Navigation – Plan du site
L’anthropologie herdérienne

Herder et les matins du monde, l’anthropologie des origines dans le Traité sur l’origine du langage

Jean Mondot
p. 17-28

Résumés

Dans ses Fragmente de 1768, Herder dégage trois modes d’appréhension des origines : historique, philosophique, poétique. On peut retrouver ces catégories dans le Traité. L’origine historique est malaisée à préciser en raison d’un temps d’apparition de l’homme antérieur au temps originel, mais cette antériorité n’empêche pas le repérage d’un temps des origines où se développèrent les langues primitives parmi lesquelles la langue hébraïque. Herder a également recours à une séquence philosophique pour détailler la constitution de l’acte langagier à partir d’une hypothèse anthropologique clairement développée par contraste avec la nature animale. Cette anthropologie naturelle participe évidemment du grand processus de sécularisation qui caractérise la réflexion sur l’homme au xviiie siècle. Ayant analysé ce moment de constitution du langage, il réinscrit l’homme et la langue dans un contexte historique primitif que son imagination poétique se plaît alors à évoquer, à faire vivre et revivre. L’anthropologie herdérienne des origines est marquée par les grands sentiments, les grandes émotions, la poésie. Elle est ouverte aussi sur le présent grâce à la correspondance mise à jour entre l’enfance du monde et le monde de l’enfance, les matins du monde et les aurores de toute vie. Mais cette origine poursuivie historiquement, philosophiquement et poétiquement s’avère pour finir — et c’est une partie neuve du Traité — relative, sinon fictive. D n’y a pas d’origine absolue, car la langue est toujours là, comme diront plus tard Benveniste et Foucault, et elle est en outre toujours en évolution, jamais achevée. C’est qu’il y a en l’homme une force, une énergie qui ne disparaît qu’avec lui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Johann Gottfried Herder, « Fragmente über die Bildung einer Sprache », in « Über die neuere deutsch (...)
  • 2  Herder, « Wie die Philosophie zum Besten des Volkes allgemeiner und nützlicher werden kann ? », co (...)

1Deux notations de Herder peuvent servir de point de départ à notre réflexion. La première provient des Fragmente de l’édition de 1768 : « Philosopher sur l’origine de ce qui est, est toujours l’un des domaines les plus plaisants où s’égarer pour la curiosité humaine. »1Elle suggère bien cette fascination des origines, sensible dans tous ses écrits de jeunesse, et introduit dans l’austérité de la réflexion philosophique une part inattendue mais bienvenue de plaisir et d’agrément. La deuxième notation, plus connue, utilise de façon relativement précoce et neuve dans les écrits de ce temps le terme même d’anthropologie. On la trouve dans l’essai intitulé : « Comment la philosophie peut devenir plus générale et plus utile dans l’intérêt du peuple ? ». Herder propose entre autres choses à cet effet la « réduction de la philosophie à l’anthropologie » (die Einziehung der Philosophie auf die Anthropologie)2.

  • 3  Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, cité d’aprés l’édition Deutscher Klassiker Verla (...)
  • 4  Cf. Wolfgang Pross, Nachwort, in Johann Gottfried Herder Werke, Bd II, Herder und die Anthropologi (...)

2S’intéresser aux origines, tenter de décrypter les temps primitifs en se référant à l’ordre seulement naturel du monde ou avec les mots de Herder à « l’ordre naturel du genre humain » (die Naturordnung des menschlichen Geschlechts)3, c’est déjà prendre une option claire sur le récit de la naissance de la langue et plus généralement sur la place de l’homme dans l’univers, en fait d’ailleurs sur son décentrement consécutif aux révolutions scientifiques intervenues au siècle précédent. C’est en effet, dès le départ, renoncer à des interventions divines et c’est donc aussi se placer dans une perspective qui attend encore son signifiant, mais qui est clairement celle de l’extension de la connaissance naturelle de l’homme, qui se propage depuis le début du siècle. W. Pross a parlé à juste titre de l’anthropologie comme d’une « discipline sans concept »4 et il est vrai que le terme n’apparaîtra que tardivement dans son acception moderne même si, on l’a vu, Herder en fait une utilisation précoce dans son œuvre et dans son temps (1768). Mais objectivement, le signifiant est en retard sur le signifié. Ce qui importe pour l’instant, c’est de noter l’intention proclamée d’évoquer les origines sans convoquer les puissances supérieures, attitude qui n’est assurément pas neuve à ce moment du siècle, mais qui, pour un pasteur, ne manque pas de hardiesse. On trouvera dans cet essai d’autres exemples d’insolence hétérodoxe.

  • 5 In « Fragmente über die Bildung einer Sprache », comme p. 17, n. 1, p. 601 : « [...] den Ursprung s (...)

