Navigation – Plan du site
Science et identité juive

Judaïsme et histoire comparée du droit chez Edouard Gans

Norbert Waszek
p. 163-175

Résumés

Edouard Gans (1797-1839) fut l’un des pionniers de l’histoire comparée du droit. Cet article entreprend d’abord de reconstruire le parcours scientifique qui conduisit Gans vers l’élaboration de cette nouvelle discipline, en soulignant en particulier son rapport avec Feuerbach le père, Thibaut, et Montesquieu, et sa confrontation avec von Savigny et son école. La mise en parallèle, en deuxième partie, du parcours et de l’engagement de Gans en tant que juif allemand, notamment comme président de l’» Association pour la science et la culture du judaïsme » [Verein fur Kultur und Wissenschaft der Juden], permettra de mieux comprendre son cheminement scientifique et de clarifier certaines de ses options fondamentales dans le domaine de recherche qu’il s’était choisi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  De Gans, on pourra lire, en traduction française, les mémoires autobiographiques [traduction parti (...)

1Même si l’on peut constater ces dernières années un léger frémissement, voire même un certain regain d’intérêt, pour l’œuvre d’Edouard Gans (1797-1839), cet auteur reste relativement peu connu aujourd’hui1. Si l’on compare le nombre considérable d’études consacrées à Hermann Cohen ou à Franz Rosenzweig, aux quelques recherches menées sur Gans, cette négligence relative devient plus évidente encore. Et pourtant, Gans mérite que l’on quitte les sentiers battus : ne serait-ce que par sa personnalité et par son rôle, il fut représentatif d’une période charnière dans l’histoire du judaïsme allemand.

  • 2  Tel fut le chemin qui conduisit à Gans Siegbert Salomon Prawer, le célèbre germaniste d’Oxford (cf (...)
  • 3  Ce fut aussi mon premier point de contact avec son œuvre ; cf. N. Waszek, « Die Hegeische Schule » (...)
  • 4  Dans cette perspective de l’histoire du droit — celle-là même par laquelle nous avons choisi d’abo (...)

2Il fit certes l’objet de nombreux travaux scientifiques. Mais ceux-ci portèrent la plupart du temps sur des points très précis et bien circonscrits de son œuvre : les spécialistes de littérature allemande s’intéressèrent à lui parce qu’il avait fréquenté les salons littéraires de Berlin — celui de Rahel Varnhagen, par exemple — et surtout parce que dans sa jeunesse, il eut comme ami Heinrich Heine2. Il éveilla l’intérêt des philosophes parce qu’il fut l’ami et l’éditeur de Hegel, et l’un des chefs de file de l’école hégélienne3. Quant aux chercheurs en histoire juive, s’ils étudièrent le « cas » Gans, ce fut parce que cette étape avait marqué un échec dans le processus d’émancipation des Juifs en Allemagne : c’avait été expressément contre Gans, et sous l’appellation de Lex Gans, qu’avait été édicté le décret tristement célèbre, daté du 18 août 1822, du roi de Prusse Frédéric Guillaume III, qui barrait à nouveau l’accès des juifs à des fonctions d’enseignement dans le supérieur, après seulement une dizaine d’années de libéralisation en ce domaine. La judaïstique s’intéressa aussi, ensuite, aux origines de la science du judaïsme, et au rôle joué par Gans dans ce cadre. — Et si l’on se souvient encore de Gans parmi les juristes, c’est parce qu’il fut l’une des étoiles montantes de la jurisprudence allemande au e siècle. À l’époque, il avait aussi été traduit en italien, en français et en polonais. Il est considéré aujourd’hui comme l’un des pionniers de l’histoire comparée du droit4. Pour variées qu’elles soient, toutes ces pistes de recherche sur Gans — littéraires, philosophiques, judaïstiques ou encore juridiques — sont, bien entendu, parfaitement légitimes.

  • 5  Je l’ai montré dans deux articles récents : N. Waszek, « Hegel, Mendelssohn, Spinoza deBeiträge de (...)

3Mais elles ont la fâcheuse tendance de perdre de vue, voire d’occulter, l’ensemble de l’œuvre de Gans et sa cohérence interne. Ainsi, pour ne prendre ici qu’un exemple, il est possible d’établir qu’il existe un lien significatif entre le hégélianisme de Gans et son engagement dans la science du judaïsme naissante5 : la science du judaïsme telle que l’envisageait Gans était manifestement inspirée par la philosophie hégélienne de l’histoire. Dans cet article, je me propose de mettre en évidence la cohérence interne de l’œuvre de Gans en montrant cette fois qu’il existe un lien, lui aussi très significatif, entre la démarche de Gans dans sa discipline, la jurisprudence — il compte, nous l’avons rappelé, parmi les pères fondateurs de l’une de ses sous-disciplines, l’histoire comparée du droit — et ses origines personnelles, ainsi que son vécu de juif allemand, pendant une période charnière de l’histoire de son pays. Pour présenter ceci sous forme de question (purement rhétorique, bien sûr), il s’agira ici de demander s’il n’y eut pas rapport entre l’orientation scientifique de Gans, et ses expériences malheureuses en tant que juif soumis à la discrimination. Pour répondre à cette question, il nous faudra d’abord, dans une première partie, reconstruire avec la rapidité qui s’impose l’itinéraire intellectuel qui conduisit Gans à ce que nous appelons aujourd’hui l’histoire comparée du droit, et que Gans lui-même appela « histoire du droit universel ». La mise en parallèle, dans une seconde partie, de cet itinéraire intellectuel avec le parcours de Gans en tant que juif allemand nous permettra d’éclairer son cheminement scientifique d’une lumière nouvelle, et d’élucider certaines de ses options en la matière.

  • 6  E. Gans, Das Erbrecht in weltgeschichtlicher Entwicklung [cité par la suite : Gans : Erbrecht], vo (...)

