Navigation – Plan du site
Herder et l’Europe

L’autobiographie en question : Herder, juge des Confessions de Rousseau

Jacques Le Rider
p. 89-100

Résumés

Alors qu’il avait beaucoup lu et admiré Rousseau, Herder n’apprécia pas du tout les tranches successives des Confessions publiées en 1782 et 1789. On réduirait cependant ses jugements à des condamnations moralisantes si l’on ne tentait pas de les situer dans le contexte des réflexions que menait Herder depuis 1768-1769 sur les genres biographique et autobiographique. L’auto-observation, menée au moyen du journal, était censée servir de fondement à une psychologie entendue comme science des rapports du physique et du moral ; l’autobiographie à finalité anthropologique devait fournir des « égo-documents » à l’histoire individuelle de la formation du Moi et servir à l’éducation de l’humanité au même titre que l’histoire universelle. Mais depuis les années 1780, Herder a laissé de côté les intérêts anthropologiques, pour revenir à une conception plus traditionnelle de la biographie et de l’autobiographie édifiantes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Mounier, La Fortune des écrits de Jean-Jacques Rousseau dans les pays de langue allemande (...)

1Les six premiers livres des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, suivis des Rêveries du promeneur solitaire, furent publiés à Genève, en deux volumes, à la fin d’avril 1782, quatre ans après la mort de l’auteur1. La réaction de Goethe fut enthousiaste. De Gotha, il écrit à Charlotte von Stein le 9 mai 1782 :

  • 2  Citations, in J. Mounier, op. cit., p. 42.

« Ma mère m’a envoyé la belle édition de Rousseau récemment publiée à Genève. Les Confessions y sont. Je n’en ai consulté que quelques pages, ce sont des étoiles scintillantes ! Imagine plusieurs volumes ! Le ciel tout entier ! Quel cadeau pour l’humanité qu’un homme aussi noble ! »2

2Deux ans plus tard, le 9 juillet 1784, d’Eisenach, Goethe confirme sa première réaction à Charlotte von Stein :

« J’ai consacré quelques instants de tranquillité à lire Rousseau. Qu’il est merveilleux et agréable d’avoir la révélation de l’âme d’un disparu et d’en connaître sincèrement les profondeurs intimes. »

3Les sentiments de Herder sont beaucoup plus réticents. Il avait exprimé à Hamann sa gêne face aux révélations dont Rousseau s’était fait une gloire à ses yeux fort douteuse : il les jugeait indiscrètes, impudiques et déplacées. Sa lettre à Hamann du 9 avril 1779 commentait la nouvelle publication de lettres inédites du jeune Jean-Jacques :

  • 3  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 36.

« Quant aux Mémoires de sa vie, s’ils paraissent, j’en suis plus curieux que de n’importe quoi d’autre ; je crains pourtant qu’ils n’aient leur source dans les moments d’exaltation de Rousseau. Grimm m’a envoyé de Paris l’Essai sur la vie de Sénèque de Diderot ; mais je l’ai laissé sans le lire car je ne sais quel parfum d’athéisme délétère, dans l’avant-propos, m’en a détourné. »3

  • 4  J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, sous la direction de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, vol. I  (...)
  • 5  Cité, in Claus Süssenberger, Rousseau im Urteil der deutschen Publizistik bis zum Ende der Fran-zö (...)

4En 1780, la teneur de l’épisode du « ruban volé » raconté par Rousseau à la fin du Livre Second4 avait été révélée et sévèrement commentée par Wieland dans le Teutscher Merkur. Ce dernier parlait d’un « acte abominable » dont les commentaires indulgents des admirateurs de Rousseau ne pourraient jamais effacer l’impression produite sur le lecteur5. Mais, sûr du succès que pourrait avoir une traduction allemande, il avait poussé son éditeur, Hartknoch, à Riga, à publier les Confessions. Le 11 juillet 1782, Herder écrit ces lignes à Hamann :

  • 6  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 45.

« Vous aurez lu les Confessions de Rousseau. Comme tu es tombé du ciel, Lucifer ! Que va dire Kant de la vie de son héros de naguère ! Malgré tout le charme de son style, le contenu a été pour moi si pénible et si fatal que je suis torturé à la pensée qu’un de mes enfants puisse suivre cette route. Bien sûr, on a maintenant une clé pour ses écrits, mais je préférerais qu’on ne l’eût pas. »6

  • 7  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 48.

5Cette réaction de rejet fut celle aussi de Fritz Jacobi, qui avait été un rousseauiste enthousiaste dans sa jeunesse, mais qui était en passe de devenir un « antispinoziste » moralisant et hostile à Goethe. Jacobi s’écrie, après avoir lu la partie des Confessions publiée en 1782 : « Ce livre m’a fait étonnamment souffrir et je donnerais beaucoup pour pouvoir l’oublier complètement. Rousseau était certainement à moitié fou lorsqu’il l’écrivit. »7

6Sans doute parce qu’il avait eu vent de l’opinion de Herder sur les Confessions, le libraire-éditeur Hartknoch avait envoyé le 24 juillet 1782 cette lettre chargée de reproches à Caroline Herder :

  • 8  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 45.

« Après avoir perdu trois mois, il m’est d’autant plus désagréable d’entendre que les Confessions de Rousseau seraient un très mauvais livre, indigne de la traduction. Vous savez à quel point votre mari vantait la chose, combien il m’incita à cette traduction... Sans cela, je n’aurais pas levé le petit doigt. »8

7Précisons tout de même qu’au grand soulagement de Hartknopf, cette traduction allemande (par Bode) des Confessions fut un grand succès de librairie et que Hamann, à qui Herder avait fait part de ses réticences envers les mémoires de Rousseau, était de son côté un grand admirateur des Confessions.

