Navigation – Plan du site

« Et comment tout cela sera-t-il conservé à Paris ! » Les réactions allemandes aux saisies d’œuvres d’art et de science opérées par la France autour de 1800

Bénédicte Savoy
p. 107-130

Résumés

Les saisies d’objets d’art et de science opérées successivement par la France en Europe, entre 1794 et 1811, ont suscité d’importantes réactions dans les milieux éclairés allemands. Pratiquées dès l’automne 1794 dans les régions rhénanes, ces spoliations n’ont toutefois ému l’opinion publique que lorsqu’elles se sont portées sur le patrimoine italien, occasionnant dans la presse une virulente campagne antifrançaise. La dépouille de Rome fut ressentie en Allemagne comme un crime contre l’humanité entière. Progressivement toutefois, l’aménagement muséographique et la libéralité des établissements parisiens apaisèrent le débat. La présence et les activités prédatrices de Vivant Denon en Allemagne du Nord (1806-1807) ne suscitèrent aucune hostilité marquée, et c’est seulement après les guerres de libération, en 1814 et surtout en 1815, que l’opinion publique allemande, menée par une presse patriotique vivement gallophage, se mobilisa largement pour la restitution d’œuvres qui cristallisaient désormais de forts sentiments identitaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lettre de Zelter à Goethe, Berlin, 30 avril 1807, Der Briefwechsel zwischen Goethe und Zelter, pré (...)
  • 2  A propos des saisies opérées par la France en Allemagne, voir les ouvrages généraux de Charles Sau (...)
  • 3 Hermann Knaus, Rheinische Handschriften in Berlin. Der Fonds Maugérard, Archiv für Geschichte des B (...)

1« 1er mai. J’ai eu sous les yeux la liste des œuvres que Monsieur Denon a choisies chez nous et qu’il destine au Musée de Paris. La seule chose qui console, à pareille vue, est de savoir que ce qui est bon appartient au monde entier, peu importe le heu, et que nous n’étions pas dignes de telles richesses », écrit le compositeur berlinois Zelter à Goethe au printemps 18071. A cette époque, l’Allemagne vient d’éprouver le ponctionne-ment des collections d’art conservées jusqu’alors à Berlin, Potsdam, Brunswick, Cassel, Schwerin et à la bibliothèque de Wolfenbüttel. C’est la quatrième vague de saisies organisée ainsi par le gouvernement français sur le territoire allemand : elle succède à la campagne de 1794-1796 dans les villes rhénanes, à la mission de François-Marie Neveu en Allemagne méridionale (1800-1801) et aux enlèvements massifs de manuscrits et d’incunables pratiqués par l’ancien moine bénédictin Jean-Baptiste Maugérard dans les départements annexés de la rive gauche du Rhin (1802-1803)2. Pourtant, malgré leur envergure, ces démantèlements n’embrasent pas l’opinion publique allemande : si la presse se mobilise à la suite des saisies opérées sur ordre du Directoire en Italie, elle fait preuve en revanche d’une étonnante flexibilité à l’égard des « enlèvements » infligés par la France aux territoires allemands. Dans ce contexte, la formule de Zelter à Goethe où confluent idéaux universels et sentiment d’infériorité à l’égard du prédateur fait figure de paradigme, mixte d’autoflagellation et de résignation éclairée d’autant plus surprenant qu’il est en discordance avec les précautions oratoires qui, aujourd’hui encore, entourent en France comme en Allemagne le discours scientifique sur les saisies. En deux siècles en effet, au rythme des conflits militaires et des durcissements idéologiques franco-allemands, ce motif a cristallisé progressivement dans l’ordre du discours les animosités qu’il n’avait pas suscitées, entre 1794 et 1807, dans l’ordre de la réalité historique. C’est ainsi par exemple que, au milieu des années 1970, le conservateur en chef du département des manuscrits de la Staatsbibliothek à Berlin se sent encore tenu de préciser, lorsqu’il suggère l’établissement « par un collègue français » de la liste des ouvrages conservés actuellement à Paris et provenant des saisies opérées en Allemagne autour de 1800 : « Il s’agit ici d’une aspiration purement scientifique, tout ressentiment national doit rester à l’écart. »3

  • 4  Sur l’élaboration du discours justifiant les saisies, voir Édouard Pommier, L’art de la liberté, D (...)
  • 5  Rapport Leblond, Archives nationales F 17 A 1276 dossier n° 5.
  • 6  Requête des magistrats de la ville de Cologne au Comité de Salut public, 16 avril 1795, Archives h (...)

2Telles qu’elles s’engagent en juin 1794 au lendemain de la victoire de Fleurus (26 juin 1794), les saisies françaises d’œuvres « d’art et de science » opérées en Belgique et dans les régions rhénanes ne suscitent pas dans les milieux éclairés allemands de réaction spécifique : le montage justificatif élaboré en France depuis l’an II — les œuvres d’art, fruit du génie de la liberté, doivent séjourner au pays de la liberté (« théorie du rapatriement »)4 — ne semble pas être encore diffusé en Allemagne et l’attitude souvent désinvolte des commissaires français coïncide mal, sur le terrain, avec la glorieuse rhétorique parisienne. Confronté à l’automne 1795 aux résistances d’un « municipal » de Coblence, le commissaire français Leblond, bibliothécaire, note ainsi dans un rapport : « Le grand argument du municipal consistait à dire qu’il y avait beaucoup de livres médiocres et mauvais dans ces caisses et qu’il n’estimait pas le tout dix mille livres. Je lui ai répondu que si son estimation était exacte, ce serait une petite perte pour Coblentz, que si au contraire elle devait s’élever à la somme de dix millions, ce serait un très faible dédommagement pour la France ; et sans autre examen les quarante-six autres caisses sont demeurées au pouvoir de la république. »5 Mise en présence d’un phénomène absolument nouveau mais que rien ne distingue encore clairement, en pratique, de banales prises de guerre, l’opinion publique des villes allemandes conquises, lorsqu’elle s’exprime, le fait en termes de droit et de mœurs militaires. En témoigne l’extrait d’une requête adressée par la municipalité de Cologne au Comité de Salut public en avril 1795 : « Ce n’est pas chez aucun de nos voisins que vous pouviez trouver 107 pièces de canons d’airain, obus ou mortiers, et nos livres et nos estampes et ce tableau chef-d’œuvre de Rubens aussitôt enlevés, et ces caisses de numéraire échangées en assignats et les propriétés mêmes de la veuve et de l’orphelin remplacées par la monnaie républicaine et toutes ces fournitures gratuites de vêtements, d’habits, de besoins de tout genre et tant de réquisitions livrées avec tant de soins, de peines, de fraix, de profusion. »6 Enjeu privilégié et pivot de la doctrine française, les « objets de science et d’art » ne font ainsi qu’allonger au yeux des magistrats de Cologne la liste pléthorique des contributions militaires imposées au vaincu.

  • 7  Sur les saisies opérées par le Directoire en Italie, voir par ex. Marie-Louise Blumer, « La commis (...)
  • 8  Édouard Pommier, La fête de Thermidor an VI, catalogue de l’exposition Fêtes et Révolution, musée (...)

3Pratiquée en vertu d’un dogme nouveau-né, la première vague de saisies officielles menée par la France dans les régions rhénanes est donc appréhendée dans une logique militaire. C’est en fait seulement à partir de l’été 1796, à la faveur des conquêtes artistiques opérées par le Directoire en Italie, que la presse et les milieux éclairés d’Allemagne s’approprient la terminologie révolutionnaire et les problématiques liées à l’entreprise7. D’abord attachée à rendre compte des réticences publiques suscitées en France par le transfert des œuvres italiennes à Paris, la presse allemande élabore à partir de l’automne 1796 un discours autonome. Ses formes ont été soigneusement étudiées par Edouard Pommier8. Il ne s’agit donc pas de paraphraser ici ses conclusions, résultat de sondages précis, mais d’en conforter le sens et d’introduire une certaine périodisation à la lumière de quelques documents complémentaires.

  • 9  Lettre de Carl Ludwig Fernow à Johann Pohrt, Rome, 19 mai 1796. Carl Ludwig Fernow, Römische Brief (...)
  • 10  Europäische Annalen, juin 1796 (I), p. 261 ; novembre 1796 (II), p. 236-240.
  • 11  Minerva, XIII, 1796 (p. 77-86) ; Journal des Luxus und der Moden, septembre 1796 (p. 463-471) ; De (...)
  • 12  Leipziger GemeinnützigerZeitungsmann, 9 juillet 1796.

4Les milieux éclairés d’Allemagne sont informés presque en temps réel des saisies infligées par la France à l’Italie septentrionale. Le 8 mai 1796, le duc de Parme s’engage à livrer vingt tableaux au vainqueur. Le 17 mai, des conditions semblables sont imposées au duc de Modène. Dès le 19 mai 1796, le critique d’art Carl Ludwig Fernow écrit de Rome à son ami Johann Pohrt (Hambourg) : « Une rumeur circule ici selon laquelle les Français ont récemment fait emballer le beau Corrège de Parme, ainsi que d’autres tableaux, et qu’ils les ont déjà expédiés à Paris. Mais je ne suis pas complètement sûr que c’est vrai. »9 Le mois suivant, Schiller et Goethe sont alertés par leurs correspondants respectifs. Une liste d’œuvres saisies en Lombardie est publiée dès le mois de juin dans les Europäische Annahm de Posselt (Stuttgart) qui diffuse en novembre l’inventaire des pièces choisies dans les collections pontificales10. Entre le mois d’août 1796 et le mois d’avril 1798, des listes semblables, commentées ou non, paraissent dans les mensuels extrêmement diffusés que sont Minerva, le Journal des Luxus und der Moden, le Neuer Teutscher Merkur, les Neueste Staatsanzeigen et le Politisches Journal11Plusieurs quotidiens, tel notamment le Leipziger Gemeinnütziger Zeitungsmann du 9 juillet 1796, suivent le mouvement12.

  • 13  La traduction presque intégrale des lettres de Quatremère de Quincy paraît dans Minervaen octobre (...)
  • 14  Der Neue Teutsche Merkur, 1796 (novembre), 1797 (janvier, mai, juillet, août, septembre, novembre) (...)
  • 15  Der neue Teutsche Merkur, février 1798, p. 129-200.