4Lorsqu’on pense à ce pionnier de l’histoire comparée du droit que fut Gans, il faut placer au centre de l’examen son œuvre principale Das Erbrecht in weltgeschichtlicher Entwicklung « Eine Abhandlung der Universal-rechtsgeschichte » [Le droit de succession dans le développement de l’histoire universelle « Un traité de l’histoire universelle du droit »]. De cet ouvrage, Gans publia lui-même quatre volumes : en 1824, 1825, 1829, 1835. Il en avait déjà projeté et annoncé deux autres, au grand dam de son éditeur Cotta, lorsqu’il décéda brutalement en 1839. L’ouvrage fut partiellement traduit en français et publié en 1845 sous le titre Histoire du droit de succession en France6.

5Comment Gans en vint-il donc à ce thème, tout à fait original par rapport à son milieu, et pourquoi lui resta-t-il fidèle jusqu’à la fin de sa vie ? Son parcours ne laissait en rien présager cette originalité, car il fut, en ses débuts, tout à fait classique : ayant commencé des études de droit en 1816 à Berlin, sa ville natale, Gans les poursuivit pendant trois ans en tout, comme il était d’usage à l’époque. Pendant les trois premiers semestres, il resta à Berlin. Puis il partit à Göttingen pour deux semestres, et il acheva ses études, pendant un sixième et dernier semestre, à Heidelberg. Le choix de ces différents lieux d’étude peut être considéré comme très heureux : pour ce qui concerne la discipline choisie par Gans, le droit, Berlin, Göttingen et Heidelberg étaient en effet les universités dominantes de l’époque en Allemagne, dans l’enseignement comme dans la recherche. Gans entendit d’abord Friedrich Carl von Savigny à Berlin, ensuite Gustav Hugo à Göttingen, et enfin Anton Friedrich Justus Thibaut à Heidelberg : trois maîtres en sciences juridiques de réputation et d’importance internationales. Ce fut chez Thibaut, à Heidelberg, qu’en 1819 il acheva sa thèse de doctorat, sur le droit romain des obligations. Le sujet, comme son exécution, étaient encore très proches de la démarche de l’École historique du droit. Gans envoya d’ailleurs un exemplaire de cette thèse au chef de file de cette École, von Savigny, avec toutes les formules de vénération dues à un maître.

6C’est peu de temps après que semble se manifester chez Gans un désir de prendre ses distances, en tout cas dans une certaine mesure, envers von Savigny. L’originalité de sa position par rapport à l’école de Savigny devient ensuite de plus en plus nette, jusqu’à ce que se rompe définitivement le lien avec l’École historique ; ce qui est chose faite lorsqu’il rédige le premier volume de son droit de succession, si ce n’est encore plus tôt — et l’on notera que si ce volume fut publié en 1824, sa préface est datée du 1er août 1823. Que s’est-il donc passé dans l’intervalle ? Quelles sont les raisons de son revirement ? Dans ses publications, Gans explique bien évidemment sa nouvelle position, et il la justifie : comme nous allons le voir de façon assez détaillée, il donne des raisons scientifiques tout à fait cohérentes pour expliquer sa propre démarche. Sans vouloir dévaluer son raisonnement scientifique ou académique, il me semble néanmoins — et voici la thèse de ma contribution — que l’on comprendra beaucoup mieux son développement intellectuel en associant à son raisonnement scientifique la prise en compte des expériences qu’il avait faites, comme juif engagé.

7Mais j’en reviens d’abord au plan intellectuel. Dans la préface à son livre Scholien zum Gajus (la préface est datée de 1820, le livre parut en 1821 à Berlin), le thème d’une histoire comparée du droit de succession est annoncé pour la première fois. Même si les Scholien ressemblent encore à bien des égards aux études très détaillées de l’École historique sur le droit romain, celles-là mêmes que Gans devait un peu plus tard rejeter en les traitant de « micrologie », sa préface prend déjà nettement ses distances par rapport à de telles études. Gans ne se satisfait plus de résultats singuliers, mais isolés. Il veut bien vite — « prochainement » (demnächst) — les insérer, comme « partie du tout », dans une « histoire complète du droit de succession ». Ce qui est remarquable dans ce programme, c’est que l’insertion du détail dans un contexte plus large semble nécessaire. Le contexte plus vaste semble par ailleurs donner, pour sa part, la clé de l’interprétation des détails.

  • 7  Gans : Erbrecht, t. I, p. XIX — aussi disponible dans Waszek : Gans, p. 92.
  • 8  C. A. D. Unterholzner, Juristische Abhandlungen, avec une préface de P. J. A. von Feuerbach, Münch (...)

