Navigation – Plan du site
Actualités de Herder

La conception herdérienne de peuple/langue, des peuples et de leurs langues

Gerhard Sauder
Traduction de Pierre Pénisson
p. 123-132

Résumés

Le concept de « Volk » fait partie des concepts problématiques de Herder. Dans les premiers écrits, une clarification est tentée à partir de notions opposées comme « éduqués/philosophes/plébéiens/populace/canaille ». De façon générale, on peut seulement partir d’une polysémie du concept. La tendance à utiliser « Volk » et « Nation » comme des synonymes est toujours sujette à controverse. Dans la genèse de la et des langues, la métaphore « langue de famille » joue un rôle important. De là viennent les langues nationales — essentiellement à partir de la haine de famille. La langue, instrument de la poésie et de la science, devient le reflet d’une nation, par l’intermédiaire des « âges » d’une langue. Herder donne à la multiplicité des langues qui proviennent du climat, des coutumes et des besoins, la priorité par rapport à toute langue unitaire artificielle. C’est à partir de sa pensée de la langue qu’il se tourne contre la répartition de l’humanité en « races ». Il ne peut se représenter une fin des nations et des caractères nationaux que de façon ironique, en imagination.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Johann Gottfried Herder, Werke, t. I : Frühe Schriften 1764-1772, édité par Ulrich Gaier, Francfor (...)

1Herder appelait métaphoriquement « Roman des langues  » l’ensemble qui va de l’origine de la langue jusqu’à la première socialisation. Il pouvait ainsi illustrer son modèle de la langue à différentes époques : « La comparaison avec les époques et les âges de l’homme était un parallèle avec le corps qui me semblait naturel, vrai et fécond, mais qui ne resta jamais que comparaison.  »1 Cette pensée d’un « roman des langues  » comme « roman familial  » est sans cesse liée à la question du premier poète, des « chanteurs de la nature qu’ils y chantaient ? Comment la langue pourra-t-elle retomber en une langue bourgeoise en suivant peu ou prou les mœurs d’un peuple ?  ».

2Dans les premiers écrits cette constellation de concepts se répète souvent. La connexion de « langue  » et « peuple  » avec la naissance de « peuples  » et de leurs « langues  » tombe sous le sens. Mais il y a peu de passages, ils sont surtout dans le traité sur la langue – ou cette conception est explicitée dans le sens d’une pensée « synergique  ». Si les formules « peuple  » et « langue  » sont assez bien précisées, « peuple  » ne revêt une signification complexe que dans les développements du grand œuvre de Herder, ce qui montre bien qu’il est nécessaire de déterminer précisément chaque usage de ce concept selon son contexte. La polysémie de « peuple  » aura été largement responsable de l’usage fallacieux qu’on fit de Herder comme prophète de bien des attentes et comme rédempteur politique dans le discours national, nationaliste et national-socialiste.

3En premier lieu, Herder travaille avec l’opposition « peuple  » et « savants  ». Il retrouve de la sorte la signification ancienne du mot « deutsch  » au sens de « populaire  » (theodiscus) de telle manière que le sens de « germain  » s’y trouve, sens que Herder ne pouvait alors connaître.

  • 2  Cf. Herder, Goethe, Frisi, Moser Von deutscher Art und Kunst, édité par Hans Dietrich Irmscher, St (...)
  • 3  Hugo Moser, « Volk, Volksgeist, Volkskultur. Die Auffassungen J. G. Herders in heutiger Sicht », d (...)
  • 4  Rudolf Große, « Zur Verwendung des Wortes « Volk » bei Herder  », dans Herder-Kolloquium 1978. Ref (...)

4Cela s’oppose alors au latin ou au romain2. Hugo Moser a indiqué la difficulté de principe pour une analyse sémantique de « peuple  ». Le concept reste ambigu dans sa dimension ethnique et sociale3. S’aidant des travaux préliminaires de Rudolf Große4, Ulrich Gaier a décrit le spectre de la signification de « peuple  » en son commentaire du premier volume de l’édition de Herder. Pour lui le mot a deux usages essentiellement distincts, l’un comme substantif, proche du sens « humanité  », le second comme concept désignant « nation  » (au pluriel « les peuples  »).