5A partir de l’été 1796, ces informations brutes suscitent des commentaires multiples. La revue Minerva, spécialisée dans la traduction de textes français, suit fidèlement la polémique éclose à Paris autour de la parution des Lettres à Miranda de Quatremère de Quincy, hostile à la migration imposée aux œuvres d’Italie. Le texte de son ouvrage, celui des pétitions, contre-pétitions et articles polémiques qui accompagnent en France les saisies ordonnées par le Directoire, paraissent dans Minerva à l’automne 179613. Dès septembre toutefois, l’hostilité de la presse allemande dépasse l’horizon des seules réactions françaises pour trouver une expression singulière et virulente. Entre septembre 1796 et février 1798, le Neuer Teutscher Merkur et le Journal des Luxus und der Moden consacrent à la question une dizaine d’articles aux vues radicales et à la terminologie musclée14. Il y est question de pillages artistiques (« Kunsplünderungen »), d’opérations de vidage ou d’évacuation (« Ausleerungsgeschäft »). Remarquablement homogènes dans la forme et le contenu, ces critiques s’articulent autour de quelques points dominés par des réflexions d’ordre muséographique et culturel : importance du contexte géographique pour la perception des œuvres d’art ; scandale que représente le démantèlement artistique de Rome, foyer d’un patrimoine commun à l’Humanité ; condamnation corrosive des choix effectués par les commissaires français, preuve du mauvais goût national ; mise en cause réitérée de leurs compétences en matière de conservation ; inquiétude appuyée, enfin, quant à l’avenir muséologique des œuvres transplantées à Paris. L’hostilité culmine en février 1798 dans un brillant article du Neuer Teutscher Merkur intitulé « Et comment tout cela sera- t-il conservé à Paris ? » où Karl August Böttiger, en dix-sept pages incisives et soigneusement documentées, critique avec insistance les négligences des conservateurs français15.

  • 16  Sur Karl August Böttiger (1760-1835), et notamment sur ses activités de journaliste et sur ses rap (...)
  • 17  Les articles de Böttiger relatifs aux saisies sont publiés en septembre (p. 465-470) et novembre 1 (...)
  • 18  Les correspondances de Fernow relatives aux saisies sont publiées dans les livraisons suivantes du (...)
  • 19  Neuer Teutscher Merkur, janvier et février 1795. K. A. Böttiger, Zustaud der Künste und Wissenscha (...)
  • 20  Neuer Teutscher Merkur, juillet 1798, p. 258-262.

6Le nom de Böttiger explique la cohérence stylistique, la précision factuelle et la rigueur argumentative des réactions publiées par la presse allemande jusqu’en février 179816. Le Neuer Teutscher Merkur et le Journal des Luxus und der Moden dominent en effet le débat. Or, à cette époque, ils sont tous deux dirigés par Böttiger, qui signe les articles les plus importants sur la question17. A Rome, son interlocuteur privilégié est Fernow, qui lui fournit listes et commentaires18. A partir de 1797, Böttiger collabore en outre au Magazine encyclopédique de Millin et dispose ainsi d’une source d’information parisienne fiable. Une certaine forme de calcul se mêle sans doute à l’intérêt qu’il porte à l’affaire des saisies : en 1795, il avait consacré deux longs articles au vandalisme révolutionnaire (réunis en un volume intitulé Etat des arts et des sciences en France sous le gouvernement de Robespierre, paru à Berlin)19 et postulé sans succès aux fonctions d’inspecteur de la galerie des antiquités de Dresde. On conçoit qu’il ait éprouvé quelques mois plus tard un intérêt stratégique et professionnel direct à utiliser le support offert par les événements d’Italie pour exposer publiquement ses vues en matière de « bonne muséographie ». Lorsque, à partir de février 1798, Böttiger n’intervient plus explicitement dans le débat — il signe un dernier article en juillet pour annoncer que le caractère contradictoire des informations relatives aux saisies l’incite à la prudence20 — le spectre des réactions publiées par la presse allemande se diversifie nettement.

  • 21  Neueste Weltkunde(ou Allgemeine Zeitung), n° 3, 3 janvier 1798, p. 12.
  • 22  London und Paris, mai 1798, p. 49-77.
  • 23  London und Paris, juillet 1798, p. 244-273.
  • 24  Wilhelm von Humboldt, Journaux parisiens, p. 554-555. C’est E. Beyer qui m’a signalé ce passage, j (...)
  • 25  Journal des Luxus und der Moden, août 1798, p. 467-469.
  • 26  Neuer Teutscher Merkur, octobre 1798, p. 183-187.
  • 27  Neuer Teutscher Merkur, novembre 1798, p. 279-289.
  • 28  Völkel, Über die Wegführung der Kunstmerke aus den eroberten Ländern nach Rom, Leipzig, 1798.
  • 29  Sickler, Geschichte der Wegnahme und Abführung vorzüglicher Kunstwerke aus den eroberten Ländern i (...)

7Dès janvier 1798, la Neueste Weltkunde de Cotta, quotidien tout récemment créé, annonce : « C’est volontiers que les Italiens ont sacrifié leurs chefs-d’œuvre pour faire un premier pas dans le sanctuaire de la liberté. »21A partir du mois de mai, le nouveau mensuel de Böttiger, London und Paris, informe régulièrement le public allemand des aménagements entrepris au Louvre, des mesures de nettoyage et de restauration dont bénéficient les œuvres arrivées d’Italie, de leur exposition provisoire dans les salles du Muséum22. Le correspondant parisien de la revue est le secrétaire particulier de Millin, Théophile Frédéric Winckler. Ses articles sont descriptifs, parfois enthousiastes. En juillet, il consacre un article élogieux de vingt-huit pages, partitions musicales à l’appui, aux festivités ostentatoires organisées par le Directoire en l’honneur des œuvres conquises en Italie23. Wilhelm von Humboldt, qui y assiste également, note dans ses carnets parisiens : « fête pour l’entrée des œuvres d’art conquises et autres objets. Une bien belle fête pour les yeux. La procession, comme la cérémonie du Champ-de-Mars avaient beaucoup d’allure »24. La question du bien-fondé des transplantations n’est plus guère posée, l’article insiste sur les précautions observées dans la manipulation des œuvres. En août, le Journal des Luxus und der Moden, pourtant si âprement critique deux ans plus tôt, salue la parution en France et la qualité scientifique de la Notice des principaux tableaux recueillis dans la Lombardié25. En octobre, c’est au tour du Neuer Teutscher Merkur d’ouvrir ses pages à des vues modérées : le diplomate Johann Isaak Gerning y envisage avec sérénité l’idée d’aller contempler les métamorphoses de la « Lutèce gauloise » si elle tient ses promesses en matière artistique26. Dans la livraison de novembre, Fernow lui-même relativise l’ampleur des pertes subies par Rome et note, allusion aux couplets chantés pour l’arrivée à Paris des convois italiens : « Apollon et Laokoon sont à Paris, certes, mais — Rome est toujours à Rome. »27 Deux études consacrées aux conquêtes artistiques de l’Antiquité romaine et motivées explicitement par l’actualité franco-italienne, rédigées en 1798 par Ludwig Völkel pour l’une (Über die Wegführung der Kunstwerke aus den eroberten Ländern nach Rom, parue en 1798)28 et par F. K. L. Sickler pour l’autre (Geschichte der Wegnahme und Abführung vorzüglicher Kunstwerke aus den eroberten Ländern in die Länder der Sieger, parue en 1803)29restent également fort modérées dans leurs allusions aux saisies françaises.

  • 30  K. H. Heydenreich, Darf der Sieger einem überwundenen Volke Werke der Literatur und Kunst entreiße (...)

8Au cours de l’année 1798 en effet, les inquiétudes d’ordre muséogra-phique qui avaient dominé les protestations initiales se trouvent désamorcées par les mesures conservatoires qui accompagnent l’exposition à Paris des œuvres conquises en Italie. L’intervention du philosophe K. H. Heydenreich, qui tente à l’été 1798 de réactiver la polémique en faisant glisser la perspective des objets aux sujets spoliés30 (de questions techniques et esthétiques à des questions politiques), ne rencontre à ma connaissance, malgré une violence verbale qui préfigure les prises de position de 1815,

Illustration 1 — Allgemeine Literatur-Leitung, Iéna, 1801, t. I, p. 1

Illustration 1 — Allgemeine Literatur-Leitung, Iéna, 1801, t. I, p. 1
  • 31  Gries, Die Gallier in Rom, Die Horen 1797, pièce 9, p. 79-82. Schlegel, « Die entführten Götter », (...)
  • 32  A. W. Schlegel, Die Kunst der Griechen, écrit en 1799 selon l’édition des œuvres complètes de Schl (...)
  • 33 F. Schiller, Werke, Nationalausgabe, Weimar, 1976, t. XXXVI, 2, p. 221.
  • 34  Allgemeine Literatur-Zeitung, janvier 1801, p. I-XVI.
  • 35  Eunomia, avril 1801, p. 309-342.

9aucun écho direct dans la presse allemande. Certes, la question continue d’occuper les esprits, notamment dans le domaine de la littérature : en 1799, dans la lignée du poème de Gries paru en 1797 dans Die Horen et dans celle du « Rapt des Dieux » (« Die entführten Götter »), qu’il avait publié en 1798 dans l’Almanach des muses31, A. W. Schlegel compose une élégie dédiée à Goethe, « L’art des grecs » (« Die Kunst der Griechen ») dont les onze premiers vers esquissent le portrait du poète, géant calme et « familier de la muse hellène », par opposition au fier « Proconsul » qui entasse les œuvres volées dans ses bateaux et leur impose des défilés pompeux et barbares32. En 1801, Schiller consacre douze vers succincts et critiques au transfert des statues antiques à Paris (« Die Antiken zu Paris »)33. A cette date pourtant, la tendance critique s’est inversée dans l’opinion publique et la presse allemandes. En janvier 1801, l’Allgemeine Literatur-Leitung (ALZ) consacre un long compte rendu au Musée des Antiques inauguré en novembre 1800 (ill. 1)34. La question des avantages et des inconvénients fiés à la transplantation des sculptures italiennes est esquivée dès le premier paragraphe et l’auteur souligne avec insistance l’« utilité publique » (« Gemeinnützlichkeit ») que présentent les œuvres dans le nouvel établissement. Le choix éditorial de l’ALZ, qui s’engage dans le XIXe siècle en consacrant les premières pages de son numéro 1 à un éloge de la politique muséographique française, et l’impact d’un tel compte rendu sur le lectorat allemand n’échappent pas à l’historien de l’art Alois Hirt : dans le numéro d’avril d’une revue berlinoise créée quelques mois plus tôt, Eunomia, il mobilise l’arsenal rhétorique des années 1796-1798 pour contrer les assertions de l’ALZ35. Pourtant, il en est conscient, ses efforts ne sont qu’un coup d’épée dans l’eau : son adversaire jouit d’une « publicité et d’une autorité générales bien supérieures à celles de tous les autres journaux », note- t-il dès l’introduction. Ainsi, en 1801, les manifestations d’hostilité à l’égard de la politique de conquêtes artistiques française se trouvent reléguées aux pages d’une jeune revue périphérique.