8Environ trois ans plus tard, lorsqu’il présenta son premier volume de l’histoire du droit de succession, notre auteur s’exprima clairement sur les prédécesseurs ou les modèles juridiques de sa propre étude. Il mentionne alors trois noms7 : Karl L. W. von Grolmann (1775-1829), Feuerbach le père et Thibaut. Ce sont surtout les deux derniers qui ont un intérêt pour nous : pour ce qui concerne Paul Johann Anselm von Feuerbach (1775-1833), Gans écrit qu’il pense aux « termes explicites » par lesquels celui-ci aurait affirmé la nécessité d’une histoire universelle du droit, dans une préface rédigée pour les traités juridiques d’un certain Carl August Dominik Unterholzner (1787-1838)8 ; et nous trouvons effectivement, dans cette préface, un passage dans lequel Anselm von Feuerbach formule avec force l’exigence d’une « jurisprudence universelle », qui devrait prendre chez le juriste la place revenant, chez l’historien, à l’« histoire universelle ». Mais Feuerbach explique aussi, en plus — et ceci dut faire beaucoup d’impression sur Gans — à quoi, selon lui, cette science devrait ressembler : il souhaite qu’elle soit aussi en possession d’« un esprit philosophique », qui la rendrait apte à « trouver l’universel à partir du particulier, et à le saisir en un grand tout, qui aurait un sens »... Les parallèles entre Gans et Feuerbach ne s’arrêtent d’ailleurs pas là : tous deux veulent revenir à Montesquieu. Pour ce qui concerne Gans, ce désir d’en revenir à Montesquieu semble avoir été médiatisé par Feuerbach. Dans son exposé de 1810, déjà, Feuerbach présentait en effet Montesquieu comme celui qui, le premier, se serait fixé la tâche d’élaboration d’un droit comparé universel et d’une histoire universelle du droit ; et il ajoute : « Mais jusqu’à aujourd’hui, il [i.e. Montesquieu ; N. W.] resta le seul. » Gans devait affirmer dans la préface à son propre droit de succession, de façon très similaire, que l’« exigence [...] de s’élever à une science comparée [du droit] » aurait été remplie par l’Esprit des lois de Montesquieu. « Dans ce grand esprit, l’exigence d’une histoire du droit ne se manifesta de nulle autre manière que comme exigence [de trouver] l’esprit des lois. La législation d’un peuple ne fut pas pour lui un absolu, subsistant pour lui-même, mais plutôt un moment seulement, saisi à partir de la vie de ce peuple. De plus, la limitation étroite à un peuple et à une époque ne lui suffit pas. C’est seulement dans la totalité de l’histoire qu’il trouva la justification et la nécessité de chaque peuple singulier, et de chaque période particulière. » Pour Feuerbach comme pour Gans, Montesquieu fut donc le précurseur, et le modèle de leur propre Histoire universelle du droit — d’inspiration philosophique. C’est aussi ce recours approbateur à Montesquieu, et cette reconnaissance d’une continuité entre le programme de Montesquieu et celui sur lequel Feuerbach et Gans étaient d’accord, qui constitue, dans le contexte de l’époque, l’une des lignes de démarcation avec l’école historique du droit de Savigny. Chaque mot, pratiquement, de ces hymnes qu’entonne Gans à la louange de Montesquieu peut être lu comme une prise de distance par rapport à Savigny, ou encore comme une critique de Savigny : l’« absolu », la « totalité de l’histoire », l’ « esprit des lois » peuvent être considérés comme des concepts clé — des mots d’ordre, en quelque sorte — dirigés contre les méthodes « micrologiques » de l’École historique.

9On notera aussi un second point, sur lequel Feuerbach et Gans sont d’accord, contre von Savigny, dans leur recours commun à Montesquieu : le rejet d’une histoire du droit qui se serait limité, comme celui-ci le voulait, au droit romain et à sa réception dans le monde germanique, au Moyen Âge. Pour être en mesure d’apprécier ce point, il faut tenir compte de l’influence sur Gans de Thibaut, son maître à Heidelberg, auquel peut d’ailleurs être également attribuée la fascination de Gans pour le droit de succession : Thibaut, lui aussi, avait déjà accordé une attention toute particulière à des questions portant sur le droit de succession, tout particulièrement dans son System des Pandekten-Rechts. Telle est la façon dont il exprima son opposition à une histoire du droit limitée au droit romain et à sa transmission :

  • 9  C’est Thibaut qui souligne. Thibaut publia d’abord ce passage dans l’Annonce qu’il fit lui-même pa (...)

Car elle n’est pas authentique et vivifiante, cette histoire du droit qui prend appui sur l’histoire d’un peuple et, y enchaînant son regard, cherche, l’esprit borné, à en extraire toutes les vétilles possibles, ressemblant par sa micrologie à la dissertation d’un grand praticien sur le et cetera. Tout comme, aux voyageurs européens désireux de voir leur esprit vigoureusement affecté et ce qu’ils ont de plus intime renversé, il faudrait donner le conseil de ne chercher leur salut que hors d’Europe, ainsi nos histoires du droit devraient-elles aussi, pour devenir authentiquement pragmatiques, comprendre les législations de tous les autres peuples, anciens et nouveaux. Dix conférences faites avec esprit sur la constitution juridique des Perses et des Chinois éveilleraient en nos étudiants plus de véritable sens juridique que 100 conférences sur les lamentables bousillages auxquels a donné lieu le droit sur les intestats d’Auguste à Justinien9.

  • 10  Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft.

10Ce passage d’une très grande force, que Gans placera comme motto en tête de sa propre étude, était manifestement dirigé contre Savigny ; et il déplut tout particulièrement à ce juriste, sans doute à cause de son cosmopolitisme — et aussi, probablement, parce que Savigny savait à quel point l’étiquette de « micrologie » pouvait devenir dangereuse pour son école. Dans le troisième volume de sa revue, la Revue de jurisprudence historique, Savigny chercha donc à parer l’attaque10. C’est précisément à cette tentative faite par Savigny pour se défendre que Gans se réfère lorsque, dans la préface au premier volume de son Droit de succession, il reprend le sobriquet de « micrologie » qu’avait utilisé Thibaut et réitère, à cette occasion, la critique de celui-ci :

  • 11  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XX s. ; Waszek : Gans, p. 93 (c’est Gans qui souligne ; N. W.).

« Il ne faut pas confondre la micrologie, qui ne peut qu’être méprisée par tout un chacun, avec une connaissance précise et stricte des détails » (Savigny, Revue de jurisprudence historique, t. 3, p. 5 s.). Non seulement nous concédons ce point, nous le reconnaissons volontiers comme valable et croyons aussi que, par sa connaissance du détail, l’école historique s’est acquis de nombreux lauriers. Mais il est dit ensuite : « La connaissance du détail est si loin d’être superflue qu’elle est bien plutôt la seule chose susceptible d’assurer une valeur à l’histoire. » La micrologie, qui s’était si joliment transformée en connaissance du détail, en est revenue ici, par cette formulation tout à fait caractéristique, à son origine, à la micrologie. Car une connaissance du détail qui serait la seule chose assurant une valeur à l’histoire ; une connaissance du détail, donc, qui ne serait pas le moyen utilisé afin de s’élever à l’esprit, mais n’aurait de valeur qu’en elle-même, en tant que connaissance du détail, n’est rien d’autre que la micrologie rendue comme connaissance du détail, une façon de traduire le terme par laquelle on s’est cru en mesure de lui ôter son caractère haïssable. En fait, elle consiste à faire de l’infini quelque chose de fini, de la substance une apparence sans rien d’essentiel, de Dieu une extériorité vide11.

