titre Ans meinem Leben. Zweiter Abteilung Fünfter Teil. Auch ich in der Champagne ! C’est en 1829, lorsque Goethe le reprend dans le volume 30 de « l’édition définitive » de ses Œuvres, qu’apparaît le titre Campagne in Frankreich.

  • 55  Ibid., p. 906.

39Pour Goethe, comme pour Chateaubriand, c’est le projet autobiographique qui compte le plus. Il faut sur ce point convenir que Chateaubriand réussira, lui, à terminer ses Mémoires d’outre-tombe, tandis que Goethe aura dû renoncer à achever Poésie et vérité, dont Campagne de France et Siège de Mayence auraient dû être des parties. Conçu en même temps que le texte du Deuxième séjour à Rome, le texte de Campagne de France est structuré de la même manière. Goethe date chaque chapitre, indiquant parfois un nom de lieu, comme s’il s’agissait d’un journal de voyage. Il ne s’agit cependant que d’une reconstitution où les souvenirs et les documents personnels sont complétés par d’autres sources. Dans Campagne de France, il note qu’il a négligé son journal et qu’il se félicite de pouvoir consulter celui qu’a tenu le fidèle conseiller Wagner. Un peu plus tard, à Pempelfort, il brûle « les poétiques ordres du jour et les commandements satiriques » qu’il avait rédigés pendant l’expédition en Champagne, les jugeant vaniteux et déplacés, et craignant qu’ils soient lus par un tiers. Peut-être Goethe n’a-t-il pas non plus conservé l’intégralité de son journal de campagne55. En octobre 1809, puis en mai 1810, Goethe consigne des notes relatives à sa campagne de 1792, en vue des futurs chapitres de ses mémoires.

  • 56  Ibid., p. 907-910, sur la genèse et sur les sources de Campagne m Frankreich. Cf. Edith Zehm, Der (...)

40A tous ces éléments « intimes » s’ajoute une abondante documentation d’une trentaine d’ouvrages, empruntés par Goethe à la bibliothèque de Weimar : les mémoires de Dumouriez et de Custine, un volume de lettres d’émigrés, des ouvrages historiques sur la Révolution française, sur le duc de Brunswick, etc. En 1820-1821, il consulte à nouveau le journal du conseiller Wagner, il écrit à Paul Gœtze, qui lui servait de domestique pendant l’expédition, pour lui demander des renseignements sur divers détails56.

41Tout cela confirme que la Campagne de France est un ouvrage mûrement calculé et composé avec le plus grand soin. Goethe y cherche la bonne mesure entre la simple chronique historique, qui n’est pas son but, et la simple autobiographie, qui le condamnerait à donner une vue partielle et tronquée de ces événements entre temps bien connus. Il cherche le juste équilibre entre l’anecdote, le détail réaliste, et la vue d’ensemble, l’interprétation des événements. Il met en regard l’une de l’autre son histoire personnelle et l’histoire européenne. L’exercice était périlleux, car les chroniqueurs qui se prennent pour le centre du monde ont du mal à captiver, et parviennent encore moins bien à instruire leur lecteur. Ce juste milieu entre l’autobiographie et la chronique historique, Goethe le trouve et ne s’en écarte pas. C’est ce qui fait la réussite de sa Campagne de France.

42Chateaubriand, lui aussi, a écrit dans les chapitres qu’il consacre à l’expédition de 1792 quelques-unes des meilleures pages de ses Mémoires d’outre-tombe, dans la droite ligne de ses souvenirs d’enfance et de jeunesse. Le Chateaubriand qui se présente à nous dans ces passages n’est pas encore celui qui se campera dans un face-à-face avec Napoléon ou qui mettra en valeur ses prouesses de diplomate. Nous voyons la destinée fragile d’un jeune aventurier, fraîchement rentré d’Amérique et déjà reparti sur le sentier de la guerre, défendant avec idéalisme — mais sans illusion — une cause perdue, qui ne prétend à aucun moment percevoir quelque tournant de l’histoire du monde, et qui parvient tout juste à ne pas se laisser submerger par le grand tourbillon qui l’emporte.