  • 36  Sur la mission de François-Marie Neveu, voir G. Vauthier, Une mission artistique et scientifique e (...)
  • 37  Neuer Teutscher Merkur, mars 1801, p. 241-244.
  • 38  Sur la mission de Denon en Allemagne, voir Bénédicte Savoy, « Une ample moisson de superbes choses (...)

10C’est dans ce contexte que les conquêtes artistiques françaises se portent de nouveau sur le territoire allemand. Elles visent la Bavière et les régions méridionales (Munich, Nuremberg, Salzbourg) entre 1800 et 1801, puis les départements annexés de la rive gauche du Rhin, soigneusement dépouillés de leurs joyaux bibliographiques entre 1803 et 180536. Ces deux vagues de saisies ne suscitent pourtant aucune mobilisation notable de l’opinion publique et de la presse allemandes : c’est à peine si le Neuer Teutscher Merkur publie en mars 1801 une lettre adressée de Nuremberg où sont rapidement évoqués les « pillages artistiques » (« Kunstplünderungen ») commis dans la ville37. Après la victoire napoléonienne d’Iéna et d’Auerstedt (14 octobre 1806), c’est au tour de Vivant Denon, directeur général de tous les musées impériaux, de visiter et de ponctionner amplement, pendant plus de six mois, les collections princières des États allemands vaincus38.

  • 39  Morgenblatt für gebildete Stände, n° 7, 8 janvier 1807.
  • 40  Ibid.
  • 41  Voir par exemple sur ce point : Thomas Grosser, Reisen und Kulturtransfer. Deutsche Frankreichreis (...)
  • 42  London und Paris, 1807, lre livraison, p. 63.
  • 43  Morgenblatt..., n° 262, 2 novembre 1807.

11Soumise pendant l’occupation napoléonienne à une censure étroite ou pratiquant l’autocensure, la presse ne reflète certes plus de manière objective l’état de l’opinion publique allemande. Dans le Morgenblatt für gebildete Stände, fondé en janvier 1807, les saisies opérées par Denon sont évoquées systématiquement en termes d’intérêt général : un article intitulé « Vente de moulages d’antiques à Paris », daté du 8 janvier (le premier convoi d’œuvres saisies a quitté la capitale prussienne quinze jours plus tôt), rappelle que ces œuvres sont « tombées entre de bonnes mains », que « l’amour et la libéralité » avec lesquels l’État français sait les administrer justifie qu’on lui en accorde la jouissance39. L’argument cosmopolite avancé une dizaine d’années plus tôt pour critiquer la transplantation des œuvres d’art italiennes, patrimoine commun de l’Humanité, légitime désormais la concentration des collections à Paris : « La France n’est pas la seule à en profiter, non ! Le continent entier peut se réjouir de voir ces collections rassemblées précisément dans un lieu si facile d’accès et où l’accueil est si amical. »40 La libéralité dont témoigne le gouvernement français à l’égard des visiteurs étrangers est soulignée avec insistance dans les correspondances privées et les récits de voyage des années 1804-181041. Dans la livraison de janvier 1807 du mensuel London und Paris, un monogrammiste L. F. critique, véritable morceau d’anthologie, l’emprise exercée en Allemagne par quelques gardiens atrabilaires sur des collections rendues impraticables, tandis que l’étranger jouit à Paris d’une « liberté illimitée »42. En novembre 1807, lorsque le Morgenblatt rend compte de l’exposition à Paris des œuvres conquises en Allemagne (symboliquement inaugurée le jour anniversaire de la bataille d’Iéna), c’est encore en termes cosmopolites qu’il relativise la gravité des spoliations : « Les sentiments mélancoliques de l’Allemand, lorsqu’il contemple cette spolia opima infligée à sa patrie, s’apaisent à l’idée cosmopolite selon laquelle les œuvres de l’art, comme les découvertes des savants, ne se limitent pas au territoire étriqué d’une nation, mais qu’ils appartiennent à l’Humanité entière. »43

  • 44  Lettre de Staegemann à sa femme Elisabeth, Berlin, 4 décembre 1806, citée par Hedwig von Olfers, E (...)
  • 45  Lettre de Goethe à Zelter, Weimar, 7 mai 1807. Der Briefwechsel zwischen Goethe und Zelter, op. ci (...)
  • 46  Lettre de Zelter à Goethe, Berlin, 30 avril 1807, Der Briefwechsel zwischen Goethe und Zelter, op. (...)

12La modération manifestée par la presse, que l’on voudrait s’expliquer par la seule censure, se trouve confirmée par les témoignages privés. Hors d’état de s’opposer concrètement aux saisies, les cercles éclairés d’Allemagne ne disposent certes pas d’une marge de manœuvre bien grande. Leur retenue frappe pourtant jusque dans les journaux intimes, correspondances et rapports à l’autorité, relativement nombreux à évoquer le démantèlement des prestigieuses collections prussiennes. Le 4 décembre 1806, le haut fonctionnaire prussien Friedrich August von Staegemann commente dans une lettre adressée à sa femme les saisies que Denon est en train d’opérer dans la capitale : « Les œuvres d’art que tu n’as pas déjà vues à Berhn, Potsdam et Sanssouci, tu pourras désormais les voir à Paris. »44 Le 7 mai 1807, quelques jours après l’expédition en France du dernier convoi d’œuvres saisies en Prusse, Goethe prie son ami Zelter de lui adresser la liste des œuvres enlevées de Berlin. Il précise : « Si l’on sait où elles sont conservées, elles ne sont pas perdues pour nous. »45 Une semaine plus tôt, Zelter lui avait écrit à ce propos : « Ce qui est bon appartient au monde entier, peu importe le heu, et nous n’étions pas digne de ces richesses. Acquérir et conserver sont une seule et même chose, et lorsqu’on n’est pas capable de l’une, on n’est pas capable de l’autre. Nos artistes, qui ne font que gémir parce que leurs œuvres n’ont pas été saisies (...) sont bien punis d’avoir négligé Albrecht Durer et Lucas Cranach. »46

  • 47  L’expression revient à Mannlich, directeur de la galerie de peinture de Munich : Johann Christian (...)
  • 48 Götz Eckardt (éd.), Johann Gottfried Schadow :Kunstwerke und Kunstansichten. Kommentierte Neuausgab (...)
  • 49  Karl August Böttiger, Über Museen und Antikensammlungen, eine archäologische Vorlesung gehalten de (...)

13A l’autocritique muséographique (les œuvres seront mieux traitées en France que dans les collections prussiennes) et esthétique (les choix opérés par Denon rendent justice à des écoles injustement négligées en Allemagne), s’ajoute l’image de ces artistes déçus de ne pas attirer les regards du prédateur. A bien des égards en effet, il semble que l’énergie des intellectuels, artistes et amateurs d’art — de ces groupes, donc, qui s’étaient émus des saisies pratiquées en Italie et qui mobiliseront l’opinion publique lors des restitutions de 1815 — ait été absorbée en 1806-1807 par le désir de nouer des liens privilégiés avec « l’Œil de Napoléon »47. C’est ainsi que le sculpteur Johann Gottfried Schadow — qui connaît le privilège de voir certaines de ses œuvres expédiées à Paris — note dans son journal en 1807 : « Monsieur Denon était devenu la figure vers laquelle les artistes et leur suite tournaient continuellement les yeux, et il se vit bientôt assailli par ces derniers. »48 On s’étonne à peine, dans ce contexte, de noter que Karl August Böttiger, pourtant si virulent dix ans plus tôt, épargne soigneusement le directeur du Louvre dans une conférence anti-musées qu’il prononce à Dresde le 2 janvier 180749. Au cours des mois suivant, la question des conquêtes artistiques perd progressivement son actualité en Allemagne. Les progrès de la Grande Armée portent les pas et les regards de Denon vers l’Espagne, l’Autriche et l’Italie. Le motif des saisies d’œuvres d’art ne recommence à occuper les esprits qu’en 1814, lorsque la perspective d’une éventuelle occupation de Paris laisse envisager de possibles réclamations.

  • 50  Alfons Lhotsky, Festschrift des Kunsthistorischen Museums, Die Geschichte der Sammlungen, Vienne, (...)
  • 51  Cité par Götz Eckardt, Die Bildergalerie in Sanssouci, thèse typoscrite, Halle, 1974, p. 188. Je r (...)
  • 52  Lettre de Caroline von Humboldt à Wilhelm, Vienne, 24 février 1814. Anna von Sydow (éd.), Wilhelm (...)
  • 53  Rheinischer Merkur, 27 avril 1814 ; Europäische Annalen, 4e pièce, avril 1814.

14Telle qu’elle s’esquisse au début de l’année 1814, la mobilisation de l’opinion publique et de la presse allemandes autour de la question des spoliations françaises et d’éventuelles restitutions, trouve son origine dans une série de mesures administratives dont le signal est donné par Vienne. Le 11 janvier, l’empereur d’Autriche y invite les établissements victimes de ponctionnements français à établir l’inventaire des objets transférés à Paris50. Rendue publique par les Berlinische Nachrichten du 6 février 1814, l’information est rapidement diffusée en Allemagne : le 14 février, Uhden, conseiller à la cour de Prusse, fait référence au quotidien pour suggérer dans un rapport que l’on imite à Berlin la démarche autrichienne51. Dix jours plus tard, Caroline von Humboldt écrit de Vienne à son mari Wilhelm, qui suit le quartier général prussien en France : « Je te mets sur la conscience les œuvres d’art volées qui se trouvent à Paris, lorsque vous négocierez le traité de paix. »52 Ainsi, lorsque intervient la première capitulation de Paris, en mars 1814, les cercles de l’intelligence allemande sont largement informés des projets de réclamation. En avril et mai, cette perspective suscite des manifestations d’optimisme dans la presse. Le Rheinischer Merkur et les Europäische Annalen appellent leurs lecteurs à la coopération53. Malgré une terminologie radicale, le ton est relativement modéré : le principe de la restitution des œuvres à leurs propriétaires légitimes ne fait aucun doute et il s’agit avant tout de mobiliser les énergies pour identifier les pièces à réclamer.

  • 54  Sur cette clause particulière, voir par exemple Eugène Müntz, Les invasions de 1814-1815 et la spo (...)
  • 55  Le sculpteur Schadow, les familles Humboldt ou Savigny, pour ne citer qu’eux, en font état dans le (...)
  • 56  Rheinischer Merkur, n° 77, 25 juin 1814.
  • 57  Bonner Wochenblatt, n° 150, 20 novembre 1814.