11Gans s’oppose tout particulièrement à la conviction de von Savigny, selon laquelle la réception du droit romain dans le monde germanique aurait joui d’un certain privilège. De la métacritique détaillée que fait Gans du rejet, par Savigny, de l’histoire universelle du droit, je ne citerai ici que quelques passages importants :

  • 12  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XXIII ; Waszek : Gans, p. 94.

« Il y a des peuples, est-il dit [chez von Savigny], qui ont acquis en droit une plus grande virtuosité que d’autres » ; la conclusion étant que l’histoire du droit de ces peuples virtuoses serait, pour cette raison, plus importante que celle des non-virtuoses. Mais au fondement d’une telle proposition se trouve la confusion entre l’intérêt subjectif (du sens) et l’objectivité de la science12.

  • 13  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XVIII ; Waszek : Gans, p. 92.
  • 14  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XVIII s. ; Waszek : Gans, p. 92.

12Gans reprend donc le programme de Thibaut, ainsi que sa critique de Savigny. Dans la façon dont il réitère cette critique, pourtant, s’introduisent déjà, par l’intermédiaire des concepts qu’il utilise — celui d’« esprit », celui de « substance » — des thèses spécifiquement hégéliennes. La part hégélienne de la position de Gans apparaît plus clairement encore lorsque Gans formule les principes sur lesquels repose sa critique de l’école dénommée « école historique » : selon lui, l’« école historique » n’est pas suffisamment historique, parce qu’elle néglige la « totalité de l’histoire » et se concentre, de par « une étroitesse mesquine, sur un peuple et une époque »13. Thibaut s’était contenté de parler de l’influence bienfaisante qu’aurait un élargissement des études de l’histoire du droit ; et il avait mentionné, à titre d’exemple, « la constitution juridique des Perses et des Chinois ». Dans l’interprétation donnée par Gans à cette déclaration programmatique intervient aussi Hegel et, par-delà Hegel, Montesquieu lui-même14, dont Hegel se considérait l’héritier : au lieu de se soucier de la « micrologie », c’est-à-dire des simples détails de l’école historique du droit, il s’agit pour Gans de faire droit à F « esprit » des lois. Tel est bien pour lui en effet le sens premier de l’affirmation, si profondément imprégnée de la thèse hégélienne bien connue « le vrai est le Tout », selon laquelle il faut prendre en considération la « totalité de l’histoire ». Et l’on comprendra, en examinant le premier volume de son Droit de succession, la façon dont Gans entendait réaliser ce programme, parfaitement antisavignien, d’une histoire comparée du droit : tout le volume est consacré au « droit de succession préromain » (hindou, chinois, mosaïque-talmudique, musulman et grec).

13La position que Gans adopta contre von Savigny et pour une histoire universelle du droit sur le plan de la recherche en histoire du droit est donc cohérente et autonome — et il ne semble pas vraiment nécessaire d’avoir recours à sa biographie pour l’expliquer. Les options scientifiques de Gans deviendront cependant beaucoup plus compréhensibles lorsque nous les compléterons par les informations en notre possession sur l’attitude antijuive de von Savigny d’une part, les activités de Gans à la même époque, au sein de l’« Association pour la science et la culture du judaïsme » [Verein für Cultur und Wissenschaft, der Juden], d’autre part.

  • 15  Cf. à ce sujet : Johann Braun, « Die "Lex Gans" — ein Kapitel aus der Geschichte der Judenemanzipa (...)

14Pour ce qui concerne von Savigny, on mentionnera d’abord l’histoire, déjà reconstruite à plusieurs reprises15, de ce poste que la faculté de droit de Berlin, à l’époque dominée par von Savigny, avait refusé à Gans avant son baptême : parmi les prétextes invoqués, la question, très calculée, avait aussi été posée au ministère de l’Enseignement supérieur, de savoir si la confession juive du candidat n’était pas gênante. Et il s’agissait alors de bien autre chose que de l’avancement de l’individu Gans, ou des ennuis qu’on lui causait. Le refus auquel Gans se heurta ne fut pas en effet, un événement isolé ou un cas personnel. Il doit plutôt être considéré comme une décision délibérée de la part de Savigny. Il s’intègre dans toute la série de ses prises de position, et manifeste donc une attitude de principe : son hostilité envers l’émancipation des juifs. Vers la fin de l’année 1816, déjà, Savigny avait publié le verdict suivant :

En leur être le plus intime, les juifs sont et restent pour nous complètement étrangers. Méconnaître ceci ne pourrait que nous induire à une confusion de concepts politiques [venant d’outre Rhin ! ; N. W.] des plus malheureuses ; sans compter qu’une telle égalisation civile et politique, aussi humanitaire qu’elle puisse être dans sa visée, ne serait rien moins que bienfaisante si elle réussissait : elle ne servirait qu’à préserver l’existence nationale malheureuse des juifs, et même peut-être à l’étendre...

Vollends die Juden sind und bleiben uns ihrem innersten Wesen nach Fremdlinge, und dieses zu verkennen konnte uns nur die unglückseligste Verwirrung politischer Begriffe verleiten ;nicht zu gedenken, daß diese bürgerliche und politische Gleichstellung, so menschenfreundlich sie gemeint seyn mag, dem

  • 16  Savigny, « Stimmen für und wider neue Gesetzbücher », in Zeitschrift für geschichtliche Rechtswiss (...)

Erfolg nach nichts weniger als wohlthätig ist, indem sie nur dazu dienen kann, die unglückselige Nationalexistenz der Juden zu erhalten und wo möglich noch auszubreiten16.

  • 17  Sur l’institution du Spruchkollegium, cf. P. Conring, « Spruchtätigkeit (der Fakultäten) », in Han (...)
  • 18 Cf. Hanns Günther Reissner, Eduard Gans, Ein Leben im Vormärz, Tübingen, Mohr-Siebeck, 1965, p. 27.
  • 19 Cf. Wolfgang von Hall, « Friedrich Carl von Savigny als Praktiker. Die Staatsratsgutachten (1817-18 (...)

