Navigation – Plan du site

La vie comme roman. Transformations médiales du fictif entre classicisme et romantisme

Britta Herrmann
Traduction de Olivier Mannoni
p. 47-68

Résumés

Le lien constitutif entre l’observation de soi (« l’expérience »), l’édification et le divertissement dans le genre « mixte » qu’est le roman, la prétention à représenter la vie (empirisme), les garanties (fictives) d’authenticité proclamées dans les avant-propos, les (auto)biographies camouflées en romans, et le recours de plus en plus fréquent aux sujets historiques paraissent effacer peu à peu, au cours du xviiie siècle, les frontières entre la réalité et la fiction. Dans la mesure où la vie elle-même et « toute chose » devient roman (Novalis, Hippel), tout être humain accède au statut d’auteur potentiel de soi-même. Au bout du compte, toute perception quotidienne est préfigurée par des structures narratives.
C’est le revers d’une « manie de la lecture » et de sa conséquence, l’extension mediale du réel vers le virtuel. Mais de la même manière que le roman devient, d’une part, la « pitance » d’une « faim d’illusion matérielle », comme l’écrit Sendling, faim qui trouve, on le sait, son expression pathologique dans l’exaltation, une nouvelle frontière s’établit aussi entre fiction et facticité ; non seulement dans la mesure où l’exalté, avec ses « idées romanesques », pour reprendre l’expression de Moritz, se heurte toujours très rapidement aux frontières factuelles des réalités virtuelles, mais aussi parce que, d’un point de vue esthétique, on donne un nouveau fondement (pour ainsi dire anti-naturaliste) à la distinction entre la réalité et « l’apparence ».
Trois aspects centraux de la modernité trouvent ainsi leur catalyseur, sinon leur origine, dans le débat sur le roman autour de 1800 ; la distinction esthétique entre la fiction et la réalité, qui se ranime vers 1900 ; la constitution narrative de soi, sur laquelle se fondra plus tard Sigmund Freud pour ses « cures de parole » ; et la médialisation de l’expérience, qui, au xxe siècle « virtuel », requerra de nouveau l’attention.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. à ce propos Odo Marquard, « Kunst als Antifiktion :Versuch über den Weg der Wirklichkeit ins Fi (...)

1Ce que l’on considère comme « fictif » est historiquement tout aussi susceptible de se transformer que la conception de ce qui est donné sous forme « réelle » et « factuelle ». Les deux concepts jalonnent en quelque sorte un champ dans lequel aussi bien le rapport que la valeur du mensonge et de la vérité, de l’apparence et de la réalité, de l’imagination et de l’expérience, de la poésie et de l’histoire, doivent être constamment redéfinis. Même si la fiction et le fait ne peuvent plus aujourd’hui passer pour des concepts dichotomiques1, cela ne signifie pas que la différence entre les deux catégories soit abolie. Il reste donc à s’interroger sur la manière dont elle est affirmée dans chacun des cas, et quelles implications cela pourrait avoir pour une esthétique de la modernité.

  • 2  Wolfgang Iser, « Akte des Fingierens. Oder :Was ist das Fiktive im fiktionalen Text », in Funktion (...)
  • 3 Margrit Schreier et al, « Realitäts-Fiktions-Unterscheidung(en) :Ausprägungen, Bedingungen und Funk (...)
  • 4 Cf. aussi Joachim Zelter, Sinnhafte Fiktion und Wahrheit, Tübingen, 1994, p. 17-18.
  • 5 Erich Kleinschmidt, « Die Wirklichkeit der Literatur, Fiktionsbewusstsein und das Problem der ästhe (...)
  • 6  Klaus-Detlef Müller fait une analyse analogue, Autobiographie und Roman. Studien zur literarischen (...)
  • 7  Cette formulation se rapporte à Ulrich Beck, Antonhy Giddens, Scott Lash, Reflexive Modernisierung (...)
  • 8  Gerhart von Graevenitz, « Einleitung », in Konzepte der Moderne, Gerhart von Graevenitz, Stuttgart (...)

2On peut, d’une part, décrire la fictionnalité comme une catégorie sémantique du texte, produite par des actes de la création de fiction, comme la sélection, la combinaison et le marquage de la fiction2. D’autre part, la fiction constitue un concept pragmatique qui a pour contenu la « willing suspension of disbelief » (Colderidge) ou un contrat de fiction (Eco) : le récepteur renonce consciemment à la référentialisation et au contrôle de la réalité3. La condition en est cependant une conscience de la fictionnalité4. Cette conscience commence à se former dans le cadre de la discussion allemande sur le roman, dès le début du xviie siècle5, mais il faut attendre l’alphabétisation, au xviiie siècle, pour qu’au-delà de la catégorie des érudits, elle devienne un savoir culturel large et une habitualisation. L’accession du roman au statut de mass media joue ici un rôle important6. Je voudrais ici, en revenant, par l’histoire des médias, sur le débat engagé autour de 1800 à propos du roman, suivre la thèse selon laquelle la conscience de la fictionnalité constitue un fondement indispensable de la « modernité réflexive »7 et établit cette « grammaire discursive » des doubles personnages qui fait partie depuis très longtemps de l’arsenal rhétorique de l’autodescription moderne8.

  • 9  Cf. Niklas Luhmann, Die Realität der Massenmedien, Opladen, 1996, p. 14-19.

3La conscience de la fictionnalité, tel est le point de départ de cette thèse, débute avec le doublement de la réalité ou — pour parler en termes de théorie du système — avec la distinction entre une réalité de premier ordre et une réalité de deuxième ordre9. C’est précisément cette distinction qu’il faut se réapproprier comme technique des médias dans le rapport avec le mass media qu’est le roman. Au cours du xviiie siècle apparaissent, dans le contexte des débats autour du roman et de la création littéraire en général, différentes approches permettant de définir la différence entre la construction de réalité et l’expérience de la réalité, la fiction et le fait. Sur ce point, mentionnons par avance mes thèses :

4On constate en premier lieu depuis le xviie siècle — mais ce mouvement se réfère à Aristote — une différenciation croissante entre la création littéraire et la vérité (historique), à travers le concept du vraisemblable. La fiction et l’historiographie apparaissent comme des formes complémentaires et non contradictoires de la narration. Tant que l’on pense la connexion du langage, de la pensée et de la réalité comme un rapport d’analogie, la fiction littéraire (comme microcosme) offre un accès épistémologique au monde extra-littéraire (le macrocosme). Chez Friedrich von Blanckenburg, le roman sert encore de modèle herméneutique — mais ce modèle doit désormais être rendu fécond pour l’étude anthropologique de l’être humain. Dans la mesure où le discours doit être l’expression de l’intérieur, l’intérieur se laisse aussi interpréter et lire comme une composition rhétorique.

  • 10  Michel Foucault, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1989 (Leçon inaugurale au Collège de Franc (...)
  • 11  En d’autres termes : « L’utilisation des médias a pour objectif l’authenticité. » Ansgar Häfner, « (...)

5En deuxième lieu, la littérature est poiesis, c’est-à-dire qu’elle ne se contente plus d’imiter la réalité, mais la génère aussi. « L’effet de réel » qu’elle produit ainsi ne se situe plus dans un rapport d’analogie avec la réalité, mais développe une dynamique autonome. Dès le xviiiesiècle, le Don Quichotte de Cervantes passe pour un modèle significatif de ce phénomène — ce n’est pas un hasard si Michel Foucault y fait appel pour son changement des épistèmés10. Idéal et réalité, perception et vécu ne coïncident (plus) ici, les projets fictifs suivent leurs propres lois et menacent de modifier la réalité observée, ou même de s’y substituer. Dans le cadre du débat sur le roman, on annonce ainsi le remplacement du modèle de l’analogie leibnizienne par la philosophie transcendantale de Kant, pour autant qu’on ne l’accompagne pas dans l’histoire des médias. Dans le contexte du syndrome de l’exalté, l’incongruence de l’idéal et de la réalité ne se révèle cependant pas encore comme une condition de la constitution subjective de la réalité, mais comme un conflit pathologique qu’il s’agit de soigner par la thérapie et de contrôler. On parvient à l’un comme à l’autre en s’exerçant à manier la littérature comme un média (on impose la discipline de la perception). Une séparation résolue du savoir empirique né de l’observation (le fait) et du savoir livresque (la fiction) justifie en outre, vers la fin du xviiie siècle, une sorte de désir « d’authenticité » prédiscursive, conséquence d’une médialité progressiste : sans reproduction (littéraire), pas d’originaux11.

6En troisième lieu, l’invention de la modernité esthétique passe par une réinterprétation positive de l’exalté. La littérature est contrefactuelle, et la réalité doit être modifiée par elle, car dans le cadre d’un projet de poésie progressiste, il faut ébaucher une nouvelle réalité. Dans la conception défendue par l’esthétique de l’autonomie, celle d’un rapprochement entre l’idéal et la réalité, le concept de mimesis se transforme, et la relation d’imitation entre la fiction et le fait s’inverse. Entre la perte de l’origine et l’utopie, les environs de 1800 proposent d’une part des ébauches d’esthétique antinaturaliste qui seront développées vers 1900. D’autre part, on fixe ici par écrit cette dialectique de la modernité qui configure jusqu’à ce jour notre perception (de nous-mêmes).

  • 12 Graevenitz, op. cit., n. 4, p. 48.

7De cet exposé, on aura sans doute déjà compris que mon propos n’est pas ici de me livrer à une étude du roman dans l’esprit d’une typologie du genre, même si cela permettrait à coup sûr, notamment à propos de traditions situées en dehors de l’Allemagne, d’obtenir des résultats intéressants et plus nuancés. Dans cet essai, je voudrais cependant, en respectant le cadre nécessairement limité, entreprendre une tentative pour déceler le « double rythme des transformations sociales et des symbolisations culturelles »12 inhérent à la modernité. Cette tentative débute en un lieu où se matérialisent les symbolisations matérielles, où elles sont plusieurs fois multipliées et produisent un sens social — il s’agit précisément du mass media qu’est le roman.

Poésie et vérité : réalisme

8 « Un roman est une histoire imaginée et rédigée dans une écriture sans contrainte, mais dont on ne peut pas prouver avec une certitude absolue qu’elle ne se soit pas déroulée sur notre globe terrestre. »

  • 13 « Einige Gedanken und Regeln von den deutschen Romanen », in Critische Versuche ausgefertigt durch (...)
  • 14 Uwe Japp, « Die literarische Fiktion », in Die Dichter lügen, nicht. Über Erkenntnis, Literatur und (...)
  • 15 Anonyme (op. cit., n. 1, p. 50), p. 74.
  • 16 Anonyme (op. cit., n. 1, p. 50), p. 75.

9C’est la formule utilisée en 1744 par un rédacteur anonyme dans ses Réflexions et règles sur les romans allemands13. Il attribue ainsi au roman, précisément, ces trois catégories qui marquent encore aujourd’hui la conception moderne de la fiction : invention littéraire, représentation (narration), supposition non démontrée ou indémontrable (mais aussi, justement : irréfutable)14. Le roman ne contredit cependant pas du tout les faits, comme l’implique constamment le reproche de mensonge adressé à la création poétique depuis l’Antiquité. Au contraire : lorsque l’auteur du roman « se fonde sur des histoires véritables »15, c’est à lui qu’il revient de combler les lacunes et les « places vides » entre les données historiographiques, ou de transformer lui-même ces dernières. « Il serait grotesque qu’il fasse mourir Jules César tranquillement installé sur son lit, entouré d’un grand nombre de moines. [...] On peut donc affirmer à juste titre que le poète doit commencer là où s’est arrêté l’historiographe. »16

  • 17  Haydn White, on le sait, a mené une entreprise systématique pour examiner la part de fiction dans (...)
  • 18  Kleinschmidt (op. cit., n. 1, p. 48), p. 174-175 ; sur la même ligne, Christian Berthold, Fiktion (...)
  • 19 Kleinschmidt (op. cit., n. 1, p. 48), p. 179.

