Navigation – Plan du site

Λαoxóωv : un nom princier

Laurent Dubois
p. 7-11

Résumés

Le nom de Laocoon s’inscrit dans une série d’anthroponymes épiques qui peuvent légitimement être traduits. II s’agit d’un équivalent sémantique du nom Laomédon, celui du père de Priam, qui désigne « celui qui se soucie de son peuple ». En dépit des conditions tardives de l’attestation de la forme étymologique du nom Laocoon, on peut avancer une explication morpho-sémantique qui plonge ses racines dans le fonds mycénien du vocabulaire grec.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour les principes qui ont présidé à la rédaction de cet ouvrage vieilli mais non remplacé et pour (...)

1La traduction des anthroponymes grecs est une tentation légitime qui doit être pratiquée avec grande prudence et, en tout cas, avec plus de circonspection que dans le dictionnaire des Griechische Eigennamen de Pape-Benseler (1875) où tous les noms propres grecs, et en particulier les noms à deux éléments, reçoivent une traduction au même titre que les composés du lexique1. Si certains anthroponymes ont une structure morphosémantique transparente qui reflète un syntagme authentique comme Λúσανδρος, « celui qui libère les guerriers », d’autres en revanche procèdent souvent d’une combinaison irrationnelle de deux éléments fréquents dans l’onomastique (du type deΞένανδρος « hôte + guerrier »). Les anthroponymes mythiques en revanche se signalent parfois par la rétention d’éléments lexicaux rares et obsolètes qui suscitent la curiosité de l’historien de la langue avide d’extraire quelques bribes de signification de ces anthroponymes réputés immotivés. Je crois que c’est le cas du nom Λαoχóων.

  • 2  Cf. Davies, EGF, p. 62.
  • 3  T. Gr. F IV, fr. 369-377.
  • 4  On doit, au vu des différents manuscrits, corriger aussi le premier nom en ΔΑΜΟΦFΟΝ. Il est vraise (...)
  • 5  On doit insister sur le caractère tout à fait exceptionnel des conditions d’attestation de ces dig (...)

2La forme étymologique du nom de ce grand prêtre troyen connu par l’Ilioupersis d’Arctinos2 et le drame homonyme de Sophocle3 est curieusement attestée fort tard, mais d’une façon incontestable, par deux passages du grammairien Priscien qui nous dit très clairement avoir vu le nom écrit sur un très vieux trépied du Xèrolophos de Byzance sous la forme ΛΑFΟΚΟFΩΝ : « Hiatus quoque causa solebant illi interponere F, quod ostendunt...epigrammata, quae egomet legi in tripode vetustissimo Apollinis, qui stat in Xerolopho Byzanti, sic scripta ΔHMOΦAFON ΛΑFΟΚΟFΩΝ. »4 Telle est la forme donnée dans l’édition des Institutiones I, 22 et VI, 69 de Keil, Gram. Lat. I, p. 17, et II, p. 253-254. Mais la comparaison des différents manuscrits qui, en particulier pour la première occurrence, sont très peu nombreux à présenter l’oméga final montre qu’il vaudrait mieux écrire ΛAFOKOFON = ΛαFoxóFōν, forme archaïque qu’il n’y a pas lieu de mettre en cause, puisque l’austère grammairien insiste sur l’autopsie qu’il a lui-même faite de l’inscription de ce trépied très vraisemblablement en bronze. Ainsi, dans sa vision purement descriptive et synchronique, Priscien prend pour un palliatif de l’hiatus ce qui, nous allons le voir, est en fait un digamma étymologique5.

3Il n’est pas sans intérêt de constater que d’autres héros du camp troyen possèdent un nom à second membre –χóων :

— Δημοχóων est un fils illégitime de Priam, II. 4, 499.
— Δηιχóων est un Troyen, Il. 5, 534, dont le poète explicite en quelque sorte le nom : v. 536 : θοòς Ёσχε μετα πρώτοισι μάχεσθαι
— Ίπποχόων est un Thrace, cousin de Rhèsos, Il. 10, 518, prince réputé pour ses cavales.

