Navigation – Plan du site
Actualités de Herder

Quand l'Europe oublie Herder, Humboldt et les langues

Jürgen Trabant
p. 153-165

Résumés

Les Européens se contentent de plus en plus de l’apprentissage exclusif de l’anglais globalisé comme seule langue véhiculaire internationale. L’initiative des institutions européennes, en 2001, pour l’apprentissage d’autres langues européennes que l’anglais est dès son départ affaiblie par la conception de la langue sous-jacente à cette politique. Pourquoi apprendre d’autres langues si l’on peut tout faire, i. e. communiquer dans la vie pratique et scientifique, avec une seule ? La conception communicative et pratique n’encourage pas le multi- ou diversilinguisme européen. En plus, la tradition dominante de la pensée linguistique européenne n’est pas une pensée de la multiplicité des langues, elle est plutôt nostalgique de la langue unique et favorise donc toute dynamique d’uniformisation. L’article essaie de montrer que dans les théories linguistiques de Herder et de Humboldt, on trouve une autre conception de la langue (cognitive, positivité de la diversité, poétique) qui pourrait fournir une justification plus profonde aux études des langues. Elle serait peut-être aussi apte à soigner la faiblesse culturelle et l’effacement linguistique de l’Europe de langue allemande.

Haut de page

Texte intégral

1On ne peut oublier que ce dont on a d’abord pris connaissance. Après avoir donné le titre de ma communication aux organisateurs du colloque – « Quand l’Europe oublie Herder, Humboldt et les langues » – je me suis rendu compte du fait qu’il était plus probable que l’Europe n’ait jamais appris la leçon de Herder et de Humboldt sur les langues. Si c’est le cas, elle ne peut rien oublier. Mais le problème reste néanmoins, c’est-à-dire le problème de l’absence de Herder, de Humboldt et des langues en Europe. On doit alors se poser la question de savoir ce qui manque à l’Europe quand elle n’apprend pas la leçon, quand elle, comme dit Henri Meschon-nic, ne pense pas Humboldt – et Herder – aujourd’hui.

2Il y a cependant en Europe un discours sur les langues qui semble avoir une certaine saveur herdérienne ou humboldtienne : Les politiciens de toutes les couleurs aiment beaucoup invoquer la diversité culturelle et le plurilinguisme de l’Europe. Ou est-ce simplement de la rhétorique et de la nostalgie sentimentale ? De toute façon, ce goût pour les langues ne va pas très loin s’il n’est pas appuyé par une pensée linguistique inspirée par Herder ou Humboldt.

L’année européenne des langues

3Voici l’événement européen dont je voudrais parler : en 2001, le Conseil de l’Europe et le Parlement européen avaient organisé une année des langues, l’année européenne des langues. L’Europe – ou disons : les institutions européennes – s’était rendue compte du fait de plus en plus incontournable qu’en Europe s’établissait un régime linguistique qui aura la forme suivante : tous les Européens non anglophones utilisent de plus en plus comme seule langue étrangère véhiculaire l’anglais ou disons plutôt : l’anglais globalisé, le globalais. Le bilinguisme des Européens non anglophones sera : anglais globalisé / langue nationale ou régionale. Cette tendance a plusieurs conséquences fâcheuses (par ex. que les Européens anglophones apprennent de moins en moins de langues étrangères). Mais ce qui troublait surtout le Conseil et le Parlement européens était le fait que pratiquement l’enseignement de toute autre langue étrangère est en train de disparaître. Il faudrait alors faire quelque chose pour ce que les organisateurs appellent le plurilinguisme européen. Dans le texte officiel du Conseil de l’Europe – écrit bien sûr en anglais – le motif de l’initiative était donc : « To celebrate linguistic diversity and promote plurilingua-lism. »1 L’année européenne des langues devrait initier des activités en faveur d’une troisième ou d’une quatrième langue, de préférence celle du voisin européen.

4Le problème auquel réagit l’idée de l’année européenne des langues est évident pour tout le monde. Le cas de l’allemand en France en est peut-être l’exemple le plus frappant : l’enseignement de l’allemand a connu une telle chute pendant ces dernières années qu’on peut vraiment craindre une disparition de l’allemand de la tête des jeunes Français. De l’autre côté, l’enseignement et la connaissance du français en Allemagne baisse aussi, peut-être moins dramatiquement. Mais le cas des régions frontalières du Sud-Ouest allemand a fait un certain bruit : les parents de cette zone limitrophe entre la France et l’Allemagne se sont révoltés contre les autorités scolaires qui imposaient le français, la langue des voisins immédiats, comme première langue étrangère – au lieu de l’anglais. J’ai vu il y a quelques années des parents italiens faire la grève de l’école pour contraindre les autorités à établir un enseignement d’anglais pour leurs enfants — à la place du français. Je suppose qu’entre-temps ils ont eu leurs professeurs d’anglais. Les parents badois luttent toujours pour l’anglais comme première langue étrangère de leurs enfants et vont — là je suis certain — finalement gagner, car tout le monde les comprend, n’est-ce pas : qui va priver ces pauvres enfants de la connaissance de l’anglais ? En Hongrie, l’allemand, langue du voisin, est en chute libre au profit de l’anglais. L’Europe orientale accentue la tendance vers la langue globale.