  • 5  Herder, FA, t. I, p. 103.
  • 6 Ibid., p. 124.
  • 7 Ibid., p. 134.

5Dans les premiers écrits il y a encore un autre sens, qui ne sera pas beaucoup repris par la suite : « plèbe  », « canaille  ». Herder se sert de cela pour expliquer la différence avec le « peuple  » grec, qui désigne tous les citoyens, en tant qu’égaux, à l’exception du Conseil et des prêtres. Quand il développe ses réflexions, Comment la philosophie peut-elle devenir plus universelle et plus utile au bien du peuple ?, il délimite tout ce qui peut être utile au peuple à partir des philosophes. Pensée érudite, logique, etc., morale et politique ne sont point pour le peuple. Ce dernier a ses propres connaissances et aurait sa morale propre. D faut du reste faire une exception pour les femmes qui sont « le plus peuple  » et qui doivent apprendre à penser « avec beauté  » et être éduquées pour la société.5 « Peuple  » se situe aussi dans ce contexte. On y trouve tous les non-philosophes. Si le peuple devenait philosophe, il ne pourrait plus être « peuple  ». Ces réflexions culminent dans la phrase tant citée à l’époque de la RDA : « Philosophe et plébéien unissez-vous pour être utiles ; on peut l’exiger de tout citoyen et de toi, qui devrais être un modèle.  »6Autant que je le sache, Herder n’est jamais revenu par la suite sur cette exigence ; et il n’a plus employé le terme « plébéien  » dans une acception aussi haute. La signification nouvelle que Herder construit peu à peu pour « peuple  » est issue de l’opposition entre « peuple des citoyens  » et « peuple lettré  ». Le vieux mot « peuple, Volk  » a disparu de l’usage par des « débordements et des déformations  ». La nouvelle détermination de la philosophie impliquerait un nouveau sens de « peuple  » : « Toute philosophie qui veut être celle du peuple, doit faire du peuple son centre de gravité (...), si toute notre philosophie devient anthropologie.  »7

  • 8  Große (p. 124, n. 3), p. 312.
  • 9  Johann Gottfried Herder, Werke, t. III : Volkslieder, Übertragungen, Dichtungen, édité par Ulrich (...)
  • 10  Herder, FA, I, p. 109.
  • 11 Ibid., p. 134.
  • 12  Johann Gottfried Herder, Werke, t. VI : Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, édité (...)
  • 13 FA, III, p. 871.
  • 14 Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, é (...)
  • 15 Ibid., p. 316.

