Navigation – Plan du site

Le Laocoon de Lessing : déduction et induction

Wilfried Barner
Traduction de Jacques Le Rider
p. 131-143

Résumés

Laocoon, ou Sur les limites de la peinture et de la poésie, de Lessing, dont seule la première partie fut publiée en 1766, a fait l’objet dès l’origine d’une réception très « sélective » en raison de sa structure compliquée. Ou bien on se concentrait sur la critique de Winckelmann interprète du « cri », contre laquelle l’humanité de Philoctète (chez Sophocle) est réévaluée. Ou bien l’on plaçait les « règles » et « principes » du chapitre XVI au centre de l’intérêt : c’est-à-dire la démarche « systématique » relative à l’ « espace » et au « temps », à la « simultanéité » et à la « succession », au « corps » et aux « actions ». Ces derniers temps s’est ajouté l’intérêt porté à la théorie des signes (peu originale) de Lessing, que l’on a interprétée dans le sens d’un système sémiotique. Cependant, lorsqu’on analyse précisément la méthode critique de Lessing, il apparaît que celle-ci est dominée par la polarité de la déduction et de l’induction. La comparaison déductive des arts (par exemple, dans les premières esquisses de 1762-1763) est nécessairement complétée par une démarche inductive et empirique qui part de l’exemplum. Ici, le « critique » Lessing montre les limites de l’autorité de Winckelmann. Il polémique en même temps contre la « peinture » poétique qui limite l’ « intellectualité » de la poésie. Ce n’est pas un « système » qui gouverne le Laocoon de Lessing, mais – dans cette œuvre de transition vers une esthétique de l’autonomie – un processus d’alternance entre déduction et induction.

Haut de page

Texte intégral

1Pour commencer, quelques phrases dans le français de Lessing :

  • 1  Gotthold Ephraim Lessing, Werke und Briefe, éd. Wilfried Barner en collab. avec Klaus Bohen e. a., (...)

2D’aller à l’encontre de ce gout manqué, de combattre les jugements trop peu approfondis des Critiques, c’est la le dessein principale des discours suivants.
Ils ne se sont formés qu’occasionnellement, e plus selon la suite de ma lecture, que selon le développement méthodique de principes généraux. Ce sont donc plutôt des matériaux sans ordre pour en faire un livre, qu’un livre.
Il y a quelques années que j’en ai donné le commencement en Alemand. Je vais le rédiger de nouveau et d’en donner la suite en François, cette langue m’étant dans ces matières tout au moins aussi familière que l’autre1.

  • 2  Le début (p. 319) suit assez exactement le texte allemand de 1766. Sur la finalité de cette traduc (...)
  • 3  Sur ce point et sur la suite du présent article, nous renvoyons de manière générale au commentaire (...)

3Ces cinq phrases de la conclusion2 d’une préface rédigée en vue d’une version remaniée du Laocoon que Lessing projetait « quelques années » après l’original de 1766 supposent, d’une part de premières réactions, y compris internationales, au traité qui avait fait sensation par sa nouveauté ; d’autre part, il n’était sans doute pas entièrement irréaliste de vouloir toucher un public élargi, voire européen, grâce à la langue française. L’ensemble des discussions de la critique d’art n’était-il pas, si l’on met à part Spence, Addison, Harris et quelques autres, mené en langue française, de Batteux et Du Bos au comte de Caylus et à maints autres auteurs jusqu’à Diderot3 ? On comprend de plus, dès le début de la citation, que le Laocoon n’entend pas développer des débats théoriques intemporels, mais une critique d’art d’intervention, la critique littéraire d’un certain « goût manqué », non sur le mode indirect et avec un gant de velours, mais de manière offensive, afin de « combattre les jugements trop peu approfondis des Critiques ». En troisième lieu, on perçoit dans ces lignes une attitude légèrement défensive, une sorte d’auto-apologie anticipée, consistant à présenter l’essai comme composé « occasionellement » suivant une « lecture » personnelle de Lessing, bien plus que « selon le développement méthodique de principes généraux ».

  • 4  Choix de documents témoignant de cette réception in DKV, vol. 5/2, p. 674-734.
  • 5  DKV, vol. 5/2, p. 15. Traduction française de Courtin (1866), revue et corrigée, Lessing, Laocoon, (...)
  • 6  Il s'agit du Novus linguae et eruditionis Romanae thésaurus de Johann Mathias Gesner (1747-1748).

4« Méthodique », « principes généraux » — on pourrait encore ajouter « système » pour définir les notions résumant l’orientation de l’auto-explication de Lessing et sa première réception, par exemple chez Christian Garve, indirectement aussi chez Winckelmann, puis surtout chez Herder, Riedel et d’autres encore4. Cette manière, teintée de polémique, de se démarquer, nous en connaissons les autres facettes, dans l’avant-propos au Laocoon, par exemple, avec ces deux phrases acérées : « Nous autres Allemands ne manquons pas de livres à système ; déduire [deducere], en partant de quelques définitions et dans le plus bel ordre possible, tout ce que nous voulons, c’est à quoi nous nous entendons mieux que personne au monde. »5 Puis, après avoir mentionné le nom incontournable de Baumgarten (et ses Aesthetica), en précisant qu’il avait tiré l’essentiel de ses exemples du dictionnaire de Gesner6, Lessing, fier de sa démarche empirique, promet que ses exemples « conserveront davantage la saveur de leur source ». Bien des lecteurs contemporains et plus encore de lecteurs des siècles ultérieurs ont diversement apprécié ce goût des sources en trouvant dans le Laocoon tous ces détails philologiques, souvent accumulés, ces raisonnements fondés sur la critique des textes et l’étymologie, ces méganotes infrapaginales de plusieurs pages, et, finalement, cette interruption de la Première partie au beau milieu de questions de détail concernant l’Histoire de l’art de l’Antiquité de Winckelmann, dont Lessing écrit qu’elle vient juste de paraître.