  • 2  Je crois donc qu'on peut dire aujourd'hui que le dynamisme de l'histoire détruira les avenirs euro (...)

5Les Européens vont donc de moins en moins apprendre une autre langue que l’anglais. L’anglais première langue étrangère est – tout le monde le sait — un assassin des langues, un language killer. Il y a de moins en moins d’autre langue apprise après l’anglais. C’est pourquoi les spécialistes de la question, Harald Weinrich par exemple, avaient proposé à plusieurs reprises de commencer par la langue des voisins et de faire du globalais après. Mais il semble qu’il n’y a rien à faire. C’est dommage. Mais où est le problème ? Les Européens parleront donc anglais entre eux. Et alors, l’anglais n’est-il pas une langue européenne ? Oui et non. L’anglais est bien sûr une très belle langue européenne, européenne aussi dans son mélange germano-roman. Mais, les Européens ne parlent pas anglais parce que l’anglais est une langue européenne, mais parce qu’il est une langue globale. L’Europe n’aura pas de langue à elle. Il n’y aura donc pas d’identité linguistique européenne. Une langue serait un moyen très fort pour la construction d’une identité européenne. Le latin ou le français auraient pu avoir ce rôle. Le latin l’a eue, cette vocation européenne. Mais l’Europe a justement voulu abandonner cette langue européenne. Elle a cherché son identité plutôt dans la pluralité des langues nationales – sur la base tout de même d’un souvenir d’un passé latin « catholique » (le. « universel ») commun (c’est pourquoi jusque dans le passé récent, les enfants apprenaient encore le latin dans toute l’Europe). Et le français, qui avait cette vocation européenne pendant deux siècles, l’a perdue dans la compétition pour le rôle global. Par conséquent, l’Europe linguistique aura une forme très curieuse : le globalais non européen comme langue européenne et les autres langues de plus en plus cantonnées uniquement dans leurs communautés linguistiques respectives, donc très nationales, plus nationales qu’avant, et même en position de plus en plus faible dans le cadre national même2.

6Cette faiblesse des langues nationales sur leur propre terrain est visible surtout dans l’Europe de langue allemande. Là, trois développements sautent aux yeux :

— la présence de l’anglais dans pratiquement tous les discours publics. Les politiciens vendent leur politique avec des termes anglais, censés chics ou cools : le chancelier allemand va faire pour cela une road show, tout ministre allemand qui veut montrer son dynamisme établit une task force, les problèmes du marché de travail sont gérés dans le job centre, ci-devant Arbeitsamt, où l’on vend du chômage de luxe, appelé job floating (en France, la loi interdit de pareils brouillards linguistiques aux fonctionnaires de l’État). La publicité est pratiquement totalement anglaise (aussi celle des viticulteurs français pour les vins français : « Be together, be happy, be Bordeaux ») ;

— les sciences, la technologie et le monde des affaires parlent anglais ;

— et pour garantir cela, l’éducation nationale devient de plus en plus anglophone : anglais à l’école maternelle, en troisième année de scolarité au plus tard, dans les bons lycées les sciences naturelles et sociales sont enseignées en anglais, de plus en plus de filières anglophones dans les universités.

7Par un affaiblissement de la langue nationale le bilinguisme européen « anglais / langue nationale » aboutit – au moins dans les pays de langue allemande – à une véritable diglossie : high variety : anglais / low variety : allemand. À la fin de ma conférence je vais parler de cet aspect ultérieur de la constellation linguistique européenne.

8Je m’occuperai d’abord et surtout du premier problème : à savoir pourquoi les Européens abandonnent l’apprentissage de toute autre langue sauf le globalais. Ou pourquoi ils n’aiment pas les langues de leurs voisins, ou pourquoi ils n’aiment pas les langues. Et pourquoi je suis sceptique en ce qui concerne les activités des institutions européennes pour la troisième ou quatrième langue. Je ne veux pas faire une polémique contre l’anglais et son usage globalisé. Le globalais est bien pratique, nous le savons tous. Et bien sûr, il faut apprendre le globalais aujourd’hui. Mais ce que je veux dire, c’est que les larmes de l’Europe pour ses langues sont versées en vain si l’Europe ne pense pas les langues différemment.