3Herder affirme donc son choix philosophique et, dans le même texte que nous avons cité où il confessait son goût pour le temps des origines, il annonce les trois modes de lecture possibles de ces origines. Il distingue une lecture historique, une lecture philosophique et une lecture poétique.5Nous verrons qu’il respectera ce programme, même si les catégories ne peuvent pas toujours être aussi soigneusement séparées que dans cette annonce programmatique. Nous étudierons d’abord ces variations sur le thème de l’origine telles qu’elles apparaissent dans le Traité, avant, dans un deuxième temps, d’observer les avantages et les limites de l’hypothèse originelle. Nous nous interrogerons in fine sur la position de l’anthropologie herdérienne dans les débats du siècle, notamment dans la perspective de la critique foucaldienne développée dans Les mots et les choses.

  • 6 Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, cité d’après l’édition Deutscher Klassiker Verlag (...)
  • 7  Comme p. 17, n. 3, p. 698.
  • 8  Ibid., p. 702.
  • 9 Ibid., p. 705.
  • 10 Ibid., p. 704.

4La lecture historique des origines se heurte dès la première phrase du Traité à une difficulté : où situer dans l’échelle du temps cet état de l’homme qui le rapproche de l’animal au point de lui faire pousser le même type de cris. Or Herder n’envisage pas une composante animale permanente de la spécificité humaine. Il indique bien par un adverbe de temps (schon) qu’il s’agit d’un état antérieur à l’état de la langue originelle : « Déjà comme animal l’homme a un langage » (schon ab Tier hat der Mensch Sprache)6. Et toute la démonstration conduite par la suite va consister, on le sait, à prouver que la langue ou le langage des animaux n’a rien à voir avec celle/celui des hommes et que les hommes eux-mêmes sont essentiellement distincts des animaux. Considérons ici seulement l’indication de temporalité : elle demeure, il faut le dire, très imprécise. D’autant qu’après ce temps incertain d’extériorisation commune à l’homme et à l’animal arrivent, naissent, adviennent les langues de l’origine. Or ces langues de l’origine incluent en elles des vestiges de cette extériorisation initiale. En général, elles se caractérisent elles-mêmes par un état de sauvagerie dont nous verrons aussi qu’il peut n’être pas absent des langues contemporaines, soit qu’elles aient été par leur localisation tenues à l’écart du cours de l’évolution et donc demeurées anciennes, c’est-à-dire proche des origines, soit que cet état se soit sporadiquement perpétué au sein même des langues modernes évoluées. Ces langues de l’origine ont en tout cas beaucoup emprunté à la langue initiale de la nature (Sprache der Natur)7et les plus vieilles de ces langues sont restées les plus sauvages, c’est-à-dire qu’il y a régné un désordre total des vocables et des sons qui se sont longtemps refusés à l’écriture. Lors du passage à l’écrit, beaucoup de la force originelle de ces langues s’est perdue. Ces langues seulement parlées au début, aux sonorités confuses, mêlées (unausgesondert)8, inarticulées (unartikuliert)9, chaotiques ont fait pressentir le souffle originel divin (Othem Gottes10dont procèdent à la fois l’âme, la vie et le langage. De ces sonorités primitives, on retrouve des vestiges qui ne sont pas d’ordre lexical mais plutôt émotionnel. Ils correspondent à un fonds d’émotions immémoriales qui ne disparaissent jamais totalement et que l’on peut repérer encore dans les langues de l’origine et, comme à l’état de traces, dans les langues de l’homme moderne.

  • 11 Ibid., p. 701.
  • 12  Ibid., p. 701.
  • 13  Chez Buffon le terme de dégénération, distinct de la dégénérescence, renvoie à un processus évolut (...)
  • 14  On peut penser que Herder sortira de la contradiction avec sa théorie des cycles de civilisation, (...)

5Notons donc qu’il y aurait eu un temps préoriginel, impossible à situer précisément car seulement présent dans des vestiges d’affects et d’émotions. Rayonnement fossile venu du fond des âges et d’une source à jamais perdue. Mais cette incertitude initiale ne remet pas en cause l’apparition de ces « langues de l’origine » (die Sprachen des Ursprungs)11. Herder, sans être d’une grande précision, suggère à leur propos une temporalité plus repérable. Il fait intervenir en effet en point de fuite un deuxième temps de l’évolution de la langue, la langue moderne. Or cette « langue métaphysique tardivement inventée »12 est apparue comme une variation au quatrième degré après de longs millénaires de « dégénération » (Abartung) auxquels s’ajoutent des siècles de « raffinement, de civilisation, d’humanisation ». Ici, bien sûr, se présente une autre difficulté : c’est la compatibilité d’une « dégénération » observée – même s’il faut tenir compte d’une acception buffonienne du terme13 — avec l’idée de perfectionnement développée d’autre part14. Mais laissons de côté cette difficulté spécifique et examinons la datation herdérienne : si l’on fait le compte à rebours, on obtient la naissance des langues dites modernes vers le ixe et xe siècle après J.-C. Cette naissance/invention – et déjà l’inadéquation du vocabulaire est symptomatique — a été précédée de quelques millénaires d’évolutions entamées au moins trois mille ans auparavant, c’est-à-dire à ¤1 2000 avant J.-C. On notera encore une fois qu’en dépit de cette chronologie qui rapproche ou touche même les chronologies sacrées, Herder en reste à son option d’histoire naturelle, en donnant ici au mot histoire une acception d’historicité qu’il n’a pas encore dans le syntagme usuel du début du xviiie siècle. Reste qu’il y a un temps des origines, approximativement datable, dans la présentation de Herder.