  • 7  Cette déclaration, au Livre VIII de Poésie et vérité (1812), qui se rapporte à l'époque des études (...)
  • 8  Documents signalés à la note 1, supra, p. 131.
  • 9  La traduction française (cf. n. 2, supra, p. 132) dit, p. 120 : « Essayons maintenant de procéder (...)
  • 10  Siegfried Seifert, Lessing-Bibliographie, Berlin — Weimar, 1973, p. 640-656.
  • 11  Hans Christoph Buch, Ut Pictura Poesis. Die Beschreibungsliteratur und ihre Kritiker von Lessing b (...)

5Ce ne sont certainement pas ces particularités du texte qui ont « enchanté » le jeune Goethe et ses camarades, selon l’expression que l’on trouvera plus tard dans Poésie et vérité7. Peu de textes de Lessing, et sans doute de toute cette période, obligent aussi fortement que le Laocoon à parler d’une réception strictement sélective. C’est un problème qui se situe à la surface du texte, mais qui détermine aussi sa structure profonde, marquée par la polarité et la complémentarité de la déduction et de l’induction. Si l’on parcourt d’abord les premiers témoignages de la réception, on rencontre naturellement les lecteurs professionnels qui se plongent avec une curiosité impatiente dans les exempla de Lessing : le groupe sculpté du Laocoon, le Laocoon de Virgile, le Philoctète de Sophocle ou encore le Gladiateur Borghese — tels Herder, Garve, Riedel, et bien sûr aussi Klotz et d’autres encore8. Mais dans les dictionnaires, comme celui de Sulzer, et dans les manuels, c’est bientôt le chapitre XVI, avec ses « principes » et ses « règles », qui domine ce chapitre qui succède à une controverse avec Caylus (chap. XV) abruptement interrompue par la phrase devenue célèbre : « Essayons maintenant de déduire la chose de ses causes premières [c’est-à-dire des primae causae]. »9 Nous rencontrons à nouveau la notion de deducere, chargée de signification. Lorsque le Laocoon de Lessing devint au xixe siècle une lecture canonique de tous les lycéens (mais aussi naturellement des étudiants de bon nombre d’Écoles des beaux-arts) et que furent composées pour cet usage des anthologies ad usum delphini, du genre de celles que recense la bibliographie lessingienne de Siegfried Seifert, publiée en 197310, le chapitre XVI ne manquait jamais (comme c’est le cas aujourd’hui dans les articles de dictionnaire), avec les fondements de la théorie sémiotique et les « principes » qui fixent les « limites » séparant les arts. Et, troisième élément résultant des précédents : la condamnation de la « poésie peinture ». Hans Christoph Buch, dans sa monographie Ut Pictura Poesis a retracé la postérité de ce verdict lourd de conséquences, qui suscita bien des résistances, tout au long du xixe siècle et jusqu’à Georg Lukács11.

  • 12  Il est vrai que cette forme ne résulte pas d'un « plan », mais, elle aussi, de difficultés interne (...)

6Le Laocoon de Lessing, ou plus exactement sa première partie, seule publiée, se prête à cette réception singulière, hautement sélective, par une structure du texte et de l’argumentation, qui ne se retrouve dans aucun autre des nombreux textes théoriques expérimentaux du xviiie siècle : ni dans les Kreuzzüge des Philologen de Hamann, avec leurs esquisses fragmentaires, ni dans les digressions des Salons de Diderot. Le texte le plus comparable est ici, ce n’est pas un hasard, la Dramaturgie de Hambourg, en tout cas par sa structure de livre complètement asymétrique, commençant par le commentaire critique des pièces représentées à Hambourg et atteignant son point culminant dans le tiers final, avec la grande exégèse du chapitre sur la tragédie de la Poétique d’Aristote. En somme, un exemple classique de critique inductive12 ?

  • 13  Vue d'ensemble concise dans l'article « Deduktion » de K. Lorenz, in Historisches Wörterbuch der P (...)
  • 14  Exposé complet dans l'article « Induktion » de R. Ruzicka, S. Körner et H. Freudenthal, in Histori (...)
  • 15  Ces centres d'intérêt étaient plus marqués chez son ami et proche parent Mylius, prématurément dis (...)

7Dans le couple de notions déduction/induction, c’est la déduction qui, ancrée dans l’histoire de la logique et de la syllogistique, en particulier de la mathématique, constitue l’élément le moins problématique13. Déduire le particulier du général, la proposition spéciale de la proposition générale, a dans certains cas été contesté du point de vue des prémisses et du mode de déduction. Et Kant a délimité la déduction transcendantale par rapport à la déduction empirique du point de vue de l’acquisition de connaissances. L’induction, inductio, en grec épagogè — déjà chez Artistote — est profondément ancrée dans les sciences empiriques, par exemple, pour l’école aristotélicienne, en physique, mais aussi dans la psychologie qui est aussi une science de l’homme14. La légitimité méthodologique de l’induction a fréquemment été contestée, voire récusée avec l’argument consistant à souligner l’impossibilité de l’induction dite intégrale. J’en resterai à ces indications fort elliptiques et je me contenterai de rappeler que l’intérêt précoce de Lessing, dont les premières publications dans la revue de Christlob Mylius, Der Naturforscher, remontent à 1747, pour les sciences de la nature, pour la botanique, la géologie, mais aussi la physique, les sciences de la terre et divers sujets, est un fait bien connu15.

  • 16  Joachim Birke, « Der junge Lessing als Kritiker Gottscheds », in Euphorien 62 (1968), p. 392-404.
  • 17  Joachim Birke, « Der junge Lessing als Kritiker Gottscheds », in Euphorien 62 (1968), p. 392-404.
  • 18  Gotthold Ephraim Lessing, Werke, éd. Herbert G. Göpfert, vol. 4, Dramaturgische Schriften, éd. Kar (...)
  • 19  Johann Christoph Gottsched, Sterbender Cato, 1731.