6Selon les recherches de Rudolf Große, qui reprennent les résultats de Hugo Moser, il faut entendre quatre aspects de « peuple  » chez Herder, dans ce qu’il appelle les « variantes de signification ethniques  » (sémème 1) : communauté des individus, origine commune, pensée et mode de vie concordants, culture commune et une même langue. Große voudrait entendre une seconde variante de signification de « peuple  » comme « variante sociologique  » (sémème 2) : comme groupe d’individus (partie du sémème 1), activité productive dans le domaine matériel, indépendance politique, défavorisée lors de son développement, mais originaire dans le mode de vie et de pensée, la culture et la langue8. A juste titre Ulrich Gaier a reproché à ces « déterminations sociologiques  » d’être peu convaincantes, les connotations génétiques, les stades de développements « à partir de quoi on voit le peuple  » sont occultés par la « réduction linguistique à des éléments sémantiques  ». De plus bien des déterminations herdériennes, où des aspects affectifs, philosophiques et sociaux sont liés, ne se comprennent pas « sociologiquement  »9. Ce que dit Herder des « Chants du peuple  » montre bien qu’une analyse sémantique de « peuple  » sans spécification du contexte ne rend pas compte de la polysémie de ce concept. Car dans ce concept chatoyant les aspects ethniques et sociologiques ne sont nullement prépondérants. On doit ici comprendre les efforts de Herder portés à l’origine des phénomènes, et qui l’occupait fort, de même que sa quête des représentations archaïques dans les premières sociétés, bien plus que les aspects mythique et émotionnel accumulés dans l’usage romantique de « peuple  ». Selon toute apparence, l’intérêt porté par Herder aux formes anciennes de la langue, dans celle des chants, fut considérablement intensifié par la connaissance d’Ossian et des collections écossaises. Porté par cet enthousiasme « écossais  », il a même ensuite ajouté de nouvelles variantes de signification à son concept de « peuple  ». Dans un premier essai de définition, où, comme on l’indiquait, le « peuple  » est opposé à la « philosophie  », il croyait se garder de toute confusion, si par « peuple  » on comprend tous ceux qui ne sont pas philosophes10. Face à cette détermination de « peuple  », contrastive et très généreuse (99,9 % des individus d’une nation !), la signification de « peuple  » prendra une ampleur considérable à partir de 1765. Mais l’idée suivant laquelle désormais sa philosophie doit être une anthropologie n’aura guère contribué à préciser l’usage herdérien du terme11. La métaphorique organique ou biologique que Herder choisit souvent pour « peuple  » n’est pas très aisée non plus : « Un peuple est une plante de la nature, tout comme une famille, n’était qu’il a plus de rameaux.  »12 Ulrich Gaier a compris le « peuple  » dans le contexte anthropologique herdérien comme un concept d’idéal et une catégorie de l’origine. Dans son commentaire des « Chants du peuple  » de Herder, qu’il estime tout intentionnel et utopique, il accorde au concept de peuple une signification englobante. « L’idéalité et la signification englobante de ce concept de peuple, valant pour un individu originel et nouveau avec une connaissance intégrale, une moralité, une existence sociale, une culture politique et esthétique  » n’aurait pas été jusqu’ici repérée par les chercheurs13. Reste que les difficultés particulières à l’usage herdérien de « Volk  » ne sont point réglées par cette détermination synthétique. On doit formuler cette critique obligée si l’on regarde l’article décisif des « Geschichtliche Grundbegriffe  ». Reinhart Koselleck a tout d’abord souligné dans l’histoire conceptuelle les marqueurs structurels de « peuple  », « nation  » et « masse  » : opposition du supérieur et de l’inférieur, de l’intérieur et de l’extérieur, puis, à peu près depuis 1800, de l’avant et de l’après. Il s’ensuit que « peuple  » permet, à différentes époques et dans un usage structurellement analogue, des déterminations qui dans leur objet s’excluent les unes les autres. Par exemple, il peut nommer les dominants ou les dominées ou les deux en même temps. La réalité politique « pouvait avec les mêmes mots désigner des concepts diamétralement opposés. Les possibilités linguistiques étaient limitées, avec les mêmes expressions, elles désignaient des données hétérogènes. C’est pourquoi on ne peut saisir ces concepts que dans leurs contextes changeants  »14. Il est aussi important de remarquer qu’au milieu du xviiie siècle le concept social, majoritairement péjoratif, de peuple changera pour un sens positif de « peuple  », pris comme objet d’un enseignement. L’usage synonymique de « peuple  » et « nation  » se fait de plus en plus fréquent. Le concept herdérien de peuple a marqué l’époque par sa polysémie : « Une dimension d’une profondeur jusqu’ici inconnue en ceci qu’il le fondait d’une façon très large, historiquement tout comme culturellement. La langue et la poésie ont joué ici un rôle clé.  »15

7Dans ses réflexions sur la genèse du langage et des langues, Herder use volontiers de la métaphore de la « famille  ». C’est par cette image qu’il pouvait le mieux illustrer comment l’ensemble des individus et leur communication produisent dans la constellation familière une langue familiale propre, qui peut être comprise en analogie avec la naissance d’une langue nationale :

  • 16 FA, I, p. 790 sq.

