Navigation – Plan du site
Autour de L'interprétation des rêves

L’agressivité pendant la Première Guerre mondiale : l’auto-analyse approfondie de Sigmund Freud

Peter Loewenberg
p. 53-63

Résumés

La partie la plus profonde de l’autoanalyse de Sigmund Freud —  celle qui explore son envie, son hostilité et son agressivité envers ses propres enfants et sa famille —  se déroula pendant la Première Guerre mondiale. Nous pouvons retracer cette phase de son auto-analyse car le corpus freudien fut un texte vivant durant toute son existence qui inclut les rêves de l’époque de la guerre ajoutés à L’interprétation des rêves. Au début de la guerre, Freud participa au mouvement de nationalisme patriotique qui embrasa la population, y compris la gauche et les intellectuels, dans tous les pays belligérants. Alors que deux de ses fils et son gendre étaient sur le front sous l’uniforme de l’Autriche-Hongrie, Freud affronta la menace de mort qui pesait sur ses fils et les sentiments ambivalents qu’il découvrait en lui-même à propos de leur mort fantasmée. Durant la guerre, Freud poursuivit ses plus profondes explorations de l’inconscient, cette part de l’autoanalysis qui le confronta à ses souhaits de « filicide » et à la découverte de son hostilité inconsciente envers ses fils. Nous pouvons aussi suivre ses efforts pour faire face à la situation de son fils, blessé et prisonnier, et constater qu’il adopta une attitude sans aucun doute responsable et affectueuse. Cette phase du travail psychanalytique durant l’année 1915 donne un accès privilégié à l’intelligence de la guerre, du nationalisme, de la dépression, du deuil, qui constituent le versant parental du conflit oedipien et sert de point de départ à la compréhension théorique et aux techniques cliniques permettant de traiter des problèmes plus larges comme l’abus de mineurs, l’éloignement et la discorde au sein du couple conjugal, la compétition et la rivalité entre partenaires, collaborateurs et ennemis.

Haut de page

Texte intégral

1La compréhension historique de l’agressivité gagne à être lue à la lumière d’une idée centrale du canon freudien : la relation d’objet intime, intrapsychique, qui existe entre des ennemis, des amants, le persécuteur et sa victime. La partie la plus approfondie de l’auto-analyse de Sigmund Freud — ce qui concerne l’envie, l’hostilité et l’agressivité qu’il ressent à l’endroit de ses propres enfants, de sa propre famille — s’est déroulée pendant la Première Guerre mondiale. Ce travail psychanalytique de l’année 1915 nous permet d’accéder à la compréhension psychodynamique de la guerre, du nationalisme, de la dépression, du deuil, du versant parental du complexe d’Œdipe, et constitue le point de départ de la compréhension théorique ainsi que de l’approche clinique de problèmes aussi répandus que la maltraitance, la désunion et la discorde conjugales, aussi bien que la compétition et les rivalités entre associés ou collaborateurs.

  • 1  Sigmund Freud et Karl Abraham, Correspondance, 1907-1926, trad. F. Cambon et J.-P. Grossein, Paris (...)
  • 2  Freud-Abraham, 190-191.

2Freud ne fut pas insensible à la fièvre nationaliste qui s’empara de l’Europe à la fin de l’été 1914. Au début de la guerre, il fut gagné par le nationalisme patriotique qui enflammait, gauche et intellectuels compris, les peuples des différents pays belligérants. Dans l’euphorie des derniers jours de juillet 1914, il écrit, à Karl Abraham qui se trouve à Berlin : « Mais c’est peut-être la première fois depuis trente ans que j’ai le sentiment d’être Autrichien et que je veux bien donner encore une chance à ce Reich dont il n’y a pas beaucoup à espérer. Le moral est partout excellent. L’effet libérateur de l’acte courageux, le ferme soutien de l’Allemagne y sont pour beaucoup.  »1 Trois jours plus tard, comme toujours sceptique, Freud interroge Abraham : « Pourriez-vous par hasard me dire si, dans quinze jours, l’émoi de ces jours-ci ne sera plus qu’un souvenir un peu honteux [...] ?  »2 Contrairement à ce qui se produisit chez la plupart des intellectuels européens, chez Max Weber, par exemple, l’enthousiasme premier de Freud s’évanouit avant la fin du premier mois de guerre. A la fin du mois d’août 1914, Freud livre à Ferenczi un aperçu de l’analyse qu’il fait de ce glissement de sa libido d’un nationalisme chauvin vers un sentiment de désillusion à l’égard de la guerre :