15Or cette effervescence confiante est désamorcée dès la fin du mois de mai 1814 puisque le traité de paix signé à Paris stipule le maintien en France des œuvres saisies en Europe au cours des décennies précédentes. Il est accompagné d’une clause secrète, négociée par Wilhelm von Humboldt pour la Prusse, qui prévoit la restitution partielle des œuvres enlevées à Potsdam et Berlin54. Ce dispositif secret a un double effet sur l’opinion publique : étroitement liées aux milieux dirigeants, l’intelligence prussienne et la presse politique rhénane adoptent une attitude discrète pour ne pas handicaper les opérations55 ; par contrecoup, l’argument qui avait dominé les réactions allemandes depuis le tournant du siècle — selon lequel la libéralité et l’appareil de diffusion du Louvre justifiaient, après tout, le transfert massif des collections européennes à Paris — se trouve associé à une réflexion sur l’avenir muséographique des États allemands restaurés. Dans un article du 25 juin 1814, le Rheinischer Merkur en appelle ainsi à la fondation d’établissements publics : en Allemagne, écrit-il, « de vulgaires gardiens ont le pouvoir de décider, en fonction de leur humeur, de ce qu’ils veulent bien montrer. A Paris en revanche, certains jours, tout le monde peut voir les collections et les contempler à loisir. Le moment est aujourd’hui venu de fonder des collections publiques avec les trésors artistiques que l’on nous a volés, et que l’on ne laissera pas, espérons-le, aux mains des Français ; l’expérience nous a enseigné que la Nation se défend d’autant mieux que son gouvernement se distingue par sa bienfaisance »56. Explicitement motivé par le refus du gouvernement français de restituer en 1814 les œuvres saisies dans les États allemands, cet appel, sans doute l’un des premiers, est à l’origine des réflexions qui aboutissent au cours des années suivantes à la création de musées et de bibliothèques modernes en Allemagne, particulièrement en Prusse. Il fait écho à un certain nombre d’articles publiés à la même époque dans la presse rhénane, où le motif de la protection du patrimoine — dont la fortune est si grande au cours des décennies suivantes — est clairement hé à celui des saisies françaises : les érudits rhénans sont invités à s’engager pour la protection des monuments qui ont échappé à l’« avidité spoliatrice des Français » (« kunsträuberische Habsucht der Franzosen »), lit-on ainsi, par exemple, dans le Bonner Wochenblatt du 20 novembre 181457.

  • 58  Rheinischer Merkur, n° 263, 4 juillet 1815.
  • 59  Rheinischer Merkur, n° 279, dimanche 6 août 1815.
  • 60  Lettre de Niebuhr à Gneisenau, Berlin, 6 juillet 1815, D. Gerhard und W. Norvin, Die Briefe Bartho (...)
  • 61  Sur l’histoire de la bibliothèque de Heidelberg, transportée à Rome en 1622, voir Friedrich Wilcke (...)

16A la fin de l’année 1814 pourtant, l’identification politique et nationale de l’opinion publique allemande avec le patrimoine spolié relève encore de la fiction : lorsque intervient la seconde capitulation de Paris au début du mois de juillet 1815, le Rheinischer Merkur, adoptant pourtant des positions de plus en plus fermement gallophobes, publie encore la lettre d’un correspondant lassé du débat sur les restitutions : « Pourquoi voulez-vous donc, écrit-il, empêcher notre gloire de s’épancher au-delà des digues de la patrie tant que la source, fraîche et vive, continue d’y couler ? », peut -on lire dans un article daté du 4 juillet 181558. La riposte est formulée le 6 août 1815 dans un long article programmatique de Joseph Görres : il faut produire une opinion publique inconditionnellement favorable aux restitutions afin de faire pression sur les négociateurs, jugés trop conciliants avec le gouvernement français : « En Allemagne, écrit ainsi Görres, la reprise de ces objets, considérés de tous comme une propriété nationale (« Volkseigenthum ») inaliénable, occupe intensément les esprits. Lors de la dernière paix conclue à Paris, ils ont été oubliés et bêtement perdus, cette fois, on a commencé par eux ; preuve consolante de ce que l’opinion publique a considérablement gagné en puissance au cours de l’année, et que, lorsqu’elle veut sérieusement quelque chose, on ne peut guère lui résister. »59 Parallèlement, dès le mois de juillet 1815, les autorités prussiennes sont exposées aux suggestions individuelles les plus audacieuses, telles celles que l’historien Georg Bartold Niebuhr, alors secrétaire général de l’Académie des sciences de Berlin, réitère auprès de l’état-major prussien : « Les œuvres d’art volées, écrit-il ainsi, doivent être restituées à leurs patries. Pour les manuscrits venus d’Italie, les choses sont différentes. Là-bas, ils sont enterrés et impraticables. Nous pouvons objectivement nous flatter, en Allemagne, d’être le centre de l’érudition philologique. Ainsi les manuscrits pris à Rome, Milan, Venise doivent nous revenir. Je suis tout disposé à m’acquitter d’une telle mission. »60 L’attention manifestée ici aux manuscrits saisis en Italie n’est pas un phénomène isolé. Elle explique sans doute aussi la virulence de l’offensive déployée par le Rheinischer Merkur, entre août et décembre 1815, pour mobiliser l’opinion publique en faveur des restitutions. Son directeur en effet, Joseph Görres, bibliophile et éditeur de plusieurs recueils de littérature médiévale, éprouve sans doute un intérêt personnel direct à envisager, par exemple, le retour en Allemagne de la bibliothèque d’Heidelberg61.

  • 62  Rheinischer Merkur, n° 286, 20 août 1815.
  • 63  Rheinischer Merkur, n° 309, 5 octobre 1815.

17En 1815 pourtant, si la littérature médiévale ou le théâtre allemands sont depuis plusieurs années le lieu de projections identitaires, le discours sur les œuvres d’art et sur les musées est encore largement imprégné d’idéaux cosmopolites. Le passage à des considérations patriotiques ne s’opère pas sans flottement : arguments techniques parfois spécieux pour justifier la nécessité des restitutions — l’air humide de la Seine est néfaste aux œuvres62 —, établissement didactique de parallèles entre l’art contemporain des Français, qui n’ont rien su tirer des chefs-d’œuvre européens accumulés à Paris, et leur théâtre, dont les milieux éclairés d’Allemagne savent depuis Lessing au moins (1767) qu’il est criard et superficiel, inextricable confusion entre plusieurs conceptions du patrimoine national, tantôt présenté comme l’ensemble des œuvres que possède un pays (toutes écoles confondues), tantôt comme la somme des productions autochtones (Dürer, Cranach, Hans von Kulmbach, ces peintres que l’on ne peut décemment abandonner à un peuple « incapable de les comprendre »)63.

  • 64  Ibid.
  • 65  Rheinischer Merkur, n° 288, 24 août 1815.
  • 66  Rheinischer Merkur, n° 313, 13 octobre 1815.
  • 67  Rheinischer Merkur, n° 77, 6 novembre 1815.
  • 68  Lettre de Caroline von Humboldt à Wilhelm, Berlin, 5 octobre 1815. Anna von Sydow (éd.), Wilhelm u (...)

18C’est seulement à l’automne 1815, semble- t-il — la grande majorité des œuvres saisies dans les collections allemandes a quitté Paris à la fin du mois d’août —, que le Rheinischer Merkur établit définitivement la jonction entre conquêtes artistiques et sphère politique. « La question n’est pas de savoir, lit-on ainsi dans le numéro du 5 octobre, si les galeries profitent ou nuisent aux œuvres d’art. Ni de savoir quelle école et quel peintre ont produit telle ou telle œuvre. Laissons-leur uniquement ce qui est né en France... Mais reprenons tout le reste, parce que cela nous a été volé. »64Enfin désincarnées, dissociées de leur valeur historique, esthétique ou poétique, les œuvres d’art deviennent le signe exclusif de la faiblesse ou de la force de celui qui les prend ou les cède. Les « philosophes humanistes mous » (« weiche Humanitäts-Philosophen ») qui voient dans les arts « une patrie plus élevée que la patrie politique » et défendent le maintien des œuvres à Paris sont accusés de « trahison nationale » (« Volksverrath »)65. L’affaire prend une dimension spectaculaire lorsque, à partir du mois de septembre 1815, Alexandre von Humboldt est publiquement accusé d’aider son ami Vivant Denon à négocier auprès du roi de Prusse le maintien à Paris des colonnes d’Aix-la-Chapelle : « des Allemands devenus non allemands » (« unteutsch gewordene teutsche Männer »), lit-on dans le Rheinischer Merkur, « ont fait cause commune avec les Français contre nous »66. Et un peu plus tard : « Humboldt attache plus d’importance à l’amitié des Français qu’à l’honneur de son peuple. »67 En décembre, Humboldt se défend publiquement de ce reproche. Très affectée de voir son nom malmené par la presse, Caroline von Humboldt écrit à son mari Wilhelm : « A embrasser ainsi le caractère français alors qu’il est allemand, Alexandre éprouve, malgré son jeune âge, le naufrage de toute une époque. »68

  • 69  Lettre de Friedrich Emperius à sa femme, Paris, 23 septembre 1815, Braunschweigische Briefe aus Pa (...)
  • 70  Lettre de Wilhelm von Humboldt à Caroline, Paris, 26 juillet 1815, op. cit., p. 12.
  • 71  Lettre de Jacob Grimm à Wilhelm, Paris, 21 octobre 1815, Briefwechsel zwischen Jacob Grimm und Wil (...)

19La lame de fond est générale. Sous la pression de cette opinion publique montée en puissance au cours de l’année 1815, les esprits allemands peu sensibles à la rhétorique patriotique adoptent un profil bas. Emperius, directeur du Musée de Brunswick et chargé à Paris, entre autres commissaires allemands, de reprendre les œuvres saisies dans les collections de son duché, se félicite dans une lettre à sa femme d’avoir encore pu montrer le Louvre intact à ses deux enfants69. Wilhelm von Humboldt, qui négocie pour la Prusse et les États pontificaux, écrit à Caroline le 29 juillet 1815 qu’il s’efforce d’être le plus souvent possible au Muséum, « un plaisir infini, sa seule joie véritable à Paris »70. De manière significative, ces rescapés d’une époque révolue élaborent en privé un discours à double dimension où la sphère des intérêts particuliers se désolidarise de la raison d’État. Ainsi Jacob Grimm, chargé de réclamations pour la Prusse et la Hesse, écrit-il de Paris à son frère Wilhelm le 24 octobre 1815 : « Il m’est désagréable, à titre personnel, de réclamer ces œuvres : il y a en soi quelque chose de sale à venir renifler et déranger un ordre établi, d’autant que je suis confronté à des gens qui m’ont autrefois reçu avec politesse et amabilité... Mais ma conscience s’apaise lorsque je pense que ma tâche relève de sphères supérieures à celle d’amitiés professionnelles ; et pourtant, j’aurais aimé de pas être utilisé à ce travail. »71

  • 72  Sur la fête de Cologne, voir Roland Krischel, Die Rückkehr des Rubens — Kölns Kunstszene zu Beginn (...)
  • 73  Programme des festivités cité par Vey, op. cit., p. 109.
  • 74  « Feier der Rettungstages der europäischen Freiheit », ibid.
  • 75  Kölnische Zeitung, 21 octobre 1815, n° 171, cité par Vey, op. cit., p. 110.