8Sans qu’il soit possible de retracer ici plus longuement sa réflexion théorique, on est frappé par l’importance accordée par Lessing (qui est en cela caractéristique de la première époque des Lumières) aux données de l’expérience, à l’empirie, dans l’observation de la nature, mais aussi dans la déconstruction des préjugés pour laquelle l’expérience « particulière » faite au contact d’un libre penseur ou d’un Juif se trouve plusieurs fois confrontée au préjugé « général ». C’est le principe qui régit les premières comédies, de même que les écrits d’apologie16. On a bien étudié les processus critiques dans lesquels Lessing, contre le dogmatisme déductif de la poétique de Gottsched17, encore dominante à cette époque, soumet à l’examen certains procédés condamnés par Gottsched en analysant leurs « effets » : ainsi, dans le premier grand écrit philologique et critique de Lessing, en 1749, 1’« apologie » de Plaute, un auteur décrié par Gottsched. Pour revenir à un domaine proche du Laocoon, celui de l’esthétique, je ne retiendrai qu’un exemple emprunté au registre du drame. Dans l’avant-propos de 1756 à la traduction des drames de l’auteur anglais Jacob James) Thomson, Lessing porte un jugement sur ce qu’on rapporte de l’effet superbe produit par le contemporain de Thomson, George Lillo, avec la pièce The London Merchant (1731) : « Pour donner mon opinion véritable à propos des règles : je préférerais infiniment avoir créé l’homme le plus informe, avec des jambes torses par-devant comme par-derrière, plutôt que d’avoir fabriqué la plus belle statue d’un Praxitèle ; de même je préférerais infiniment être l’auteur du Marchand de Londres, plutôt que celui de Caton mourant »18 (c’est-à-dire de la pièce exemplaire de Gottsched19, remplissant toutes les règles).

  • 20  Dont on trouve un bon résumé dans Monika Fick, Lessing-Handbuch. Leben — Werk — Wirkung, Stuttgart (...)

9La comparaison avec Praxitèle ne survient pas par hasard. Lessing (dès 1756 !) tient à énoncer un principe englobant la poésie et les arts plastiques. La référence inductive à l’empirie, à l’effet superbe produit par la pièce de Lillo, relativise toutes les « règles », toute notion de « conformité mécanique », selon les formules que Lessing emploie au même endroit. Comme la recherche sur le Laocoon l’a constaté depuis longtemps, c’est la théorie de la fable (dans les Abhandlungen über die Fabel de 1759)20 qui donne lieu à la première discussion sur les limites des disciplines artistiques. La fable qui, en racontant une histoire d’animaux, débouche sur une « leçon », sur un « précepte », sur une « connaissance imagée » (ici, Lessing est très proche de la position de Gellert qui entendait « dire la vérité à travers une image »), est un genre d’une grande variété. Lessing défend le type concis, non descriptif, des fables d’Ésope contre le type « bavard » des fables de La Fontaine, parvenues depuis longtemps à une célébrité universelle. Quant à l’allégorie, elle se voit assigner d’étroites limites. Là encore, il apparaît clairement que Lessing ne formule pas des théories abstraites, mais trace des lignes de démarcation polémiques. Tout ce qui relève de la décoration, de la simple complaisance, tout ce qui fait diversion doit être éliminé au profit de 1’« action » qui est le cœur de la fable « animalière ». Indubitablement, la position défendue en 1766 est déjà préfigurée par ces représentations normatives de 1759.

10Mais quel est le cheminement méthodologique qui conduit finalement Lessing à ce texte si singulièrement structuré qui surprit le public de la foire de Pâques en 1766 ? De ce cheminement même résulte la structure. Rappelons en une phrase que la soudaine métamorphose de notre critique et notoire auteur de théâtre en « antiquaire » pratiquant le genre à la mode, ne s’explique pas seulement par le mouvement lancé par Winckelmann (et les soucis matériels qui obligent Lessing à des travaux lucratifs), mais aussi par les études grecques poursuivies à Breslau à la suite du projet sur Sophocle.

  • 21  Exposé plus complet in DKV, vol. 5/2, p. 627-650.

11Pour l’information sur les positions les plus actuelles en matière d’esthétique (Locke, Harris, Dubos, etc.) le rôle de Moses Mendelssohn, de ses lettres Über die Empfindungen (1755), et surtout de son traité Über die Hauptgrundsätze der schönen Künste und Wissenschaften (1757), fut primordial. Pourquoi Lessing n’a-t-il pas repris la référence à l’interprétation du Laocoon par Winckelmann dans l’essai de 1755 sur L’Imitation, référence qui lui était donnée de façon claire dans une lettre de décembre 1756 ? La question reste sans réponse. Peut-être une lettre s’est-elle perdue. Pour le reste, le fonds des manuscrits posthumes témoignant de la genèse du Laocoon, pour ce qui concerne le problème déduction/induction, est d’une richesse incomparable. Par souci de brièveté, je ne mentionnerai que l’essentiel21.

  • 22  Cf. n. 3, supra, p. 131.
  • 23  Emil Grosse, « Über Lessings Handschrift des Laokoon und den Nachlaß zu demselben », in Archiv für (...)
  • 24  Elisabeth Blakert, « Grenzbereiche der Edition : die Paralipomena zu Lessings Laokoon », in editio (...)
  • 25  DKV, Bd. 5/2, p. 209.
  • 26  Ibid.

12Malgré les divergences qui, depuis Hugo Blümner22 et Emil Grosse23, subsistent entre les reconstructions génétiques — la plus récente révision, menée à bien par Elisabeth Blakert (1999), confirme que le plus ancien manuscrit est celui qu’on appelle le Paralipomenon 3, de Breslau, certainement de l’automne 176324. Le Paralipomenon 1, auquel il faut sans doute donner une date plus ancienne25, commence en des termes pratiquement identiques, sans le ton tranchant, plutôt sur le mode du tâtonnement : « La ressemblance et la convergence de la poésie et de la peinture ont assez souvent été abordées et traitées ; mais pas toujours avec la précision qui aurait permis de se prémunir contre les mauvaises influences exercées sur l’une ou sur l’autre. »26 Le début, pour ainsi dire doxographique, de l’« Avant-propos » ultérieur de 1766, est déjà perceptible. Ainsi, nous avons affaire à un thème européen chargé d’histoire. Mais ce thème n’est pas abordé d’un point de vue abstrait et purement théorique, mais dans le contexte de l’histoire des arts, avec le souci de critiquer des évolutions malencontreuses (cf. la préface en français, qui parle encore de « ce gout manqué »). Et Lessing désigne sur-le-champ les causes de cette dépravation : en poésie, l’abus de descriptions (Schilderungssucht), en peinture la manie allégorisante (Allegoristerei). On voit bien ici le lien thématique avec les études sur la fable de 1759.