  • 3  Sigmund Freud et Sándor Ferenczi, Correspondance, t. II : 1914-1919, trad. Coq-Héron, Paris, Calma (...)

Le processus intérieur a été le suivant : la montée d’enthousiasme, en Autriche, m’a d’abord emporté moi aussi. [...] J’espérais qu’une patrie viable me serait donnée, d’où la tempête de la guerre aurait balayé les pires miasmes, et où les enfants pourraient vivre en confiance. J’ai mobilisé tout d’un coup [...] de la libido pour l’Autriche-Hongrie [...]. Peu à peu, un malaise s’est installé [avec] la sévérité de la censure et le gonflement des plus petits succès [...]. [...] Je vois ma libido tourner en rage, dont on ne peut rien faire3.

3En décembre 1914, il décrit à Van Eeden, qui se trouve en Hollande, l’amertume que lui cause l’atmosphère de mensonge permanent entretenue par les différents gouvernements :

  • 4  Ernest Jones, La vie et l'œuvre de Sigmund Freud, vol. 2 : Les années de maturité, 1901-1919, trad (...)

Et maintenant, voyez ce qui arrive en ce temps de guerre, considérez les cruautés, les injustices, dont les nations les plus civilisées sont responsables, les diverses façons dont elles jugent leurs propres mensonges, leurs propres méfaits et ceux de leurs ennemis, le manque général de jugement clair, confessez alors que ces deux assertions de la psychanalyse sont exactes4.

4Dans l’article remarquable, et décisif, sur la psychodynamique de la dépression que Freud écrit en 1915, il fait dériver la mélancolie du conflit qui se joue entre l’amour et la haine d’un même objet proche et intime : « La perte de l’objet d’amour est une occasion privilégiée de faire valoir et apparaître l’ambivalence des relations d’amour.  » Ce qu’il explique, et qui reste très utile au clinicien dans les cas de dépression et de suicide, mais aussi dans le contexte des thérapies conjugales et familiales, des relations professionnelles et d’autres types de conflit, c’est que la dépression est :

  • 5  Sigmund Freud, Deuil et mélancolie, Métapsychologie, trad. J. Laplanche et J.-B. Pontalis, Paris, (...)

la satisfaction de tendances sadiques et haineuses qui, visant un objet, ont subi de cette façon un retournement sur la personne propre. D’habitude, [...], les malades parviennent encore, par le détour de l’autopunition, à tirer vengeance des objets originaires et à torturer ceux qu’ils aiment par le moyen de leur maladie, après s’être réfugiés dans la maladie afin de ne pas être obligés de leur manifester directement leur hostilité. La personne qui a amené la perturbation dans les sentiments du malade, celle vers laquelle la maladie est orientée se trouve bien, habituellement, dans l’entourage du malade. [...] La relation à l’objet n’est pas simple dans [le] cas [de la mélancolie], mais compliquée par le conflit ambivalentiel. [...] Se nouent autour de l’objet une multitude de combats singuliers dans lesquels haine et amour luttent l’une contre l’autre [...]5.

  • 6  Sigmund Freud, Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, Essais de psychanalyse, trad (...)
  • 7  Max Schur, La mort dans la vie de Freud, trad. B. Bost, Paris, Gallimard, 1975, 358 ; Peter Gay, F (...)

