Navigation – Plan du site

Présentation

Jacques Le Rider, Michel Plon et Henri Rey-Flaud
p. 5-6

Texte intégral

1Est-ce une impression ? Il semble bien que le soixantième anniversaire de la mort de Sigmund Freud et de la publication de son livre ultime, L’Homme Moïse et la religion monothéiste, en 1989, qui était aussi le centième anniversaire de L’interprétation des rêves, ait fait l’objet de beaucoup moins de célébrations, commémorations et autres colloques et publications que, pour rester dans le domaine germanique, le 250e anniversaire de la naissance de Goethe, en 1999, ou le 100e anniversaire de la mort de Nietzsche, en 2000.

2Discrétion toute relative, à même de confirmer que la théorie freudienne n’a rien perdu de cette fécondité subversive qui a fait d’elle une référence incontournable dans le champ des « sciences de l’homme et de la société ».

3Trois approches de L’interprétation des rêves montrent l’actualité de ce classique dont l’intérêt est bien plus qu’historique. Il se Grubrich-Simitis, la spécialiste de l’édition critique des Œuvres de Freud, révèle à quel point la méthode philologique peut renouveler notre vision du texte freudien et comment, au fil de ses versions successives, la Traumdeutung a considérablement évolué. Elle constitue un impressionnant exemple du processus continuel de remise en question et de remaniement qui fait la dynamique de la pensée freudienne. Partant d’une importante remarque ajoutée par Freud à L’interprétation des rêves en 1925, Henri Rey-Flaud confirme la place centrale de cette œuvre dans la constitution du « sujet freudien ». Peter Loewenberg nous suggère que le choc de la Première Guerre mondiale pousse Freud à reprendre son « auto-analyse » et à réinterpréter l’Œdipe.

4La deuxième partie met en lumière quelques éléments fondamentaux de continuité de 1899 à 1939. Monique Schneider retrace les grands moments de l’élaboration freudienne du statut du Féminin. Michel Plon souligne la permanence de la question de l’analyse profane et sa portée pour l’affirmation des spécificités du savoir psychanalytique. Annie Tardits montre comment, de L’Interprétation des rêves à L’Homme Moïse, Freud élargit sa théorie souvenir d’enfance, passant de l’histoire du sujet à l’histoire du peuple juif.

5La troisième partie est consacrée au chef-d’œuvre final de Sigmund Freud, L’Homme Moïse et la religion monothéiste. Cette ultime récapitulation apporte le dernier mot de Freud sur la formation du lien social et sur le « processus culturel », au terme d’une réflexion qui avait été inaugurée, comme le rappelle Elisabeth Roudinesco, dans Totem et tabou. Jacques Le Rider s’interroge sur l’identité égyptienne de Moïse, une thèse paradoxale de Freud qui renoue avec la tradition des Lumières. Bertrand Ogilvie met en lumière un des enjeux de l’identification de Freud à Moïse : le fondateur d’une discipline scientifique nouvelle se mesure au fondateur de religion.

6René Major dégage de L’Homme Moïse une nouvelle intelligence de la notion de « vérité », tout en soulignant à quel point cette « vérité spectrale » est éloignée de tous les relativismes plus ou moins désinvoltes que le « postmodernisme » a mis à la mode. Régine Robin met en évidence la force provocatrice que conserve L’Homme Moïse pour quiconque s’interroge aujourd’hui sur l’identité juive. Cette déconstruction-reconstruction qui faisait scandale en 1939 inaugure une position « postjudaïque » faite de liberté irréductible et de fidélité sans faille. Enfin Raphaël Draï rappelle qu’après avoir tenté de démettre Moïse, Freud l’a finalement restauré dans toute son autorité, au moment où les persécutions génocidaires se déchaînaient à nouveau contre le peuple sinaïtique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Le Rider, Michel Plon et Henri Rey-Flaud, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2000, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/794

Haut de page

Auteurs

Jacques Le Rider

Directeur d’études à l’École pratique des hautes études, section des Sciences historiques et philologiques.

Articles du même auteur

Michel Plon

Directeur de recherche au CNRS, psychanalyste, Paris

Articles du même auteur

Henri Rey-Flaud

Professeur à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, psychanalyste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page