15En 1817, la Faculté de droit de Berlin, présidée par von Savigny et siégeant en tant que commission d’arbitrage [Spruchkollegium]17, avait rejeté la requête de la communauté juive de Francfort, qui avait demandé la ratification des droits civils acquis à l’époque napoléonienne contre le paiement de la coquette somme de 440 000 florins18. Un dernier point mérite d’être mentionné ici : c’est aussi en sa qualité de membre du conseil d’État prussien (du 20 mars 1817 au 18 mars 1848) que Savigny semble avoir adopté une attitude hostile aux juifs19.

  • 20  Cf. à ce sujet : Siegfried Ucko, « Geistesgeschichdiche Grundlagen der Wissenschaft des Judentums (...)

16A l’époque même où l’hostilité de von Savigny envers les juifs se manifestait de plus en plus clairement aux yeux de tous, Gans était actif dans l’« Association pour la science et la culture du judaïsme » [appelée brièvement : Kultuverein] et le « Cercle scientifique » [Wissenschaftszirkel] qui l’avait précédée, avec Leopold Zunz, Immanuel Wolf, Moses Moser ou encore avec Heinrich Heine, et d’autres encore. Il ne peut pas s’agir, ici, de retracer dans leur intégralité l’histoire de ces organisations et de leur influence20, mais seulement de faire ressortir les parallèles entre, d’une part, la façon dont Gans se situa dans sa discipline, la jurisprudence, et, d’autre part, son engagement au sein de ces associations.

  • 21  Rahel Varnhagen, « Lettre à son frère Ludwig Robert, du 29 août 1819 », citée d’après R. Varnhagen (...)
  • 22 Friedrich Rühs, Ueber die Ansprüche der Juden an das deutsche Bürgerrecht, et Die Rechte des Christ (...)
  • 23 J. F. Fries, Ueber die Gefährdung des Wohlstandes und des Charakters der Deutschen durch die Juden, (...)
  • 24  Cf. sur ces points I. Schorsch (1988), p. 19 s.
  • 25  Cf. Reissner : Gans (1965), p. 189.
  • 26  Sigmund Zimmern, Versuch einer Würdigung der Angriffe des Herrn Professor Fries auf die Juden, Hei (...)
  • 27  Cf. Ludwig Geiger, « Aus Eduard Gans’ Frühzeit (1817) », in Zeitschrift für die Geschichte der Jud (...)

17La décision même de s’engager dans de telles associations ne pouvait que renforcer, chez chacun d’entre les participants, l’identification au judaïsme. Plus conscients des agissements de leurs adversaires, les jeunes activistes tentaient donc de se défendre, face à la propagande antijuive. Dans celle-ci, en première ligne, se trouvaient « les insinuations qui parcourent tous les journaux depuis des années ; les Prs Fries et Rühs, ou quel que soit leur nom » — pour reprendre ici une expression utilisée à l’époque par Rahel Varnhagen, qui cherchait ainsi à identifier les causes idéologiques des émeutes antisémites de 181921. En 1816, reprenant des articles plus anciens encore, Friedrich Rühs (1779-1820) avait en effet publié deux pamphlets, dont les intentions, proclamées dans le titre même, ne pouvaient être plus claires : Sur les prétentions des juifs aux droits civils allemands, et Les droits du christianisme et du peuple allemand défendus contre les prétentions des Juifs et de leurs défenseurs22. Jakob Friedrich Fries (1773-1843) fit un compte rendu de l’ouvrage de Rühs dans les Heidelberger Jahrbücher der Literatur. Il publia ensuite son texte sous forme de pamphlet : A propos de la menace que font peser les Juifs sur la prospérité et le caractère des Allemands23. Gans lui-même, ainsi que les jeunes juifs qui devaient se retrouver avec lui dans le Kulturverein, réagirent bien évidemment à cette propagande. Dès le semestre d’hiver 1815-1816, Zunz avait interrompu sa fréquentation des conférences de Rühs — parce que, dit-il, celui-ci « écrit contre les Juifs ». En mai 1816, il avait rédigé un pamphlet de huit pages (qui ne fut pas publié) contre Rühs24. Sigmund Zimmern (1796-1830), un ami de jeunesse de Gans qui fut par la suite très proche du Kulturverein (Gans proposa de l’admettre comme membre le 29 avril 1821)25, avait lui aussi déjà publié un texte indépendant contre Fries : Essai d’évaluation des attaques de M. le professeur Fries contre les Juifs26. Enfin, Gans lui-même s’était querellé avec Rühs dans les colonnes du journal d’opposition de Weimar27. Même si Gans lui-même, ou les membres de son cercle, ne publièrent rien qui soit explicitement dirigé contre les options antijuives de von Savigny, il est tout à fait impossible que, dans un tel contexte et parmi les membres d’un groupe directement concerné, ces options soient passées inaperçues.

  • 28  E. Th. Gaupp en annexe de sa thèse De pignoris nomine, Université de Berlin, 1820 ; cf. Ernst Land (...)
  • 29 E. Gans, Scholien zum Gajus, Berlin, Dümmler, 1821, p. VI s.

18Cette conclusion est confirmée par l’examen de la réaction de Gans aux attaques de Ernst Theodor Gaupp (1796-1859). Cet élève de von Savigny pensait probablement directement à Gans — il voulait en tout cas s’opposer aux projets et aux ambitions de Gans lorsque, sans doute sous la houlette de son maître, il adopta comme l’une de ses thèses de doctorat la formulation suivante : promouvoir au titre de docteur en droit quelqu’un qui, par sa religion, n’est pas chrétien serait contraire aux bonnes mœurs (boni mores violantur si quis doctor juris utriusque creetur, qui religioni Christianae non addictus sit)28. Dans la préface de son livre Scholien zum Gajus — le texte même, donc, qui annonce pour la première fois, comme nous l’avons montré, le programme d’une histoire comparée du droit de succession -Gans répondit avec mépris qu’il ne voulait pas transgresser les bonnes mœurs et risquer de devenir quelqu’un de semblable à Gaupp (seines Gleichen) ; enchaînant sur une attaque en règle de l’École historique du droit, qu’il savait responsable de la thèse polémique avancée par Gaupp29.

