Navigation – Plan du site
Herder et l’Europe

Le Traité sur l’origine de la langue et Rousseau

Pierre Pénisson
p. 101-108

Résumés

L’article s’intéresse à la présence de Rousseau dans le Traité sur l’origine de la langue de Herder. S’il y a un manifeste enjeu polémique et rhétorique dans les citations herdériennes de Rousseau, à étudier comme tel, il y a, plus profondément, une réplique au Discours sur l’origine de l’inégalité. La « seconde loi de nature » peut être lue comme une réfutation, point par point, de la distinction, et discontinuité, entre état de nature et état social. Rousseau est alors dans ce texte, non pas d’abord l’auteur de réflexion sur l’invention de la langue, mais surtout le protagoniste dans l’interprétation de ce qu’est l’état social. La question de l’origine de la langue apparaît dans sa dimension sociale, voire théologique. Il s’agit ici de montrer que le Rousseau « latent » est beaucoup plus important et précis que le Rousseau « manifeste » et de montrer par là que le Traité sur l’origine de la langue est aussi un traité de philosophie morale et politique, où Herder se profile comme une réponse à Rousseau.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Herder Abhandlung über den Ursprung der Sprache, que nous citerons dans l’édition procurée par Wol (...)

1L’hypothèse ici formulée est que le traité herdérien sur l’origine de la langue n’est pas seulement un traité sur la langue, mais encore un traité politique, voire théologico-politique par quoi Herder se veut l’émule et le protagoniste de Jean-Jacques Rousseau, sur plusieurs registres. On n’entend pas ici parler de l’influence de Rousseau, ou du rapport de Herder à Rousseau en général, mais d’un point particulier qui serait caché dans le Traité sur l’origine de la langue de 17721, et qui se trahit dans la deuxième partie, dans la « seconde loi de nature », laquelle n’a pas été beaucoup retenue par les commentateurs, car peut-être elle les effraye.

2Mais c’est bien dire alors que le texte ne traite pas seulement de la langue, mais aussi de politique, dans la seconde partie et c’est dire aussi que la doctrine sociale de Rousseau n’est pas seulement en bas de page ou dans quelques affirmations rhétoriques péremptoires, qu’il n’est pas même seulement dans le filigrane, mais que Rousseau, celui du Discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes, anime et habite profondément le texte herdérien.

  • 2  On renvoie ici à l’article décisif de Edward Sapur, « Herders « Urpsrung der Sprache »  », in Mode (...)
  • 3  L’importance de Süssmilch est analysée par Dae Kweon Kim, Sprachtheorie im 18. Jahrhun-dert Herder (...)

3Le traité s’adresse à l’Académie de Berlin. Son geste le plus visible est d’éreinter feu Süssmilch, ce qui est tout de même un peu trop d’honneur ou trop d’indignité, même s’il reste vrai que l’origine divine permet a contrario à Herder de produire ce que Sapir ou Bruno Liebrucks2 et tant d’autres tiennent pour une nouveauté dans l’histoire de la pensée linguistique. Quoi qu’il en soit, Süssmilch n’était plus, et sa doctrine est singulièrement obsolète, et il était somme toute assez aisé de rejeter ce luthéranisme orthodoxe. Ce Süssmilch, un peu trop souvent érigé en unique protagoniste, « mein Gegner », est sans doute plus un symptôme qu’un moment argumentatif pertinent3.

  • 4  André Bandelier, « Formey et Roussseau  », article du Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, publi (...)

4Le destinataire du Mémoire est le secrétaire perpétuel, à savoir Formey. Jean Henri Samuel Formey (1717-1791) est d’un anti-rousseauisme très déterminant dans la réception allemande. Rappelons ici seulement que Formey avait écrit un Esprit de Julie (Berlin, 1763) protégeant la jeunesse des « extravagances » de Rousseau et des « écrivains déclarés pour l’irréligion ». Il publie aussi en 1760 un Anti-Emile, faisant de Rousseau « l’ennemi de la révélation ». Puis en 1764 un Émile chrétien. Ce que saura Rousseau qui parlera de « l’inqualifiable Formey (qui) travaille à mutiler mon Emile ». On connaît peut-être encore l’épigraphe de Formey « Tais toi Jean-Jacques ! ». Dans les Confessions Rousseau dira de lui : « Je le connaissais pour un effronté pillard, qui sans façon se faisait un revenu des ouvrages des autres. »4 Et sans doute est-il vrai que l’abondante activité d’écriture, notamment pour l’Encyclopédie de Diderot et celle d’Yverdon, aura été aussi, voire d’abord, une carrière financière.

