Navigation – Plan du site

Présentation

Christine Lubkoll
Traduction de Olivier Mannoni
p. 5-7

Texte intégral

1Qu’ils soient considérés comme les dénominations de deux époques ou comme des concepts esthétiques, les termes de « classicisme » et « romantisme » apparaissent dans différentes variantes nationales et avec des décalages historiques dans les littératures et les arts européens. En histoire littéraire et en histoire de l’art, on étudie le plus souvent isolément leurs formes d’émergence ; dans l’historiographie littéraire allemande, notamment, une polarisation véritablement polémique entre « Klassik »et « Romantik » a acquis droit de cité. En outre, le concept de « classicisme » (« Klassik ») est tombé dans le discrédit au cours des dernières années, en raison de sa définition normative et de son instrumentalisation idéologique. Pour sortir des difficultés liées au concept et à l’histoire littéraire, on parle donc ces derniers temps, d’une manière très peu spécifique, de la littérature « autour de 1800 ». Compte tenu de la multiplicité des domaines objectifs et des périodes auxquels se réfèrent les désignations de « classicisme » (« Klassizismus ») et de « romantisme » (« Romantik ») dans le contexte européen, il semble en revanche prometteur d’étudier par les méthodes comparatistes les concepts esthétiques qui leur sont liés, et de reconstituer par l’analyse du discours leur force paradigmatique – en se concentrant sur l’Allemagne, l’Angleterre et la Russie « autour de 1800 ».

2C’est à cette tâche que le présent ouvrage se propose de contribuer. Une grande partie des essais qu’on pourra y lire sont issus d’un programme de recherche mis au point dans un séminaire de l’Université de Giessen, destiné à promouvoir la jeune génération de chercheurs. Le collège, auquel participent des professeurs, des postdoctorants et des doctorants étudiant la germanistique, la romanistique, l’anglistique, la littérature comparée, la philosophie, la musicologie et l’histoire de l’art, est intitulé « Classicisme et romantisme dans le contexte européen. L’invention esthétique de la modernité dans la littérature, les arts plastiques, la musique et la culture du quotidien ».

3On y considère d’une part les mouvements artistiques du « classicisme » et du « romantisme » comme des systèmes complémentaires mis au point pour servir de modèles aptes à maîtriser les crises esthétiques, et qui servent à consolider l’identité bourgeoise, nationale et européenne. Les deux systèmes seront analysés comme des formes d’émergence de la modernité ou comme des réponses aux poussées de modernisation. Dans les débats contemporains autour de 1800, les constitutions de fronts opposés et les stratégies de démarcation entre les groupes servent avant tout à dessiner des contours ; dans ce processus, on assiste de plus en plus à des interactions, des transcriptions, et des renchérissements réciproques. Il faut redéfinir ces liens dans la perspective comparatiste et les reformuler en termes de théorie du discours ; les controverses esthétiques ne seront pas, ce faisant, traitées isolément, mais replacées dans leur contexte, celui de l’histoire des mentalités et de l’histoire des sciences. La question est de savoir de quelle manière l’invention esthétique de la modernité va de pair avec la transformation d’ordres du savoir, avec le changement structurel vers 1800 et avec de nouvelles pratiques sociales, ou de quelle manière ces domaines s’interpénètrent. La définition fonctionnelle et la localisation historique du complexe classicisme-romantisme se concentre sur la phase centrale de la « période charnière » (Reinhart Koselleck) située entre 1750 et 1830, mais tient aussi compte de l’histoire antérieure (concepts d’esthétique en France, en Italie et en Angleterre aux xviie et xviiie siècles), et des formes tardives (néo-classicisme et néo-romantisme autour de 1900 ou dans la postmodernité).

4L’éclairage systématique de la complémentarité du « classicisme » et du « romantisme » exige en second lieu une différenciation historique. Le programme de recherche du séminaire de Giessen se donne donc pour objectif explicite l’utilisation multiple de ces concepts, l’étude des différentes périodes et domaines objectifs auxquels ils se réfèrent dans le contexte européen. On s’interrogera sur les constellations nationales spécifiques dans le champ des littératures, et sur les processus de transfert par lesquels ils sont transmis et développés. Dans le même temps, on débattra des interactions entre les arts : la littérature, la musique, les arts plastiques, l’architecture. Enfin, on renverra constamment le discours esthétique, dans ses différentes versions, à des phénomènes de la culture quotidienne, à la question de savoir comment les concepts directeurs de « classique » et de « romantique » agissent sur les normes de comportement et les formes de mise en œuvre de la vie quotidienne.

5Les contributions rassemblées ici illustrent et étudient les concepts de « classicisme » et de « romantisme », ainsi que leurs relations mutuelles ; elles s’appuient surtout sur les modèles et procédés d’écriture analysés par la poétologie, mais aussi sur les catégories majeures de l’esthétique et sur leur intégration dans les discours philosophiques et scientifiques vers 1800. Un premier groupe de contributions traite des effets du débat classicisme-romantisme sur les concepts de genre : dans le domaine de la poésie

6(S. Jaeger), dans le roman de voyage anglais (A. Ebert), dans le roman autobiographique (B. Herrmann) et dans le « roman pastoral » (J. Steigerwald). Les essais sur l’« écriture réflexive » chez Nodier (G. Vickermann) et sur une « esthétique de la distance » chez Karl Philipp Moritz et Wilhelm Heinrich Wackenroder (Barbara Thums) analysent le procédé d’écriture spécifique dans le champ de tension entre le classicisme et le romantisme. Les concepts relevant de l’intermédialité seront présentés dans une étude sur l’opéra comme modèle esthétique (S. Lulé) et sur l’arabesque (G. Oesterle). Enfin, on fera apparaître les relations entre esthétique et philosophie (M. Bergengruen) et entre l’art et les sciences naturelles (C. Welsh).

7Dans toutes ces contributions, on voit aussi que les concepts de « classicisme » et de « romantisme », tels qu’ils ont été dessinés et expérimentés autour de 1800 en littérature et dans les beaux arts, participent simultanément à l’« invention esthétique de la modernité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Lubkoll, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2001, mis en ligne le 03 août 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/852

Haut de page

Auteur

Christine Lubkoll

Professeur de littérature allemande et de littérature comparée à l’Université de Giessen. Publications sur le thème de Faust, musique et littérature, le classicisme, le romantisme, la modernité esthétique, la littérature du temps présent, co-éditrice du Schiller-Jahrbuch

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page