  • 15  Comme p. 17, n. 3, p. 704, 752.
  • 16  Ibid., p. 753.
  • 17  Ibid., p. 809, voir aussi p. 798 l’expression : « Eine morgenlandische Urkunde [...] ۚ».

6Ces langues de l’origine désignent souvent ce qu’il appelle les langues orientales englobant aussi l’hébreu. Pour finir, il leur associera de façon transhistorique, les langues du Brésil, des Hurons et des Grecs. Mais cette désignation ( « langues orientales » ) n’est pas innocente. En assimilant la langue hébraïque à un ensemble culturel plus vaste, l’Orient, il contribue à la désacraliser. Présentée comme une langue parmi d’autres, elle perd son privilège divin. D’ailleurs à plusieurs reprises, il la qualifie de « prétendue première langue divine » (die sogenannte erste göttliche Sprache)15. Pour lui ôter définitivement et clairement tout statut divin ou tout rapport privilégié au divin, il ajoute quelques adjectifs dont la forme superlative « la plus pauvre, la plus ancienne, la plus originelle » (die ärmste, die älteste, die ursprünglichste)16ne permet cependant pas de lui donner un avantage compensatoire. Il désigne deux fois la Bible de façon périphrastique comme « l’écrit oriental » (morgenländische Schrift)17. Il l’utilise du reste non comme un livre saint mais comme objet de ces réflexions linguistiques et surtout comme argument décisif en faveur de l’origine humaine de la langue. Cette langue « orientale » révèle en effet, selon lui, par la distorsion entre la transcription scripturale et l’expression orale, l’ancienneté de son établissement. Mais l’imperfection de son système de sonorités et d’écriture trahit l’origine non pas divine mais humaine de la langue ayant servi à sa rédaction. Sans doute cette approche très « scientifique » ou du moins objective de la langue la plus ancienne correspond-elle aussi aux recherches menées à la même époque par les néologues sur le texte biblique.

7Pourtant l’état sauvage, le primitivisme des langues de l’origine ne suffisent pas à expliquer le processus langagier lui-même auquel Herder s’intéresse. Pour exposer ce processus langagier, c’est-à-dire ici de constitution du langage humain, Herder va carrément suspendre le temps et la chronologie et présenter hors chronologie le processus initial de verbalisation. C’est le moment de l’origine philosophique. L’utilisation à des fins heuristiques de l’origine est un procédé courant de l’épistémè de l’âge classique si l’on veut utiliser les catégories de Foucault. Il s’agit de découper dans le tissu temporel un moment spécifique, considéré comme inaugural et matriciel — génétique dirait Herder — pour tenter d’isoler un phénomène et, par un effet de « ralenti », de repérer les séquences successives qui en explicitent le déroulement et permettent de transformer l’ordre de la temporalité en celui de la causalité.

  • 18  Comme p. 17, n. 3, p. 719.

8Dès le départ, on peut noter deux moments de parenthèse temporelle dans le début du Traité, le premier correspond à la description contrastive de l’homme et de l’animal. Herder tente de décrire et d’expliquer le paradoxe humain fait de faiblesse et de force. Le deuxième se concentre sur la description du processus langagier. Première parenthèse temporelle : Herder, après avoir présentera capacité d’adaptation immédiate des animaux à leur zone d’activité terrestre, lui oppose la faiblesse en quelque sorte structurelle de l’homme dépourvu de ces outils spécialisés. Mais cette opposition est doublement hors du temps, car l’homme n’est jamais dans cet état ou dans ce temps de faiblesse et d’abandon, il est toujours aussi doté de raison et de langage. La narration et l’exposition amènent donc Herder à faire se succéder deux aspects de la réalité humaine telle du moins qu’il la décrit alors qu’ils sont en fait concomitants. Évoquant sa « capacité réflexive », il écrit : « L’homme doit la posséder nécessairement dans le premier état puisqu’il est homme. »18 Ce récit de la genèse de la langue ne nous dit donc pas comment la raison vient aux hommes, puisqu’elle est originellement et par essence là et qu’il n’y a pas d’état antérieur dans lequel elle ne serait pas. Un peu plus tard, dans le Traité, Herder démonte lui-même l’artifice de cette présentation. Il trace tout d’abord un portrait désolant de la conditio humana :

  • 19 Ibid, p. 769.

Considéré comme un animal sans instinct, l’homme est l’être le plus misérable. Il n’a nul obscur mouvement d’instinct qui le porte dans son élément et dans son cercle d’action vers sa subsistance et ses tâches. Nul odorat et nul flair qui le jette sur les plantes, afin qu’il puisse assouvir sa faim ! Nul aveugle et mécanique instituteur qui construise son nid à sa place ! Faible et dépendant, exposé au conflit des éléments, à la faim, à tous les dangers, aux griffes de tous les animaux les plus forts, voué à mourir de mille morts, ainsi se présente-t-il ! solitaire et isolé ! Sans l’enseignement immédiat de sa créatrice, et sans la conduite sûre de sa main, donc de tous côtés perdu19.