20En décembre 1815, la grande majorité des œuvres d’art transférées officiellement d’Allemagne à Paris est de nouveau sur le sol germanique. Les fêtes célébrées à l’occasion de leur arrivée et les commentaires qu’elles suscitent dans la presse locale témoignent du naturel avec lequel on identifie désormais, dans l’opinion publique allemande, le motif politique et celui du patrimoine reconquis. A Cologne, le retour du Martyre de Saint-Pierre de Rubens est célébré le 18 octobre 1815, jour anniversaire de la victoire de Leipzig72 (ill. 2). Le tableau est porté en procession à travers la ville, des musiciens accompagnent le cortège, composé notamment d’« une cinquantaine d’enfants des deux sexes et bien habillés »73 destinés à servir de témoins pour la postérité. Discours, te deum, feu d’artifice, bals, spectacles et illuminations composent cette « fête du jour où la liberté de l’Europe fut sauvée »74. Une couronne de lauriers flotte au-dessus de Saint-Pierre, signe pour la Kölnische Zeitung d’une « victoire aux significations plurielles »75. Quelques jours plus tard à Cassel, lorsque les œuvres venues de Paris entrent dans la ville, la Casselsche Allgemeine Zeitung associe le nouveau gouvernement à l’affaire : le « public cultivé » prend conscience, en

Illustration 2 — Le retour à Cologne du Martyre de Saint-Pierre de Rubens, lithographie publiée à l’occasion de la fête de Rubens à Cologne, 1837 (détail), Cologne, Kölnisches Stadtmuseum

Illustration 2 — Le retour à Cologne du Martyre de Saint-Pierre de Rubens, lithographie publiée à l’occasion de la fête de Rubens à Cologne, 1837 (détail), Cologne, Kölnisches Stadtmuseum
  • 76  Casselsche Allgemeine Zeitung, 4 novembre 1815, n° 308.
  • 77 Verzeichnis von Gemälden und Kunstwerken, welche durch die Tapferkeit der vaterländischen Truppen w (...)
  • 78  Le terme de Volkseigenthum est employé par Gôrres dans son éditorial du Rheinischer Merkur, 6 août (...)

21retrouvant ses tableaux, « des bons côtés de la restauration politique intervenue en Hesse »76. A Berlin, un choix d’œuvres d’art reprises à Paris est exposé à l’Académie des arts en décembre 1815. Le catalogue est intitulé « Inventaire des tableaux et des œuvres d’art reconquis grâce à la vaillance des troupes patriotiques et dont l’exposition publique a lieu... au bénéfice des soldats blessés de la patrie »77 (ill. 3). L’analogie formelle de ce titre avec celui de l’exposition des objets « conquis par la Grande Armée, dans les années 1806 et 1807, dont l’exposition a eu lieu le 14 octobre 1807 premier anniversaire de la bataille d’Iéna » (ill. 4), n’est pas fortuite. De même la symbolique des dates, la procession de Cologne, son titre et les illuminations dans lesquelles elle s’achève rappellent incontestablement la « Fête de la liberté » organisée par le Directoire pour l’arrivée des œuvres conquises en Italie. Ainsi, telle qu’elle se profile en 1815 dans une Allemagne encore dépourvue d’unité politique, l’affirmation du patrimoine national s’opère à double titre par référence aux saisies françaises. C’est parce qu’elles ont été confisquées et reconquises au prix du sang des patriotes que les œuvres d’art sont désormais le support d’un discours identitaire. C’est en fonction de la symbolique élaborée en France depuis l’an II que ce patrimoine est associé, en 1815, au motif de la régénérescence politique. Propriété des princes lors de leur saisie, les œuvres d’art, lorsqu’elles rentrent en Allemagne, sont devenues la propriété du peuple (Volkseigenthum)78.

  • 79  Voir par exemple Völkel, Die antiken Sculpturen im Muséum zu Kassel, Zeitschrift für Geschichte un (...)
  • 80 August von Platen, Der alte Gondolier, Sämtliche Werke, t. II, p. 48-50.
  • 81 Gustav Freytag, Gesammelte Werke, Leipzig, 1887, t. 16, p. 109.
  • 82  Sur l’historiographie du vandalisme révolutionnaire, voir Dominique Poulot, Musée Nation Patrimoin (...)

22Telle qu’elle s’élabore progressivement au fil du xixe siècle, l’historiographie allemande des saisies, on s’en étonne à peine, est éminemment politique. Certes, quelques voix discrètes s’élèvent encore, avant les années 1812, pour rappeler combien le transfert à Paris des œuvres saisies en Allemagne a pu servir leur publicité et celle des galeries dont on les avait tirées79. Mais la plupart des études consacrées au sujet jusqu’à la fin du siècle s’attache avant tout, dans la lignée des prises de position du Rheinischer Merkur, à décrire l’affaire en termes d’humiliation puis de vengeance nationale. Si la question continue d’occuper les esprits littéraires, comme en témoigne un poème d’August Platen rédigé dans les années 1830 à Venise (« Der alte Gondolier »)80, elle fait surtout l’objet d’articles publiés par des archivistes ou des bibliothécaires dans des revues d’histoire locale. L’attention se porte en priorité sur les catégories d’objets qui n’ont pas été restitués intégralement en 1815 : livres et manuscrits précieux saisis dans les régions rhénanes, colonnes d’Aix-la-Chapelle, certaines pièces majeures de la galerie de Cassel saisies par le général Lagrange en 1806 et vendues à l’empereur de Russie en 1815. Lorsque intervient la guerre franco-allemande de 1870, les autorités prussiennes engagent des démarches pour recenser les pièces encore conservées en France. Le projet d’en réclamer la restitution dans le cadre du traité de paix est toutefois abandonné, et l’écrivain Gustav Freytag, chargé de coordonner les opérations, note rétrospectivement : « La paix conclue avec les Français l’a été dans des conditions si favorables, et dans un contexte si particulier, qu’il n’aurait pas été décent de continuer à exiger des pièces disséminées dans les collections françaises. »81 A partir de 1870 cependant, et surtout dans les années 1880, l’intérêt dont témoignent les revues locales allemandes à l’égard de la question ne cesse de se préciser, attisé sans doute par la publication en France d’une série d’ouvrages polémiques consacrés au vandalisme révolutionnaire82 puis au motif des saisies et des restitutions de 1815.

  • 83  Henry de Chennevières, Le Louvre en 1815, Revue bleue, 19 janvier 1889, p. 78-85 et 26 janvier 188 (...)

23En janvier 1889, la Revue bleue consacre ainsi un double article au « Louvre en 1815 » (Henry de Chennevières)83. Les réclamations des puissances alliées y sont présentées comme « les scandales d’une main basse

Illustration 3 — Catalogue de l’exposition des œuvres saisies en Allemagne, Louvre, Paris, 1807, p. 1

Illustration 3 — Catalogue de l’exposition des œuvres saisies en Allemagne, Louvre, Paris, 1807, p. 1

Illustration 4 — Catalogue de l’exposition des œuvres reprises à Paris, Académie des Arts, Berlin, 1815, p.1

Illustration 4 — Catalogue de l’exposition des œuvres reprises à Paris, Académie des Arts, Berlin, 1815, p.1
  • 84  Ibid.
  • 85  Eugène Müntz, Les invasions de 1814-1815 et la spoliation de nos musées, Nouvelle Revue, 15 avril (...)
  • 86  Müntz, Les invasions de 1814..., Nouvelle Revue, 15 avril 1897, p. 710.
  • 87  Charles Saunier, Les conquêtes artistiques de la Révolution et de l’Empire, Paris, Renouard, 1902.
  • 88  Arthur Chuquet, Les Prussiens et le musée du Louvre en 1815, Revue des sciences politiques, XXXVI, (...)

24assez inattendue », « règlement de compte artistique » inouï au cours duquel les Prussiens, « non contents de réintégrer leurs pseudo-propriétés », se font les exécuteurs d’autrui84. De 1895 à 1897, plusieurs articles de la Revue d’histoire diplomatique et de la Nouvelle Revue se penchent sur la question des annexions d’œuvres d’art (Eugène Müntz)85. L’un d’eux, intitulé « Les invasions de 1814 et 1815 et la spoliation de nos musées » (1897), oppose « l’acrimonie des commissaires prussiens », qui accueillent sans enthousiasme les caisses de sculptures berlinoises « dont le Roi fait don à Sa Majesté prussienne », aux stratégies de Vivant Denon « qui donnait d’une main, retenait de l’autre, fatiguait l’adversaire par toutes sortes de chicanes » dignes d’admiration86. En 1902 paraît en France la première étude générale sur les conquêtes artistiques de la Révolution et de l’Empire, somme de documents inédits conservés au Louvre ou aux Archives nationales, réunie et commentée par Charles Saunier87. En Allemagne, les études ponctuelles consacrées au sujet se multiplient au cours de la décennie suivante. C’est toutefois dans le contexte de la Première Guerre mondiale que l’intérêt suscité par les saisies françaises de livres et d’œuvres d’art devient véritablement incandescent. Si la question fait l’objet, en France, d’une seule étude importante due en 1916 au germaniste Arthur Chuquet88, elle motive en revanche, en Allemagne, une dizaine de travaux scientifiques remarquablement documentés, ainsi qu’un grand nombre d’articles publiés dans la presse quotidienne.

  • 89  Sur les réactions suscitées par l’incendie de la bibliothèque de Louvain, voir l’article de Heinri (...)
  • 90  Arthur Chuquet, art. cité, p. 291-293.
  • 91  Ernst Steinmann, Geraubte Schätze in Paris I — Die Aachener Säulen, Deutsche Revue, 41e année, nov (...)