5Au milieu de la Première Guerre mondiale, Freud expose d’une manière très personnelle la « loi de l’ambivalence des sentiments, qui, aujourd’hui encore, commande aux relations affectives nous unissant aux personnes que nous aimons le plus  »6. Tandis que son gendre et deux de ses fils défendent, sur le front, les couleurs de l’Autriche-Hongrie, Freud se débat avec la menace de mort qui pèse sur eux et les sentiments ambivalents que leur mort fantasmée lui fait découvrir en lui. De fait, son gendre, Max Halberstadt, est blessé en France en 1916, et Martin Freud, blessé au bras sur le front russe, voit par ailleurs son calot transpercé par une balle russe tandis qu’il sort la tête de sa tranchée7. Freud est fier des succès et promotions que connaissent ses fils dans l’armée. En octobre 1915, Martin bénéficie d’un avancement et il est décoré : « Il avait très bonne mine, était porte-drapeau, arborait la grande médaille d’argent des combattants valeureux sur son uniforme crasseux, montrait fièrement l’entrée et la sortie de la balle dans son calot [...].  » L’antisémitisme, répandu et dangereux, constitue une menace de mort :

  • 8  Freud-Ferenczi, 95.

[...] Son commandant l’avait promu, lui, le seul Juif du régiment, au grade de « Cochon-de-Juif », et il n’a pas hésité une seconde à se présenter au rapport et à lui en demander raison, réglementairement. [...] J’espère, comme lui-même du reste, qu’il sera bientôt muté, car il est bien trop tentant pour ce supérieur de se débarrasser d’un subordonné gênant par une mission appropriée. Être tué n’est, de toute façon, qu’une question de temps8.

  • 9  Freud-Ferenczi, 76.

6Pendant la guerre, Freud approfondit l’exploration de son propre inconscient, avec cette partie de son auto-analyse qui lui révèle ses désirs infanticides et son hostilité inconsciente à l’égard de ses fils. Dès juillet 1915, Freud raconte à Ferenczi : « Dans la nuit du 8/9 de ce mois, j’ai eu un rêve prophétique dont le contenu représentait clairement la mort de mes fils, et d’abord celle de Martin.  »9 Freud n’est pas prêt alors à interpréter l’hostilité que le rêve met en évidence. L’œuvre de Freud a été, durant sa vie, un texte vivant, susceptible d’être modifié, amendé, réécrit, corrigé au fil des évolutions que les événements, la théorie et les aperçus cliniques faisaient connaître à ses idées. En 1919, il ajouta un rêve fait pendant la guerre au chapitre consacré à « l’accomplissement de désir  » de L’interprétation des rêves. Voici ce qu’on lit :

Début imprécis. Je dis à ma femme que j’ai une nouvelle pour elle, quelque chose de très particulier. Elle prend peur et ne veut rien entendre ; je lui garantis quelque chose qui, au contraire, lui fera grand plaisir, et je commence à raconter que le corps d’officiers de notre fils a envoyé une somme d’argent (5 000 couronnes ?)... une histoire de récompense... partage. En même temps, je suis passé avec elle dans une petite chambre qui ressemble à un office, pour chercher quelque chose. Soudain je vois apparaître mon fils, il n’est pas en uniforme, mais plutôt en costume de sport collant (comme un phoque ?), avec un petit capuchon. Il monte sur une corbeille qui se trouve sur le côté, près d’une caisse, comme pour poser quelque chose sur cette caisse. Je l’appelle ; pas de réponse. Il me semble qu’il a le visage ou le front bandé ; il arrange quelque chose dans sa bouche, il y introduit quelque chose. Ses cheveux ont un reflet gris. Je pense : serait-il si épuisé ? Et a-t-il de fausses dents ? Avant d’avoir pu l’appeler à nouveau, je m’éveille sans angoisse, mais avec des battements de cœur. Mon réveil indique deux heures et demie.

7Dans ses associations libres, Freud s’intéresse aux restes diurnes :

  • 10  Sigmund Freud, L'interprétation des rêves, trad. I. Meyerson et D. Berger, Paris, PUF, 1926 et 196 (...)

L’occasion de ce rêve avait été fournie par une attente angoissante de la veille : il y avait de nouveau plus de huit jours que nous n’avions pas reçu de nouvelles de notre fils qui était au front. Il est facile de voir que le contenu du rêve exprime la conviction qu’il était blessé ou tombé10.