  • 20 Ibid., p. 769.
  • 21 Ibid., p. 715.
  • 22 Ibid,, p. 715.

9Tableau pathétique, presque désespérant, mais qui s’interrompt brusquement et dont l’auteur détruit en quelques mots les effets : « Pourtant si vivant que soit ce portrait, ce n’est point le portrait de l’homme — ce n’est qu’un des côtés superficiels, et placé, qui plus est, dans un faux jour. »20 Mais on voit cependant l’intérêt extra-heuristique de la préservation de ce temps de faiblesse et d’impuissance. En isolant ce diagnostic de faiblesse, né de la comparaison avec le dispositif animal, Herder peut s’abandonner à une déploration qui en toute logique n’aurait pas lieu d’être – l’homme n’étant pas d’abord faible et ensuite fort mais immédiatement l’un et l’autre, et en fait dominateur – mais qui autorise une dramatisation du récit anthropologique. Ainsi, il réintroduit de l’affect et de l’émotion dans le discours. L’homme est présenté comme la créature la plus orpheline de la création tandis que cette « économie de la nature » (Haushaltung der Natur)21, qui le dote en compensation de la raison et du langage, réduit un peu cette injuste dureté et laisse malgré tout pressentir l’ombre tutélaire d’un ordre naturel-maternel qui garantit contre toute catastrophe, tout anéantissement définitif. Le vocabulaire (verwaisestste ou Stiefmutter, etc.)22 trahit encore à cet égard des adhérences quasi religieuses. Mais au moment où Herder fait émerger naturellement de la faiblesse instinctive humaine la force salvatrice de la raison, le récit anthropologique se fait anthropodicée. On notera dans ce récit aussi la présence d’une force à la fois comme concept et comme réalité. C’est dans l’anthropologie herdérienne un élément décisif.

  • 23 Ibid., p. 722.
  • 24  Voir Wolfgang Pross, comme p. 18, n. 1, p. 959 : « Das gesamte Beispiel des Schafes ist Mendelssoh (...)

10La deuxième parenthèse temporelle dans ce récit des origines est occupée par la description minutieuse, détaillée du processus langagier, de l’acte de verbalisation qui fait passer de l’impression sensorielle à l’expression langagière. Nous sommes encore partiellement hors du temps historique, mais dans un temps néanmoins originel et fondateur, premier sinon primitif, c’est le temps à décomposer et à déchiffrer de la mise en route du processus langagier. Le « ralenti » de la narration doit ici aussi permettre de repérer l’enchaînement des effets et des causes. En fait, on peut parler d’un système/moteur langagier à deux temps : tout d’abord l’exposition au monde extérieur, « l’océan des sensations »23 qui s’impriment de façon sélective dans la conscience humaine par l’intermédiaire ou plutôt le canal des sens. La différence avec la statue condillacienne ne résulte pas seulement d’une autre hiérarchie sensorielle, mais aussi et surtout du dynamisme de l’homme herdérien des origines et de son inscription dans un environnement aux contours historiques vagues mais néanmoins perceptibles. On sait en effet que l’input sensoriel se transforme à l’aide de la Besonnenheit/réflexion en un output verbal ou langagier, mais dans un contexte spécifique qui ne manque pas d’exercer son influence ou même d’imposer sa marque à la langue ainsi produite. On voit ici comment Herder s’éloigne de la parenthèse extra-temporelle pour réintégrer le temps historique qui reste celui des origines, c’est-à-dire un temps premier, primitif, mais vivant et possédant des caractéristiques propres. D’ailleurs, pour illustrer ce mécanisme de la dénomination des choses et des êtres, Herder se sert d’éléments empruntés à un univers simple et agreste. Songeons, par exemple, au bêlement signalétique du mouton — repris de Mendelssohn24 – caractéristique selon lui de la procédure de repérage acoustique supérieur à tout autre. Les autres exemples renvoient à une culture rurale du même ordre. Il s’agit d’arbres, de ruisseaux, etc. Mais ce monde primitif et inaugural est doté d’autres caractéristiques qui relèvent davantage de la poétique des origines que de la philosophie et qui doivent maintenant être étudiées.

11Nous avions signalé d’entrée ce goût de Herder, voire cette fascination pour le temps des origines. Car ce temps n’est pas pour lui un temps historique abstrait ou une hypothèse philosophiquement utile, c’est un temps qui l’inspire, qui fait jouer son imagination, qui surtout touche sa sensibilité.

  • 25 Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 740.
  • 26 Ibid.,. p. 745
  • 27 Ibid., p. 738.

12Il aime ce moment où l’homme « qui vient d’être créé » ( « neugeschaffen »)25« fait son entrée dans le monde »26. Mais surtout, il aime la créature des premiers âges avec ces caractéristiques propres. Il avoue dans le Traité : « Une créature humaine, sensible, c’est en y pensant de la sorte que je l’aime »27 et il ajoute, décrivant sa vision de l’homme des origines :

  • 28 Ibid., p. 738 s.

