Navigation – Plan du site
La question de la langue : contextes juifs et recherches linguistiques

Steinthal : la linguistique entre l’allemand et l’hébreu

Pierre Pénisson
p. 55-63

Résumés

Si Heymann Steinthal développe une linguistique qui puisse prendre toute la mesure de l’extraordinaire diversité des langues, elle les hiérarchise cependant. C’est pour lui un fait linguistique, historique et culturel que l’allemand atteinte une excellence inégalée, ou plutôt l’avait atteint avec Goethe et Humboldt. Steinthal, juif et professeur extraordinaire à l’Université de Berlin, assiste à l’émergence de la barbarie antisémite, à la décadence incroyable d’une culture et d’un savoir qu’il ne cesse de défendre. La grande entreprise de la Zeitschrift für Völkerpsychologie, à partir de 1860, le conduit, avec son ami et beau-frère Moritz Lazarus, à défendre la judaïté dans l’Allemagne qui lui est contemporaine. La résistance culturelle et politique est donc présente au cœur même de la recherche linguistique érudite. L’article vise à rechercher les liens entre le Steinthal religieux de la Hochschule für die Wissenschaft des Judentums et le Steinthal homme de science positiviste à l’université berlinoise. Et il y a bien un lien, un parallèle en l’occurrence, entre la langue de la Bible, anhistorique et minoritaire, et celle de Goethe et Humboldt, historique et conquérante, mais cette relation possible semble devoir se payer, chez Steinthal comme chez Moritz Lazarus, d’une dénégation profonde du yiddish qui fut leur langue première.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lettre de Steinthal à Glogau du 27 mai 1889. Cf. P. Pénisson, « Hermann Steinthal et la psychologi (...)
  • 2  Voir notamment Th. Achelis, Heymann Steinthal, Brème, 1898 et Ingrid Belke, Moritz Lazarus und Hey (...)

1Au premier abord il y a deux Steinthal (1823-1899), ou bien un Steinthal clivé. L’un est linguiste, entendant pratiquer dans l’université une science positive stricte : ni philosophique, ni religieuse, l’autre orateur à la Hochschule für Wissenschaft des Judentums et pratiquant fidèle à la synagogue. Le premier déclare que la religion n’est rien pour des esprits scientifiques rationnels modernes et cultivés, le second déclare que la Sprachwissenschaft l’ennuie1. Le premier est un érudit prometteur, le second un extraordinarius endeuillé de la mort de deux de ses trois enfants2.

2Or il y a bien cependant un lien entre les deux et on le voit dans la Zeitschrift für Völkerpsychologie éditée en commun avec son ami et beau-frère, Moritz Lazarus, que l’on peut sans doute qualifier de militant plutôt que de linguiste. Mais ce lien se découvre plutôt dans les notes que dans le corps du texte, et c’est aussi un lien indéniable de succession chronologique entre le jeune Steinthal confiant dans la science et la culture et le vieux Steinthal voyant ce qui se passe, c’est-à-dire la montée de l’antisémitisme et refusant de le croire, par d’étonnants gestes de dénégation.

3Il y a donc lieu de tenter de prendre toute la mesure des effets de l’antisémitisme sur la linguistique steinthalienne, et par cette raison même on ne peut complètement l’isoler des écrits et actions de Moritz Lazarus.

  • 3 Par exemple William R. Woodward, From the Science of Language to Völkerpsychologie, Lotze, Steintha (...)
  • 4  Notamment dans l’introduction de Die sprachphilosophischen Werke Wilhelm’s von Humboldt, herausgeg (...)

4La conjecture a parfois été formulée que Stein thaï, Lazarus et nombreux autres auraient cherché dans l’université de Wilhelm von Humboldt une communauté qui parviendrait à s’autoconstituer grâce à un amour certain de la langue allemande contemporaine, par la culture qui s’y pratique et par toutes les sciences nouvelles qui pourront s’y développer3, Humboldt lui-même représentant en personne et par excellence un « idéal de vie sociale » (Ideal des sozialen Lebens)4. Et enfin c’est l’organe que serait la Zeitschrift für Völkerpsychologie qui devrait divulguer les savoirs contemporains à toute la Bildungsbürgertum, au-delà des cercles proprement érudits. Comme on le voit souvent sous la plume de Lazarus il est question dans la « psychologie » des « peuples », d’esprit, de Geist et non pas d’une philosophie de l’histoire, ce qui importe précisément dans la lutte contre l’antisémitisme croissant. Pour sa part Heymann Steinthal est en effet transi de l’idée de cet « esprit », comme culture commune idéale toute réalisée dans Wilhelm von Humboldt dont il sera l’éditeur méticuleux, historio-critique et critique.