10Calliope ne ment (plus) et Clio ne compose pas (encore)17. Le récit exemplaire joue certes encore un rôle fondamental à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes, comme instrument de l’empirique et de l’historique. Mais on n’attribue pas de manière primaire une caractéristique fictive à l’exemple18. La séparation traditionnelle entre le texte fictif (mensonger) et le texte véritable trouve sa nécessité dans le caractère commun du schéma d’expression rhétorique de l’historiographie et de la poésie. « Seule la dissolution [de ce schéma] au xviiie siècle, selon Erich Kleinschmidt, a définitivement scindé création poétique et histoire, comme deux domaines d’articulation radicalement différents fondés sur un statut différent de la logique discursive. »19

  • 20 Anonyme (op. cit., n. 1, p. 50), p. 74.
  • 21 Wilhelm Vosskamp, Romantheorie in Deutschland. Von Martin Opitz bis Friedrich von Blankenburg, Stut (...)
  • 22 Sigmund von Birken, Teutsche Rede– Bind– und Dichtkunst, cité d’après Vosskamp (op. cit., п. 3, p. (...)
  • 23 Vosskamp (op. cit., п. 3, p. 51), p. 13-15.

11Dès le xviie siècle, un débat plus intense débute dans le contexte de la discussion sur le roman. Il tente de développer l’approche d’une réalité fictive spécifique, en tant que phénomène relevant de l’esthétique de la production et de la réception. Le roman est ici dans un premier temps défini d’une manière analogue à l’épopée ; la séparation entre « vérité et invention littéraire »20 demeurant, d’une part, inscrite en elle, mais étant d’autre part supprimée, puisque les deux peuvent être mêlées dans le roman21. Les frontières entre l’historiographie et la poésie deviennent ainsi floues, et sous les « poèmes historiques » fonctionnent aussi bientôt des « histoires entièrement inventées »22. Les frontières de la fiction sont ici définies par l’impératif de vraisemblance, avant tout lié à la conception dominante de l’histoire, fondée sur la théologie23.

  • 24  Johann Jakob Bodmer, Chritische Betrachtungen über die Poetischen Gemähide der Dichter, [1741], 13(...)
  • 25  Johann Jakob Breitinger, Critische Dichtkunst, cité d’après Johann Jakob Bodmer, Johann Jakob Brei (...)
  • 26  Cité d’après Vosskamp (op. cit., п. 3, p. 51), p. 157. La distinction entre le vraisemblable et le (...)

12Cela change au cours du xviiie siècle. Après la théorie leibnizienne des mondes possibles et la relativisation, pratiquée par Wolff, de la différence de valeur entre le monde réel et ses variantes possibles, le roman (par exemple celui d’un Cervantes) et ses personnages peuvent être conçus comme s’ils n’étaient simplement « pas encore arrivés à la réalité »24. Le monde fictif n’a plus alors qu’une différence de degré avec le monde historique et le monde empirique. L’un comme l’autre demeurent liés au « cours de la nature »25; la loi du vraisemblable n’est donc plus liée à l’historique : la poésie et l’histoire sont toutes deux soumises aux mêmes principe de la nature (et des lois naturelles) : « Le poème, la fable et le roman, d’une part, l’histoire, de l’autre, ne sont donc pas plus différents les uns des autres qu’en ce que celle-ci a un plus grand degré de vraisemblance dans la mesure où elle a des témoins plus nombreux et plus fiables [...]. »26

  • 27  Christian Friedrich von Blanckenburg, Versuch über den Roman, reproduction de l’édition originale (...)

13L’auteur de roman accède ainsi au rang de « créateur et historiographe de ses personnages », comme l’écrit Christian Friedrich von Blankenburg en 1774, dans son fameux Essai sur le roman27. Friedrich von Blankenburg commente le vieux débat sur le genre inférieur du roman et le conduit à une conclusion provisoire : il trace une ligne d’évolution dans l’histoire culturelle, depuis « l’épopée » antique jusqu’au (« bon ») roman de sa propre époque (p. XIII-XV). Le roman est ici exploité de deux manières différentes : comme possibilité de se rattacher directement aux modèles classiques, mais aussi comme lieu d’une autodétermination spécifiquement nationale. Car dans la mesure où l’auteur de roman « est dans sa manière aussi national que le furent les poètes grecs pour leur peuple [...], l’auteur de roman peut devenir classique, et son œuvre mériter d’être lue » (p. XVIII).

  • 28  Blanckenburg (op. cit., n. 1, p. 52), p. VI/VII : « [Ces remarques] doivent, si la chose est possi (...)
  • 29 Cf. Horst Thomé, Roman und Naturwissenschaft. Eine Studie zur Vorgeschichte der deutschen Klassik, (...)
  • 30  La conception du roman qu’a Blanckenburg peut, pour ce qui concerne la représentation fondée sur u (...)

14Mais les qualités nationales ne sont pas les seules à être représentées sous une forme pratiquement ethnographique et à avoir un effet poétologique: c’est aussi et surtout le cas des qualités humaines. Dans le contexte de l’Empfindsamkeit et d’un nouveau concept anthropologique qui se manifeste presque simultanément dans le livre d’Ernst Platner Anthropologie für Ärzte und Weltweise (1772), Blanckenburg transfère le sujet du roman « classique » des « histoires de héros » (p. XIII) et de leurs « faits et gestes publics » (p. 17) vers « l’histoire intérieure » (p. 388) de l’être humain. Ce faisant, il radicalise une suppression déjà ancienne de la différence entre poésie et vérité (historiographique) ou entre art et nature28. La mission de l’auteur de roman est de créer un modèle quasi scientifique de réalité29 qui présente la « relation des parties entre elles » (p. 314), illustre les effets et les causes des événements et des comportements — autant dire une copie30et un simulacre, donc, qui montre pratiquement ce qui maintient le « grand monde » au plus profond de lui-même et sert, d’une manière instructive, à encourager le « parachèvement de l’être humain » (p. 252).

  • 31  Cf. aussi Aleida Assmann, Die Legitimität der Fiktion. Ein Beitrag zur Geschichte der literarische (...)
  • 32 Cf. Erhart (op. cit., n. 4, p. 52), p. 96.
  • 33  C’est ce qu’écrit Jürgen Fohrmann, Schiffbruch mit Standrecht. Der ästhetische Imperativ in der « (...)

15Le roman est ainsi conçu comme une ébauche de compréhension narrative qui, sur la base de sa consistance et de sa cohérence fictives, est supérieure au factuel, avec son caractère fortuit. L’exposition d’une telle disposition expérimentale herméneutique ne semble cependant avoir de sens que s’il en résulte une aussi grande proximité que possible des « conditions de laboratoire » textuelles par rapport à la réalité31. Cela suppose d’une part une certaine représentation de la réalité « factuelle » — qu’il faut reproduire sous une forme mimétique. D’autre part, cette idée ne peut être produite et étudiée que dans le cadre du fictif32. Le « tout » dont le roman devrait en réalité n’être qu’un modèle, apparaît lui-même, de plus en plus, comme un « effet de la capacité poétique, comme des effets de la poiesis »33.

  • 34  Blanckenburg (op. cit., n. 1, p. 52), p. 166 : « Dans le petit monde du poète (tout comme dans le (...)
  • 35 Berthold (op. cit., n. 6, p. 50), p. 1.
  • 36  Sur la refondation anthropologique du roman au xviiie siècle, cf. aussi Jutta Heinz, Wissen vom Me (...)

16Vers 1800, la représentation de personnages et d’idéaux de vertu désormais considérés comme « irréalistes » (« outranciers et surchargés ») ne fait résolument plus partie de cette réalité fictive ou de cette fiction réaliste (Blanckenburg, p. 66). Les « effets de la poiesis » visent plutôt désormais l’histoire interne de l’éducation. Blankenburg considère que l’étude de cette histoire constitue le sujet du roman, parce que le déploiement de l’intérieur et de son histoire ne peut s’opérer que dans le format du roman, c’est-à-dire sur plusieurs centaines de pages et sur plusieurs livres34. Sans le « vainqueur de l’espèce »35, le projet anthropologique ultérieur d’une « psychologie empirique » (de Karl Philipp Moritz à Sigmund Freud) paraît difficilement concevable ; « [L’auteur du roman] a en mains, plus que quiconque, les moyens de nous ouvrir des portes que seul le poète, d’ordinaire, peut ouvrir » (Blanckenburg, p. 356-357). Et à l’inverse, l’intérêt croissant pour l’anthropologie de « l’homme entier » pourrait avoir contribué de manière non négligeable à la réhabilitation d’un genre que l’on tournait jadis en dérision36.

  • 37 Albrecht Koschorke, Körperströme und Schriftverkehr. Mediologie des 18. Jahrhunderts, Munich, 1999.

17Avec l’étude littéraire de l’espace intérieur privé (qui peut s’appliquer à tout être humain), le roman permet au bout du compte ces « procédures d’écriture spirituelle »37 qui servent, d’une part, à faire apparaître les personnages comme des personnes, au lieu de les présenter comme de simples « squelettes de caractères » (Blanckenburg, p. 208). Mais d’autre part, les codages et les logiques narratives du sentiment et du caractère suggèrent la possibilité d’un art psychologique de l’interprétation des signes situé au-delà du roman. La poésie doit explicitement servir à faire apparaître justement cette partie de la nature humaine qui ne se montre que dans l’acte opérationnel du langage et qui demeure dissimulée en dehors du média qu’est le roman — le cœur :

« En réalité, ces traits [de caractère] sont tous, si nous voulons les considérer seulement comme des mots, des discours ce que nous nommons actions dans l’expression. Ils nous ouvrent le cœur entier de celui qui les prononce ; nous le voyons pour ainsi dire de part en part » (p. 231).

  • 38  Ce que pense également Johann Jakob Engel, Über Handlung, Gespräch und Erzehlung (1774), cité d’ap (...)

18Dans la mesure où l’auteur de roman est tenu de présenter ses personnages comme des sortes d’« hommes de verre » et de les pourvoir d’une logique du comportement et des « singularités » que l’on peut énumérer rétrospectivement sous le nom d’éducation, de situation, de profession (p. 208), il doit simultanément inventer et utiliser un inventaire de signes que le public soit capable de décrypter. L’étude de l’homme intérieur comme projet anthropo-littéraire encourage ainsi un processus de sémiotisation dans lequel, outre les codes corporels, on systématise et l’on interprète les signes linguistiques. Mais si le discours apparaît comme un miroir de l’âme38, l’intérieur de l’être humain est au bout du compte mis sous une forme discursive et devient lisible comme un livre.

  • 39 Anders Heinz (op. cit., n. 6, p. 53), p. 162. Le programme d’une telle lecture identificatrice pour (...)
  • 40 Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 162-163.
  • 41  Sur l’efficacité réelle du média qu’est la littérature sous la forme du roman, il n’existe aucun d (...)