5Formey est le secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Prusse, depuis 1748, mais ne sera directeur de la classe de philosophie qu’en 1789.

  • 5 Herder, H, p. 275.

6Ainsi, pour la stratégie rhétorique à l’égard de l’Académie berlinoise, il est d’une audace en somme assez efficace de vilipender feu Süssmilch comme « Gegner » (cela se voit notamment dans la chute oratoire du texte ad finem), et de professer un anti-rousseausisme à la Formey, en moquant « der neue französische Philosoph »5, formulation bien révélatrice pour la première occurrence du nom de Rousseau.

7Cependant c’est au directeur de la classe de philosophie, J.-B. Merian, qu’il revenait de rédiger un habile mémoire résumant le texte de Herder, qui précisément voudra hisser Herder à la hauteur des « philosophes » français.

  • 6 Herder, H, p. 360.

8« M. Herder passe en revue (l’expression est étrange et pour le moins pas très exacte) tout ce que Mrs Diderot, Rousseau et l’abbé de Condillac ont dit sur cette matière ; et son nom mérite d’être associé à celui de ces philosophes. »6

9Merian est un philosophe professant l’éclectisme et un diplomate mesuré dans les affaires académiques. Associer Herder aux grands Français, c’est en quelque sorte indiquer que l’auteur aurait parfaitement réussi l’entreprise d’être non pas tant anti-Rousseau, à la Formey, comme en une lecture manifeste, mais un autre Rousseau, en un leçon plus latente, un Rousseau en langue allemande, et cela importe, puisque ici il y a lieu de rappeler que si Herder a remporté les suffrages des académiciens, c’est aussi pour son style.

10Dans l’Essai de Herder, Rousseau remplit officiellement deux fonctions, une générique, d’être un philosophe, donc coupable d’une mauvaise abstraction culminant, non par la rigueur mais par l’erreur, chez les Français et une fonction officielle plus spéciale qui se déclare à un moment clé du traité à propos du mot et de la réflexion en puissance.

  • 7  « Der neuere Französische Philosoph, der diese réflexion en puissance, diesen Scheinbe-griff so bl (...)

« Le nouveau philosophe français a, comme on le verra, rendu sa si éblouissante réflexion en puissance, ce semblant de concept, qu’il n’a jamais produit qu’une bulle de savon, qu’il traîne un moment avec soi, mais qui éclate inopinément en chemin. »7

11Mais il y a aussi une fonction singulière, ou plutôt une série de fonctions, qui alternent, ou se superposent. Car évidemment il y a plusieurs Rousseau, et il y a lieu de les rappeler brièvement.

  • 8  « Dass alle meine Bübchen und Mädchen à la Rousseau erzogen sollen werden  » (15 juillet 1771).

12Rousseau peut être celui de l’Empfindsamkeit. D’abord celui de l’enfance, originel en somme, sous l’influence du maître Trescho, et qui donne à la plume de l’enfant Herder les élans « sentimentaux » les plus caractéristiques. Et cette sentimentalité se pratiquera tout particulièrement dans le cercle de Darmstadt lors de ses fiançailles. Mais à la Nouvelle Héloïse s’adjoint alors la nouvelle pédagogie de l’Émile, au point que Caroline peut déclarer que « tous ses garçons et ses filles seront élevés à la Rousseau »8.

  • 9  « Und wie pflegt man, was die Form einer Hypothese hat, zu betrachten, als wie Philoso-hischen Rom (...)
  • 10  « Sein Phantom, der Naturmensch, dieses entartetes Geschöpf  » (Herder, H, p. 284).

13Il y a un autre Rousseau, dans la figure d’une philosophie non dogmatique et « humanisante », lors des études à Königsberg, où, comme il peut dire de soi-même : « Moi qui ai été pour ainsi dire consacré par Kant dans les Rousseauania et les Humania, lisant les deux hommes quotidiennement. » Certainement le Rousseau sentimentalisant et le Rousseau humanisant Kant et la philosophie ne sont pas les mêmes. Mais le Rousseau du Traité sur l’origine de la langue est encore très différent. S’il fait partie des philosophes français « romanesques »9, il est l’auteur dangereux, mais cela n’est pas l’immoraliste de Formey, mais le défenseur d’une nature qui est une anti-nature, et la formule trouvée par Herder pourrait provenir de Voltaire, « Son fantôme d’homme, cette créature dégénérée »10.