5S’il est linguiste, c’est certes à cause de Humboldt, mais c’est aussi pour une bonne part sans doute, contre Hegel, c’est-à-dire contre une autre position dans le champ de tension institutionnelle qu’est la jeune et brillante université berlinoise, mais c’est-à-dire aussi, selon Steinthal, contre un système qui, parce qu’il est clos, serait inapte à passer à la science et plus particulièrement ne pourrait pas rendre compte de l’extraordinaire diversité (bunteste Mannigfaltigkeit) des langues. Ainsi son « contexte » est d’abord celui d’une modernité culturelle et scientifique, précisément située, avec sans doute un fervent espoir et une atroce déception.

6Et cette situation, ou plutôt sans doute ce champ, implique pour Steinthal au moins deux opposants. Un opposant interne qui est la non-scientificité, et là Steinthal procède avec une acribie tout à fait remarquable de philologue pour traquer toutes les mauvaises approximations, les lacunes, et les raisonnements spécieux. Certains ont pu voir là un esprit de sérieux, voire un pédantisme peu généreux, sarcastique même, d’autres, parmi lesquels on se range volontiers, une véritable méthode incroyablement efficace, et parfois nullement exempte d’humour.

  • 5  Lettre à Glogau du 9 octobre 1885 contre la Beglückungstheorie.

7L’opposant externe est partout et toujours le « matérialisme », celui de Marx et du socialisme qui tend à produire des « esclaves repus »5, celui de Darwin, et celui des races. Ce n’est en effet pas par une éthique immédiate que se condamne le racisme — et c’est presque un anachronisme que d’employer en cette occurrence ce substantif — mais bien fondamentalement parce qu’il prétend se fonder sur une nature matérielle.

  • 6  Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, herausgegeben von Dr. M. Lazarus und Dr. (...)
  • 7  En particulier dans Grammatik, Logik und Psychologie. Ihre Prinzipien und ihre Verhältnis zueinand (...)

8Et c’est bien contre le matérialisme et pour la défense d’une libre et idéelle communauté de culture que Steinthal fonde avec son ami et beau-frère Moritz Lazarus la Zeitschrift für Völkerpsychologie6, ou peut-être serait-ce Lazarus qui aura conduit Steinthal dans une entreprise de divulgation qui semble mal correspondre à son habitus d’érudit. Quoi qu’il en soit en 1860 l’incipit programmatique de la série dit le plus clairement du monde que Volk désigne une communauté idéelle, à étudier suivant un programme linguistique, puisque la langue est la première production spirituelle du peuple (« das erste geistige Erzeugnis »7.La langue en effet n’est pas du tout une production à penser à partir du locuteur individuel, mais bien un collectif. Là sans doute réside un des intérêts majeurs de Steinthal dans l’histoire des idées linguistiques.

9Il importe ici de comprendre l’unité de cette théorie linguistique rigoureuse et ce qui serait une volonté première d’appartenir à une communauté de culture. Dans le collectif de la langue, comme dans la communauté du soziales Leben qu’il trouve chez Humboldt, Steinthal pose que l’individu, dans des modalités très variables suivant les époques et les situations, prend plus ou moins place et l’aboutissement véritable se trouve dans le sujet, doué d’une volonté autonome au sens très kantien du terme. La subjectivité comme autonomie de la volonté s’exprime dans les langues à flexions, et par excellence dans deux langues : le sanscrit et l’allemand, celui de l’époque goethéenne.

