Navigation – Plan du site
Goethe et la Romania

Goethe traducteur du « Neveu de Rameau »

Pierre Pénisson
p. 229-239

Résumés

C’est à Goethe que l’on doit la première publication du Neveu de Rameau de Diderot. Il reste difficile de comparer sa traduction avec les copies de manuscrits dont il pouvait disposer. On peut cependant discerner l’intérêt que Goethe pouvait trouver à la singularité déroutante de cette œuvre comme telle. En reprenant le dossier ouvert jadis notamment par R. Schloesser l’examen des décisions de traduction par Goethe tend à montrer que les écarts aux normes de la compétence traductologique signalent bien moins des faiblesses et des inexactitudes qu’une lecture, et une dictée de la traduction, qui se déterminent a parte post. C’est la suite du dialogue de Diderot, mais non pas une herméneutique globale, qui explique et justifie le détail de la traduction goethéenne grâce à laquelle le texte français de Diderot est éclairé en retour, tant dans sa langue que dans la répartition des rôles entre « lui » et le neveu de Rameau et le « moi » auquel Diderot fait tenir le discours du « philosophe ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur le titre de Satire pour le Neveu de Rameau, voir « Rira bien qui rira le dernier » de Syl-vian (...)

1On n’examine pas ici le rapport de Goethe à Diderot ou au genre français du « dialogue » ainsi que Goethe appelle la « satire »1 de Diderot, ni non plus la compétence de Goethe en langue française, ni même enfin des qualités que l’on pourrait en général reconnaître à Goethe traducteur, mais bien seulement sa façon de traduire le manuscrit de Diderot.

  • 2  Ernst Gamillscheg, Diderots Neveu de Rameau und die Goethesche Übersetzung der Satire, Wiesba-den, (...)
  • 3 Goethe Rameaus Neffe, ein Dialog von Denis Diderot übersetzt von Goethe, zweisprachige Ausgabe, édi (...)

2Un des obstacles à cette étude est que Goethe traduit à partir de la copie de Leningrad, que Maximilian Klinger fit clandestinement copier avant de l’envoyer au beau-frère de Schiller. Ce manuscrit est très inférieur non seulement à celui que George Monval découvrit en 1890, mais encore il diverge de l’édition procurée par Maurice Tourneux à partir de la copie léguée à Catherine II. Et l’on peut penser avec Ernst Gamillscheg que Goethe a pu bénéficié d’un autre manuscrit que Grimm avait remis à Wieland2. L’édition bilingue récemment procurée par Horst Günther donne pour le français « le meilleur texte aujourd’hui accessible »3 et dans certains cas est indiqué entre parenthèses ce qui manquait dans la copie dont Goethe disposait. Pour utiles que soient toutes ces indications, elles ne permettent pas toujours de discerner ce sur quoi Goethe s’appuie ou qu’elles sont parfois les raisons de ses choix de traduction.

  • 4 Rudolf Schloesser, « Rameaus Neffe » : Studien und Untersuchungen zur Einfrührung in Goethes Uberse (...)

3En 1900 Rudolf Schlösser avait publié une longue étude sur la traduction par Goethe4. Mais à ne pas tenir compte de toutes les strates de l’établissement du texte il attribue à Goethe des fautes qui peut-être n’en sont pas du tout (par ex. lorsque Goethe donne, comme par une faute grossière de néophyte, « sept heures et demie » à la place de « six heures et demie, halb sieben). Le travail reste à faire d’établir avec certitude la synopsis avec le français que Goethe a eu sous les yeux et sa traduction. Malgré les incertitudes qui demeurent quant à l’établissement du texte original, on peut cependant comprendre la posture particulière de Goethe devant le texte de Diderot qu’il traduit.

4Goethe, on le sait, a dicté la traduction du Neveu de Rameau. Les généticiens du texte remarquent que cette pratique de la dictée est particulière à Goethe et qu’elle était alors en réalité déjà archaïque. C’est sans doute plus singulier encore pour le texte qui nous intéresse, s’il est vrai que traduire serait si fondamentalement un acte de réécriture, de l’écrit sur de l’écrit, après de l’écrit – quitte à envisager dans une perspective à la Walter Benjamin un passage hors écriture, voire hors langue, entre deux langues. Mais à examiner la traduction de Goethe rien de tel ne se laisse supposer : on est en présence d’un travail de la langue, d’une redistribution de mots, sans qu’il soit besoin d’admettre l’hypothèse du recours à un tertium quid, à un alogos logos entre les langues ou au-delà d’elles.