  • 11  Freud, L'interprétation des rêves, 477.
  • 12  Sigmund Freud, Rêve et télépathie, Résultats, idées, problèmes, II, trad. J. Altounian, A. et O. B (...)

8Freud nous dit que, grâce au travail de l’auto-analyse, il est à présent conscient de ses pulsions filicides et du fait que sa psychodynamique est d’ordre générationnel : « En approfondissant l’analyse, je découvre la tendance cachée que pourrait satisfaire la mort redoutée de mon fils. C’est la jalousie contre la jeunesse, que je croyais avoir complètement étouffée [...].  »11 Freud a également parlé de ce rêve et de ces associations dans « Rêve et télépathie » (1922), essai paru au lendemain de la guerre, où il utilise le fait d’avoir rêvé de la mort de son fils pendant la guerre pour rejeter l’idée de rêve prémonitoire12.

9Freud prend conscience de ses désirs filicides pendant la guerre. Toutefois, compte tenu de sa perception du fonctionnement différencié du conscient et de l’inconscient dans les processus mentaux, ce qu’il peut savoir du meurtre intrapsychique qui se joue en lui est tout à fait compatible avec le fait d’être un parent particulièrement aimant et protecteur. Freud avait un moi qui fonctionnait très bien. Les efforts qu’il déploie pour venir en aide à son fils Martin, prisonnier de guerre et blessé, sont touchants. En décembre 1915, il écrit à son ami Ludwig Binswanger qui s’est installé en Suisse, c’est-à-dire en pays neutre :

  • 13  Sigmund Freud et Ludwig Binswanger, Correspondance, 1908-1938, trad. R. Menahem et M. Strauss, Par (...)

[...] Mes deux fils ont participé de temps à autre à de durs combats, mais ils sont toujours en vie, intacts, décorés et actuellement là-bas dans les montagnes. L’aîné [Martin, né en 1889] a passé une permission de dix jours chez nous et nous a réconfortés par sa bonne mine et son moral. Mon gendre de Hambourg [Max Halberstadt] est actuellement à l’instruction dans l’artillerie. Mon second fils, l’ingénieur [Oliver, né en 1891], travaille à la construction d’un tunnel d’importance stratégique [...]13.

10Martin était sur le front italien en juin 1918. Après une semaine passée sans nouvelles de lui, Freud se livre à un exercice d’auto-analyse qui annonce sa deuxième théorie de l’angoisse, publiée en 1926 :

  • 14  Freud-Ferenczi, 321.

[...] J’ai ressenti de l’angoisse à son sujet, de façon plus torturante que de coutume, en fait, pour la première fois peut-être de façon vraiment torturante [...]. L’analyse m’a montré ensuite la contribution névrotique soupçonnée. Il y avait malgré tout là-dedans de l’envie à l’égard des fils, dont je n’avais rien perçu par ailleurs, et c’était l’envie de leur jeunesse14.

  • 15  Freud-Binswanger, 217.

11A la toute fin de la guerre, son fils Martin est blessé et fait prisonnier en Italie. On perçoit dans le courrier adressé à Binswanger l’inquiétude où se trouve plongé un Freud habituellement stoïque : « Face à l’excitation et aux soucis de cette catastrophe, au bouleversement des conditions de vie, à l’angoisse à cause d’un fils porté disparu jusqu’à ce que nous ayons appris qu’il était prisonnier dans un hôpital des Abruzzes [...]  »15, Freud demande et obtient de son ami suisse qu’il porte rapidement secours à son fils, lequel a perdu ses biens pendant sa captivité. Il exprime sa reconnaissance à Binswanger et se met en devoir de le rembourser :

  • 16  Freud-Binswanger, 219. Voir Ludwig Binswanger, Errinerungen an Sigmund Freud, Berne, A. Francke, 1 (...)