  • 27  Textes aisément accessibles in Moses Mendelssohn, Ästhetische Schriften in Auswahl, éd. Otto F. Be (...)
  • 28  Tzvetan Todorov, « Ästhetik und Semiotik im 18. Jahrhundert. G. E. Lessing : Lao-koon », in Das La (...)

13Déduction ou induction : même si l’on place en tête le Paralipomenon 3, dans tous les cas l’exposé passe rapidement à l’exposition concise des thèses sur le caractère mimétique des arts et aux règles qui, selon les termes du Paralipomenon 1, « doivent être déduites de la notion d’imitation-mimèsis (Nachahmung) » (il s’agit donc de deducen). Celles-ci résultent de la diversité des « moyens » (Mittel) mimétiques. Puis viennent, dans leur première formulation, la plupart de ces « propositions » (Satze), qui sont par la suite devenues célèbres avec le chapitre XVI du Laocoon. Ici nous rencontrons très précocement aussi la notion de « signe naturel » et « arbitraire », telle que Mendelssohn l’avait développée dans ses Hauptgrundsätze de 1757, prenant pour l’essentiel la suite des Réflexions critiques sur la poésie et la peinture de Du Bos (1719)27. Dans cette première conception déductive, on trouve donc déjà les germes de ce que Tzvetan Todorov a mis en lumière comme l’« originalité souvent méconnue » de Lessing dans le Laocoon : d’avoir été le premier à établir le lien entre deux lieux communs de son époque : « Que l’art est imitation ; et que les signes de la poésie sont arbitraires. »28

14A l’intention de ceux qui ont sous les yeux surtout, voire exclusivement, le Laocoon dans sa version de 1766, il faut préciser que la première version du texte, très vite après la définition déductive et diacritique de la poésie et de la peinture, commente aussi certains exempta homériques (extraits surtout de l’Iliade), pour une part sous la forme d’une discussion critique de Polymetis de Spence (1744) et des Tableaux tirés de l’Iliade du comte de Caylus (1757). Et pour ce qui concerne Г « abus de description » critiquée au début, il jette un regard sur les « faiblesses » du populaire James Thomson.

  • 29  DKV, vol. 5/2, p. 217-252 (les notes de Mendelssohn et de Nicolai — comme dans les éditions antéri (...)

15Non seulement la dénonciation polémique des évolutions pernicieuses des arts, mais plus encore le lien argumentatif inhabituel avec un système de « règles » dégagées par déduction ont de toute évidence semblé périlleux à Lessing, qui a souhaité les soumettre à la discussion. Ce genre de choses, il en parlait d’ordinaire avec des amis. Et quand l’un d’entre eux n’était pas sur place, on échangeait des correspondances, comme naguère (en 1756-1757, alors que Lessing était à Leipzig) avec Mendelssohn et Nicolai à propos du drame. Du fond de son isolement volontaire à Breslau (où il n’y avait pas grand monde à qui parler, à part l’érudit recteur Klose) il expérimenta une tierce formule. Il envoya des parties de ses esquisses déductives, qui passaient rapidement aux exempla, à ses amis Nicolai et Mendelssohn à Berlin en leur demandant leurs commentaires. Par chance, une série de ces feuillets originaux a été conservée29. Pendant une visite de Lessing à Potsdam à l’automne 1763, des entretiens furent même possibles et Lessing y fait allusion explicitement dans des esquisses postérieures. Mendelssohn fut le commentateur le plus empressé et le plus stimulant. Fait caractéristique, en particulier, il accepta comme allant de soi le discours sémiotique de Lessing, alors que celui-ci avait d’ores et déjà tiré de ses écrits esthétiques une part importante de ses connaissances sur le sujet, rectifiant des concepts, ajoutant des arguments supplémentaires.

16Cet étonnant processus de symphilosophein par écrit entre Lessing, Nicolai et surtout Mendelssohn, dont je ne peux pas faire état dans le cadre du présent exposé, se révèle doublement important pour ma problématique. Il démontre la simultanéité et l’interpénétration d’une démarche philologique et humaniste de type ancien et de questionnements relevant du jugement esthétique (dans les passages consacrés à Homère, dans le choix d’exemples comme Thersite, Hélène, etc.), la nouvelle passion antiquaire à la mode, lancée essentiellement par Winckelmann, et enfin la discussion, menée entre philosophes, à propos d’une esthétique procédant sur le mode déductif qui est indissociable du nom de Baumgarten. Ces trois éléments permettent de caractériser la situation de Lessing, telle qu’elle apparaît dans les documents qui témoignent de la formation de ses concepts. Autre dimension qui retient l’intérêt du point de vue de Lessing : ce processus de discussion lui montre, à lui l’inductiviste par penchant, tel qu’il apparaissait dans son avant-propos de 1756 à la traduction de Thomson, que le principe de l’effet défini en fonction du domaine particulier des arts peut être replacé dans un contexte d’argumentation déductive.

  • 30  DKV, vol. 5/2, p. 13-16.
  • 31  C'est ainsi que la traduction Courtin traduit Kunstrichter.
  • 32  DKV, vol. 5/2, p. 14.