  • 9  Bekenntnisse merkwurdiger Männer von sich selbst, Winterthur, 1791. Au total, six volumes furent p (...)
  • 10  Pétrarque, De studiorum suorum successibus ad posteritatem epistola, 1370. Herder avait lu égaleme (...)
  • 11  Ouvrage composé entre 1338 et 1353, d’après Tite-Live.
  • 12  Herder, Bekenntnisse merkwurdiger Mànner von sich selbst. Einleitende Briefe, in Herder, Schriften (...)
  • 13  Lebensbeschreibung.
  • 14  Bekenntnisse.
  • 15  Analyse de ce texte de Herder, in J. Mounier, op. cit., p. 75 s. La question de l’institutionalisa (...)

8La publication de la suite des Confessions, en octobre 1789, relança le débat parmi les écrivains et les intellectuels allemands. Cette suite de l’autobiographie de Jean-Jacques inspira à Herder les quatre Lettres publiées en 1791 en guise de préface au premier volume de la série éditée par Johann Georg Müller sous le titre Confessions d’hommes remarquables9, dans le volume qui contenait une traduction du De viris illustribus et de l’autobiographie10 de Pétrarque11. Dans ces lettres12 qui servaient d’introduction à un recueil de vies d’hommes illustres de l’Antiquité classique, Herder traitait de la biographie en général, qu’il appelait « description de vie »13, distinguant le genre historique de la biographie, susceptible d’apporter des contributions précieuses à l’histoire de l’humanité, et le genre spécifique des « confessions »14, les unes « pieuses et religieuses » comme celles de saint Augustin, les autres « philosophiques » comme celles de Rousseau, se demandant dans quelle mesure un homme a la possibilité et le droit de faire ses aveux au public15. De toute évidence, la « confession » ne pouvait se réduire, selon Herder, à une variante sur le thème de « Mon cœur mis à nu », et ne pouvait prétendre à une quelconque légitimité culturelle que si elle était placée sous le contrôle vigilant et scrupuleux de la conscience morale. La bonne confession selon les vues de Herder n’avait rien à voir non plus avec les aveux que réclame l’institution judiciaire.

9Dans cette perspective, même les confessions pieuses de saint Augustin posaient un problème aux yeux de Herder. Ce sont, écrit-il, « d’étranges monologues » qui peuvent conduire des natures moins fortes « à une triste ou ridicule surestimation de leur caractère, bref, à un pieux égarement ». Car, explique Herder, l’étude par trop minutieuse de ses propres faiblesses révèle l’état pathologique d’un individu. Le dialogue entre l’homme et Dieu, pour être authentique, doit rester secret. Il convient de faire preuve de plus de prudence et d’humilité dans le dialogue avec soi-même, car le moi est insaisissable : « Jouet de nous-même, jouet de l’imagination d’autrui, rêve des rêves. »

10Cette critique de l’ « erreur de Narcisse », Herder l’avait déjà formulée, sur un ton moins moralisant, dans son essai de 1768, Sur les écrits de Thomas Abbt :

  • 16 Herder, Über Thomas Abbts Schriften (1768), II. Einleitung, Die von der Kunst redet, die Seele der (...)

« L’homme ne se connaît que de la manière dont nous connaissons notre visage, en se regardant, mais il ne parvient pas à la clarté. Avec une conscience confuse de nous-mêmes, nous allons comme dans un rêve dont nous vient à l’esprit parfois tel ou tel fragment, décousu, incomplet, sans cohérence. »16

11L’introspection et l’examen de conscience sont une entreprise périlleuse : comment prétendre se connaître soi-même, puisque le sujet est en même temps « l’œil, celui qui voit, et celui qui est vu » ? Rousseau, qui protestait par ailleurs de sa sincérité, prétendait confesser toutes ses faiblesses, était trop prompt à se pardonner à lui-même certaines bassesses. Voulant se justifier, il n’était plus impartial. Mais en fin de compte, il était « sans doute meilleur qu’il ne pouvait se dépeindre lui-même ». On peut, conclut Herder, demander la paix et le pardon pour « les cendres de ce malheureux bourreau de soi-même ».

  • 17  Selbstbiographien berühmter Männer. Le sous-titre de cette publication de Seybold était : Ein Pend (...)
  • 18  Historie des Wiedergebohrenen.
  • 19  Jochen Hoock me fait remarquer que le genre de la Leichenpredigt, sermon mortuaire, oraison funèbr (...)

12En réalité, le projet éditorial de Johann Georg Müllier, qui devait se poursuivre jusqu’à un sixième volume de ces Confessions d’hommes remarquables, publié en 1810, relevait d’un genre que l’on retrouve dans les deux volumes publiés en 1796 et 1799 par David Christoph Seybold sous le titre de Autobiographies d’hommes illustres17, et que l’on peut naturellement rattacher à la tradition classique de Plutarque et Tite-Live, ainsi qu’à la tradition humaniste de Pétrarque. Cette tradition européenne avait servi de palimpseste, depuis la Réforme protestante, à de véritables archives de récits de vie et d’examens de conscience. Par exemple, Heinrich Reitz avait réuni, à la fin du xviie siècle, une série représentative de ces confessions autobiographiques dans son Histoire des renaissants18. Herder admettait essentiellement ces deux formes de l’autobiographie : les témoignages destinés à servir la connaissance historique et les confessions destinés à l’édification des lecteurs19.