5Cette dictée, pour autant que l’on puisse se la représenter, peut expliquer quelques erreurs simples, par exemple lorsque l’archet du violon se meurt alors qu’il se meut. Sauf à pratiquer une déconstruction radicale ou poétique, mais peu probante historiquement ou philologiquement, l’erreur peut être qualifiée d’anodine. Lorsque Goethe voit de la Schamlosigkeit, de l’impudence donc, là où il y avait de l’imprudence, le traducteur a fait une erreur de lecture, plus sans doute qu’il ne trahit quelque vision d’ensemble de l’atmosphère du texte. De même quand il voit un Stamm là où il y avait non pas tronc mais trône ; ou de l’Ehre, de l’honneur, dans le bonheur. Ainsi Goethe commet des lapsus auxquels on est en droit de donner tout le poids de signification que l’on désire quant à son inconscient, et ce serait là une autre perspective de travail plus intimement proche de Goethe, mais plus éloignée du rapport exprès de Goethe au texte français de Diderot, auquel on s’intéresse ici.

6Les lapsus, les écarts, voire les fautes caractérisées sont autant d’indices significatifs. Mais par ailleurs il apparaît que la traduction goethéenne révèle souvent une proximité éloquente entre l’état de la langue allemande de Goethe et celui du français de Diderot. La distance diachronique des locuteurs naturels francophones actuels est manifestement plus grande, pire, que celle de contemporains hétérophones (si l’on déclare contemporains non pas des individus nés dans le même quart de siècle, mais ceux qui ont coexisté pendant une certaine période, en l’occurrence trente cinq ans). Et pourtant, Goethe ne cesse de relever ce point pendant et après sa traduction, la distance entre l’Europe postrévolutionnaire et le Paris littéraire du xviiiesiècle est ressentie comme une césure irréversible renvoyant Diderot et l’époque qu’il décrit dans un passé pour ainsi dire préhistorique.

  • 5  Voir Goethe dans les notes explicatives à l’article « Rameaus Neffe », édition G. Horst, op. cit., (...)
  • 6  Voir sur ce point Roger Lewinter, Diderot ou les mots de l’absence, Paris, Champ libre, 1976, p. 1 (...)

7C’était bien au demeurant le projet de Goethe que de se mettre au service de Diderot ; notamment en contextualisant le dialogue par des indications historiques aussi circonstanciées que possibles sur les personnages, malgré les limites de son savoir au moment où il traduit, ignorant notamment tout de l’existence réelle de Jean-François Rameau et de sa ressemblance avec l’insupportable protégé Bemetzrieder que Diderot eut à subir dans sa vie familiale, tous éléments qui font que le texte ne s’adresse pas seulement à la « Nation »5de Diderot, mais implique très profondément la personne du philosophe6. Lorsque plus tard Goethe se plongera passionnément dans la Correspondance littéraire de Grimm, c’est encore à la description des acteurs du Paris littéraire qu’il s’intéresse, à l’histoire donc, plus qu’au statut et à la signification, alors certes bien impossible à établir, de cet écrit dans la production diderotienne. Et en ce sens c’est plus l’histoire – fût-elle celle des mœurs — qu’un genre littéraire – dialogue, satire, art de la conversation – qui semble pour lui ici être en jeu.

  • 7  André Magnan, Rameau le neveu, Saint-Étienne, CNRS, Littérature, 1993.

8Schiller partageait cette idée de l’intérêt historique d’un temps révolu. Il a même voulu croire que là était la raison du peu de succès que rencontra cette publication en 1805. Il reste au demeurant vrai que dans l’histoire particulièrement complexe des manuscrits, la confrontation des personnages et peut-être même le contenu du texte de Diderot importent pour l’histoire de Paris et notamment pour l’histoire musicale7.

9Cependant l’histoire de la réception de Diderot en général et de ce texte en particulier peut faire estimer que l’intérêt du texte est ailleurs et dépasse l’anecdotisme historique, même pour un Goethe qui n’a pas un souci essentiellement politique à l’injustice sociale.

10La première publication du Neveu de Rameau dans la traduction de Goethe, chez son éditeur Göschen à Leipzig, en 1805, a plutôt déplu. C’est une année où, certes, la culture française ne peut trouver un accueil très favorable. Schiller si enthousiaste dès le début de cette entreprise, avait espéré une réédition avec les textes français ; la bataille de Iéna mit fin à ces projets en octobre 1806.