17Comment ménage-t-il, à lui-même et à ses lecteurs, la transition discursive ? L’« avant-propos »30, de toute évidence ajouté plus tard, est d’un sobre raffinement. L’apport doxographique, qui caractérisait déjà les esquisses les plus anciennes, est d’abord caché derrière la typologie de l’« amateur », du « philosophe » et du « critique »31, en qui l’on reconnut dès le début Nicolai, Mendelssohn et Lessing. La sensation des effets produits par les deux arts fonde, à partir de la troisième ligne, la démarche inductive (dont les deux voies sont déjà spécifiées : « faire illusion » et « plaire »). Et dans la réflexion sur les « règles générales », comme sur les « conclusions » à tirer des « sentiments », le chapitre XVI est déjà, pour ainsi dire, légitimé. Un cadre quasi systématique est délimité, et avec la « comparaison » de la peinture et de la poésie, le « thème » est exposé de manière presque scolaire, non sans que la longue histoire du problème soit évoquée, qui remonte d’une part à Simonide (le « Voltaire grec ») et d’autre part se poursuit jusqu’aux « modernes ». Les bases sont ainsi posées dans l’avant-propos pour la suite de la démarche déductive, non seulement de manière formelle, par l’évocation de « règles générales », mais aussi par l’anticipation de certaines thèses concernant le tracé de frontières par le critique, par exemple dans la double proposition : « Tantôt ils resserrent la poésie dans les limites étroites de la peinture, tantôt ils laissent la peinture embrasser toute la large sphère de la poésie. ». La thèse de la « sphère plus large de la poésie », et même du « champ infini de notre imagination »32 qui s’ouvre dans la poésie, ne sera développée que dans le chapitre VI (surtout à propos de Laocoon chez Virgile).

18La structure rhétorique de l’avant-propos de la Première partie du Laocoon met trois points en évidence. Ce que l’on pourrait appeler le pathos de l’induction tire sa force de la totalité des « effets » de chaque œuvre, qu’il s’agisse d’une sculpture ou d’une pièce de théâtre. Malgré toutes les distances ironiques prises par rapport à Baumgarten, les « règles » et les « frontières » des arts restent fondées sur leur médialité ; pour parvenir à leur définition, les actes de déduction et de « conclusion » sont légitimes. Et troisièmement : le problème des « frontières » n’est pas seulement théorique et abstrait, mais actuel et critique, car il permet d’aller contre le « mauvais goût » et les « jugements sans fondement ». Ce troisième point, surtout, a souvent fait l’objet de malentendus dans le traitement réservé au chapitre XVI.

  • 33  Document reproduit in DKV, vol. 5/2, p. 715.
  • 34  Document reproduit ibid., p. 681.

19Les variations de la démarche suivie par Lessing dans le Laocoon entre les pôles de la déduction et de l’induction n’ont jamais fait l’objet d’une étude précise. Elles ne pourront être ici que sommairement indiquées. Le fait qu’il fallait se mesurer l’autorité de Winckelmann, dès lors que Lessing avait opté pour l’exemple éponyme du Laocoon (déjà placé par Winckelmann, en 1755, au centre de son écrit en forme de programme) n’a pas échappé aux contemporains : Nicolai, Herder, Garve, le frère de Lessing, Karl, et d’autres encore en étaient conscients. Le critique Friedrich Justus Riedel dit les choses, en 1769, avec la plus grande clarté : les « auxiliaires » de Lessing, pour la rédaction de son Laocoon furent « la philosophie et la lecture ». « En ce qui concerne la méthode consistant à tout aller voir de ses propres yeux, nous n’avons aucune objection à nous adresser l’un à l’autre. »33 Winckelmann au contraire, dont Lessing, comme on sait, attendait le jugement avec impatience, a exprimé précisément cette différence de point de vue avec son nouveau concurrent dans sa correspondance : « Qu’il vienne à Rome, pour parler sur place avec lui », écrit-il dans une lettre à Johann Michael Francke du 10 septembre 176634.

  • 35  Ibid., p. 18.

20Lessing, en choisissant les Gedancken (Réflexions sur l’imitation...) de Winckelmann comme texte de référence et en retenant la figure de Laocoon comme exemple éponyme, est naturellement conscient du fait que ces choix pourraient se transformer pour lui en « piège inductif ». La première évocation explicite de Winckelmann commence d’une autre manière. Le chapitre I s’ouvre sur la thèse générale de Winckelmann à propos des « chefs-d’œuvre grecs peints ou sculptés », étayée par l’exemple de la sculpture du Laocoon, puis vient une référence à Laocoon chez Virgile et au Philoctète de Sophocle. Lessing ne met pas en doute l’observation proprement dite, mais seulement la « raison » invoquée, la « généralité de la règle » que Winckelmann a tirée de cette raison35 (nous retrouvons le deducere). Mentionnant rapidement et sur un ton dubitatif les reproches faits par Winckelmann à Virgile, l’argumentation de Lessing se place sur le terrain de sa propre compétence, abordant le Phibctète de Sophocle, sujet sur lequel Lessing, quelques années plus tôt (en 1759-1760) avait entamé un grand traité. Le voilà revenu à son métier.

  • 36  Johann Gottfried Herder, Werke, éd. Günter Arnold et al, vol. 2 : Schriften zur Ästhetik uni Liter (...)
  • 37  DKV, vol. 5/2, p. 19 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 45.
  • 38  DKV, vol. 5/2, p. 21 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 47.

21Lessing, en se tournant vers les Gedancken de Winckelmann, a choisi l’écrit programmatique le plus remarquable de la nouvelle mode antiquaire et de la grécomanie, dont la force tient à l’évocation sensuelle de 1’« art » grec, du « goût » grec, mais non à la pénétration philosophique. Herder citera plus tard dans son premier Bosquet critique (Critisches Wäldchen) « des critiques » qui estiment que Lessing, dans son Laocoon, aurait administré une leçon de philosophie à Winckelmann36. Quelle que soit l’exagération de cette thèse, c’est bien dans cette direction que Lessing conduit son exégèse de Winckelmann et Sophocle (puis encore celle d’Homère). À plusieurs reprises, nous rencontrons des résumés intermédiaires, des propositions en forme de thèses sur l’anthropologie grecque, comme celle-ci à propos de Philoctète : « Le cri est l’expression naturelle de la douleur physique »37 ; et sur-le-champ, il ajoute les « guerriers blessés d’Homère » (dont il a déjà défendu les « larmes » dans sa correspondance sur le drame avec Mendelssohn et Nicolai). Contre la thèse de Winckelmann citée au début, dont il juge qu’elle est valable tout au plus pour les arts plastiques, Lessing affirme en conclusion : « Tout ce qui est stoïque est antithéâtral »38 (parce que cela coupe court à la pitié).

