Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Faudrait-il s’étonner de voir une revue consacrée aux pays germaniques s’intéresser à l’anthropologie du rêve australien ou à l’Empire inca ? On le justifiera ici plutôt par un effort pour dépasser une aporie. L’histoire culturelle des divers espaces européens et en particulier de l’Allemagne ne peut plus depuis longtemps déjà se confiner à l’illustration d’une spécificité, produire un discours linéaire ou de caractère généalogique, mettre en évidence de pures continuités. Les juxtapositions comparatives qui ont représenté un progrès certain et dont l’usage partiel reste toujours utile ont aussi atteint leur limite. Sans doute l’historiographie est-elle déterminée par l’environnement politique et les efforts d’intégration européenne expliqueraient alors que l’heure soit à la recherche des imbrications au sein d’une histoire globale commune. Aux récits généalogiques se substituent des récits de rencontres de métissages, de recomposition d’identités toujours provisoires, de réinterprétations systématiques, d’impulsions venues d’ailleurs. Le regard s’est progressivement déplacé vers les ruptures que représente la redécouverte d’éléments étrangers déterminant l’histoire nationale. La France du xviie siècle est brusquement perçue comme une France espagnole. On peut s’interroger sur le métissage profond qui définit un lieu séminal de l’identité allemande telle la Saxe électorale. L’étude des transferts culturels ne saurait toutefois se limiter à des recompositions induites par des relations bilatérales. L’Allemagne intervient dans une histoire culturelle européenne comme un prisme qui permet à la France de percevoir l’Italie antique (Winckelmann) ou renaissante (Burckhardt). La musique allemande en France peut être évincée par la découverte de la musique russe, de même que les lecteurs moscovites de Bergson vers 1900 songeaient surtout à évincer Kant. Des réseaux de relations à trois ou quatre pôles compliquent la question des transferts culturels. Sans se laisser aller à la résignation intellectuelle qui consisterait à voir dans l’imbrication des aires culturelles de purs croisements, une sorte de métissage fatal et arbitraire, on doit constater que la modélisation historiographique posée par la rencontre de plusieurs espaces culturels pose des problèmes non résolus.

2Il est certain d’autre part que, si les transferts culturels à l’intérieur de l’espace européen dessinent en filigrane une historiographie commune, font émerger une sorte d’homogénéité liée moins à un dénominateur commun qu’à la multiplicité des passages, le problème se pose à nouveau très vite de la relation entre cet espace et d’autres domaines, arabo-musulman, africain ou asiatique. On ne compte plus les caricatures très parlantes présentant l’Europe comme une forteresse dont les clivages internes sont réduits au point d’en être gommés, dont la diversité de mœurs et de langues paraît oubliée, laissant en dehors de ses murs la véritable altérité, une altérité tellement inaccessible que, comme le soupçonne Eduard Saïd, la perception que nous en avons serait notre propre construction. À la vérité, des Turqueries du xviie siècle à l’art nègre en passant par les Persans de Montesquieu, le goût des jésuites pour la Chine ou l’égyptomanie napoléonienne, il se pourrait que des éléments extérieurs de la forteresse soient depuis bien longtemps des pierres de sa fondation même.

3Toujours est-il qu’il existe une relation profonde entre l’exploration intellectuelle du « tout autre » et l’exploration intellectuelle des clivages qui parcourent l’intérieur de la forteresse. Cette relation est d’emblée à double sens. Si l’on admet que l’anthropologie tend à dresser un répertoire des formes sociales possibles, comment ne pourrait-on s’intéresser à la relation entre les constructions qu’elle observe sur des terrains lointains et les transferts culturels à l’intérieur de l’Europe, par exemple entre la France et l’Allemagne ? On est à ce propos d’emblée frappé par le fait que la réflexion anthropologique sur les transferts culturels a depuis longtemps résolu des questions que l’historiographie ne fait souvent que poser avec la conscience terrifiée de sa propre audace. Il n’est besoin que d’observer à ce propos la critique constructive du comparatisme engagée par l’émigré allemand aux Etats-Unis Franz Boas dès le début du xxe siècle. Il paraît rétrospectivement inimaginable que l’historiographie des transferts culturels n’ait pas plus tôt intégré les apports de l’anthropologie. A vrai dire, les travaux consacrés aux rencontres entre colonisateurs espagnols et les peuples de l’actuelle Amérique latine ou même entre les franco-britanniques et les peuples de l’actuel Canada ont parfaitement intégré cette dimension fort peu utilisée à l’intérieur de l’espace européen proprement dit. Pourtant la réutilisation de mythes empruntés, le parcours initiatique à travers des lieux constitutifs d’une culture en voie de constitution, le mécanisme des dons et contre-dons, les mécanismes de captation de la mémoire interviennent aussi dans cet espace.