19Et ce n’est pas tout : l’intérieur aussi est susceptible d’être écrit comme un livre. Christian Friedrich von Blanckenburg demande explicitement à l’auteur de roman de produire « en ses lecteurs », selon le type de ses moyens, c’est-à-dire par le langage et la littérature, des représentations et des sensations utiles au parachèvement de l’être humain (p. 252). La mission éducative du roman n’est donc plus d’apporter l’exemple moral, mais une évocation directe de perceptions et d’émotions. Or on ne peut y parvenir qu’en obligeant pour ainsi dire le public à pratiquer une lecture identificatrice39 et dans la mesure où la postérité de la littérature est ainsi déjà programmée. Albrecht Koschorke a attiré l’attention sur le fait que la littérature contemporaine crée parfois des sensations « qu’un non-lecteur ne pourrait avoir ou partager, qui ne prennent donc pas leur source dans la vie réelle mais sont, de manière déclarée, d’origine écrite »40. Le désir mimétique ne définit justement pas seulement le rapport de l’art et de la nature, mais aussi celui du réel au virtuel41.

  • 42  Dès lors, nous pouvons, grâce à la lecture du roman, affiner notre sentiment, être plus familiers (...)
  • 43 . Georg Friedrich Wilhelm Hegel, Vorlesungen über die Ästhetik III, in G. F. W. Hegel, Werke in zwa (...)
  • 44  Cf. Müller (op. cit., n. 2, p. 48), p. 51-52.
  • 45  « Le roman traite de la vie — représente la vie », Novalis, Vorarbeiten zu verschiedenen Fragments (...)
  • 46  Theodor Gottlieb von Hippel, Lebensläufe nach aufsteigender Linie nebst Beylagen A, B, C, vol. 4, (...)
  • 47  Pour autant qu’il est alphabétisé — et grâce à la « campagne d’alphabétisation » menée par les Lum (...)
  • 48  « Mode-Romane. Lafontaine », in Athenaeum (op. cit., n. 2, p. 55), p. 150.
  • 49 Friedrich Schlegel, Kritische Fragmente, n° 78, in Kritische Schlegel-Ausgabe, vol. 2 : Friedrich S (...)
  • 50 Schlegel, Kritische Fragmente(op. cit., n. 10, p. 55), n° 89, p. 158.

20De cette manière, le roman constitue plus qu’un média permettant d’élargir l’espace d’observation et d’expérience, et d’étendre le réel en direction du possible42. En tant que « réalité mise en ordre de prose »43, il permet, à l’inverse, une fictionalisation du réel. Alors que d’une part, ses propres expériences et l’histoire individuelle de la vie sont perceptibles et reproductibles sous la forme du roman44, l’homme, la vie45 — en un mot : « tout »46 –apparaissent par contrecoup comme un roman potentiel. Chacun peut le lire, chacun peut le produire47 : « Qui ne se croit pas en mesure d’écrire un roman ? », demande August Wilhelm Schlegel en 179848. Et une année plus tôt, Friedrich Schlegel note à propos du déluge de romans : « Tout homme qui est cultivé et se cultive recèle aussi un roman à l’intérieur de lui-même. Mais il n’est pas nécessaire qu’il l’exprime et l’écrive. »49 Mais lorsqu’on fait paraître un roman de ce type, c’est soi-même que l’on publie : « Ne devrait-il pas être superflu d’écrire plus d’un roman si l’artiste n’est pas, par exemple, devenu un nouvel homme ? »50

  • 51 Sigmund Freud, Der Familienroman der Neurotiker [1909], in Id., Gesammelte Werke, vol. VII (oeuvres (...)
  • 52 Manfred Engel, Der Roman der Goethezeit, vol. 1 : Anfänge in Klassik und Frühromantik :Transzendent (...)
  • 53  C’est la thèse fondamentale de Müller (op. cit., n. 2, p. 48).
  • 54 Novalis (op. cit., n. 6, p. 55), p. 599.
  • 55  Ibid., n° 188, p. 563.

21Tout homme (cultivé) est à la fois un livre et (pour employer les termes de Sigmund Freud) un « héros qui écrit »51. Freud, dans ses propos sur le « roman de famille » auquel est empruntée la citation, se réfère cependant à l’activité fantasmatique de l’enfant en prépuberté qui adapte à ses propres vœux les positions familiales et sociales des différents membres de la famille et, de la sorte, les corrige par l’imagination. Dans cette mesure, la comparaison est un peu biaisée. Mais en réalité, on pourrait ne pas interpréter la rédaction et la publication d’un « roman de la vie » comme la seule illustration d’une « individualité authentique »52 dans laquelle se mêlent, pour un laps de temps limité, les techniques de représentation du roman et différentes « formes utilitaires » (lettre, [auto]biographie)53. La « romanisation du monde » mène en dernière conséquence à comprendre sa propre existence comme un roman et à se concevoir soi-même comme son propre auteur. Si un roman est « une vie en tant que livre »54, la vie, à l’inverse, ne peut pas non plus « être un roman qui nous est donné, mais un roman que nous faisons »55.

  • 56  Cf. Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt, Francfort-sur-le-Main, 1981, p. 57.
  • 57  On a déjà fait allusion dans la recherche, sous diverses perspectives, à la signification du roman (...)

22Si la métaphore du livre de la vie a jadis servi à décrire la prédestination divine et la Providence, qui pouvait à la rigueur être déchiffrée, mais pas décrite56, l’homme devient désormais l’auteur providentiel de soi-même. Et à la différence de l’ancien univers de représentation du theatrum mundi, où Dieu était pour ainsi dire le metteur en scène, et où chacun jouait un rôle dans une pièce par lui donnée, mais inconnue de tous les comédiens, les protagonistes, dans la nouvelle image de la vie comme roman, écrivent au bout du compte des monologues à des destinataires inconnus. On ne peut sans doute pas mieux définir que dans le tournant de cette métaphore la remise en ordre des rapports sociaux qui intervient au xviiie siècle, dans le réseau formé par la sécularisation, l’individualisation et la pensée de l’autonomie au xviiie siècle57.

  • 58  Anonyme, Einige Gedanken und Regeln von den deutschen Romanen[1744], cité d’après Theorie und Tech (...)
  • 59  Pour reprendre le titre de Blumenberg (op. cit., n. 6, p. 56).

23Cela étant dit, l’analogie qui présente la vie comme un livre a ses limites. La logique (narrative) du roman, qui doit toujours parvenir à un « dénouement » narratif58 et produit justement un « tissu » textuel ; sémiotisation des caractères et des sensations, l’idée implicite d’une « lisibilité du monde »59, le modèle d’auteur constitué par le sujet bourgeois — tout cela fait partie d’un modèle de nostalgie qui cherche à corriger et à classer d’autres expériences : contingence, quiproquos (pour utiliser un concept central chez Kleist) et hétéronomie.

  • 60  Karl Philipp Moritz, Anton Reiser, in Id., Werke in zwei Bänden, Heide Hollmer et Albert Meier (éd (...)
  • 61  Blanckenburg se prononce toutefois explicitement contre la biographie (« L’écrivain ne doit et ne (...)
  • 62  On trouve la même idée chez Hans-Jürgen Schings, « Agathon — Anton Reiser — Wilhelm Meister. Zur P (...)

24Cela devient explicite dans Anton Reiser, de Karl Philipp Moritz, qui, on le sait, avec sa focalisation explicite sur « l’histoire intérieure de l’être humain » et les observations faites « dans la vie réelle »60, apparaît comme une conversion du projet anthropologique moderne formulé chez Blanc-kenburg61. Dans l’avant-propos à la deuxième partie du roman de 1786, l’éditeur fictif défend son concept de « roman psychologique » en se référant au fait que la « représentation d’une vie humaine » « véritable » et fidèle au détail est indispensable, qu’elle seule permet de reconstituer le « tissu noué avec art » d’une vie, et de démêler, de renouer judicieusement et de mettre en ordre les « fils rompus » (p. 186). Pourtant, le roman refuse au bout du compte les tentatives de structuration du narrateur62 qui apparaît sous les habits du médecin moral. Une fois que l’on a présenté les « erreurs et confusions » de Reiser dans une montée et une descente purement infinie, et alors que le préambule de la quatrième partie s’achève encore sur la phrase « Tout dépend de la manière dont ces contradictions se résoudront ! » (p. 415), on trouve au bout l’image d’une dissociation. Son engagement comme comédien, un vieux rêve, finit par échouer ; la dernière phrase est la suivante : « La troupe de Sp... était donc désormais une horde dispersée » (p. 518). Ici, le fil de l’histoire ne noue plus de tissu ordonné : il se brise définitivement.

Poésie ou expérience : réalité

  • 63  Cette manie de la lecture se transforme rapidement en « manie de l’écrivain » (p. 386).

25Avec Don Quichotte et Agathon, le plus fameux exalté de l’histoire littéraire est peut-être Anton Reiser. L’oscillation de Reiser entre « l’univers idéal du roman » (p. 173) et la « réalité vide » (p. 501) ne fait cependant pas seulement apparaître une incapacité (individuelle) à distinguer fiction et réalité, ni une volonté résolue de rester sur des positions antimatérialistes. Reiser est plutôt un fugitif de la réalité et un maniaque de la lecture : « La lecture était devenue pour lui un besoin, comme peut l’être l’opium aux Orientaux, qui plongent ainsi leurs sens dans une agréable hébétude » (p. 255)63.

  • 64  Ce n’est pas un hasard si des fragments de la biographie d’Anton Reiser ont paru en bonnes feuille (...)
  • 65  Lothar Müller note à juste titre qu’il resterait peu de l’histoire intérieure d’Anton Reiser si l’ (...)

26Selon le narrateur, ce phénomène dissimule certes une pathologie de « l’imagination malade » (p. 503) qui empêche Reiser de découvrir « mille joies de l’existence dont d’autres jouiraient de toute leur âme » (p. 95). Elle en fait un mélancolique. Mais les « souffrances de la poésie » (p. 496) que présente le roman ne peuvent être expliquées par la seule psychologie individuelle. « L’éditeur » fictif, Karl Philipp Moritz, persiste certes à affirmer que la confusion entre « invention poétique » (Erdichtung) et « vérité » (p. 459), entre imagination et réalité, pourrait être liée à l’enfance de Reiser. Mais dans le même temps, l’histoire de chute64 que l’on y présente est l’indice d’une expérience collective dans le cadre d’une transformation fondamentale de la réalité, relevant des mass médias65 : « En vérité s’affrontaient en lui, comme en mille âmes, la vérité et le trompe-l’œil, le rêve et la réalité, et l’on ignorait lequel des deux l’emporterait [...] » (p. 415).

  • 66  Anonyme, Der unbekannte Gast, oder die Erlösung aus der Sklaverei(1816), cité d’après Hartmut Voll (...)
  • 67 Siegfried J. Schmidt, « Theorien zur Entwicklung der Mediengesellschaft », in Lesesozialisa-tion(op (...)

27Trente ans plus tard encore, le combat entre la fiction et le fait ne paraît pas tranché. Le pessimisme culturel déplore constamment le fait que la « future génération » ne sera plus composée que « de Don Quichotte », « la tête remplie par un fouillis d’idées étrangères qui, par malheur, ne s’adaptent ni à ce monde, ni à leur situation »66, on trouve de nombreuses tentatives de se livrer à une approche réfléchie du livre comme média. L’acquisition de la compétence sur le plan du média — et c’est uniquement de cela qu’il s’agit ici — fait évoluer les formes de la perception de soi et de l’étranger dans la mesure où celle-ci est disciplinée et normée d’une manière spécifique67.

  • 68  Cf. Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 171-173.
  • 69 Cf. Erich Kleinschmidt, « Fiktion und Identifikation. Zur Ästhetik der Leserrolle im deutschen Roma (...)
  • 70 Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 401.
  • 71 Ibid., p. 399.
  • 72  Cf. Robert Stockhammer, « Zeichenspeicher. Zur Ordnung der Bücher um 1800 », in Das Laokoon-Paradi (...)