« Goethe que j’avais tant admiré, et que j’admire beaucoup moins »

  • 57  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 715.
  • 58  De Bernardin de Saint-Pierre, publiées en 1784
  • 59  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 717 sq.

43Je citais plus haut les jugements passablement réducteurs de Goethe sur Chateaubriand. Celui-ci, dans les Mémoires d’outre-tombe, ne veut être comparé qu’à Byron : « Il y aura peut-être quelque intérêt à remarquer dans l’avenir la rencontre des deux chefs de la nouvelle école française et anglaise, ayant même fonds d’idées, des destinées, sinon des mœurs à peu près pareilles : l’un pair d’Angleterre, l’autre pair de France. »57 Il évoque sa passion de jeunesse pour Bernardin de Saint-Pierre et pour Werther comme un lointain souvenir : « Je reconnais que dans ma première jeunesse, Ossian, Werther, les Rêveries du promeneur solitaire, les Études de la nature58, ont pu s’apparenter à mes idées ; mais je n’ai rien caché, rien dissimulé du plaisir que me causaient des ouvrages où je me délectais. »59

  • 60 Ibid., p. 227.
  • 61 Ibid., p. 1663 sq

44Le 30 novembre 1820, Chateaubriand a été nommé ministre plénipotentiaire par Louis XVIII. Il est ambassadeur à Berlin de janvier à avril 1821. C’est le 31 décembre 1820 qu’il part pour Berlin. A Berlin, il écrit le début du Livre IV de ses mémoires : « Il y a loin de Combourg à Berlin, d’un jeune rêveur à un vieux ministre. »60 Arrêté par le Rhin gelé, il doit remonter jusqu’au-dessus de Mayence. Sur la route de l’Allemagne, il songe à ses premiers cultes littéraires. « Francfort, cité de Juifs, ne m’arrêta que pour une de leurs affaires : un change de monnaie. La route fut triste : le grand chemin était neigeux et le givre appendu aux branches des pins. Iéna m’apparut de loin avec les larves de sa double bataille. Je traversai Erfurt et Weimar ; dans Erfurt, l’empereur manquait ; dans Weimar, habitait Goethe que j’avais tant admiré, et que j’admire beaucoup moins. Le chantre de la matière vivait, et sa vieille poussière se modelait encore autour de son génie. J’aurais pu voir Goethe, et je ne l’ai point vu ; il laisse un vide dans la procession des personnages célèbres qui ont défilé sous mes yeux. »61 A l’époque, les deux hommes se préparaient à écrire les mémoires de leur campagne de France en 1792. Savaient-ils que, trente ans plus tôt, il avait participé à la même campagne de France, dans le même camp, à quelques lieues l’un de l’autre ?

  • 62 Ibid., t. 2, p. 1994
  • 63 Ibid., p. 2793
  • 64 Ibid., p. 2803.

45Chateaubriand ne s’est pas complètement détourné de Goethe. En 1828, alors qu’il est ambassadeur à Rome, il constate que « le nom de Goethe vit sur cette terre ». Mais il ajoute aussitôt : « Ce n’est pas que j’aime le puissant génie de l’Allemagne ; j’ai peu de sympathie pour le poète de la matière : je sens Schiller, j’entends Goethe. Qu’il y ait de grandes beautés dans l’enthousiasme que Goethe éprouve à Rome pour Jupiter, d’excellents critiques le jugent ainsi, mais je préfère le Dieu de la Croix au Dieu de l’Olympe. Je cherche en vain l’auteur de Werther le long des rives du Tibre ; je ne le trouve que dans cette phrase : « Ma vie actuelle est comme un rêve de jeunesse ; nous verrons si je suis destiné à le goûter ou à reconnaître que celui-ci est vain comme tant d’autres l’ont été ». »62 Plus tard encore, à Venise, en 1833, Chateaubriand rappelle que « Goethe, de notre temps, a célébré Venise »63. Quelques jours après, à Ferrare, Chateaubriand cite assez longuement Torquato Tasso du « grand poète allemand faisant parler le grand poète italien »64.