  • 8  Moritz Lazarus, qui était le fils d’un rabbin de Posnanie, étudia auprès de Müller, Ranke, Boeck, (...)
  • 9  Moritz Lazarus. Les citations suivantes sont extraites de Treu und frei : gesammelte Reden und Vor (...)
  • 10  « Wir sind Deutsche... sind es, wollen es, können auch nichts anders sein », à comparer au « hier (...)
  • 11 « Die wahre Kultur liegt in die Mannigfaltigkeit », Treu und Frei, p. 87 sq.

10Il faudrait soigneusement comparer et différencier les positions de Steinthal et celles de Lazarus, tout en conservant le lien essentiel qui les rassemble dans le commun projet de Völkerpsychologie8. À tout le moins est-il à noter que chez Lazarus, beaucoup plus politiquement que chez Steinthal, est peuple ce qui se dit incessamment comme tel. Et cela est lourd de conséquence pour la question de l’antisémitisme allemand : selon Lazarus, est allemand qui se dit allemand, or les Juifs allemands, parce qu’ils pratiquent assidûment la langue et la culture allemande, parce qu’ils y travaillent plus activement que d’autres, sont les plus allemands des Allemands, c’est-à-dire plus nationaux, tant il est vrai qu’ils sont devenus nationaux par un travail. Ainsi peut-il écrire au synode de Leipzig en 1861 à propos des Füdische Soldaten « Vorwärts mit Gott, für König und Vaterland »9. S’il en est ainsi, le christianisme allemand ne peut qu’aimer les Juifs, puisqu’ils sont dans l’Allemagne moderne politique cette nouvelle alliance (neuer Bund) qu’est le christianisme, notamment dans sa forme luthérienne allemande. Si du reste il y a quelque antisémitisme chez Luther c’est parce que ce dernier croyait que sa réforme était telle que les Juifs auraient dû souhaiter s’y convertir. Dès lors faudrait-il proclamer l’excellence allemande des Juifs, presque dans une parodie de Luther à Worms : « Nous sommes allemands nous le sommes, le voulons et ne pouvons être autrement. »10 Les inductions de Lazarus laissent place cependant à une relative diversité (Mannigfaltikeit) allemande, qui souffrirait de l’exacerbation (Zuspitzung) d’un élément contre un autre, puisque ce serait la négation de cette wahre Kultur qui devrait signaler l’excellence de l’Allemagne moderne11.

11Ainsi chez Lazarus l’antisémitisme est une faute de raisonnement que ses démonstrations devraient rectifier. Même face à la « barbarie » galopante, Lazarus fait comme s’il ne pouvait s’imaginer que l’antisémitisme, dévoilé comme paralogisme, ne va pas bientôt disparaître. Et il semble très écouté lors des congrès à la synagogue de Leipzig et à la maison de la Wissenschaft des Judentums à Berlin.

  • 12  Voir notamment l’introduction programmatique au premier numéro de la Zeitschuft für Völkerpsycholo (...)

12Steinthal procède différemment, suivant une linguistique particulière: Volk est une communauté habitée par un Geist ; le terme Volksgeist parcourt toute son œuvre12. Il désigne une unité ideelle, et non pas matérielle, et telle qu’elle inspire tous les éléments d’un peuple, jusqu’aux plus empiriques et matériels, c’est-à-dire d’abord la langue, à décrire dans sa très immédiate réalité, qui est de nature proprement phonétique, mais aussi l’habitat (ainsi un long travail sur le livre d’Etienne Laspeyres, L’influence de l’habitat sur le comportement (Der Einfluß der Wohnung auf das Betragen), mais encore les rites et les légendes (par excellence la Bible en hébreu), mais aussi les ornements qui doivent donner lieu à des descriptions précises, celles-là mêmes que pratiquera Wundt en diminuant l’importance accordée à la langue par Steinthal.

  • 13  Lettre à Glogau du 17 janvier 1882 contre la Dreck-philosophie des Unbewussten.

13Ainsi Völkerpsychologie désigne expressément, non pas, et en aucune façon, les processus individuels quantifiables, mais bien l’analyse, donc la science toute rigoureuse, de la psyché, donc du Geist, animant un Volk, donc des communautés habitées par un esprit animant la langue qu’ils pratiquent et cultivent incessamment. Dans cette perspective l’antisémitisme est tout simplement une monstruosité inconcevable, impensable dans la culture allemande, celle de Humboldt et de Goethe, sauf à penser, et Steinthal n’y parvient pas, que cette grande culture n’est plus celle des Allemands contemporains qui se soumettraient au matérialisme, ou à sa variante insupportable, l’« inconscient » chez Hartmann et Nietzsche13.