14L’anti-rousseauisme patent du Traité sur l’origine de la langue est d’autant plus frappante que des similitudes demeurent entre la critique sociale virulente du Rousseau du Discours sur les Arts et les Lettres et celle de Herder dans le Traité sur l’origine de la langue, exactement comme dans la Plastik, contre la dépravation de la culture contemporaine.

15Mais si Rousseau doit être ici très nécessairement déclaré dangereux, c’est parce qu’il montre une nature humaine qui est incompatible avec une certaine anthropologie, voire une certaine théologie herdérienne, qui serait du reste d’un tout autre registre que l’orthodoxie moralisante de Formey.

16Tout se joue dans le concept nodal pour la philosophie herdérienne de Entwicklung qui se met en chantier dans le Traité (à côté de bien d’autres champs de travail qui lui sont contemporains), et dont le nombre d’occurrences et de variations est tout à fait considérable.

  • 11  On peut en effet considérer que la « quatrième loi de nature  » qui envisage le développement de l (...)

17Si l’on peut aller jusqu’à dire qu’il y a même là une théologie, c’est que le traité décrit l’immense parcourt, Entwicklung, depuis une origine monogénétique jusqu’à la totalité universelle, passant par les drames et la violence de l’histoire, ce qui est bien le schéma de la Entleerungslehre, de la condescendance dans la doctrine luthérienne11.

18Certainement il y a lieu de dire que la Entwicklung herdérienne diffère profondément de la perfectibilité rousseauiste, en ceci que la seconde ne serait qu’une « hypothèse », ou quasi synonymement sous la plume de Herder, « romans » — défaut des philosophes français — alors que la première serait une vérité expérimentée, mais aussi, plus profondément en ceci que la perfectibilité laisse une possibilité de régression de l’homme en deça de lui-même, insupportable à l’anthropologie théologique herdérienne. Cela sans doute reste à dire, mais trouve surtout sa preuve dans ses effets, et d’une façon très notable dans le statut du corps. Le contraste est éloquent.

19L’homme de Rousseau est magnifiquement robuste. Il n’est que de rappeler quelques-unes des occurrences les plus célèbres :

  • 12  Jean Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, é (...)
  • 13 Ibid., p. 153.

« Les sauvages, robustes, comme ils le sont tous.... »12
« Le corps de l’homme sauvage étant le seul instrument qu’il connaisse, il l’emploie à divers usages, dont par le défaut d’exercice, les notres sont incapables ; et c’est notre industrie qui nous ôte la force et l’agilité que la nécessité l’oblige d’acquérir... »
Et enfin, en société, contre la représentation que donnait Hobbes : « L’homme est faible quand il est dépendant, et il est émancipé avant d’être robuste. »13

20Le corps humain selon Herder, mais essentiellement dans la deuxième partie du Traité, est d’une faiblesse toute créaturale, et la description la plus appuyée se trouve précisément au début de la « seconde loi de nature » :

« L’animal homme de Rousseau court dans la forêt et recherchant un nouvel objet pour son plaisir bestial. L’ordre de la nature est tout l’inverse, et combien plus sage ! Ce sont justement les douleurs et les travers qui augmentent l’amour maternel, justement les plantes et ce en quoi l’enfant n’est pas aimable, la faiblesse, la versatilité du tempérament... »

21Cette faiblesse-là n’est pas celle de l’homme aristotélicien, le plus nu des animaux et le plus dépourvu d’instinct, que l’on peut trouver chez Herder. Elle est plus particulièrement une contrainte au développement, fort énergique et douloureuse : « La nature tout entière se précipite sur l’homme, pour développer ses forces, ses sens, jusqu’à ce qu’il soit homme. » Faiblesse créaturale, comme moyen originaire, du moins au sortir d’un Éden dont l’évocation est tout absente du Traité, par quoi l’humain se développera, s’éduquera, aura à parler, transmettre, produire l’identité du Stamm —à traduire finalement par lignée peut-être —, la collectivité nationale.

22Il est remarquable que la force naturelle rousseauiste et la faiblesse en vue du développement connaissent une modalité proprement sexuelle.

23Chez Rousseau : « Les mâles, et les femelles s’unissaient fortuitement selon la rencontre, l’occasion et le désir... Ils se quittaient avec la même facilité. »

  • 14 Ibid., p. 169.