11Après la parution dans cette période peu propice à la réception allemande de textes français, on a reproché à Goethe d’avoir publié un texte immoral et scabreux. Fort éloignée de l’élégance construite et policée requise pour le genre du dialogue, c’est bien la charge, le plus souvent négativement perçue comme choquante, ou parfois positivement comme explosive, qui a retenu l’attention. En 1865 encore, Jules Janin, publiant la copie nouvelle trouvée du Neveu de Rameau, accompagnée de la traduction d’une « introduction » de Goethe, dira son hésitation à : « Exposer des turpitudes aux intelligences naïves », et s’il s’émancipe à le faire, c’est pour accueillir le « bohème terrible » qu’est Diderot et laisser place à ses « théories audacieuses et dissolvantes ».

12Sans doute peut-on lire le texte de Diderot de telle manière qu’il soit presque pornographique. Mais qui fréquente quelque peu les textes du xviiiesiècle accordera qu’autre chose distingue le texte de Diderot ; une critique sociale ou bien un autre exposé de la théorie diderotienne du génie et effectivement il faut que le xviiie siècle ait été très oublié pour que ce texte-là semble si scandaleux.

  • 8  Voir notamment Otis Fellow, The Them of Genius in Diderot’s Neveu de Rameau, Diderot Studies, II, (...)

13Le programme du texte est, comme on l’a souvent écrit, la « dissonance » du neveu de Rameau, son extravagance géniale, telle qu’aucun ordre ne peut résoudre cette dissonance ni insérer le fou dans un ordre social8. On conviendra cependant que ce n’est pas hors des ordres ou des « positions » – suivant un mot-clef du texte que le Neveu, « lui », se manifeste mais c’est bien au cœur même de l’ordre que ce désordre agit, et d’une certaine manière, si complexe soit-elle, il y revendique sa place et son programme, formulé par exemple ainsi : « L’argent des sots est le patrimoine des gens d’esprit. » Goethe rend cette formule par Das Geld der Narren ist das Erbteil der Gescheiten où l’on voit qu’il atténue la charge diderotienne en réduisant à des Narren, en quelque sorte des insensés inconsistants et sans mérites, illicitement immiscés dans les sphères du pouvoir, ces sots qui sous la plume de Diderot donnent le ton de l’illusion du jeu social, comme des « positions » justement, au sens que donnent les danseurs ; les sots qui sont la norme à subvertir deviennent dans le texte allemand comme les fous dérisoires de la royauté qu’ils sont eux-mêmes, tout se passant comme si Goethe produisait ici, comme en passant, une dialectique plus renversante encore que celle que Hegel saura lire ; mais aussi Goethe fait passer du statut si socialement précis des « gens d’esprit » à la qualité intellectuelle objective de la Gescheitheit.

  • 9  Schloesser, op. cit., p. 320. 232

14Dans sa minutieuse étude, Rudolf Schloesser regrettait au début de notre siècle qu’il faille s’occuper dans ce texte de vulgarités venues de France alors que ce serait là un des travers tout germanique !9 Non sans dégoût il examine comment Goethe rend les formules qu’il pense obscènes et se félicite qu’il n’ait traduit « croupe » que par Hüften et se « rouler sur de jolies femmes » que par hübsche Weiber besitzen, comme s’il était impossible d’entendre là une expression bien plus crue qu’en français !

15Si cette réaction, comme celles notamment de Rehberg ou de Adam Mûller lors de la publication, dit quelque chose en effet du rapport des hommes du xixesiècle et du début du xxeavec la littérature française du xviiie, elle ne parvient à rien désigner d’un obstacle ou d’une répugnance que Goethe aurait eu à surmonter.

  • 10  Lettre de Goethe à Brière du 13 octobre 1823.
  • 11  Lettre de Goethe à Eichstadt, 1804 : « Hélas pourquoi n’a-t-on pas écrit ce que Schiller disait de (...)
  • 12  Lettre de Wilhelm von Humboldt à Goethe du 18 octobre 1823.

16Lui-même a toujours déclaré s’être adonné avec Neigung et même Lei-denschaft à ce travail10 et il se flattait des encouragements de Schiller dans cette entreprise11. Goethe certes s’intéressait à ce monde français du xviiiesiècle et Humboldt, même si sa remarque est presque trop attendue, touche juste en voyant dans le Neveu de Rameau « des considérations intéressantes sur les différences nationales »12.