13Le genre piétiste des récits « autobiographiques » de conversion, construits selon un schéma assez strictement codifié, pour ne pas dire stéréotypé, et destinés à servir d’exempla pour l’édification des lecteurs, était le plus récent développement de ces autobiographies en forme de confessions religieuses. Dans cette perspective, nul n’aurait osé publier l’histoire de sa vie si cette histoire n’avait pas été celle d’une conversion religieuse. Aux yeux de Herder, la gêne, voire le scandale suscités par les Confessions de Rousseau tient au détournement d’un genre religieux au profit d’un récit dans lequel « l’illumination de Vincennes » est la seule conversion, mais une conversion radicalement laïcisée. Rousseau et le retentissement européen de ses Confessions transgressent cette norme culturelle. Depuis Rousseau, l’autobiographie cesse d’être un document pour l’historien et un enseignement pour la postérité ; elle cesse d’être un exemple édifiant, pour devenir un « égo-document » de la subjectivité individualiste moderne, lieu privilégié de l’affirmation et de l’élucidation du sentiment d’identité. L’instance devant laquelle Rousseau se justifie est la justice humaine.

14Et cependant Jean-Jacques continuait, dans les premières pages de ses Confessions, à utiliser les formes du discours religieux traditionnel de la confession, allant même jusqu’à vouloir faire école :

  • 20  J.-J. Rousseau, Confessions, op. cit., p. 5.

« Être éternel, rassemble autour de moi l’innombrable foule de mes semblables : qu’ils écoutent mes confessions, qu’ils gémissent de mes indignités, qu’ils rougissent de mes misères. Que chacun d’eux découvre à son tour son cœur aux pieds de ton trône avec la même sincérité. »20

  • 21  Johann Caspar Lavater, Geheimes Tagebuch von einem Beobachter seiner selbst, Leipzig, 1771, public (...)
  • 22  Cf. sur ce point Sibylle Schönborn, Dos Buch der Seele. Tagebuchliteratur zwischen Aufklärung und (...)

15On peut mettre en parallèle cette réaction de Herder face aux Confessions et ses réticences du Journal secret d’un observateur de soi-même21, de Lavater. Cette mise à nu de la vie psychologique intime de l’auteur, qui avait gardé l’anonymat, se présentait comme le journal d’un chrétien avouant ses défauts. Herder n’appréciait guère ce journal de Lavater et ne croyait pas qu’il pût servir à l’édification du public (contrairement à l’intention affichée de l’auteur, qui allait être ordonné pasteur en 1775). Il considérait comme une incongruité la publication de Lavater, il y découvrait beaucoup de bavardage et une bonne dose de narcissisme vaniteux22.

16À l’époque où Herder commente les Confessions de Rousseau, les termes de la discussion sur l’autobiographie sont encore loin d’être clairement établis. Dans le vocabulaire allemand, le terme même n’est pas encore en usage. Friedrich Schlegel fut sans doute un des premiers à l’employer dans son sens contemporain, au Fragment 196 de l’Athenäum publié en 1798 :

  • 23  Friedrich Schlegel, Fragments de l’Athenäum, trad. Anne-Marie Lang, in Philippe Lacoue-Labarthe et (...)

« Les pures autobiographies sont écrites : soit par des malades des nerfs, toujours prisonniers de leur Moi, et Rousseau est du nombre ; soit par un égocentrisme invétéré artiste ou aventurier, comme celui de Benvenuto Cellini ; soit par des historiens-nés qui ne sont pour eux-mêmes que matériau d’histoire ; soit par des femmes en coquetterie, même avec la postérité ; soit par des esprits méticuleux qui voudraient avant leur mort mettre bon ordre à la moindre poussière et ne s’autorisent pas à quitter ce monde sans explications ; ou bien elles sont à considérer par le public comme de simples plaidoyers, sans plus. Une classe importante des autobiographes est constituée par les autopseustes. »23

  • 24  Günter Niggl, Geschichte der deutschen Autobiographie im 18. Jahrhundert. Theoretische Grundlegung (...)

17Dans ce contexte où les définitions et les délimitations du genre autobiographique24, entre la biographie historique et le journal personnel, restaient encore passablement confuses, les Confessions de Rousseau, par leur nouveauté surprenante pour les contemporains, obligeaient à un travail de clarification des notions convenues. Dans beaucoup de passages de ses réflexions sur ce genre en plein renouvellement, Herder n’établit pas de distinction très nette entre la biographie, l’autobiographie et le journal intime.

  • 25  Herder, Vom Erkennen und Empfinden der menschlichen Seele, in Schriften zu Philosophie, Literatur, (...)
  • 26 Lebensbeschreibungen, ibid., p. 340.
  • 27 Lebensbeschreibungen von sich selbst, ibid.
  • 28 Selbsterfahrung Selbstdarstellung.

18Pour sa part, Herder avait formulé son idéal de l’autobiographie dans l’essai De la connaissance et de la sensation de l’âme humaine, de 177825. Il appelait dans ce texte à l’alliance de la psychologie et de la physiologie, complétée par le témoignage des « biographies26 : remarques des médecins et des amis » et la sagesse des poètes anciens et modernes (Shakespeare étant pour Herder le plus grand peintre de l’âme humaine parmi les modernes). Il poursuivait en insistant sur l’intérêt des autobiographies27écrites avec perspicacité, soulignant que chaque mémoire autobiographique est unique : tandis que la physiologie met au jour des éléments communs à toute l’espèce humaine (des veines et artères, des glandes, des muscles...), les récits de vie permettent d’accéder à la connaissance de l’individu. L’expérience et la représentation de soi-même28 permettent de dévoiler les domaines obscurs, les gouffres cachés de notre nature humaine.

  • 29 Ibid., p. 341.