28La diète de lecture et l’éducation à la lecture, par exemple, visent à contrôler l’imaginaire et le désir mimétique. Si un contrôle de ce type est nécessaire, cela tient notamment aux habitudes variables de la réception. Au cours du xviiie siècle, les formes de réception en société sont de plus en plus remplacées par des lectures solitaires et isolées68. Les prescriptions de lecture et la lecture elle-même visent donc avant tout cet espace intérieur désormais solitaire dans lequel l’individu construit son identité69. La tentative de maintenir « le fouillis des idées étrangères » hors de ce domaine intérieur et privé constitue au bout du compte une stratégie visant à rétablir une « économie collective de l’imaginaire »70. Les tentatives de régulation de la croissance des livres ne se déroulent donc pas seulement dans le cadre des cures pour exaltés où, à l’aide de listes de lecture thérapeutiques, on crée les premières formes d’un canon explicitement classique71, mais partout où l’on réfléchit à la manière de rendre opérationnel un savoir croissant — par exemple dans les bibliothèques et les universités72. Et de la même manière que l’espace intérieur de l’exalté doit être protégé, par une lecture régulée, des « idées étrangères » et de la perte de soi, on garantit et l’on accompagne au xixe siècle l’identité culturelle par la naissance d’un canon national.

  • 73  Luhmann (op. cit., n. 5, p. 48), p. 148, a la même conception.

29Ce qui se déroule autour de 1800 n’est cependant pas seulement une réorganisation de l’imaginaire, mais aussi une remise en ordre du réel et de la factualité. Lorsque Blanckenburg définit encore le roman comme la maquette de cette globalité réelle que l’on ne peut, empiriquement, embrasser d’un seul regard, cela implique au bout du compte que le texte ne doit pas être compris et classé en fonction de nos propres expériences, mais qu’à l’inverse les catégories d’interprétation et d’observation doivent être empruntées au roman pour classer notre propre univers existentiel. La réalité fictive est pour ainsi dire recopiée dans la « réalité réelle »73.

  • 74 Novalis, Das Allgemeine Brouillon, in Id., Schriften. Die Werke Friedrich von Hardenbergs, vol. 3 : (...)
  • 75 Hippel (op. cit., n. 7, p. 55), p. 414.
  • 76  Johann Heinrich Merck, Über den Mangel des epischen Geistes in unserm lieben Vaterlande[1778], cit (...)

30On en tient compte lorsqu’on affirme « que tout dans le monde est roman » et que l’on vit « dans un roman [...] colossal »74. Ce discours exprime la découverte du fait que tout savoir reposant sur l’observation et l’expérience est remplacé par un savoir produit sous forme médiale, et que les deux formes d’acquisition de la connaissance ne sont pas compatibles. « Un grand seigneur a-t-il jamais vu la vie ordinaire, telle qu’elle se déroule ici ordinairement ? Qui donc, lorsqu’il arrive sur les lieux, reconnaît la ville, la montagne, la vallée pour l’avoir entendue décrire ? », demande le narrateur de Theodor Gottlieb von Hippel au public de ses Biographies en ligne ascendante, vers 178075. Et deux ans plus tôt, déjà, Johann Heinrich Merck tente de revaloriser l’élément authentique de son propre vécu, face à la forme médiatrice de la communication littéraire et de son caractère de on dit. C’est précisément aux jeunes écrivains qu’il faut, selon lui, demander : « Si tout ne fonctionne pas par ouï-dire, si tout n’est pas fruit de la lecture ! [...] Il faudrait en outre songer au fait qu’au sein du public qui n’écrit pas se trouvent [...] parfois des personnes qui ont elles-mêmes fait et provoqué ce que l’on présente sous leurs yeux [...] sous forme de tragédie, et que ces auditeurs doivent encore être beaucoup plus respectés que les orateurs ordinaires du camp des érudits et des écrivains. »76

  • 77 Friedrich Kittler, « Fiktion und Simulation », in Aisthesis. Wahrnehmung heute oder Perspektiven ei (...)
  • 78 Foucault (op. cit., n. 1, p. 49), p. 75.
  • 79  Ce qu’exprime aussi Kittler (op. cit., n. 3, p. 60), p. 200.

31Au lieu de souligner la différence entre l’art et la simple expérience — différence qu’Aristote, déjà, voyait donnée dans le fait que le techne relève du logos77, Merck focalise les effets de l’alphabétisation sur le savoir sans s’arrêter à une distinction de ce type, et renvoie simultanément à une nouvelle ligne de séparation : ceux qui savent écrire vivent dans un monde du « ouï-dire ». En d’autres termes, ils souffrent d’une perte de référence et d’un « règne général du signe représentatif »78. Seul l’analphabète dispose en apparence de la possibilité d’échapper à ce pouvoir et de découvrir le monde d’une manière « authentique », pour ainsi dire prédiscursive — ou plutôt : prélittérale79.

  • 80  Jean-François Lyotard, « Beantwortung der Frage : Was ist postmodern ? », in Wege aus der Moderne. (...)
  • 81  On le sait, il s’agit aussi de la thèse fondamentale de Michel Foucault (op. cit., n. 1, p. 49).
  • 82  . Ce que pense aussi Schmidt (op. cit., n. 3, p. 47), p. 135.
  • 83  On pourrait aussi parler d’une « intensification de la conscience des discontinuités auto-produite (...)
  • 84 Lyotard (op. cit., n. 6, p. 60), p. 199.

32Si l’on s’en tient à l’argumentation de Jean-François Lyotard, l’un des traits caractéristiques de la modernité est d’avoir découvert « à quel point la réalité est peu réelle »80. Cette découverte est une conséquence de la possibilité de réinventer la réalité par la fiction — littérairement, dans la photographie, dans le cinéma, à la télévision, dans le Cyberspace. Mais cette « réalité possible » n’offrait qu’une analogie avec la « réalité réelle », c’est-à-dire avec ce modèle que Blanckenburg a à l’esprit, la fiction, face au factuel, exercerait à peine plus que la fonction d’une loupe rétrécissante. La fiction serait alors au factuel ce que le microcosme est au macrocosme. Mais manifestement, cette relation d’analogie ne fonctionne plus autour de 180081. Les analogies sont remplacées par des alternatives qui revendiquent la réalité et la remplacent même dans certaines circonstances82. Le monde devient ainsi plus complexe83, et l’apparent « étiolement de la réalité »84 est un effet de sa reproduction et de sa multiplication par les médias.

  • 85 X, « Über die vielen Reisebeschreibungen in unsern Tagen. Ein Schreiben eines auswärtigen Gelehrten (...)
  • 86  « On nous décrit : quel âge avait cet homme, sa hauteur, sa grosseur, sa largeur ; s’il a des fils (...)

33Un article signé d’un « x », paru en 1784 dans la Berlinische Monatsschrift, voit déjà dans ce processus de reproduction « le fruit de notre décennie et de son goût pour l’écriture ». Dans cet article intitulé « Des nombreuses descriptions de voyage de nos jours », l’auteur anonyme décrit l’avènement d’une sorte de « reality literature » où tout, apparemment – jusqu’aux détails les moins importants et les plus inutiles — est consigné, puis soumis au lecteur : « Les gens ont ainsi dû vaquer à toutes leurs occupations naturelles et non naturelles à travers leur journal et autour de lui. »85 Mais ce regard encyclopédique, pseudo-documentaire86 obéit lui aussi, justement, à une régie secrète de la sélection (et par conséquent à une technique de la fiction, car

  • 87  X (op. cit., n. 4, p. 61), p. 322 et 326.

« On ne voyage plus pour écrire, on écrit en partie pour voyager. On se fait payer d’avance par le libraire ou le public, et muni de cet argent, on entame le voyage. On perd ainsi totalement toute espèce de personnalité : on ne voit et l’on n’entend qu’en termes de salaire journalier ; et l’on détourne ses yeux de tous les objets que l’on ne juge pas descriptibles. »87

  • 88  Roland Barthes, « L’effet de réel », in Roland Barthes, Le bruissement de la langue. Essais critiq (...)
  • 89  Lyotard (op. cit., n. 6, p. 60), p. 196.

34Derrière le mass media que constitue l’écrit apparaît ici une économie de l’observation et des expériences sensorielles qui ne part plus depuis longtemps de la « lisibilité du monde », mais des intérêts financiers liés à la lecture et de la reproductibilité de l’écrit. Elle configure la perception et marque le codage de la réalité. Restent uniquement dans le média du « descriptible » (y compris du roman) un « effet de réel »88 ou des « fantasmes du réalisme »89.

Réalisation d’une idée : poésie

  • 90  Cf. Friedrich Schiller, « Über die ästhetische Erziehung des Menschen in einer Reihe von Briefen ( (...)
  • 91 Schiller, « Über die ästhetische Erziehung... »(op. cit., n. 1, p. 62), p. 399-402 ; « La réalité d (...)
  • 92  Schiller, « Über die ästhetische Erziehung » (op. cit., n. 1, p. 62), 26e lettre, p. 402.

35L’une des possibilités de tracer de nouveau des frontières entre la fiction et la réalité consiste à exploiter le fictif comme une capacité esthétique et morale autonome90. La mission de l’art (comme monde de l’apparence esthétique) n’est pas de reproduire une réalité passée, mais tout au contraire de mettre à disposition des espaces autonomes dans lesquels les idées peuvent se développer au-delà des besoins utilitaristes ou matériels91. Une telle « liberté de l’esprit » mène à l’indépendance à l’égard de la « vie réelle », de la possession, de la jouissance, de l’existence92. C’est ce qu’écrit Friedrich Schiller en 1793-1 794 dans ses lettres Sur l’éducation esthétique de l’être humain.

  • 93  Cf. également Müller, qui souligne lui aussi le fait que le narrateur, dans le roman de Moritz, «  (...)
  • 94 Schiller, Über die ästhetische Erziehung(op. cit., n. 1, p. 62), p. 402.
  • 95  Friedrich Schiller, Über naïve und sentimentale Dichtung[1795], Stuttgart, 1997, p. 31.
  • 96  Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, § 76, Paris, Vrin, 1974, p. 215 sq.
  • 97  Sur la question de la contingence, je me réfère ici à Gerhart von Graevenitz et Odo Marquard, avan (...)
  • 98  Schiller, Über die ästhetische Erziehung(op. cit., n. 1, p. 62), 27e lettre, p. 405.

36L’art est contrefactuel, et il doit l’être. Contrairement à ce que suggère le narrateur dans Anton Reiser de Moritz, le rattachement à la réalité n’est pas seulement nécessaire93, mais constitue une régression dans la génétique culturelle. Selon Schiller, seule l’imagination de l’homme non cultivé ou des « sauvages » est « liée au réel par des liens rigoureux »94. Mais dans l’état actuel de la culture, les sens et la raison se scindent, sensations et réflexions se présentent comme un « jeu » de hasard et de l’imagination95. D’une part, ce type de séparation constitue selon Kant la condition d’une distinction entre la possibilité et la réalité96. Par ailleurs, la contingence et l’imagination forment « les concepts directeurs de la production d’abord esthétique du monde »97. La perception de la différence entre possibilité et réalité serait ainsi la condition, mais aussi un résultat d’une capacité esthétique : « Lié au matériel, l’homme met pendant longtemps celle-ci [l’apparence esthétique] au service de ses seules fins, avant qu’il ne lui reconnaisse, dans l’art de l’idéal, une personnalité autonome. Pour cela, il faut une révolution totale dans tout son mode de perception, sans laquelle il ne se trouverait pas même sur la voie de l’idéal. [...] Dès qu’il commence seulement à préférer la figure au sujet [...], son cercle animal s’ouvre et il se trouve sur une lancée qui ne s’achève pas. »98

  • 99  Schiller, Über naïve und sentimentale Dichtung(op. cit., n. 6, p. 62), p. 31-33, citations p. 32.
  • 100  Je m’inspire ainsi du modèle triadique courant établi par Wolfgang Iscr (op. cit., n. 2, P– 47),.
  • 101  Dans la mesure où « l’on crée un modèle pour le siècle » ; Friedrich Schiller, « Über Bürgers Gedi (...)
  • 102  J’emprunte ce concept à Hans Blumenberg, « Nachahmung der Natur — Zur Vorgeschichte des schöpferis (...)