  • 13 Die Würdigung der Goetheschen Überseztung, op. cit., p. 125.
  • 14 Ibid. 233

17On peut comme l’a fait Schloesser, soumettre la traduction de Goethe à expertise, noter qu’il sait traduire en transformant avec pertinence. D est un traducteur technicien en rendant « quel parti prendre ? » par Was soll man ? ; en évitant les participes présents en allemand, rendant « en naissant » par bei seiner Geburt, rompant les suites de complétives par des und, se servant de la ponctuation : « l’abbé qui est un bon diable » ; Der Abbé, ein guter Teufel Certainement il aurait mieux valu traduire : « il m’aborde » par er spricht mir an plutôt que par er tritt zu mir, encore que la vivacité du neveu de Rameau puisse permettre l’expression. Plus généralement, on remarque que l’étude de Schloesser, qui se veut un éloge13 doit prendre le ton de l’éreintement. L’expert a des doutes sur la connaissance du français par Goethe : « Dans la maîtrise écrite du français il est demeuré incertain, et bien qu’il se soit occupé de littérature française des années durant et avec bonheur, il n’a jamais atteint l’assurance indispensable dans la compréhension détaillé, que l’on exige du traducteur d’une œuvre difficile... Goethe n’est pas tout à fait à la hauteur de sa tâche. »14

18On conçoit sans peine qu’il puisse exister des germanophones meilleurs francisants que Goethe et l’on peut comprendre les raisons qui conduisent Schloesser au début du xxesiècle à publier ses remarques avisées sur les défaillances de l’allemand de Goethe face au français de Diderot. Mais on ne saurait considérer tous les écarts de Goethe comme des erreurs et des incompétences ; ou plutôt : on peut considérer les erreurs comme des écarts significatifs. Même en se plaçant sur le registre de la compétence traductologique on peut proposer une autre Würdigung de Goethe. Lorsqu’il rend « le sublime des Petites Maisons » par Tollhausererhabenheit, cet écart qui ne nomme pas expressément les asiles de Charenton, qui donc manque une référence historique bien fameuse, a une puissance expressive pour ainsi dire supérieure à l’original. Il est curieux du reste que Schloesser, en raison même sans doute de sa francophilie, ait tout de même peine à admettre que Goethe s’éloigne de la morphologie du français ; comme si se produisait de la sorte une distance infranchissable avec l’original. C’est cet excès de zèle sans doute qui suscite chez lui des corrections malheureuses. Ainsi Diderot parlait des « caractères du vice », mauvais français selon le savoir de Schloesser, qui propose : die Merkmale des Lasters ; on avait chez Diderot et Goethe une typologie sociale, on a chez Schloesser une sympto-matologie médicale !

19Il n’y a pas lieu d’accabler Schloesser : il fournit des clés nombreuses à une compréhension supérieure de Diderot. Ainsi pour sa leçon s’étendant sur plusieurs paragraphes et traitant de la phrase : « Savez-vous qu’il serait peut être plus aisé de trouver un enfant propre à gouverner un royaume, à faire un grand roi qu’un grand violon », elle montre bien qu’en dernière analyse il faut comprendre qu’il est plus difficile de trouver une enfant roi que de trouver un grand violoniste, et non pas qu’on trouve plus facilement un enfant roi qu’un enfant devenant grand violoniste, comme Goethe l’a lu et probablement nombre des lecteurs francophones.

  • 15  Voir Ulrich Ricken, Die französische Rücküberstezung des Neveu de Rameau nach der 234 deutschen Üb (...)

20Goethe n’est pas tout à fait un traducteur. Il n’a pas peut-être le talent de fidélité par exemple de Schopenhauer traduisant Gracian et Rameaus Neffe est un peu autre chose que le Neveu de Rameau, dans un « décalage » dont ni l’acribie érudite ni la spéculation réflexive ne peuvent prendre toute la mesure. On regrette que Schloesser n’ait pas produit une retraduction en allemand et l’on déplore par ailleurs que la retraduction si maladroitement fabriquée par les jeunes sieurs Saur et de Saint-Geniès en 1822 soit réellement sans compétence15, même si là encore les erreurs et les ridicules méritent l’attention. Que frisch une eine Weide chez Goethe traduise le français « frais comme l’osier » et devienne « uni comme gazon » est intéressant. Ihr habt an mir immer einigen Anteil genommen devenant : « J’ai toujours pris quelque intérêt à moi-même » est plus qu’intéressant, qu’une théologie en quenouille appelée par Goethe Rocktheologie devienne théologie de Roch mérite attention. Indéniablement les contresens ont un sens herméneutique et historique qui dépasse de beaucoup la réduction à une norme anhistorique et technique de traductologie. Entre le jugement du correcteur et la logique de l’erreur, il y a des mondes.