« Quel trésor n’est pas la langue familiale pour une espèce en devenir ! Dans presque toutes les petites nations, dans toutes les parties du monde, et si peu cultivées qu’elles puissent être, on trouve les chants de leurs pères, le chant des actions de leur ancêtre, le trésor de leur langue et de leur histoire, et la poésie, la sagesse et son courage, leurs leçons, leurs jeux, leurs danses.  »16

  • 17 Ibid., p. 792.
  • 18 Ibid., p. 783.
  • 19 Ibid., p. 809.
  • 20 Ibid., p. 806.

8En se concentrant sur la communication interne de la famille, on peut expliquer la naissance des langues diverses et justifier pourquoi on ne pouvait en rester à une seule langue. Chaque lignée apporterait dans sa langue « un ton de la famille et de la maisonnée, en suivant à chaque fois une manière différente de parler »17. Herder conçoit la langue nationale à l’image de la langue familiale. Les particularités familiales s’y trouvent dépassées et généralisées : l’homme est destiné à être une « créature de la horde, de la société, développer une langue lui est donc naturel, essentiel, nécessaire  »18. La langue est représentée comme une invention humaine, de la même façon que le genre humain change sans cesse et fait avancer ses connaissances antérieures dans de nouvelles relations et de nouvelles expériences. C’est pour Herder « le grand exemple de tous les peuples, de toutes les époques, de toutes les parties du monde  »19. La langue des peuples se développe analogiquement à l’histoire des peuples. Par le commerce et autres formes de contact dépassant les frontières des peuples, il y a un échange constant, si bien qu’un développement des langues diverses s’ensuit, et peut profiter à chaque langue nationale. « La nature ici a lié une chaîne nouvelle, la transmission de peuple à peuple ; c’est ainsi que les arts, les sciences, la culture et la langue se sont affinés dans une grande progression des nations — le lien le plus fin de la progression, que choisit la nation.  »20

  • 21 Ibid., p. 181 sq.

9Dans les Fragments, Herder raconte déjà l’histoire « des âges de la vie d’une langue  ». Tout comme l’espèce humaine, chaque nation et chaque famille auraient une seule loi de changement, la langue aussi, dont les phases diverses, depuis l’enfance en passant par l’âge de la jeunesse (âge des poètes) à l’âge viril (âge de la belle prose) et l’âge élevé (époque philosophique de la langue), correspondent pleinement à la vie des nations21. Parmi les langues modernes et anciennes, Herder tient l’allemand pour une langue nationale encore originelle et authentique, nonobstant tous les développements et les révolutions de la langue.

« Comparée à ses voisines, elle paraît presque être un pays stable, environné de mers et d’îles flottantes, elle se tient ferme sur ses racines. Comparée à la nature de ses possesseurs, elle est tel un palais gothique pour une gothique nation, braves barbares pour un digne nom, langue barbare.  »

  • 22 Ibid., p. 570 sq.

10Herder tient le mélange de l’allemand avec d’autres langues pour minime, si bien que la nation peut « se vanter de son bien  », les Allemands peuvent être « idiots, au sens grec du terme, avec une fierté patriotique  »22.

  • 23 Ibid., p. 177.
  • 24 Ibid., p. 194.
  • 25  Johann Gottfried Herder, Werke, t. II : Schriften zur Ästhetik und Literatur 1767-1781, édité par (...)
  • 26 Ibid., p. 558.
  • 27 FA, t. I, p. 533.

11À partir de sa pensée de la langue, Herder peut avoir une conception nouvelle de la littérature. La langue, instrument de la poésie et des sciences, est toujours aussi « le reflet d’une nation  » : « Le génie de la langue est aussi le génie de la littérature d’une nation.  »23 Herder lit les poèmes écossais dans les collections de Percy et de Macpherson comme des « empreintes de leur pays  »24. C’est ainsi que toute poésie devient le phénomène du national. Qui oublie ses textes anciens, ou les gâche, livre toute la nation à l’oubli total. Nulle autre source que la littérature ne plonge si loin dans les phases premières d’une nation et partant d’une langue, cela vaut singulièrement pour le chant. Herder a compris les chants du « peuple  » comme « archives du peuple  »25. Dans cette perspective il reproche à l’Allemagne du xviiie siècle de n’avoir toujours pas redécouvert son histoire qui ne lui est accessible que dans la langue : « Grand royaume, royaume de dix peuples, Allemagne ! (...). La voix de vos pères s’est éteinte et se tait dans la poussière ? Peuple aux mœurs braves, de noble vertu et de langue, n’as-tu nulle empreinte de ton âme pour les siècles anciens ?  »26 Langue du pays et histoire, culture des mœurs et de la pensée dépendent inextricablement les uns des autres. Le poète devient le gardien du passé et du « trésor de pensée de tout un peuple  »27 La littérature, comme la langue, est « véritable Protée  », dont on peut suivre la marche à travers les peuples, les époques et les langues.