  • 30  Cf. E. Gans, « Die Grundzüge des mosaisch-talmudischen Erbrechts », in Zeitschrift für die Wissens (...)

19Outre cette querelle ponctuelle avec Gaupp, il faut prendre en considération, plus fondamentalement, les débats qui eurent lieu au sein de l’« Association pour la science et la culture du judaïsme » [brièvement dénommée : Kulturverein] sur la question des « sources » possibles d’une histoire juive. Dans ses œuvres juridiques, Gans — nous l’avons rappelé -réclama et réalisa une histoire du droit universel — du droit hindou, chinois, mosaïque-talmudique, musulman et grec, pour ne parler ici que de l’ère préromaine ; et ce projet de grande envergure correspondait tout à fait à son cheminement scientifique. Mais il faut tout de même souligner que, de ce programme, la partie qu’il élabora en tout premier lieu fut le chapitre sur le droit de succession chez Moïse et dans le Talmud : il le lut encore devant le Kulturverein, et il le publia dans la revue du Verein, la Zeitschrift für Wissenschaft des Judentums (1822-1823), avant même d’en faire le noyau central du premier volume de son monumental ouvrage30.

20Mais c’est dans un passage de l’un de ses derniers écrits, le livre Über die Grundlage des Besitzes, que le parallèle entre sa démarche en jurisprudence et son projet de constituer une science du judaïsme qui soit laïque est le plus frappant — le passage donne d’ailleurs un bon exemple de sa verve polémique :

Il y a longtemps que, sans mot dire et non sans m’en amuser, j’ai remarqué la ressemblance entre les romanistes et les rabbins érudits. Après avoir scruté toute la série de leurs objets d’étude, et soulevé à propos de chaque indice des questions et des doutes pleins de perspicacité, ils en viennent à nouveau, plus tard, à recommencer avec le même plaisir encore une fois la même traversée. Ils citent de nouveau les opinions des auteurs anciens, décernent éloges et reproches, se réjouissent de tout menu résultat qui serait nouveau, et dont la valeur réside bien plus dans la surévaluation subjective de leurs propres capacités, la délectation face à la finesse de telle ou telle opinion, même fausse, que dans une appréciation du progrès fait par la science. Rabbi Shamai et Rabbi Hillel sont les Labeo et les Capito, les Papinien et les Ulpien des rabbins, et s’il faut rendre hommage, dans les deux disciplines, à une même perspicacité — qui prend une forme peut-être plus ordonnée dans le droit romain, plus arbitraire dans le droit rabbinique — dans toutes les deux, on peut pratiquement parler d’une même rigidité. Car est rigide tout ce qui ne se développe pas, tout ce qui n’avance pas, tout ce qui se satisfait d’infinis va-et-vient, pour ne se rendre compte qu’à la fin, comme par hasard, que rien n’a bougé.

  • 31  E. Gans, Über die Grundlage des Besitzes, Eine Duplik, Berlin, Veit, 1839, p. 2 s. — maintenant di (...)

Schon lange habe ich im stillen die Ähnlichkeit, und nicht ohne Ergötzen, bemerkt, welche die Romanisten und die rabbinischen Gelehrten verbindet. Wenn sie die ganze Reihe ihrer Gegenstände durchleuchtet und scharfsinnige Fragen und Bezweiflungen bei jedem Anhaltspunkt angebracht haben, so kommen sie später wieder dazu, mit gleichem Vergnügen den nochmaligen Durchmarsch zu beginnen. Sie zitieren wiederum die Meinungen der alten Autoren, sie loben und tadeln, sie freuen sich mit einem kleinen neuen Resultate, dessen Wert weit mehr in einer subjektiven Überschätzung ihrer eigenen Tüchtigkeit, in einem Ergötzen an dem Scharfsinn einer bestimmten, wenn auch unwahren Meinung, als in einem Sinne für den Fortschritt der Wissenschaft liegt. Rabbi Schamai und Rabbi Hillel sind die Labeone und Capitone, die Papiniane und Ulpiane der Rabbinen, und wenn in beiden Disziplinen der ähnliche Scharfsinn, im römischen Recht in etwas geordneterer, im rabbinischen Recht in etwas willkürlicherer Gestalt, zu rühmen ist, so kann fast in beiden von gleicher Starrheit gesprochen werden. Denn starr ist alles, was sich nicht entwickelt und nicht fortrückt, was im unendlichen Hin und Her sich befriedigt und erst zufällig und am Ende gewahr wird, daß es nicht vom Platze gekommen sei31.

  • 32  Dès la réunion du 7 novembre 1819 — celle qui constitua de facto le Kulturverein -l’opposition à c (...)

21Comparer à des talmudistes doctrinaires et bornés l’école historique du droit (die Romanisten) et son prince incontesté, le noble von Savigny — dont Gans connaissait l’attitude antijuive — ne manquait ni d’effronterie, ni de piquant ! Mais si nous voulons comprendre le fond de l’argument, en faisant abstraction des exagérations polémiques, il nous faut nous rappeler que le Kulturverein se détourna délibérément et constamment d’une certaine forme de rabbinisme, d’un rabbinisme qui était replié sur une tradition dépassée et immobile, s’efforçant de la préserver par des moyens dignes d’une scolastique moyenâgeuse32. Une critique du même genre est donc tournée ici contre l’école historique du droit : contre la « micrologie », la fétichisation des détails du droit romain — en d’autres termes, de la lettre, aux dépens de l’esprit.

22Que Gans se soit détourné de von Savigny et de son école pourrait surprendre, si l’on pense à la place centrale occupée par celui-ci dans la recherche sur le droit de son siècle. Mais ce geste, comme d’ailleurs son option contre la « micrologie » et pour la prise en considération de la « totalité », pour une histoire universelle du droit et comparée dont les « parrains » plus ou moins lointains furent Thibaut et Feuerbach, Hegel et Montesquieu, s’expliquent aussi par la position précaire réservée aux juifs allemands de l’époque, et par ce que Gans en concluait : il était prêt à jeter son poids dans la balance de l’histoire. Lorsqu’il s’agit de prendre la mesure de cet auteur, de ses forces comme de ses faiblesses, on ne peut ignorer cette constellation.