21Mais la limite est tenue, voire inassignable, entre ce qui relève d’une philologie de la traduction et de l’herméneutique du rapport entre Goethe et Diderot. Rendre « tout ce que je sais » par so ganz wie ich bin, c’est une erreur, une inattention ou une mésinterprétation. Mais le propre du neveu de Rameau est que chez lui l’existence l’emporte sur toutes autres déterminations comme en un autre texte fameux de Diderot : la fonction du neveu, ici semblable à celle de Jacques le fataliste, est d’exister, quand même l’existence du neveu de Rameau a la pantomime pour modalité. Cette erreur de Goethe est une interprétation, très compréhensible et parfaitement cohérente par une autre logique que celle de la logique traductologique. Dire que les croque-notes sont des Lumpenhunde et non des Noten-kratzer ;c’est en réalité anticiper les développements du texte, où l’on voit que les Notenkratzer sont vraiment des Lumpenhunde. Être trop souple dans les traductions diverses de faquin, bougre, maroufle, coquin, lâche, scélérat ;filou, friponneau, c’est non pas ignorer des lexiques spécialisés pour d’improbables particularités et distinctions que maîtriserait le xviiiesiècle, c’est peut-être tout simplement redistribuer des positions sociales et morales vraiment très interchangeables dans le texte de Diderot, autant que nous pouvons le lire aujourd’hui, même avec tout un appareil d’ouvrages savants. Que Goethe parle de Fähigkeit pour rendre « avec de telles ressources, pourquoi n’avez-vous pas fait un bel ouvrage » est moins exact que Hilfsmittel ; mais c’est cependant plus juste. A lire et à relire le commentaire de Schloesser on est enclin à donner souvent raison à Goethe contre son correcteur.

22Il n’est que de considérer le célèbre premier paragraphe :
Allemand : « Es mag schon oder häβlich Wetter sein, meine Gewohnheit bleibt auf jeden Fall uni fünf Uhr abends im Palais-Royal spazierenzugehen. »
Français : « Qu’il fasse beau ou qu’il fasse laid c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. »

23On note qu’un temps mauvais n’est point détestable. C’est le philosophe qui s’exprime, Diderot ; l’auteur mettant en scène, au titre de « moi », le narrateur Diderot philosophe. S’il a inévitablement quelques traits du stoïcien qui sait pour le moins se situer au-delà des contingences météorologiques, l’humour du texte voudra pourtant que, moins de dix lignes après, on lise : « Si le temps est trop froid, ou trop pluvieux, je me réfugie au café de la régence. » Traduisant un temps mauvais par un temps détestable, häβlich, Goethe évite éventuellement la platitude de schon oder schlecht ; mais avant tout il anticipe l’humour qui ne se révèle que par la suite dans l’original français.

24« C’est mon habitude d’aller » est en allemand assorti de nombreux marqueurs de redondances : mag, oder, bleibt, auf jeden Fall. Dès cette première phrase, distance est prise à la lettre du texte français ou plus exactement à sa linéarité discursive. Mais ce n’est nullement dire que la redondance soit un recours constant chez Goethe. Ainsi pour la fin du texte, elle aussi très fameuse.
« Adieu monsieur le philosophe, n’est-il pas vrai que je suis toujours le même ?
« Hélas oui malheureusement.
« Que j’aie ce malheur-là seulement encore une quarantaine d’années. Rira bien qui rira le dernier. »

25Goethe traduit : Lebt wohl. Ist nicht wahr Herr Philosoph (Herr Philosoph traduit toujours « monsieur le philosophe » même pour l’extrême « monseigneur le philosophe » que Goethe ne rend pas – sans que l’on voit guère pourquoi, sauf à penser que pour un philosophe à la Diderot monseigneur et philosophe forment un oxymore qu’il est impossible et imprudent de rendre), Ich bin immer derselbe.
Ja wohl unglüklicherweise
(bien sûr d’une objectivité factuelle qui convient beaucoup mieux qu’un jugement comme leider).
Laβ mich das Unglück noch vierzig Jahre genieβen.

26En français donc « Que j’aie ce malheur-là seulement encore une quarantaine d’années » : soit 8 mots et 17 syllabes, avec la tournure peu atticiste « seulement encore ». En allemand 8 mots et 10 syllabes. Une formule plus ciselée, donc.

  • 16  cf. notamment les articles de marian hobson, « pantomime, spasme et la parataxe : le neveu de rame (...)

27Ainsi le traducteur Goethe n’épouse pas le style diderotien, lors même qu’il paraît très sensible au rythme — celui de la musique évoquée ou celui des pantomimes du neveu –, qui fait l’objet du dialogue, mais aussi son déroulement — celui-là même qui donna tant de souci à Diderot et qui place cette « satire » hors du genre littéraire convenu du « dialogue »16. Assurément il n’a pas cette « ancillarité » attendue du traducteur ; et l’on ne s’en étonne guère.