19« Si un individu avait la franchise et l’honnêteté de se peindre lui-même, tout entier, comme 0 se connaît et se sent : s’il avait assez de courage pour plonger son regard dans le gouffre profond de sa mémoire, sans rien se taire : assez de courage pour se chercher à travers tout ce dont il est bâti, à travers toute sa vie, sans rien négliger de ce que lui montre chaque coup de sonde dans son intériorité ; quelle physiognomonie vivante en résulterait, bien plus profonde, sans aucun doute, que celle que révèlent les contours du front et du nez ! »29

20Après ce coup de griffe contre Lavater, Herder poursuit :

  • 30 Ibid.

« Si l’historien fidèle suivait son propre moi jusqu’au bout, en montrant qu’aucun défaut ni aucune force ne résident à un seul endroit, mais produisent continuellement leurs effets, et que l’âme se développe [...] selon certaines formules, par enchaînements inattendus ; en montrant que toute fausseté et toute froideur, toute combinaison mauvaise et tout mouvement ayant fait défaut surviennent selon certaines nécessités et régularités, et que dans chaque effet on doit reconnaître l’empreinte de tout son moi avec ses forces et ses défauts — quels exemples instructifs seraient des descriptions de ce genre ! »30

  • 31  Helmut Pfotenhauer, Literarische Anthropologie. Selbsbiographien und ihre Geschichte — am Leitfade (...)

21Ainsi les textes autobiographiques, mémoires et journaux personnels, apparaissent à Herder comme un fondement sur lequel on peut édifier la psychologie individuelle, entendue comme l’analyse des minima et momentanea de l’existence, au sens où Montaigne, au début du deuxième chapitre du livre III des Essais, déclare : « Je ne peins pas l’être. Je peins le passage : non un passage d’âge en autre, ou, comme dit le peuple, de sept en sept ans, mais de jour en jour, de minute en minute. » Implicitement, Herder ouvre des horizons à la littérature conçue comme une anthropologie littéraire31.

  • 32  Lebensbeschreibungen einzelner Menschen von sieh selbst.
  • 33  Adam Bernd, Eigene Lebens-Beschreibung, 1738 ; Fortsetzung seiner eigenen Lebens-Beschreibung 1742

22Il continue en ces termes : « Je ne connais pas d’autobiographie32, même partiale et superficielle, qui ne contienne beaucoup de faits intéressants. Outre ce qu’Augustin, Pétrarque, Montaigne ont mis d’eux-mêmes dans leurs écrits, je ne veux mentionner ici que Cardano et un doux bourreau de soi-même dont les extrêmes faiblesses et le tremblement perpétuel au bord du suicide font frémir. » Dans cette dernière phrase, Herder réunissait deux témoignages à première vue incompatibles : d’une part la confession écrite sous le contrôle de l’Inquisition romaine par Girolamo Cardano (Hieronymus Cardanus), De propria vita, manuscrit de 1575-1576 publié en 1643 ; d’autre part la confession autobiographique du contemporain Adam Bernd33.

  • 34 Memoirs of the Life and Writings of Benjamin Franklin, 1791 ; trad. all., 1792.

23Cette audace de son texte de 1778, le vieux Herder l’aura bien oubliée. Dans ses Lettres pour l’avancement de l’humanité (I, 2, 1793), il préférera louer l’autobiographie de Benjamin Franklin, vantant ce modèle d’une existence tournée vers l’action et placée sous le signe du travail, de l’intelligence et de la moralité34.

  • 35  Exemple de l’usage du genre autobiographie pratiqué à des fins pédagogiques : Friedrich Christian (...)

24Le texte de 1778 donnait au genre autobiographique la valeur d’un corpus de documents anthropologiques. Il s’écartait quelque peu d’une conception de la confession autobiographique régie par une discipline stricte, par une surveillance intériorisée de soi-même, par un souci de la conformité à la norme religieuse et culturelle. Durant cette période « anthropologique », Herder laissait entrevoir pour l’écriture autobiographique d’autres horizons que l’examen de conscience ou les programmes éducatifs35.

  • 36  Gnothi sauton oder Magazin zur Erfahrungsseelenkunde als ein Lesebuch für Gelehrte und Ungelehrte.
  • 37 Cf. Karl Philipp Moritz, Aussichten zu einer Experimentalseelenlehre, 1782.
  • 38 Ursula Geitner, « Zur Poetik des Tagebuchs. Beobachtungen am Text eines Selbstbeo-bachters », p. 62 (...)
  • 39 Cf. Manfred Schneider, Die erkaltete Herzensschrift. Der autobiographische Text im 20. Jahrhundert, (...)

25Il se rapprochait de Karl Philipp Moritz qui, en 1782, dans l’« Invitation » qui introduisait son Gnothi sauton ou Magazine de psychologie empirique36par un appel à témoignage autobiographique, invitant les savants, les « individus ordinaires », mais aussi les criminels et les originaux à lui envoyer leurs textes d’auto-observation. Ainsi Karl Philipp Moritz avait pensé pouvoir tirer des éléments de « psychologie empirique » du journal de Lavater37 (avant de se rendre compte, quelques années plus tard, du caractère illusoire de ces « auto-observations »38). Ce point de vue était celui que Maine de Biran qui, dans une notation de son Journal intime datée du 25 décembre 1794, plaçait son écriture autobiographique sous le signe de la « science de l’homme »39.

  • 40  Henri Gouhier, introduction à l’édition intégrale du Journal de Maine de Biran, Neuchâ-tel, Éd. de (...)