  • 14  H. Steinthal, Zu Bibel und Religionsphilosophie, Berlin, Reimer, 1890, p. 213.
  • 15  Ibid., p. 236, en note subpaginale.

14On comprend dès lors que Steinthal relève moins les paralogismes de l’antisémitisme que sa bêtise, jusque chez de très grands auteurs, comme Kant, lequel s’avère être « antisémite a priori », lorsqu’il dit de Maimon qu’il « se comporte comme en ont l’habitude les Juifs », ce qui est une mauvaise prédication logique, celle, autrement nommée préjugé, qui fait que l’existence confirme l’essence14. Ce jugement a priori est une incapacité de juger, ce que Kant lui-même nomme précisément « bêtise » (Dummheit). Cette bêtise-là n’annule évidemment pas l’éthique kantienne, qui est la bonne et du reste Steinthal se réjouit de connaître des marchands juifs berlinois et hambourgeois qui professent et pratiquent scrupuleusement la morale kantienne15.

  • 16  Ibid., p. 212.

15C’est de bêtise encore qu’il s’agit, mais comme ignorance coupable, lorsque l’on évoque le sacrifice d’enfants par les Juifs, il n’est que de savoir que cette croyance peut être corrigée en voyant que cela ne vient pas du Talmud mais d’un bouddhisme transposé16. Et le Talmud peu être vérifié : il est sans mystère et il est étudié à l’Université, aussi officiellement que possible, et enfin il doit être développé dans des écoles bilingues. On doit cependant considérer que les dénonciations steinthaliennes de la bêtise antisémite actuelle se trouvent le plus souvent dans les notes subpaginales de la Zeitschrift. Et le remède contre le mal dénoncé peut-être dans l’humour, ainsi lorsqu’il recense la Geschichte der deutschen Sprache de Wilhelm Scherer qui parle d’un « enseignement central du protestantisme (...) comme éthique nationale, dogme démocratique, déterminisme et volonté sans liberté » (« Centrallehre des Protestantismus... als nationale Ethik, demokratisches Dogma, Determinus und unfreier Wille » ), Steinthal de dire : « A entendre ça, on aurait envie de devenir catholique » ( « Da möchte man katholisch werden » ). Note subpaginale et humour signalent ainsi la manière de se présenter à la Bildungsbürgertum destinatrice de la Völkerpsychologie, au moment même où la barbarie antisémite déconcerte et menace.

  • 17  Ibid., p. 229.

16La Dummheit se retrouve aussi chez des savants comme Kuno Fischer, Bruno Bauer, Renan ou Strauss. Et dans ces cas l’antisémitisme serait à la place d’autre chose, comme une métonymie que l’on peut réduire au sens propre. Ainsi l’antisémitisme ne provient pas du christianisme, mais plutôt de Sénèque, ou encore ce ne serait qu’une « bulle de savon dans le Kulturkampf, la revanche pour les attaques contre les Jésuites » ( « Schaumblase im Kulturkampfe, die Revanche für die Angriffe gegen die Jesuiten » ) !17

  • 18  « Für Gott ist die Entwicklung erfreulich » ou « Die Gottheit ist das was wir als Höchstes, als un (...)
  • 19 « Jedes Volk hat seine Religion :die Katholizität ist und war unmöglich », Zeitchriftfür Völkerpsyc (...)