25De part et d’autre du Rhin, l’épisode des saisies opérées par la France en Allemagne et celui des réclamations formulées par l’Allemagne en France deviennent alors l’occasion d’un déploiement rhétorique d’une violence sans précédent, directement inspiré de la propagande de guerre et destiné à nourrir, sur le terrain des questions artistiques, la haine réciproque que les populations sont tenues de se témoigner. Plus immédiatement, il s’inscrit dans le contexte international des polémiques suscitées par l’incendie de la bibliothèque de Louvain en août 191489. Il suffit, pour se convaincre de la qualité du propos, de juxtaposer deux extraits d’articles relatifs aux saisies artistiques, parus tous deux à l’automne 1916. Le premier, publié dans la Revue des sciences politiques, est dû à Arthur Chuquet : « Voilà quelles étaient en 1815 les prétentions de cette Prusse toujours avide et insatiable ! (...) Les Prussiens (...) ne se gênaient nullement en 1815 pour piller nos musées (...) Si elle avait pu, la Prusse aurait volé davantage. Rien n’égalait alors son orgueil, et le langage qu’elle tenait en 1815 rappelle son langage de 1914. »90 Du côté allemand, Ernst Steinmann se penche à la même époque sur le sort des colonnes d’Aix-la-Chapelle saisies en 1794. Son article, publié par la Deutsche Revue, s’achève sur ces considérations : « Les colonnes d’Aix-la-Chapelle nous racontent une histoire dont il ne faudra jamais oublier la signification profonde et grave. Avec quelle clarté cet épisode met en lumière notre caractère national face à celui de l’étranger ! (...) L’éternel Michel allemand, qui dans un aveuglement insensé va toujours chercher ses idéaux chez d’autres peuples, ce jeune homme formidable, vaillant, fidèle et peu raisonnable, venait de se faire rouler une nouvelle fois. (...) Et comment fut récompensée sa magnanimité ? « Ils avaient peur, les Allemands », disaient les Français en contemplant avec une fierté satisfaite ce butin qui leur était désormais acquis à tout jamais, « ils n’avaient pas le courage de prendre les colonnes ! » N’oublions jamais les colonnes d’Aix-la-Chapelle ! »91

  • 92 Hermann Degering, Französischer Kunstraub in Deutschland 1794-1807, Internationale Monatsschrift fü (...)

26Ce qui pourrait sembler un naufrage de l’intelligence de la part d’esprits somme toute assez peu vulnérables — le normalien Arthur Chuquet était professeur au Collège de France, Ernst Steinmann, ancien conservateur du Musée de Schwerin et directeur de la Bibliothèque hertzienne à Rome — est en fait, du côté allemand, le résultat d’une offensive concertée. Derrière la multiplicité d’articles consacrés, entre 1914 et 1918, à la question des spoliations d’œuvres d’art opérées par la France autour de 1800 se profile en effet un petit nombre d’auteurs qui entretiennent des rapports communs et multiplient les interventions publiques : Enst Steinmann, déjà cité ; Hermann Gronau, conservateur du Musée de Cassel ; et surtout Hermann Degering, bibliothécaire au département des manuscrits de la Staatsbibliothek à Berlin. L’article qu’il a publié en octobre 1916 dans l’Internationale Monatsschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik, « Les spoliations françaises d’œuvres d’art en Allemagne »92, reste à l’heure actuelle l’une des seules études de référence. Elle se distingue par une remarquable érudition, fruit de recherches approfondies, et par une verve soigneusement francophobe.

  • 93  Selon une lettre adressée par Paul Clemen au directeur du Musée de Brunswick, P. J. Meier, le 11 a (...)
  • 94  Selon une lettre adressée par Max Georg Zimmermann au directeur du Musée de Brunswick, P. J. Meier (...)
  • 95  Lettre de Milkau à Adolf von Harnack, directeur général de la Staatsbibliothek de Berlin, 12 juin (...)
  • 96  Ibid.
  • 97  Rapport de Degering à A. v. Harnack, directeur général de la Staatsbibliothek de Berlin, 8 juin 19 (...)

27Au début de l’année 1915, Degering est chargé par son ministère de tutelle de mener une enquête minutieuse sur le sort des manuscrits allemands non restitués en 1815. Dès le début des hostilités en effet, la perspective d’une possible victoire militaire sur la France réactive en Allemagne le projet des réclamations abandonné en 1871. Les bibliothèques et les musées affectés par les ponctionnements français sont invités à fournir la liste des œuvres manquantes et une réunion confidentielle doit se tenir à Bruxelles à la fin du mois d’août 1915 pour évoquer d’éventuelles réclamations ou confiscations destinées à faire pression sur les autorités françaises93. La réunion de Bruxelles n’a finalement pas eu lieu94. Dès l’été 1915, les directeurs généraux des musées et des bibliothèques de Prusse savent au demeurant combien l’état-major et l’empereur d’Allemagne sont hostiles à leur projet : « La volonté expresse de Sa Majesté est que l’on ne touche à aucun de ces objets, du moins tant que l’issue de la guerre ne sera pas connue », lit-on ainsi dans une lettre adressée au directeur général de la Staatsbibliothek le 12 juin 191595. D’ailleurs, l’attitude même des conservateurs sollicités dans l’affaire est demeurée tranchée. En témoignent par exemple les réserves formulées par le bibliothécaire Fritz Milkau en juin 1915 : « Je n’arrive pas à me défaire de l’idée qu’après la guerre reviendra la paix et qu’il est plus important de reconstituer le système des échanges internationaux entre bibliothèques que de déplacer — de manière somme toute insignifiante — des fonds de manuscrits. »96 A l’autre extrémité du spectre se cabre toutefois l’énergie interventionniste d’Hermann Degering qui note pour sa part dans un rapport du même mois : « J’estime que nous avons éprouvé de manière suffisamment claire combien notre indulgence et notre prévenance à l’égard de la race latine sont inefficaces. Faisons-lui enfin sentir la force et la rigueur allemandes, au moins là où le droit est incontestablement de notre côté. »97

  • 98  Emil Jacobs (1868-1940) fut directeur du département des manuscrits occidentaux de la Staatsbiblio (...)
  • 99  Lettre de Degering à Emil Jacobs, Berlin, 22 avril 1917. Département des manuscrits de la Staatsbi (...)
  • 100  C’est ainsi par exemple que l’ancien directeur du Musée de Schwerin, Walter Josephi, se souvient e (...)
  • 101  Sur la mission de Degering à Louvain, voir Wolfgang Schivelbusch, op. cit.

28Les vues de Degering, partisan notamment de la reprise immédiate à Bruxelles des manuscrits saisis en Allemagne mais restitués à la Belgique, se sont heurtées tout au long de l’année 1915 à l’opposition de l’état-major. Si le rapport de cause à effet n’est pas établi de manière explicite, il est très probable que la multiplication en 1916 des articles consacrés aux saisies françaises ait été destinée en partie à faire pression sur les autorités du Reich. Au mois d’octobre, l’Internationale Monatsschrift annonce ainsi la publication de plusieurs études relatives au sujet. Plus populaire que celui des livres, le motif des œuvres d’art, pourtant restituées dans leur presque intégralité en 1815, doit provoquer la mobilisation de l’opinion publique en faveur d’éventuelles reprises. Hermann Degering coordonne en partie le cours de cette campagne de presse : « Auriez- vous envie et seriez-vous en mesure, écrit-il ainsi à Emil Jacobs98 en avril 1917, de rédiger une contribution qui viendrait s’ajouter à une importante série d’articles sur les spoliations françaises d’œuvres d’art, comme ceux que le Pr Steinmann et moi avons publiés dans l’Internationale Monatsschrift, qui seront bientôt suivis d’une article de Gronau de Cassel ? Peut-être que l’ensemble sera ensuite réuni en un volume. (...) Je suis disposé au besoin à vous communiquer une importante somme de documents inédits. »99 Si ce projet de publication ultérieure n’a pas abouti et si l’issue de la guerre a rendu caducs les plans de réclamation élaborés au cours du conflit, l’investissement de personnalités telles que Steinmann ou Degering, motivé sans doute par une réelle amertume scientifique mais aussi par des considérations carriéristes bien concrètes100, n’a pas été tout à fait vain. Le 22 décembre 1916, Degering reçoit le titre de professeur. De février à juin 1918, il est chargé d’une mission de prospection dans les bibliothèques des régions françaises occupées. Après la guerre, il prépare le mémoire officiel consacré aux dommages subis en 1914 à la bibliothèque universitaire de Louvain. Il est nommé directeur du département des manuscrits de la Staatsbibliothek de Berlin en 1922101.

  • 102  Sur l’inventaire des œuvres demeurées en France élaboré sous le IIIe Reich (« Kümmel-Bericht »), v (...)
  • 103  Rapport de Jacob Grimm, Paris, 7 novembre 1815, cite par E. Stengel, Private und amtliche Beziehun (...)

29A l’heure actuelle, la connaissance que nous avons des saisies artistiques infligées par la France à l’Allemagne autour de 1800 repose encore en grande partie sur les travaux parus pendant la Première Guerre mondiale. Ils ont servi de support presque exclusif aux experts du IIIe Reich chargés d’établir en 1940 la liste des pièces demeurées en France102 ; ils continuent d’être cités en priorité dans les études les plus récentes consacrées à la question. Dans la mesure où une grande partie des documents d’archives relatifs notamment aux démarches envisagées en 1871 ont été détruits pendant la Seconde Guerre mondiale, les travaux de Degering ou de Steinmann continuent de constituer des sources précieuses. Dans la mesure toutefois où ils sont les produits d’un nationalisme peu fécond, ils méritent d’être relus à la lumière des pratiques et des paroles contemporaines aux saisies mêmes, afin que s’éclairent stratégies de conservation, affirmation de valeurs universelles et revendications d’artistes ou d’érudits. L’épisode des conquêtes artistiques françaises en Allemagne, tel qu’il s’est déroulé entre 1794 et 1815, est bien plus complexe et plus riche qu’une simple affaire d’antagonismes nationaux, comme en témoigne par exemple cette remarque de Quatremère de Quincy rapportée par Jacob Grimm en 1815 : « Il m’a dit, ce qui est tout à fait vrai, que nous autres Allemands sommes plus honteux de réclamer ce qu’on nous a volé que sa propre Nation ne l’a été au moment des saisies. »103

Haut de page

Notes

1  Lettre de Zelter à Goethe, Berlin, 30 avril 1807, Der Briefwechsel zwischen Goethe und Zelter, présenté par Max Hecker, Leipzig, 1913-1918, 3 t., t. 1, p. 166.