  • 39  Cf. « Ingeborg Hoesterey, Laokoon und Modernität. Eine Rettung », in Lessing Tearbook, XV, 1983 (p (...)

22À ces déductions anthropologiques, qui conduisent à affirmer au chapitre II la prédominance de la « beauté » chez les « Anciens », s’ajoutent à partir du chapitre III des considérations historisantes, en particulier certaines qui ont pour arrière-plan la Querelle des Anciens et des Modernes : que l’art des « temps modernes » aurait « des limites incomparablement plus larges » — affirmation qui sert de base à l’idée de « l’instant fécond » (fruchtbar) ou « décisif » (prägnant) (une idée qui, comme on l’a vu depuis longtemps, ne date pas de Lessing, mais remonte au moins à Shaftesbury ; il est vrai qu’Ernst Gombrich déclarait sarcastiquement à propos de ce « Lessingianum » qu’il n’était plus valable que pour les photographes de presse)39. Quelle que soit l’importance qu’on accorde à ce théorème abondamment commenté de Lessing, le fait marquant dans le Laocoon est que Lessing, de cette manière, construit sa propre position déductive qui ne doit plus rien à Winckelmann.

23Je me contenterai ici de rappeler que c’est de cette façon que Lessing, dans le Laocoon, revenant toujours au groupe sculpté, au passage de Virgile et à Philoctète, finit par arriver aux différentes modalités de la mimèsis (Nachahmung). Dans cette argumentation, à partir du chapitre VII, Joseph Spence et le comte de Caylus jouent le rôle de partenaires de discussion, prenant la place de la référence à Winckelmann. Dans sa polémique contre la surestimation des possibilités de la représentation picturale (Malbarkeit) — surtout chez Caylus — Lessing en arrive au point qu’il annonçait dans son avant-propos en parlant de 1’« abus de description ». Dans de longs développements, Lessing entreprend dans ces chapitres, le plus souvent en partant d’une critique de Caylus, l’examen de passages d’Homère, jouant sur deux registres : les connaissances antiquaires qu’il a acquises et ses techniques philologiques inductives, qui lui permettent de cerner les « effets » et 1’« illusion » de la poésie.

  • 40  Inka Mülder-Bach, « Bild und Bewegung. Zur Theorie bildnerischer Illusion in Lessings Laokoon », i (...)
  • 41  DKV, vol. 5/2, p. 114 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 119.
  • 42  DKV, vol. 5/2, p. 116 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 119-120.

24Cette illusion opère de telle manière que (selon la formule d’Inka Mülder-Bach) « l’œuvre contemplée s’enrichit de tout l’excédent de passé et d’avenir que l’imagination ajoute à l’instant représenté »40 Lessing déploie tout un enchaînement de démonstrations inductives de la manière dont travaillent l’imagination et l’illusion, à partir du chapitre XI, en se fondant sur des exemples tirés de Y Iliade, pour parvenir à la notion centrale d’« action » (au chapitre XV, avec des allusions littérales aux études sur la fable). « Des exemples pourront m’aider »41, écrit-il dans le passage décisif où il est question du vol de la flèche tirée par Pandarus au chant IV de Y Iliade. Lessing analyse en détail la façon dont la peinture peut « imiter » cette « action », la « faire pressentir ». Puis nous lisons : « La poésie, en revanche... », et le texte s’interrompt à cet endroit dans un grand geste rhétorique, puis le chapitre XVI commence : « Essayons maintenant de procéder par déduction » (« Doch ich will versuchen, die Sache aus ihren ersten Gründen herzuleiten »)42.

25Cette rupture est mise en scène. Mais que se passe-t-il, à cet endroit, entre les pôles de la déduction et de l’induction ? Je soulignerai trois aspects. Du point de vue de la genèse du projet Laocoon, la première visée systématique est reprise sous une forme nuancée. Mais un enchaînement d’inductions a préalablement apporté des illustrations, mis en évidence des effets et déterminé sur le mode expérimental des frontières. Et, last but not least : l’analyse s’est placée à un niveau où l’autorité de Winckelmann n’est plus incontestable.

  • 43  Cf. supra, n. 2, p. 137.
  • 44  Das Laokoon-Paradigma. Zeichenregime im 18. Jahrhundert, ed.. Inge Baxmann et al, Berlin, 2000.
  • 45  Cambridge, 1984.

26On comprend pourquoi les fondements sémiotiques donnés par Lessing, à partir du chapitre XVI, à sa démarche systématique, ont rencontré ces derniers temps un grand intérêt. En 1984 fut publié, sous la direction de Gunter Gebauer, le collectif Das Laokoon-Projekt. Pläne einer semìotìschen Ästhetik43. En 2000 suivit, issu des travaux du Berliner Zentrum für Literaturforschung, sous la direction d’Eberhard Lämmert, le collectif Das Laokoon-Paradigma. Zeichenregime im 18. Jahrhundert, qui pousse assez loin l’investigation dans le domaine des arts et de l’anthropologie44. Mais en 1984, en même temps que le volume édité par Gebauer, avait aussi paru, de David E. Wellbery, Lessing’s Laocoon. Semiotics and Æsthetics in the Age of Reason (ouvrage issu d’une thèse soutenue à Yale en 1977)45.

  • 46  Eva M. Knodt, « Negative Philosophie » und dialogische Kritik. Zur Struktur poetischer Theorie bei (...)
  • 47  Carol Jacobs, « The Critical Performance of Lessing's Laokoon », in Modern Language Notes, 102 (19 (...)
  • 48  Peter J. Burgard, « Schlangenbiß und Schrei : Rhetorische Strategie und ästhetisches Programm », i (...)
  • 49  Wellbery (cf. n. 3, p. 142), p. 110.
  • 50  Friedrich Gundolf, Shakespeare und der deutsche Geist, Berlin, 1911, p. 131 s.
  • 51  Cité d'après Mülder-Bach (cf. supra, n. 1, p. 141), p. 12, n. 12.
  • 52  Cité d'après DKV, vol. 5/2, p. 709.
  • 53  Cité ibid., p. 708.