26Rappelons que l’idée d’écrire un journal était venue à Maine de Biran lors de sa lecture du livre IX des Confessions de Rousseau, où Jean-Jacques expliquait qu’il avait « sur le chantier un ouvrage intitulé : La Morale sensitive ou le Matérialisme du sage » qui aurait été fondé sur « des observations faites sur moi-même ». Connaître les causes sensibles de nos variations d’humeur et de sentiment pourrait, explique Rousseau, « forcer l’économie animale à favoriser l’ordre moral dont l’être sensible éprouvera l’efficacité parce qu’elle sera sensitive ». La morale sensitive devait mettre la maîtrise de soi, réservée aux êtres supérieurs, à la portée de l’être sensible ; l’auto-observation, menée au moyen du journal, était censée fonder une science des rapports du physique et du moral, une psychologie conçue comme psychophysiologie40.

27Dans son Vieux Cahier de 1794, Maine de Biran écrivait en date du 25 décembre :

  • 41  Maine de Biran, Journal, éd. Henri Gouhier, foc. cit., p. 10.
  • 42 Wilhelm Dilthey, § 4 : « Die Selbstbiographie », in Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geis (...)

« Chaque homme devrait être attentif [aux] différentes périodes de sa vie, il devrait se comparer à lui-même en différents temps, tenir registre de ses sentiments particuliers, de sa manière d’être, en observer les changements dans de courts intervalles, et tâcher de suivre les variations dans l’état physique qui correspondent à ces irrégularités dans l’état moral [...]. Si on avait ainsi divers mémoires faits par des observateurs d’eux-mêmes, quelle lumière rejaillirait sur la science de l’homme ! »41Pareille conception de l’autobiographie et du journal personnel comme « égo-documents » sur lesquels peut s’édifier une anthropologie philosophique du temps humain et de la raison historique trouvera au début du xxe siècle un écho chez Wilhelm Dilthey42.

28La meilleure illustration de cette conception de l’écriture autobiographique, Herder l’avait donnée dans son Journal de mon voyage en l’an 1769. Ce journal d’un voyage qui commence à Riga le 3 juin 1769, conduit Herder jusqu’à Nantes le 16 juillet, puis à Paris à partir du 8 novembre 1769 et qui se termine début janvier 1770, au moment où Herder quitte la France pour aller prendre son nouveau poste à Eutin — ce journal n’a pas grand-chose de commun avec ce qu’on est habitué à trouver sous ce titre. Pour l’essentiel, il s’agit de réflexions sur des projets de livres que Herder souhaiterait écrire, sur des programmes politiques et pédagogiques, sur des ouvrages qu’il est en train de lire, mais l’auteur fait très peu allusion aux circonstances et ne découpe pas son manuscrit en notations quotidiennes.

29On peut relire ce journal pour y mettre au jour la structure d’un récit autobiographique de conversion. Herder commence par faire le bilan de la via purgativa qu’il a suivie jusqu’à présent :

  • 43  Journal de mon voyage en l’an 1769, trad. Max Rouché, Paris, Aubier — Éd. Montaigne, 1942, p. 53.

« En tant que membre de la société, je n’étais satisfait ni du milieu où j’étais, ni de l’isolement où je m’étais mis. Je n’étais pas satisfait en tant que maître d’école, cette sphère d’activité m’était trop étroite [...]. Je n’étais pas satisfait en tant que citoyen, car ma vie domestique était trop restreinte [...] Je n’étais surtout pas satisfait de moi en tant qu’auteur [...]. Il me fallait donc partir. »43

  • 44 Ibid., p. 57.
  • 45 Ibid., p. 76.
  • 46 Ibid., p. 77.

30Après ce bilan peu satisfaisant de ses années perdues, Herder s’adresse à Dieu : « Père des hommes, daigneras-tu m’instruire ? »44 Puis il aperçoit ce qui va être à l’avenir sa via illuminativa : « Je vais collectionner des faits dans l’histoire de tous âges ; chacun d’eux me livrera l’image de ses propres mœurs »45, et il ajoute : « Mais pourquoi se soucier du monde, puisque je dois m’occuper de moi et de mon monde à moi et de ma vie, et qu’il me faut aussi puiser dans ma vie. »46

  • 47 Ibid., p. 77.
  • 48  Ibid., p. 78.

31C’est ici que l’on distingue clairement le lien entre l’anthropologie historique et l’écriture autobiographique. Herder se promet « d’épier les premiers jeux de l’imagination de la jeunesse et les premières impressions fortes sur l’âme impressionnable et molle. [...] que de traits touchants aussi dans ma vie, qui maintenant encore me tirent toutes mes larmes »47. Cette introspection ira de pair avec le projet d’« un tableau de toutes les visions et de toutes les nations et de tous les caractères et de toutes les expériences marquantes dont je me souviens au cours de ma vie. [...] Ainsi j’apprendrai à totalement utiliser, employer, appliquer ma vie ; pas un pas, pas une histoire, une expérience qui serait en vain. [...] C’est à cette fin que je voyage maintenant ; à cette fin que je vais écrire mon journal »48.

  • 49  Le Reisetagebuch publié dans Herder, Italienische Reise 1788/1789, éd. par Albert Meier et Heide H (...)
  • 50 Yoichiro Shimada, « Individualgeschichte und Universalgeschichte bei Herder. Geschich-tlichkeit als (...)

32Cette grande ambition, si elle avait été réalisée, aurait fait de Herder le nouveau Montaigne de l’époque des Lumières. Mais on sait que le journal de 1769 resta inachevé et ne fut publié qu’en 1846. Il permet cependant de deviner de quelle manière Herder eût procédé s’il avait mis à exécution son projet d’autobiographie à finalité anthropologique49. À la Universalgeschichte der Bildung der Welt esquissée dans Une autre philosophie de l’histoire pour contribuer à l’éducation de l’humanité (1774) eût correspondu une Individualgeschichte der Bildung des Ich50.

  • 51  Herder, Briefe, das Studium der Theologie betreffend, 48e Lettre (1781), in Theologische Schriften (...)