Je vous remercie cordialement pour votre secours si rapide. Fin octobre, mon fils a été fait prisonnier avec tout son corps d’armée, parmi les 300 000 qui, au dire des Autrichiens, ont été pris après les accords d’armistice. Il a fallu longtemps avant que nous ayons de ses nouvelles et appris où il se trouvait ; c’est seulement avant-hier qu’il nous a confirmé la réception de notre premier envoi. Dans sa dernière lettre il nous a aussi demandé de l’argent car Gênes est très cher. Lors de sa capture, il a perdu tout son bagage et ses avoirs personnels. Or, ici, on ne trouve ni francs ni lires, les banques aussi font de grandes difficultés et le transfert à partir de Vienne est aussi difficile qu’incertain. C’est pourquoi j’ai pris la décision de vous prier de vous en charger.
Il est probable que le Dr Rank ira en Suisse dans les semaines à venir pour faire avancer les affaires de notre maison d’édition. Il y disposera d’un compte en francs ce qui lui permettra de régler ma dette. Si, contre toute attente, ce voyage devait être différé, je sais bien que vous m’accorderez encore un délai supplémentaire16.

  • 17  Martin Freud, Freud, mon père, trad. P. Rousseau, Paris, Denoël, 1975, 205.

12Nous savons par Martin lui-même combien il fut reconnaissant à son père de ses largesses. Il put avoir un train de vie supérieur, quoique modeste, à celui des autres prisonniers du camp : « Du fait de la générosité de père et de ses relations internationales, je ne manquais pas d’argent et je faisais partie de ce très petit nombre de prisonniers qui avaient de quoi offrir un verre à un camarade.  »17

13Apparemment, le déplacement de Rank fut annulé, car nous savons que Freud était toujours l’obligé de Binswanger en 1919. Le jour de Noël 1919, Freud évoque, dans une lettre à ce dernier, un nouveau moyen de régler sa dette, cette fois via l’Angleterre :

  • 18  Freud-Binswanger, 220.

Mon prisonnier, qui a pu être pourvu en argent grâce à votre aide, est de retour et il a choisi une captivité plus confortable dans un mariage d’amour. Les chances de succès semblent assurées.
Depuis, j’ai ouvert un compte à Londres et peux vous rembourser de là-bas quand vous aurez l’amabilité de me faire savoir combien de francs suisses vous avez déboursé à l’époque. 500 lires n’ont plus la même valeur que l’année dernière, et il ne faut pas s’attendre à une réévaluation du cours de la couronne18.

  • 19  Freud-Binswanger, 225.

14Les fonds londoniens ne servirent pas plus au remboursement de la dette contractée auprès de Binswanger. Par conséquent, recourant à une procédure qui permet de mesurer le nombre de patients qu’il avait à l’étranger, Freud utilise, en mars 1920, les fonds dont il dispose aux Pays-Bas : « Comme cela n’a pas de sens d’attendre une réévaluation du cours de la couronne, j’ai donné ordre à une firme d’Amsterdam de régler ma dette envers vous. Les relations postales sont d’une telle lenteur ! Il y a longtemps que cela aurait dû être réglé.  »19

  • 20  Freud, Essais de psychanalyse, 32 ; Krieg und Tod, Studienausgabe, 9, 53.

15C’est en gardant à l’esprit son inquiétude de père et les efforts qu’il fait pour améliorer la situation de ses fils pendant la guerre que nous devons aborder les considérations de 1915 de Freud sur les attitudes face à la mort – tout particulièrement la mort des êtres chers qui, en plus de causer douleur, sentiment de perte et chagrin, est également accueillie positivement, car en chaque personne bien-aimée se trouve également un étranger hostile20. Il évoque nos relations les plus intimes :

  • 21  Freud, Essais de psychanalyse, 38 ; Krieg und Tod, Studienausgabe 9, 58. Norman B. Atkins écrit : (...)

[...] la mort ou le danger de mort d’un de nos êtres chers, d’un parent ou d’un conjoint, d’un frère ou d’une sœur, d’un enfant ou d’un ami aimé. D’un côté, ces êtres chers sont pour nous un bien intérieur, une partie constituante de notre moi propre, mais de l’autre, ils sont aussi pour une part des étrangers, voire des ennemis. A nos relations d’amour les plus tendres et les plus intimes est attachée, sauf dans un tout petit nombre de situations, une parcelle d’hostilité, capable de stimuler notre désir de mort inconscient21.