4Ainsi, pour ces deux derniers noms, sommes-nous manifestement en présence de deux anthroponymes motivés, puisque le poète glose le premier et ne mentionne le second que dans le contexte très chevalin du rapt des cavales de Rhèsos.

  • 6  Klein. Onom. Studien, 1917, 37-38, et Hist. Personennamen, 1917, 272.

5Or les noms en –χóων ne sont pas cantonnés dans l’onomastique épique. Comme l’a constaté Bechtel6, l’onomastique ionienne orientale livre les noms Άρτιχωνet Δημοχων à Olbia, IGDOP, nos 25 et 106 ; Λεωχων à Chios, Athêna 20, 1908, 216, n° 14, 5 ; l’onomastique béotienne de Thespies Λαχόων, BCH 1901, 360, 1. 20, III/IIea.C. Cette dernière forme, au dialecte non épique, ainsi que le nom Άρτιχων,qui n’a pas de correspondant épique, démontrent en tout cas que ces anthroponymes ne sont pas des noms héroïques empruntés à l’épopée mais que, s’ils ont été conférés à des individus historiques, c’est qu’ils étaient compris dans la langue courante. On peut en proposer une preuve.

  • 7  La scholie ad loc. τα γαρ πρόβατα επì ευηθεία | διαβάλλεται a sans doute induit en erreur Taillard (...)
  • 8  Correction légitime de αμνοχόπος qui ne veut rien dire.

6À titre d’unicum, il est vrai, le second membre est aussi attesté dans le lexique. Au vers 264 des Cavaliers, Aristophane accuse Cléon de guetter, pour le gruger, celui de ses concitoyens qui est αμνοχων.Cet hapax est traduit par « sot comme un mouton » par Taillardat, Images d’Aristophane, 1965, p. 255, et par « bête comme un agneau » par Chantraine, DELG, s.v. αμνός. « Aristophane aurait formé ce participe bizarre en s’inspirant du sens figuré d’αμνός (« sot »), sur le modèle des noms propres Λαοχόων, Ίπποχόων,Kαλλιχων, etc. » J’avoue que je ne comprends pas le raisonnement de ces deux maîtres de la lexicologie grecque7. Je serais au contraire enclin à penser que nous avons ici un vieux nom de métier, « gardien d’agneaux », dont on rapprochera la glose d’Hésychius χμνοχόμος ποιμήν8.Cela ne change rien à la calomnie d’Aristophane : Cléon, pour gruger ses concitoyens, recherche des êtres aussi faibles que des « gardiens d’agneaux », profession qui ne requiert a priori ni vigueur ni intelligence. J’ajouterais que pour qu’un anthroponyme puisse servir de modèle il faut qu’il soit bien attesté localement, ce qui n’est pas le cas à Athènes des trois noms cités, si l’on en croit le tome II du Lexicon of Greek Personal Names. L’élément –χóων< –χόFων.

7On met depuis longtemps ce second membre en rapport avec un verbe xosco « entendre, prêter attention à » que l’on rapproche du latin caveo. Mais il faut reconnaître qu’il s’agit d’un verbe très rare, surtout transmis par des gloses plus ou moins corrompues.

— La seule forme qui ne semble pas contestée est le présent χοω « je vois » chez Épicharme, 35 K, v. 14.

— Un aoriste εχόησεν au sens de ενόησεν semble attesté dans un très mince fragment de l’Hécalè de Callimaque, 232 Pf = 4 Hollis ; la forme réapparaît dans la Souda.

8Il n’y a rien à tirer de certain pour la morphologie de la glose d’Hésychius εχομεν ιδομεν εΰρομεν ήσθόμεθα qui a été abondamment corrigée. La forme χοεϊς d’Anacréon, 360 P, n’est enfin qu’une conjecture de Bergk.

  • 9  On pourrait se demander si le sigma initial de –σχόος est vraiment un sigma mobile et s’il ne s’ag (...)
  • 10  PY Ep 705, 9 : le mot semble déjà être utilisé comme anthroponyme puisqu’il est qualifié de teojo (...)
  • 11  PY An 657, 1.
  • 12  PY Jn 881,1.
  • 13  KOS 37.
  • 14  OGS II, 549-561.