27La brillante démonstration de Wellbery, selon laquelle le Laocoon de Lessing est le sommet d’une esthétique des Lumières inscrite dans la descendance de Christian Wolff et fidèle à une pensée de la représentation, a suscité la contradiction à plusieurs reprises (de la part d’Eva D. Knodt46, de Carol Jacobs47, de Peter J. Burgard48 et de quelques autres auteurs). Je n’entrerai pas dans les détails de ces controverses. Sur la base des explications que je me suis efforcé d’apporter à propos du lien entre déduction et induction, je ne formulerai qu’une objection. Celle-ci concerne un point problématique, dont l’histoire remonte à la première réception du Laocoon, que j’ai mentionnée au début en parlant de « dogmatisation » et qui est tout proche de l’idée de « systématisation ». Wellbery expose sa méthode avec une franchise dont on doit lui savoir gré : « I shall discuss the Laocoon from a single perspective. I shall treat it as if it presented a global theory of aesthetic signification. »49Ce « comme si » ne peut toutefois pas rendre justice à la forme de la pensée de Lessing, de même que l’on pourrait pas déduire de la Dramaturgie de Hambourg une « théorie » applicable à Emilia Galotti, ni d’Ernst und Falk une philosophie générale de l’État. Laocoon ne commence pas par le chapitre XVI, les « exemples » ne sont pas seulement des illustrations, et les discussions avec Winckelmann, Spence, Caylus et quelques autres font partie intégrante d’une forme de discours qui se sert des « vérités » et des « systèmes » avant tout pour mettre en branle un mouvement de pensée, Inscrire le Laocoon dans son ensemble dans un système, à l’encontre de toute lecture précise, a toujours constitué une tentation pour la recherche. Friedrich Gundolf invitait à « reconnaître le système régissant l’esprit de Lessing »50 ; Wladimir Folkierski, dans Entre le classicisme et le romantisme, parlait de 1’« esprit de système »51 censé régir Laocoon. De même que Lessing refusait que sa Dramaturgie de Hambourg fût désignée comme un « système dramatique », de même, dans l’avant-propos du Laocoon le renvoi ironique aux « ouvrages systématiques » des Allemands est suffisamment clair : une étude attentive de la structure argumentative de ce texte révèle qu’il ne fait que tirer parti de formes de pensée et de procédés systématiques. Il les utilise comme base pour ses positions critiques dont l’évidence doit perpétuellement être reconquise par une démarche inductive, même après le chapitre XV, et encore dans les analyses consacrées au Gladiateur Borghese. Herder a mis ce trait en évidence, dans son premier Bosquet critique, avec une très grande perspicacité, montrant que ce mode de pensée et d’écriture est un processus et reprenant lui-même un théorème du Laocoon (formulé à propos du bouclier d’Achille) : « La manière de Lessing est un style de poète, c’est-à-dire d’un écrivain, dont on ne dira pas qu’il a produit, mais qu’il est en train de produire, ni qu’il a réfléchi, mais qu’il est en train de réfléchir, nous voyons son œuvre en devenir. »52 Se mouvant en les pôles de la déduction et de l’induction, la forme interne du Laocoon se déploie en veillant ex necessitate à ne pas perdre de vue les exemples concrets. Herder a souligné une autre caractéristique que les analyses du Laocoon, quand elles ne s’intéressent qu’à son contenu théorique, mettent volontiers entre parenthèses comme un élément périmé : « Parler contre le mauvais goût poétique, [...] tel était son but. »53

28Le Laocoon de Lessing résulte certainement aussi, à travers sa mise en question de Winckelmann, de l’ambition de s’opposer sur le mode « philosophique » à la nouvelle autorité antiquaire. Cet écrit est en même temps dirigé contre la mode de la « poésie peinture » qui a affaibli le potentiel imaginatif de la littérature. Ce qui commence, dès le xviiie siècle, sous la forme d’une dogmatisation rampante des « principes » du Laocoon, masque précisément le caractère transitif de la forme de pensée propre à cette œuvre : le mouvement critique entre les pôles de la déduction et de l’induction.

Haut de page

Notes

1  Gotthold Ephraim Lessing, Werke und Briefe, éd. Wilfried Barner en collab. avec Klaus Bohen e. a., Francfort/Main, 1985 s. (abrégé : DKV), vol. 5/2, Werte 1766-1769, éd. Wilfried Barner, 1990, p. 321.

2  Le début (p. 319) suit assez exactement le texte allemand de 1766. Sur la finalité de cette traduction, cf. DKV, Bd. 5/2, S. 650.

3  Sur ce point et sur la suite du présent article, nous renvoyons de manière générale au commentaire publié DKV, vol. 5/2, p. 627-916. L'édition suivante mérite toujours d’être consultée : Lessings Laokoon, éd. et comm. par Hugo Blümner, Berlin, 21880

4  Choix de documents témoignant de cette réception in DKV, vol. 5/2, p. 674-734.

5  DKV, vol. 5/2, p. 15. Traduction française de Courtin (1866), revue et corrigée, Lessing, Laocoon, Paris, Hermann, 1990, p. 43.

6  Il s'agit du Novus linguae et eruditionis Romanae thésaurus de Johann Mathias Gesner (1747-1748).

7  Cette déclaration, au Livre VIII de Poésie et vérité (1812), qui se rapporte à l'époque des études universitaires de Goethe à Leipzig, est devenue locus classicus de la réception du Laocoon [DKV, vol. 5/2, p. 733 s.).

8  Documents signalés à la note 1, supra, p. 131.

9  La traduction française (cf. n. 2, supra, p. 132) dit, p. 120 : « Essayons maintenant de procéder par déduction. » Texte original : « Doch ich will versuchen, die Sache aus ihren ersten Gründen herzuleiten. »

10  Siegfried Seifert, Lessing-Bibliographie, Berlin — Weimar, 1973, p. 640-656.

11  Hans Christoph Buch, Ut Pictura Poesis. Die Beschreibungsliteratur und ihre Kritiker von Lessing bis Lukács, Munich, 1972.