16Le motif que les adultes ont le plus de mal à reconnaître en eux-mêmes est sans doute celui du filicide, rarement autorisé à émerger au niveau de la conscience. Nos mythes et notre littérature le mettent pourtant en scène. L’agressivité vis-à-vis de ses propres enfants fait généralement l’objet d’un déni dans notre culture. Nous avons tendance à mettre en avant la douceur, l’amour et les pulsions nourricières dans la relation parent-enfant, le sentimentalisme mercantile de la Saint-Valentin et de la Fête des Mères. Voyez, par exemple, la place qu’occupe le motif de la Vierge à l’enfant dans l’iconographie occidentale, motif dont l’entêtement même à idéaliser la mère intériorisée démontre l’existence d’une résistance extrême aux pulsions hostiles.

17Comme quiconque a eu un parent en analyse le sait, le nourrisson le plus chéri peut être également appréhendé par l’inconscient comme un agresseur. On se souvient que le grand mythe d’Œdipe Roi est également la mise en scène par Sophocle de l’agressivité parentale du roi Laïos et de la reine Jocaste à l’égard de leur enfant. L’autre versant, ou le texte sous-jacent, du mythe d’Œdipe, qui, aux yeux de Freud, parle manifestement du désir de l’adolescent de tuer son père et de posséder sexuellement sa mère, est l’histoire de l’hostilité de Jocaste et Laïos envers leur bébé. Résumons brièvement l’intrigue. Alors qu’il n’est encore qu’un bébé, Œdipe est abandonné sur le flanc d’une montagne, les pieds percés et attachés de façon à ce qu’il ne puisse s’échapper, fût-ce même à quatre pattes. Cet effroyable secret, tel que le berger le révèle à Œdipe devenu adulte, nous est présenté ainsi par Sophocle :

  • 22  Sophocle, Tragédies I, trad. P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1950, 259.

Le Serviteur — Hélas ! j’en suis au plus cruel à dire.
Œdipe — Et pour moi à entendre. Pourtant je l’entendrai.
Le Serviteur — Il passait pour son fils... Mais ta femme, au palais, peut bien mieux que personne te dire ce qui est.
Œdipe — C’est elle qui te l’avait remis ?
Le Serviteur — C’est elle, seigneur.
Œdipe — Dans quelle intention ?
Le Serviteur — Pour que je le tue.
Œdipe — Une mère !... La pauvre femme !22

18On voit que la terrible vérité n’est pas l’inceste, mais le désir que la mère a de tuer son enfant.

  • 23  Je remercie le Pr Moshe Hazani pour cette suggestion.

19L’infanticide est à peine masqué dans un certain nombre de mythes bibliques : Abraham et Isaac, Moïse abandonné sur le Nil, la mort de tous les premiers-nés d’Egypte et Jésus, victime visée par un édit infanticide du roi Hérode. Dans l’Antiquité, le dieu Moloch et Zeus lui-même mangèrent leurs enfants. On connaît le tableau noir et cruel de Francisco de Goya représentant « Saturne dévorant ses enfants » (1820-1823). Comme le souligne Camille Desmoulins pendant la Terreur, en 1794 : « La Révolution est comme Saturne : elle dévore ses enfants.  »23

20Nous retrouvons ces pulsions sadiques en nous-mêmes, chez les patients que nous avons en analyse et dans notre culture, dans le rituel de la circoncision, dans une bonne partie de la chirurgie superflue que nous pratiquons sur les enfants et dans les appareils orthopédiques dont nous les affublons, ainsi que dans la justification de la maltraitance, du châtiment et des coups au nom de l’éducation. On retrouve également l’agressivité filicide de manière particulièrement poignante dans les sentiments ambivalents qu’éveille en nous la perspective d’envoyer des jeunes gens au combat en temps de guerre.