33Dès 1781, dans la quarante-huitième Lettre concernant l’étude de la théologie, Herder avait laissé de côté les intérêts anthropologiques, pour revenir à une conception plus traditionnelle de la biographie et de l’autobiographie édifiantes, déclarant qu’il préférait « les portraits aux idéaux, les actions particulières plutôt que les principes généraux, les petits traits de caractère qui passent parfois inaperçus plutôt que toute une causerie à leur propos », car « l’élément le plus formateur de l’histoire n’est pas la généralité, mais le fait particulier », comme par exemple la biographie d’une personne célèbre, si elle est bien racontée, avec fidélité et profondeur, « et surtout si elle est racontée par cette personne elle-même »51.

34D est vrai que cette quarante-huitième Lettre concernant l’étude de la théologie veut montrer comment on peut rendre vivante l’histoire de l’Église : plutôt que des listes d’empereurs, de rois, d’évêques et d’hérétiques, de conciles et de synodes, explique Herder, il vaut mieux présenter des portraits aussi vivants que possible. Le modèle en est donné dans des autobiographies dont les Confessions de saint Augustin, celles de Pétrarque (que Herder appelle, à quelques lignes de distance, Konfessionen puis Mémoires), celles de Cardan (Girolamo Cardano), mais aussi celles de George Buchanan, de Jacques Auguste de Thou, de Johann Wilhelm Petersen ont donné le modèle. Au milieu de ce catalogue d’autobiographies recommandées à l’étudiant de théologie, Herder évoque un « éloge » (Lobrede) de Johann Jakob Breitinger (1701-1776) par Johann Caspar Lavater. Puis il énumère des exemples de « carrières » (Lebensläufe) de théologiens (F. Junius, J. H. Ursinus, J. Lange, J. J. Breithaupt, M. Chemnitz), tout en critiquant au passage certains mémoires trop exaltés (Anna Maria von Schurmann) ou écrits par des bourreaux de soi-même (Hieronymus Wolf). Enfin il mentionne diverses biographies des Pères de l’Église, des Réformateurs, d’Érasme et de Grotius ; il mentionne quelques grands hommes dont on aime à connaître la vie, de Savonarole à Copernic, de Pic de la Mirandole à Gassender, Kepler et Leibnitz.

35Au terme de ces indications quelque peu fastidieuses, Herder insiste encore une fois sur les excellents effets que peuvent produire ces ouvrages biographiques sur la jeunesse : en tant qu’exemples, mais aussi, parfois, comme mises en garde. Il ajoute que les recueil de lettres et de correspondances complètent utilement les « descriptions de vies » et il publie en appendice à cette quarante-huitième Lettre concernant l’étude de la théologie.

  • 52 Briefe zur Beförderung der Humanität, éd. par Hans Dietrich Irmscher, FA, vol. 7, 1991, p. 283-286.
  • 53  Herder parle de Gemeingeist (public spirit), ibid., p. 285.

36Dans la cinquième partie des Lettres pour l’avancement de l’humanité (publiées entre 1793 et 1797)52, Herder récapitule encore une fois ses vues sur l’intérêt des textes biographiques et autobiographiques pour la connaissance et pour l’éducation de l’humanité. Il conclut la cinquante-quatrième Lettre en citant Leibniz, sans doute de seconde main, car la même citation se trouvait dans le chapitre consacré à Leibniz des Confessions d’hommes remarquables de Johann Georg Müller. Cette citation des Nouveaux essais sur l’entendement humain (livre IV, chap. XVI, § 4) définit les limites que la tolérance et la concorde imposent de respecter dans l’expression des opinions, pour éviter le déchaînement des passions et des haines : Herder fait une allusion à la Révolution française. Il ne s’agit plus ici d’anthropologie ni de psychologie, mais de bonne morale et de vraie religion, conformes à la rai- son naturelle. La valeur des mémoires autobiographiques est ici jugée en fonction de leur contribution positive à l’esprit public53.

  • 54  Adrastea, éd. par Günter Arnold, FA, vol. 10, 2000, p. 208-220.
  • 55  Moralische Grazie.
  • 56  Nous traduisons par cette périphrase « der gebildetste Mensch ». Ce contexte confirme la triple di (...)
  • 57 Kay Goodman, « Autobiographie und deutsche Nation. Goethe und Herder », p. 260-282, in Goethe in Ko (...)

37Le dernier développement de Herder sur le thème de l’autobiographie se trouve dans la Deuxième partie d’Adrastea, publiée en 1801. Au troisième chapitre, Herder étudie « Les fruits » du xviiie siècle qui permettent de qualifier ce siècle d’« Âge d’or », et il analyse particulièrement les différents genres littéraires54. Quand il évoque ce qu’il appelle ici les « mémoires », il appelle à une production autobiographique plus abondante en langue allemande, tout en réclamant que soit respectée une sage mesure du point de vue moral (il parle à cet endroit de la « grâce morale »55, notion esthético-pratique, qu’il définit comme le propre de l’homme le plus cultivé et le mieux éduqué)56. Cette production autobiographique servirait à l’éducation du peuple allemand, elle lui permettrait de prendre conscience de son identité57. C’est une façon de dire que les écrivains allemands sont appelés à relever le défi lancé à la littérature européenne par Jean-Jacques Rousseau, mais qu’ils ont intérêt à se montrer plus sages et moins immoraux que l’auteur des Confessions. Rappelons que la première partie de Poésie et vérité, la première œuvre autobiographique capable de soutenir la comparaison avec les Confessions, sera publiée par Goethe en 1811.