37Si l’on prend au pied de la lettre la « révolution de la sensibilité » réclamée par Schiller, on voit qu’elle cache une inversion de ce lien de perception entre réalité et fiction que suscite encore chez Moritz la « souffrance [causée par] la poésie ». La cause en est un changement radical du concept de mimesis. Si « l’imitation la plus complète possible du réel » pouvait encore être adaptée à une existence préculturelle dans la « naïveté naturelle », cela s’est radicalement transformé avec la perte de cette « naïveté », d’une expérience harmonieuse de la globalité. Globalité, harmonie et nature n’existent dans les Temps modernes que sous forme d’idées, c’est-à-dire d’entités imaginaires, et non en tant qu’expérience. Leur perte demeure inscrite dans la littérature moderne (sentimentale), et la mission du poète moderne est d’amortir cette perte par la « représentation de l’idéal »99, de transposer l’imaginaire des idées dans le monde possible de la fiction100. On produirait ainsi un « miroir » poétique qui ne fonctionnerait plus de manière analogique (selon le modèle microcosme/macrocosme), mais par projection101. De l’imitation après coup (« Nachahmung »), le projet mimétique se transforme en une imitation par anticipation (« Vorahmung »)102, et c’est seulement dans le rapprochement sans fin entre la réalité et l’idéal fictif que l’on peut accomplir des progrès dans la civilisation et l’humanité — et non l’inverse.

  • 103  Emmanuel Kant, Anthropologie in pragmatischer Hinsicht[1798], in Id., Werkausgabe, Wilhelm Weischä (...)
  • 104  Schiller se défend cependant explicitement contre « l’abus » et l’irréalisme. Schiller, « Über die (...)
  • 105  La plainte de Schiller sur les « journées si peu poétiques » suit ici une direction analogue à cel (...)
  • 106  Cf. Alois Hahn, « Soziokulturelle Prozesse und Denkfiguren. Einführung », in Konzepte der Moderne((...)

38La reformulation et la revalorisation esthétiques du fictif vont ainsi de pair, vers 1800, avec une nouvelle approche de ce que nous nommons aujourd’hui la virtualité : au lieu d’être « désaccordé » par des textes, comme Anton Reiser ou encore le lecteur kantien de romans103, l’homme peut se redessiner et se réaliser de nouveau comme sujet et comme espèce’ dans le média de la littérature104. Si l’on interprète ici le discours sur « la vie comme roman », la menace de la perte d’identité qu’a incarnée la lecture naïve et identificatrice de l’exalté quitte les textes littéraires pour se transposer dans le contexte social : ce n’est plus l’imagination sans frein suscitée par la lecture qui provoque la perte du moi, mais la différenciation et l’excès de savoir perçu dans le vécu « prosaïque »105. Face à cette forme d’existence fragmentaire, une sorte d’expérience de la « dividualité » sociale, la littérature ouvre un contre-espace « d’individualité »106. L’unité et la perfection se révèlent ici comme des modèles de nostalgie dont le seul mode de production possible est celui de la poésie. Cela vaut aussi, enfin, pour le modèle anthropologique de « l’homme entier » :

  • 107 Schiller, « Über Bürgers Gedichte » (op. cit., n. 4, p. 63), p. 971.

« Dans l’isolation et l’action dissociée de nos forces intellectuelles, qu’exigent le cercle élargi du savoir et la dispersion des activités professionnelles, c’est l’art poétique, presque seul, qui rassemble les forces séparées de l’âme. Dans cette union il occupe, dans une alliance harmonieuse, la tête et le cœur, la perspicacité et l’esprit [Witz], la raison et l’imagination qui, pour ainsi dire, reproduit à notre intention l’homme entier. »107

  • 108 Friedrich Wilhelm Joseph Schelling, Philosophie der Kunst, rééd., Darmstadt, 1966, p. 320.
  • 109  Sur le concept de roman anthropologique, cf. Hans-Jürgen Schings, « Der anthropologische Roman. Se (...)
  • 110 Schelling (op. cit., n. 5, p. 64), p. 322.
  • 111 Ibid., p. 321-322.

39De la sorte, le concept anthropologique de Blanckenburg abandonne l’herméneutique psychologique pour devenir un projet esthétique. Le « miroir du monde » et de la vie108 que le roman est toujours censé constituer, ne peut avoir aux environs de 1800 ni la forme du roman baroque, ni celle de ce que l’on a appelé le « roman anthropologique »109: « Aucune carte exemplaire des vertus et des péchés, aucune préparation psychologique d’une unique âme humaine, qui serait conservée comme dans un cabinet. »110 Dans les leçons sur la Philosophie de l’art de 1802-1803, Friedrich Wilhelm Friedrich Schelling dessine au contraire le roman moderne comme un combat entre l’idéal et le réel, comme une opposition ironique entre le merveilleux et la « réalité ordinaire » et comme une dialectique entre le destin et la nécessité, le hasard et le caractère111. Au lieu d’être une

  • 112  . Ibid., p. 323.
  • 113  . Ibid., p. 317.

40« pitance [...] satisfaisant l’appétit d’illusion matérielle »112, comme le sont selon Schelling la plupart des romans contemporains, le roman renvoie ainsi toujours à un « monde partagé »113.

« Lingua romana » : rhétorique de la modernité

  • 114  Graevenitz (op. cit., n. 4, p. 48), p. 9-10.

41Le débat sur le roman, aux alentours de 1800, se trouve ainsi au cœur de cet « alphabet des dichotomies » avec lequel on épelle manifestement la modernité, et dont les tropes essentiels sont issus d’une « rhétorique du double personnage », depuis « l’ironie » et la « dialectique » jusqu’à « l’ambivalence » et au « paradoxe »114. En menant cette reconstitution dans l’histoire des médias, j’ai tenté de faire apparaître la part que le débat sur le roman et sur l’art littéraire en général a prise dans la formation de cette rhétorique. Il ne s’agissait pas ici de tirer une ligne diachronique, mais bien plus de renvoyer à des évolutions synchrones, et qui se recoupaient partiellement. Pourtant, la constitution d’un média littéraire dominant pourrait avoir créé les conditions d’une conscience « moderne » et marqué le xviiie siècle par deux découvertes principales : celle d’une méchante de la perception et — allant de pair avec elle — celle d’une relativité subjective de la réalité.

  • 115  La « fabuleuse fidélité à la nature, les illusions optiques » du cinéma ont provoqué une ivresse a (...)
  • 116  Oskar Negt, par exemple, a tout récemment plaidé pour que l’on rende de nouveau justice à cette «  (...)
  • 117  Norbert Bolz, « Mensch-Maschine-Synergetik unter neuen Medienbedingungen », Symptome 11, 1983, p. (...)
  • 118 Siegfried J. Schmidt, Die Welten der Medien. Grundlagen und Perspektiven der Medienbeobachtung, Bru (...)
  • 119  Les premières données psychothérapeutiques indiquent ainsi qu’environ 300 000 personnes en Allemag (...)
  • 120 Sven Birkerts, Die Gutenberg-Elegien. Lesen im elektronischen Zeitalter, Francfort-sur-le-Main, 199 (...)

42Aussi bien la définition du roman comme modèle de la réalité que la lecture identificatrice pratiquée par de nombreux lecteurs encore peu exercés à dépister les signaux de la fiction ont contribué à ce que le rapport d’analogie originel, entre la fiction et le fait, se transforme de plus en plus en un rapport de substitution. Tandis que l’éducation des lecteurs vise une mise en normes et en habitudes du rapport aux médias, on voit d’abord se constituer une « réalité empirique primaire », entité de référence apparemment directe et authentique. On a répété et l’on répète encore régulièrement — depuis le débat sur le cinéma115 jusqu’à la discussion sur les médias digitaux116. Si le surfeur du monde digital est effectivement passé « du sujet au système »117 et s’il vit dans sa télésocialité en réseau de nouvelles formes, parfois hybrides, d’identité118, il est parvenu là où l’exalté a toujours voulu en venir : dans un « monde idéal ». Les mises en garde pédagogiques contre « la manie du réseau »119 et contre le flot du virtuel tentent de résister à la « destruction de l’espace subjectif »120 — c’est-à-dire de cette individualité, de cette sphère privée qu’il a fallu, dès sa naissance, préserver contre les signes avant-coureurs d’une « aliénation » mediale. On peut cependant s’attendre à ce que cette fois encore, le rapport entre « l’intérieur » et « l’extérieur », l’individu et la communauté, connaisse une nouvelle régulation.

  • 121  Depuis une telle philosophie du « comme si », le chemin mène à la réhabilitation des mythes dans u (...)
  • 122 Lyotard (op. cit., n. 6, p. 60), p. 203.

43Autour de 1800, l’esthétique de l’autonomie vise une nouvelle conception du rapport entre le monde idéal et le monde réel. Cela se produit même sous le signe du fictif : comme un « non plus » et un « pas encore »121. Comme le rapprochement des deux mondes ne peut être qu’infini, on ne prévoit plus dans cette nouvelle conception une abolition du rapport dialectique. Pris entre le passé et le futur, la perte des origines et l’utopie, la conscience de soi des Temps modernes ne peut plus désormais être décrite que selon les tropes du dédoublement. Mais dans le même temps, la tentative d’approcher de nouveau le futur en passant par l’idéal esthétique du passé constitue précisément ce paradoxe du passé-présent-futur que Lyotard traduit par le terme post-modo — postmoderne122.

  • 123 Novalis, Fragmente und Studien (1799-1800), n° 607, in Id., Schriften(op. cit., n. 6. p. 55), p. 66 (...)
  • 124  J’emprunte ce concept à une période ultérieure : Hans Magnus Enzensberger, « Gemeinplätze, die neu (...)
  • 125 Novalis (op. cit., n. 6, p. 55), p. 119.

44Alors que le programme esthétique, après Kant (de Schiller à Novalis) esquisse une poésie progressiste qui tente de susciter par les moyens de la fiction une renaturalisation de « l’homme civil » de Rousseau, le succès du roman comme mass media a auparavant contribué, d’une manière considérable, à dépotentialiser la réalité et à la rendre disponible comme projet d’une historiographie orientée sur le futur. À la fin du xviiie siècle, cela provoque une nouvelle transformation du rapport entre l’histoire et le roman. Au processus de dédifférenciation succède en quelque sorte une première « posthistoire », une surenchère de l’histoire par les histoires et les fictions littéraires. Novalis écrit ainsi, en 1799-1800 : « Le roman est né par manque d’histoire », il est « pour ainsi dire l’histoire libre, en quelque sorte la mythologie de l’histoire » (mythologie entendu ici dans mon sens [celui de Novalis], comme invention poétique libre qui symbolise la réalité de manière très diversifiée, etc.)123. À en croire Novalis, l’auteur ne remplit plus seulement les failles d’une « factographie »124 historique, comme l’avait définie en 1744 l’auteur anonyme cité au début de ce texte : il la remplace par sa propre invention. Mais le mythographe, lui aussi, est tenu de respecter un nouveau concept de mimesis : il n’imite pas, il ne représente pas, mais il « symbolise » la réalité, et ce, de manière diversifiée, c’est-à-dire qu’il arrange, structure, code et condense les références sémantiques dans le texte de telle sorte qu’au lieu d’une réalité idéale apparaisse une réalité supra-idéale dont le caractère artistique apparaît toujours ouvertement : « Un roman doit être entièrement poétique. [...] Dans un livre véritablement poétique, tout paraît si naturel — et pourtant si merveilleux. »125

  • 126  Ce n’est pas l’opinion de Hans Robert Jauss, qui considère que l’esthétique de la modernité se fon (...)
  • 127  Je m’oppose ici à l’approche de Silvio Vietta et Dirk Kemper, consistant à voir « les fondements t (...)