9Car que propose l’Europe ? Elle est sur la bonne voie quand, dans le texte officiel pour son année des langues, elle invoque l’héritage culturel et l’enrichissement mutuel :

The Council of Europe’s aims for the European Year of Languages 2001 are :
To increase awareness of Europe’s linguistic heritage and openness to different languages and cultures as a source of mutual enrichment to be protected and promoted in European societies.

10C’est certainement juste. Mais en quoi les langues enrichissent-elles ceux qui les apprennent ? Cela n’est pas dit dans les textes pour l’année des langues. L’Europe invoque donc surtout la qualité pratique des langues, leur capacité communicative et leur utilité professionnelle, quand elle continue l’énumération des finalités en disant :

To motivate European citizens to develop plurilingualism, that is, to achieve a degree of communicative ability in a number of languages, including those less widely used and taught, for improved mutual understanding, closer co-operation and active participation in European démocratie processes.
To encourage and support lifelong language learning for personal development and so that all European citizens can acquire the language competences necessary to respond to economic, social and cultural changes in society.

  • 3  C'est le passage, légèrement remanié, de Auch eine Philosophie der Geschichte, cité par Gerhard Sa (...)

11Cela, tout le monde le comprend immédiatement. Mais, malgré cette indéniable utilité professionnelle et communicative, il faut élaborer le côté héritage et enrichissement pour créer un intérêt pour les langues. Car pourquoi apprendre une troisième langue si on peut tout faire avec la deuxième ? Ne serait-il même pas mieux de simplement abandonner la première et de ne parler que la deuxième dans un nouveau paradis européen ? « Déjà tous les régents de l’Europe le parlent, bientôt nous tous le parlerons, le globalais, et alors – béatitude ! L’âge d’or commence de nouveau quand le monde entier n’aura qu’une seule et même langue. »3

  • 4  Cf. le rapport du ministère allemand de la Recherche : Bundesministerium fur Bildung und Forschung (...)

12Aussi, dans leurs activités pour la troisième langue, les Eurocrates et leurs agents dans les pays membres ont-ils misé sur les langues comme moyens de communication. Ils ont surtout promu des activités qui avaient comme but l’apprentissage des langues pour communiquer4. Mais pour communiquer l’anglais suffit. Et ne peut-on pas même dire que c’est beaucoup plus juste si les Européens non anglophones communiquent entre eux en anglais, donc dans une langue qui n’est pas la langue maternelle de l’un des participants (seulement avec les anglophones, la situation communicationnelle serait inégale et injuste) ?

13Cependant, pour créer de la sympathie pour les autres langues, pour favoriser le plurilinguisme européen, linguistic diversity and plurilingualism, il faudrait avoir une autre conception de la langue, une conception qui va justement au-delà du communicatif, au-delà des langues comme signes. Mais toute la tradition européenne, le mainstrearn européen, s’oppose à cette leçon pas seulement herdérienne ou humboldtienne.

L’Europe contre les langues

14Car la conception communicative est forte parce qu’elle est évidente et triviale : le langage sert à communiquer. Et la conception communicative est forte parce qu’elle est la vieille conception européenne dominante depuis Aristote. Mais elle se trouve aussi à la base des histoires bibliques sur les langues. Par la punition à Babel, Dieu rend difficile la communication entre les hommes. Une conception communicative du langage crée nécessairement une nostalgie pour une seule langue universelle. Car la multiplicité des langues est un obstacle à la communication, il vaudrait mieux en avoir une seule. Les mythes linguistiques européens fondateurs sont ennemis de la pluralité des langues : Babel représente la pluralité des langues comme une punition. Et c’est une raison très profonde pour laquelle il y a cette passion pour l’uniformité linguistique en Europe, pour le retour à la langue du Paradis.

15L’autre source de la pensée européenne ne nous avance pas davantage dans une pensée des langues. Platon ne discute pas le langage seulement comme un instrument communicatif, organon didaskalikon, mais aussi et avant tout comme un instrument de la connaissance, organon ousian diakritikon, comme quelque chose qui découpe l’être. B demande si le langage est une image ou non du monde dont nous voulons acquérir connaissance, il le situe donc surtout dans la dimension sémantico-cognitive. Nous sommes donc sur la bonne voie. Mais en fin de compte, Platon – donc la science européenne – articule une nostalgie de l’absence de toute langue : comme les mots ne sont que des images trompeuses, il vaut mieux s’en passer pour arriver à la vraie connaissance. Ce désir d’absence de la langue est l’autre mythe linguistique fondateur de l’Europe. C’est le rêve éternel de la philosophie.