17Le Volksgeist comprend aussi nécessairement la religion, sur laquelle Steinthal prend des positions qui relèvent de bien autre chose que des strictes sciences de l’expérience. Il en traite philosophiquement, en des termes très hégéliens, posant que les actions humaines sont ancrées dans l’absolu et l’infini, faute de quoi rien ne fait sens et sans quoi on ne saurait comprendre la fondamentale diversité humaine. De là il suit une philosophie de l’histoire, quoi que peu formulée, sur le déroulement infini de l’esprit au cours des temps. « Le développement plaît à Dieu » ou encore « La divinité est ce que nous vénérons comme le plus haut, comme l’infiniment parfait. »18 Certes ceci ne se lit pas dans la Zeitschrift mais dans Zur Bibel und Religionsphilosophie dès 1850, mais on pourrait en trouver toutes les résonances discrètes dans la revue. Par ailleurs, s’il est vrai que le fait fondamental, celui-là même de la linguistique, est la diversité à respecter comme telle, alors l’idée même d’une religion universelle, d’une Katholizität, est nécessairement aberrante : « Chaque peuple a sa religion : la catholicité est et était impossible. »19 Cette proposition est à lire dans la Zeitschrift même.

  • 20 Ibid., p. 3.

18Il y a bien en réalité une théologie steinthalienne. C’est en somme une théologie linguistique : la langue parle, la Bible parle, en hébreu. La particularité magnifique de cette langue aura été son immédiateté. Elle va droit au but (« es geht gleich zum Ziel »), sans détour ni parure (schmucklos), à la différence du grec20 ; elle est sans rapport possible avec l’alexandrin français, de sorte que l’on peut dire que dans la Genèse, les Israélites ont atteint un « transcendantal surhumain » (Übermenschliches Tranzsendental).

  • 21 « Wenn sich nur eine Ethik ohne Gott und Freiheit begründen lassen will... und willst du das Volk m (...)

19On peut, on doit sauver même ce qu’il y a de religieux dans le beau : « Si l’on peut fonder une éthique sans dieu et la liberté... nourriras-tu le peuple d’esthétique ? »21

  • 22  « Gefühl für Organische », voir sur ce point Manfred Ringmacher, Organismus der Sprachidee. H. Ste (...)
  • 23  « Eine Sage über die Verschiedenheit der Sprache, Babel... Gerade die Völker, welche die wichtigst (...)

20Malgré une anthropologie religieuse qui veut donner toute sa place à la plus grande diversité possible, les classifications linguistiques steinthaliennes ne confèrent pas aux langues sémitiques une place privilégiée. Même si elles on le sentiment de l’organique22, elles sont affectées du défaut grave d’être avocaliques (vokallos). C’est plutôt par son antiquité et sa transhistoricité que l’hébreu se distingue, et cela se signale dans le mythe de Babel, que précisément les peuples acteurs de l’histoire ne possèdent pas23.

21D’une certaine manière l’hébreu est donc intraduisible. Le livre de la Genèse ne peut se dire en allemand, même si Steinthal doit la citer dans les traductions de Luther platement modernisées. Les autres langues, l’allemand en premier chef, ne peuvent que commenter le texte sacré intraduisible. Le lien de commentaire que fait Steinthal entre la grande culture allemande actuelle avec le sublime anhistorique de l’hébreu implique un rapport, par traductions partielles ou tradition (Kaballa).

  • 24  Doch danken wir es den Kabbalisten, daß unser schönes Wort in das kühle Klima Deutschlands gelangt (...)
  • 25  « Er könnte jüdische Novellen hinzu nehmen und H. Heines Darstellung », Zeitchriftfür Volkerpsycho (...)
  • 26 « Kennst Du jene jüdischen Knochen (möchte ich den Verfasser fragen), oder bist du nur ein verknöch (...)

22Il donne l’exemple de Andacht, mot allemand que, selon lui, le français ne peut comprendre, car « prière ardente » ou « dévotion » ne disent rien (en règle générale le français qui est le résultat de dérivations semble, sous la plume de Steinthal, peu doté de facultés expressives, sauf pour les immoralités matérialistes antireligieuses et individualistes). Le grec euphemia n’est pas suffisant non plus. Mais il se trouve qu’entre l’hébreu kawwona et l’allemand Andacht il y a une ressemblance frappante. Toute une même posture éthique se dégagerait entre l’hébreu biblique et le proverbe allemand : « Ein Gebet ohne Andacht ist ein Körper ohne Seele » (une prière sans recueillement est un corps sans âme, si l’on ose malgré tout traduire Andacht en français). Toute une réflexion de la Kabballe médite et développe cela. Comparant l’hébreu et l’allemand, Steinthal peut en arriver à admettre que le beau mot hébreu se retrouve dans les frimas allemands24. On trouve aussi un long développement sémantique sur Erholung, qui serait le contrepoint de cette perte de soi qu’est le travail. Ainsi le Sabbat est en réalité ce que nomme Erholung. Contre Bruno Bauer, Steinthal fait en 1874 un long développement en lui disant que s’il ne sait pas ce qu’est le Sabbat, il n’a qu’à penser ce qu’est son dimanche25. Les développements de Bauer étaient historiquement faux qui voulaient, bien à tort, que le judaïsme soit le squelette (Knochgerüst) liant la Grèce et le christianisme, ce dont ni la première ni le second n’ont besoin. Réponse d’humour cinglant de Steinthal : « Les connais-tu ces os juifs (aimerais-je demander à l’auteur) ou n’es-tu qu’un hégélien ossifié ? »26