[...] je vois partout l’être faible, craintif, affecté du sentiment, qui doit aimer ou haïr, se fier ou redouter et qui voudrait étendre à tous les êtres ces sensations qui gonflent sa poitrine. Je vois partout la créature faible et cependant puissante, qui a besoin de tout l’univers et implique tout avec elle dans la guerre ou dans la paix ; qui dépend de tout et cependant règne sur tout28.

  • 29 Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 738.
  • 30 Ibid., p. 739.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid., p. 755.
  • 33 Ibid., p. 743.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., p. 769.

13Etrange tirade dans un ouvrage philosophique consacré à la naissance de la langue. Brusque irruption, intrusion de la subjectivité ( « j’aime, je vois » ), mais qui montre bien toute la fascination qu’exerce ce stade de l’évolution des hommes et des peuples sur Herder. Peut-on analyser les composantes de cette fascination ? Le stade primitif est d’abord un temps des sensations fortes, des sentiments entiers : « aimer, haïr, se fier, redouter », un temps aussi où l’homme vit dans une tension permanente avec son environnement naturel. Il ne connaît pas l’indifférence, il entretient des rapports personnels avec la nature. Il l’habite et la possède par des mots. Rien de l’univers ne lui est indifférent, de même que l’univers, dans son esprit, n’est indifférent à rien de ce qu’il est ou de ce qu’il fait. À la naturalisation de l’homme correspond ou répond l’humanisation spontanée de la nature. Dans ce monde sauvage et primitif, l’affect est roi et le sentiment tout, ou, plus précisément, le sentir est tout ; c’est le mode même de la rencontre et de la perception du monde. L’homme primitif éprouve son environnement naturel dans une espèce de tutoiement égalitaire ( « Cela agit comme toi selon ses passions » )29. Il n’est pas jusqu’au discours sur la langue qui ne soit lui-même contaminé par l’omniprésence de ce sentir, de ce sentiment, de cette sensualité aussi. L’homme des origines donne aux mots un genre, un sexe. Herder écrit très précisément : « genitalien »30. Et il le leur donne pour qu’ils s’accouplent (sich begatten)31. C’est un temps marqué par la « fécondité et l’énergie » (Fruchtbarkeit und Energie)32. C’est que la langue est à l’image de l’homme qui la crée, l’invente, la forme. Mais l’image renvoyée par cette création est celle d’un homme qui aime les passions fortes, brutales, impérieuses, frustes. On pourrait multiplier les citations : tantôt il parle d’un « homme naturel, grossier et sensuel, inexpérimenté et fort » (roher sinnlicher Naturmensch, ungeübt und stark)33, tantôt il qualifie son esprit « de viril et audacieux » (männlich und kühn)34. Il le présente aussi comme un « être actif à la pensée libre » (freidenkendes tätiges Wesen)35. Mais la passion est un maître mot de ce monde des origines ainsi que l’intérêt. On a donc affaire à une construction anthropologique qui conjugue les apports et les thèses de Rousseau, Shaftesbury et peut-être aussi d’Helvétius avec ses passions égoïstes. Mais c’est cet homme-là du sentiment et de la passion qui élabore une langue transparente à son créateur. Elle n’est pas seulement moyen de communication, mais chaîne/lien indispensable à la communauté, qui conserve et entretient dans et par elle ses mythes et ses héros et use de la poésie comme un mode d’expression sacré et spontané de l’âme des hommes et des peuples.

  • 36 Ibid., p. 701 : « Wir spätergebildeten Völker [...]. »

14Mais si tout cela touche tant l’auteur du Traité et en général les hommes des « cultures tardives » (spätgebildet)36ceux des époques modernes, c’est que ces peuples primitifs sont l’enfance du genre humain, et qu’il demeure une parenté mystérieuse, mais aux yeux de Herder évidente entre l’enfance de l’homme, de tout homme, et l’enfance du genre humain. L’enfance de la langue a des liens étroits avec la langue de l’enfance et ces poésies venues de l’enfance du genre humain nous rappellent à nous, hommes d’aujourd’hui, le temps de l’enfance, de notre enfance, du « matin du monde ».

  • 37 Comme p. 17, n. 1, p. 611.

Tout nous rappelle le matin du monde, lorsqu’une nation formait sa langue selon sa bouche, son oreille, son œil et parlait pour l’oreille et pour l’œil37.

15Analysant la marque indélébile laissée par l’enseignement des parents dans l’âme de l’enfant, il écrivait :

  • 38 Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 786.

Sa vie durant, ces premières impressions de son enfance, ces images de l’âme et du cœur de ses parents, vivront et agiront en lui : avec le mot reviendra le sentiment qui avait alors submergé son âme : avec l’idée du mot, toutes les idées accessoires qui s’étaient alors présentées à lui avec le premier regard auroral dans le royaume de la création — elles reviendront et agiront avec plus de force que la pure, la claire idée principale elle-même38.

16Un peu plus loin, il soulignait le parallèle entre ces temps des premiers hommes et notre propre enfance :

  • 39 Ibid., p. 787.