38L’évolution de Herder, entre ses premiers Bosquets critiques de 1768-1769 et l’Adrastea de 1801 aura donc été marquée, à partir des années 1790, par un rejet de plus en plus net des tendances littéraires et des courants philosophiques qui, rétrospectivement, nous apparaissent comme l’avant-garde de leur époque. Il est même arrivé que Herder, dans ses dernières années, revienne en arrière des positions avancées qu’il avait pu définir entre la fin des années 1760 et le début des années 1780. C’est ce que Goethe constatait non sans cruauté dans sa lettre du 20 juin 1796 à Heinrich Meyer, constatant, sous le coup de sa lecture de la huitième section des Humanitätsbriefe, « une incroyable tolérance envers la médiocrité, un mélange rhétorique des meilleures choses et des moins importantes, le respect voué à une littérature surannée et faisandée, l’indifférence aux choses vivantes et audacieuses ». Il est certain que l’évolution de Herder sur la question de l’autobiographie, ses débuts si novateurs et originaux durant sa phase « anthropologique », puis son rejet moralisant de Jean-Jacques Rousseau et la préférence finalement donnée à une littérature d’édification apportent une illustration frappante de cette évolution de Herder.

Haut de page

Notes

1  Jacques Mounier, La Fortune des écrits de Jean-Jacques Rousseau dans les pays de langue allemande de 1782 à 1813, Paris, PUF, 1980 (Publications de la Sorbonne, série « Recherches », vol. 38 ; Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III).

2  Citations, in J. Mounier, op. cit., p. 42.

3  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 36.

4  J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, sous la direction de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, vol. I : Les Confessions, etc., Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1959, p. 84 s.

5  Cité, in Claus Süssenberger, Rousseau im Urteil der deutschen Publizistik bis zum Ende der Fran-zösischen Revolution. Ein Beitrag zur Rezeptionsgeschichte, Berne, Herbert Lang, Francfort/Main, Peter Lang, 1974 (Europäische Hochschulschriften, Série I, vol. 95), p. 142.

6  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 45.

7  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 48.

8  Citation, in J. Mounier, op. cit., p. 45.

9  Bekenntnisse merkwurdiger Männer von sich selbst, Winterthur, 1791. Au total, six volumes furent publiés jusqu’à 1810.

10  Pétrarque, De studiorum suorum successibus ad posteritatem epistola, 1370. Herder avait lu également, de Pétrarque : De secreto conflictu curarum mearum, 1342-1343.

11  Ouvrage composé entre 1338 et 1353, d’après Tite-Live.

12  Herder, Bekenntnisse merkwurdiger Mànner von sich selbst. Einleitende Briefe, in Herder, Schriften zu Literatur und Philosophie 1792-1800, éd. par Hans Dietrich Irmscher, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1998 (Éd. de Francfort, vol. 8), p. 11-28.

13  Lebensbeschreibung.

14  Bekenntnisse.

15  Analyse de ce texte de Herder, in J. Mounier, op. cit., p. 75 s. La question de l’institutionalisation de la confession et de son évolution historique est traitée par Alois Hahn, « Zur Soziologie der Beichte und anderer Formen institutionalisierter Bekenntnisse : Selbstthematisierung und Zivilisationsprozess », in Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 34 (1984), p. 408-434.

16 Herder, Über Thomas Abbts Schriften (1768), II. Einleitung, Die von der Kunst redet, die Seele der andern abzubilden, in Schriften zur Ästhetik und Literatur 1767-1781, éd. par Gunter E. Grimm, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1993 (Éd. de Francfort, vol. 2), p. 572.

Herder faisait cette critique de l’introspection à la suite de son esquisse d’une psychologie future qui ferait sortir cette discipline de l’« enfance » et qui devrait suivre à la fois la méthode de Linné (classement systématique) et la méthode de Buffon (qualifiée par Herder de non systématique et soucieuse d’analyser les cas individuels).

17  Selbstbiographien berühmter Männer. Le sous-titre de cette publication de Seybold était : Ein Pendant zu J. G. Müllers Selbstbekenntnissen.

18  Historie des Wiedergebohrenen.

19  Jochen Hoock me fait remarquer que le genre de la Leichenpredigt, sermon mortuaire, oraison funèbre, qui consiste à retracer le destin de la personne que l’on est sur le point d’enterrer, était un genre oratoire que Herder était accoutumé à pratiquer et qui a certainement influencé sa conception de la « description de vie » (Lebensbeschreibung). L’éloge d’un disparu relève du même genre oratoire.

20  J.-J. Rousseau, Confessions, op. cit., p. 5.

21  Johann Caspar Lavater, Geheimes Tagebuch von einem Beobachter seiner selbst, Leipzig, 1771, publication anonyme, précédée d’un Vorbericht des Herausgebers. Cet « éditeur » était Georg Joachim Zollikofer (1730-1788), pasteur à Leipzig depuis 1758, lié à Lavater depuis 1771.

22  Cf. sur ce point Sibylle Schönborn, Dos Buch der Seele. Tagebuchliteratur zwischen Aufklärung und Kunstperiode, Tübingen, Max Niemeyer, 1999, p. 94.

23  Friedrich Schlegel, Fragments de l’Athenäum, trad. Anne-Marie Lang, in Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Le Seuil, 1978, p. 125. Le mot « plaidoyers » est noté en français dans le texte original. Autopseustes (Autopseusten) signifie dans ce contexte : « Qui ment sur lui-même. »

24  Günter Niggl, Geschichte der deutschen Autobiographie im 18. Jahrhundert. Theoretische Grundlegung und literarische Entfaltung, Stuttgart, J. B. Metzler, 1977 ; Oliver Sill, Zerbrochene Spiegel. Studien zur Theorie und Praxis modemen autobiographischen Erzählens, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 1991.

25  Herder, Vom Erkennen und Empfinden der menschlichen Seele, in Schriften zu Philosophie, Literatur, Kunst und Altertum, 1774-1787, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994 (Éd. de Francfort, vol. 4).