  • 28 Ibid., p. 22.
  • 29 Ibid., p. 24.
  • 30 Ibid.

12Si les Lumières essaient encore souvent de trouver une alternative aux langues nationales et de clarifier la situation des langues « après Babel  », Herder est peu séduit par la pensée d’une langue universelle. Son énergie et son questionnement inlassables se portent sur le devenir historique du langage et des langues, des familles, des peuples et des nations. Le déploiement progressif de peuples nombreux et de langues semble avoir aiguillonné ses recherches toujours plus larges. La langue adamique, tellement louée depuis la Renaissance, n’excite guère son intérêt, « cette époque où, selon l’annonce, simple et sublime, de la révélation, le monde entier ne parlait qu’une seule et même langue  »28. Sous l’image d’une « chaîne universelle des peuples par les langues  »29, il y a moins une contrainte qu’un phénomène réjouissant « le grand lien du savoir  »30.

  • 31 Ibid.

« Tant que nul monarque ne règne sur la foule éparse des savants en hissant une langue sur le trône des ruines de nombreuses autres, tant que les plans d’une langue universelle demeurent parmi les projets creux et les voyages sur la lune, les langues nombreuses demeurent un moindre mal et presque un bonheur véritable.  »31

13Et Herder a aussi peu d’estime pour les spéculations sur une « langue entièrement philosophique  ». Il faudrait que ce fût une langue des dieux, qui eussent été témoins de la formation des choses de ce monde,

  • 32 Ibid., p. 655.

« créant ainsi chaque nom d’une chose, génétiquement et matériellement. Mais comme cette langue de l’Olympe se trouve parmi les mystères qu’aucune oreille n’entend et qu’aucune oreille humaine ne peut entendre, il faut distinguer, selon l’expression grecque, la langue des dieux immortels, en leurs séjours bienheureux, et la langue des hommes terrestres qui regardent la terre  »32.

  • 33 Ibid., p. 25.
  • 34 Ibid., p. 27.
  • 35 Ibid., p. 794.
  • 36 Ibid., p. 793.
  • 37  Ibid., p. 794.
  • 38  Ibid.

14À l’encontre de tous les projets d’une langue universelle ou d’une reconstruction de la langue adamique originelle, où du reste le théologien Herder se tient étonnamment à distance de toutes les théories sur l’hébreu comme langue de Dieu, les langues nombreuses ne sont pas pour lui un mal issu de la dispersion babylonienne, mais au contraire elles ouvrent des possibilités extraordinaires : chaque langue est une « clé pour de nombreux trésors  », quand même cela passerait par les traductions33. Face aux langues nombreuses, qui pourraient faire comme un labyrinthe, la langue maternelle demeure un fil conducteur. Elle servirait de clé pour pénétrer profond dans les « obscurités du caractère national de chaque langue  »34. La représentation de la littérature, mais aussi de la langue, comme un « Protée  »35 sur la terre fait entrevoir la conception herdérienne de la terre entière comme étant l’espace vital de l’espèce humaine : « Toute l’espèce pour toute la planète.  »36 L’homme pourrait habiter n’importe où sur la terre, alors que les animaux sont bornés à leurs étroites sphères vitales. L’homme est visible comme « habitant de la terre  », tout comme sa langue est « langue de la terre  »37. La philosophie holistique de Herder est illustrée par une telle pensée. S’il ne réfléchit guère au modèle d’une langue une ou universelle et si, en place de cela, il voit la multitude des langues possibles conquérir la terre entière, il projette aussi dans l’avenir la capacité humaine à créer de la langue. « Une langue nouvelle dans chaque monde nouveau, langue nationale dans chaque nation... la langue est un Protée sur la ronde surface de la terre.  »38

  • 39  Cf. Umberto Eco, La recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, traduction françai (...)