28Par exemple, là où une lecture rapide du seul texte français voit une opposition claire, éventuellement dialectique, entre « moi » le philosophe, et « lui » « le neveu de Rameau », le détail de la traduction offre très exactement une mise en relief des proximités, des tangentes entre le philosophe et l’extravagant et ce qui, dans les phases du dialogue passe des attributions d’un protagoniste à l’autre, un débordement, un bougé que la lecture immédiate du texte français ne voit guère, sauf dans le passage célèbre où le neveu de Rameau rappelle au philosophe que lui aussi n’a pas toujours été « cossu comme aujourd’hui » et « donnait des leçons de mathématiques sans en savoir un mot ».

29Puis, dans la suite du premier paragraphe.
En allemand : « Mich sieht mon immer allein, nachdenklich auf der Bank d’Argenson. Ich unterhalte mich mit mir selbst von Politik, von Liebe, von Geschmack oder Philosophie und überlasse meinen Geist seiner ganzen Leichtfertigkeit. »
En français : « Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie. J’abandonne mon esprit à tout son libertinage. »

30D’une phrase à l’autre il n’y a pas saut, ni progression, mais bien explicitation définitionnelle. Le libertinage c’est : politique, amour, goût et philosophie. Dès lors le traduire par Leichtfertigkeit est bien un peu léger, mais un terme à partir des Libertiner dont parle Schiller serait sans doute trop technique. Et pourtant la traduction indique une position interprétative renvoyant à une équivoque dans l’état d’une langue et d’une philosophie qui probablement ne les comporte pas ; et cependant comme le plus souvent dans cette traduction c’est la suite, et non l’occurrence première, qui donne raison au parti pris par Goethe. Ici puisque finalement ce libertinage, la Leichtfertigkeit, est en effet expressément léger, doté d’idées « folles ou sages », weise oder toericht, et puisque les libertins, non point philosophes mais mondains, ces « jeunes dissolus », sont rendus par les Liederlichen, pour lesquels les dictionnaires allemand-français de l’époque donnent l’équivalent libertins, on voit que c’est a parte post que Goethe traduit et non pas suivant la linéarité des premières échéances des termes.

31Ensuite il est parlé d’une courtisane dont une autre traduction que Kurtisane peut-être décrirait mieux le métier. C’est un unverschämtes Wesen, en français « à l’air éventé ». A le vérifier, il semble bien que cet éventé-là désigne moins l’exposition des charmes aux quatre vents que l’outrage du temps, rendant éventé, comme on le dit d’un vin mauvais. Ici, une fois encore, la traduction goethéenne a pour effet, certes pas délibéré, de mettre en retour en relief la langue de Diderot. Reste que ce thème de charmes féminins « éventées » ou caduques parcourt tout le texte diderotien avec une constance remarquable. Ainsi lorsqu’il s’agit de l’actrice Mlle Hus, appelée guenon par le neveu de Rameau – et guenon nomme à l’époque à la fois une femme laide et de mauvaise vie, s’il est vrai que ceci expliquerait cela – Goethe qui sait très bien les distinctions entre Dime, Kurtisane, Hure, etc. traduit, d’un terme auquel il sait ailleurs donner tout un sens, par Meerkatze...

32En aucune façon la traduction ne sent l’étude poussée ; elle ne sent pas la chandelle, comme on eut dit à l’époque pour dénoncer l’exhibition des efforts du pédant. Reste que la traduction n’a pas lieu au fil de la plume, ou plutôt de la lecture ; bien d’autres exemples que ceux qui viennent d’être examinés montreraient que c’est, non pas tant peut-être une vision d’ensemble qui présupposerait une sorte d’herméneutique globale de la traduction goethéene, mais que ce sont des décisions de traduction a parte post ; le choix d’un terme, de prime abord déconcertant, voire incorrect ou faible, s’expliquant tout à fait par la suite, ce qui explique et justifie la manière de traduire.