21Il convient d’éclairer la réflexion de Freud, centrée, pour des raisons subjectives, sur l’ambivalence qui nous habite tous, par la compréhension, en termes de relation d’objet, du clivage interne entre bons et mauvais objets. Ce qui est bon, c’est ce qui est moi et à moi : ma famille, mon village, mon clan, mon peuple. Ce qui est mauvais, c’est ce qui se trouve au-dehors : l’« autre  », eux, l’étranger, l’inconnu. C’est l’histoire récente et tragique de la Bosnie et du Kosovo. Les étrangers sont inquiétants parce qu’ils contiennent des parties de nous inacceptables, asociales, sales, ignobles, lascives et cruelles. Par un mécanisme de défense primaire qui prend la forme d’une identification projective, ces parties sont projetées sur les étrangers en qui elles peuvent être désavouées, haïes et tuées.

22La projection (l’expulsion hors de soi) et l’introjection (l’assimilation, l’incorporation à soi) figurent parmi les défenses « primaires  ». Ces processus s’enracinent dans le stade « oral  », première étape de la vie. Comme le dit Freud :

  • 24  Sigmund Freud, La négation, Résultats, idées, problèmes, II, trad. J. Laplanche, Paris, PUF, 1985, (...)

Exprimé dans le langage des motions pulsionnelles les plus anciennes, les motions orales : cela je veux le manger ou bien je veux le cracher, et en poussant plus avant le transfert [de sens] : cela je veux l’introduire en moi, et cela l’exclure hors de moi. Donc : ça doit être en moi ou bien en dehors de moi. Le moi-plaisir originel, comme je l’ai exposé ailleurs, veut s’introjecter tout le bon et jeter hors lui tout le mauvais. Le mauvais, l’étranger au moi, ce qui se trouve au-dehors est pour lui tout d’abord identique24.

23Un enfant qui fait la différence entre l’intérieur et l’extérieur, entre le moi et le non-moi, peut utiliser ce qu’Anna Freud appelle les mécanismes de défense de la projection et de l’introjection :

  • 25  Anna Freud, Le moi et les mécanismes de défense, trad. A. Berman, Paris, PUF, 1949, 109-110.

Il devient ensuite capable de projeter au-dehors ses pulsions interdites. Ce moi-là se montre intolérant à l’égard du monde extérieur avant d’être sévère envers lui-même. Il apprend bien à connaître ce qui est condamnable, mais utilise ce mécanisme de défense contre les désagréments de l’autocritique. La colère provoquée en lui par les actes coupables d’autrui est une sorte d’avant-coureur et de substitut de son propre sentiment de culpabilité25.

  • 26  D. W. Winnicott, Jeu et réalité : l'espace potentiel, trad. C. Monod et J.-B. Pontalis, Paris, Gal (...)

24L’hostilité et l’agressivité dans le monde politique et social naissent de la rage meurtrière, des persécutions et de la malveillance qui occupent les fantasmes conscients et inconscients des coupables. Il suffit de réfléchir un instant pour comprendre que nous ne pouvons postuler l’existence d’une caractéristique ou d’un trait distinctif chez quelqu’un d’autre que parce que nous avons, dans une certaine mesure, approché ce trait par le fantasme. Les peuples et les nations trouvent en leurs voisins et dans leurs minorités une cible accessible et vulnérable sur laquelle projeter leurs mauvais objets intérieurs : leur haine et leur désir de tuer, comme leur sentiment d’infériorité, leur sentiment d’être méprisés et rangés parmi les gens sans scrupules, les parasites indélicats, les tricheurs, les violeurs et les meurtriers. Comme le dit Donald Winnicott dans une phrase fort juste : « La logique n’a plus aucun pouvoir, une fois accomplie la simplification « exquise » de la position persécutoire.  »26

Haut de page

Notes

1  Sigmund Freud et Karl Abraham, Correspondance, 1907-1926, trad. F. Cambon et J.-P. Grossein, Paris, Gallimard, 1969, 190.