Haut de page

Notes

1  De Gans, on pourra lire, en traduction française, les mémoires autobiographiques [traduction partielle des Rückblicke auf Personen und Zustände, Berlin, Veit, 1836], sous le titre Chroniques fian-çaises. Un hégélien juif à Paris : 1825, 1830, 1835, trad. par M. Bienenstock, présentation et notes par N. Waszek, Paris, Éd. du Cerf, 1993, ainsi que les « Trois discours prononcés devant l’Association pour la culture et la science du judaïsme », trad. par Michel Espagne, in Parais, « 19/20 », 1994, p. 68-97. En allemand, la plupart de ses œuvres sont à nouveau disponibles, du moins sous forme de réimpression. Cf. notamment ses Rückblicke..., avec près., notes et bibliographies par N. Waszek, Stuttgart, Bad Cannstatt, 1995. La plupart de ses textes courts sont repris dans : E. Gans : Hegelianer, Jude, Europäer, éd. par N. Waszek [cité par la suite : Waszek : Gans], Francfort, Lang, 1991.

Dans la littérature récente sur Gans, signalons notamment le recueil Eduard Gans (1797-1839) : Politischer Professor zwischen Restauration und Vormärz, éd. par Reinhard Blänkner, Gerhard Göhler et N. Waszek, Leipzig, Universitätsverlag, 2001. Cf. aussi la bibliographie dans Gans : Rückblicke..., 1995, p. 435-447. Cf. enfin les ouvrages mentionnés dans les notes suivantes.

2  Tel fut le chemin qui conduisit à Gans Siegbert Salomon Prawer, le célèbre germaniste d’Oxford (cf. son Heine’s Jewish Comedy, « A study of his portraits of Jews and Judaism », Oxford, Clarendon, 1983), ou encore Michel Espagne ; cf. son étude Federstriche, « Die Konstruktion des Pantheismus in Heines Arbeitshandschriften», Hamburg, Hoffmann & Campe, 1991.

3  Ce fut aussi mon premier point de contact avec son œuvre ; cf. N. Waszek, « Die Hegeische Schule », in Pipers Handbuch der politischen Ideen, 5 vol., éd. par Iring Fetscher et Herfried Münkler, t. 4, München/Zürich, Piper, 1986, p. 232-246, 252-254 (sur Gans, p. 232 s., 242 s., 252).

4  Dans cette perspective de l’histoire du droit — celle-là même par laquelle nous avons choisi d’aborder ici le sujet de notre contribution — deux chercheurs, l’un américain, l’autre allemand, ont récemment présenté des études de Gans, cf. Michael Hoffheimer, Eduard Gans and the Hegelian Philosophy of Law, Dordrecht/Boston/Londres, Kluwer, 1995, et Johann Braun, Judentum, Jurisprudenz und Philosophie, Bilder aus dem Leben des Juristen Eduard Gans (1797-1839), Baden-Baden, Nomos, 1997.

5  Je l’ai montré dans deux articles récents : N. Waszek, « Hegel, Mendelssohn, Spinoza deBeiträge der Philosophie zur "Wissenschaft des Judentums". Eduard Gans und die philosophischen Optionen des Vereins für Kultur und Wissenschaß der Juden », in Menora, Jahrbuch für deutschjüdische Geschichte, 10 (1999), p. 187-215 et « Wissenschaß und Liebe zu den Seinen. Eduard Gans und die hegelianischen Ursprünge der "Wissenschaft des Judenthums" », in Eduard Gans (1797-1839) : Politischer Professor zwischen Restauration und Vormärz (2001), p. 69-102.

6  E. Gans, Das Erbrecht in weltgeschichtlicher Entwicklung [cité par la suite : Gans : Erbrecht], vol. I, Berlin, Maurer, 1824 ; vol. II, Berlin, Maurer, 1825 ; vol. III, Stuttgart/Tübingen, Cotta, 1829 ; vol. IV, Stuttgart/Tübingen, Cotta, 1835 ; cf. Histoire du droit de succession en France, trad. par Louis de Loménie, précédée d’une notice sur la vie et les ouvrages de Gans par Saint-Marc Girar-din, Paris, Moquet & Challamel, 1845.

7  Gans : Erbrecht, t. I, p. XIX — aussi disponible dans Waszek : Gans, p. 92.

8  C. A. D. Unterholzner, Juristische Abhandlungen, avec une préface de P. J. A. von Feuerbach, München, Fleischmann, 1810. Feuerbach reprit par la suite cette préface, sous le titre de « Blick auf die teutsche Rechtswissenschaft » dans son recueil Kleine Schriften vermischten Inhalts, Nürnberg, Otto, 1833, p. 152-177.

9  C’est Thibaut qui souligne. Thibaut publia d’abord ce passage dans l’Annonce qu’il fit lui-même paraître de son traité dans les Heidelberger Jahrbücher (t. 7, 1814, p. 526-528, ici p. 527). Le passage constitua ensuite une partie de la 7e Addition à la 2e éd. du traité, paru dans le cadre des Civilistische Abhandlungen de Thibaut (Heidelberg, Mohr und Zimmer, 1814, p. 404-466) — maintenant disponible dans Thibaut und Savigny, « Ihre programmatischen Schriften », éd. par Hans Hattenhauer, München, Vahlen, 1973, p. 193-199, ici p. 196.

10  Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft.

11  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XX s. ; Waszek : Gans, p. 93 (c’est Gans qui souligne ; N. W.).

12  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XXIII ; Waszek : Gans, p. 94.

13  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XVIII ; Waszek : Gans, p. 92.