45Depuis la conscience d’un idéal artificiel de la nature, le chemin n’est finalement plus si éloigné jusqu’à l’esthétique d’une artificialité prononcée et d’une « anti-nature », telles que l’ont développée des fractions de l’avant-garde moderne vers 1900126. Entre l’esthétique de l’autonomie, Y Empfindsamkeit et le romantisme, le débat sur le roman fournit les premières ébauches de cet art dit antimimétique que, vers 1900 (et après Freud) l’avant-garde littéraire déploiera de nouveau pour la modernité du xxe siècle, depuis le symbolisme jusqu’au surréalisme127. On peut donc considérer comme une lointaine réponse à Schiller et Schelling les mots de Walter Hasenclever, qui écrit en 1918 à propos de son drame expressionniste Le Fils :

  • 128  Walter Hasenclever, « Kunst und Definition », Neue Blätter für Kunst und Dichtung 1 [1918-1919], r (...)

« Elle devait faire oublier leurs schémas aux directeurs des théâtres, et rappeler que toute pièce qui représente l’homme ne se déroule pas forcément entre le tricot et le verre d’eau. De la tragédie familiale à l’imagination — quelle avancée ! En vain. [...] Cette pièce a été écrite à l’automne 1913, elle se donne pour objectif de transformer le monde. Il s’agit [...] de l’insurrection de l’esprit contre la réalité. [...] Ce drame, c’est le devenir-humain. »128

Haut de page

Notes

1 Cf. à ce propos Odo Marquard, « Kunst als Antifiktion :Versuch über den Weg der Wirklichkeit ins Fiktive », in Funktionen des Fiktiven [Poetik und Hermeneutik, vol. 10), Dieter Henrich et Wolfgang Iser (éd.), Munich, 1983, p. 35-54.

2  Wolfgang Iser, « Akte des Fingierens. Oder :Was ist das Fiktive im fiktionalen Text », in Funktionen des Fiktiven(op. cit., n. 1, p. 47), p. 121-152, notamment p. 135-142.

3 Margrit Schreier et al, « Realitäts-Fiktions-Unterscheidung(en) :Ausprägungen, Bedingungen und Funktionen », in Lesesozialisation in der Mediengesellschaft (IASL, numéro spécial 10), Norbert Groeben (éd.), Tübingen 1999, p. 233-247, notamment p. 234-235.

4 Cf. aussi Joachim Zelter, Sinnhafte Fiktion und Wahrheit, Tübingen, 1994, p. 17-18.

5 Erich Kleinschmidt, « Die Wirklichkeit der Literatur, Fiktionsbewusstsein und das Problem der ästhetischen Realität von Dichtung in der Frühen Neutzeit », DVjS 56, 1982, p. 174-192, ici p. 175.

6  Klaus-Detlef Müller fait une analyse analogue, Autobiographie und Roman. Studien zur literarischen Autobiographie der Goethezeit, Tübingen, 1976, p. 61.

7  Cette formulation se rapporte à Ulrich Beck, Antonhy Giddens, Scott Lash, Reflexive Modernisierung. Eine Kontroverse, Francfort-sur-le-Main, 1996.

8  Gerhart von Graevenitz, « Einleitung », in Konzepte der Moderne, Gerhart von Graevenitz, Stuttgart, 1999, p. 1-16, citation p. 9.

9  Cf. Niklas Luhmann, Die Realität der Massenmedien, Opladen, 1996, p. 14-19.

10  Michel Foucault, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1989 (Leçon inaugurale au Collège de France en 1970).

11  En d’autres termes : « L’utilisation des médias a pour objectif l’authenticité. » Ansgar Häfner, « Denken und Multimedia. Medientheoretische Bemerkungen zum Problem von Authentizität und Konvention », Agenda23, 1996, p. 17.

12 Graevenitz, op. cit., n. 4, p. 48.

13 « Einige Gedanken und Regeln von den deutschen Romanen », in Critische Versuche ausgefertigt durch Einige Mitglieder der deutschen Gesellschaft in Greifswald, vol. 2, p. 23, § 2. Cité d’après Theorie und Technik des Romans im 17. und 18. Jahrhundert, vol. 1 : Barock und Aufklärung, Dieter Kimpel et Conrad Wiedemann (éd.), Tübingen, 1970, p. 69.

14 Uwe Japp, « Die literarische Fiktion », in Die Dichter lügen, nicht. Über Erkenntnis, Literatur und Leser, Carola Hilmes (éd.), Würzbourg, 1995, p. 47-58, notamment p. 48-49.

15 Anonyme (op. cit., n. 1, p. 50), p. 74.

16 Anonyme (op. cit., n. 1, p. 50), p. 75.

17  Haydn White, on le sait, a mené une entreprise systématique pour examiner la part de fiction dans les représentations historiographiques : Hayden White, Auch Klio dichtet oder Die Fiktion des Faktischen. Studien zur tropologie des historischen Diskurses, [1986] ; Stuttgart, 1991. Paul Michael Lützeler plaide en revanche contre un effacement des lignes frontières entre roman et historiographie in Klio oder Kalliope ? Literatur und Geschichte : Sondierung, Analyse, Interpretation, Berlin, 1997, p. 11-20.

18  Kleinschmidt (op. cit., n. 1, p. 48), p. 174-175 ; sur la même ligne, Christian Berthold, Fiktion und Vieldeutigkeit. Zur Entstehung moderner Kulturtechniken des Lesens im 18. Jahrhundert, Tübingen, 1993, p. 2.

19 Kleinschmidt (op. cit., n. 1, p. 48), p. 179.

20 Anonyme (op. cit., n. 1, p. 50), p. 74.

21 Wilhelm Vosskamp, Romantheorie in Deutschland. Von Martin Opitz bis Friedrich von Blankenburg, Stuttgart, 1973, p. 10-12.

22 Sigmund von Birken, Teutsche Rede– Bind– und Dichtkunst, cité d’après Vosskamp (op. cit., п. 3, p. 51), p. 13.

23 Vosskamp (op. cit., п. 3, p. 51), p. 13-15.

24  Johann Jakob Bodmer, Chritische Betrachtungen über die Poetischen Gemähide der Dichter, [1741], 13e paragraphe : « Von den persönlichen Charakteren », impression en fac-simile, Francfort-sur-le-Main, 1971, p. 413.

25  Johann Jakob Breitinger, Critische Dichtkunst, cité d’après Johann Jakob Bodmer, Johann Jakob Breitinger, Schriften zur Literatur, Volker Meid (éd.), Stuttgart, 1980, p. 141.

26  Cité d’après Vosskamp (op. cit., п. 3, p. 51), p. 157. La distinction entre le vraisemblable et le vrai est tout aussi graduelle. Ce dernier — comme l’histoire — est exclusivement caractérisé par un « témoignage suffisant de la réalité » : Breitinger (op. cit., n. 7, p. 51), p. 140. Sur les délimitations et recoupements du « poème, de la fable et du roman » et, il faut l’ajouter, du drame, dans la typologie du genre, cf. là encore Vosskamp, p. 142-176.

27  Christian Friedrich von Blanckenburg, Versuch über den Roman, reproduction de l’édition originale de 1774, Stuttgart, 1965, p. 379. Les paginations indiquées ci-après sont également celles de cette édition.

28  Blanckenburg (op. cit., n. 1, p. 52), p. VI/VII : « [Ces remarques] doivent, si la chose est possible, ramener le roman à la vérité et à la nature. »

29 Cf. Horst Thomé, Roman und Naturwissenschaft. Eine Studie zur Vorgeschichte der deutschen Klassik, Francfort-sur-le-Main, etc., 1978, p. 244-266.

30  La conception du roman qu’a Blanckenburg peut, pour ce qui concerne la représentation fondée sur une causalité scientifique des événements fictifs, et pour la caractérisation psychologique des personnages, recourir à des topoi déjà familiers depuis le milieu du xviiie siècle. Depuis Fielding, on trouve aussi dans cette catégorie l’idée que le roman est légitimé comme une copie « from the book of Nature » (« du livre de la nature »), cf. Walter Erhart, Entzweiung und Selbstaufklärung. Christoph Martin Wielands « Agathon »–Projekt, Tübingen, 1991, p. 87-88.

31  Cf. aussi Aleida Assmann, Die Legitimität der Fiktion. Ein Beitrag zur Geschichte der literarischen Kommunikation, Munich, 1980, p. 14-15.

32 Cf. Erhart (op. cit., n. 4, p. 52), p. 96.

33  C’est ce qu’écrit Jürgen Fohrmann, Schiffbruch mit Standrecht. Der ästhetische Imperativ in der « Kunstperiode », Munich, 1998, p. 8. De la même manière, Blumenberg2constate à propos « du livre » : « La force de concevoir au bout du compte comme une unité ce qui est disparate, largement éloigné, récalcitrant, étranger, comme familier ou du moins comme pensé de manière homogène, est un trait essentiel du livre, quel que soit l’emploi qui en est fait. Les grandes tentations de la totalité, exclusivité des temps modernes, ont ainsi pu prendre leur naissance dans les livres [...] » (op. cit., n. 6, p. 56), p. 17-18.

34  Blanckenburg (op. cit., n. 1, p. 52), p. 166 : « Dans le petit monde du poète (tout comme dans le plus grand monde, le monde réel), les personnages doivent souffrir pour leur amélioration, leur perfectionnement. [...] Et ce temps, cet espace, c’est l’auteur de roman qui les détient. »

35 Berthold (op. cit., n. 6, p. 50), p. 1.

36  Sur la refondation anthropologique du roman au xviiie siècle, cf. aussi Jutta Heinz, Wissen vom Menschen und Erzählen vom Einzelfall. Untersuchungen zum anthropologischen Roman der Spätaufklärung, Berlin et New York, 1996, p. 162.

37 Albrecht Koschorke, Körperströme und Schriftverkehr. Mediologie des 18. Jahrhunderts, Munich, 1999.

38  Ce que pense également Johann Jakob Engel, Über Handlung, Gespräch und Erzehlung (1774), cité d’après Theorie und Technik des Romans (op. cit., n. 1, p. 50), p. 128.

39 Anders Heinz (op. cit., n. 6, p. 53), p. 162. Le programme d’une telle lecture identificatrice pourrait être particulièrement lié aussi bien à la Empfindsamkeitqu’au concept de « roman de formation ». Les concepts de roman pragmatiques ou philosophiques qui visent plus directement l’éducation morale ou la distance ironique et esthétique impliquent toujours aussi d’autres lecteurs. C’est ce que montre clairement, par exemple, Agathonde Wieland, auquel Blanckenburg se réfère explicitement comme modèle de « bon » roman, bien que son propre concept de roman vise au bout du compte un autre lecteur. Dans son « rapport préliminaire », Wieland mène déjà un jeu sous-jacent aussi bien avec différentes formes de réception par identification qu’avec différents topoi narratifs courants. Il marque clairement le caractère fictif des personnages et de l’histoire de son roman, mais affirme peu après qu’ils sont « aussi historiques, et ont même plusieurs degrés de fiabilité de plus [...] que n’importe quel texte des historiographes politiques les plus crédibles ». « Reste » au lecteur (critique) « la possibilité d’en penser ce qu’il veut », Christoph Martin Wieland, Geschichte des Agathon. Erste Fassung, Stuttgart, 1996, p. 5-6 ; cf. également Erhart (op. cit., n. 4, p. 52), p. 87-103.