Les mots de l’enfance — ces premiers compagnons à l’aurore de notre vie ! avec lesquels notre âme tout entière en même temps se formait, quand les méconnaîtrons-nous ? quand les oublierons-nous ? C’est que notre langue maternelle est le premier monde que nous avons vu, [...]39.

17Ces premiers temps dédivinisés par l’anthropologie mais resacralisés par le souvenir et la poésie, ce jardin perdu mais jamais oublié des enfances du monde témoigne bien de l’empathie de l’auteur pour ces époques neuves et inaugurales.

  • 40 Ibid., p. 796.

18Mais le partage transhistorique de ces premiers matins ne doit pas faire oublier que l’évocation des hommes forts, robustes, énergiques, actifs, représentatifs de cette humanité primitive avait aussi une fonction critique vis-à-vis de l’époque moderne, de ces « époques sans ressorts » (nervenlose Zeiten)40d’aujourd’hui, dépourvues d’énergie créatrice et bien incapables d’inventer une nouvelle langue. On trouve dans la première loi de la deuxième partie du Traité une évocation contrastive, significative du dynamisme créateur des peuples primitifs et/ou sauvages.

  • 41 Ibid., p. 781.

Là, elle [toute l’âme humaine indivise] a assez de sensibilité et, pour ainsi dire, d’instinct pour percevoir le son plein et les marques produites par la nature vivante, avec une plénitude qui n’est plus en notre pouvoir41.

  • 42  Panajotis Kondylis, Die Aufklärung im Rahmen des neuzeitlichen Rationalismus, Hamburg, Meiner, 200 (...)

19Il serait aisé de multiplier là aussi les citations. Cette attitude kulturkritisch se retrouvera, on le sait, dans Auch eine Philosophie der Geschiehte. Sans doute doit-elle à ce stade encore beaucoup à Rousseau. Ce qui est sûr, c’est que dans cette évocation des premiers âges, des temps primitifs et/ou sauvages, on rencontre cette « réhabilitation du sensoriel et du sensuel » dont parle Panajotis Kondylis42. Herder s’oppose non seulement à une certaine frilosité « bourgeoise » mais aussi fondamentalement à l’intellectualisme du wolfianisme.

  • 43  Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 735.
  • 44 Ibid., p. 807.

20L’exploration de l’origine des langues et de l’homme entreprise par Herder répondait exactement à l’intention anthropologique, c’est-à-dire l’extension du domaine de l’investigation scientifique ou encore le rattachement de l’homme à l’histoire naturelle. Nous avons vu comment Herder a laïcisé la représentation des origines. Non seulement il a porté la contradiction aux thèses de Süβmilch, parfois au prix d’une simplification de ces thèses, mais il lui est arrivé de renvoyer de façon quasi voltairienne l’intervention divine au domaine du conte de fées et de l’opéra43. D’autre part, il a systématiquement, nous l’avons vu, réinséré le texte sacré de l’Ancien Testament dans un ensemble culturel et historique plus large, celui des cultures orientales. Il a seulement concédé, mais du bout des lèvres, une possible primauté historique à la langue hébraïque. Et s’il privilégie l’hypothèse monogénétique, il la fonde sur des éléments géologique et géographique liés par exemple aux thèses neptuniennes d’une part, et à la science des climats d’autre part. Sa volonté de sécularisation/laïcisation n’est même pas dépourvue d’une pointe polémique relevant clairement de l’anticléricalisme anticatholique. Lorsqu’il dit par exemple que l’évolution, les progrès du monde ont été continus et qu’ils n’ont été interrompus que par certaines catégories barbares de population tels que « les Perses, les Tartares, les Goths et les curés » (Perser, Tataren, Goten und Pfaffen)44, les prêtres/curés étant ici les barbares d’aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de songer à un auteur français proche. Il est vrai que ce dernier trait avait peut-être pour objectif à peine dissimulé de flatter ses lecteurs de Berlin où l’auteur français évoqué avait dans le domaine de l’anticléricalisme au moins un disciple puissant et zélé.

21La méthode consistant à naturaliser et/ou humaniser les origines avait du point de vue de l’anthropologie une double utilité : elle la constituait en même temps qu’elle la mettait en œuvre. L’anthropologie des origines était donc nécessairement à l’origine de l’anthropologie. Il fallait, pour rendre possible l’étude de la langue et plus généralement celle de la nature humaine, repousser au-delà du périmètre d’investigation les hypothèses religieuses ou comme on disait alors métaphysiques, avant de s’attaquer au phénomène langagier avec des méthodes empruntées à l’histoire naturelle, mais aussi à la psychologie ou à l’ethnologie (Herder parle de Völkerforschet) réunies sous le vocable englobant de l’anthropologie.

22L’étude des origines offrait alors quelques commodités heuristiques. Elle permettait de concentrer l’analyse sur la génétique langagière proprement dite, c’est-à-dire d’explorer in nuce le processus constitutif et surtout évolutif des langues et du langage. L’idée étant qu’il y avait, qu’il pouvait y avoir un nucleus originel d’où procédait ensuite le grand développement des langues.