16Aristote, finalement, dans sa solution géniale du dilemme platonicien, rend les langues arbitraires, indifférentes, choses de peu de valeur, instruments de communication seulement, face à la chose vraiment importante : la pensée. Il sépare communication et cognition. La pensée, pour Aristote, n’a rien à voir avec le langage, elle est universelle et indépendante des langues. Les mots désignent arbitrairement – kata syntheken – les pensées pour les communiquer. C’est ce que l’Europe pense du langage depuis vingt-cinq siècles.

17C’est seulement quand cette conception de la langue comme signe, comme dispositif exclusivement communicatif, est ébranlée que les langues deviennent intéressantes et des objets dignes d’être étudiées. C’est une découverte préparée par l’humanisme : les langues sont des choses précieuses parce qu’elles élaborent et contiennent la pensée humaine. Mais quand cette découverte est développée par les Lumières européennes (Bacon, Locke, Condillac), elle sera en même temps vécue comme une catastrophe. Bacon sait – comme Platon — que les langues sont organon ousian diakritikon, segmentations de l’être. Il sait donc que la pensée n’est pas indépendante des langues, qu’elle est d’abord formée par une sémantique particulière. Il y a donc un tournant cognitif de la pensée linguistique chez Bacon. Mais Bacon et toute la tradition philosophique qui dépend de lui souffrent de cette découverte : il appelle ces entités sémantiques des idola fori, des idoles du marché. Des préjugés, diront les Lumières. Ce sont des idoles, des divinités païennes, des malins génies dont il faut se libérer. De nouveau, des temps mauvais pour la pluralité des langues. La science – surtout la science nouvelle – a besoin d’un système de désignation univoque. De nouveau, la pluralité des langues comme punition. Mais cette fois-ci, elle n’est pas seulement un obstacle à la communication, mais – pire – elle est un obstacle à la connaissance de la vérité : « A mist before our eyes », dira Locke, un brouillard devant nos yeux. Après la religion, c’est donc la philosophie, la science, les Lumières – on peut dire : l’Europe elle-même – qui lutte contre les langues. Héritage difficile pour créer de la sympathie pour les langues.

La merveilleuse variété

  • 5  Pour des vues détaillées sur la philosophie du langage de Herder et de Humboldt, cf. Ulrich Gaier, (...)

18Leibniz cependant tentera de renverser cette lamentation sur les langues en une jubilation de la diversité. Contre Locke, il maintiendra que les « idées » contenues dans les langues sont des connaissances, non pas des connaissances scientifiques, certes, mais des connaissances d’un niveau inférieur, précieuses néanmoins, et qu’elles témoignent de « la merveilleuse variété des opérations de notre esprit ». Les langues sont donc des trésors de la connaissance humaine, et c’est pour cela qu’il faut les soigner et les étudier. C’est cette position leibnizienne qui est reprise et élaborée par Herder et Humboldt. Je résume – nécessairement en généralisant5 – les quatre éléments essentiels de leur élaboration :

Le langage est cognition

  • 6  Johann Gottfried Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, éd. Wolfgang Pross, München, Ha (...)
  • 7 Ibid., p. 32.
  • 8 Ibid., p. 34.

19La communication est ce merveilleux commerce de la vie avec la vie, des êtres vivants entre eux : « Schon als Thier, hat der Mensch Sprache. »6Mais le noyau du langage, chez Herder, est justement le cognitif : les humains créent leur pensée à travers le langage. Herder l’a si joliment mis en scène dans le scénario de l’origine. Le langage de l’homme est la création de sa pensée. L’appétit cognitif inné, « die BedürfniB kennen zu 1ernen »7, crée la pensée qui est aussi le premier mot, même sans la communication avec l’autre : « Der Wilde, der Einsame im Walde hätte Sprache fur sich selbst erfinden müBen, hätte er sie auch nie geredet. »8 Le langage, en tant que pensée, est la technique humaine de l’appropriation du monde. « Umwandlung der Welt in das Eigentum des Geistes », « Arbeit des Geistes », « bildendes Organ des Gedanken », voilà les célèbres formules humboldtiennes : transformation du monde dans la propriété de l’esprit, travail de l’esprit, organe formateur de la pensée. Humboldt élabore cette conception cognitive du langage dans son langage kantien.

  • 9  Wilhelm von Humboldt, Gesammelte Schriften, éd. Albert Leitzmann et al., 17 vol., Berlin, Behr, 19 (...)