2  A propos des saisies opérées par la France en Allemagne, voir les ouvrages généraux de Charles Saunier, Les conquêtes artistiques de la Révolution et de l’Empire, Paris, Renouard, 1902 ; Wilhelm Treue, Kunstraub. Über die Schicksale von Kunstwerken in Krieg, Revolution und Frieden, Düsseldorf, 1957, et Paul Wescher, Kunstraub unter Napoleon, Berlin, 1976.

3 Hermann Knaus, Rheinische Handschriften in Berlin. Der Fonds Maugérard, Archiv für Geschichte des Buchwesens, t. XIV, 1974, col. 257-284, ici col. 258.

4  Sur l’élaboration du discours justifiant les saisies, voir Édouard Pommier, L’art de la liberté, Doctrines et débats de la Révolution française, Paris, 1991, en particulier les chapitres V et IX.

5  Rapport Leblond, Archives nationales F 17 A 1276 dossier n° 5.

6  Requête des magistrats de la ville de Cologne au Comité de Salut public, 16 avril 1795, Archives historiques de la ville de Cologne, Fr. Z. Kapsel 48 Al. Cité par Joseph Hansen, Quellen zur Geschichte des Rheinlandes im Zeitalter der Französischen Révolution 1780-1801, Bonn, 1935, t. 3, p. 479.

7  Sur les saisies opérées par le Directoire en Italie, voir par ex. Marie-Louise Blumer, « La commission pour la recherche des objets de sciences et arts en Italie (1796-1797) », La Révolution française, t. LXXXVII, 1934, p. 62-88, 124-150 et 222-259.

8  Édouard Pommier, La fête de Thermidor an VI, catalogue de l’exposition Fêtes et Révolution, musée des beaux-arts, Dijon, 1989, p. 196-200. Voir aussi É. Pommier (éd.), Quatremère de Quincy, Über den nachtheiligen Einfluß der Versetzung der Monumente aus Italien auf Künste und Wissenschaften (1796), Schriften der Winckelmann-Gesellschaft, t. XVI, Stendal, 1998, p. 81-84.

9  Lettre de Carl Ludwig Fernow à Johann Pohrt, Rome, 19 mai 1796. Carl Ludwig Fernow, Römische Briefe, Berlin, 1944, p. 79. Sur Fernow (1763-1808), voir par exemple l’introduction des Römische Briefepar H. von Einem.

10  Europäische Annalen, juin 1796 (I), p. 261 ; novembre 1796 (II), p. 236-240.

11  Minerva, XIII, 1796 (p. 77-86) ; Journal des Luxus und der Moden, septembre 1796 (p. 463-471) ; Der Neue Teutsche Merkur, novembre 1796 (p. 249-279) et février 1798 (p. 129-200) ; Neueste Staatsanzeigen, IV, 1798 (p. 535-539) ; Politisches Journal, II, 1796 (p. 1012-1014).

12  Leipziger GemeinnützigerZeitungsmann, 9 juillet 1796.

13  La traduction presque intégrale des lettres de Quatremère de Quincy paraît dans Minervaen octobre (p. 87-120) et novembre 1796 (p. 271-307). Voir à ce propos l’introduction d’Edouard Pommier dans la réédition allemande de l’ouvrage, op. cit.

14  Der Neue Teutsche Merkur, 1796 (novembre), 1797 (janvier, mai, juillet, août, septembre, novembre), 1798 (février) ; Journal des Luxus und der Moden, 1796 (septembre, novembre).

15  Der neue Teutsche Merkur, février 1798, p. 129-200.

16  Sur Karl August Böttiger (1760-1835), et notamment sur ses activités de journaliste et sur ses rapports avec la France, voir Ernst Friedrich Sondermann, Karl August Böttiger, literarischer Journalist der Goethezeit in Weimar, Mitteilungen zur Theatergeschichte der Goethezeit, t. VII, Bonn, 1983.

17  Les articles de Böttiger relatifs aux saisies sont publiés en septembre (p. 465-470) et novembre 1796 (p. 560-568) dans le Journal des Luxus und der Moden et dans les livraisons de novembre 1796 (p. 249-251), février 1798 (p. 146-200) et juillet 1798 (p. 258-262) du Neuer Teutscher Merkur.

18  Les correspondances de Fernow relatives aux saisies sont publiées dans les livraisons suivantes du Neuer Teutscher Merkur :novembre 1796 (p. 249-279), septembre 1797 (p. 84-86), novembre 1797 (p. 276), février 1798 (p. 129-145) ; mai 1798 (p. 102), novembre 1798 (p. 279-289). Elles complètent les témoignages privés de Fernow tels qu’il les formule notamment dans ses lettres à Johann Pohrt. Carl Ludwig Fernow, Römische Briefe, op. cit., lettres de Rome datées du 19 mai 1796 (p. 79-82), du 16 août 1796 (p. 126-136), du 26 août 1796 (p. 137-142), du 7 octobre 1796 (p. 146).

19  Neuer Teutscher Merkur, janvier et février 1795. K. A. Böttiger, Zustaud der Künste und Wissenschaften in Frankreich unter Robespierres Regierung, Berlin, 1795.

20  Neuer Teutscher Merkur, juillet 1798, p. 258-262.

21  Neueste Weltkunde(ou Allgemeine Zeitung), n° 3, 3 janvier 1798, p. 12.

22  London und Paris, mai 1798, p. 49-77.

23  London und Paris, juillet 1798, p. 244-273.

24  Wilhelm von Humboldt, Journaux parisiens, p. 554-555. C’est E. Beyer qui m’a signalé ce passage, je l’en remercie.

25  Journal des Luxus und der Moden, août 1798, p. 467-469.

26  Neuer Teutscher Merkur, octobre 1798, p. 183-187.

27  Neuer Teutscher Merkur, novembre 1798, p. 279-289.

28  Völkel, Über die Wegführung der Kunstmerke aus den eroberten Ländern nach Rom, Leipzig, 1798.

29  Sickler, Geschichte der Wegnahme und Abführung vorzüglicher Kunstwerke aus den eroberten Ländern in die Länder der Sieger, Gotha 1803. Annoncé dans le tome 1, le tome 2 n’a jamais paru.

30  K. H. Heydenreich, Darf der Sieger einem überwundenen Volke Werke der Literatur und Kunst entreißen ? Eine völkerrechtliche Quästion, Deutsche Monatsschrift, août 1798, p. 465-470.

31  Gries, Die Gallier in Rom, Die Horen 1797, pièce 9, p. 79-82. Schlegel, « Die entführten Götter », Almanach der Musen, 1799.

32  A. W. Schlegel, Die Kunst der Griechen, écrit en 1799 selon l’édition des œuvres complètes de Schlegel.

33 F. Schiller, Werke, Nationalausgabe, Weimar, 1976, t. XXXVI, 2, p. 221.

34  Allgemeine Literatur-Zeitung, janvier 1801, p. I-XVI.

35  Eunomia, avril 1801, p. 309-342.

36  Sur la mission de François-Marie Neveu, voir G. Vauthier, Une mission artistique et scientifique en Bavière sous le Consulat, in Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1910, 2e fascicule. Sur la mission de Jean-Baptiste Maugérard, voir L. Traube et R. Ehwahld, Jean-Baptiste Maugérard. Ein Beitrag zur Bibliotheksgeschichte, München, 1905.

37  Neuer Teutscher Merkur, mars 1801, p. 241-244.

38  Sur la mission de Denon en Allemagne, voir Bénédicte Savoy, « Une ample moisson de superbes choses. Les missions de Vivant Denon en Allemagne et en Autriche, 1806-1809 » dans le catalogue de l’exposition Vivant Denon, Musée du Louvre, Paris 1999.

39  Morgenblatt für gebildete Stände, n° 7, 8 janvier 1807.

40  Ibid.

41  Voir par exemple sur ce point : Thomas Grosser, Reisen und Kulturtransfer. Deutsche Frankreichreisende 1650-1850, in Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXesiècle), Paris, 1988, p. 163-228.

42  London und Paris, 1807, lre livraison, p. 63.

43  Morgenblatt..., n° 262, 2 novembre 1807.

44  Lettre de Staegemann à sa femme Elisabeth, Berlin, 4 décembre 1806, citée par Hedwig von Olfers, Ein Lebenslauf Berlin, 1908, p. 41.

45  Lettre de Goethe à Zelter, Weimar, 7 mai 1807. Der Briefwechsel zwischen Goethe und Zelter, op. cit., p. 168.

46  Lettre de Zelter à Goethe, Berlin, 30 avril 1807, Der Briefwechsel zwischen Goethe und Zelter, op. cit., p. 166.

47  L’expression revient à Mannlich, directeur de la galerie de peinture de Munich : Johann Christian von Mannlich, Histoire de ma vie : mémoires de Johann Christian von Mannlich (1741-1822), édité par Karl Heinz Bender et Hermann Kleber, 2 t., Trèves, 1993, t. 2, p. 520.

48 Götz Eckardt (éd.), Johann Gottfried Schadow :Kunstwerke und Kunstansichten. Kommentierte Neuausgabe der Veröffentlichung von 1849, Berlin, 1987, t. 1, p. 75.

49  Karl August Böttiger, Über Museen und Antikensammlungen, eine archäologische Vorlesung gehalten den 2ten Januar 1807, Leipzig, 1808. Voir l’évocation de Denon p. 21.

50  Alfons Lhotsky, Festschrift des Kunsthistorischen Museums, Die Geschichte der Sammlungen, Vienne, 1941-1945, p. 517.

51  Cité par Götz Eckardt, Die Bildergalerie in Sanssouci, thèse typoscrite, Halle, 1974, p. 188. Je remercie Mme Götz Eckardt (Potsdam) d’avoir mis cette thèse à ma disposition.

52  Lettre de Caroline von Humboldt à Wilhelm, Vienne, 24 février 1814. Anna von Sydow (éd.), Wilhelm und Caroline von Humboldt in ihren Briefen, Berlin, 1910, t. IV, p. 258.

53  Rheinischer Merkur, 27 avril 1814 ; Europäische Annalen, 4e pièce, avril 1814.

54  Sur cette clause particulière, voir par exemple Eugène Müntz, Les invasions de 1814-1815 et la spoliation de nos musées. M. de Goltz et la convention secrète avec la Prusse, Nouvelle Revue, 15 avril 1897, p. 703-716.

55  Le sculpteur Schadow, les familles Humboldt ou Savigny, pour ne citer qu’eux, en font état dans leurs correspondances privées, et invitent leurs destinataires respectifs à garder le secret.