15De nombreuses remarques montrent sa représentation de la formation de cet « esprit  » propre à chaque langue particulière. Les langues deviennent par là incomparables et aptes à exprimer des visions du monde diverses. Cette pensée apparaît certes d’abord dans l’Essai sur l’origine des connaissances humaines de Condillac ; et elle se trouve chez Herder dans les Fragments et sous une forme plus subtile chez Wilhelm von Humboldt, dans son écrit, Sur la différence de l’organisation interne du langage humain et son influence sur le développement spirituel du genre humain, où est accordée une « forme interne du langage  » à la langue, où s’exprime la vision du monde de ses locuteurs « 39.

16Herder n’a cessé de rappeler le changement constant de toutes les langues. La langue doit s’adapter à chaque nouveau contexte, à chaque nouvelle condition historique de vie dans un peuple ou une nation, et il faut créer par la langue, par un développement et un élargissement, de nouvelles formes de connaissances. Herder se rend assez facile la tâche d’expliquer comment d’une langue originaire une, on passa très tôt à des langues nombreuses. Pour une part il recourt à l’influence du climat sur le développement corporel et psychique des hommes, dans un sens traditionnel depuis Montesquieu.

  • 40  FA, VI, p. 265 et 507 sq.

« Oui, nous sommes une argile malléable dans la main du climat, mais les doigts de celui-ci sculptent très diversement, et les lois qui s’y opposent sont aussi si nombreuses que seul le génie du genre humain serait à même d’équilibrer la relation de toutes ces forces.  »40

  • 41  FA, I, p. 796.
  • 42 Ibid., p. 798.

17Outre les effets du climat, des habitudes et des besoins, Herder nomme une cause sociale à la naissance des langues. A partir des langues familiales se développerait très vite une diversité des langues chez les peuples voisins. Cela procède de la « haine nationale et familiale  » mutuelle41. Le même sentiment familial qui développa une langue créa aussi la diversité des langues par « la haine familiale perpétuée  ». Les guerres et toutes les séparations en peuples ont conduit à de « complètes différences dans les usages et dans les langues  »42.

  • 43 Ibid.

18Herder lit Genèse 11 comme un « document oriental sur la séparation des langues  »43. Plus longuement que dans le traité sur l’origine de la langue, il commente ce récit du partage des langues par excellence dans l’écrit de jeunesse : Des premiers documents de l’espèce humaine. Quelques remarques. D’emblée il souligne le caractère oriental de ce récit, qui ne repose pas sur une chronologie ou une histoire exacte du langage. Il y eut certainement des langues nombreuses bien avant Babel, les chapitres précédents de la Genèse indiquent des peuples, des villes, des lignées et des nations, et bien entendu une multitude de langues correspond déjà à la multitude de peuples. Dans le mythe de Babel on rapporte la confusion des langues comme un miracle et une punition de Dieu. Les réflexions sur l’impossibilité d’une langue une dans le monde sont reprises mot à mot dans les textes ultérieurs de Herder. Déjà entre deux frères, ou homme et femme, la langue n’est pas la même. À partir des langues familiales, des particularités se seraient développées comme dialecte, mode de vie, etc., et seraient devenues des langues étrangères les unes aux autres. Un philosophe oriental aurait voulu montrer dans son propre récit que le monde a été séparé en des langues nombreuses. Comment fait-il ?

  • 44  Johann Gottfried Herder, Werke, t. V : Schnften zum Alten Testament, édité par Rudolf Smend, Franc (...)