20La communication, bien sûr, n’est pas extérieure au langage. Herder l’a dit : cette création de la pensée est déjà un dialogue de l’âme avec elle-même. Humboldt continue dans le même sens en écrivant que la création de la pensée même est déjà « accompagnée par la tendance à l’existence sociale » : « Schon das Denken ist wesentlich von Neigung zu gesellschaftlichem Daseyn begleitet. »9 Mais cette nature sociale n’empêche pas que le travail de l’esprit, la formation de la pensée, la cognition, soit la première tâche de l’activité langagière.

21Si l’Europe veut donc changer sa politique des langues, il faut qu’elle comprenne cela : Le langage n’est pas seulement moyen de communication, mais la pensée même de l’être humain. C’est en cette profondeur que repose la profondeur de toute étude de langue.

Diversité de la pensée

22Deuxième élément de la pensée linguistique herdero-humboldtienne que l’Europe doit apprendre (ou ne pas oublier) est le fait que cette formation de la pensée, bien que tâche universelle de l’Homme, est réalisée selon les traditions des différentes communautés linguistiques. Il n’y a pas de langue universelle, il n’y a pas de langue transcendantale, mais la création langagière de la pensée se fait dans les langues historiques :

  • 10 Ibid,, IV, p. 21.

Das Denken ist aber nicht bloss abhängig von der Sprache überhaupt, sondern, bis auf einen gewissen Grad, auch von jeder einzelnen bestimmten10.
La pensée, cependant, ne dépend pas seulement de la langue en général, mais, dans une certaine mesure, aussi de chaque langue individuelle déterminée.

  • 11  Johann Gottfried Herder, Sprachphilosophische Schriften, éd. Erich Heintel, Hamburg, Mei-ner, 1960 (...)

23Herder avait exprimé des idées semblables déjà dans les Fragments de 1768 quand il avait constaté que les pensées « collent » aux mots, « daß der Gedanke am Ausdruck klebt », que chaque langue est un immense pays de concepts, « ein unermeGliches Land von Begriffen », et que — par conséquent — les langues sont le trésor de la pensée de l’humanité, « eine groGe Schatzkammer, in welcher die Kenntnisse aufbewahrt liegen, die dem ganzen Menschengeschlechte gehören »11.

24Cette interdépendance entre les langues individuelles et la pensée ne veut pas dire, ni chez Herder ni chez Humboldt, que la pensée soit totalement déterminée par les langues particulières. Humboldt précise dans le passage cité que la pensée dépend des langues « bis auf einen gewissen Grad », dans une certaine mesure. Les langues sont des solutions à un problème universel : la formation de la pensée. Il y a donc beaucoup de choses universelles dans les langues, aussi parce que l’être humain est partout le même. C’est pour cela qu’on peut aussi dire, avec Humboldt, que l’homme n’a qu’une seule langue. Humboldt n’est pas l’inventeur du relativisme linguistique.

L’étude des langues

  • 12 Ibid., p. 95.

25Puisque les langues sont le trésor de la pensée humaine, Herder avait proposé — suivant Leibniz dont les Nouveaux Essais avaient été publiés en 1765 – qu’il fallait établir une science des langues (qu’il appelle – pas très heureusement – une « sémiotique »)12. Nous voilà en présence du troisième moment de la pensée du langage que l’Europe ne doit pas lâcher : Vu que les langues sont des immenses pays de concepts ou que, comme dit Humboldt, les langues sont des « visions du monde », « Weltansichten », leur étude est d’une grande importance. Car c’est l’étude de l’esprit humain. Humboldt est explicite sur ce point : Comme les langues ne sont pas seulement des instruments communicatifs – des sons et signes, « Schälle und Zeichen » – mais des visions du monde, « Weltansichten », leur étude est absolument nécessaire et d’une pertinence indubitable :

  • 13  Humboldt, Gesammelte Schriften, IV, p. 27.

Ihre Verschiedenheit ist nicht eine von Schàllen und Zeichen, sondern eine Ver-schiedenheit der Weltansichten selbst. Hierin ist der Grund, und der letzte Zweck aller Sprachuntersuchung enthalten13.

26C’est dans cette finalité que Humboldt – plus linguiste que Herder -esquisse son programme de l’étude comparative des langues, « das vergleichende Sprachstudium ».

27Il s’ensuit d’une telle position de la recherche des langues dans le savoir humain que non seulement la « Sprachuntersuchung », l’investigation linguistique, est chose importante, mais que l’enseignement des langues aussi transcende toute utilité pratique. Humboldt ne nie pas l’utilité pratique de la connaissance des langues, mais apprendre une autre langue c’est aussi — et avant tout — s’approprier une autre vision du monde. Voici en quoi consiste « l’enrichissement mutuel » resté vague dans l’exposé des motifs de l’année européenne des langues.

  • 14  La langue étrangère « enthält zugleich alle Anfangspunkte und Fäden der Rückkehr zu uns selbst, di (...)