  • 65 Ibid., p. 2883 sq
  • 66  Ibid., p. 2982

46A la fin des Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand fait le bilan fataliste du cours de l’histoire et de ses illusions perdues de 1792 : « Si des révolutions ont été un instant détournées de leur cours, elles n’en viendront pas moins grossir le torrent qui cave l’ancien édifice : personne n’a joué son rôle, personne ne sera sauvé. Puisque aucun pouvoir parmi nous n’est inviolable, puisque le sceptre héréditaire est tombé quatre fois depuis trente-huit années ; puisque le bandeau royal attaché par la victoire s’est dénoué deux fois de la tête de Napoléon, puisque la souveraineté de Juillet a été incessamment assaillie, il faut en conclure que ce n’est pas la république qui est impossible, mais la monarchie. »65 Arrivé au terme de son existence, le « voyageur, soldat, publiciste, ministre »66 constate que la vieille Europe ne revivra jamais et que la jeune Europe n’a encore trouvé ce que l’on appellerait aujourd’hui son « identité culturelle ».

  • 67  Ibid., p. 2967 sq.

47« Quelle serait une société universelle qui n’aurait point de pays particulier, qui ne serait ni française, ni anglaise, ni allemande, ni espagnole, ni portugaise, ni italienne, ni russe, ni tartare, ni turque, ni persane, ni indienne, ni chinoise, ni américaine, ou plutôt qui serait à la fois toutes ces sociétés ? Qu’en résulterait-il pour ses mœurs, ses sciences, ses arts, sa poésie ? [...] De la fusion des sociétés résultera-t-il un idiome universel, ou y aura-t-il un dialecte de transaction servant à l’usage journalier, tandis que chaque nation parlerait sa propre langue, ou bien les langues diverses seraient-elles entendues de tous ? »67

Haut de page

Notes

1  Cité d'après Charles Dédeyan, Lorelei ou l'enchanteur enchanté. Chateaubriand chateaubriand et le monde germanique, Paris, Nizet, 1993, p.

2  Cité in Chateaubriand, Atala. René. Le Dernier Abencérage, éd. Pierre Moreau, Paris, Gallimard, « Folio », n° 1017, 1971, p. 271.

3  Chateaubriand, Défense du Génie du christianisme, in Génie du christianisme, Paris, GF-Flammarion, 1966, vol. 2, p. 269 sq.

4  Yves Chevrel, De Werther à René : ébauche d’un mythe ?, in Dix-huitième siècle européen. En hommage à Jacques Lacant, textes réunis par Claude De Grève, Paris, Aux amateurs de livres, 1990, p. 145-149.

5  Cité in Hippolyte Loiseau, Goethe et la France. Ce qu’il en a connu, pensé et dit, Paris, Neuchâtel, Éditions Victor Attinger, 1930, p. 157.

6  Conversations de Goethe avec Eckermann, trad. Jean Chuzeville, Paris, Gallimard, 1949, rééd. 1988, p. 181.

7  Cité par Charles Dédeyan, Lorelei ou l’enchanteur enchanté, op. cit., Appendice IV, « Goethe juge de Chateaubriand », p. 218-221.

8  H. Loiseau, op. cit., p. 157

9  Ibid.

10  René Hombourger, Chateaubriand et Goethe, chroniqueurs de la « Campagne de France » (1792), in Revue des Deux Mondes, juillet 1974, p. 99-120.

11  Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, éd. Jean-Paul Clément, Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, vol. 1, p. 507.