« Très sensiblement : il rassemble les hommes en un lieu ; il leur donne une langue, un intérêt commun, un monde avec peu d’objets, une œuvre, une occupation — il leur fait construire une tour. Cette tour devrait empêcher la dispersion : ils veulent rester autour d’elle, un peuple, une espèce, une langue. Seulement il faut montrer sensiblement que la vanité de leur comportement, rendait impossible que cela continue ; comment ? (...) pour ce saint poète il n’y avait pas d’empêchement meilleur que l’intervention de Dieu. Qu’ils construisent, que Dieu descende et voie, que cela lui déplaise et qu’il trouble leur langue ! — ils durent cesser, ils durent se séparer, se retirer avec chacun leur langue. Aussitôt dit, aussitôt fait ! C’est le beau poème de la tour, déguisement d’histoire philosophique sur l’origine des langues nombreuses, par les mœurs et les séparations de nombreuses lignées.  »44

  • 45  Eco (p. 130, n. 1).
  • 46  Wolfgang Pross m’a obligeamment indiqué sa nouvelle datation de la première réception herderienne (...)

19Herder ne se sert pas du tout de l’incitation qu’il aurait pu trouver dans Rousseau, par exemple, disant que la dispersion originale des hommes, située au plus tard après le déluge, rendait illusoire la recherche d’une monogenèse de la langue45. Pour expliquer la naissance de langues nouvelles à partir des langues familiales sous des climats à chaque fois différents, il aurait pu s’appuyer sur Vico, qui lui aurait livré le fondement de sa théorie de la multiplicité des langues, s’il l’avait connu46.

20Mais il reste remarquable que Herder, avocat de l’histoire dans le langage et les langues, se soit opposé dans les Idées à la distinction de l’espèce humaine en quatre ou cinq parties suivant les régions et les couleurs. Il ne voyait aucune raison à l’introduction du concept de « race  ».

  • 47  FA, VI, p. 255.

« Race conduit à une différence d’origine, qui ou bien n’existe pas du tout, ou dans telle partie du monde sous telle couleur des races les plus diverses. Car chaque peuple est peuple, il a sa culture nationale comme sa langue ; sans doute le ciel imprègne-t-il tout, parfois seulement par un voile léger, mais il ne détruit pas la forme originelle des familles des nations, s’étendant même jusqu’aux familles et ses transitions sont aussi changeantes qu’imperceptibles. Bref il n’y a pas quatre ou cinq races sur cette terre, non plus que des variétés exclusives. Les couleurs passent de l’une à l’autre, les cultures servent le caractère génétique, et dans le tout il n’y a finalement que les reflets d’un seul et même grand tableau, qui s’étend à travers tous les espaces et tous les temps de la terre.  »47

21Fort sympathique est cette image d’une humanité une, qui semble tellement correspondre aux tendances globalisantes du présent, mais aussi s’y exprime la confiance incoercible de Herder dans le déploiement de l’humanité. Herder a esquissé un panorama historique de la fin des nations et des caractères nationaux dans une fantaisie ironique. Les formes de haine, répugnance, préjugés et renfermement dans un cercle mesquin de penser, la « barbarie éternelle  » s’éteindraient avec la fin de tous les caractères nationaux.

  • 48  Johann Gottfried Herder, Werke, t. IV : Schriften zu Philosophie, Literatur, Kunst und Altertum 17 (...)

« Nous nous aimons tous, ou plutôt plus personne n’a besoin d’aimer autrui ; nous allons de concert, et sommes pleinement égaux les uns les autres — policés, polis, bienheureux ! Certes nous n’avons pas de patrie, point de proches pour qui nous vivons, mais nous sommes philanthropes et cosmopolites. Déjà tous les régents de l’Europe, et bientôt tous, nous parlerons la langue française ! Puis — béatitude ! —L’âge d’or recommence, quand tout le monde ne parlait qu’une seule et même langue ! nous deviendrons un troupeau et un berger !. Caractères nationaux, où êtes-vous ?  »48

Haut de page

Notes

1  Johann Gottfried Herder, Werke, t. I : Frühe Schriften 1764-1772, édité par Ulrich Gaier, Francfort-sur-le-Main 1985, p. 600 (signalé dans la suite FA).