23Lazarus, pour sa part, actualise la communauté antique. D’une part en publiant de longs développements, en termes tout à fait hégéliens, sur la famille, l’esprit objectif, la communauté moderne. D’autre part en publiant plusieurs fois des mémoires où la communauté juive rurale est décrite comme une époque révolue, austère et dure à l’individu, mais excellente puisque la communauté, masculine du moins, avait tout pour produire des individus consacrés au savoir, et donc, si l’on peut faire une inférence aussi rapide pour résumer Lazarus, de la culture et de la langue allemande produisant une perfection allemande.

  • 27  Heymann Steinthal, « Juden in Gröbzig », in Erinnerungen an Anhalt : Memoiren aus drei Jahrhundert (...)
  • 28  Voir notamment son étude au t. VII, 1871, de la Zeitschrift fur Völkerpsychologie, p. 366-406.
  • 29  Voir en particulier son Abriß der Sprachwissenschaft. Einleitung in die Pyschologie und Sprachwiss (...)
  • 30 Hans Arens, Sprachwissenschaft, Munich, Alber, 1969.
  • 31  « Unser geliebtes Deutsch !Seine Form und seinen Charakter darzulegen, welchem deutschen Sprachfor (...)

24Il demeure cependant frappant que dans tout cela, on ne trouve pas de trace de yiddish. On connaît par Léo Loewenthal le village saxon largement yiddishophone, Gröbzig, dont Steinhtal également est issu27. Comme dans les classifications les langues se tiennent à distance les unes des autres, puisqu’elles sont l’élément du Volksgeist, une Sprachmischung en somme ne peut se produire que lorsqu’une communauté se délite, si seulement cela est pensable chez lui. Certes, il y existe du supranational, qui provient de la Bible et des proverbes, mais quand il s’agit de dialectologie Steinthal semble plus pointilleux que jamais et reproche à ses confrères dialectologues de confondre des communautés ou des lieux, ou des états de la langue dirait-on en termes saussurriens, ou d’avoir oublié un élément28. Au reste entre les langues empiriquement parlées par des individus épars et la théorie linguistique, il y a des mondes. La théorie porte un regard extérieur sur un objet idéel et improbable29. Ce ne sont pas même les formes notamment grammaticales qui déterminent la langue, mais « l’idée de la langue » qui détermine celles-ci. Les Sprachwissenschaftler, comme par exemple H. Arens30, applaudissent Steinthal d’avoir su envisager « qu’il n’y a pas de langues mais des points de vue sur elles ». On doit penser idéalement une orbis linguarum dans lequel se trouve l’ensemble de l’allemand, comprenant aussi le Mittelhochdeutsch, et cet objet est encore à étudier : « Notre cher allemand ! exposer sa forme et son caractère, pour quel linguiste allemand cela ne paraît-il pas être la plus belle tâche de notre science : une photographie de l’esprit du peuple allemand. »31

  • 32 « Man war innerlich und äußerlich zur Schrift ausgerüstet, bevor man das Bedürfnis nach ihr hatte. (...)

25La classification des langues est une hiérarchisation des langues, il y a le rudimentaire, le lacunaire (ce qui est peu humboldtien), l’anhistorique (Ouralo-altaïque), et enfin une purification par culture : ce que l’allemand a fait sur lui-même, de l’écriture runique jusqu’à Goethe32.