56  Rheinischer Merkur, n° 77, 25 juin 1814.

57  Bonner Wochenblatt, n° 150, 20 novembre 1814.

58  Rheinischer Merkur, n° 263, 4 juillet 1815.

59  Rheinischer Merkur, n° 279, dimanche 6 août 1815.

60  Lettre de Niebuhr à Gneisenau, Berlin, 6 juillet 1815, D. Gerhard und W. Norvin, Die Briefe Barthold Georg Niebuhrs, Berlin, 1929, p. 601.

61  Sur l’histoire de la bibliothèque de Heidelberg, transportée à Rome en 1622, voir Friedrich Wilcken, Geschichte der Bildung, Beraubung und Vernichtung der alten Heidelbergischen Büchersammlungen, Heidelberg, 1817.

62  Rheinischer Merkur, n° 286, 20 août 1815.

63  Rheinischer Merkur, n° 309, 5 octobre 1815.

64  Ibid.

65  Rheinischer Merkur, n° 288, 24 août 1815.

66  Rheinischer Merkur, n° 313, 13 octobre 1815.

67  Rheinischer Merkur, n° 77, 6 novembre 1815.

68  Lettre de Caroline von Humboldt à Wilhelm, Berlin, 5 octobre 1815. Anna von Sydow (éd.), Wilhelm und Caroline von Humboldt in ihren Briefen, Berlin, 1910, t. V, p. 88.

69  Lettre de Friedrich Emperius à sa femme, Paris, 23 septembre 1815, Braunschweigische Briefe aus Paris vom Jahre 1815, Braunschweigisches Magazin, n° 10, 10 mai 1896, p. 77.

70  Lettre de Wilhelm von Humboldt à Caroline, Paris, 26 juillet 1815, op. cit., p. 12.

71  Lettre de Jacob Grimm à Wilhelm, Paris, 21 octobre 1815, Briefwechsel zwischen Jacob Grimm und Wilhelm Grimm aus der Jugendzeit, Weimar, 1913, p. 459.

72  Sur la fête de Cologne, voir Roland Krischel, Die Rückkehr des Rubens — Kölns Kunstszene zu Beginn der preußischen Epoche, Catalogue de l’exposition Lust und Verlust. Kölner Sammler zwischen Trikolore und Preußenadler, Cologne, 1995, p. 91-112 ; Horst Vey, Zeugnisse der Rubens-Verehrung in Köln während des 19. Jarhunderts, Wallraf-Richartz-Jahrbuch, t. XXXI.

73  Programme des festivités cité par Vey, op. cit., p. 109.

74  « Feier der Rettungstages der europäischen Freiheit », ibid.

75  Kölnische Zeitung, 21 octobre 1815, n° 171, cité par Vey, op. cit., p. 110.

76  Casselsche Allgemeine Zeitung, 4 novembre 1815, n° 308.

77 Verzeichnis von Gemälden und Kunstwerken, welche durch die Tapferkeit der vaterländischen Truppen wieder erobert worden und auf Verfügung eines Hohen ministerii des Innern in den Sälen der königl. Akademie der Künste zu Gunsten der verwundeten Krieger des Vaterlandes [...] öffentlich ausgestellt sind, Berlin, 1815.

78  Le terme de Volkseigenthum est employé par Gôrres dans son éditorial du Rheinischer Merkur, 6 août 1815.

79  Voir par exemple Völkel, Die antiken Sculpturen im Muséum zu Kassel, Zeitschrift für Geschichte und Auslegung der alten Kunst, 1818, p. 151-192.

80 August von Platen, Der alte Gondolier, Sämtliche Werke, t. II, p. 48-50.

81 Gustav Freytag, Gesammelte Werke, Leipzig, 1887, t. 16, p. 109.

82  Sur l’historiographie du vandalisme révolutionnaire, voir Dominique Poulot, Musée Nation Patrimoine 1789-1815, Paris, 1997, p. 26-30.

83  Henry de Chennevières, Le Louvre en 1815, Revue bleue, 19 janvier 1889, p. 78-85 et 26 janvier 1889, p. 113-118.

84  Ibid.

85  Eugène Müntz, Les invasions de 1814-1815 et la spoliation de nos musées, Nouvelle Revue, 15 avril (p. 703-716), 15 juillet (p. 193-207), 1er août (p. 420-439), 1897 ; du même auteur, Les annexions de collections d’art ou de bibliothèques et leur rôle dans les relations internationales principalement pendant la Révolution française, Revue d’histoire diplomatique, 1894 (p. 481-497), 1895 (p. 375-393), 1896 (p. 481-508).

86  Müntz, Les invasions de 1814..., Nouvelle Revue, 15 avril 1897, p. 710.

87  Charles Saunier, Les conquêtes artistiques de la Révolution et de l’Empire, Paris, Renouard, 1902.

88  Arthur Chuquet, Les Prussiens et le musée du Louvre en 1815, Revue des sciences politiques, XXXVI, juillet à décembre 1916, p. 264-294.

89  Sur les réactions suscitées par l’incendie de la bibliothèque de Louvain, voir l’article de Heinrich Dilly dans le présent volume. Voir aussi Wolfgang Schivelbusch, Eine Ruine im Krieg der Geister. Die Bibliothek von Löwen August 1914 bis Mai 1940, Francfort-sur-le-Main, 1993. Et également Jürgen et Wolfgang von Ungern- Sternberg, Der Aufruf « An die Kulturwelt », Stuttgart, 1996.

90  Arthur Chuquet, art. cité, p. 291-293.

91  Ernst Steinmann, Geraubte Schätze in Paris I — Die Aachener Säulen, Deutsche Revue, 41e année, novembre 1916, p. 154-162.

92 Hermann Degering, Französischer Kunstraub in Deutschland 1794-1807, Internationale Monatsschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik, 11. Jahrgang, Heft 1,1. Oktober 1916, col. 1-48.

93  Selon une lettre adressée par Paul Clemen au directeur du Musée de Brunswick, P. J. Meier, le 11 août 1915 (Archives administratives du Musée de Brunswick). Je remercie M. Alfred Walz d’avoir mis ces documents à ma disposition. Sur la question des projets de confiscation allemands élaborés pendant la Première Guerre mondiale, voir l’article de Christina Kott dans le présent volume. Voir aussi Christina Kott, Die deutsche Kunst- und Museumspolitik im bestetzen Nordfrankreich im Ersten Weltkrieg — zwischen Kunstraub, Kunstschutz, Propaganda und Wissenschaft, Kritische Berichte, 2/1997, p. 5-28.

94  Selon une lettre adressée par Max Georg Zimmermann au directeur du Musée de Brunswick, P. J. Meier, le 18 août 1915 (Archives administratives du Musée de Brunswick), Wilhelm von Bode aurait estimé que « la question des restitutions ne doit pas être évoquée à Bruxelles, car tout ce qui s’y dit est immédiatement trahi, ce qui pourrait faire avorter les plans de confiscations dans le nord de la France ». La réunion est reportée à une date ultérieure et doit se tenir à Berlin.

95  Lettre de Milkau à Adolf von Harnack, directeur général de la Staatsbibliothek de Berlin, 12 juin 1915. Staatsbibliothek, Dienstakten III C 1, vol. 23, fol. 45.

96  Ibid.

97  Rapport de Degering à A. v. Harnack, directeur général de la Staatsbibliothek de Berlin, 8 juin 1915. Staatsbibliothek, Dienstakten III C 1, vol. 23, fol. 19.

98  Emil Jacobs (1868-1940) fut directeur du département des manuscrits occidentaux de la Staatsbibliothek à Berlin entre 1905 et 1912. Depuis 1912, il était directeur de la bibliothèque universitaire de Fribourg- en- Brisgau. Avant cette date, il a publié un grand nombre d’articles relatifs aux saisies de livres et de manuscrits opérés par Jean-Baptiste Maugérard dans les régions rhénanes.

99  Lettre de Degering à Emil Jacobs, Berlin, 22 avril 1917. Département des manuscrits de la Staatsbibliothek à Berlin, Nachlaß E. Jacobs, Kasten 39, Briefsammlung III.

100  C’est ainsi par exemple que l’ancien directeur du Musée de Schwerin, Walter Josephi, se souvient en 1940, que « Steinmann visait, par ses articles, une nomination aux fonctions de commissaire du Reich pour les restitutions ». Lettre de Josephi au conservateur Reifferscheid, 19 août 1940. Archives administratives du Musée de Schwerin, Akten betreffend Rückforderung von Kulturgut, das aus Anlaß früherer Kriege von den westlichen Ländern entführt wurde. Je remercie Mme Romanski et Mme Hegner pour leur aide lors des recherches.

101  Sur la mission de Degering à Louvain, voir Wolfgang Schivelbusch, op. cit.

102  Sur l’inventaire des œuvres demeurées en France élaboré sous le IIIe Reich (« Kümmel-Bericht »), voir par ex. Hildegard Brenner, Die Kunstpolitik des Nationalsozialismus, Munich, 1963, p. 142-153 ; Anja Heuß, Der Kunstraub der Nationalsozialisten. Eine Typologie, Kritische Berichte, 2/1995, p. 32-34.

103  Rapport de Jacob Grimm, Paris, 7 novembre 1815, cite par E. Stengel, Private und amtliche Beziehungen der Brüder Grimm zu Hessen, Marburg, 1886, t. II, p. 83.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 — Allgemeine Literatur-Leitung, Iéna, 1801, t. I, p. 1
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/775/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Illustration 2 — Le retour à Cologne du Martyre de Saint-Pierre de Rubens, lithographie publiée à l’occasion de la fête de Rubens à Cologne, 1837 (détail), Cologne, Kölnisches Stadtmuseum
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/775/img-2.png
Fichier image/png, 562k
Titre Illustration 3 — Catalogue de l’exposition des œuvres saisies en Allemagne, Louvre, Paris, 1807, p. 1
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/775/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Illustration 4 — Catalogue de l’exposition des œuvres reprises à Paris, Académie des Arts, Berlin, 1815, p.1
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/775/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Savoy, « « Et comment tout cela sera-t-il conservé à Paris ! » Les réactions allemandes aux saisies d’œuvres d’art et de science opérées par la France autour de 1800 », Revue germanique internationale, 13 | 2000, 107-130.

Référence électronique

Bénédicte Savoy, « « Et comment tout cela sera-t-il conservé à Paris ! » Les réactions allemandes aux saisies d’œuvres d’art et de science opérées par la France autour de 1800 », Revue germanique internationale [En ligne], 13 | 2000, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/775 ; DOI : 10.4000/rgi.775

Haut de page

Auteur

Bénédicte Savoy

Allocataire monitrice normalienne à l’Institut Marc –Bloch, Berlin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org