Navigation – Plan du site

Présentation

Pierre Pénisson et Norbert Waszek
p. 7-8

Texte intégral

1On se plaît à penser que les travaux qui suivent constituent un apport nouveau à la recherche herdérienne, ou plutôt la marque d’un changement. Les instrumentalisations nationalistes ont marqué longtemps la réception de l’œuvre, en Allemagne sans doute, mais aussi en France et ailleurs. Or il semble qu’ici les lourdes entités qui obnubilaient la lecture de l’œuvre herdérien ont volé en éclats. Par exemple sous le vocable de Volk, substantif si équivoque et aux connotations parfois suspectes, la fine analyse de Gerhard Sauder dégage une histoire et une mutation du sens au cours du développement de la pensée de Herder, et cette histoire coïncide avec la mutation étudiée par Reinhart Koselleck. C’est alors que la « germanité », comme substance et comme particularité, cesse de faire difficulté. Herder est, pour le dire ainsi, dénationalisé. Par exemple l’Europe, ou la fameuse « vieille Europe », ou l’Europe oppressant le reste du monde, ou une Europe porteuse d’universalité, est au cœur des réflexions de Herder, et Marc Crépon en montre l’originalité étonnante. Mais aussi, s’il est vrai que le jeune Herder avait à rejeter l’hégémonie française, c’était assurément en la fréquentant assidûment. L’« influence » de Rousseau en Allemagne fut autrefois l’objet de nombreux ouvrages, d’une généralité peu convaincante. On peut aujourd’hui réactualiser le rapport de Herder à Rousseau, pour ce qui touche les Confessions, comme le fait Jacques Le Rider, ou le discours sur l’inégalité, comme l’étudié Pierre Pénisson dans le Traité sur la langue de Herder. On peut alors prendre sous un regard nouveau le rapport aux philosophes français, tel que l’expose Roland Krebs. La méticuleuse démonstration de Wolfgang Pross indique, elle, la présence décisive de d’Alembert, comme mathématicien, dans la philosophie de l’histoire herdérienne, jetant de la sorte un pont entre l’histoire des mathématiques et l’épistemologie des philosophies de l’histoire. S’il y a un « moment » français dans la philosophie herdérienne, il ne s’agit pas d’un simple duel, et en ouvrant à nouveaux frais la mythique question d’Ossian, Norbert Waszek indique la dimension, historique mais aussi proprement philosophique, avec Hume, que prend alors l’Écosse.

2Il est remarquable que cette dénationalisation s’accompagne d’un élargissement diachronique. Le travail de Ulrich Gaier montre ainsi comment la culture et les problématiques de Herder, loin de s’en tenir à sa stricte contemporanéité, plongent leur racine dans des auteurs et en somme des « épistémés » oubliées de ses contemporains, d’où provient certainement ce décalage ou peut-être intempestivité qui marque l’œuvre de Herder et le situe entre tradition et innovation comme l’a montré Jean Mondot.

3Enfin, dépouillé des démons qui masquaient son œuvre, Herder peut être lu selon une actualité brûlante. Lia Formigari, dépassant les oppositions que l’on faisait naguère entre linguistique « cartésienne » et « herdérienne », donne une brillante lecture du difficile ouvrage qu’est la Métacritique de Herder au regard des récentes acquisitions des diverses disciplines linguistiques. Enfin, scrutant les textes exprimant les politiques linguistiques de l’administration européenne actuelle, Jürgen Trabant fait le constat d’un attristant recul de la réflexion par rapport aux idées herdériennes touchant la multiplicité des littératures.

4Les textes publiés dans le présent volume ont été présentés les 6 et 7 mars lors du colloque « L’Europe de la pluralité culturelle et linguistique. Herder et les Lumières » de la Fondation Singer-Polignac, dont les organisateurs scientifiques étaient Jacques Le Rider, Pierre Pénisson et Norbert Waszek. Les présidents de séance furent successivement M. Jean-Marie Goulemot, professeur émérite à l’Université François-Rabelais de Tours, Mme Myriam Bienenstock, professeur dans la même université, et M. Pierre-François Moreau, professeur à l’École normale supérieure de lettres et sciences humaines (Lyon). Le colloque était placé sous le patronage de M. Édouard Bonnefous, président de la Fondation Singer-Polignac, chancelier honoraire de l’Institut de France, ancien ministre d’État, et de M. Werner Paravicini, directeur de l’Institut historique allemand, membre associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui a bien voulu prononcer la conférence d’introduction et l’allocution de conclusion. Après avoir permis l’organisation de ce colloque et l’accueil d’un public nombreux dans le cadre magnifique de l’hôtel particulier du 43, avenue Georges-Mandel, la Fondation Singer-Polignac a rendu possible la publication intégrale des Actes. L’éditeur, les directeurs de la Revue germanique internationale et les éditeurs scientifiques de ce volume tiennent à exprimer ici leur profonde reconnaissance envers la Fondation Singer-Polignac pour son constant et généreux soutien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pénisson et Norbert Waszek, « Présentation », Revue germanique internationale, 20 | 2003, 7-8.

Référence électronique

Pierre Pénisson et Norbert Waszek, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2003, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/962 ; DOI : 10.4000/rgi.962

Haut de page

Auteurs

Pierre Pénisson

Professeur à l'Université de Paris VIII et chercheur associé au CNRS (UMR 8547)

Articles du même auteur

Norbert Waszek

Professeur à l'Université de Rouen et chercheur associé au CNRS (UMR 8547)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org