12  Jean-Paul Clément, Chateaubriand. Biographie morale et intellectuelle, Paris, Flammarion, 1998, p. 69 sq.

13  Cité dans le catalogue Chateaubriand et la Révolution française. Exposition à la Maison de Chateaubriand. La Vallée-aux-Loups, automne 1989, p. 9.

14  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 547 sq.

15 Ibid., p. 551 sq.

16 Ibid., p. 554

17 Ibid., p. 556

18 Ibid., p. 559.

19 Ibid., p. 562.

20 Ibid., p. 563

21 Ibid, p. 564

22 Ibid., p. 568.

23 Ibid., p. 579.

24 Ibid., p. 585.

25 Ibid., p. 586

26  Ibid., p. 588 sq

27  Cf. notice se rapportant à Campagne in Frankreich et Belagerung von Mainz, éd. Klaus-Detlef Millier, in Goethe, Sämtliche Werke, Briefe, Tagebücher und Gespräche, sect. 1, vol. 16, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, p. 906.

28  Thomas P. Saine, Campagne in Frankreich 1792 / Belagerung von Mainz, in Goethe-Handbuch, t. 3, Prosaschrifien, Metzler, Stuttgart-Weimar, 1997, p. 376.

29  Cf. l’excellente édition de la Campagne de France de Goethe (première partie du texte publié dans l’original allemand avec de nombreuses notes explicatives), par Arthur Chuquet, Paris, Dela-grave, coll. « Classiques allemands », 1884, p. IX (introduction).

30  Campagne in Frankreich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 555.

31  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, Mélanges, Paris, Hachette, 1874, p. 7 sq. (traduction modifiée). Cette traduction de Jacques Porchat a été reprise chez le même éditeur, en 1882, en volume séparé. Elle a été rééditée en 1968 : Goethe, Campagne de France, Lausanne, La Guilde du Livre et Clairefontaine, préface de Jacques Brenner. Signalons la traduction plus exacte, accompagnée d’une introduction et de notes copieuses : Goethe, Campagne de France, suivi du Siège de Mayence, trad. Hippolyte Loiseau, Paris, Éditions Montaigne-Fernand Aubier, 1933 ; et le choix d’extraits : Goethe, Campagne de France, trad. Mlle Dangien, Paris, Hatier, coll. « Les classiques pour tous », n° 491, 1933 (62 p.).

32 Ibid., p. 9 sq

33 Ibid., p. 13.

34  Ibid., p. 14 sq

35  Arthur Chuquet note à ce propos : « Les souvenirs du poète s’effaçaient déjà. Il racontait en 1793 à Böttiger que, près de Verdun, un paysan caché dans une vigne avait tiré contre les Prussiens et qu’on voulait le pendre ; mais il n’y avait pas d’arbre dans les environs et le major prussien le laissa partir après l’avoir régalé d’une volée de coups de bâton. Vingt-huit ans après, Goethe oublie de nous parler de la pendaison qui menaçait le paysan et l’on pourrait croire d’après son récit que ce Français n’a pas tiré sur les Prussiens et voulait seulement épouvanter les oiseaux qui venaient becqueter ses raisins » (Arthur Chuquet, 1884, op. cit., p. XX).

36  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 19.

37  Karl Richter, Das « Regellose » und das « Gesetz ». Die Auseinandersetzung des Natur-wissenschafders Goethe mit der Französischen Revolution, in Goethe-Jahrbuch, 1990, vol. 107, Wei-mar, Böhlau, p. 127-143.

38  Cf. Wilhelm Mommsen, « Goethe und die franzôsische Revolution », in Goethe et l’esprit fiançais, Actes du colloque international de Strasbourg, 23-27 avril 1957, Paris, Les Belles Lettres, Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, fasc. 137, 1958, p. 69-84.