40 Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 162-163.

41  Sur l’efficacité réelle du média qu’est la littérature sous la forme du roman, il n’existe aucun doute autour de 1800. Son influence sur le goût et les mœurs de la masse est à l’époque aussi incontestée qu’aujourd’hui l’influence de la télévision et à l’avenir, vraisemblablement, celle du Cyberspace, cf. par ex. Blanckenburg (op. cit., n. 1, p. 52), p. V ; August Wilhem Schlegel, « Mode-Romane. Lafontaine », Athenaeum, vol. 1, 1, [1798], rééd. Darmstadt, 1960, p. 149 : « Le point où la littérature touche le plus immédiatement la vie sociale est le roman. »

42  Dès lors, nous pouvons, grâce à la lecture du roman, affiner notre sentiment, être plus familiers du monde et de la nature humaine, et, dans le même temps, divertir notre esprit de manière innocente et agréable » (Johann Joachim Eschenburg, Entwurf einer Theorie und Literatur der Schönen Wissenschaften.Zur Grundlage hei Vorlesungen. Rhetorik, V. Historische Schreibart, 3. Romane, Berlin et Stettin, 1789, cité d’après Theorie und Technik des Romans(op. cit., n. 1, p. 50), p. 30.

43 . Georg Friedrich Wilhelm Hegel, Vorlesungen über die Ästhetik III, in G. F. W. Hegel, Werke in zwanzig Bänden, vol. 15, Francfort-sur-le-Main, 1970, p. 392.

44  Cf. Müller (op. cit., n. 2, p. 48), p. 51-52.

45  « Le roman traite de la vie — représente la vie », Novalis, Vorarbeiten zu verschiedenen Fragmentsammlungen[1798], n° 212, in Id., Schriften, vol. 2 : Das philosophische Werk I, R. Samuel (éd.), Stuttgart, 1960, p. 570.

46  Theodor Gottlieb von Hippel, Lebensläufe nach aufsteigender Linie nebst Beylagen A, B, C, vol. 4, Berlin, 1828, p. 413.

47  Pour autant qu’il est alphabétisé — et grâce à la « campagne d’alphabétisation » menée par les Lumières, ceux qui savaient lire et écrire, on le sait, n’étaient plus une minorité depuis longtemps. Sur ce point, cf. l’aperçu chez Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 169-171.

48  « Mode-Romane. Lafontaine », in Athenaeum (op. cit., n. 2, p. 55), p. 150.

49 Friedrich Schlegel, Kritische Fragmente, n° 78, in Kritische Schlegel-Ausgabe, vol. 2 : Friedrich Schlegel, Charakteristiken und Kritiken I (1796-1801), Hans Eichner (éd.), Munich, etc., 1967, p. 156.

50 Schlegel, Kritische Fragmente(op. cit., n. 10, p. 55), n° 89, p. 158.

51 Sigmund Freud, Der Familienroman der Neurotiker [1909], in Id., Gesammelte Werke, vol. VII (oeuvres des années 1906-1909), Londres, 1955, p. 227-231, citation p. 230.

52 Manfred Engel, Der Roman der Goethezeit, vol. 1 : Anfänge in Klassik und Frühromantik :Transzendentale Geschichten, Stuttgart et Weimar, 1993, p. 155.

53  C’est la thèse fondamentale de Müller (op. cit., n. 2, p. 48).

54 Novalis (op. cit., n. 6, p. 55), p. 599.

55  Ibid., n° 188, p. 563.

56  Cf. Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt, Francfort-sur-le-Main, 1981, p. 57.

57  On a déjà fait allusion dans la recherche, sous diverses perspectives, à la signification du roman pour la constitution du sujet et d’une conscience bourgeoise de soi, au-delà des frontières des classes, cf. par ex. Müller (op. cit., n. 2, p. 48), p. 83 ; Peter J. Brenner, Die Krise der Selbstbehauptung.Subjekt und Wirklichkeit im Roman der Aufklärung, Tübingen, 1981. Albrecht Koschorke retrace en outre la portée sociale du repli dans l’espace intérieur et privé de la lecture (du roman) — une retraite qui correspond du reste très précisément au sujet dans le projet de roman anthropologique : Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 169-185.

58  Anonyme, Einige Gedanken und Regeln von den deutschen Romanen[1744], cité d’après Theorie und Technik des Romans(op. cit., n. 1, p. 50), p. 72.

59  Pour reprendre le titre de Blumenberg (op. cit., n. 6, p. 56).

60  Karl Philipp Moritz, Anton Reiser, in Id., Werke in zwei Bänden, Heide Hollmer et Albert Meier (éd.), vol. 1 : Dichtungen und Schriften zur Erfahrungsseelenkunde, Francfort-sur-le-Main, 1999, p. 86. Les paginations indiquées ci-dessous sont aussi celles de cette édition.

61  Blanckenburg se prononce toutefois explicitement contre la biographie (« L’écrivain ne doit et ne veut pas être plus que le biographe de ses personnages »), alors que Moritz, dans l’avant-propos au premier livre d’Anton Reiser, dit que le roman peut aussi être qualifié de biographie. Blanckenburg (op. cit., n. 1, p. 52), p. 379 ; Moritz, p. 86.

62  On trouve la même idée chez Hans-Jürgen Schings, « Agathon — Anton Reiser — Wilhelm Meister. Zur Pathogenese des modernen Subjekts im Bildungsroman », in Goethe im Kontext. Kunst und Humanität, Naturwissenchaft und Politik von der Aufklärung bis zur Restauration, Wolfgang Wittkowski (éd.), Tübingen, 1984, p. 42-68, ici p. 49.

63  Cette manie de la lecture se transforme rapidement en « manie de l’écrivain » (p. 386).

64  Ce n’est pas un hasard si des fragments de la biographie d’Anton Reiser ont paru en bonnes feuilles dans le Magazin für Erfahrungsseeknkunde de Moritz, où ils n’étaient justement pas présentés comme des parties d’un roman, mais comme des « faits réels ». Moritz, Erfahrungsseeknkunde(op. cit., n. 2, p. 57), p. 797.

65  Lothar Müller note à juste titre qu’il resterait peu de l’histoire intérieure d’Anton Reiser si l’on en retirait la part liée au monde des livres. Lothar Müller, « Karl Philipp Moritz : « Anton Reiser » », in Interpretationen. Romane des 17. Und 18. Jahrhunderts, Stuttgart, 1996, p. 259-301, ici p. 285.

66  Anonyme, Der unbekannte Gast, oder die Erlösung aus der Sklaverei(1816), cité d’après Hartmut Vollmer, Der deutschsprachige Roman 1815-1820. Bestand, Entwicklung, Gattungen, Rolle und Bedeutung in der Literatur und in der Zeit, Munich, 1993, p. 49.

67 Siegfried J. Schmidt, « Theorien zur Entwicklung der Mediengesellschaft », in Lesesozialisa-tion(op. cit., n. 3, p. 47), p. 118-145, ici p. 138.

68  Cf. Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 171-173.

69 Cf. Erich Kleinschmidt, « Fiktion und Identifikation. Zur Ästhetik der Leserrolle im deutschen Roman zwischen 1750 und 1780 », in DVjs 53 (1979), p. 49-73, notamment p. 71 ; Walter Ong, « Oralität und Litcralität. Die Technologisierung des Wortes » (1872), in Kursbuch Medienkultur. Die massgeblichen Theorien von Brecht bis Baudrillard, Claus Pias, Joseph Vogl et al. (éd.), 1999, p. 95-104, notamment p. 103-104.

70 Koschorke (op. cit., n. 7, p. 53), p. 401.

71 Ibid., p. 399.

72  Cf. Robert Stockhammer, « Zeichenspeicher. Zur Ordnung der Bücher um 1800 », in Das Laokoon-Paradigma. Zeichenregime im 18. Jahrhundert, Inge Baxmann, Michael Franz et Wolfgang Schaffner (éd.), Berlin, 2000, p. 45-63.

73  Luhmann (op. cit., n. 5, p. 48), p. 148, a la même conception.

74 Novalis, Das Allgemeine Brouillon, in Id., Schriften. Die Werke Friedrich von Hardenbergs, vol. 3 : Das philosophische Werk, Richard Samuel (éd.), 3e éd., Stuttgart, etc., 1983, n° 853, p. 434.

75 Hippel (op. cit., n. 7, p. 55), p. 414.

76  Johann Heinrich Merck, Über den Mangel des epischen Geistes in unserm lieben Vaterlande[1778], cité d’après Theorie und Technik des Romans im 17. und 18. Jahrhundert, vol. 2 : Spätaufklärung Klassik und Frühromantik, Dieter Kimpel et Conrad Wiedemann (éd.), Tübingen, 1970, p. 7.

77 Friedrich Kittler, « Fiktion und Simulation », in Aisthesis. Wahrnehmung heute oder Perspektiven einer anderen Ästhetik, Karlheinz Barck et al, Leipzig, 1990, p. 196-213, ici p. 197.

78 Foucault (op. cit., n. 1, p. 49), p. 75.

79  Ce qu’exprime aussi Kittler (op. cit., n. 3, p. 60), p. 200.

80  Jean-François Lyotard, « Beantwortung der Frage : Was ist postmodern ? », in Wege aus der Moderne. Schlüsseltexte der Postmoderne-Diskussion, Wolfgang Welsch (éd.), Weinheim, 1988, p. 193-203, ici p. 199.

81  On le sait, il s’agit aussi de la thèse fondamentale de Michel Foucault (op. cit., n. 1, p. 49).

82  . Ce que pense aussi Schmidt (op. cit., n. 3, p. 47), p. 135.

83  On pourrait aussi parler d’une « intensification de la conscience des discontinuités auto-produites » : Jürgen Habermas, « Konzeptionen der Moderne. Ein Rückblick auf zwei Traditionen », in Id., Die postnationale Konstellation. Politische Essays, Francfort-sur-le-Main, 1998, p. 195-231, citation p. 197.

84 Lyotard (op. cit., n. 6, p. 60), p. 199.

85 X, « Über die vielen Reisebeschreibungen in unsern Tagen. Ein Schreiben eines auswärtigen Gelehrten an Herrn Oberkonsistorialrath Sedike », in Berlinische Monatsschrift, 1784, n° 2, p. 319-332, citation p. 327.

86  « On nous décrit : quel âge avait cet homme, sa hauteur, sa grosseur, sa largeur ; s’il a des fils ou des filles ; qui est son fermier, qui son secrétaire ; fait incroyable, le souci d’exhaustivité va jusqu’à livrer des arbres généalogiques de personnages sans aucune signification, mentionnés une seule fois dans le livre. On continue sa route, et si l’on rencontre un Nurembergeois en voyage, on en prend note, et nous devons le lire », X (op. cit., n. 4, p. 61), p. 327-328.

87  X (op. cit., n. 4, p. 61), p. 322 et 326.

88  Roland Barthes, « L’effet de réel », in Roland Barthes, Le bruissement de la langue. Essais critiques IV, Paris, Le Seuil, 1984, p. 179-184.