24Puis : « De jeunes gens de différents sexes habitent des cabanes voisines, le commerce passager que demande la Nature en amène bientôt un autre, non moins doux et plus permanent par la fréquentation mutuelle. »14

  • 15 « Mit Anstrengung des Bedürfnis und Peinlichkeit  » (Herder, H, p. 333).
  • 16 « Der Vater hat in wenigen Minuten seine Brunst gekühlet  » (ibid.).

25Cela se passe tout autrement dans le récit herdérien tel qu’on le trouve dans la deuxième loi de nature, où tout se passe : « Par la pression du besoin et de la peine. »15 Nul érotisme multivague, mais une stricte monogamie où la sexualité se décrit horriblement : « Le père a calmé ses ardeurs en quelques minutes. »16

26Chez Herder, le lien social se fera par cette Erziehung dont sont dispensés le Manntier rousseauiste et certainement aussi l’Émile qui n’est pas soumis au traitement que décrit la « seconde loi de nature ». Le lien social se fait aussi par la transmission linguistique, instaurant en somme d’emblée et originairement une « tradition », dans un développement qui fait passer de la famille, au terrible Stamm haineux, horde virile, ou plutôt virilisante, excluant sinon peut être les femmes, du moins toute trace de féminin, vociférant les chants qui instituent l’identité nationale (et en effet ils font plus que la reproduire musicalement, ils fabriquent bien le collectif qui s’identifie ainsi en nation). Il y a là un étonnant tableau, qui mériterait une analyse scrupuleuse, et qui pourrait figurer dans les anthologies du genre sexuel.

27Cela n’est rien moins qu’anodin. Car le passage à l’état social a lieu chez Rousseau par rupture. « Le premier qui ayant enclos son champ, etc. », catastrophe que l’autre rupture du contrat social sauvera. Herder produit précisément, tout au contraire, une continuité du naturel au social, selon une généalogie fort cruelle, et pour l’individu, le jeune notamment, et pour l’étranger au sens ancien collectif : ceux qui ne sont pas des nôtres. Pour garder la continuité il faut de l’oppression de l’individu et la projection, quasi hallucinatoire, d’un ennemi barbare.

28Or précisément cette position continuiste herdérienne reproche en tout, politiquement comme linguistiquement, la discontinuité qu’opère un Vertrag, parce que le contrat est brisure de la continuité et parce qu’il est artificiel, et c’est pourquoi Herder peut confondre contrat, convention et arbitraire, sous le même défaut de la « froide philosophie ». Le langage selon les philosophes français est un « contrat » comme la politique visée par Rousseau est un « contrat ».

29On conviendra, avec nombre de commentateurs, que le Traité marque une césure dans l’histoire des idées linguistiques, et c’est justement en ne travaillant plus en termes de convention ou d’arbitraire. La réponse herdérienne aux philosophes anglais et français se trouvent dans la Besonnenheit, c’est-à-dire, si je puis ici le formuler ainsi, dans une réflexivité, un retour sur soi : Abspiegelung, non pas une rupture mais par un repli, une pliure. La fameuse Absonderung des premières pages du texte est bien isolement particularisant et non point du tout une séparation ou une rupture.

  • 17  Hans Aarsleff, « The tradition of Condillac ? The Problem of the Origin of Language in the Eightee (...)

30On accorde volontiers, depuis les travaux de Aarsleff17, que Herder sur ces points a à faire à Condillac bien plus qu’à Rousseau. Et c’est bien qu’en effet Rousseau remplit une autre fonction, non moins importante et plus agonistique.

  • 18 Rousseau, op. cit., p. 149.
  • 19 « Rousseau hat diesen Satz in seiner Hypothesen diviniert, den ich bestimme und beweise  » (Herder, (...)
  • 20  « Philosophie über die Sprache... Hätten wir doch eine solche Geschichte, sie wäre mit allen ihren (...)

31Un des points tangentiels avec la doctrine linguistique de Rousseau se trouve au § 4 du troisième chapitre de la première partie : « Les inventeurs anciens voulaient dire tout d’une seule fois », renvoyant à Rousseau : « Les premiers mots dont les hommes firent usage eurent dans leur esprit une signification beaucoup plus étendue que n’ont ceux qu’on emploie dans les langues déjà formées. »18 En note Herder écrit : « Rousseau a entrevu cette proposition dans son hypothèse, que je précise et que je prouve »19, tout se passant comme si, une fois encore, Herder était dans la réalité et la vérité, Rousseau dans l’hypothèse chimérique, et il faut donc se réapproprier cette proposition pour trouver l’histoire, une « philosophie sur la langue. Si nous avions une telle histoire, elle serait un carte de l’humanité de la langue, avec tous ses progrès et ses reculs. »20

32Il importe, une fois encore, de dérouler un continu, alors que Rousseau interrompt, notamment en écrivant :

  • 21  Rousseau, op. cit., p. 174.