  • 33 « Die Juden deutsch reden und zur Germanisierung beigetragen haben », Treu u. Frei, op. cit., note (...)
  • 34  Ibid., p. 298.

26Dans son fameux Treu und Frei de 1887, Lazarus reprend le thème de la germanisation par les Juifs33. S’il est vrai que Moses Mendelssohn avait compris que l’allemand est la meilleure des langues, on comprend qu’il appartenait à la très belle Sittigung que les Juifs orthodoxes voulaient écrire en hébreu, car surtout en Pologne et en Russie on pratiquait encore un jargon. Tout se serait en somme passé comme si c’était en attendant la pureté de l’allemand qu’il fallait écrire hébreu. Au reste les exemples d’allemand populaire que donne Lazarus sont éloquents : on disait Plitt pour billet et Bobe pour grand-mère, et il est alors à comprendre que ce n’est là rien autre chose que de l’allemand inculte, impropre, impur34. C’est-à-dire alors peut-être que la linguistique steinthalienne doit très profondément ignorer le yiddish. Il existe un allemand très pur qui peut s’enrichir à la lecture de la Torah. L’allemand nomme actuellement ce que nomme anhistoriquement l’hébreu pérenne et non pas mort. Ou encore peut être : l’allemand est d’autant plus riche qu’il peut être sous-tendu par la lecture de l’hébreu, bien qu’entre les deux il n’y ait pas contact.

Haut de page

Notes

1  Lettre de Steinthal à Glogau du 27 mai 1889. Cf. P. Pénisson, « Hermann Steinthal et la psychologie linguistique des peuples », in Revue germanique internationale, 10/1998, p. 42.

2  Voir notamment Th. Achelis, Heymann Steinthal, Brème, 1898 et Ingrid Belke, Moritz Lazarus und Heymann Steinthal : die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, Tübingen, Mohr, 1983.

3 Par exemple William R. Woodward, From the Science of Language to Völkerpsychologie, Lotze, Steinthal, Lazarus and Wundt, Universität Heidelberg, « Historische Reihe », novembre 1982.

4  Notamment dans l’introduction de Die sprachphilosophischen Werke Wilhelm’s von Humboldt, herausgegeben und erklärt, Dr. H. Steinthal, Berlin, F. Dümmler, 1884, et Gedächtnisrede auf Wilhelm von Humboldt an seinem hundertjährigen Geburtstage, juin 1867.

5  Lettre à Glogau du 9 octobre 1885 contre la Beglückungstheorie.

6  Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, herausgegeben von Dr. M. Lazarus und Dr. H. Steinthal, Berlin, 1859-1890.

7  En particulier dans Grammatik, Logik und Psychologie. Ihre Prinzipien und ihre Verhältnis zueinander, Berlin, 1852.

8  Moritz Lazarus, qui était le fils d’un rabbin de Posnanie, étudia auprès de Müller, Ranke, Boeck, Michelet. Très « national », il écrit en 1851 une Sittliche Berechtigung Preußens und Deutschlands. Il connaîtra une carrière brillante à Berne, où il sera aussitôt doyen puis recteur, et où il revient souvent sous les applaudissements et les honneurs. Le futur Frédéric III sera son auditeur à l’académie militaire de Berlin où il est aussi Geheimer Regierungsrat. Voir Thomas Achelis, Moritz Lazarus, Hambourg, Richter, 1900.

9  Moritz Lazarus. Les citations suivantes sont extraites de Treu und frei : gesammelte Reden und Vorträge über Fuden und Judenthum, Leipzig, Winter, 1887.

10  « Wir sind Deutsche... sind es, wollen es, können auch nichts anders sein », à comparer au « hier stehe ich, ich kann nicht anders » — (ici je suis, autrement je ne puis) — de Luther.

11 « Die wahre Kultur liegt in die Mannigfaltigkeit », Treu und Frei, p. 87 sq.