89  Lyotard (op. cit., n. 6, p. 60), p. 196.

90  Cf. Friedrich Schiller, « Über die ästhetische Erziehung des Menschen in einer Reihe von Briefen (1793-1794) », 26elettre, in Schillers Werke. Nationalausgabe, vol. 20 : Philosophische Schriften I, Benno von Wiese (éd.), Weimar, 1962, p. 402-403 : « Les individus comme les peuples entiers qui, ou bien "aident la réalité par l’apparence ou bien aident l’apparence (esthétique) par la réalité" — on associe volontiers les deux — prouvent à la fois leur absence de valeur morale et leur incapacité esthétique. »

91 Schiller, « Über die ästhetische Erziehung... »(op. cit., n. 1, p. 62), p. 399-402 ; « La réalité des choses est leur œuvre ; l’apparence des choses est l’œuvre de l’homme. [...] Rien ne doit lui être plus sacré que sa propre loi, pour peu qu’il prenne garde au jalon qui sépare son domaine de l’existence des choses ou des domaines de la nature. [...] De cela, vous voyez que le poète, de la même manière, sort de ses frontières lorsqu’il attribue une existence à son idéal et se donne ainsi pour but une existence déterminée. Car il ne peut produire l’une et l’autre que de deux manières : ou bien en outrepassant son droit de poète, en intervenant par l’idéal dans le domaine de l’expérience, et en s’arrogeant le droit de déterminer l’existence réelle du seul fait que cela est possible, ou bien en abandonnant son droit de poète, en laissant l’expérience s’immiscer dans le domaine de l’idéal, et en limitant la possibilité aux conditions de la réalité. »

92  Schiller, « Über die ästhetische Erziehung » (op. cit., n. 1, p. 62), 26e lettre, p. 402.

93  Cf. également Müller, qui souligne lui aussi le fait que le narrateur, dans le roman de Moritz, « accentue toujours les risques liés à la fuite hors du monde, et non les possibilités de gagner de la distance par la lecture ». Müller (op. cit., n. 3, p. 58), p. 292.

94 Schiller, Über die ästhetische Erziehung(op. cit., n. 1, p. 62), p. 402.

95  Friedrich Schiller, Über naïve und sentimentale Dichtung[1795], Stuttgart, 1997, p. 31.

96  Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, § 76, Paris, Vrin, 1974, p. 215 sq.

97  Sur la question de la contingence, je me réfère ici à Gerhart von Graevenitz et Odo Marquard, avant-propos, Konlingenz. Poetik und Hermeneutik, vol. 18, Gerhart von Graevenitz et Odo Marquard (éd.), Munich, 1998, p. XIII. Cf. aussi Novalis (op. cit., n. 6, p. 55), n° 940, p. 449 : « Le poète adore le hasard. »

98  Schiller, Über die ästhetische Erziehung(op. cit., n. 1, p. 62), 27e lettre, p. 405.

99  Schiller, Über naïve und sentimentale Dichtung(op. cit., n. 6, p. 62), p. 31-33, citations p. 32.

100  Je m’inspire ainsi du modèle triadique courant établi par Wolfgang Iscr (op. cit., n. 2, P– 47),.

101  Dans la mesure où « l’on crée un modèle pour le siècle » ; Friedrich Schiller, « Über Bürgers Gedichte » [1791], in Friedrich Schiller, Sämtliche Werke, vol. 5, Gerhard Fricke et Herbert G. Göpfert (éd.), Munich, 1959, p. 971.

102  J’emprunte ce concept à Hans Blumenberg, « Nachahmung der Natur — Zur Vorgeschichte des schöpferischen Menschen », in Hans Blumenberg, Wirklichkeiten, in denen wir leben. Aufsätze und Reden, Stuttgart, 1981, p. 55-103, citation p. 93.

103  Emmanuel Kant, Anthropologie in pragmatischer Hinsicht[1798], in Id., Werkausgabe, Wilhelm Weischädel (éd.), vol. 12, § 44, p. 521 : « Outres certaines autres irritations de l’humeur, la lecture de roman a aussi pour conséquence de rendre la distraction habituelle. »

104  Schiller se défend cependant explicitement contre « l’abus » et l’irréalisme. Schiller, « Über die ästhetische Erziehung » (op. cit., n. 1, p. 62), 27e lettre, p. 404-405.

105  La plainte de Schiller sur les « journées si peu poétiques » suit ici une direction analogue à celle du discours schlégélien sur « l’ère non fantastique » ou la critique du Wilhelm Meisterde Goethe par Novalis, qui lui reproche d’oublier le « mysticisme » et d’être « tout à fait prosaïque — et moderne », Schiller, « Über Bürgers Gedichte » (op. cit., n. 4, p. 63), p. 971. Friedrich Schlegel, Gespräch über ditPoesie, in Id., Kritische und theoretische Schriften, Andreas Huyssen (éd.), Stuttgart, 1978, p. 204. Novalis, « Fragmente und Studien », in Schriften (op. cit., n. 6, p. 55), n° 505, p. 638.

106  Cf. Alois Hahn, « Soziokulturelle Prozesse und Denkfiguren. Einführung », in Konzepte der Moderne(op. cit., n. 4, p. 48), p. 19-26, ici p. 25-26.

107 Schiller, « Über Bürgers Gedichte » (op. cit., n. 4, p. 63), p. 971.

108 Friedrich Wilhelm Joseph Schelling, Philosophie der Kunst, rééd., Darmstadt, 1966, p. 320.

109  Sur le concept de roman anthropologique, cf. Hans-Jürgen Schings, « Der anthropologische Roman. Seine Entstehung und Krise im Zeitalter der Spätaufklärung », in Bernhard Fabian et al.(éd.), Deutschlands kulturelle Entfaltung. Die Neubestimmung des Menschen, Munich, 1980, p. 247-276.

110 Schelling (op. cit., n. 5, p. 64), p. 322.

111 Ibid., p. 321-322.

112  . Ibid., p. 323.

113  . Ibid., p. 317.

114  Graevenitz (op. cit., n. 4, p. 48), p. 9-10.

115  La « fabuleuse fidélité à la nature, les illusions optiques » du cinéma ont provoqué une ivresse analogue à celle que déclencha la lecture de roman chez les maniaques de la lecture au xviiie siècle. Vers 1900, Alfred Döblin voit dans le cinéma « un remarquable remède contre l’alcoolisme, la plus vive concurrence aux distilleries d’alcool » (Alfred Döblin, « Das Theater der kleinen Leute », Das Theater I (1909), n° 8, p. 191-192). Le médecin et psychologue Robert Gaupp constate en revanche, pour sa part, l’effet destructeur du cinéma sur les nerfs et réclame exactement la forme de réception réfléchie que tenta d’imposer au xviiie siècle l’éducation à la lecture : « En lisant, nous pouvons à notre gré nous arrêter, critiquer, nous libérer du contenu oppressant du roman de gare en réfléchissant, en faisant travailler notre esprit. Il en va autrement au cinéma. [...] Rares sont les gens à avoir suffisamment d’imagination pour garder lorsqu’ils lisent un œil sculptural sur les choses ; or le cinéma présente les choses vivantes à notre regard [...] » (Robert Gaupp, « Die Gefahren des Kino » (1911-1912), in Prolog vor dem Film. Nachdenken über an neues Medium 1909-1914. Jôrg Schweinitz (éd.), Leipzig, 1992, p. 64-69, citation p. 66-67.

116  Oskar Negt, par exemple, a tout récemment plaidé pour que l’on rende de nouveau justice à cette « réalité empirique primaire » que nous venons de citer d’après lui, et que l’on démasque « l’espoir illusoire porté dans le monde digital ». On retrouve ce débat in Martina Meister, « Web oder weg. Message und Quote : Ein Berliner Kolloquium über « Zerstreute Öffentlich-keit » », Frankfurter Rundschau, 4 octobre 2000, p. 22.

117  Norbert Bolz, « Mensch-Maschine-Synergetik unter neuen Medienbedingungen », Symptome 11, 1983, p. 34-37, ici p. 34.

118 Siegfried J. Schmidt, Die Welten der Medien. Grundlagen und Perspektiven der Medienbeobachtung, Brunswick et Wiesbaden, 1996, p. 106-107.

119  Les premières données psychothérapeutiques indiquent ainsi qu’environ 300 000 personnes en Allemagne, lorsqu’on les prive de leur accès au réseau, deviennent « nerveux comme des alcooliques et des toxicomanes en état de manque ». C’est en tout cas ce qu’annonçait un article intitulé « Internet wird zur Sucht » (Internet devient une manie), Frankfurter Rundschau, 6 octobre 2000, p. 22.

120 Sven Birkerts, Die Gutenberg-Elegien. Lesen im elektronischen Zeitalter, Francfort-sur-le-Main, 1999, p. 177.

121  Depuis une telle philosophie du « comme si », le chemin mène à la réhabilitation des mythes dans un monde que l’on prétend désenchanté, cf. Hans Vaihinger, Die Philosophie des Als Ob. System der theoretischen, praktischen und religiöse Fiktionen der Menschheit auf Grund eines idealistischen Positivismus, Berlin, 1911, et, sur Vaihinger, de nouveau Zelter (op. cit., n. 4, p. 47), p. 27-31.

122 Lyotard (op. cit., n. 6, p. 60), p. 203.

123 Novalis, Fragmente und Studien (1799-1800), n° 607, in Id., Schriften(op. cit., n. 6. p. 55), p. 668.

124  J’emprunte ce concept à une période ultérieure : Hans Magnus Enzensberger, « Gemeinplätze, die neueste Literatur betreffend », Kursbuch15, 1968, p. 187-197 (p. 189).

125 Novalis (op. cit., n. 6, p. 55), p. 119.

126  Ce n’est pas l’opinion de Hans Robert Jauss, qui considère que l’esthétique de la modernité se fonde sur le refus de la manière dont le romantisme s’adonne à la nature : Hans Robert Jauss, « Kunst als Anti-Natur ; Zur ästhetischen Wende nach 1789 », in Id., Studien zum Epochenwandel der ästhetischen Moderne, Francfort-sur-le-Main, 1989, p. 119-156, ici p. 124.

127  Je m’oppose ici à l’approche de Silvio Vietta et Dirk Kemper, consistant à voir « les fondements théoriques décisifs pour la modernité esthétique » comme des produits du premier romantisme : Silvio Vietta et Dirk Kemper, « Einleitung », in Ästhetische Moderne in Europa.Grundzüge und Problemzusammenhänge seit der Romantik, Silvio Vietta et Dirk Kemper (éd.), Munich, 1998, p. 1-56, ici p. 30. Gerhart von Graevenitz (op. cit., n. 4, p. 48), p. 2, se réfère à la démimétisation comme signal de la modernité. Sur les tendances antimimétiques autour de 1900, cf. par ex. Renate Werner, « Das Wilhelminische Zeitalter als literaturhistorische Epoche. Ein Forschungsbericht », in Jutta Kolkenbrock-Netz et al. (éd.), Wege der Literaturwissenschaft, Bonn, 1985, p. 211-231.

128  Walter Hasenclever, « Kunst und Definition », Neue Blätter für Kunst und Dichtung 1 [1918-1919], rééd. Mendel, Liechtenstein, 1970, p. 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Britta Herrmann, « La vie comme roman. Transformations médiales du fictif entre classicisme et romantisme », Revue germanique internationale, 16 | 2001, 47-68.

Référence électronique

Britta Herrmann, « La vie comme roman. Transformations médiales du fictif entre classicisme et romantisme », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2001, mis en ligne le 03 août 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/858 ; DOI : 10.4000/rgi.858

Haut de page

Auteur

Britta Herrmann

Assistante à l’Université de Bayreuth. Thèse de doctorat sur Les filles d’Œdipe dans la littérature du xxe siècle. Articles sur anthropologie et histoire des techniques autour de 1800, Gender Studies/Masculinities, théorie des médias et de la littérature, Cultural Studies, conceptions de la modernité

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org