12  Il est vrai que cette forme ne résulte pas d'un « plan », mais, elle aussi, de difficultés internes rencontrées au cours de l'entreprise.

13  Vue d'ensemble concise dans l'article « Deduktion » de K. Lorenz, in Historisches Wörterbuch der Philosophie, éd. Joachim Ritter, vol. 2, Bâle, 1972, col. 27 s. ; et J. Klein, « Deduktion, transzendentale », ibid., col. 28 s.

14  Exposé complet dans l'article « Induktion » de R. Ruzicka, S. Körner et H. Freudenthal, in Historisches Wörterbuch, éd. Joachim Ritter et Karlfried Gründer, vol. 4, Bâle, 1976, col. 333-334.

15  Ces centres d'intérêt étaient plus marqués chez son ami et proche parent Mylius, prématurément disparu.

16  Joachim Birke, « Der junge Lessing als Kritiker Gottscheds », in Euphorien 62 (1968), p. 392-404.

17  Joachim Birke, « Der junge Lessing als Kritiker Gottscheds », in Euphorien 62 (1968), p. 392-404.

18  Gotthold Ephraim Lessing, Werke, éd. Herbert G. Göpfert, vol. 4, Dramaturgische Schriften, éd. Karl Eibl, Munich, 1973, p. 144 (italiques comme dans l'édition originale).

19  Johann Christoph Gottsched, Sterbender Cato, 1731.

20  Dont on trouve un bon résumé dans Monika Fick, Lessing-Handbuch. Leben — Werk — Wirkung, Stuttgart — Weimar 2000, p. 216 s.

21  Exposé plus complet in DKV, vol. 5/2, p. 627-650.

22  Cf. n. 3, supra, p. 131.

23  Emil Grosse, « Über Lessings Handschrift des Laokoon und den Nachlaß zu demselben », in Archiv für Litteraturgeschkhte, 9 (1880), p. 144-171.

24  Elisabeth Blakert, « Grenzbereiche der Edition : die Paralipomena zu Lessings Laokoon », in editio, 13 (1999), p. 78-97. La critique de la notion de « Paralipomenon » dans cette pertinente étude reste peu convaincante, car aucune solution de remplacement plausible n'est proposée.

25  DKV, Bd. 5/2, p. 209.

26  Ibid.

27  Textes aisément accessibles in Moses Mendelssohn, Ästhetische Schriften in Auswahl, éd. Otto F. Best, Darmstadt, 1974, p. 173-197.

28  Tzvetan Todorov, « Ästhetik und Semiotik im 18. Jahrhundert. G. E. Lessing : Lao-koon », in Das Laokoon-Projekt. Pläne einer semiotischen Ästhetik, éd. Gunter Gebauer, Stuttgart, 1984 (p. 9-22), p. 14.

29  DKV, vol. 5/2, p. 217-252 (les notes de Mendelssohn et de Nicolai — comme dans les éditions antérieures — ont été imprimées en petits caractères au bas des esquisses de Lessing).

30  DKV, vol. 5/2, p. 13-16.

31  C'est ainsi que la traduction Courtin traduit Kunstrichter.

32  DKV, vol. 5/2, p. 14.

33  Document reproduit in DKV, vol. 5/2, p. 715.

34  Document reproduit ibid., p. 681.

35  Ibid., p. 18.

36  Johann Gottfried Herder, Werke, éd. Günter Arnold et al, vol. 2 : Schriften zur Ästhetik uni Literatur 1767-1781, éd. Gunter E. Grimm, Francfort/Main, 1993, p. 63.

37  DKV, vol. 5/2, p. 19 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 45.

38  DKV, vol. 5/2, p. 21 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 47.

39  Cf. « Ingeborg Hoesterey, Laokoon und Modernität. Eine Rettung », in Lessing Tearbook, XV, 1983 (p. 165-176), p. 173.

40  Inka Mülder-Bach, « Bild und Bewegung. Zur Theorie bildnerischer Illusion in Lessings Laokoon », in Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 66, 1992 (p. 1-30), p. 27.

41  DKV, vol. 5/2, p. 114 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 119.

42  DKV, vol. 5/2, p. 116 ; traduction (cf. n. 2, supra, p. 132), p. 119-120.

43  Cf. supra, n. 2, p. 137.

44  Das Laokoon-Paradigma. Zeichenregime im 18. Jahrhundert, ed.. Inge Baxmann et al, Berlin, 2000.

45  Cambridge, 1984.

46  Eva M. Knodt, « Negative Philosophie » und dialogische Kritik. Zur Struktur poetischer Theorie bei Lessing und Herder, Tübingen, 1988, en particulier p. 3 s.

47  Carol Jacobs, « The Critical Performance of Lessing's Laokoon », in Modern Language Notes, 102 (1987), p. 483-521.

48  Peter J. Burgard, « Schlangenbiß und Schrei : Rhetorische Strategie und ästhetisches Programm », in Streitkultur. Strategien des Überzeugens im Werk Lessings, ed. Wolfram Mauser et Günter Sasse, Tübingen, 1993, p. 194-202.

49  Wellbery (cf. n. 3, p. 142), p. 110.

50  Friedrich Gundolf, Shakespeare und der deutsche Geist, Berlin, 1911, p. 131 s.

51  Cité d'après Mülder-Bach (cf. supra, n. 1, p. 141), p. 12, n. 12.

52  Cité d'après DKV, vol. 5/2, p. 709.

53  Cité ibid., p. 708.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wilfried Barner, « Le Laocoon de Lessing : déduction et induction », Revue germanique internationale, 19 | 2003, 131-143.

Référence électronique

Wilfried Barner, « Le Laocoon de Lessing : déduction et induction », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2003, mis en ligne le 20 septembre 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/946 ; DOI : 10.4000/rgi.946

Haut de page

Auteur

Wilfried Barner

Professeur à l'Université de Göttingen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org