9Un second membre de composé régressif en fonction de nom d’agent figure en revanche très vraisemblablement dans le terme homérique 9uoo-x6oç « prêtre qui examine les offrandes »9, mais surtout dans la glose d’Hésychius πυρχόοι ύπò ΔελΦων ιερεĩς δι’ εμπύοων μαντευόμενοι. De cette dernière forme on rapproche à juste titre le mycénien pukowo10, qui présente le même second membre que epikowo11ou opikowo12généralement traduit par « surveillants ». Le nom de la fonction delphique d’« examinateur du feu », connu par la seule glose, est en quelque sorte corroboré par le nom de son éponyme mythique : Pausanias, X 5, 6, évoque en effet l’œuvre nommée Eumolpia d’un certain Mousaios dans laquelle serait mentionné un oracle commun de Gê et de Poséidon ; si la Terre rend ses oracles seule, χαì την μεν χραν αυτήν, le dieu passait par le truchement d’un serviteur, Ποειδωνι δε ύπηρέτην ες τα μαντεύματα εĩναι Πύρχωνα, ce qui glose le vers du poète συν δέ τε Πύρχων αμΦιπολος χλυτου εννοσιγαιου . Selon Bechtel13, cet anthroponyme en –χων, –χωνος est soit un hypocoristique tiré de Tcupxôoi ; du type Άλχέ-μ-ων, abréviation de Άλχέμαχος du second membre duquel il ne reste que la première consonne, soit, ce que nous préférerons, une forme contractée Πυρχων < Πυρχόων14. En tout cas, cet élément n’est pas le même que celui de Λαοχόων dont le génitif est en –χόωντος, dont le filiatif est Λαοχοωντίδαι, D. Hal. I, 48, et dont la variante féminine, attestée chez Théocrite, XXII, 206, est Λαοχοωσα.

  • 15  Voir H. Rix, Lex. Indogerm. Verbs, 2000, 507-508.
  • 16  Voir le DELG, s.v. χοέω.

10Ainsi, la glose d’Hésychius permet-elle l’isolement d’un nom d’agent –χοFόςen face duquel le grec ne connaît qu’un itératif χοέω15et une forme verbale assez énigmatique en –άω, dans les gloses d’Hésychius χοα αχούει, πεύθεται et χοασαι αìσθέσθαι16.

  • 17  Cf. Bechtel, Hist. Pers., 272 ; Schwyzer, Gr. Gr I, 449.
  • 18  Type Έπέλθων, Eυέλθων,Eυπρέπων, Παραμένων, etc.
  • 19  Et non « celui qui a une perception divine ou inspirée des chevaux » comme le veut p. Wathelet, Le (...)

11Les linguistes modernes ont tous voulu voir dans le second membre –χόFων, –χόFωντος de Λαοχόων un participe du verbe χοέω17. Le composé signifierait donc « qui veille sur son peuple » et aurait donc la même structure sémantique que αμνοχων « qui veille sur les agneaux ». Nous serions alors en présence d’un nom « princier » dont la structure aussi bien morphologique que sémantique est très proche de celle de Λαομέδων, nom du père de Priam18. Les autres anthroponymes mentionnés plus haut pourraient donc aussi être légitimement traduits : Aprixcov « celui qui accorde une attention adaptée », Άρτιχων « celui qui est attentif à son territoire », Δημοχόων « celui qui est vigilant au combat », Ίπποχόων « celui qui est attentif à ses chevaux » (cf. Ίππομέδων ou Mελήσιππος)19. Les faits ne sont cependant pas si simples, puisqu’on attendrait un participe –χοFέωνpour ce présent itératif χοέω. Admettre une hyphérèse ancienne –χοFέων > –χόFωνne résout pas pour autant le problème de la généralisation dans toute la tradition de l’oméga que n’exige pas le mètre, non seulement dans le nom du héros, mais aussi dans Λαοχοωντίδαι, dans Λαοχόωσα et dans l’épiclèse ευρυχόωσα « qui a un vaste champ d’observation » de la déesse marine Kητώ chez Euphorion 112 Powell8. J’entrevois cependant une solution. L’Iliade, 11, 248 et 256, nous fait connaître un autre fils d’Antènor, et donc un frère de Laocoon, du nom de Kόων, Kόωνος. Ce dernier est un nom court directement bâti sur le nom d’agent *χοFός grâce au suffixe individualisant –ων, –ωνος, avec une structure identique à hom. Θόων qui est bâti sur *θοFός > θoός « courant, rapide ». Une contamination entre une formation dénominative et strictement anthroponymique en –ων, –ωνος et une formation de type participiale deverbative de type –έων, –έοντος a pu, au sein d’une même famille de la geste troyenne, suscité la création d’une flexion artificielle en –ων, –ωντος. Comme ces noms d’agent peuvent être simples ou composés, on ne s’étonnera ni du maintien de la flexion en –ων, –ωνος dans le nom du héros delphien *ΠυρχόFων> Πυρχων étudié ci-dessus, ni d’une extension de la flection contaminée dans Aaoxówv ou hom. Ίπποθόων, –όωντος, et ses dérivés ‘Ίπποθοωντίδαι,Ίπποθοωντίς.