28C’est peut-être Hegel qui – en bon dialecticien – a vu le plus clairement les buts éducatifs suprêmes de l’apprentissage des langues étrangères. Il a dit qu’en apprenant une langue étrangère on devient ami (Befreundung) de ce monde étranger et que, deuxièmement, l’on ne se connaît soi-même que quand on s’est aliéné d’abord dans un autre monde linguistique. La langue étrangère est donc une condition nécessaire pour la connaissance de soi, donc aussi pour la connaissance tout court, elle « contient tous les points initiaux et tous les fils pour le retour à nous-mêmes »14.

Energeia

  • 15  Humboldt, Gesammelte Schriften, IV, p. 13.

29Et finalement : la formation de la pensée, ce travail cognitif dans les langues concrètes de l’humanité, se réalise dans l’acte de parler. Les grammaires et les dictionnaires, c’est-à-dire les descriptions des langues, ne sont, pour Humboldt, que des « squelettes morts », des froides élaborations de l’activité scientifique (ergon). Le vif, le vrai de la langue, par contre, ne se trouve que dans l’activité langagière elle-même. La créativité ou la poéticité de la langue, le langage comme energeia, constitue le centre de cette conception linguistique. L’investigation linguistique doit donc nécessairement viser l’activité langagière concrète si elle veut saisir la « Weltansicht », la vision du monde. Cette recherche des langues dans leur « usage » est, comme dit Humboldt, la clé de voûte de l’ensemble des études linguistiques15.

30De nouveau, cela aura d’importantes conséquences pédagogiques. Bien sûr, les langues servent à communiquer et l’on doit les enseigner et les apprendre aussi pour cette finalité pratique. Mais si la vision du monde se trouve surtout élaborée dans les grands textes d’une communauté linguistique, dans ses activités poétiques, il ne suffit pas de pouvoir commander une pizza dans les différentes langues du monde. Pour cela, en effet, le globalais suffit. Mais les visions du monde, on les capte dans les textes littéraires, dans la poiesis langagière, dans la culture linguistique – Sprachkultur – d’une communauté linguistique.

Effacement allemand ?

  • 16  Johann Gottfried Herder, Journal meiner Reise im Jahr 1769, éd. Katharina Mommsen, Stuttgart, Recl (...)

31Et cela nous renvoie finalement à cet autre problème de la culture linguistique européenne dont j’ai parlé au début : Dans la course vers la langue globale, vers la langue du Paradis, dans cet oubli des langues, de Herder et de Humboldt, il y aussi un oubli de la propre langue. Les élites européennes abandonnent sans grand regret leurs propres langues pour le globalais, dans le commerce, dans les sciences, dans la technologie, etc. Bs le font pour élargir le rayonnement communicatif de leurs productions langagières. À cette méconnaissance générale de la valeur cognitive, culturelle et donc éducative des langues, s’ajoute, dans l’Europe de langue allemande, une véritable haine de la langue nationale. Cela n’est pas étonnant : l’allemand est la langue dans laquelle furent hurlées les plus terribles paroles de l’histoire humaine. Comme les grands textes d’une littérature honorent une langue, les énoncés horribles peuvent aussi déshonorer une langue. Nous voulons donc aussi nous libérer de ce poids historique qu’est notre propre langue ; « Man wohnt auf den Ruinen. »16

32Cela aura des conséquences pour la culture européenne de langue allemande mais aussi pour la culture européenne en général. Dans les pays de langue allemande la langue nationale est en train de disparaître de certains domaines prestigieux du discours. L’usage de la langue nationale sera de plus en plus réduit, elle deviendra de plus en plus langue de la vie privée, dialecte donc ; high variety : globalais – low variety : allemand. Par conséquent, les dialectes et langues régionales vont devenir ou redevenir de plus en plus forts (c’est pourquoi beaucoup de régionalistes aiment bien la mondialisation qui, dans le domaine des langues aussi, s’avère être une « glocalisation »). L’allemand ne va pas disparaître, mais il va se retirer de son emploi public. On ne pourra par exemple plus parler de physique nucléaire ou de linguistique en allemand – ou très difficilement, comme il en est des langues régionales. Mais ce que désirent les Allemands c’est justement cet effacement linguistique et culturel.