26 Lebensbeschreibungen, ibid., p. 340.

27 Lebensbeschreibungen von sich selbst, ibid.

28 Selbsterfahrung Selbstdarstellung.

29 Ibid., p. 341.

30 Ibid.

31  Helmut Pfotenhauer, Literarische Anthropologie. Selbsbiographien und ihre Geschichte — am Leitfaden des Leibes, Stuttgart, J. B. Metzler, 1987.

32  Lebensbeschreibungen einzelner Menschen von sieh selbst.

33  Adam Bernd, Eigene Lebens-Beschreibung, 1738 ; Fortsetzung seiner eigenen Lebens-Beschreibung 1742.

34 Memoirs of the Life and Writings of Benjamin Franklin, 1791 ; trad. all., 1792.

35  Exemple de l’usage du genre autobiographie pratiqué à des fins pédagogiques : Friedrich Christian Laukhard, Leben und Schicksale, von ihm selbst beschrieben, und zur Wamung für Eltem und studierende Jünglinge, Halle, 1792.

Dans son essai déjà cité Sur les écrits de Thomas Abbt, de 1768, Herder citait Rousseau « biographe » d’Emile comme l’idéal, difficile à atteindre, du biographe : « Que n’exige-t-on pas d’un biographe qui veut situer la vraie image de son auteur, sans l’embellir, ni la déformer, ni manquer la ressemblance, à sa place véritable dans la hiérarchie des esprits ? Comme Rousseau connaissait le fils de son imagination, le merveilleux Emile, avant même qu’il fût né, dès le lit conjugal : c’est ainsi qu’il devrait avoir accompagné son ami à travers toutes les scènes de sa vie et être devenu le confident de ses secrets » (Über Thomas Abbts Schriften, Éd. de Francfort, vol. 2, 1993, loc. cit., p. 574).

36  Gnothi sauton oder Magazin zur Erfahrungsseelenkunde als ein Lesebuch für Gelehrte und Ungelehrte.

37 Cf. Karl Philipp Moritz, Aussichten zu einer Experimentalseelenlehre, 1782.

38 Ursula Geitner, « Zur Poetik des Tagebuchs. Beobachtungen am Text eines Selbstbeo-bachters », p. 629-659, in Der ganze Mensch. Anthropologie und Literatur im 18. Jahrhundert, éd. par Hans-Jürgen Schings, Stuttgart-Weimar, J. B. Metzler, 1994, p. 629.

39 Cf. Manfred Schneider, Die erkaltete Herzensschrift. Der autobiographische Text im 20. Jahrhundert, Munich, Hanser, 1986, premier chapitre.

40  Henri Gouhier, introduction à l’édition intégrale du Journal de Maine de Biran, Neuchâ-tel, Éd. de la Bâconnière, 1954, vol. I, p. XVIII-XXI.

41  Maine de Biran, Journal, éd. Henri Gouhier, foc. cit., p. 10.

42 Wilhelm Dilthey, § 4 : « Die Selbstbiographie », in Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geisteswissenschaften (Gesammelte Schriften, vol. VII, éd. par Bernhard Groethuysen), 1 1926, p. 199-202. Ce volume rassemble les textes de Dilthey écrits entre 1907 et 1910 comme une suite de la Emleitung in die Geisteswissenschaften de 1883.

43  Journal de mon voyage en l’an 1769, trad. Max Rouché, Paris, Aubier — Éd. Montaigne, 1942, p. 53.

44 Ibid., p. 57.

45 Ibid., p. 76.

46 Ibid., p. 77.

47 Ibid., p. 77.

48  Ibid., p. 78.

49  Le Reisetagebuch publié dans Herder, Italienische Reise 1788/1789, éd. par Albert Meier et Heide Hollmer, Munich, C. H. Beck, 1989 (DTV, 1988), est un carnet de voyage où l’on trouve le relevé sans commentaire des dates du voyage et de ses étapes, ainsi que des notes sur les œuvres d’art et les monuments visités.

50 Yoichiro Shimada, « Individualgeschichte und Universalgeschichte bei Herder. Geschich-tlichkeit als konstruktives Prinzip des Reisejournals », p. 39-49, in Johann Gottfried Herder. Geschichte und Kultur, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1994.

51  Herder, Briefe, das Studium der Theologie betreffend, 48e Lettre (1781), in Theologische Schriften, éd. par Christoph Bultmann et Thomas Zippert, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994 (Éd. de Francfort, vol. 9/1), p. 564-573.

52 Briefe zur Beförderung der Humanität, éd. par Hans Dietrich Irmscher, FA, vol. 7, 1991, p. 283-286.

53  Herder parle de Gemeingeist (public spirit), ibid., p. 285.

54  Adrastea, éd. par Günter Arnold, FA, vol. 10, 2000, p. 208-220.

55  Moralische Grazie.

56  Nous traduisons par cette périphrase « der gebildetste Mensch ». Ce contexte confirme la triple dimension esthétique, éducative et morale de l’idée de Bildung.

57 Kay Goodman, « Autobiographie und deutsche Nation. Goethe und Herder », p. 260-282, in Goethe in Kontext, éd. par Wolfgang Wittkowski, Tübingen, Max Niemeyer, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Rider, « L’autobiographie en question : Herder, juge des Confessions de Rousseau », Revue germanique internationale, 20 | 2003, 89-100.

Référence électronique

Jacques Le Rider, « L’autobiographie en question : Herder, juge des Confessions de Rousseau », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2003, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/973 ; DOI : 10.4000/rgi.973

Haut de page

Auteur

Jacques Le Rider

Directeur d'études à la Section des sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org