2  Freud-Abraham, 190-191.

3  Sigmund Freud et Sándor Ferenczi, Correspondance, t. II : 1914-1919, trad. Coq-Héron, Paris, Calmann-Lévy, 1996, 17-18.

4  Ernest Jones, La vie et l'œuvre de Sigmund Freud, vol. 2 : Les années de maturité, 1901-1919, trad. A. Berman, Paris, PUF, 1961, 392.

5  Sigmund Freud, Deuil et mélancolie, Métapsychologie, trad. J. Laplanche et J.-B. Pontalis, Paris, Gallimard, 1968, 158, 159-160, 168.

6  Sigmund Freud, Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, Essais de psychanalyse, trad. P. Cotet, A. Bourguignon et A. Cherki, Paris, Payot, 1981,32 ; Zeitgemässes über Krieg und Tod (1915), Studienausgabe, Éd. Alexander Mitscherlich, Angela Richards & James Strachey, Francfort/Main, S. Fischer, 1974, 9, 53.

7  Max Schur, La mort dans la vie de Freud, trad. B. Bost, Paris, Gallimard, 1975, 358 ; Peter Gay, Freud : une vie (t. 1), trad. T. Jolas, Paris, Hachette, 1991, 547.

8  Freud-Ferenczi, 95.

9  Freud-Ferenczi, 76.

10  Sigmund Freud, L'interprétation des rêves, trad. I. Meyerson et D. Berger, Paris, PUF, 1926 et 1967, 475-476.

11  Freud, L'interprétation des rêves, 477.

12  Sigmund Freud, Rêve et télépathie, Résultats, idées, problèmes, II, trad. J. Altounian, A. et O. Bourguignon, G. Goran, J. Laplanche, A. Rauzy, Paris, PUF, 1985, 26.

13  Sigmund Freud et Ludwig Binswanger, Correspondance, 1908-1938, trad. R. Menahem et M. Strauss, Paris, Calmann-Lévy, 1995, 210.

14  Freud-Ferenczi, 321.

15  Freud-Binswanger, 217.

16  Freud-Binswanger, 219. Voir Ludwig Binswanger, Errinerungen an Sigmund Freud, Berne, A. Francke, 1956, 74-75, 79-80.

17  Martin Freud, Freud, mon père, trad. P. Rousseau, Paris, Denoël, 1975, 205.

18  Freud-Binswanger, 220.

19  Freud-Binswanger, 225.

20  Freud, Essais de psychanalyse, 32 ; Krieg und Tod, Studienausgabe, 9, 53.

21  Freud, Essais de psychanalyse, 38 ; Krieg und Tod, Studienausgabe 9, 58. Norman B. Atkins écrit : « L'agressivité parentale envers l'enfant, qui va de soi dès lors qu'il y a autoritarisme éhonté et qui se trouve pratiquée consciemment par les gouvernants et ceux qui manipulent le pouvoir, est un thème universel minimisé et très largement nié par la pensée et les écrits psychanalytiques, à quelques exceptions notables près » (voir The Œdipus Myth, Adolescence, and the Succession of Generations, Journal of the American Psychoanalytic Association, 18, 1970, 863).

22  Sophocle, Tragédies I, trad. P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1950, 259.

23  Je remercie le Pr Moshe Hazani pour cette suggestion.

24  Sigmund Freud, La négation, Résultats, idées, problèmes, II, trad. J. Laplanche, Paris, PUF, 1985, 137 ; Die Verneinung (1925), Studienausgabe, 3, 374.

25  Anna Freud, Le moi et les mécanismes de défense, trad. A. Berman, Paris, PUF, 1949, 109-110.

26  D. W. Winnicott, Jeu et réalité : l'espace potentiel, trad. C. Monod et J.-B. Pontalis, Paris, Gallimard, 1975, 204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Loewenberg, « L’agressivité pendant la Première Guerre mondiale : l’auto-analyse approfondie de Sigmund Freud », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2000, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/801

Haut de page

Auteur

Peter Loewenberg

Professeur au département d’histoire de l’Université de Californie à Los Angeles

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page