4A vrai dire, les origines mêmes de la curiosité anthropologique devraient inviter l’historien des transferts culturels à cette démarche. En effet, une des racines de l’anthropologie linguistique et culturelle, autour de Herder et Guillaume de Humboldt, est clairement allemande, et même, en raison des efforts de construction identitaire qu’elle implique à l’origine, franco-allemande. L’extension à l’étude des peuples exotiques, qui commencent chez Humboldt avec les Basques, n’est jamais qu’une prolongation des interrogations suscitées par le clivage franco-allemand. L’approche philologique des cultures lointaines est elle-même à mettre en relation avec le développement de la science philologique liée au comparatisme linguistique. Une circularité s’ébauche entre les origines d’une pensée franco-allemande sur la pluralité des peuples et leurs imbrications et l’utilité que peuvent revêtir les conséquences lointaines de cette curiosité pour l’exploration historique des transferts culturels en Europe.

5Les contributions réunies s’attachent tout d’abord à clarifier un certain nombre de notions telles que métissage, hybridité, recomposition, traduction, branchement, transfert, réinterprétation de l’autre, recomposition identitaire à partir de plusieurs espaces qui vont de l’Allemagne à l’Afrique (David Simo, Jean-Loup Amselle). Elles marquent l’origine franco-allemande de cette dynamique théorique (Jürgen Trabant) mais observent aussi ses applications sur le terrain américain (Laurier Turgeon). La rencontre entre les idées de mélange des cultures et de traduction entre les langues donne lieu à une investigation particulière (Marc Crépon). Si les termes qui aident à comprendre le phénomène complexe de l’imbrication dans les rencontres entre cultures importent peu, il apparaît néanmoins fondamental de garder une sorte de contrôle théorique sur ces imbrications qui ne sauraient aboutir à la constatation d’un métissage ou croisement généralisé, alors d’une part que les entités qui s’imbriquent ne sont que le résultat de transferts antérieurs et que d’autre part les imbrications de cultures n’aboutissent pas à un kaléidoscope culturel mais bien à la recomposition d’entités provisoirement stables.

6Les contributions suivantes sont autant de tentatives d’histoire anthropologique des transferts. La recomposition de mythes à travers des emprunts rythmés par un parcours dans l’espace, phénomène que les chercheurs spécialisés dans le « rêve » australien ont depuis longtemps observé, constitue un exemple particulièrement fécond d’une pensée du transfert dans l’anthropologie (Marika Moisseeff). L’histoire des clefs de perception et de réinterprétation néo-platonicienne de l’Empire inca par un Indien acculturé comme Garcilaso montre l’apport de l’anthropologie à l’histoire de rencontres culturelles anciennes et illustre le chemin parcouru dans ce domaine par les historiens de l’Amérique latine (Carmen Bernand). On ne quitte pas le monde hispanique ou plutôt germano-hispanique avec l’herméneutique du Nouveau Continent que propose Alexandre de Humboldt (Christian Helmreich) ou l’évocation d’une anthropologie espagnole recomposée à partir de l’œuvre traduite du schellingien Krause (Pierre Bidart).

7La question des transferts culturels ne cherche pas à nier qu’elle trouve au moins une de ses racines dans les recherches proprement littéraires ou philologiques. N’est-ce pas réaliser d’une certaine manière le programme des Lettres persanes que de s’interroger sur le monde renversé des voyageurs chinois relatant leurs voyages en Europe (Michael Harbsmeier) ? Et si l’histoire a aussi comme objet légitime les représentations, quelle meilleure perspective peut-on avoir sur l’appropriation d’un monde étranger qu’en comparant l’importation du genre littéraire occidental par excellence, le roman, dans deux cultures considérées comme orientales, l’Inde et la Russie (Sergei Serebriany) ?

8Une dernière section marque un retour à l’espace culturel allemand proprement dit et aux positions qui y furent prises depuis la fin du xviiie siècle sur la pluralité des peuples. La différence permet depuis Herder, Arndt ou Jahn d’exprimer l’identité, et si l’on a quelque peu caricaturé ces pionniers d’une réflexion sur la diversité, encore faut-il noter qu’ils n’excluaient nullement les importations et qu’au fond la gallophobie est une forme de culturalisme (Wolfgang Kaschuba). En tout cas l’œuvre d’Adolf Bastian, considéré comme un des fondateurs de l’ethnologie allemande, fait apparaître dans cette nouvelle discipline consacrée à la pluralité des peuples la continuité tant de la géographie de Ratzel que de la critique des mythes d’un Creuzer ou d’un Max Müller (Céline Trautmann). Il existe en effet une dimension philologique de l’anthropologie des transferts culturels. Aussi bien la mythologie comparée d’un Max Millier que les recherches africaines d’un Frobenius révèlent ces racines philologiques des sciences sociales allemandes. Elles rejoignent en cela tant l’analyse structuraliste des mythes que les débats sur la littérarité du récit anthropologique (Michel Espagne). Il y a là l’amorce d’une globalisation du propos, elle aussi marquée par la géographie de Ratzel, et qui trouvera l’une de ses expressions classiques avec l’histoire universelle chère à Lamprecht ou à Helmolt (M. Middell).

9Les contributions au présent ouvrage ont été présentées et discutées lors d’une rencontre à l’ENS-Ulm et à l’Institut historique allemand de Paris dont nous remercions ici le directeur Werner Paravicini. Elles ont voulu poser les bases d’une approche des transferts culturels dépassant le cadre trop étroit et mutilant du « franco-allemand ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Espagne, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/989

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS (UMR 8547 – Pays germaniques / Transferts culturels)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page