14  Gans : Erbrecht, t. 1, p. XVIII s. ; Waszek : Gans, p. 92.

15  Cf. à ce sujet : Johann Braun, « Die "Lex Gans" — ein Kapitel aus der Geschichte der Judenemanzipation in Preussen », in Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, t. 102 (1985), p. 60-98 ; ma présentation dans Gans : Chroniques françaises (1993), p. 20-22 ; Hermann Klenner und Gerhard Oberkofler, « Zwei Savigny-Voten über Eduard Gans nebst Chronologie und Bibliographie », in Topos, 1 (1993), p. 123-148.

16  Savigny, « Stimmen für und wider neue Gesetzbücher », in Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft, 3 (1816), p. 1-52, ici p. 45 (notre traduction ; N. W.).

17  Sur l’institution du Spruchkollegium, cf. P. Conring, « Spruchtätigkeit (der Fakultäten) », in Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, éd. par Adalbert Erler et Ekkehard Kaufmann, t. 4, Berlin, Erich Schmidt, 1990, p. 1787-1791 (contient des bonnes indications bibliographiques).

18 Cf. Hanns Günther Reissner, Eduard Gans, Ein Leben im Vormärz, Tübingen, Mohr-Siebeck, 1965, p. 27.

19 Cf. Wolfgang von Hall, « Friedrich Carl von Savigny als Praktiker. Die Staatsratsgutachten (1817-1842) », in Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germ. Abteilung, 99 (1982), p. 285-297, ici p. 293 s.

20  Cf. à ce sujet : Siegfried Ucko, « Geistesgeschichdiche Grundlagen der Wissenschaft des Judentums (Motive des Kulturvereins vom Jahre 1819 », in Zeitschrift für die Geschichte des Judentums in Deutschland, 5 (1935), p. 1-34 ; Ismar Schorsch, « Breakthrough into the Past : The Verein für Cultur und Wissenschaft der Juden », in Leo Baeck Institute Tearbook, XXXIII (1988), p. 3-28 ; Rachel Livné-Freudenthal, « Der "Verein für Cultur und Wissenschaft der Juden" (1819-1824) », in Tel Aviver Jahrbuch für Deutsche Geschichte, XX (1991), p. 103-125 ; N. Waszek, « Wissenschaft und Liebe zu den Seinen. Eduard Gans und die hegelianischen Ursprünge der "Wissenschaft des Judenthums" », in Eduard Gans (1797-1839) : Politischer Professor zwischen Restauration und Vormärz, 2001, p. 69-102.

21  Rahel Varnhagen, « Lettre à son frère Ludwig Robert, du 29 août 1819 », citée d’après R. Varnhagen, Gesammelte Werke, t. IX : Briefe und Tagebücher aus verstreuten Quellen, éd. par Konrad Feilchenfeldt, München, Matthes & Seitz, 1983, p. 583.

22 Friedrich Rühs, Ueber die Ansprüche der Juden an das deutsche Bürgerrecht, et Die Rechte des Christentums und des deutschen Volkes, verteidigt gegen die Ansprüche der Juden und ihrer Verfechter, tous les deux : Berlin, Realschulbuchhandlung, 1816.

23 J. F. Fries, Ueber die Gefährdung des Wohlstandes und des Charakters der Deutschen durch die Juden, Heidelberg, Mohr & Winter, 1816.

24  Cf. sur ces points I. Schorsch (1988), p. 19 s.

25  Cf. Reissner : Gans (1965), p. 189.

26  Sigmund Zimmern, Versuch einer Würdigung der Angriffe des Herrn Professor Fries auf die Juden, Heidelberg, sans mention d’éditeur, 1816.

27  Cf. Ludwig Geiger, « Aus Eduard Gans’ Frühzeit (1817) », in Zeitschrift für die Geschichte der Juden in Deutschland, V (1892), p. 91-99.

28  E. Th. Gaupp en annexe de sa thèse De pignoris nomine, Université de Berlin, 1820 ; cf. Ernst Landsberg, Geschichte der deutschen Rechtswissenschaft, München/Berlin, Oldenbourg, 1810, t. III.2, p. 356 (texte) et 167 (notes) ;Reissner : Gans (1965), p. 48 ; Klenner/Oberkofler (1993), p. 136 ; Braun : Gans (1997), p. 57.

29 E. Gans, Scholien zum Gajus, Berlin, Dümmler, 1821, p. VI s.

30  Cf. E. Gans, « Die Grundzüge des mosaisch-talmudischen Erbrechts », in Zeitschrift für die Wissenschaft des Judenthums [sigle : ZWJ] I (1823), p. 429-471 et le chapitre « Mosaisch-talmudisches Erbrecht » dans son Erbrecht, t. I, p. 124-177.

31  E. Gans, Über die Grundlage des Besitzes, Eine Duplik, Berlin, Veit, 1839, p. 2 s. — maintenant disponible dans E. Gans, Philosophische Schriften, éd. par Horst Schröder, Glashütten im Taunus, Detlev Auvermann, 1971, p. 338.

32  Dès la réunion du 7 novembre 1819 — celle qui constitua de facto le Kulturverein -l’opposition à cette forme de rabbinisme fut soulignée à plusieurs reprises ; cf. Reissner : Gans (1965), p. 50 s. L’article programmatique d’Immanuel Wolf sur la science du judaïsme : « Ueber den Begriff einer Wissenschaft des Judenthums », in ZWJ, p. 1-24, ici p. 12 s., l’un des documents clés du Kulturverein, met lui aussi l’accent sur cette opposition. Gans allait également dans le même sens, comme le montre l’un de ses discours devant le Kulturverein : E. Gans, « Halbjährlicher Bericht im Verein für Cultur und Wissenschaft der Juden », Am 28, April 1822 abgestattet, Hamburg, Hahn, 1822, p. 13 — maintenant disponible dans Waszek : Gans, p. 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norbert Waszek, « Judaïsme et histoire comparée du droit chez Edouard Gans », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/894

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Professeur en histoire des idées et civilisation allemande à l’Université de Rouen et chercheur associé au CNRS (UMR 8547 « Pays germaniques : histoire, culture, philosophie »), est l’éditeur scientifique de Edouard Gans : chroniques françaises. Un hégélien juif à Paris : 1825-1830-1835, Paris, 1993.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page