  • 45  Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 754.
  • 46 Ibid., p. 789.
  • 47 Ibid., p. 801.
  • 48 Ibid., p. 807.

23L’exercice pourtant a révélé à l’usage ses limites et l’hypothèse originelle ses contradictions internes. Herder, à mesure qu’il avance dans le déploiement de son argumentation, remet d’ailleurs en cause la notion même d’origine. Il exprime ses doutes dès la première partie du Traité : « [...] je ne crois pas pour bien des raisons que les origines de la première langue humaine, quand ce serait l’hébreu, puissent être jamais complètement développées. »45 Il y a là, à propos de la première langue, comme la prise de conscience d’une étrangeté à jamais inaccessible, d’une opacité des cultures primitives/anciennes aux cultures modernes impossible à éclairer. Herder expérimente dans ce contexte la notion de singularité des cultures et des identités. Mais il est une autre raison plus fondamentale qui fait obstacle à une élucidation complète du processus originel, c’est qu’il n’y a peut-être pas d’origine, en tout cas pas de point originel d’où tout partirait. Il n’y a pas eu un big-bang langagier d’où tout le développement de toutes les langues serait issu. Herder approche peu à peu de cette vérité. Il constate d’abord que la langue est en progression et en formation constante : « [...] La langue que le père et la mère enseignaient aux enfants était déjà formée chez eux, mais fallait-il pour cela que la langue fût entièrement formée [...] ? »46 Il découvre ensuite le principe de la progression, de l’amélioration constante de toute œuvre humaine : « [...] jamais non plus une seule aptitude de cette espèce ne fut là d’un seul coup tout entière, comme chez les animaux : en vertu de toute l’économie, elle fut toujours en progrès en marche : ne visant rien qui fût tout inventé, comme la construction d’une alvéole ; mais tout dans l’invention, dans l’activité incessante. »47 Et pour terminer, cette mise en doute plus claire encore : « [...] Cette langue tant admirée, est-elle la langue de l’origine ? ou n’est-elle pas déjà l’enfant de siècles entiers et de bien des nations. »48Mais au fond il s’en était expliqué de manière à la fois synthétique et éclairante dans liber die Bildung einer Sprache :

  • 49  Herder, Fragmente, comme p. 17, n. 1, p. 604.

En outre aucune invention humaine n’est là tout d’un coup et surtout pas la première et la plus grande des inventions, la langue ! Elle n’a pas été immédiatement ce qu’elle est devenue et ce qu’elle est. Car regardez. Ce fleuve majestueux : il jaillit d’une source qui serait sinon restée inconnue si elle n’avait mis au monde ce fils. Et la source elle-même ? C’est plus difficile ! Elle est sortie d’un lieu caché : a vu le jour peu à peu ; son origine, personne n’a voulu la remarquer et il y a suffisamment à expliquer pour comprendre comment elle a pu voir le jour49.

  • 50  Emile Benveniste, « De la subjectivité dans le langage », in Problèmes de linguistique générale 1, (...)
  • 51  Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 341.

24C’est dire que la notion d’origine était finalement incompatible avec son idée de la langue et assurément aussi du genre humain. Mais cette perception d’une langue sans commencement ni fin et donc sans origine ni limite était peut-être la partie la plus audacieuse de la réflexion herdérienne. Elle se rapprochait de la constatation plus tardive de E. Beveniste : « Nous sommes toujours enclins à cette imagination naïve d’une période originelle où un homme complet se découvrirait un semblable également complet et entre eux peu à peu le langage s’élaborerait. C’est là pure fiction. Nous n’atteignons jamais l’homme séparé du langage et nous ne le voyons jamais l’inventant. »50 Foucault généralise cette constatation. « C’est toujours sur un fond de déjà commencé que l’homme peut penser ce qui vaut pour lui comme origine. »51 On trouve chez Herder à la fois cette élaboration d’une fiction de l’origine et pour finir la prise de conscience des limites de cette fiction.

  • 52  Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 715.

25Mais là n’est pas le seul mérite du texte herdérien. Il semble que par rapport à l’histoire naturelle en train d’évoluer fortement au xviiie siècle et qui passe de la taxinomia universelle à l’élucidation génétique, de l’inventaire descriptif à l’étude des évolutions avec notamment Buffon, il semble que Herder ait su préserver une notion d’avenir, celle d’énergie, de Kraft. On la trouve tout au long de son Traité. Depuis la première section où, après avoir relevé l’apparent déficit instinctif de l’homme, il constate : « Il doit y avoir au lieu des instincts d’autres forces cachées qui sommeillent en lui ! »52 II proteste contre une conception potentialiste de Rousseau, et, à une potentialité raisonneuse, il oppose une force de penser immédiatement présente. Les sens de l’homme sont pour lui comme la manifestation, l’extériorisation de la force positive de l’âme. Nous avons déjà noté la présence de la « fécondité et de l’énergie » des temps primitifs et l’énergie est sans doute un bon synonyme pour cette force présente en l’homme. Au début de la seconde partie, il rappelle encore que cette capacité langagière et raisonneuse dont la nature a doté l’homme est une force vivante qui agit immédiatement. Or cette notion de force qu’on retrouvera plus tard dans les Ideen et qui lui sera tellement reprochée par Kant dans la polémique qui s’ensuivra, cette notion de force et d’énergie qui vient sûrement de Leibniz a peut-être eu une traduction au niveau des sciences de la vie, de la biologie, avec la notion de vivant que Cuvier va développer au tournant du siècle. Or c’est l’avènement de cette notion de vivant qui sert parmi d’autres à Foucault de marqueur pour le passage de l’épistémè de l’âge classique à celle de l’âge moderne. Si bien que d’une certaine manière on pourrait considérer que Herder, plus tôt que ne le dit Foucault, pose les jalons d’une mutation décisive de la perspective scientifique.