33Goethe traduit a parte post, mais c’est justement lorsqu’il s’agit de ce type de temporalité dans le texte français que la traduction se trouble. Ainsi, dans le passage pathétique où le neveu de Rameau s’interroge sur sa destinée (« quatre mendiants se disputant le lopin », c’est-à-dire pour le mieux comprendre grâce à Goethe : un Stückchen Brot) se trouve dans une telle détresse – in einem solchen Zustand — qu’il envisage qu’être meunier vaut mieux que de prétendre à l’art : « Rameau au moulin, au moulin c’est là ta place » – Zur Mühle, zur Mühk ; dort gehörst du hin. Le philosophe répond alors : « A quoi que ce soit que l’homme s’applique, la nature l’y destinait. » Et Rameau répondra que cette nature fait d’étranges bévues — sie vergreift sich oft. Si l’on délaisse le fatalisme grossier que la vulgate attribue péremptoirement à Diderot sur la seule foi du titre de Jacques le fataliste, d’où l’on ne retient qu’il n’est que de comprendre que, selon la fameuse formule, tout était inscrit dans le grand rouleau, la formule du neveu de Rameau diderotienne, avec ce qui la précède dans ce projet de devenir meunier, et d’y composer les chants les plus beaux, fait se demander si la nature n’a pas une étonnante faculté d’adaptation à se destiner selon tout ce que l’individu réalise. En somme une destinée qui se trace dans une nature, qui donne sens à cette inscription, la destine, et non pas du tout une fatalité dès toujours prévue et inconnue. Goethe auparavant n’a pas traduit détresse ; il n’a pas non plus rendu la chute, sinon formidable, du moins catastrophique « de cascade en cascade », il donne seulement von Stufe zu Stufe ce qui est une sous-traduction dédramatisante. Goethe rend ainsi ce destin : Die Natur bestimmte jeden dazu, wozu er sich Mühe geben mag, c’est-à-dire, si l’on veut marquer la distance au texte français original : « La nature destinait chacun à cela même à quoi il se dévoue ; quoi que cela soit. » Tant se joue là de son rapport à Diderot et par là aussi à Spinoza. Chez Diderot une nature naturante, que refuse Rameau et à quoi il oppose la détresse des « positions », celles des danseurs ; attitudes (« Allez, demandez à Noverre. Le monde en offre bien plus que son art n’en peut imiter »), allures, adages, tendus en dehors et entrechats qui déterminent le jeu social ; chez Goethe, dans cette formule, une nature naturée et l’on voit bien là l’abîme empirique et insondé dans lequel s’engouffrera la dialectique hégélienne, disant en somme à la fois que Rameau ne peut être autre qu’il n’est, perdurant dans son identité, derselbe, sans mœurs, qu’il n’est nullement prisonnier d’une nature, mais seulement de positions.

34Dans ce même rapport au futur antérieur, Voltaire intervient. Ses stratagèmes sont connus de Rameau : « Le bruit court que Voltaire est mort. Tant mieux ? Et pourquoi tant mieux ? C’est qu’il va nous donner quelque bonne folie. C’est son usage de mourir une quinzaine auparavant. »

  • 17  Voir l’ouvrage classique de Heinz Engel, Goethe in seinem Verhältnis zur französischen Sprache, 19 (...)
  • 18  Cf. Norbert Elias, Die Sammlung, nos 2-5, 1935.

35Goethe écrit : Dos ist so seine Art, vierzehn Toge, ehe er stribt... Selon Schloesser, Goethe ne maîtrise pas assez les subtilités françaises du « y », du « en », du « que » – ce dont on peut par ailleurs douter et pour cette phrase et plus généralement, car le français de Goethe comme celui des Allemands cultivés des générations qui l’on précédé semble à l’aise dans l’usage des complétives17. Schloesser propose pour sa part l’exacte et habile traduction : Voltaire hat sich todsagen lassen. Chez Diderot, Voltaire se dit mort avant l’œuvre magnifiquement posthume. Chez Goethe, c’est un chant du cygne. Son œuvre vaudra parce qu’il aura déjà été mort, parce que posthume, ou bien son œuvre vaut parce qu’il faut l’apprécier voire maintenant en applaudir l’auteur, car c’est la dernière. Sont là en jeu tout à la fois des stratégies de marché et d’autorité toutes différentes et un rapport au temps tout différent. On regrette que, dans son étude sur les stratégies sociales comparées de Voltaire et de Goethe, Norbert Elias n’ait pas remarqué ce passage18.

36Rameau est un personnage composite, un mélange, une hybridation, il est lui-même la « pagode hétéroclite » que le texte rapporte, toutes expressions pour quoi Goethe a recours à toutes les possibilités de composer des Zusammen-setzungen-hänge, etc. L’oncle de Jean-François Rameau, Jean-Philippe, compose dans les règles strictes d’une harmonie qui fait strictement tenir ensemble ce qu’il produit, alors que le neveu de Rameau, selon

37Diderot, dénonce, et dans la société et en lui-même, ce qui fait que cet ensemble ne tient pas, ou ne tient relativement, précairement et dangereusement, que dans ses discordances. On peut dire, d’une certaine manière qu’il serait long de déterminer, que la traduction goethéenne déconstruit ce que le texte diderotien paraît de prime abord offrir de stricte construction. A tout le moins la traduction goethéenne fait-elle travailler le texte de Diderot dans tout ce qui touche le composite, l’hétéroclite, le Zusammenhang et la Zusammenhang-losigkeit.