33« Les choses étant parvenues à ce point, il est facile d’imaginer le reste. Je ne m’arrêterai pas à décrire l’invention successive des autres, le progrès des langues, l’épreuve et l’emploi des talents, l’inégalité des fortunes, l’usage ou l’abus des Richesses, ni tous les détails qui suivent et que chacun peut aisément suppléer. Je me bornerai seulement à jeter un coup d’œil sur le Genre-humain placé dans ce nouvel ordre des choses. »21

34C’est en somme dans ces interstices, dans les interruptions et ruptures rousseauistes, que Herder entend se placer et dérouler l’immense développement de l’histoire humaine sous divers aspects.

35Non seulement il ne faut pas de rupture et de saut, mais encore il faut pour Herder une stricte nécessité annihilant ces « différents hasards » ou ces insupportables « conjectures » qui émaillent le raisonnement rousseauiste. Il est à cet égard remarquable que la seconde partie s’intitule : « Auf welchem Wege der Mensch sich am füglichsten hat Sprache erfinden können und müssen », ce qui est tout autre chose qu’une traduction fidèle de la question académique : « En supposant les hommes abandonnés à leurs facultés naturelles, sont-ils en état d’inventer le langage, et par quels moyens parviendront-ils à cette invention ? »

  • 22  Voir W. Proß, supra, p. 47.

36Le procédé d’ajouter de la nécessité à la capacité n’est pas rare chez Herder, mais il est ici plus indispensable que jamais, car il permet d’opposer à l’état social de Rousseau une histoire sociale naturelle, de produire ce que Wolfgang Pross appelle une « naturalisation »22, qui passe du couple à la famille à la lignée et à la nation, selon un développement naturel, dont le véhicule est la langue.

  • 23  « Durch welches Gesetz denn wohl die Menschen ïhre willkürlich erfundne Sprache hätte einander auf (...)
  • 24  Rousseau, op. cit, p. 151.

37Ainsi il y a là, selon nous, une réplique précise au second discours de Rousseau, son alternative. La deuxième loi de nature peut être considérée comme cette alternative, où est nommé d’abord, on l’a vu, l’animal homme. Ensuite écrivant : « Par quelle loi les hommes auraient-ils pu s’imposer leur langue artificielle et conduire l’autre partie à accepter la loi ? »23, Herder tourne en dérision ce Rousseau qui aurait « prêché » — predigt — lors même que ce dernier, qui « supplie mes juges de suspendre leur lecture » écrivait : « Je laisse à qui voudra l’entreprendre la discussion de ce difficile problème, lequel a été le plus nécessaire, de la Société déjà liée, à l’institution des Langues ou des Langues déjà inventées à l’établissement de la société. »24

  • 25  Herder, H, p. 333.

38L’histoire naturelle de la deuxième loi de nature est entourée par le nom de Rousseau et c’est alors une réplique, point par point, par exemple la Wallung, émotion (et Herder se garde bien d’employer le terme de Mitleid, car de cela il ne s’agit pas) qui accompagne la douleur de la Erziehung, répondant, en l’annulant, à la pitié de Rousseau25.

  • 26  « Rousseau und andre haben so viel Paradoxien über den Urpsrung und das Anrecht des erstens Eigent (...)
  • 27 « Ist denn nicht Gesetz, und Verewigung gnug, diese Familienfortbildung der Sprache ?  » (Herder, H (...)

39Ainsi le Traité sur l’origine de la langue serait d’une certaine manière un autre traité sur l’origine et les fondements de l’état social. L’enjeu n’était pas seulement la langue, mais bien l’histoire sociale, et donc le rapport entre les deux. Au sommet de son argumentation, juste avant d’écrire : « Rousseau et d’autres ont fait tant de paradoxes sur l’origine et le droit de la première propriété »26 Herder formule clairement son programme, et fort concisément : « Ce développement familial n’est-il pas assez loi et perpétuation ? »27 Si cette loi par perpétuation est suffisante, alors il est possible de se passer de Rousseau, du discontinu et du contrat. Tel serait le résultat de l’entreprise du Traité.

Haut de page

Notes

1  Herder Abhandlung über den Ursprung der Sprache, que nous citerons dans l’édition procurée par Wolfgang Pross, Munich, Hanser, 1984, t. 1, indiqué par la suite « H  ».