Haut de page

Notes

1 Johann Gottfried Herder, « Fragmente über die Bildung einer Sprache », in « Über die neuere deutsche Literatur. Fragmente. Erste Sammlung. Zweite völlig umgearbeitete Ausgabe. 1768 », in Frühe Schriften 1764-1772, éd. par U. Gaier, Deutscher Klassiker Verlag, Frankfurt am Main, 1985 [Johann Gottfried Herder Werke in zehn Bänden], p. 601

2  Herder, « Wie die Philosophie zum Besten des Volkes allgemeiner und nützlicher werden kann ? », comme note précédente, p. 132.

3  Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, cité d’aprés l’édition Deutscher Klassiker Verlag comme note 1, p. 711.

4  Cf. Wolfgang Pross, Nachwort, in Johann Gottfried Herder Werke, Bd II, Herder und die Anthropologie der Aufklärung, München, Hanser, 1987, p. 1128 et s.

5 In « Fragmente über die Bildung einer Sprache », comme p. 17, n. 1, p. 601 : « [...] den Ursprung selbst wissen zu wollen :ihn entweder historisch zu erfahren, oder philosophisch zu erklären, oder dichterisch zu mutmaßen. »

6 Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, cité d’après l’édition Deutscher Klassiker Verlag comme p. 17, n. 3, p. 697. Les traductions du Traité sont empruntées à Johann Gottfried Herder, Traité de l’origine du langage, traduit de l’allemand par Denise Modigliani, Paris, 1992. Les références au texte du Traité renverront à l’édition allemande.

7  Comme p. 17, n. 3, p. 698.

8  Ibid., p. 702.

9 Ibid., p. 705.

10 Ibid., p. 704.

11 Ibid., p. 701.

12  Ibid., p. 701.

13  Chez Buffon le terme de dégénération, distinct de la dégénérescence, renvoie à un processus évolutionniste.

14  On peut penser que Herder sortira de la contradiction avec sa théorie des cycles de civilisation, le déclin de l’une annonçant l’ascension de l’autre. Le Sturm-und-Drang s’est un peu construit sur ce schéma d’opposition entre civilisation française considérée comme déclinante et aspirations aux sommets d’une jeune génération allemande.

15  Comme p. 17, n. 3, p. 704, 752.

16  Ibid., p. 753.

17  Ibid., p. 809, voir aussi p. 798 l’expression : « Eine morgenlandische Urkunde [...] ۚ».

18  Comme p. 17, n. 3, p. 719.

19 Ibid, p. 769.

20 Ibid., p. 769.

21 Ibid., p. 715.

22 Ibid,, p. 715.

23 Ibid., p. 722.

24  Voir Wolfgang Pross, comme p. 18, n. 1, p. 959 : « Das gesamte Beispiel des Schafes ist Mendelssohns Nachwort zu einer Übersetzung von Rousseaus Discours von 1754 entnommen. »

25 Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 740.

26 Ibid.,. p. 745

27 Ibid., p. 738.

28 Ibid., p. 738 s.

29 Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 738.

30 Ibid., p. 739.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 755.

33 Ibid., p. 743.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 769.

36 Ibid., p. 701 : « Wir spätergebildeten Völker [...]. »

37 Comme p. 17, n. 1, p. 611.

38 Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 786.

39 Ibid., p. 787.

40 Ibid., p. 796.

41 Ibid., p. 781.

42  Panajotis Kondylis, Die Aufklärung im Rahmen des neuzeitlichen Rationalismus, Hamburg, Meiner, 2002, p. 615-636.

43  Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 735.

44 Ibid., p. 807.

45  Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 754.

46 Ibid., p. 789.

47 Ibid., p. 801.

48 Ibid., p. 807.

49  Herder, Fragmente, comme p. 17, n. 1, p. 604.

50  Emile Benveniste, « De la subjectivité dans le langage », in Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 259.

51  Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 341.

52  Herder, Abhandlung, comme p. 17, n. 3, p. 715.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Mondot, « Herder et les matins du monde, l’anthropologie des origines dans le Traité sur l’origine du langage », Revue germanique internationale, 20 | 2003, 17-28.

Référence électronique

Jean Mondot, « Herder et les matins du monde, l’anthropologie des origines dans le Traité sur l’origine du langage », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/966 ; DOI : 10.4000/rgi.966

Haut de page

Auteur

Jean Mondot

Professeur à l'Université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org