33Mais je ne suis pas sûr que les autres Européens aient les mêmes aspirations. J’ai l’impression que la France, par exemple, malgré la nécessaire internationalisation, n’a pas envie de s’y perdre. Il faut donc rappeler aux Allemands un autre aspect de la pensée linguistique de Humboldt : Humboldt savait, bien sûr, que la langue sert aussi comme moyen de communication et de désignation univoque. Dans la vie pratique et surtout dans les sciences il faut désigner les choses avec la plus grande précision. Le langage sert donc comme signe dans les sciences ou dans ce que Humboldt appelle les Geschäfte, les affaires, business en allemand moderne. Dans ces domaines-là, le langage est instrument arbitraire. On peut donc peut-être envisager d’abandonner ces domaines à la langue arbitraire, globale. Mais dans les domaines du discours qui ne sont pas seulement sujets à la finalité pratique et où ne règne pas seulement la pure abstraction rationnelle, et où, comme le dit Humboldt, toutes les forces de l’être humain sont requises, il y a un autre usage de la langue, celui qu’il appelle rednerisch, oratoire. Selon Humboldt – qui, il faut peut-être le rappeler, fut citoyen du monde, véritable Européen, multilingue comme pas un autre individu de son temps – les peuples doivent veiller à avoir une langue qui s’épanouit dans leurs productions littéraires – en poésie, philosophie, historiographie. Car c’est à travers une telle production textuelle que la nation reçoit « jeunesse et force, splendeur et beauté », donc sa propre énergie culturelle ; c’est sur elle que repose la Bildung d’une nation :

  • 17  Ibid., p. 30.

Bei jeder Erkenntniss, welche die ungetheilten Kräfte des Menschen fordert, tritt der rednerische [Gebrauch der Sprache] ein. Von dieser Art der Erkenntniss aber fliesst gerade auf alle übrigen erst Licht und Wärme über ; nur auf ihr beruht das Fortschreiten in allgemeiner geistiger Bildung, und eine Nation, welche nicht den Mittelpunkt der ihrigen in Poésie, Philosophie und Geschichte, die dieser Erkenntniss angehören, sucht und findet, entbehrt bald der wohlthäti-gen Rückwirkung der Sprache, weil sie, durch ihre eigne Schuld, sie nicht mehr mit dem Stoffe nährt, der allein ihr Jugend und Kraft, Glanz und Schönheit erhalten kann17.

34Les Allemands, dans une perte d’espoir et de force culturels, ne croient plus à la jeunesse et la force, à la splendeur et la beauté de leur langue et se sont décidés à la délaisser. Cette dépression culturelle les a amenés à un oubli général de Herder et de Humboldt et des langues. Dans la culture allemande, l’amour des langues — la philologie – jouait traditionnellement un grand rôle : on étudiait les langues du monde, on s’occupait du passé et du présent des langues, on soignait les dialectes autant que la langue nationale, la sympathie pour la multiplicité s’accompagnait d’un souci de l’unité. Mais leur mauvaise conscience et leur honte détournent les Allemands du symbole de leurs crimes, de la langue allemande, pour se perdre, dans une espèce de jacobinisme linguistique mondialisé, dans la langue globale.

  • 18  Cf. le discours de Lionel Jospin du 16 novembre 1999 lors de l'installation du Conseil supérieur d (...)

35En France, par contre, on se souvient – me semble-t-il – encore du fait évoqué par Humboldt que l’énergie culturelle, la jeunesse et la force, la splendeur et la beauté, la Bildung de la nation dépend de l’usage poétique de la langue. La France semble donc se diriger vers cette voie herdérienne et humboldtienne après des siècles de politique linguistique jacobine, c’est-à-dire profondément universaliste, basée sur une conception du langage comme instrument de désignation. C’est peut-être pour cela aussi que nous nous trouvons à Paris pour discuter de Herder et de l’Europe. Il n’y pas d’homme politique français qui se respecte qui n’invoque le multilinguisme et la diversité culturelle18. Mais il leur manque pour la plupart du temps une bonne justification d’une telle politique. Ils pourraient la trouver chez Herder et Humboldt, c’est-à-dire :

— le langage est création de la pensée ;

— les langues sont des visions du monde ;

— cela est une richesse, et c’est pourquoi il faut les étudier et les enseigner ;

— il faut les enseigner comme telles – et pas seulement comme des moyens de communication ;

— il faut aussi illustrer la propre langue, dans une riche production textuelle, il faut soigner sa poéticité.

36Cette pensée linguistique – cognition, diversité, poéticité – est, certes, héritière des Lumières, mais elle est surtout une réévaluation de la pensée linguistique des Lumières. Bacon, Locke et surtout Condillac savaient déjà que les langues sont cela : cognition, diversité de la pensée, poéticité de la pensée, Mais ils ne pouvaient pas voir en cela quelque chose de positif. Au contraire : pour eux, c’était la catastrophe et c’est pourquoi il fallait travailler à inventer un nouveau langage – scientifique, objectif, raisonnable –ou à réformer la vieille langue (oldspeak). La Révolution française est héritière de cette pensée linguistique. Les révolutionnaires savaient que les langues sont pensée, mais pensée peu claire et poétique, vieille pensée, « préjugé ». C’est pourquoi il fallait les supprimer et n’en maintenir qu’une seule : la langue du nouveau paradis où mot et pensée vraie et objective coïncident. C’était le français, mais pas le français français, mais un français purgé des préjugés historiques français. La langue du nouveau paradis était un français universel, global. L’imaginaire linguistique français n’avait donc pas oublié Herder et Humboldt, mais il ne l’avait jamais intériorisé, il l’avait même activement rejeté.