2  On renvoie ici à l’article décisif de Edward Sapur, « Herders « Urpsrung der Sprache »  », in Modem Philology, Chicago, 1907, t. 5, p. 747-771. Et au grand chapitre de Bruno Liebrucks, Sprache und Bewusstsein, Francfort-sur-le-Main, Akademische Verlagsgesellschaft, 1964, t. 1.

3  L’importance de Süssmilch est analysée par Dae Kweon Kim, Sprachtheorie im 18. Jahrhun-dert Herder, Condillac und Süssmilch, Sarrebourg, Röhrig, 2002.

4  André Bandelier, « Formey et Roussseau  », article du Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, publié sous la direction de Raymond Trousson et Frédéric S. Eigeldinger, Paris, Honoré Champion, 1996, p. 346-348.

5 Herder, H, p. 275.

6 Herder, H, p. 360.

7  « Der neuere Französische Philosoph, der diese réflexion en puissance, diesen Scheinbe-griff so blendend gemacht hat, wie wir sehen werden, immer nur eine Luftblase blendend gemacht, die er eine Zeidang vor sich hertreibt, die ihm selbst aber unvermutet auf seinem Wege zerspringt  » (Herder, H, p. 275).

8  « Dass alle meine Bübchen und Mädchen à la Rousseau erzogen sollen werden  » (15 juillet 1771).

9  « Und wie pflegt man, was die Form einer Hypothese hat, zu betrachten, als wie Philoso-hischen Roman — Rousseau’s, Condillacs und andrer  » (Herder, H, p. 357), qui peut renvoyer à la réflexion de Condillac ; « Peut-être prendra-t-on toute cette histoire pour un roman  », voir Herder, Werke, 1764-1772, édité par Ulrich Gaier, Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1985, p. 1328.

10  « Sein Phantom, der Naturmensch, dieses entartetes Geschöpf  » (Herder, H, p. 284).

11  On peut en effet considérer que la « quatrième loi de nature  » qui envisage le développement de l’humanité dans l’universel et « ins unendliche » n’est pas messianique, mais montre l’homme s’accomplissant à partir de sa faiblesse, dans sa forme servile, sa Knechtgestalt, telle que décrite dans Philippiens 2, 7, à partir d’où s’est développée la doctrine luthérienne du « kenos  » — Herablassung.

12  Jean Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, éd., Paris, Gallimard, « La Pléiade  », 1964, p. 166.

13 Ibid., p. 153.

14 Ibid., p. 169.

15 « Mit Anstrengung des Bedürfnis und Peinlichkeit  » (Herder, H, p. 333).

16 « Der Vater hat in wenigen Minuten seine Brunst gekühlet  » (ibid.).

17  Hans Aarsleff, « The tradition of Condillac ? The Problem of the Origin of Language in the Eighteenth Century and the Debate in the Berlin Academy before Herder  », in Hymes, Dell (éd.), Studies in the History of Linguistics. Traditions and Paradigma, Bloomington, 1974, p. 93-156.

18 Rousseau, op. cit., p. 149.

19 « Rousseau hat diesen Satz in seiner Hypothesen diviniert, den ich bestimme und beweise  » (Herder, H, p. 315).

20  « Philosophie über die Sprache... Hätten wir doch eine solche Geschichte, sie wäre mit allen ihren Fortgängen und Abweichungen eine Karte von der Menschlichkeit der Sprache  » (Herder, H, p. 315).

21  Rousseau, op. cit., p. 174.

22  Voir W. Proß, supra, p. 47.

23  « Durch welches Gesetz denn wohl die Menschen ïhre willkürlich erfundne Sprache hätte einander aufdringen und den ander Teil hätten veranlassen können, das Gesetz anzunehmen  » (Herder, H, p. 335).

24  Rousseau, op. cit, p. 151.

25  Herder, H, p. 333.

26  « Rousseau und andre haben so viel Paradoxien über den Urpsrung und das Anrecht des erstens Eigentums gemacht  » (Herder, H, p. 336).

27 « Ist denn nicht Gesetz, und Verewigung gnug, diese Familienfortbildung der Sprache ?  » (Herder, H, p. 335).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Pénisson, « Le Traité sur l’origine de la langue et Rousseau », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/974

Haut de page

Auteur

Pierre Pénisson

Professeur à l'Université de Paris VIII et chercheur associé au CNRS (UMR 8547)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page