39  Cf. Jean Lacoste, Goethe. Science et philosophie, Paris, PUF, coll. « Perspectives germaniques », 1997, p. 98.

40  Zwischenrede, in Campagne in Frankreich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 512-515.

41 Ibid., p. 386. Cf. Klaus-Detlef Müller, Goethes « Campagne in Frankreich ». Innenansicht eines Krieges, in Goethe-Jahrbuch, 1990, vol. 107, Weimar, Böhlau, p. 127-143. J’ai du mal à suivre K.-D. Müller lorsqu’il met l’intérêt de Goethe pour les couleurs sur le même plan que les notations pittoresques qui parsèment le texte de la Campagne de France. Si ces réflexions scientifiques n’étaient qu’une manière de se tenir à l’écart du fracas des armes, elles se réduiraient à une pose, analogue peut-être à celle d’Ernst Jünger observant les insectes et les plantes au moment où il commande un peloton d’exécution, dans son journal de la Deuxième Guerre mondiale et de l’Occupation en France.

42  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 585.

43  Ibid

44  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 29.

45  Campagne in Franbeich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 436.

46  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 46.

47  Jürgen Voss, Goethe, Cotta et le tournant de Valmy, in Saisons d’Alsace, été 1989 ( « 1789. Nouveaux regards sur la Révolution en Alsace »), p. 124, souligne que dès la fin de 1792 Friedrich Christoph Cotta (fils de l’imprimeur de Stuttgart, frère du célèbre éditeur, jacobin allemand) écrivait : « C’est ainsi que le 21 septembre sera, à tous points de vue, l’époche où commence une nouvelle ère de l’histoire mondiale. »

48  Roger Dufraisse, Valmy. Zwischen Legende und Geschichte, in Goethe in Trier und Luxem-burg. 200 Jahre Campagne in Franbeich, catalogue de l’exposition de la Stadtbibliothek de Trèves, de la Bibliothèque nationale de Luxembourg et de la fondation Weimarer Klassik, 1992, p. 197-206, fait le point sur la représentation de Valmy chez Goethe. Cf. de Roger Dufraisse, Valmy : une victoire, une légende, une énigme, in Francia, vol. 17/2, 1990, p. 15-118.

49  Arthur Chuquet, Guerres de la Révolution. L’invasion, Valmy, Paris, Plon, 1934, p. 258.

50  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 586.

51  Arthur Chuquet, Guerres de la Révolution, op. cit., p. 310 sq.

52  Campagne de France, trad. Jacques Porchat, in Œuvres de Goethe, vol. X, op. cit., p. 47 sq.

53 Ibid., p. 57

54 Campagne in Frankreich, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, op. cit., p. 908 (notice).

55  Ibid., p. 906.

56  Ibid., p. 907-910, sur la genèse et sur les sources de Campagne m Frankreich. Cf. Edith Zehm, Der Frankreichfeldzug von 1792. Formen seiner Literarisierung im Tagebuch Johann Conrad Wagners und in Goethes « Campagne in Frankreich », Francfort/Main, Peter Lang, 1985. Malgré son âge vénérable, l’ouvrage de Gustav Roethe, Goethes Campagne in Frankreich 1792. Eine philologische Untersuchung aus dem Weltkriege, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1919, mérite encore d’être consulté.

57  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 715.

58  De Bernardin de Saint-Pierre, publiées en 1784

59  Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 717 sq.

60 Ibid., p. 227.

61 Ibid., p. 1663 sq

62 Ibid., t. 2, p. 1994

63 Ibid., p. 2793

64 Ibid., p. 2803.

65 Ibid., p. 2883 sq

66  Ibid., p. 2982

67  Ibid., p. 2967 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Rider, « Campagne de France en 1792 Parallèle entre Chateaubriand et Goethe », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 211-227.

Référence électronique

Jacques Le Rider, « Campagne de France en 1792 Parallèle entre Chateaubriand et Goethe », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/755 ; DOI : 10.4000/rgi.755

Haut de page

Auteur

Jacques Le Rider

Professeur de littérature allemande à l’Université de Paris VIII, membre de l’Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org