Haut de page

Notes

1  Pour les principes qui ont présidé à la rédaction de cet ouvrage vieilli mais non remplacé et pour le rôle respectif des auteurs, voir O. Masson, Zeits. Pap. Epigr. 42, 1981, 193-374= Onom. Gr. Selecta II, 363-374.

2  Cf. Davies, EGF, p. 62.

3  T. Gr. F IV, fr. 369-377.

4  On doit, au vu des différents manuscrits, corriger aussi le premier nom en ΔΑΜΟΦFΟΝ. Il est vraisemblable que la présence de Dèmophon à côté de Laocoon concerne l’épisode du Cheval de Troie : voir Uta Kron, LIMC I, s.v. Akamas und Demophon, p. 437.

5  On doit insister sur le caractère tout à fait exceptionnel des conditions d’attestation de ces digamma un millénaire après que la lettre et le phonème ont disparu dans le dialecte mégarien de Byzance. Dans le passage qui précède immédiatement la première occurrence, en I 21, le grammairien nous fournit aussi l’adjectif Sâfiov du fragment d’Alcman 121 Page.

6  Klein. Onom. Studien, 1917, 37-38, et Hist. Personennamen, 1917, 272.

7  La scholie ad loc. τα γαρ πρόβατα επì ευηθεία | διαβάλλεται a sans doute induit en erreur Taillardat.

8  Correction légitime de αμνοχόπος qui ne veut rien dire.

9  On pourrait se demander si le sigma initial de –σχόος est vraiment un sigma mobile et s’il ne s’agit pas du sigma des cas directs de θύος étendu au composé qui peut ainsi entrer dans l’hexamètre.

10  PY Ep 705, 9 : le mot semble déjà être utilisé comme anthroponyme puisqu’il est qualifié de teojo doero Θεοĩο δόελος. Le terme sitokowo de PY An 292, 1, est soit « celui qui veille au grain » (χοέω), soit « celui qui verse le grain » (χέω).

11  PY An 657, 1.

12  PY Jn 881,1.

13  KOS 37.

14  OGS II, 549-561.

15  Voir H. Rix, Lex. Indogerm. Verbs, 2000, 507-508.

16  Voir le DELG, s.v. χοέω.

17  Cf. Bechtel, Hist. Pers., 272 ; Schwyzer, Gr. Gr I, 449.

18  Type Έπέλθων, Eυέλθων,Eυπρέπων, Παραμένων, etc.

19  Et non « celui qui a une perception divine ou inspirée des chevaux » comme le veut p. Wathelet, Les Troyens de l’Iliade, 1989, 78 et 164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dubois, « Λαoxóωv : un nom princier », Revue germanique internationale, 19 | 2003, 7-11.

Référence électronique

Laurent Dubois, « Λαoxóωv : un nom princier », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2003, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/929 ; DOI : 10.4000/rgi.929

Haut de page

Auteur

Laurent Dubois

Directeur d'études à l'École pratique des Hautes Études, président de la Section des sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org