2  Cf. Herder, Goethe, Frisi, Moser Von deutscher Art und Kunst, édité par Hans Dietrich Irmscher, Stuttgart, 1973, p. 165.

3  Hugo Moser, « Volk, Volksgeist, Volkskultur. Die Auffassungen J. G. Herders in heutiger Sicht », dans Zeitschrift für Volkskunde, 53, 1956-1957, p. 127-140, ici p. 127 sq.

4  Rudolf Große, « Zur Verwendung des Wortes « Volk » bei Herder  », dans Herder-Kolloquium 1978. Referate und Diskussionsbeiträge. Im Auftrage der Nationalen Forschungs- und Gedenkstätten der klassischen deutschen Literatur in Weimar, édité par Walter Dietze avec la collaboration de Hans-Dietrich Dahnke et al., Weimar, 1980, p. 304-314.

5  Herder, FA, t. I, p. 103.

6 Ibid., p. 124.

7 Ibid., p. 134.

8  Große (p. 124, n. 3), p. 312.

9  Johann Gottfried Herder, Werke, t. III : Volkslieder, Übertragungen, Dichtungen, édité par Ulrich Gaier, Francfort-sur-le-Main, 1990, p. 866.

10  Herder, FA, I, p. 109.

11 Ibid., p. 134.

12  Johann Gottfried Herder, Werke, t. VI : Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, édité par Martin Bollacher, Francfort-sur-le-Main, 1989, p. 369.

13 FA, III, p. 871.

14 Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, édité par Otto Brunner †, Werner Conze †, Reinhart Koselleck, t. 7 : Verw Z. Art. Volk, Nation, Nationalismus, Masse, p. 145.

15 Ibid., p. 316.

16 FA, I, p. 790 sq.

17 Ibid., p. 792.

18 Ibid., p. 783.

19 Ibid., p. 809.

20 Ibid., p. 806.

21 Ibid., p. 181 sq.

22 Ibid., p. 570 sq.

23 Ibid., p. 177.

24 Ibid., p. 194.

25  Johann Gottfried Herder, Werke, t. II : Schriften zur Ästhetik und Literatur 1767-1781, édité par Gunter E. Grimm, Francfort-sur-le-Main 1993, p. 560.

26 Ibid., p. 558.

27 FA, t. I, p. 533.

28 Ibid., p. 22.

29 Ibid., p. 24.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 655.

33 Ibid., p. 25.

34 Ibid., p. 27.

35 Ibid., p. 794.

36 Ibid., p. 793.

37  Ibid., p. 794.

38  Ibid.

39  Cf. Umberto Eco, La recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, traduction française, Paris, Le Seuil, 1994.

40  FA, VI, p. 265 et 507 sq.

41  FA, I, p. 796.

42 Ibid., p. 798.

43 Ibid.

44  Johann Gottfried Herder, Werke, t. V : Schnften zum Alten Testament, édité par Rudolf Smend, Francfort-sur-le-Main 1993, p. 161 sq.

45  Eco (p. 130, n. 1).

46  Wolfgang Pross m’a obligeamment indiqué sa nouvelle datation de la première réception herderienne de Vico. En 1785 Herder l’ignore encore complètement. Voir l’édition des œuvres de Herder par W. Pross, tIII/2, Munich et Vienne, Hanser, 2002, p. 580 et 766. Voir aussi le travail plus ancien de W. Pross « Herder und Vico. Wissenssoziologische Voraussetzungen des histori-schen Denkens  », dans Johann Gottfried Herder 1744-1803, édité par Gerhard Sauder, Hambourg, Meiner, 1987, p. 88-113.

47  FA, VI, p. 255.

48  Johann Gottfried Herder, Werke, t. IV : Schriften zu Philosophie, Literatur, Kunst und Altertum 1774-1787, édité par Jürgen Brummack und Martin Bollacher, Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1994, p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gerhard Sauder, « La conception herdérienne de peuple/langue, des peuples et de leurs langues », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/977

Haut de page

Auteur

Gerhard Sauder

Professeur à l'Université de la Sarre, Allemagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page