12  Voir notamment l’introduction programmatique au premier numéro de la Zeitschuft für Völkerpsychologie, Berlin, 1860.

13  Lettre à Glogau du 17 janvier 1882 contre la Dreck-philosophie des Unbewussten.

14  H. Steinthal, Zu Bibel und Religionsphilosophie, Berlin, Reimer, 1890, p. 213.

15  Ibid., p. 236, en note subpaginale.

16  Ibid., p. 212.

17  Ibid., p. 229.

18  « Für Gott ist die Entwicklung erfreulich » ou « Die Gottheit ist das was wir als Höchstes, als unendlich Volkkomenes verehren », ibid., p. 126 et 143.

19 « Jedes Volk hat seine Religion :die Katholizität ist und war unmöglich », Zeitchriftfür Völkerpsychologie, t. I, 1860, p. 48.

20 Ibid., p. 3.

21 « Wenn sich nur eine Ethik ohne Gott und Freiheit begründen lassen will... und willst du das Volk mit Aesthetik speisen ? », in Zeitschrift für Völkerpsychologie, t. VIII, 1872, p. 257.

22  « Gefühl für Organische », voir sur ce point Manfred Ringmacher, Organismus der Sprachidee. H. Steinthals Weg von Humboldt zu Humboldt, Paderborn, Schöningh, 1996.

23  « Eine Sage über die Verschiedenheit der Sprache, Babel... Gerade die Völker, welche die wichtigste Rolle in der Weltgeschichte spielen, die Persen, die Griechen, die Deutschen keine Sage von der Verschiedenheit der Sprache haben » (H. Steinthal, Zu Bibel und Religionsphilosophie, Berlin, 1890, p. 107).

24  Doch danken wir es den Kabbalisten, daß unser schönes Wort in das kühle Klima Deutschlands gelangte... die Umschrankung abfiel un der eine Stamm wieder in nackter Schönheit abfiel, « Deutsche u. Juden haben allein beim Gebet Andacht », ibid., p. 143 à 167.

25  « Er könnte jüdische Novellen hinzu nehmen und H. Heines Darstellung », Zeitchriftfür Volkerpsychologie, t. X, 1878, p. 450.

26 « Kennst Du jene jüdischen Knochen (möchte ich den Verfasser fragen), oder bist du nur ein verknöcherter Hegelianer », ibid., p. 448.

27  Heymann Steinthal, « Juden in Gröbzig », in Erinnerungen an Anhalt : Memoiren aus drei Jahrhunderten, Dessau, Anhalt, Verl.-Ges., 2000. Et Martin Jay, An Unmastered past : The autobiographical reflections of Leo Lowenthal, Berkeley, Los Angeles /London, University of California Press, 1987.

28  Voir notamment son étude au t. VII, 1871, de la Zeitschrift fur Völkerpsychologie, p. 366-406.

29  Voir en particulier son Abriß der Sprachwissenschaft. Einleitung in die Pyschologie und Sprachwissenschaft, Berlin, 1881.

30 Hans Arens, Sprachwissenschaft, Munich, Alber, 1969.

31  « Unser geliebtes Deutsch !Seine Form und seinen Charakter darzulegen, welchem deutschen Sprachforscher schiene dies nicht die schönste Aufgabe unserer Wissenschaft :eine Photographie des deutschen Volksgeistes », in Zeitschriftfür Völkerpsychologie, t. II, 1861, p. 242.

32 « Man war innerlich und äußerlich zur Schrift ausgerüstet, bevor man das Bedürfnis nach ihr hatte. Welches Volk kann ein gleiches von sich rühmen. O wenn doch die Deutschen wüßten wer sie sind ! » H. Steinthal, Die Entwicklung der Schrift, Berlin, 1852, p. 113.

33 « Die Juden deutsch reden und zur Germanisierung beigetragen haben », Treu u. Frei, op. cit., note p. 135.

34  Ibid., p. 298.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pénisson, « Steinthal : la linguistique entre l’allemand et l’hébreu », Revue germanique internationale, 17 | 2002, 55-63.

Référence électronique

Pierre Pénisson, « Steinthal : la linguistique entre l’allemand et l’hébreu », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/883 ; DOI : 10.4000/rgi.883

Haut de page

Auteur

Pierre Pénisson

Professeur au département d’Études germaniques à Paris VIII, enseigne l’histoire des idées. Ses travaux et publications portent essentiellement sur l’histoire linguistique, culturelle et philosophique des xviiie et xixe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org