37Mais comme la nouvelle langue globale est en train de manger aussi le français français, la France semble se souvenir de Herder et de Humboldt quand ses hommes politiques invoquent le plurilinguisme et la diversité culturelle. C’est la seule manière de sauver le français. Le prix à payer est, cependant, de sauver le breton et le basque en même temps. Les Allemands, eux, oublient dans leur fureur teutoniquement globale Herder et Humboldt et les langues – surtout leur propre langue. Ils vont précipiter toute l’Europe dans cet abîme jacobin si leurs voisins et amis ne leur rappellent pas leurs propres traditions.

Haut de page

Notes

1  Cf. www.eurolang2001.org.

2  Je crois donc qu'on peut dire aujourd'hui que le dynamisme de l'histoire détruira les avenirs européens de l'allemand et du français que Claude Hagège esquissait encore dans son livre de 1992, Le souffle de la langue. Voies et destins des parlers de l'Europe, Paris, Odile Jacob, celui de l'allemand certainement.

3  C'est le passage, légèrement remanié, de Auch eine Philosophie der Geschichte, cité par Gerhard Sauder, où Herder ironise le nouveau paradis francophone du xviiie siècle. Pour le passage original entier, cf. l'article de Sauder dans ce volume.

4  Cf. le rapport du ministère allemand de la Recherche : Bundesministerium fur Bildung und Forschung (Hrsg.), Dos Europäische Jahr der Sprachen 2001. Sprachen öffnen Türen, Bonn, 2002.

5  Pour des vues détaillées sur la philosophie du langage de Herder et de Humboldt, cf. Ulrich Gaier, Herders Sprachphilosophie und Erkenntniskritik, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1988, et mes deux livres, Humboldt ou le sens du langage, Liège, Mardaga, 1992, et Traditions de Humboldt, Paris, Éd. de la MSH, 1999.

6  Johann Gottfried Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, éd. Wolfgang Pross, München, Hanser, 1978, p. 9.

7 Ibid., p. 32.

8 Ibid., p. 34.

9  Wilhelm von Humboldt, Gesammelte Schriften, éd. Albert Leitzmann et al., 17 vol., Berlin, Behr, 1903-36, VI, p. 26.

10 Ibid,, IV, p. 21.

11  Johann Gottfried Herder, Sprachphilosophische Schriften, éd. Erich Heintel, Hamburg, Mei-ner, 1960, p. 98, 94, 95.

12 Ibid., p. 95.

13  Humboldt, Gesammelte Schriften, IV, p. 27.

14  La langue étrangère « enthält zugleich alle Anfangspunkte und Fäden der Rückkehr zu uns selbst, die Befreundung mit ihr, und das Wiederfinden unsrer selbst, aber unsrer nach dem wahrhaften Wesen des Geistes » (Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Werke in zwanzig Bänden, éd. Eva Moldenhauer et Karl Markus Michel, Frankfurt, Suhrkamp, 1970, vol. 4., p. 321 s.). Et c'est certainement dans ce mouvement dialectique qu'il faut voir aussi la nécessité cognitive de la traduction. Je remercie Marc Crépon d'avoir attiré notre attention à l'importance de la traduction.

15  Humboldt, Gesammelte Schriften, IV, p. 13.

16  Johann Gottfried Herder, Journal meiner Reise im Jahr 1769, éd. Katharina Mommsen, Stuttgart, Reclam 1976, p. 92.

17  Ibid., p. 30.

18  Cf. le discours de Lionel Jospin du 16 novembre 1999 lors de l'installation du Conseil supérieur de la langue française et l'avant-propos du Premier ministre Raffarin au rapport annuel 2002 du gouvernement sur les langues : www.dglf.culture.gouv.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jürgen Trabant, « Quand l'Europe oublie Herder, Humboldt et les langues », Revue germanique internationale, 20 | 2003, 153-165.

Référence électronique

Jürgen Trabant, « Quand l'Europe oublie Herder, Humboldt et les langues », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/982 ; DOI : 10.4000/rgi.982

Haut de page

Auteur

Jürgen Trabant

Professeur à la « Freie Universität Berlin », Allemagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org