38Goethe traduisant part de la lecture d’un ensemble déjà fait, ou peut-être deux selon Ernst Gamillscheg. Il traduit une œuvre qu’il connaît comme personne et sans doute avec la conscience de la connaître comme aucun autre et avant tout autre. Sa pratique de la dictée, peut-être aussi la belle lenteur qu’on prête à sa manière d’être, font que ce qui s’écrit a lieu au regard non seulement du terme et de la phrase qui est sous ses yeux, mais de la suite anticipée ; ce qui explique les écarts, en tout cas les meilleurs, aux normes d’une traduction qui serait plus soucieuse s’exactitude.

39Il n’est pas sûr que cette suite qui précède la séquence à traduire soit un tout. Le destin de ce texte dans l’histoire de la production diderotienne et plus encore dans sa réception font que cette œuvre se voit refusée l’unité de composition qu’on peut accorder à un chef-d’œuvre. A suivre la traduction goethéenne il apparaît qu’elle est toujours anticipatrice ; non pas le tout exigé par une herméneutique classique, mais le sens, a parte post qui se dépose dans la traduction selon des séquences qui le plus souvent incluraient au moins une paire de dialogue, ou deux paragraphes. On peut lire peut-être Le Neveu de Rameau sinon depuis la fin jusqu’au début pour le comprendre, mais du moins à rebours, passage par passage, et c’est, semble-t-il, ce que fait la traduction goethéenne.

Haut de page

Notes

1  Sur le titre de Satire pour le Neveu de Rameau, voir « Rira bien qui rira le dernier » de Syl-viane Albertan-Coppola dans Autour du « Neveu de Rameau » de Diderot, études réunies par Anne-Marie Chouillet, Paris, Champion, 1991.

2  Ernst Gamillscheg, Diderots Neveu de Rameau und die Goethesche Übersetzung der Satire, Wiesba-den, Steiner, 1953.

3 Goethe Rameaus Neffe, ein Dialog von Denis Diderot übersetzt von Goethe, zweisprachige Ausgabe, édité par Günther Horst, Francfort am Main, Insel Taschenbuch, 1996.

4 Rudolf Schloesser, « Rameaus Neffe » : Studien und Untersuchungen zur Einfrührung in Goethes Ubersetzung des Didererotschen Dialogs, reprint, Genève, Sladtkine, 1971.

5  Voir Goethe dans les notes explicatives à l’article « Rameaus Neffe », édition G. Horst, op. cit., p. 272 sq.

6  Voir sur ce point Roger Lewinter, Diderot ou les mots de l’absence, Paris, Champ libre, 1976, p. 169-184.

7  André Magnan, Rameau le neveu, Saint-Étienne, CNRS, Littérature, 1993.

8  Voir notamment Otis Fellow, The Them of Genius in Diderot’s Neveu de Rameau, Diderot Studies, II, 1952 et José Michel Moureaux, Le rôle du fou dans le neveu de Rameau, Le siècle de Voltaire. Hommage à René Pomeau, Oxford, 1987.

9  Schloesser, op. cit., p. 320. 232

10  Lettre de Goethe à Brière du 13 octobre 1823.

11  Lettre de Goethe à Eichstadt, 1804 : « Hélas pourquoi n’a-t-on pas écrit ce que Schiller disait de l’œuvre et de mon travail ! »

12  Lettre de Wilhelm von Humboldt à Goethe du 18 octobre 1823.

13 Die Würdigung der Goetheschen Überseztung, op. cit., p. 125.

14 Ibid. 233

15  Voir Ulrich Ricken, Die französische Rücküberstezung des Neveu de Rameau nach der 234 deutschen Übersetzung von Goethe, Beiträge zur romanischen Phiblogie, t. 15, 1976.

16  cf. notamment les articles de marian hobson, « pantomime, spasme et la parataxe : le neveu de rameau » et jean starorbinski, « sur l’emploi du chiasme dans le neveu de rameau » dans revue de metaphysique et de morale, n° 89, 1984.

17  Voir l’ouvrage classique de Heinz Engel, Goethe in seinem Verhältnis zur französischen Sprache, 1937.

18  Cf. Norbert Elias, Die Sammlung, nos 2-5, 1935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pénisson, « Goethe traducteur du « Neveu de Rameau » », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 229-239.

Référence électronique

Pierre Pénisson, « Goethe traducteur du « Neveu de Rameau » », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/756 ; DOI : 10.4000/rgi.756

Haut de page

Auteur

Pierre Pénisson

Maître de conférences à l’Université de Paris VIII, Département d’études germaniques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org